Articles avec #actions reactions humeur humour tag

Publié le 6 Mai 2016

Afficher l'image d'origine

Hello ! Alors, un petit vrac de mon actualité émotionnelle de moi dans moi, moi dans ma vie et moi dans le monde, pour le meilleur et pour le pire !

 

 

Résultat de recherche d'images pour "angry woman"

 

Vous me direz, je ne suis pas obligée de les écouter, mais certains journalistes m'énervent au plus haut point. Mais comme j'aime me tenir au courant de l'actualité, il faut bien en passer par eux. Ras le bol, au JT de 20h00, cela fait 8 ans, depuis que nous sommes en crise économique, que tous les 3 jours, dès qu'il y a un frémissement de 0.01% quelque part dans l'économie, un "spécialiste" vient s'exprimer sur la question "est-ce la fin de la crise" ?. Et la réponse est toujours : "Il est bien trop tôt pour le dire" !

Lors des attentats de Bruxelles le mois dernier, une journaliste tend son micro à une jeune femme échevelée, tremblante et en pleurs, qui sort de la station de métro ciblée par les terroristes. Question de la journaliste : "Et vous, comment allez-vous" ?!!!!!!! 

 

 

girl making a funny face

Comme je ne suis plus au chômage, j'ai (presque) supprimé toutes les alertes mails d'offres d'emploi auxquelles j'étais inscrite depuis plus de 2 ans pour la plupart. Et bien le constat est terrible : sans ses alertes, ma boite mails est presque vide. Je ne reçois quasiment plus de mails !

 

 

Afficher l'image d'origine

Il est une idée généralement admise qui ne fonctionne pas du tout avec moi.

Pour tout le monde, le travail est un formidable moyen de se sociabiliser. D'ailleurs, depuis que je retravaille, tout le monde me dit : "C'est bien, tu vas pouvoir rencontrer du monde".

Que nenni. Je considère que mon travail, même s'il me donne une place et un rôle dans la société, me désoscialise. Certes, j'ai des collègues : "bonjour, bonsoir, désolée que tu aies loupé ton permis" et papotages (sympas certes) du café/clope de fin de service. Mais ça s'arrête là. Parce que je suis crevée. Souffrant d'un handicap dont l'un des symptômes est la fatigabilité, je suis épuisée. Je travaille 3h, je dors 2h. Voilà le ratio. Alors je sors beaucoup moins, vais plus rarement promener les chiens à la SPA, vais à ma salle de sport la semaine des 4 jeudis. Les activités qui me sociabilisaient, je n'ai plus le temps ni l'énergie pour m'y consacrer. Je suis donc bien plus solitaire en travaillant qu'en étant au chômage. Pour l'instant, le travail désorganise ma vie et mon équilibre qui sont à reconstruire. Peut-être que l'idée travail = sociabilisation fonctionne avec des gens renfermés ou peu ouverts sur le monde, mais pas avec moi !

 

Afficher l'image d'origine

Dans la série : "On a tous un ami trop collant !"

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 A y'est, ma période d'essai au boulot est terminée. Je suis donc officiellement en CDI !

Bon, même si ça se passe très bien au Mc Do et que je me sens toujours très bien sur mon lieu de travail, l'euphorie des débuts s'achève pour me faire entrer dans une certaine routine. Mais plus de boulot à chercher ! Plus d'entretiens à passer, plus de lettres de motivation hypocrites à écrire ! Savoir où l'on sera dans 6 mois ou dans un an et pouvoir refaire des projets à long terme ! Tiens, un petit long weekend à Vienne à la rentrée, pourquoi pas ?

Bon, comme dit plus haut, je suis épuisée. Donc à compter de ce mois, je travaillerai 3 heures de moins par semaine et sur 4 jours au lieu de 5, ce qui me permettra de me reposer en milieu de semaine. C'est l'avantage du Mc Do pour les étudiants, ou les personnes en situations de handicap, ou les personnes qui ont une vie en pleine mutation : le temps travaillé est modulable !

 

Afficher l'image d'origine

 

Parce que j'espère que dans quelques mois, ce bouffon de Donald Trump ne rentrera dans l'Histoire qu'à titre de grosse rigolade :

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Actions Réactions Humeur Humour

Repost0

Publié le 25 Mars 2016

 

Afficher l'image d'origine

Aujourd'hui, j'ai 44 ans ! 14 ans de plus que quand j'en avais 30 !

Mais cette année, il me semble bien le vivre, peut-être parce que je re-travaille !

 

 

Afficher l'image d'origine

Au McDo !

Celle-ci fut cool car mon Mc Do vient de fermer 4 jours pour travaux. On reprend demain à fond les ballons pour une grosse séance de ménage.

Je suis très épanouie dans mon nouveau travail, même si je suis épuisée. Je bosse 3 heures, je dors 2 heures. Mais c'est peut-être la période d'adaptation. A suivre.

Quoiqu'il en soit, j'ai de la chance, je suis tombée sur un super McDo, renommé pour sa bonne ambiance, au point que certains de mes collègues viennent de l'autre bout de la ville pour y travailler, alors qu'elles ont un McDo au bout de leur rue.

Le chef du restaurant est hyper sympa, très ouvert sur le dialogue, pêchu et s'il le faut, il met sacrément la main à la pâte, comme tout le monde d'ailleurs, quelque soit le niveau hierarchique.

J'adore la mixité culturelle et sociale de mon équipe du travail. Je retrouve un accent antillais, une collègue est polonaise, une autre argentine, une autre encore Camerounaise. Certains ont quitté tôt le système scolaire qui ne leur convenait pas pour travailler au McDo, d'autres en sont à Bac + 5 en architecture, d'autre encore se cherchent, mais tout le monde bosse courageusement.

Je suis la plus âgée du resto, plus âgée même que celles et ceux qui travaillent là depuis 18 ans ! D'ailleurs les 3/4 de mes collègues pourraient être mes enfants, j'ai comme l'impression de retrouver mes 20 ans ! Dans la salle de pause, ils sont nombreux à réviser leur code. Quand je leur dis que j'ai mon permis depuis 25 ans... "Ah oui, y'a 25 ans, j'étais même pas encore né" !

Je réalise que la restauration rapide, ce n'est pas aussi facile que ça en a l'air ! Et pour être vraiment polyvalente, il me faudra de longs mois. Car mine de rien, c'est dingue tout ce qu'il y a à savoir, à retenir, à apprendre, à respecter (précédures d"hygiène, DLC etc...) Donc tout un univers à découvrir ! Ce n'est pas fait pour me déplaire, bien au contraire

Ce qui ne fut pas aisé, et ne l'est pas encore tout à fait d'ailleurs, c'est de retenir les prénoms de tout le monde !

Il y eu bien sur un "problème relationnel", mais qui s'est solutionné par le dialogue.

Je me sens bien dans mon Mc Do, en sécurité quelque part. Tout ce que j'ai à faire, c'est d'être efficace, rapide, et au service des clients. Le stress, le vrai, celui qui détruit de l'intérieur, je ne l'ai pas. Au moindre problème, au moindre litige client qui pourrait dégénérer, un manager interviendrait et prendrait mon relais. Et l'on est jamais seul, il y a toujours au moins un manager. Qui plus est, il y a une chouette entraide dans l'équipe et la grande majeur partie du temps, on travaille dans la joie et la bonne humeur.

Je pense qu'en 3 heures de service sur le midi, je fais bien 3 km à pied, bref, on ne s'arrête jamais, et ça aussi ça me plait. Pour l'instant, je suis surtout à l'accueil client, au service à table, en salle et au Mc Café.

Bref, so far, je suis épanouie sur mon lieu de travail et ça, ça n'a pas de prix !

 

Afficher l'image d'origine^******************************************************************************************************************************************************************************************************************ù

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Actions Réactions Humeur Humour

Repost0

Publié le 29 Février 2016

Afficher l'image d'origine

 

Parce que parfois j'ai besoin de parler, de crier, de hurler, de rire, de témoigner, de partager, de m'interroger à voix haute, d'informer, de me révolter, de m'attendrir...

Du plus futile au plus utile, du plus drôle au plus désespérant, du plus rassurant au plus révoltant...

Cela dépendra de mes moissons, de la connerie ou de la bonté humaine qui m'entoure, que ce soit au bout de ma rue ou au bout du monde.

Voilà, régulièrement, dans cette catégorie "Action, Réaction, Humeur, Humour", je déverserai ici mon trop plein pour ne pas déborder, pour ne pas oublier, pour garder une trace des inepties, des horreurs ou des splendeurs de notre monde.

 

Séquence futile !

Je me demande pourquoi les grille-pain ont des thermostats qui vont de 1 à 6, alors qu'à 3, ton pain crame déjà !

 

Séquence révolte !

 

Séquence "Tout prend l'eau" :

Il y a quelque temps, alors que je promenais un chien SPA dans un beau quartier pavillonnaire, j'arrive près d'une aire de covoiturage, j'entends des bruits étranges, mais reconnaissables. Deux gamins de ces beaux quartiers s'amusaient à lancer des cailloux sur les voitures. Me voyant arriver, ils se cachent, mais trop tard. Je les engueule, leur demande s'ils trouvent ça malin et s'ils connaissent le prix d'une voiture. Ces 2 petits cons contestent leur méfait...et me prenne pour une conne.

 

Le lendemain, je vais rendre un livre à la bib'. A l'entrée du parking, 2 gamins jouent au foot, alors que le quartier regorge de parcs et terrains de jeux en tout genre. Je donne un léger coup de klaxon pour leur indiquer que je souhaite entrer sur le parking. A peine sortie de voiture, je reçois un violent coup de ballon dans les mollets. Je me retourne dans l'attente d'excuse, rien. Je demande des excuses, rien...

 

Séquence : "Non mais allo" !

Semaine dernière, je reçois un colis pour mes chats : croquettes, litières, bref, j'en ai pour 6 mois ! Cela fait presque 2 ans que je commande sur l'excellent site de dégriff "Bitiba" et que je suis ravie du service (qualité - délais - livraison). Ce coup-ci, le livreur sonne à mon interphone. Comme d'hab, je réponds "Oui, 2ème étage". Il rentre dans une fureur mémorable ! "Comment ça, mais ce n'est pas noté sur la commande, et il y a 50 kg !" - En 2 colis, je précise ! Je descends, dis bonjour, me reprends une engueulade magistrale. Le gars monte mes 2 colis et me dis "moi, j'ai 35 ans, je ne vais pas me casser le dos pour vous". Ce à quoi je réponds, la fureur étant contagieuse :" Dans ce cas Monsieur, il faut changer de métier".

Bonjour le service client, la politesse et le professionnalisme. Heureusement que je n'avais pas commandé un piano à queue !

 

Résultat de recherche d'images pour "humeur"

 

Séquence "Mignonitude"

Une ancienne pub trop choupinette ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Actions Réactions Humeur Humour

Repost0

Publié le 30 Novembre 2015

Afficher l'image d'origineCe blog se veut culturel, littéraire, divertissant et évite en général les sujets dramatiques dont nous abreuvent les médias.

Mais c'est aussi mon espace personnel et des fois, j'ai envie de dire, enfin de hurler, de crier, de m'indigner, me révolter !

Je ne mets jamais ou rarement ici des infos trouvées sur Facebook, considérant que chacun ou presque y a accès, mais exception aujourd'hui...

Toujours suite aux attentats du 13 novembre, où l'intégrisme religieux et la radicalisation ont fait 130 victimes et des centaines de blessés, en visant la jeunesse de notre pays et son art de vivre, mais le symbole absolu de la France ; la liberté.

L'intégrisme et la radicalisation, le danger et la haine de l'autre que cela représente ne sont pas l'apanache de l'islmanisme. Notre "bonne vieille religion catholique" n'est pas en reste. Même si sans armes de métal, mais par des mots. La radicalisation n'a pas de religion. Pour preuve, les propos outrageux, ignobles et méprisant du "Père" Benoit de Lyon, qui ont fait scandale ces derniers jours.

 

Extraits des différents articles de presse relégués par les réseaux sociaux :

(rue89) : Le père Hervé Benoît exerce des fonctions de prêtre à la basilique de Fourvière. Au sein du plus important symbole de Lyon lorsque la ville est qualifiée de « très catholique ». Le religieux s’est fendu d’une longue et hallucinante tribune sur le site catho très conservateur « Riposte catholique ».

 

Voici une partie de la tribune de ce "prêtre" :

 

« Tant pis pour les lecteurs sensibles »

Intitulé « Les Aigles (déplumés) de la mort aiment le diable », avec un point d’exclamation, l’édito du prêtre revient notamment sur les paroles d’une des chansons des Eagles of Death Metal, le groupe qui jouait ce soir-là au Bataclan :

« Ne me dites pas que ce ne sont que des mots. Que c’est pour rire. À force de ne rien prendre au sérieux, tout fini par devenir tragique. »

Une entrée en matière lui permettant d’écrire ensuite :

« Je vais allez plus loin. Tant pis pour les lecteurs sensibles. Regardez les photos des spectateurs quelques instants avant le drame. Ces pauvres enfants de la génération bobo, en transe extatique, « jeunes, festifs, ouverts, cosmopolites… » comme dit le “quotidien de révérence” (sic). Mais ce sont des morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis-haschishin, sont leurs frères siamois. Mais comment ne pas le voir ? C’est tellement évident ! Même déracinement, même amnésie, même infantilisme, même inculture… »

Hervé Benoit n’a pas fini de régler ses comptes, il égratigne une presse jugée charognarde, un monde postmoderne empli de smartphones que les victimes du Bataclan ne manquaient pas, selon lui, de tenir dans leurs mains juste avant le carnage.

Sans s’en rendre compte, ce prêtre lyonnais déroule l’exact même discours que celui des djihadistes terroristes qui se voient comme les bras armés d’une prétendue exigence divine. Pour Hervé Benoit, c’est bel et bien la punition divine qui s’est abattue sur une jeunesse a minima perdue, au pire dépravée (« le drame de l’humanisme athée, qui aime le diable, la mort, la violence, et qui le dit… et qui en meurt ! »).

Le chapelain lyonnais montre volontiers à quel extrême il appartient, en poussant loin sa démonstration grotesque :

« 130 morts, c’est affreux ! Et 600 morts, c’est quoi ? C’est le chiffre des avortements en France le même jour. »

Prévoyant et méprisant déjà les réactions offusquées, Hervé Benoit gratifie enfin son texte d’un post-scriptum -qu’il voulait sans doute drôle  :

« P. S. : Les formulaires de dénonciations à quelque autorité qu’on voudra sont à la disposition du public. »

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une pétition, qui a reçu des dizaines de milliers de signatures en quelques heures, visant à destituer cet homme a circulé.

Il n'y a pas que des Imams dangereux, qu'il faut destituer. Si des jeunes un peu perdus vont chercher réconfort et conseils auprès d'un homme pareil, s'ils ne recoivent que ces mots méprisants et haineux, cela ne risque pas de leur apprendre l'amour.

 

(Le monde) : 

Mgr Philippe Barbarin, l’archevêque de Lyon, a relevé de ses fonctions le père Hervé Benoît, qui avait comparé dans une tribune les personnes tuées au Bataclan et leurs bourreaux.

Dans un texte intitulé « Pleurez avec ceux qui pleurent », publié vendredi 27 novembre, il écrit :

« A la suite de la publication d’une tribune signée par le père Hervé Benoît, et après avoir pris le temps de le rencontrer et de l’écouter, j’ai décidé, en accord avec son évêque Mgr Armand Maillard [évêque de Bourges], de le relever de ses différentes charges pastorales dans le diocèse de Lyon. 
Dans le contexte qui est le nôtre, il n’est pas acceptable que des chrétiens, à plus forte raison des prêtres, ne s’appliquent pas toujours et le plus possible à maintenir entre les hommes la paix et la concorde fondée sur la justice.
A l’issue des obsèques de Caroline Prénat, une jeune fille lyonnaise décédée au Bataclan, j’ai dit combien le texte du père Benoît était consternant et blessant. »

Il demande aussi au père Benoît, qui exerçait comme chapelain à la Basilique de Fourvière, « de se retirer immédiatement dans une abbaye pour prendre un temps de prière et de réflexion ».

Après cette sanction lyonnaise, il appartiendra au diocèse de Bourges, dont le prêtre est originaire, de décider des suites à donner, avait fait savoir une source proche du dossier jeudi soir.

« Le ton de cette tribune ne traduit pas l’attitude d’un pasteur qui rencontre, écoute, accompagne les personnes dans la souffrance, dans une attitude de miséricorde », avait déclaré cette semaine Mgr Maillard, cité dans le communiqué du cardinal Barbarin.

----------------------------------------------------------------------------------------------

Personnellement, je suis d'éducation catholique... Mais, selon la "classification" très juste d'Eric Emmanuel Schmitt, voilà plus de 20 ans que je suis devenue une agnostique indifférente puisque je ne peux prouver l'existence ou la non existence d'un Dieu quelconque. Mais depuis que j'ai "l'âge de réfléchir" par moi même, je n'ai jamais trouvé dans ma religion de naissance les valeurs qui me sont chères : la tolérance, le respect de l'autre et de ses différences. Au contraire, j'ai subi et subi encore la culpabilité si chère à la religion catholique, la menace de la punition divine etc.

Je respecte néanmoins les religions et leurs croyants, tant que c'est dans l'amour et l'ouverture d'esprit, et que ce n'est imposé à personne. La religion, la croyance, la pratique ne doit relever que d'un choix personnel.


 

Voir les commentaires