TROIS FOIS LA FIN DU MONDE, de Sophie DIVRY

Publié le 9 Mars 2021

Sophie Divry, roman, trois fois la fin du monde, avis, critique, chronique, blog

Roman - Editions J'ai lu - 223 pages - 7.10 €

Parution J'ai lu nov 2020, Noir Blanc août 2018

L'histoire : Joseph est incarcéré, pour complicité lors d'un braquage où son frère a été tué par la police. Trois ans plus tard, il y a la Catastrophe... Une explosion nucléaire ? Une bonne partie du pays est irradié, les prisonniers sont transférés mais parviennent à s'échapper... Quelques jours plus tard, là où il erre, il semble que Joseph soit le seul survivant, comme s'il était immunisé contre les radiations. Il s'arrêtera dans le Lot y prendra racine. Il apprendra à vivre alors seul, de et avec la nature.

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Ma CB juste avant le reconfinement.

 

Mon humble avis : Voici une lecture dystopique qui s'est révélée être une très agréable au fil des pages, plus j'avançais dans le coeur du roman. En effet, durant la première (les 62 premières pages), je n'étais pas très à l'aise devant la violence inhérente au milieu carcéral. Ce n'était pas ce que j'attendais, ce dont j'avais besoin. Mais je comprends aussi, avec du recul, la nécessité pour Sophie Divry de bien poser son personnage, d'expliquer par quoi il est passé, ce qu'il a subi avant de retrouver la liberté... Cela explique bien la haine, la peur et la méfiance que voue Joseph envers ses congénères.

Puis nous arrivons dans un Causse du Lot avec Joseph, c'est là qu'il pose les valises qu'il n'a pas. L'endroit est déserté, se trouvant dans la zone interdite sans doute. Joseph va d'abord de reposer puis se révéler à lui-même, au fur et à mesure que la nature se découvre à lui. Joseph va tout reprendre à zéro, retour aux origines, au primaire... Au début, il cueille par exemple... mais il va ensuite devoir cultiver, s'organiser pour vivre et survivre. Sa solitude n'est que tranquillité. Les mois passent et les saisons. Les bienfaits de la nature, comme ses cruautés ou ses difficultés, sont merveilleusement bien écrits, et décrits. Tous nos sens sont en éveil. On observe à travers le regard de Joseph et l'on savoure. On travaille aussi, on bêche, on désherbe, on porte, on plante, on cueille, on réfléchit, on s'établit un plan de "bataille"...

Puis la tranquillité de Joseph devient solitude, solitude pesante. Il se lie d'amitié avec un mouton et une chatte survivants, après les avoir amadoués avec patience. Ces deux êtres sont pour lui une nouvelle révélation... Des obligations car le voilà responsable de ces deux compagnons. A lui de les nourrir, de les soigner, de leur assurer une vie agréable. Un bon boost pour Joseph qui redécouvre les sentiments, l'amour. J'ai adoré la relation que Joseph explore avec ses deux animaux, la richesse et l'apaisement qu'il y trouve.

Envers l'humain, Joseph hésite régulièrement entre manque et méfiance. En fait, ce roman nous parle de l'Homme et de la Nature, séparément et ensemble, comme un tout. L'Homme est un être grégaire par besoin relationnel, mais aussi parce qu'être seul responsable de tous ses besoins est lourd, tant cela requiert de compétence rarement acquise par un seul homme. Tant il a besoin de savoir qu'il peut être secouru par l'autre. La nature est généreuse, mais pour qu'elle puisse suffire, il faut la travailler avec intelligence et respect. Et surtout, en prendre soin, être attentif, tout comme de notre propre existence, de notre vie. Car un seul moment de négligence n'est jamais sans conséquence.

Trois fois la fin du monde pour Joseph... La prison, la Catastrophe (dont on ne saura jamais grand-chose) et la presque toute fin du roman (non, je ne dirai rien !). Un personnage attachant, un beau roman, comme une parabole. A lire, s'en s'effrayer de la première partie. Après, on trouve ce que l'on est venu chercher dans ces pages.

 

L'avis de Keisha

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
A
Dans ma PAL depuis sa parution. J'espère pouvoir le caser un jour (l'espoir fait vivre^^).
Répondre
L
Le sujet me fait penser à un roman de Robert Merle , Malevil . Je ne l'ai pas relu mais j'avais bien aimé à l'époque.
Répondre
S
J'ai un autre roman de l'autrice dans ma PAL que j'espère lire... un jour pour découvrir sa plume.
Répondre
A
Je lui ai trouvé des qualités, mais dans mon souvenir Joseph n'est pas très sympathique et je ne m'étais pas attachée à lui. On en disait tellement de bien à sa sortie que j'ai plutôt eu une petite déception.
Répondre
G
Je n'avais pas entendu parler de ce roman avant de voir sa version j'ai lu poche ! Donc je n'attendais rien de spécial, enfin si tout de même, sinon je ne l'aurais pas acheté !
E
je garde un très bon souvenir de cette lecture... L'évolution du héros notamment ....
Je précise que je ne suis pas tellement branchée dystopie :-)
Répondre
K
Je suis ravie que tu aies aimé!
Répondre