EN CAS DE BONHEUR, de David FOENKINOS

Publié le 28 Février 2013

 Roman - Editions J'ai Lu - 191 pages - 4.80 €SAM_1671.JPG  

 

 

Parution chez J'ai lu en mars 2012

 

 

L'histoire : Ah, le couple, l'Amour, les années !

Méfiez vous d'un homme qui devient suprenant et qui s'affale dans un hamac... Cela peut conduire à des ruptures amoureuses et une suite de conséquences inimaginables... 

 

 

 

 

 

 

 

Tentation : Bah, le nom de l'auteur pardit !

Fournisseur : Ma PA J'ai Lu, merci Silvana

 

 

 

 

 

 

 

 

 étoile3etdemi

 

 Mon humble avis : Encore un livre emmené sous les tropiques et finalement lu sous la couette bretonne !

Alors, je peux un peu développer le pitch... Jean Jacques et Claire sont maintenant mariés depuis plusieurs années. Ils ont une petite fille. Ils partagent réussite professionnelle et familiale (quel modèle aux yeux du monde), routine et le repas dominical chez les beaux parents, incontournable, et qui s'achève par le "vous boirez bien une petit prune" que Jean Jacques bois et déteste.

Envie d'autre chose, l'adultère et ses merveilles du début, le soupçon de l'autre, qui pousse chaque membre du couple à se deviner cocu... La séparation et là.... Le manque.

David Foenkinos décortique ici le couple, son usure jusqu'à la ruine... Vous me direz, rien de particulièrement original jusqu'ici. Oui, sauf que sous la plume de Foenkinos, l'amer prend une toute autre saveur ! Ton décalé, tendre et cruel, drôle et cynique mais jamais méchant, même si très vrai... Les travers des uns et des autres, le tout dans l'allégresse d'une écriture dont seul notre auteur fétiche a le secret ! Il faut dire qu'il manie aphorismes et métaphores, aussi pertinentes qu'incongrues, comme personne ! C'est jubilatoire ! Et ce drame que nous lisons se transforme en comédie satirique ! Même si ma culture dans ce domaine est minime et lointaine, j'ai comme l'impression que le procédé de Foenkinos, version 21ème siècle, n'est pas si éloigné de celui d'un certain Molière en fait. Bon que les puriste de Molière me pardonne si je me trompe, mais mon impression est sincère.

On pourrait craindre que l'histoire se perde en longueur, mais c'est sans compter les facéties de l'auteur qui exécute parfaitement deux pirouettes triple salto arrières pour relancer la machine, ce qui fait que la sensation de longueur approchante dans la deuxième partie s'efface très vite.

Dans cet opus, David Foekinos a posé ses obsessions sur les ascenseurs, les portes dans les bureaux,les hamacs, les gigots, la petite prune, la routine...

Mais que l'on se rassure, nous avons affaire à un auteur résolument optimiste, qui croit bien à l'amour d'ici et maintenant, pas à celui d'hier, ni à celui promis par le bureau d'à côté, par la nouveauté et la jeunesse. Non, il croit bien à l'amour lorsque celui ci est reconnu dans son ensemble, et pas forcément dans un petit détail.

Encore un livre qui fut un délice à lire, que j'ai parsemé de petite croix... Allez, j'en partage quelques unes :

 

"La séduction nous pousse à paraître plus qu'à être"

 

" Ce ne sont jamais les couples qui s'effritent ; ce sont les restes du monde et de l'humanité qui, lentement, reprennent leur place ; qui lentement, grignotent le terrain momentanément cédé à l'amour."

 

"Il y a des gens formidables qu'on rencontre au mauvais moment de notre vie. Et il y a des gens qui sont formidables parce qu'on les rencontre au bon moment de notre vie"

 

"On avait des assurances pour la mort, pour la voiture, et pour la mort en voiture. Mais qui nous protègera du bonheur ? Il venait de comprendre que ce bonheur, en devenant si fort, était la pire chose qui pût lui arriver."

 

"Il était Christophe Colomb. Le corps de Sonia, après temps de monogamie et d'appauvrissement sensuel, son Amérique. Et face à l'Amérique, on se sent toujours un peu petit."

 

 

 Je vous en promets plein d'autres bien meilleurs, mais qui doivent être lues dans leur contexte, sous peine de perdre saveur et drôlerie !

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
P

Depuis "La délicatesse", je n'ai plus rien lu de l'auteur. Je me méfie de lui...
Répondre
G


@ Philippe : Je l'ai découvert avec la délicatesse... J'ai lu 4 autres livres de lui depuis... Et celui que j'ai le moins aimé... C'est la délicatesse ! Alors fonce !



S

Je l'ai lu il y a un bon bout de temps mais j'en garde un bon souvenir !
Répondre
G


@ Sylire : Moi, ça y'est, je suis accro à cet auteur qui n'a mis que un an et demi  figurer parmi mes auteurs préférés, ceux dont je guette les prochaines sorties etc !



A

Finalement, un livre optimiste à lire sous la couette (bretonne ou pas...)
Répondre
G


@ Alex : J'ai l'impression que Foenkinos met toujours de l'optimisme avec le drame derrière !



M

Toujours pas lu cet auteur alors que j'en ai deux dans ma PAL.
Répondre
G


@ Manu : Et bien précipite toi, c'est du bonheur à lire !



M

Un livre qui me semble très sympa je note ! j'aime beaucoup les articles de David Foenkinos parus dans Psychologie Magazine . et cela me donne envie de découvrir ses romans surtout après ton
billet !
Répondre
G


@ Mary : Ah oui, c'est vraiment un auteur qui a son univers, et j'aime ça ! J'ai son dernier roman sur ma table de nuit, faut que je finisse mon thriller en cours d'abord !



M

Ce roman me tente car j'aime justement le positivisme de l'auteur. Je note une seconde fois car il était déjà dans ma LAL.
Répondre
G


@ Mélusine : Alors précipite toi, un tel livre fait tellement de bien !



L

Ahhhhh, mon chouchou !
Répondre
G


@ L'irrégulière : Ton chouchou, je l'ai rencontré la semaine dernière, suis prise en photo avec lui, et il s'est déclaré Open à une propo indécente de ma part mais posée sur le ton de la
plaisanterie !



Y

j'ai lu un bouquin de l'auteur et franchement, je n'ai pas été emballé, je ne suis vraiment pas sûr de retenter l'expérience
Répondre
G


@ Yv : je me souviens de ton billet, sur le potentiel... il semble que tu aies lu son roman qui ait le moins bonne presse. je t'encourage donc à une nouvelle tentative... Genre les souvenirs, qui
vient de sortir en poche.