LES AUTRES, d'Alice FERNEY

Publié le 21 Juin 2013

 http://www.librairiepantoute.com/img/couvertures_300/alice-ferney-les-autres.jpgRoman - Editions J'ai Lu - 374 pages - 7 €

 

 

Parution chez J'ai lu en 2009 (origine Actes Sud 2006)

 

 

L'histoire : Elle est racontée 3 fois, sous 3 points de vue....

Dans une maison, une famille et quelques amis fête l'anniversaire du benjamin. Théo a 20 ans. Pour l'occasion, Niels, son frère, lui offre un jeu de société qu'ils "s'empresseront" de tester. Un jeu fait de questions destinées à mieux se connaître les uns les autres. C'est alors que certains se révèlent et que d'autres se découvrent. Qui se connaît vraiment ? Faut il tout savoir des autres ?

 

 

 

 

Tentation : Le pitch et une auteure à découvrir

Fournisseur : Ma PAL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

étoile3etdemi

 Mon humble avis : Très vite, je me suis dit que ce livre allait être un énooooorme coup de coeur ! Et puis finalement non, mais il s'en est fallu de peu !

Dans sa forme, "Les autres" montre une belle audace. L'idée d'Alice Ferney de narrer la même histoire sous trois aspects (ou points de vue) différents se révèle rare et très judicieuse. Tout d'abord, place aux "choses pensées" nous font pénétrer par de courts passages (entre une et trois pages), dans l'esprit des protagonistes. Nous savons alors ce qu'ils pensent durant cette soirée mouvementée, ce qu'ils craignent, ce qu'ils observent ou remarquent. Ensuite, ce sont les "choses dites" qui s'expriment. Le texte prend alors plus la forme de dialogues et nous suivons en direct échanges paisibles et altercations entre les personnages. Enfin, les "choses rapportées" épousent la forme classique du roman, apportant un oeil, une oreille extérieurs... sans doute ceux d'Alice Ferney, de l'auteure... ou de nous, lecteurs, si nous avions assistés à cette soirée et avions dû en faire un récit. Nous discernons donc de nouveaux détails qui nous font concevoir ces gens encore différemment. Et puis c'est un peu comme la vie qui est toujours vue sous prismes hétérogènes. Il y a ce que l'on ressent de soi, ce que l'autre pense de nous, et ce que nous imaginons que l'autre perçoit de nous. La boucle est bouclée, et pourtant, rien à voir avec le point de départ.

Ces trois procédés accolés sont très intéressants. Ils m'ont permis de constater que les formes narratives qui me captivaient le plus étaient les "choses pensées", car écrites à la première personne du singulier. Le sentiment d'identification avec certains personnages devenait paroxystique. Ensuite, "les choses dites" m'ont placée au milieu de la scène, me donnant presque un rôle de participante.... bien qu'inactive. Enfin, "Les choses rapportées" m'ont laissée plus distante, comme extérieure... et c'est d'ailleurs là que mon entrain et mon attrait de lectrice se sont émoussés. La cause à la narration, où au fait que je connaissais déjà l'issue ? Je l'ignore, mais c'est là que ma quatrième étoile s'est coupée en deux !

Sortons du procédé littéraire et intéressons nous à l'histoire, au style, au personnage, au talent exceptionnel d'Alice Ferney. Son sens de l'observation, sa claivroyance, son acuité, sa psychologie et la finesse de l'ensemble m'ont bluffée au plus haut point. Je ne pense pas avoir déjà mis autant de petites croix dans les marges pour relever la crème d'un roman. Alice Ferney détaille avec une sensibilité et une cruauté sans faille les dits et les nons-dits, les secrets, les gestes, les hypocrisies, les regrets, les craintes, les regards, les boutades qui n'en sont pas, les récriminations, les larmes ravalées, les secrets de familles qui remontent à la surface. C'est un sacré trajet que nous faisons dans le labyrinthe et les voies sans issue des liens entre les Hommes. Alice Ferney suggère ou met des mots sans complaisance sur nos travers et notre intime. Ce livre criant de vérité pourrait servir de base à l'écriture d'un traité sur la complexité de l'individu et des relations (in)humaines. Pourquoi le regard que l'autre pose sur nous prend il tant d'importance, pourquoi se ment on à soit même avant de mentir au autre, pourquoi la critique nous est si pénible, pourquoi nous détestons nous au lieu de nous aimer, pourquoi ce jeu que nous montrons à l'autre et que l'autre prend pour argent content ? Pourquoi nous connaissons nous si peu les uns les autres, et soi même. Un roman d'une fabuleuse richesse sur le MOI, le TOI, le IL et ELLE, le VOUS, le ILS et ELLES, bref, le NOUS à découvrir, comme ce livre. Car Les Autres, c'est forcément un peu de nous quelque part. Nous sommes tous l'autre de quelqu'un, voire de quelques uns ou d'une multitude.

 

 

 http://p0.storage.canalblog.com/04/52/864271/84686081_o.jpg

 

 

 

 

 

 Avec Tiphanie

 

 

 

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
A

Passée pas loin du coup de coeur, alors.
Répondre
G


@ Alex : Tout à fait !



M

Mon avis sur ce roman est proche du tien. Mais curieusement (ou non), c'est justement cette première partie qui m'a le moins plu et m'a paru la plus longue ;-)
Répondre
G


@ Manu : comme quoi chaque roman touche chaque personne de façon différente !



H

J'en garde un très bon souvenir ! Lu avant le blog...
Répondre
G


@ Hélène : Et oui, dire qu'on a eu une vie avant le blog !!!



S

Une auteure que j'aime beaucoup mais je n'ai pas lu celui-ci, craignant que le propos soit redondant. Ton billet me remotive un peu. On verra s'il croise mon chemin un jour.
Répondre
G


@ Sylire : Si tu trouves ce livre redondant, ce sera dans la 3ème partie... Et rien ne t'oblige à la terminer en fait ! C'est ta liberté de lectrice !



K

Graâce et dénuement


http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-20535658.html
Répondre
G


@ Keisha : je note, car nul doute que je vais approfondir alice Ferney !



P

Un livre que je ne connais pas mais qui m'a l'air intéressant, au moins dans sa forme.


Passe un bon weekend. 
Répondre
G


@ Philippe : Dans sa forme et dans son contenu ! Tu peux y aller !



A

Ça me plaît ton commentaire, ça me donne envie de lire ce livre de suiiiiite. J'aime l'idée des 3 points de vue.
Répondre
G


@ AGFE : C'est effectivement un choix narratif original et intéressant.



T

J'aime beaucoup la conclusion de ton billet. Comme je le disais aussi sur mon blog, la troisième partie rapportée m'a fait décrocher, c'est dommage, sinon comme toi ça aurait pu être un coup de
coeur. Je pense pour ma part que c'est plus la redite que la technique narrative qui m'a ennuyée, mais en effet je préfère aussi les romans écrits à la première personne du singulier. J'ai parlé
du livre avec une collègue et elle me dit que ce jeu de société existe vraiment, je vais mener ma petite enquête.
Répondre
G


@ Tiphanie : Je me disais justement pendant ma lecture qu'un tel jeu ne pouvait pas exister, mais qu'à l'époque de téléréalité, il ne faudrait pas s'en étonner non plus ! Je veux bien le résultat
de ton enquête !



G

Ce n'est pas mon préféré de cette auteure, mais une très bonne lecture et un bonne analyse des moeurs !
Répondre
G


@ Gambdou : Comme c'est mon premier, je ne peux pas comparer, mais j'ai bien l'intention de pouvoir comparer un jour !



K

J'avais teeeellement aimé son bouquin avec les gens du voyage, que celui ci m'a déçue.
Répondre
G


@ Keisha : Et quel est le titre de ce livre avec les gens du voyage ??



V

Je n'ai pas encore découvert cette auteure mais j'ai enfin Grâce et Dénuement dans ma PAL.
Répondre
G


@ Valérie : C'est vraiment une plume et une finesse de l'analyse à découvrir je pense.



L

Un auteur que j'ai bien envie de découvrir !
Répondre
G


@ L'irrégulière : Tu crois qu'un jour, on arrivera à lire tous les auteurs qu'on a en tête ???



E

J'adore les histoires où le même évènement est raconté sous plusieurs points de vue. Je le note
Répondre
G


@ Elodie : Ce livre vaut plus qu'un détout ! ALors bonne lecture !



A

Je ne sais plus si je l'ai lu ou pas, celui-ci ! En tout cas, j'ai beaucoup aimé les premiers romans d'Alice Ferney, mais "Passé sous silence" m'a déçue, et j'hésite pour le dernier. Mais si je
le trouve "par hasard" en bibliothèque, je m'y intéresserai !
Répondre
G


@ Anne : C'est le genre de livre que l'on oublie pas ! Donc si tu ne t'en souviens pas, c'est que tu ne l'as sans doute pas lu !