LES COULOIRS AERIENS, BD de DAVODEAU, JOUB & HERMENIER

Publié le 3 Avril 2021

BD ,  futuropolis, Davodeau, Les couloirs aériens, critique, avis, blog

BD - Editions Futuropolis - 112 pages - 19 €

Parution en octobre 2019

L'histoire : Cinquante ans. Ça y est. Il a cinquante ans. Il se souvient bien. À vingt ans, enflammés par leur fougue juvénile, Yvan et ses copains regardaient les quinquagénaires comme des mecs finis, presque au bout de la route. C'est maintenant son tour. Il y est. Et en quelques mois il a perdu sa mère, son père, et son boulot. Sa femme, Florence, travaille beaucoup, prend souvent l'avion et vit dans les décalages horaires. Les enfants ont quitté le nid, normal. Alors, forcément, Yvan est un peu paumé. Il s'est réfugié dans le Jura, chez ses amis de toujours Thierry et Sandra. Avec ses fringues, ses bouquins, des babioles. Toute une vie, ou presque, dans quelques cartons... Cinquante ans. Allez, ça n'est peut-être pas le bout de la route, mais c'est un virage un peu casse-gueule.

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°1

 

Mon humble avis : A la vue du titre, je pensais bêtement que cet album traitait du sujet de l'installation d'un aéroport dans une zone proche de la nature... Et je pensais faire l'impasse, pas émoustillée plus que ça à l'idée de rejoindre des zadistes ou autre. Mais le billet de Violette m'a réaiguillée ! Il n'est pas du tout question d'aéroport. Certes, un avion passe tous les jours à la même heure au-dessus de la tête d'Yvon, le personnage principal. Mais les couloirs aériens sont en fait une métaphore des vies bien tracées qui nous attendent, que nous menons le plus souvent, sans oser en dévier. Et quand c'est la vie elle-même qui dévie, et bien nous voilà déboussolé. C'est ce qui arrive à Yvon : il vient de perdre son travail, ses deux parents, ses enfants volent de leurs propres ailes et assez loin, sa femme travail au bout du monde. Et en plus, il "fête" ses 50 ans... Bref, tout cela ressemble à la fin du monde. Un vieil ami l'accueil quelque temps dans son village jurassien enneigé. Yvon se laisse aller, se laisse couler... et puis un jour les déclics vont s'amonceler : non la vie n'est pas finie à cinquante ans, au contraire, c'est l'occasion d'une mise au point, d'une check list et d'un nouveau départ. Et c'est parfait pour déneiger ce qui s'accumule tant devant votre porte, que dans votre esprit, que dans votre vie !

Tout cela est joliment mis en dessins et en bulles par Etienne Davodeau et ses compères. C'est une belle histoire sur le temps qui passe, sur les choix que l'on a fait, leur répercussion, et les nouveaux horizons qui s'offre parfois à nous. Le tout dans des paysages neigeux, propice à l'isolement, la réflexion et l'apaisement. Cette BD porte aussi sur les amitiés de toujours, parfois malmenées par les chemins de chacun, mais qui réservent aussi de belles surprises et des secrets bien cachés.

Cet album me fut bien agréable à lire, même si, par moment, l'envie me prenait de vouloir "botter" les fesses d'Yvan, qui se plaint un peu trop à mon goût. Une BD très à propos pour moi : les 50 ans, c'est l'année prochaine !

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0
Commenter cet article
A
Un Davodeau à noter donc. Dis donc, je viens de me rendre compte que je suis passée à côté de ton anniv, donc Joyeux anniv un peu en retard ! ^^
Répondre
S
J'aime beaucoup Davodeau. Effectivement, le titre fait un peu fuir.
Répondre
K
Davodeau a fait de très belles choses, j'étais moins tentée par celui-ci...
Répondre
L
je ne suis pas trop BD mais tu verras à la médiathèque de ta nouvelle ville il y a un bon rayon BD
Répondre
A
Je me demande si je ne l'ai pas lu cet album et pas trop aimé.
Répondre
E
il est dans ma liste spéciale BD qui curieusement s'allonge à la même vitesse que la PAL ...
J'étais très eu BD avant,fan d'Asterix surtout la période Goscinny Uderzo j'ai ouvert mon champ de vision avec "Les vieux fourneaux"
ça fait beaucoup de bien car cette année il y a énormément de tentations :-)
Répondre
K
Lu mais pas chroniqué, OK c'est Davodeau donc je lis, mais le personnage principal n'est pas toujours bien 'aimable'
Répondre