L'OISEAU DU MOIS (mai 21) : LE PIC EPEICHE

Publié le 28 Mai 2021

Pic épeiche, oiseau, photo, ornithologie

Bonjour, finalement, après un long débat avec moi-même, j'ai décidé de vous parler aujourd'hui du pic épeiche, et non de la sittelle torchepot comme je l'avais annoncé ! Son tour viendra aussi !

A les pics ! Un vrai bonheur, un graal, qui, au début, semblait se refuser à la photographe amatrice que je suis. Et puis, on en voit un... Et au fur et à mesure, on apprend à écouter, on devine les endroits susceptibles de leur convenir.  Au début, les photos sont lointaines, avec des branches devant...Et puis un jour, LE CADEAU de la nature. Un pic à quelques mètres, qui manifestement ne pas pas vue, ni entendue ! Là, il convient de se statufier et d'observer !

 

Le pic épeiche peut s'observer partout en France et toute l'année, depuis le niveau de la mer jusqu'à 2000 m d'altitude. C'est un nicheur sédentaire.

Il habite les forêts, les bois, les parcs et jardins riches en arbres. Il peut se voir aussi en ville dans les endroit bien arboré, et il lui arrive aussi de venir aux mangeoires pour se nourrir en hiver. Ils sont adaptés morphologiquement à la vie arboricole. Leurs pattes solides sont pourvues de quatre longs doigts (rarement trois) terminés de griffes puissantes, deux tournés vers l'avant et deux vers l'arrière.

 

Son plumages est noir, blanc et rouge (au dessous de la queue). Les mâles (comme celui-ci) ont aussi une tâche rouge sur la nuque. Pas de tâche rouge sur la nuque = femelle chez l'adulte ! Chez la femelle, cet endroit est noir.

La taille d'un pic épeiche est en moyenne de 24 cm, son envergure de 34 à 39 cm et son poids varie entre 70 et 98 gramme.  La longévité du pic épeiche peut aller jusqu'à 11 ans.

Le cri de contact avec l'espèce du Pic Epeiche est un "pik" ou "tik" sonore, qui peut devenir un "tek". Le pic épeiche n'a pas de chant de manifestation territoriale. Celui-ci est remplacé par le tambourinage rapide, en moyenne 1 seconde, parfois aussi sur des objets métalliques. Vive le grand bec bien utile ! Un mâle qui n'aurait pas encore trouvé de compagne peut tambouriner jusqu'à 600 fois par jour !

 

Le pic épeiche est un arboricole exclusif. Tout au long de sa vie, il a besoin des arbres. Il s'y nourrit, et il y niche. C'est un oiseau assez solitaire, excepté en période de reproduction. Une fois l'unique nichée menée à bien, il repart pour sa vie en solo.

 

 

 

Le pic épeiche se nourrit surtout d'insectes capturés dans les arbres, ainsi que de graines (notamment de conifères). Il mange aussi des baies et parfois, des oisillons. Les petits sont exclusivement nourris avec des items animaux. Il a une façon bien à lui de procéder pour ouvrir les graines dures comme les noisettes. Il coince la noisette dans une fente d'écorce et tape du bec dessus jusqu'à ce qu'elle éclate.

Les Pics épeiches sont aptes à la reproduction dès leur 2e année civile. Les manifestations nuptiales débutent en décembre et atteignent leur apogée en février mars.  La nidification commence par le creusement dans un tronc ou une branche de la loge destinée à accueillir la ponte. C'est un travail de longue haleine, exécuté essentiellement par le mâle. Le trou est à une hauteur variable, depuis presque le niveau du sol jusqu'à 20 mètres. Les pic épeiches de ne réoccupent jamais d'anciennes loges, qui sont squattées par d'autres espèces, notamment par la sittelle torchepot.

 

La loge elle-même est profonde de 25 à 35 cm, large d'une 12e de cm et le trou d'entrée a un diamètre de 5 à 6 cm. Sacré boulot !
La femelle y dépose en moyenne 5 à 7 œufs blancs, à une date qui dépend des conditions locales, de fin avril à début juin en Europe tempérée. L'incubation dure 10 à 12 jours, assurée par la femelle dans la journée et par le mâle la nuit.

 

 

Les poussins nidicoles sont nourris par les deux parents pendant 20 à 23 jours. Ils resteront encore quelques jours près du nid après l'envol, puis la famille se scindera en deux, chaque adulte prenant en charge une partie de la nichée

Quant à moi, je n'ai pas encore vu de poussins pic épeiche. Mais j'ai mon temps.

NB : Une partie du texte est empruntée ou inspirée du site oiseaux.net 

 

 

 

Les photos sont toutes de moi (copie right)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A droite, une femelle de dos : pas de tâche rouge sur la nuque !

 

 

 

Le mois prochain, je vous présenterai un autre oiseau. Ce n'est pas le choix qui manque. Depuis le 1er janvier, ce sont 88 espèces d'oiseaux que j'ai pu observer et photographier !

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho

Repost0
Commenter cet article
A
Merci pour ta patience et ton sens de l'observation qui nous valent de si beaux reportages !
Répondre
P
J'en ai vu un une seule fois dans mon jardin ! J'adore ses couleurs !
Tes photos sont très réussies. Bravo !
Il faut de la patience pour photographier les oiseaux et je n'en ai pas beaucoup.
Merci pour ce beau reportage et bon weekend.
Répondre
E
superbes ces photos! je n'en ai jamais vu en vrai :-)
Répondre
K
Pour le bruit, ça je vois très bien!!!
Répondre
H
Merci pour ce récit printanier Géraldine !
Répondre