THE FATHER, film de Florian ZELLER

Publié le 4 Juin 2021

The father, le père, cinéma, Florian Zeller, Anthony Hopkins, avis, chronique, blog

Film de Florian Zeller

Avec Anthony Hopkins, Olivia Colman, Rufus Sewell, Imogen Poots

Synopsis : THE FATHER raconte la trajectoire intérieure d’un homme de 81 ans, Anthony, dont la réalité se brise peu à peu sous nos yeux. Mais c’est aussi l’histoire d’Anne, sa fille, qui tente de l’accompagner dans un labyrinthe de questions sans réponses.

Mon humble avis : Et voilà ! Je suis retournée au cinéma, dans celui de ma nouvelle ville, qui est tout neuf et à maxi 10 mn en voiture, stationnement compris ;) J'irai moins qu'avant durant l'été... Car les couchers de soleil m'attendent sur la plage !

Je ne pouvais manquer un film deux fois oscarisés : meilleur scénario adapté et meilleur acteur pour Anthony Hopkins. Et c'est vrai que c'est on ne peut plus mérité ! Pour rappel, The father (le père) est l'adaptation de la pièce de théâtre éponyme crée par Florian Zeller en 2012, d'après l'oeuvre de Christopher Hampton. Le film a été tourné en anglais... juste parce que Florian Zeller voulait Anthony Hopkins pour le rôle principal.

Quid du film en lui-même ? Un coup de coeur oui, et pourtant, dieu comme j'ai été malmenée durant cette séance, sans doute comme tous les autres spectateurs de la salle. Impossible de sortir de là indemne. N'ayons pas peur des mots, ce film traite de la maladie d'Alzheimer... Et franchement, ça glace. Car certes il y a l'oubli, mais surtout les souffrances qu'amène cet oubli. On sait tous que cette maladie existe, on en a tous conscience, sauf ceux qui en sont atteints... Ils ont oublié que cela existe. Cruauté sans nom de la vie. Ce film permet vraiment de se confronter à ce mal, de prendre conscience de ce "qu'est" être Alzheimer, et de vivre avec un proche qui en est atteint. Pour cela, Florian Zeller nous emmène dans le cerveau d'Anthony et nous fait subir ce que le personnage vit. A savoir, ne rien comprendre... Ne plus avoir de repères. Toutes proportions gardées, nous sommes comme Anthony, plus rien ne fait sens, ni les murs de l'appartement, ni les visages familiers ou croisés, ni la ligne du temps qui se joue de nous... jusqu'au jour où le soi-même devient un autre, étranger, inconnu. Florian Zeller nous fait vivre une expérience mentale et viscérale. C'est vraiment magistralement réalisé, très déroutant et malaisé pour le spectateur, mais en même temps, essentiel.... 

C'est aussi un film sur la vieillesse, la fragilité et l'amour filial malgré le drame et ses irréparables conséquences. La question "faut-il renoncer à sa propre vie pour soigner son aîné" est aussi posée.

Un film puissant, bouleversant, marquant au fer rouge, et un Antony Hopkins époustouflant !

 

 

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0
Commenter cet article

gambadou 09/06/2021 19:27

Anthony et Anne sont tous les deux époustouflants. Un film marquant.

A_girl_from_earth 05/06/2021 01:02

Coup de coeur pour ton premier retour au ciné, c'était le jackpot.:) Moi je n'y suis pas encore retournée mais il faut dire que je n'ai pas trop étudié ce qui était sort, donc pas de grosse tentation pour l'instant.

Eve-Yeshé 04/06/2021 14:30

ce film me tente beaucoup pour l’histoire déjà car la maladie d’Alzheimer, est une souffrance terrible pour le patient et encore plus pour l'entourage,
de plus j'aime énormément Anthony Hopkins, ainsi qu'Olivia Colman dont j'ai suivi les séries TV et bien sûr le talent de Florian Zeller et tans pis pour les critiques grincheux...

Luocine 04/06/2021 09:00

Je suis contente de lire un avis positif car les critiques de la presse sont plutôt sévères.

Odilel 04/06/2021 08:20

Quel film ! On en sort complètement boulversé.