UN BRILLANT AVENIR, de Catherine CUSSET

Publié le 10 Mars 2012

Roman - Editions Gallimard - 370 pages - 21 €

 

 

Parution en août 2008. Existe aussi en Folio

 

 

L'histoire : La vie d'Elena la jeune roumaine, d'Helen l'américaine, de Lanoush pour ses intimes.

Elena est une jeune fille qui vient de Bessarabie. Le destin la mènera en Roumanie, en Israël et enfin, aux Etats Unis. C'est le portrait d'une femme décidée, de caractère, qui sait ce qu'elle veut et qui sait d'où elle vient. Une femme qui, exilée de la Roumanie de Causescu, connaît le prix de la liberté et les pièges de ses apparences.

Un portrait de femme qui traverse plus d'un demi siècle, en passant du communisme totalitaire à l'ultra libéralisme américain, d'une éducation très stricte à une époque où les moeurs la dépassent. Mais au cours des années, une constante : sa famille, son mari, son fils, qu'elle protège contre tout danger, contre toute invasion... notamment, celle de sa brue...

 

 

Tentation : L'occasion d'une lecture commune avec Tiphanie

Fournisseur : Ma PAL, où se livre hibernait depuis 3 ans...

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

 

Mon humble avis : Et dire que ce roman dormait depuis 3 ans dans ma PAL, depuis le soir où, assistant à Rennes à la conférence "Rencontre des Goncourt", j'ai acheté et fait dédicacer ce livre. Pourquoi ne l'ai-je pas lu plus tôt ? (réponse : parce que j'ai lu d'autres livres ).

Un brillant Avenir est une histoire si riche qu'il sera impossible ici d'évoquer les multiples sujets qu'il traite ou qu'il effleure. Mais ce qui m'a surtout fascinée, c'est sa subtilité, ou celle de l'auteur, à dire les choses en silence. Catherine Cusset laisse une grande liberté au lecteur dans leur appréciation des personnages et des situations qu'ils vivent. Bien sûr, tout le monde se révoltera des ignominies infligées par le communisme totalitaire roumain de Nicolae Ceaușescu et chacun prendra la mesure de ce que représente l'absence de liberté et le rêve, parfois chimérique, de celle ci. Mais face à Elena, alias Helen, j'ai l'impression que l'auteur nous laisse le choix de l'aimer et de l'admirer pour son courage et sa tenacité ou de la trouver à son tour" tyranique" et capricieuse. A moins que, comme moi, vous oscilliez dans vos sentiments à son égard.  Je n'ai pas su la cerner vraiment car, à l'image du roman entier, Helen est un exemple de la complexité humaine, et mondiale... Il y a dans ce livre ce dont l'Homme est capable de meilleur, comme de pire. Attention, ce que je viens de dire n'évoque pas de violence physique et insupportable. Il s'agit plus de la domination et de la manipulation, que cela soit au niveau d'un Etat ou au sein d'une famille. Comme des contradictions humaines. Elena veut devenir américaine, mais ne fait pas grand chose pour se créer des liens amicaux...

L'écriture est soignée, agréable et très fluide.(Seule une phrase d'un dialogue semble très inapropos, elle a sans doute échappée à la correction). Pas d'aphorisme à droite et à gauche, mais une rivière qui coule des jours heureux sans heurts. Le livre commence en 2003, puis à chaque chapitre, change d'époque. On remonte jusqu'à 1958 au fin fond de l'Europe de l'Est pour terminer en 2006, dans le Metropolitan Muséum à New York. J'avoue qu'au tout début, ces voyages dans le temps m'ont un peu perturbée et puis... Catherine Cusset a su m'emmener avec elle dans la vie d'Elena en Roumanie, pour me ramener régulièrement dans celle d'Helen sur sa terrasse à Manhattan ! Deux histoires d'un même personnage qui se rejoignent. Et Jacob qui épouse Eléna, vient ensuite leur fils Alexandru. Puis débarque Marie, prétendante d'Alexandru. Et là, une tension monte, devient palpable à chaque page au point de mettre dans ce roman un agréable suspens... La situation va forcément exploser...

Mais attachons nous tout de même aux sujets qui m'ont bien plu et qui m'ont amenée à méditer...

L'égocentrisme qui prend au autre visage, une autre identité suivant le prisme de celui qui l'observe et l'étudie.

Les difficultés de communication au sein même d'une famille, l'effet devastateur des non-dits

L'antinomie d'une femme qui a toujours rêvé d'émigrer (donc d'être acceptée ailleurs) et qui refuse à Marie, la fiancée de son fils, la bienvenue dans sa famille...

Les sacrifices parentaux pour l'avenir (rêvé) de leurs enfants leur donnent ils le droit  de s'immiscer dans les choix de ces derniers concernant leur vie (professionnelle ou personnelle) ?

Un homme doit il obligatoirement porter sur ses épaules le poids des sacrifices effectués par ses parents pour qu'il parvienne à la meilleur éducation possible (Havard, dans le cas présent)...

Finalement, chaque génération ne reproduit elle pas les erreurs des générations précédentes, sous prétexte que c'est pour le bien de sa progéniture...

Comment refuser une différence en 1990 que l'on a eu tant de mal à faire accepter en 1960 par ses propres parents ?

Comment vit on dans sous un régime totalitaire, communiste, sans connaître avec certitude l'identité de ses parents ?

Suffit il de devenir Américain civiquement pour le devenir dans l'âme ? Comment effacer de ses habitudes des années de dictatures ?

La vie des émigrés et des émigrants, les difficultés à s'intégrer, l'énergie de "Tout recommencer".

La différence de mentalité entre les exilés (plus ou moins volontaires, voire pas volontaires du tout, par rapports aux habitants des pays occidentaux... Ces familles peuvent rester des années sans se voir, ne pas assister aux événements essentiels de la vie des siens (genre les funérailles), pour cause de visa et de frontières fermées. La relation à la famille est tout autre que dans notre douce France où, lorsque j'étais adolescente, un dimanche n'était pas envisageable sans la présence de mes grand-mères, où l'on s'envoie des texto pour un oui pour un non etc...

 

Une histoire, des personnages, une écriture, un livre qui m'ont portée et m'ont procuré une très brillante lecture ! Une Elena mystérieuse, souvent insaisissable. Que je n'ai pas particulièrement aimé mais dont j'ai suivi le destin avec passion. Une femme qui, à son insu,  me fait dire qu'avant de juger, il faut s'interroger...

 

 

Lecture commune avec Tiphanie, allons donc lire son avis ! Et celui d'Enna aussi !

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
I

Ah tiens je l'avais presque oublié celui-là, pourtant c'est pas l'envie de le lire qui me manque  !!!


Je le remonte tout de suite dans ma LAL.
Répondre
G


@ Isa : Ah oui, tu peux le faire remonter au point de faire d'un avenir brillant ta prochaine lecture !



E

Pour répondre à ta question, j'ai lu Le problème avec Jane que j'avais beaucoup aimé, Confessions d'une radine, La haine de la famille.
Répondre
G


@ Emma : Catherine Cusset est donc une auteure que tu connais bien ! Pour ma part, j'ai encore "La haine de la famille dans ma PAL !



V
Moi, c'est le problème avec Jane qui traîne dans la Pal ( c'est même le plus vieux livre de ma Pal) . Et je suis inexcusable car j'avais beaucoup aimé celui -ci, lu juste après la rencontre avec la
charmante auteure.
Répondre
G


@ Valérie : Quel âge à la plus vieux livre de ta PAL ? Moi, il a 14 ans !!! heureusement, c'est un classique, donc logiquement indémodable !



H

Quand on parle d elivres à messages... ;-) J'ai beaucoup pensé à ma belle-mère en le lisant et je 'lai vue sous un autre jour (je l'apprécie, mais elle m'est apparue sous un jour plus favorable
encore! )
Répondre
G


@ Hélène : Donc ta belle mère devrait remercier Catherine Cusset !



S

Je ne l'ai pas lu à sa sortie mais si l'occasion se présente pourquoi pas. J'aime beaucoup Catherine Cusset et ça fait un bon moment que je ne l'ai pas lue. Quant aux livres qui dorment dans la
PAL... n'en parlons pas !
Répondre
G


@ Sylire : C'était mon premier catherine cusset, j'ai encore "La haine de la famille" dans ma PAL. C'est terrible le nombre d'auteurs que l'on apprécie...



C

J'en garde un bon souvenir de lecture !
Répondre
G


@ Clara : J'ai bien l'intention de lire d'autre livre de cette auteure, notamment La haine de la famille, déjà dans ma PAL !



E

Je l'ai lu il y a déjà quelque temps et il me semble avoir été décue par cette histoire.
Répondre
G


@ Emma : Ah, cela peut arriver. Et as tu lu d'autres livres de l'auteure ?



A

Il y a toujours une bonne raison pour qu'un livre atterrisse dans une PAL, même si on la découvre 3 ans après! J'adore ce genre de révélations aussi, quand on découvre un trésor bien enfoui dans sa PAL. Bon sinon je n'avais jamais fait attention
au sujet de ce roman, comme ça m'arrive souvent en réalité quand on parle trop d'un livre à sa sortie ou qu'on lui décerne prix & co, mais là en y regardant de plus près, ça pourrait
carrément m'intéresser!
Répondre
G


@ AGFE :  Ah mais je suis persuadée que ma PAL regorge de trésors !


Oui, je pense que ce sujet peut vraiment te brancher !



G

je me souviens d'un livre à la construction originale, mais je n'ai aucun souvenir de l'histoire ! et quand un livre ne m'a pas marqué, c'est en générale que j'ai été un peu déçue ...
Répondre
G


@ gambadou : A quelques exceptions près, de mon côté, qu'un livre ai été un coup de coeur ou qu'il m'ai juste plu, j'oublie très vite les histoires. Il me reste le ressenti !



E

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman à la construction originale et j'aime bien tes questionnements!
Répondre
G


@ Enna : Oui, c'est un roman, qui, comme beaucoup d'autres dormi trop longtemps et injustement dans ma PAL. Et une petit LC permet de temps en temps de remédier à ces sommeils éternels !



A

Un roman qui pourait me plaire, je note.
Répondre
G


@ Alex : Tu peux, en plus, prix goncourt des lycéens = tout de même label de qualité !



M

Il faudrait que je le lise dans le cadre de ce challenge auquel je me suis inscrite aussi mais si l'héroïne n'est pas très sympathique, ça me freine un peu. 
Répondre
G


@ Mango : L'héroine m'est devenue moins sympathique au fil du livre, ce qui ne veut pas dire inintéressante, bien au contraire. Ce n'est pas un personnage de roman lisse et ménichéen, mais plutôt
un personnage complexe et subtile. A lire !



C

Il est dans ma PAL depuis 2 ans et comme pour d'autres livres, je me dis qu'il serait temps de l'en sortir !
Répondre
G


@ Cynthia : Allez, debout Cynthia, un brillant avenir t'attend !



A

Il est aussi dans ma PAL (depuis peu quand même) grâce aux blogs, et il servira pour le challenge Goncourt des lycéens !
Répondre
G


@ Anne : je t'en souhaite alors une belle lecture. Tu verras, c'est vraiment un livre excellent !



A

Un roman effectivement très riche qui mérite qu'on le sorte de sa PAL !! ;)
Répondre
G


@ Antigone : C'est clair, je regrette de ne pas l'avoir sorti plus tôt. Mais comme je pleure réglulièrement devant ma PAL avec tout ces bons livres qui y dorment et malgré cela, je ne peux
m'empêcher d'acheter d'autres livres ou de me servir à la bib à chaque fois que j'y vais !



T

Je pense qu'on peut dire que cette lecture nous a laissé la même impression, un avis mitigé sur Helen. Les questions que tu soulèves sont au coeur de ce roman. En ce qui concerne l'éloignement
des familles j'ai parfois le sentiment moi aussi d'évoluer en parallèle sans tout partager, même si je ne suis pas exilée à des milliers de km ... Une centaine suffit. Quoi qu'il en soit, Helen
de par sa volonté de s'intégrer et de voir son fils réussir se met elle-même en dehors, et reproduit un schéma qu'elle a elle-même rompu en étant jeune femme..
Répondre
G


@ Tiphanie : Oui, hélen est un personnage très interessant, savamment construit. Bon cet aprem, je réponds à mes comm et ce soir, je viens me balader chez les autres. Donc à tout à l'heure chez
toi !!!



A

tu en parles super bien, et ça donne vraiment envie ;)
Répondre
G


@ Anne Sophie : Il est des livres pour lesquels on sait déjà ce que l'on va écrire comme billet, un brillant avenir en fait parti, car il m'a beaucoup touchée !



M

Souvenir, souvenir... Déjà trois ans ?!! J'avais beaucoup aimé la rencontre avec l'auteur mais j'avais été déçue de ne pas avoir été emballée par son livre.
Répondre
G


@ Midola : Ah oui, je me souviens que tu l'avais acheté ! Par contre, je ne me souviens pas de ton avis. Qu'est ce qui t'avait déçu dans ce livre ?



D

ton enthousiasme donne envie de lire ce livre
Répondre
G


@ Denis : Et je précise, je ne suis pas commissionnée !!!