DE L'EAU POUR LES ELEPHANTS, film de Francis LAUWRENCE

Publié le 7 Mai 2011

Synopsis :  1931, période de Grande Dépression aux Etats-Unis. A la suite d'une tragédie familiale, Jacob, un jeune étudiant en école vétérinaire, se retrouve subitement plongé dans la misère et rejoint par hasard un cirque itinérant de seconde classe. Il se fait accepter en échange des soins qu’il pourra apporter aux animaux et ne tarde pas à tomber sous le charme de la belle écuyère Marlène. Elle est l'épouse du directeur du cirque, un être d’une rare violence et totalement imprévisible. Derrière la beauté et la magie des spectacles, Jacob découvre un univers impitoyable et miséreux. Lorsqu’une éléphante rejoint le cirque, Marlène et Jacob se rapprochent l’un de l’autre et préparent un nouveau spectacle qui permet un temps de renouer avec le succès. Mais leurs sentiments deviennent de plus en plus perceptibles et sous les yeux d'August, cette histoire d'amour les met irrémédiablement en danger.

 

Avec Robert Pattinson, Christopher Waltz, Reese Witherspoon

 

 

 

 

D'après le roman éponyme de Sara Gruen

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

 

 

 

Mon humble avis : Conclusion, on est vraiment tous différents !!!  Je m'explique... A la fin de ma séance, des personnes ont applaudi, ce qui est tout de même assez rare pour être relevé. Je n'ai pas eu du tout envie d'applaudir, même si je reconnais que ce film ne manque pas d'arguments.

J'ai aimé le côté épique de cette histoire, qui nous permet un retour en arrière, à une époque où le cirque était le roi, voir l'unique divertissement de proximité. Cet aspect du film m'a vraiment intéressée, m'a ouvert les yeux sur une période (les années 30, la prohibition, la crise aux USA), que je méconnais, et sur un monde qui reste magique à travers les yeux d'enfants que l'on a toujours, même s'il semble désuet : le cirque et la vie de saltimbanque d'alors. De ce point de vue, j'avoue que "de l'eau pour les éléphants" est une belle réussite, qui rend hommage tant aux artistes qu'aux hommes de l'ombre qui vivaient dans la misère, la précarité ... une vie sans attache, nomade (ce qui n'a pas changé). Le film dénonce aussi les méthodes alors utilisées pour s'assurer l'obéissance des animaux. Bien entendu, cela révolte, et notre conscience nous soulage vite en nous murmurant "ce n'est certainement plus comme ça aujourd'hui, inimaginable ! ". Je l'espère, de tout coeur.

L'histoire d'amour, quant à elle, est assez téléphonée, sans grande surprise, même si notre esprit se laisse prendre par le charme et l'inquiétude : vont-ils pouvoir s'aimer ?... Le méchant va-t-il être très méchant ?... Oui, parce que dans ce film, les gentils sont très gentils et les méchants très inquiétants. On n'évite pas certains clichés, quelques grammes de mièvrerie et quelques ralentissements... Oui, le train du cirque s'arrête parfois trop longtemps dans certaines gares...

Les acteurs... Conclusion, nous sommes vraiment tous différents ! Robert Pattinson ne m'a vraiment pas convaincue... et pourtant, je n'ai vu aucun Twilight. Mais l'impression qu'il était l'atout majeur pour attirer une foule de demoiselles dans les salles ne m'a pas quittée, surtout quand je regardée autour de moi...

Reese Witherspoons... Alors que le journaliste (au masculin) du Monde la rhabille pour l'hiver.... Et bien elle m'a beaucoup touchée, notamment par son admirable grâce. Enfin, j'ai découvert l'acteur Christopher Waltz qui rend le personnage d'Auguste particulièrement ambigu et inquiétant. A suivre.

Un fim relativement bon, mais loin d'être parfait... C'est un film conçu pour venir chercher mes bons sentiments... je préfère les films où je donne mes émotions, à l'insu de mon plein gré... Bref, je préfère les films où je peux rire, pleurer ou rester extérieure suivant ce que je suis, en non ce que l'on attend de moi !

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0
Commenter cet article
S


Titanic. Ça commence pareil avec le personnage principal qui raconte son histoire. Le déroulement de l'hsitoire d'amour à qq point commun aussi. la différence de "milieu social" même si c'est pas
si évident dans ce film...



Répondre
G


@ Sophie : Effectivement. je n'y avais pas pensé.



S


Moi, j'ai beaucoup aimé ce film. J'ai fermé yeux et oreilles quand l'autre *&@^%# a maltraitée cette magnifique éléphante mais sinon l'histoire, le contexte du cirque, tout ça m'a plu.


Je ne sais pas si quelqu'un a remarqué mais le schéma du scénario ressemble assez fortement à un certain film de 1998.



Répondre
G


@ SophieLJ : A quel film fais tu allusion ? De mon côté, je ne vois pas !



L


je n'ai pas lu le roman, alors comme j'aime bien lire le roman avant de voir l'adaptation.... je crois que ça attendra du coup ^^



Répondre
G


@ Lilibook : Je pense que tu peux voir le film et trouver encore de l'intérêt dans le roman qui doit être plus approfondit que le film.



J


J'ai adoré le roman, malgré le fait que je déteste le cirque (et ça depuis que je suis toute petite !). Quant au film, je ne le verrai qu'en DVD quand il sortira ... au moins, si j'ai envie de
pleurer, je pourrais faire ça tranquillement chez moi ;) mdr ! Mais j'ai peur que la présence de Robert Pattinson me laisse de marbre ... je le trouve autant expressif qu'une porte de prison !



Répondre
G


@ Joelle : Même pas pleuré ! mais fermer les yeux devant certaines scènes, oui ! Et assez d'accord concernant Robert. une copine à moi lui a trouvé un air de Schwarzy et c'est assez vrai !



G


Pas trop envie d'aller voir le film, mais le livre, pourquoi pas????



Répondre
G


@ Gambadou : Si tu veux le livre, je te le donne avec plaisir, il te suffit de venir le chercher à St Grégoire ou sur mon lieu de travail au longchamps. reste à convenir d'un rdv !



I


Je viens de m'acheter le roman. Je reviendrai voir ton article après lecture.



Répondre
G


@ Isa : j'ai le roman dans ma PAL depuis 2 ans, livre reçu par LDP lors du prix des lecteurs. Toujours pas lu et je pense que le film me suffira.



A


Je l'ai lu le livre et je l'ai adoré ; c'est pour cela que j'ai très envie de voir cette adaptation au cinéma surtout que l'acteur masculin m'a bien plu dans Twilight. Mais c'est sûr que cela ne
fait pas tout ; il faut de temps en temps une osmose entre les acteurs, l'histoire et le réalisateur qui n'était peut-être pas à son maximum. Tu as quand même mis 3 étoiles donc je le verrai un
de ces jours.



Répondre
G


@ Anne : Oui, c'est un film qui a tout de même pas mal d'atouts !



R


J'ai lu le livre , niveau sentiments c'est pareil que le film je pense. Et pis Pattinson, c'est pas sa faute mais je peux pas le voir en peinture celui la.



Répondre
G


@ Readpocket : Et bien figure toi que j'ai le livre dans ma PAL depuis 2 ans, reçu lors du prix des lecteurs poches à l'époque et pas eu le temps de lire.... N'en n'ai pas plus envie après avoir
vu le film. je crois que je vais donner le bouquin à quelqu'un.



A


J'aime bien tes remarques de fin de billet, je vois très bien ce que tu veux dire, du coup je ne pense pas aller le voir - je le pressentais un peu aussi avec la bande-annonce.


Ah oui, euh, toujours pas vu La fille du puisatier... Enfin pas eu la possibilité d'aller au ciné de la semaine il
faut dire...



Répondre
G


@ AGFE : Moi, je prends de l'avance, vu Mr Papa hier en avant première, en présence de Kad. Très bien et kad très sympa. Une belle soirée.



M


Hélas, les cirques sont encore loin d'être des havres de paix pour les animaux. C'est pourquoi les associations luttent pour qu'il n'y ait plus d'animaux dans les cirques.


Le livre me tente, plus que le film, même si je sais que les passages sur les animaux vont briser mon petit coeur.



Répondre
G


@ Manu : Il y a effectivement 3 moments difficiles dans le film à ce sujet.



M


Je comprends ce que tu veux dire. Trop de bons sentiments sans doute, pas d'émotion profonde, comme c'est difficile de toucher les gens !


J'ai eu le même sentiment pour " Les petits mouchoirs " que l'on me forçait la main.. .ou plutôt le coeur !


Bon week-end !.



Répondre
G


@ Mayr : Par contre, moi les petits mouchoirs m'ont beaucoup touchée. Pas l'histoire globale, mais l'histoire individuelle de chaque personnage, de leur solitude malgré l'aspect groupe.