Articles avec #thrillers - polars francais tag

Publié le 5 Novembre 2008

Résumé : Ancien champion de plongée en apnée, Jacques Reverdi est arrêté en Malaisie. Convaincu de meurtres sadiques - il saigne à mort ses victimes, des jeunes femmes -, il risque la pendaison.
A Paris, Marc Dupeyrat, ancien paparazzireconverti dans le fait divers sanglant, se prend de fascination pour lui. Afin d’obtenir ses confidences, il va inventer une femme, dont le criminel tombera amoureux du fond de sa prison, et à laquelle il prêtera les traits de Khadidja, le mannequin en herbe que déjà se disputent publicitaires et photographes.
Commence alors, de Paris à l’Extrême-Orient, une longue odyssée au cœur de la violence et du mal, qui mènera le journaliste bien au-delà de ce qu’il pouvait imaginer ? Et un suspense qui, après Les Rivières poupres et L’Empire des loups, confirme Jean-Christophe Grangé comme un maître du thriller.


                                

Mon humble avis :Rien ne me rend plus heureuse qu'une quatrième de couv' qui ne soit pas menteuse ! En même temps, Grangé n'a pas besoin de cette compagne publicitaire et il s'en passe le plus souvent d'ailleurs. Même si ses thrillers sont de qualité inégale, ils n'oscillent qu'entre la mention "excellent" et "bon". Il n'y a pas de mauvais à mon goût chez Grangé. On achète ces livres en aveugle tout en se préparant à de grands frissons.
 Et cette Ligne Noire est fidèle à la réputation de son auteur, on y passerait des nuits blanches si le devoir ne nous appelait pas à nous lever de bon matin. L'art du suspens, que Grangé maîtrise tel un virtuose, est à chaque page une fois de plus ! Ainsi, Grangé  un des seuls français "page turner" rivalisant avec les auteurs américains. Mon seul bémol dans le style Grangé serait cette espèce de complaisance parfois inutile dans la description des sévices subis par les victimes. Ici, les nouveaux héros de Grangé sèment la terreur à travers la planète, depuis Paris, en passant par la jungle sud asiatique, jusqu'à votre chambre...Leur folie dépasse l'entendement.  D'un seul coup, vous n'avez plus qu'une crainte, mourir étouffé, ouvrir la fenêtre !
Et moi, pendant ma lecture, j'ai failli mourir brûlée vive. Imaginez la scène : coupure d'électricité en Guadeloupe. On allume des bougies pour s'éclairer sur la terrasse. Puis on se dit, mettons une lampe à gaz. La bonbonne est vide il faut la changer. La nouvelle bonbonne fuit un quart de seconde, il y a la bougie... La bonbonne explose, tout part en flamme. Mes bras sont épilés, une mèche de cheveux se ratatine, la flamme monte sur 2 mètres. Mes amis sont sains et sauf aussi. Dieu soit loué, les seules pertes s'avèrent être la nappe et la couverture et les premières pages de La ligne Noire ! Quand je vous le dis, méfiez vous, avec Granger, le danger est partout !



                                           
                                Les restes de "La Ligne Noire" après l'explosion !



    

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 4 Novembre 2008

Résumé : Partie de Montparnasse, une série de meurtres se répand comme une traînée de poudre vers le Pays de Rance. Personne n'est épargné, pas même les vieillards. De Saint-Malo à Saint-Suliac, on tremble au seul nom d'Apollon, l'auteur de ces tueries. N'annonce-t-il pas en effet le Crépuscule des Vieux ? Bientôt Apollon obsède toutes les polices de France. Qui se cache derrière cette appellation non contrôlée ? Une secte ? Un groupe terroriste ? Un désaxé ? La commissaire Marie-Jo Beaussange &endash; ex-professeur des collèges devenue flic &endash; prend les rênes d'une enquête difficile. La Miss doit composer avec une bande de retraités retors, une troupe de comédiens libertaires, une croisière en goguette et le démarrage de la saison touristique dans la cité corsaire. Les intuitions fulgurantes de la commissaire, son look de mannequin et son énergie suffiront-ils à démasquer les assassins dissimulés derrière la divine signature ? Réponse dans ce récit haletant où Patrick Bent met à nu la génération de soixante-huit et son héritage. Un ouvrage déconseillé aux grands cardiaques.



                                                    

Mon humble avis: Ce livre est une première dans ma bibliothèque... Un polar sans enquête ! Certes les crimes se multiplient de façon exponentielle. Mais Mademoiselle la commissaire est bien plus occupée à se remaquiller, à s'empiffrer de fruits de mer et à assouvir sa libido qu'à enquêter. J'entends par là que sur 268 pages, seules une trentaine sont dédiées aux investigations proprement dites. Le reste n'est que remplissage, blabla gnangnan, descriptifs interminables et inutiles, à en faire pâlir Balzac et son père Goriot ! Au début il y eut les meurtres. A la fin, il y eut le coup de filet. Au milieu, il y a la vie par le moindre détail d'un sexagénaire narrateur d'un côté, et celle d'une improbable commissaire de 35 ans sexy en diable de l'autre... Mais le plaisir du lecteur de polar, c'est à dire suivre une enquête pas à pas, est inexistant dans ce roman. Dommage, j'attendais beaucoup de cette aventure malouine (mon coin !). Et, contrairement au résumé du livre, je précise que les grands cardiaques ne risquent pas grand chose à la lecture de ce livre, si ce n'est de mourir d'ennui !

                                                                          

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 1 Octobre 2008

Résumé : Valérie Enencourt, jeune et belle cardiologue originaire de Guadeloupe, est retrouvée égorgée dans son cabinet médical de Grande Terre. Pour éviter tout scandale, la gendarmerie conclut en hâte à un crime de représailles, la vengeance d’une vieille femme, sorcière à ses heures, et crainte de la population. Ludovic Hébert, ancien chirurgien reconverti dans les enquêtes médico-policières, débarque de Paris. Valérie a été son élève. Il connaît sa générosité et son dévouement. Il ne croit pas à cette histoire de sorcellerie. Ses recherches vont le conduire dans l’immense bidonville de Morn’voie, en lisière de Pointe-à-Pitre, où se concentrent tous les trafics de la pègre locale, et où Valérie soignait les indigents. Une superbe métisse, un enfant au cœur malade, un culturiste inquiétant entourent notre justicier. Guets-apens et chasse à l’homme pimentent ce roman à suspense qui se déroule dans le décor tropical d’une île enchanteresse et… vénéneuse.

                                   


Mon humble avis : Le résumé annonce bien les atouts de cet excellent thriller. Mais nombre d'entre eux ne sont pas encore tombés. Pour cela, il faut embarquer pour la Guadeloupe (il y a plus dure dans la vie non ?) et suivre Ludovic, le héros, pas à pas. J'ai acheté ce livre car en lisant la quatrième de couv', le mot "Guadeloupe" m'a sauté aux yeux. J'ai un attachement tout particulier pour cette île sur laquelle j'ai vécu presque 3 ans. Alors tout est bon "pour me transporter" dans une ambiance tropicale et sur "mon" île. Au fil des pages, on visite une Guadeloupe carte postale et une autre "Porte d'enfer". Bien sûr "Morn'voie " est un nom d'emprunt ! Je pense que l'auteur situe en fait son sujet à "Boissard". La construction de l'intrigue et la personnalité du héros Ludovic (chirurgien reconvertir en enquêteur) me font penser à un autre grand auteur de polar... Harlan Coben et son personnage fêtiche... Myron Bolitar ! Oui, il y a autant de talent dans ce livre de Gilbert Schlogel que chez le "monstre" américain. Schlogel, le Coben français ? A vous de juger ! Mais mon avis est le suivant :


                                                        



    

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 21 Août 2008

Résumé : New Hampshire. Hiver 2007. 24 corps sont découverts dans le sable enneigé d'un chantier d'autoroute. 24 cadavres. Tués d'une balle en plein coeur, sans aucune trace de lutte.
Sacrifice de secte ? Suicide assisté ? Gigantesque règlement de comptes ?
Plus incroyable encore : personne ne les réclame. Pas un mari inquiet, pas une mère affolée, pas un collègue de bureau ne prend contact avec la police.
Le même soir, Frank Franklin, 29 ans, jeune professeur de littérature, arrive pour son nouveau poste dans une université qui jouxte le chantier des 24. Très vite, quelque chose l'inquiète sur le campus. Bientôt, il va comprendre qu'il a été entraîné dans un terrifiant jeu de dupes...


                                     

Mon humble avis : Et bien il est partagé !!! Je ne dirais pas que ce roman est mauvais, loin de là. Comme pour tout Thriller qui se respecte, l'histoire nous accroche des les premières pages et ne nous lâche qu'à la dernière.
L'écriture est agréable et l'intrigue assez originale. Mais...
Les personnages ne sortent pas de leur caricature. Pourquoi les flics sont ils toujours décrits comme bourrus, bourrés, barrés, solitaires, désabusés, avec une vie de famille qui part en vrille ? Pourquoi les auteurs français situent -ils presque systématiquement leur histoire aux Etats-Unis ? La même intrigue dans notre bonne vieille France et sa Sorbone aurait été tout aussi frissonnante, voire plus puisque plus concrète et plus proche pour nous lecteurs hexagonaux. Pourquoi cette impression de concours de l'ultime rebondissement qui n'est en fait pas ultime ? Pourquoi cette fin prolongée mais bâclée, qui ne s'explique pas (à moins que tout me soit passé au dessus de la tête, je rappelle ici que je n'écris que mes humbles avis !) Bref, beaucoup de questions qui m'ont laissé une impression mitigée. En conclusion : bon divertissement contournable !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 7 Août 2008

Résumé : A la toute jeune femme qui lui apporte le manuscrit de son premier roman, l’éditeur au bord de la faillite répond que les lecteurs préfèrent les enquêtes sur des faits divers bien sordides et surtout les confessions de vedettes, évoquant de préférence des drames de viol et d’inceste.
Elle voudrait lui laisser son manuscrit, il le refuse. « Je le lirai peut-être un jour, dit-il, si vous me faites un livre bref, avec repérage sur le terrain, sur un meurtre célèbre en Haute-Savoie. » Géraldine construit alors un piège. Oui, elle va faire une enquête, mais sur l’éditeur. Le centre de cette action clandestine sera Senlis, où celui-ci possède une vieille ferme transformée en forteresse. La jeune femme fait parler les voisins. Elle utilise la méthode conseillée par l’éditeur pour entrer dans un univers secret. Elle fait alors irruption dans un monde de ténèbres. Comprendra-t-elle à temps qu’il vaut mieux avoir la vie sauve qu’être publiée ?

                             

Mom humble avis : "Une rentrée littéraire", un sujet qui va très prochainement revenir sur le devant d'une certaine scène médiatique ! Alors, autant vous présenter ce livre maintenant ! Je l'ai lu il y a deux ans, aussi, mon commentaire sera succinct...
Aimantée par le titre une fois de plus, j'ai acheté ce roman par pur et réel intérêt pour le monde littéraire. Christine Arnothy nous offre ici un triller exceptionnel, absolument machiavélique. Son héroïne se prénomme Géraldine, comme moi, ce qui m'a encore plus aidée à m'identifier au personnage : elle est bornée, fonceuse, idéaliste et a le don pour se mettre dans le pétrin. Oui oui, c'est tout moi ! Sauf que son pétrin est on ne peut plus diabolique ! Au delà de son côté "thriller" tout à fait réussi, cette oeuvre est fascinante. En effet, dans cette histoire, on découvre une facette ignorée (ou soupçonnée) du monde de l'édition. Une facette cruelle faite de dessous de table, de chantages, d'alliances, de concurrence, de course aux prix littéraire, de déception, de surprises.
Bref, encore un livre à ajouter à votre PAL qui ne vous fera plus appréhender une rentrée littéraire de la même façon !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 3 Août 2008

Résumé : Des dizaines et dizaines de personnes ont disparu à New York dans des circonstances étranges. La moitié d'entre elles n'a pas été retrouvée. Julia, elle, l'a été. Elle est découverte vivante, scalpée dans un parc. Sa photo figure au milieu d'une soixantaine d'autres …

Jeune détective à Brooklyn, Annabel O'Donnel prend l'enquête en main, aidée par Joshua Brolin spécialiste des tueurs en série. Quel monstre se cache dans les rues enneigées de New York ? Et si Julia avait raison ? Si c'était le diable lui-même ?

 

 





 


MALEFICES

 Résumé : Portland est sous le choc. Un criminel s'introduit dans les maisons pour y déposer des araignées parmi les plus dangereuses au monde. Les unes après les autres, les familles comptent leurs blessés, leurs morts. Dans le même temps, on découvre dans la forêt des corps de femmes entièrement momifiés dans de la soie d'araignée. Les victimes sont vidées de leurs organes, comme aspirées. Les rumeurs les plus folles se propagent... Joshua Brolin et Annabel O'Donnel s'immiscent dans l'enquête. L'ex-profiler du FBI et la détective new-yorkaise vont entrer dans la toile et faire face à l'impensable. Quel est ce monstre, qu'on surnomme bientôt Arachné, et dont les empreintes sont celles de personnes disparues ? Comment fait-il pour entrer chez ses victimes sans jamais être vu, sans effraction, et enlever ses proies en pleine nuit au nez et à la barbe de toute la famille ? Peu à peu, on commence à murmurer le pire. Et s'il n'était pas humain ?  


                               

Mon humble avis :

Mon 2ème Chattam, et donc le dernier de la Trilogie. D'une efficacité tout aussi cruelle et redoutable !. Maxime Chattam nous tient en haleine jusqu'à la dernière page ! Par contre, si vous êtes arachnophobes, passez votre chemin !
Bref, j'ai découvert en Chattam un auteur de polars surdoué... Cette semaine je me suis acheté un autre de ses romans, qui rejoint ma pile impatiente !
Lisez Français, lisez Chattam !
Je pense que l'idéal est de poser une semaine de CP pour lire les 3 romans !
Enfin, amusez vous et retrouver l'atmosphère angoissante de notre Maxime sur son site.
Il est vraiment ludique et très aboutit. Un véritable labyrinthe en enfer !

Voici l'adresse :
www.maximechattam.com :
 C'est une tradition, mes étés sont souvent "polardisés" ! Et en l'été 2006....Wouaouh....
Juste un polar de plus  ? Certainement pas  ! J'ai découvert  Maxime Chattam par ce livre, In Tenebris. Aucun regret, sauf peut-être celui d'avoir commencé, par ignorance, la Trilogie par le 2ème tome ! En effet, le bon ordre est : "l'âme du mal", "In Tenebris" puis"Maléfices". Concernant l'intrigue, peu importe l'ordre dans lequel vous lisez ces livres. Mon demi regret est juste de ne pas suivre la love story dans le bon ordre, ce qui est absolument secondaire ! J'ai achevé In Tenebris à 3h du matin. Puis, après quelques heures de sommeils,  j'ai accouru m'acheter un 2ème Chattam ! Que du bonheur ! Que d'angoisse, que de suspens ! Attention tout de même : Ames sensibles s'abstenir. Maxime Chattam ne nous épargne en rien dans ses descriptions de l'horreur ! Une chose est sûre : Les bons auteurs de polars ne sont pas qu'aux USA ! Je me demande juste pourquoi nos auteurs écrivent des histoires qui se déroulent aux Etats Unis.... Pourquoi pas dans notre bonne vieille France.... un peu plus près de nous, pour que l'on puisse frissonner encore un peu plus !.... Heu... Votre fenêtre est bien fermée ????

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 26 Juillet 2008

J'adore lire des romans dont l'intrigue se déroule dans des coins que je connais. Cela me permet de m'imprégner encore plus de l'histoire et, par procuration, de retourner sur ces lieux, souvenirs en général de quelques vacances. En voici certains qui vous mèneront en Bretagne, comme les 2 articles suivants :

SABLES MOUVANTS A BENODET, de Serges LE GALL

Résumé : Bénodet, 4 heures du matin. Elle comprit tout a coup qu'elle allait mourir. Lorraine et Stéphanie quittent la piste de danse et la musique latino. Une dernière promenade les conduit au bord de la plage où se joue le drame de la vie et de la mort. Stéphanie surprend le geste fou, l'acte criminel. Là, sous leurs yeux, l'assassin transperce corps de sa victime d'un coup... de pied de parasol. Des rives de l'Odet, de Sainte-Marine à Bénodet en passant par les îles Glénan, la piste sanglante va les entraîner dans une course poursuite sur les traces d'un serial killer intelligent et redoutable. Le commissaire Landowski, chargé de mettre un terme au jeu de massacre, croise, une fois encore, la route des deux jeunes femmes bien décidées à résoudre l'énigme... avant qu'il ne soit trop tard. Trop tard pour qui ?

Mon humble avis : Un délicieux roman policier lu au retour d'un séjour dans le Finistère Sud, à quelques kilomètres de la célèbre station balnéaire de Bénodet. C'est donc avec plaisir que j'ai accompagné Lorraine et Stéphanie dans leur enquête que ce soit sur la plage même ou dans les environs. Nos deux héroïnes sont dynamiques, modernes, déterminées et ont le sens de la répartie. Malgré le crime commis, il règne dans ce polar une ambiance légère, une atmosphère de vacances iodées. Sans aucun doute, un très agréable divertissement !



TEMPETE SUR OUESSANT, de Michel HERUBEL  


Résume : À Ouessant, on ne connaît de tempêtes et d'orages que ceux de la mer, impétueuse et omniprésente. Il y a là une communauté bigarrée, constituée de purs Ouessantins, d'habitants venus du continent et de quelques personnages hauts en couleur. Tout paraît tranquille... jusqu'au matin où l'on découvre, gisant au pied d'une falaise, le corps de Fernand Bauer, riche homme d'affaires parisien. L'adjudant de gendarmerie Patricia Delamare et son adjoint Le Goff n'écartent aucune hypothèse. Facile à dire, lorsqu'il faut très vite exclure le vol, la vengeance, une affaire de mœurs, de drogue ou de secte, un instant envisagée. La solution viendrait-elle du large, où croisent tant de navires et de sous-marins étrangers ? Et pourquoi ces mystérieux signaux venus du phare de l'île ? Ouessant : un décor sauvage pour un suspense sans faille, par un grand romancier de la mer.



Mon humble avis :
J'ai lu ce livre il y a trop longtemps pour en garder un souvenir précis, sauf celui d'un bon polar divertissant. C'est une oeuvre supplémentaire qui prend l'île de Ouessant pour décors. Et cela se comprend. J'ai visité Ouessant il y a deux ans, par un beau week end de mai tout à fait brumeux.... Et je confirme. Il règne sur cette île isolée, désertée et battue par les vents un climat tout à fait propice aux histoires romanesques et ou criminelles !



LE DEMON DES BRUMES, de Michel HERUBEL

Résumé : Sabine est arrivée trop tard. Quel secret le docteur Renan, son père, voulait-il lui confier avant de mourir ? Pour l'heure, Sabine ne reconnaît plus Saint-Guildec, son village natal, un petit port endormi depuis des siècles, où les tragédies se succèdent à présent. Qui a tué Edmond Postel, le vieux journaliste local, ami de toujours ? Et pourquoi ce pauvre diable d'Antoine, un handicapé de l'asile, se serait-il pendu ?

Seule la vérité pourrait aider la jeune femme à surmonter ces jours de deuil. Elle décide alors de mener ses propres recherches. Peu à peu, une vérité ancienne et terrible se dévoile. C'était au temps où il se passait quelque chose à Saint-Guildec, quand l'occupant allemand terrorisait la population...





Mon humble avis : A nouveau, ce livre est une lecture trop ancienne pour me souvenir de détail. C'est un bon polar qui prend place lui aussi en Bretagne.



PLONGEE DE NUIT, de Godefroy HOFER


Résumé :S'agissait-il réellement de pilleurs d'épaves ? Pourquoi toutes ces morts ? A l'île d'Ouessant, tous se sentaient mal à l'aise...
L'immersion en mer, en zone à fort courant, apparaissait comme la solution la plus avantageuse... Mais fallait-il pour autant supprimer ces drôles de touristes avec leurs bi-bouteilles ?



Mon humble avis :Prix du Quai des Orfèvres 1989... Vous comprendrez bien que c'est une lecture bien trop ancienne pour en parler longuement. Par contre, plus loin sur ce blog, j'ai déjà évoqué ce prix littéraire qui fait des oeuvres récompensées des polars incontournables. Et celui vous emmène dans les eaux sombres qui entourent l'île de Ouessant !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 26 Juillet 2008

Résumé : En cet été 1886, Paul Gauguin se rend pour la première fois à Pont-Aven, célèbre village qui accueille depuis longtemps déjà des peintres de tous les horizons. C'est dans cette atmosphère d'émulation artistique que Clémence va passer ses vacances au manoir de Rosmadec. Mais le meurtre d'un jeune modèle de la région vient ternir son séjour, d'autant que le principal suspect se révèle être Gildas, son ami d'enfance. Éprise de justice et certaine de l'innocence de son ami, elle va mener sa propre enquête. La jeune peintre consacrera son temps à rechercher le coupable, mais profitera aussi de son été parmi les siens pour perfectionner son art aux côtés du maître.






                                                     

Mon humble avis :Une cuillère à soupe d'intrigue, quelques doses de meutres montées en neige, un moule beurré de Bretagne, 200 grammes de peintures et une pincée d'Histoire. Voilà les ingrédients qui m'ont guidée dans mon achat, qui avaient tout pour que je me régale !
Amoureuse que je suis de Pont Aven,  j'ai passé de doux moments de lecture qui me menaient presque au bord de l'Aven. Mais je ne me suis pas réellement régalée... Car à mon sens, certaines longueurs perçues n'apportent rien au roman. Rien, mise à part une certaine nonchalance sans doute voulue par l'auteur. Car l'intrigue de ce roman policier ce déroule surtout dans un manoir Breton où les membres réunis d'une même famille se retrouvent pour un été oisif. L'époque et les descriptions de la Bretagne d'alors accentuent aussi cette nonchalance. Mais je reconnais ne pas être fan, à l'origine, des livres qui portent sur des époques historiques. Donc cette critique n'est pas forcément fondée et dépend du goût de chacun !
Par contre, on trouve dans Yves Josso un auteur au service de ses personnages. Aucun d'entre eux n'est remisé dans des demis rôles sans importance. Yves Josso s'évertue à leur donner à chacun une personnalité propre et détaillée, même si parfois un peu caricaturale. A eux tous, ils forment une belle mosaïque de la nature humaine et deviennent très attachants au fil des pages.
Je salue sans hésitation le génie de Josso dans son idée d'inclure des personnalités historiques dans cette fiction. Quel plaisir ainsi de côtoyer un Paul Gauguin pas encore très reconnu, d'assister à sa rencontre avec Emile Bernard, avec qui il créera "L'école de Pont-Aven". Mais vous en saurez plus sur le sujet en lisant l'article suivant !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 21 Juillet 2008

Résumé :C'est Ram, l'enfant de l'Inde, qui, du fond de sa fabrique de tapis, a donné l'alerte. Un trafic d'enfants esclaves, au fin fond du Pakistan.

Reiner avait quitté le manoir et ses roses. Agnès l'avait suivi. Dans les montagnes les plus hautes du monde, piégés par un ennemi plus dangereux que les démons qui hantent, l'hiver, les sommets du Karakorum, ils vont tous les trois tenter d'échapper à la mort et remonter la filière de l'horreur. Mais la vérité qui les attend est peut-être pire qu'ils ne le pensaient.







                                           

Mon humble avis :  Patrick Cauvin... Un auteur surprenant, qui joue sur différents registres. Son talent et son inspiration devraient lui donner une popularité comme celles de Grangé ou Marc Levy. Hélas,ce n'est pas le cas. Patrick Cauvin ne bénéficie pas, à ma connaissance, d'un tel soutien, voire d'un tel tapage médiatique !
Mais n'est pas l'essentiel. En effet le principale est la qualité de ces romans. Ils ont souvent pour thèmes de sujets actuels et délicats, presque tabous. Celui ci évoque le traffic d'enfants. Un autre (La Reine du monde), traite des financements "occultes" des guerres et des coups d'états en Afrique.
Avec le Sang des Roses, j'ai découvert son côté "thriller". Quelle excellente surprise ! Un suspence et une intrigue de très haute voltige, au coeur de montagnes tout aussi vertigineuses... A lire et d'une traite bien sûr !
Comme j'ai lu plusieurs oeuvres de Cauvin, j''aurai l'occasion de vous parler de ces autres facettes !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 5 Juillet 2008

Résumé : La Crim' ne se repose-t-elle donc jamais, même le septième jour ?
Sept jours pour faire cesser l'horreur !
Le Quai des Orfèvres comme si vous y étiez : le fameux escalier, les filets de protection, la vétusté des murs... Si ces murs pouvaient parler, ils diraient l'esprit de corps, les tensions qui se nouent, les affaires qui se dénouent... et le combat implacable du patron de la Crim' : course contre le monstre, course contre la montre pour sauver la 7e femme !

Frédérique Molay nous emmène à un train d'enfer dans le quotidien des femmes et des hommes de la P.j. comme dans l'univers énigmatique et glacé des praticiens de la médecine légale.


                                                 

Mon humble avis : Depuis 21 ans, je suis fidèle à ce prix littéraire qui couronne chaque année le meilleur manuscrit d'un roman policier inédit et anonyme. Le prix est décerné par un jury présidé par le Directeur de la Police Judiciaire.
A ce titre, on se dit que ces romans restent dans le réalisme.
Je présente ici le crue 2007 car celui de 2008 m'a moins emballée. Mais ce sont toujours d'excellents polars à la française, qui tiennent en haleine. Chaque année, j'attends avec impatience et guette la sortie du nouveau lauréat. Cette attente tourne même en une obsession de renommée... familiale et amicale ! C'est à qui le trouvera en premier dans les magasins, à qui me l'enverra par la poste si je suis à l'étranger cette année là. Obsession quand tu nous tiens ! Donc incontournable !


Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0