LES VOISINS D'A COTE, de Linwood BARCLAY

Publié le 6 Mars 2013

 

Thriller - Editions J'ai Lu (Belfond) - 520 pages - 7.60 €

Parution chez Belfond en août 2010 et chez J'ai lu en février 2012

 

L'histoire : Une petite ville de l"Etat de New York et un triple homicide. Une famille apparemment sans histoire. Seul témoin, Déreck, le fils des voisins, qui avait décidé de la soit disant absence des Langley pour faire de leur maison un petit nid d'amour avec sa copine.... Le problème est qu'il tait la vérité qui ne tarde pas à refaire surface. L'adolescent devient alors le suspect idéal. Jim et Ellen, ses parents vont tout tenter et tous risquer pour le sauver, quitte à plonger dans des souvenirs vieux de dix ans....

 

 

Tentation : La réputation de l'auteur

Fournisseur : Ma PAL J'ai Lu, merci Silvana !

 

-toile3.jpg

 Mon humble avis : Silvana m'avait dit que ce titre était moins bon que "cette nuit là", titre précédent de l'auteur et déjà dans ma PAL. Donc logique, j'ai commencé par celui ci, histoire d'y aller crescendo !

Et bien cette histoire m'a bien captivée. Il faut dire qu'avec un thriller, on se dirige normalement vers un intérêt certain, quelque soit la qualité globale du livre. Un meurtre : qui, pourquoi ? Sans réponse à ses questions, impensable d'abandonner le livre.

C'est ce qui m'est arrivée malgré des désagréments certains. Allons dans l'ordre... On entre assez vite dans le vif du sujet, puisqu'au bout de 30 pages, les 3 premiers cadavres sont là.... Et puis, on navigue entre deux eaux durant une bonne centaine de pages qui, réduite de moitié, se seraient révélées suffisantes. Le ptich et la 4ème de couv nous mène jusqu'à la moitié du roman. Alors, certes, plusieurs pistes sont présentées, notamment celle qui ne laissera pas de glace les lecteurs que nous sommes : un best seller à la paternité douteuse qui semble à secret à enterrer...  Pas trop de personnages, donc le livre se lit bien et l'on ne se perd pas. Par contre, le personnage du maire de la ville est pour moi franchement caricatural du connard parfait. Trop connard pour être honnête et maire, à moins que je sois naïve et que le système politique américain m'échappe encore plus que celui de ma nation.

Je ne sais si c'est la plume de l'auteur ou le système narratif choisi ou la traduction de l'Américain au Français qui cloche, mais le style m'est souvent paru mauvais, au point de me faire émettre des pfff, c'est pas possible. Lourd, lour... genre traduction littérale peut-être ?

Exemple : qu'est-elle devenue après avoir arrêté de venir ici ?

Ou : en faisant faire demi tour à la voiture

Encore : Tu peux la louer au magasin de vidéo... Même en France, on a toujours utilisé le terme vidéoclub...

Je sais, je ne parais pas très engageante, mais pourtant, ce livre vaut le détour car l'intrigue est vraiment bien ficelée et elle tient en haleine comme bon nombre de thriller de qualité incontestable. Ok, j'avais deviné une partie la fin 100 pages avant, mais c'est parce que je suis très imaginative !!!! Et puis, malgré cela, on attend toujours un éventuel rebondissement, qui arrive ou pas, et qui nous garde tendu comme un arc et scotché à notre livre.

                                                                

 

 Des avis plutôt bien positifs sur Babelio

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0
Commenter cet article
A

Intéressant tes remarques au sujet de la traduction. Mine de rien, ça joue beaucoup dans l'appréciation d'un livre... On devrait inventer un métier type "traducteur de
traducteur" 
Répondre
G


@ AGFE : Oui, je postule... mais maintenant que j'y pense... L'auteur vit au Canada, c'est peut-etre une traduction canadienne, car les canadiens sont bien du style  dire magasin de vidéo
pour ne pas dire vidéoclub



M

Un auteur que j'ai envie de découvrir pour quand j'aurai envie de ce genre de lecture. Mais je note que ce titre n'est pas le meilleur.
Répondre
G


@ Manu : A priori, tu devrais choisir "Cette nuit là". Il a fait un tabac y'a un an ou deux sur la blogo et dans les ventes !



M

Parfois on ne sait pas trop si la lourdeur du style est dûe à une traduction médiocre ou vraiment à l'écriture de l'écrivain mais c'est assez désagréable.
Répondre
G


@ Mary : En même temps, est ce que le rôle du traducteur est de réécrire un livre mal écrit à la base ? Je n'en sais rien. mais là, le pb a été flagrant pour moi.



L

ok je note car tu as l'air conquise


Luocine
Répondre
G


@ Luocine : COnquise par l'intrigue, pas par le style !



V

J'en ai lu un de l'auteur et jen'ai pas été emballée. 
Répondre
G


@ Valérie : Etait-ce "Cette nuit là" ? Car c'est l'autre livre de 'auteur que j'ai dans ma PAL...



A

J'attendrais ton avis sur le prochain de cet auteur, alors.
Répondre
G


@ Alex : Il ne devrait pas trop tarder car ces temps ci, le genre thriller me fait vraiment du bien.



C

Je suis allergique à cette auteure ! 
Répondre
G


@ Clara : Diable, pourquoi tant de haine envers ce Monsieur ?! (oui, c'est un homme, malgré le prénom à consonnane
féminine !)



L

J'avais hésité à le demander, mais vu le style et les exemples que tu cites, j'ai bien fait ! Marre de ces bouquins mal écrits ! 


Je viens de terminer La princesse de glace et pareil, j'ai remarqué plusieurs lourdeurs et tournures de phrases vraiment médiocres... et impossible de savoir si c'est le style de l'auteur ou la
traduction...
Répondre
G


@ Liliba : Je vais lire son premier roman pour comparer le style et l'écriture et voir si les voisins d'à coté est juste une erreur de passage. Ceci dit, l'intrigue tient sacrément la route et
tient en haleine !