LES EVASIONS PARTICULIERES, de Véronique OLMI

Publié le 3 Février 2021

Véronique Olmi, roman, les évasions particulières, avis, chronique, critique

Roman - Editions Albin Michel - 512 pages - 21.90€

Parution le 19 août 2020 : Rentrée Littéraire

L'histoire : Elles sont trois soeurs, nées dans une famille catholique modeste à Aix-en-Provence. Sabine, l'aînée, rêve d'une vie d'artiste à Paris ; Hélène, la cadette, grandit entre son oncle et sa tante, des bourgeois de Neuilly-sur-Seine, et ses parents, des gens simples ; Mariette, la benjamine, apprend les secrets et les silences d'un monde éblouissant et cruel. Comment vont elles évoluer, trouver leur voie dans une société en pleine mutation ?

 

 

Tentation : Kdo de Noël de ma soeur

Fournisseur : Ma soeur 

Mon humble : Sans me bouleverser pour autant, ce roman qui ressemble une saga m'a littéralement happée. Véronique Olmi nous offre ici une chronique sociale et familiale sur une décennie entre 1971 et 1981 et l'avènement de Mitterrand au pouvoir... La décennie qui m'a vu naître et avancer dans l'enfance. Mais dans ces années-là, je n'avais aucune conscience de ce qui se déroulait au dehors de mes jeux d'enfants, du contexte géopolitique et social particulier qui m'entourait.

Ce roman répare bien ces manquements. Effectivement, les années 70 ont été denses en bouleversements de la société, des moeurs et de bien d'autres choses, via des lois et des nouveautés qui occupaient toutes les conversations, les préoccupations et divisaient : la pilule, la légalisation de l'avortement, l'homosexualité encore considérée comme une maladie psychiatrique, les fermetures d'usines, la reconnaissance de la souffrance animale... En lisant ce livre, l'impression est curieuse. Celle que tout cela était il y a bien longtemps, que l'on en a parcouru du chemin depuis... Pour penser en parallèle qu'en fait, les choses et les préoccupations n'ont pas tant changé que ça, et qu'il en reste du chemin à parcourir pour aboutir à une société plus juste, plus égalitaire, plus tolérante, plus respectueuse de l'environnement etc... Constater tout cela m'a vraiment intéressée. Il m'a semblé qu'à cette époque-là, les idéaux étaient plus forts, plus puissants, vécus plus intrinsèquement par chacun... C'est le cortège funèbre de Sartres qui a été suivi dans le tout Paris par des milliers de gens... Dans les années 2010... C'est pour Johnny Halliday... pas vraiment les mêmes références.

Et puis il y a cette vie familiale modeste et catholique, et ces trois filles, qui tout comme la société, vont s'affranchir au fil des années. J'ai aimé la justesse et l'idée de ce parallèle : l'affranchissement du carcan tant par une nation et une génération toute entière, que par trois personnages... Il n'y a qu'en quittant le nid familial que l'affranchissement du mode de pensée et de vie peut se faire et se vivre pleinement, car les possibilités multiples se présentent enfin, on teste, on s'essaye, puis on choisit, quelques que soient les déceptions possibles, et le revirement de situations. On sent que ces trois filles étouffent dans le giron familial où Dieu et le Pape font autorité, et le respect de la vie (donc contre l'avortement) dépasse tout... Jusqu'à ce que... Bref, nous assistons aux petits arrangements bien hypocrites de certains avec la religion où le pardon de Dieu a plus de poids que celui des Hommes...

Véronique Olmi nous plonge dans l'intimité de ses personnages avec une belle justesse, montre la complexité et l'ambiguïté de chaque être et des relations familiales avec brio et délicatesse, et n'hésite pas à nous bercer pour nous assener un bon coup sur la tête ou dans le ventre quelques pages plus tard. L'écriture est belle, dynamique, elle insuffle un rythme qui ne faiblit pas, malgré le volume important du roman. Cette histoire est très dense et foisonnante d'une multitude de sujets, il y aurait donc beaucoup à dire.

Curieusement, je me suis retrouvée un peu dans chacune de ces trois filles... Sabine, la révoltée sociale et féministe, Hélène qui se révolte devant le sort qui est réservé aux animaux et l'avenir écologique de la planète, et Mariette, qui s'émancipe pour l'instant dans le rêve, dans son monde intérieur, puisqu'elle est encore trop jeune pour voler de ses propres ailes. J'ai photographié beaucoup de passages, c'est un signe !

Un beau roman sur une décennie qui fut porteuse d'espoir, l'espoir de la libération individuelle et collective, sur l'émancipation, la force des convictions très vite amoindrie dans la réalité. A lire !

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0
Commenter cet article
A
Toujours pas lu cette auteure. J'avoue qu'elle n'est pas dans mes priorités (la sélection est de plus en plus sévère, ma PAL tire trop la tronche^^).
Répondre
P
Je ne connais pas ce titre.
De V. Olmi, j'ai lu Bakhita que j'ai bien aimé.
Répondre
A
Je n'ai pas lu Véronique Olmi depuis un bon moment. Pourtant, j'ai aimé ses premiers romans.
Répondre
A
Tu donnes envie !
Répondre