Articles avec #thrillers - polars francais tag

Publié le 7 Juin 2011

Roman policier - Ed.La table Ronde - 286 pages - 18 €

 

 

Parution en mars 2011 

 

   L'histoire : Un horrible crime est commis sur la personne d'un chef de village vacances sur l'île de Rhodes. Pour de nébuleuses raisons politiques, "le tout puissant" envoie la commissaire au soleil. C'est incognito qu'elle devra résoudre l'enquête.... Hélas, sans son cher lieutenant Augustin, remplacé au pied levé par Willy... A Rhodes, Vivianne ne sera pas au bout de ses surprises. Heureusement, elle peut compter sur un buffet bien garni pour retrouver ses marques, et se réconforter dans cet environnement décidément bien hostile pour elle !

       

 

Tentation : Ma lecture de La commissaire n'aime point les vers

Fournisseur : Cadeau de mon amie Marie Hélène, pour mon anniv ! Merci

 

 

 

    

 

étoile3etdemi

 

 

Mon humble avis: Pauvre Viviane ! Son auteur n'a pas pitié d'elle et à ne lui épargne aucune épreuve...Il va même jusqu'à la priver de son cher lieutenant Monot. Et tout cela pour le plus grand plaisir des lecteurs qui aiment voir cette commissaire, lunatique à souhait, malmenée. La commissaire est toujours forte en gueule, mais la femme qui se cache derrière elle voudrait disparaître sous terre. 

Cette fois ci, l'enquête se déroule dans une univers clos : un club de vacances sur l'île de Rhodes, en Grèce. C'est ainsi l'occasion pour Georges Flipo d'écrire une réelle satire sociale sur l'univers des hôtels clubs.On sent un vécu certain chez l'auteur et l'on se régale de son sens de l'observation et de la narration sans pareil. Car voir est une chose, raconter en est une autre. De sa plume alerte, acérée et gentiment moqueuse, c'est sont les cocos et les kikis (animateurs) et les Chéris qui sont croqués pour le meilleur et pour le pire, dans la joie et la bonne humeur, avec un mélange de consternation et d'attendrissement. Et franchement, c'est jubilatoire à lire ! Drôlissime !

Bon, je dirais que certains très sont forcés ( c'est aussi le rôle d'une comédie). Et que tous les clubs ne se ressemblent pas. Il suffit de choisir la bonne enseigne (là, c'est la professionnelle qui parle !!!). J'ai 3 expériences club à mon actif et j'en aurais d'autre. Car j'aime parfois, la liberté, la facilité que m'offre un club : faire ce que je veux, quand je veux, à 3 mètres de là où je suis. Un billet sur ce livre parlait d'activités imposées... Et bien non, rien est imposé. Dans les bonnes enseignes, on est libre de profiter de ce que l'on juge le meilleur, et d'ignorer ce que l'on méprise.

Bon revenons en au sujet... le livre.

J'ai beaucoup aimé Willy, le beau et athlétique nouveau lieutenant. Quel optimise, quel bonhomie, quel naturel, quel gentillesse. Et je crois que, n'en déplaise à Viviane, elle a plus de points communs avec Willy qu'avec Augustin... Willy se lâche dans les activités, mais reste étriqué avec son Perrier Citron. Viviane se régale de Cocktails et des richesses d'un buffet, mais ne profite pas de ce qui pourraient être les bons moments de la vie.... Bref, ces deux personnages ont tout pour s'aider à combattre leurs inhibitions dans de prochaines aventures... C'est juste une suggestion en passant pour Monsieur Flipo !

Et l'enquête me dirait vous ? Elle ne manque de rien. Ni de rebondissements, ni d'accélérations, ni de fausses pistes, ni de personnages étranges, ni de méli mélo.

Les "pourquoi et comment" de certaines déductions policières ne m'ont pas semblés assez détaillés pour que je garde une image nette et précise du dénouement. Je ne suis pas sûre que celui ci ait ôté toute confusion de mon esprit. Il faudrait que je me pose et replace les pièces du puzzle... Bref, je ne saurai plus bien dire systématiquement quel indice a mené à telle conclusion. L'enquête m'a moins plu que dans l'opus précédent, mais j'ai adoré l'environnement et la verve inimitable de l'auteur !

Quoiqu'il en soit, j''avoue un esprit club mesuré et  je garde un Esprit Commissaire immodéré ! La suite Monsieur Flipo, la suite ! Allez, activité écriture !

 

 

 

 

L'avis de Lystig, Alex les mots; Liliba (qui d'ailleurs le fait voyager), Sandrine, d'Yv

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 11 Mai 2011

Polar - Editions Pascal Galodé - 335 pages - 18 €

 

 

Parution en janvier 2011

 

 

4ème de couv : Qui sème des corps, récolte des osselets. Lui, Maximilien Lachamp, le grand paléoanthropologue, le roi des fossiles, embringué dans une histoire de meurtre. Alors que la postérité retiendra son nom pour son travail sur Homo octavius, cette postérité sera entachée par un petit cadavre de rien du tout inhumé sous une couche de terreau mélangé de tourbe, de plantes décomposées, fossilisées, avec un soupçon d'argile. Non. Jamais ! Il fallait agir d'une façon non officielle. Et demander de l'aide. À qui ? Au commissaire Workan !... Erreur fatale !  Hugo Buan nous emmène avec verve et humour dans son nouveau roman au coeur d'une véritable guerre entre scientifiques.

 

Tentateur : L'auteur, présent au salon du livre de Rennes

Fournisseur : L'éditeur et l'auteur, merci pour l'envoi.

 

 

 

 

étoile2.5

 

Mon humble avis :J'étais passée à côté de "La nuit du tricheur".  Je m'étais régalée avec "Cezembre noire" qui avait entre autre comblé le trou béant de mon inculture sur l'île de Cezembre par le biais d'une intrigue policière en huit clos, un peu cousine des 10 petits nègres.

Avec cet oeil du singe, je suis à mi chemin.

Je suis toujours amusée que des personnages empruntent les mêmes routes, fréquentent les mêmes lieux que moi. Ici, Maximilien Lachamp habite le quartier de Maison Blanche, où je vivais encore l'an dernier, passe a deux pas de mon bureau et se restaure au même Mac Do !

Le point de départ de l'enquête est fichtrement original, on se demande où cela va nous mener, comment nos enquêteurs vont démêler tout cela et si c'est du lard ou du cochon, même si le cochon n'est jamais très loin, il faut parfois creuser pour le trouver. Là, j'arrive dans l'amphigouri, art rondement maitrisé par Hugo Buan qui en a fait un peu sa marque de fabrique. Définition de l'amphigourie : écrit ou discours confus, embrouillé.

 

"Workan avait érigé le double amphigouri au rang de philosophie propre à la police Rennaise : celui qui parlait de comprenait pas ce qu'il disait et celui qui l'écoutait était noyé dans un océan d'incertitudes"

 

Ainsi, certains passages et dialogues, que d'autres qualifieraient de dialogues de sourds sont assez jubilatoires.

En débutant ce roman, je savais cette fois-ci où je pénétrais. Je commence à connaître l'univers particulier, inimitable de l'auteur. Le ton est résolument décalé et l'humour maître de cérémonie. Mais j'ai toujours du mal à apprécier les méthodes irrévérencieuses et les réparties graveleuses du commissaire Workan qui distribue, entre autre, des mandales à tour de bras. Too much pour me conquérir sans réserve.

 

 

 

 

L'avis d'Alex , de Lystig

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 27 Mars 2011

Policier - Editions PLE - 152 pages - 14.90 €

 

 

Parution avril 2009

 

 

 

L'histoire : Un veille homme est retrouvé mort dans sa cave, à Bourges.

Meutre ou accident ?

Quel point commun entre cet homme et une détenue de la prison des femmes de Rennes.

Et avec Sophie et David, dont les parents ont été sauvagement assassinés 30 ans plus tôt...

Même si l'évidence est là, elle ne saute pas aux yeux. Aussi vrai qu'il ne faut pas se fier aux apparences.

 

 

 

 

 

 

Tentation : Présence de l'auteur à la Rue des livres de Rennes en 2010

FOurnisseur : Achat sur Salon + PAL

 

 

-toile2.jpg

 

Mon humble avis :  L'auteure est charmante, bretonne,  a répondu à une de mes interviews l'année dernière et le pitch de ce polars me garantissait un bon moment de lecture. Certes, je suis très vite entrée dans l'histoire, l'intrigue est savamment montée et la plupart des personnages sont très attachants dans les douleurs qu'ils soignent, notamment celui de Sophie qui m'a bien plu.

Je m'attendais à un diable plus diabolique même si l'épilogue est assez osée ( rien de choquant, mais culottée).

Je tournais les pages avec plaisir et puis,  des détails, des contradictions, des anachronismes m'ont freinée dans mon élan et m'ont dérangée. Etourderie, manque de relecture, coquilles ou mauvaise compréhension de ma part ?

Toujours est-il que les enquêteurs sont tantôt gendarmes tantôt policiers, qu'ils passent aussi bien à la gendarmerie qu'au commissariat, que des personnages semblent s'appeler Thérèse puis évelyne, qu'un héritage serait reçu 2 ans avant la mort de la défunte....Bref, je suis retournée plusieurs fois quelques pages en arrières histoire d'éclairer cette nébulosité... En vain. Autre exemple, le gendarme Drasse, enqêteur principale de cette histoire, est tout d'abord présenté les cheveux coupés courts... Quelques pages plus loin, lorsque ses cheveux frôlent les épaules de Sophie, il les rabats en arrière de sa main.... Des clichés empruntés à la suicidée alors qu'on ignore encore son suicide. Bref, des anachronismes qui m'ont pertubée...

Des sujets captivants sont évoquer ici, comme le deuil, ou la façon dont on se reconstruit, ou pas, après une drame affreux.

Enfin, l'intégration du surnaturel, du paranormal dans la résolution de l'intrigue ne m'a pas convaincue. J'ai eu l'impression que l'auteur disposait dans ce livre tout ce qui lui est cher, tant dans les lieux, que les idées, que les arts, sans que ce soit forcément à bon escient. Cela ne me paraissait pas forcément naturel...

Dommage, une bonne matière, une enquête intéressante et originale mais des maladresses qui ne m'ont pas permis une lecture fluide de ce roman.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 8 Février 2011

Thriller - Livre de Poche (Anne Carrière) - 248 pages - 6.50 €

 

 

Parution en poche en octobre 2010

  

L'histoire : En 1929, le hongrois  Frigyes Karinthy énonce la théorie des six : chaque individu sur terre  peut-êtr relié à n'importe quel autre par une chaîne de connaissance ne comptant pas plus de 5 intermédiaires. Ainsi, chacun de nous n'est qu'à six poignée de main de n'importe quel habitant de Mongolie extérieur.

Julien Dussart décide de passer de la théorie à la pratique. Sa première victime ne sera qu'à six poignées de mains de sa sixième, sa cible. Et pour s'amuser un peu plus, celui ci défie directement le commissaire divisionnaire Sophie Pont.

 

 

Tentation : La 4ème de couv' en librairie

Fournisseur : Afficher l'image en taille réelle

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile2.jpg

 

Mon humble avis : Voici encore un livre qui me divise. Une quatrième de couverture bien alléchante, une théorie plutôt fascinante  comme mode opératoire criminel, voici assez d'arguments pour se dire : "Ah, je vais me faire un bon p'tit thriller  !" Bref, je voulais dévorer un livre... C'est raté, pour moi en tout cas.

L'alternance des 2 narrateurs en "je", qui souvent dynamise un récit, a ici fâcheusement tendance à le ralentir. Qui plus est, ces deux narrateurs, le tueur et le commissaire, se répètent beaucoup. Peut-être l'auteur vise-t-il à insister sur les troubles obsessionnels compulsifs du psychopathe ? Pourquoi pas. Mais pour la commissaire (d'une extraordinaire vulgarité déplacée), je ne vois rien qui justifie cela. De toute façon, j'aurais tendance à dire "peu importe", c'est assez barbant à lire et l'attention s'étiole. Ces deux personnages ont un égo sur-dimensionné (souvent le cas des psycho me direz vous), mais quand à chaque page c'est redémontré de manière plutôt lourdingue, là ça soûle carrément et ça déborde. J'aurais préféré que l'auteur reprenne la parole à ses personnages qui sont aussi détestables les uns que les autres. A part deux personnages très secondaires, personne pour qui éprouver un peu de sympathie, ni même une minuscule empathie.C'est déroutant. Par contre point positif, le tueur est tout de même culotté.

Dès le début, j'ai cru deviner la fin. Je me suis trompée, tant mieux, sinon, j'aurais été vraiment énervée ! Mais cette fin  surprenante me paraît bâclée : les motivations et les "pourquoi du comment" du tueur sur le choix de la cible finale et de ce commissaire là comme interlocuteur ne sont pas abordés.

Et puis, j'avais lu vite fait la 4ème qui évoquait même la Mongolie Extérieure, je pensais entamer une véritable course contre la montre qui me mènerait aux quatre coins du globe.... Nous ne dépassons pas 3 coins de l'Héxagone intérieur ! Petite déception personnelle.

Alors une fois de plus, ce roman part d'une très bonne idée mais ne m'a pas convaincu. Le thrill n'était pas au rendez vous, l'ensemble déborde de poncifs et je me suis même passablement ennuyée. A conseiller aux lecteurs débutants en thriller, ils s'en satisferont peut-être, de mon côté, j'ai lu bien plus excitant, captivant et terrifiant !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 19 Janvier 2011

Policier - Editions Fayard - 358 pages - 8.90

 

 

Parution en novembre 2011

 

 

L'histoire : En plein hiver, dans le Jura... Le grand patron d'une usine qui travaille le bois est retrouvé mort dans les locaux, la tête et les mains écrasées par une presse. L'enquête préliminaire de la gendarmerie conclut à un accident... Jusqu'à ce qu'une lettre anonyme soit reçue et remette cette conclusion en doute. Le commissaire Gardenne et le lieutenant Bruchet, de la PJ de Besançon, vont sur place mener l'enquête...

 

 

 

 

Tentature : lecture traditionnelle chez moi

Fournisseur :

 

 

 

-toile1.jpg 

 

Mon humble avis :Depuis plus de 25 ans (hum hum...), ma première lecture de l'année est tranditionnellement un polar, le nouveau Prix du Quai des Orfèvres. Le jury de ce prix, présidé par le directeur de la PJ est composé de personnalités travaillant ou ayant travaillé dans la Police et son environnement, ce qui garantit un certain réalisme policier dans l'enquête.... Normalement...  Sauf que là, la crédibilité, bof, bof.... A moins que le lecteur, nourri aux super thrillers et séries policières en tous genres ne sache plus trop où se situe le réalisme...

 

L'intrigue de ce roman tient bien la route et par la même occasion, le lecteur en haleine. La lecture se passe et l'on écarte, un temps, les défauts par intérêt pour l'enquête. Mais dommage que l'ensemble soit mené de cette manière qui m'a agacée, qui a usé parfois de ma patience pour enfin me faire rire tant je trouvais le comportement des protagonistes  grotesque dans une fin plausible et inattendue certes, mais digne d'un navet de série B dans son déroulement. En effet, nos policiers reçoivent un nouvel indice décisif. Le lecteur comprend tout de suite ce qui en découle. Le jeune lieutenant a une petite idée qu'il n'a pas le temps de partager avec son vieux commissaire et son collègue proche de la retraite, bref, deux flics chevronnés et expérimentés. Le jeune part donc tout seul dans la forêt, montagne enneigée, alors que la nuit approche, tout seul comme un grand, en ski de fond avec des lampes de poches, mais sans son flingue ni son portable pour arrêter le méchant !!!! Hahaha comme j'ai ri d'autant de ridicule, surtout que pendant ce temps et cette vingtaine de pages, le commissaire n'a toujours pas compris la déduction imparable liée à ce nouvel indice... Pas besoin d'avoir vu toutes les saisons des Experts ou de Navarro, ni d'avoir lu tous les Agatha Christie pour comprendre.... Mais nos flics en fin de carrière, "ben non, y voient pas !"

J'ai été aussi agacée par les pages et les dialogues consacrées à la grippe de Monsieur le commissaire. J'appelle cela du blabla remplissage, c'est inintéressant tant pour le lecteur que pour l'enquête.

 

Enfin, l'auteur est ingénieur dans l'industrie de transformation du bois... L'histoire du roman se déroule donc dans un milieu bien connu de celui ci, trop peut-être. Des détails techniques sur cette industrie et la fabrication de panneaux de bois avec telle ou telle colle... tout en longueur.... Franchement, je ne sais pas si cela passionnera beaucoup de lecteurs. Bon, au moins l'auteur s'est fait plaisir. De même, plutôt que "des pages" pour décrire la fameuse presse, arme du crime, qui ne nous aident pas franchement à visualiser, pourquoi l'auteur ne nous fait pas un bon vieux croquis ? Enfin, un ton irréaliste pas souvent adapté à la situation, une petite guirlande de poncifs, des incohérences ou invraisemblances qui servent trop facilement une enquête couronnée par une belle leçon de morale bien lourdement écrite...

Dommage, dommage, le canevas de cette enquête intéressante aurait pu donner un très bon livre, ce n'est, à mon humble avis; pas le cas ici. L'idée est bonne, mais la forme... Au secours !

 

 

Miss Alfie est encore moins tendre que moi !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 23 Août 2010

Policier - Editions Pascal Galodé - 317 pages - 18 €

 

 

 

Résumé : Que se trame-t-il à Cézembre, cette île mystérieuse de la côte bretonne ? Petite terre, riche d’Histoire et, interdite aux touristes. Cette question, Berty, tueur à gages intérimaire, et endetté jusqu’au cou, ne se la pose pas. Sa cible il devra l’atteindre coûte que coûte. « Il n’y a pas un chat sur ce foutu rocher en plein hiver ! » lui avait dit Kolo.  En effet, il n’y avait presque personne sur les dix-huit hectares de l’île. Hormis deux agents de la C.I.A., cinq officiers de la Police Judiciaire, un ancien para de Diên Biên Phu, des séminaristes et une famille d’accueil particulièrement troublante. Devra-t-il tuer la douce Daphné ? Ou Hale le boiteux ? Plus sûrement un des flics ? À moins que ce ne soit un des agents américains ? Ou encore le mystérieux Noël ? Peut-être le PDG de cette famille en séminaire ? Ce qui est sûr, la photo de la victime apparaîtra sur l’écran de son portable. Et, là, il n’aura plus qu’à viser et tirer… Mais mon Dieu, que ce commissaire Workan l’ennuie. Et ne parlons pas de cette foutue tempête.

   

 

  

Tentatrice : Alex du blog Mot à Mot

Fournisseur : Un prêt d'Alex, que je remercie !

 

                                              

                                                                                             -toile4.jpg

 

Mon humble avis : J'avais détesté ma lecture de "La nuit du tricheur", 3ème polar de Hugo Buan. Le style et les personnages m'avaient excédée et l'histoire pas convaincue une seconde.

Et pourtant, je viens de royalement DEVORER "Cézembre Noire", le 2ème roman de l'auteur malouin. Les livres, c'est peut-être comme les chevaux. Quand on tombe, il faut remonter !  Comme quoi, accorder à un écrivain une deuxième chance de vous séduire peut se révéler bien bénéfique et agréable.

L'enquête se déroule exclusivement sur l'île de Cézembre, à quelques encablures de St Malo et 70 km de chez moi. Une tempête phénoménale fait rage et retient quelques personnages mystérieux, hauts en couleur et intriguants sur le cailloux. Certains sont  là de leur plein gré et par hasard, d'autres non. Mais le hasard existe-t-il vraiment, et fait il toujours bien les choses ? En tout cas, ici, Hugo Buan les maîtrise parfaitement les choses : depuis les données historiques jusqu'à une intrigue captivante et surprenante, en passant par l'atmosphère curieuse et pesante d'un huit clos alors que les éléments se déchaînent. Un cadavre est vite découvert... et le criminel est forcément parmi nous... Alors surveillez vos arrières ! Le lecteur se retrouve prisonnier bien volontaire de l'île et de l'histoire, jusqu'à ce que le vent retombe et que le commissaire dénoue le sac de noeuds...  Devenant presque un personnage parmi les autres, nous observons tout ce petit monde et ses secrets. Nous tentons de déduire et de deviner. Peine perdue. Le dénouement est judicieusement bien travaillé et on ne peut plus inattendu. Il fallait vraiment le trouver ! Bon, en même temps, nous sommes excusés, car l'auteur a bien ententu toute liberté pour nous fourvoyer et nous mener par le bout du nez dans quelques fausses pistes sinueuses.

Un tout petit bémol mais qui m'a moins choquée que dans 'la nuit du tricheur'. Le vocabulaire et les manières vraiment peu chatiés du commissaire...

Sinon, j'ai été fascinée et intéressée par les renseignements historiques sur Cézembre, durant la 2ème Guerre Mondiale en autre. J'ignorais tout de cela... ou plutôt, je ne m'étais jamais penchée sur la question... a appronfondir donc !

Sans aucun doute, ce livre ravira les amateurs de bons polars, les malouins, les bretons, les passionnés de Bretagne, les vacanciers qui ont un jour arpenté les remparts de St Malo ou les plages de St Lunaire. Ca devrait faire pas mal de monde non ?

 

 

 

PS : Publication d'un mémo sur l'histoire de Cezembre demain.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 19 Juillet 2010

Policier - Editions Acte Sud - 189 pages - 16 €

 

 

Parution : Février 2010

 

Résumé : Un banal cambriolage amène les citoyens du lotissement des Fleurs à s'organiser en patrouilles de vigilance pour venir "en aide à la police". Chaque soir, à bord de leur véhicule, Henri et Robert surveillent des rues où il ne se passe rien. Jusqu'au soir où un cadavre perturbe la tournée des vigiles amateurs. Pour ne pas troubler la tranquillité du quartier, les deux hommes se débarrassent du gêneur. Le lendemain, un patrouilleur est porté disparu. Puis, c'est au tour de Robert de se volatiliser. Henri va devoir chercher une explication :

"Si ce gars était là sans raison, c'est qu'il était là pour de mauvaises raisons."

 

 

 

 

  

 

   

    

                                   étoile2.5

 

 

Mon humble avis :  Un livre dont je me suis emparée pour faire connaissance avec la collection Actes Noirs, qui a vu naître la fameuse trilogie Millénium.

J'ai entamé la lecture de ce polar sur le mode TGV. Captivée, je tournais les pages avec facilité et plaisir. Le sarcasme était là, et la mise en place de l'intrigue originale et habile. Un quartier tranquille, où tout le monde semble vivre en harmonie. Il y a des meneurs et des suiveurs, tel l'insignifiant Henri que nous accompagnons tout au long du roman.  Puis un meurtre est commis, qui en cache un autre etc... Les façades se fissurent, et les dissonnances émergent entremêlées de mystères, de secrets, de cachoteries, de chantages...

Il y a comme un air de Wisteria Lane me direz vous, pour celles et ceux qui fréquentent nos fameuses Desperates Housewives. Oui, mais juste un air... Le ryhtme ralentit, l'asmosphère n'est ni légère ni pesante. Le temps passe, c'est tout, et notre anti-héro qui est sensé s'affranchir ne déterre pas grand chose.  J'aurais apprécié une ambiance stressante, glaçante, palpitante que je n'ai pas ressentie. Sujets et personnages auraient mérité une plus profonde exploration et un développement plus pointu. Quand à l'excentricité des rapports de voisinage, je n'y ai pas cru tant que cela et elle ne m'a pas fait rire non plus. Mon impression est que ce roman ne trouve pas tout à fait son style. Alors, malgré une écriture agréable, débutée en mode TGV, ma lecture s'est terminée sur le rythme d'un train corail.

 

 

L'avis de JeanJean

 

 

 

                                                                                                 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 10 Juillet 2010

Thriller - Livre de poche (calmann-levy) - 314 pages - 6.50 €

 

 

Résumé : Sophie a de gros problèmes. Elle perd tout, mélange tout et devient folle. Et les cadavres s’accumulent autour d’elle. Commence alors une longue et stupéfiante cavale, menée tambour battant en trois actes haletants…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

   

                                -toile4.jpg

 

Mon humble avis : And that's à Thriller !  Un  pur, un vrai ! Comme je suis contente d'avoir suivi les conseils de mes copines blogueuses... Lesquelles, toutes !  Tout le monde a lu ce livre !

Qui a dit que les Français ne savent pas écrire de thriller ??? A ma connaissance, on avait déjà Chattam et Grangé. D'accord, avec eux, c'est parfois tiré par les cheveux et souvent très américanisé...

Avec Pierre Lemaitre, on est français et fier de l'être. On y reste en France, même si l'on ne sait pas toujours où exactement.

Ce livre est diesel. Il commence doucement, et de façon presque banale, nous présente Sophie, l'héroïne principale... Mais méfiez vous de l'eau qui dort... Car dès la 2ème partie, sans en avoir l'air, l'auteur a mené Sophie, et son lecteur par la même occasion, au fin fond de l'enfer, et les issues semblent bouchées. Pauvre Sophie, le sort (?...) s'acharne contre elle. Malgré tout, il lui reste une petite flamme de vie qui lui commande de résister... Bien sûr, vous lecteurs, témoins impuissants de cette descente infernale, mourrez d'envie de souffler, de crier à Sophie la solution de tous ses maux, puisque l'auteur la partage page à page. Tout mais que cesse l'atroce souffrance et déchéance de Sophie, car vous souffrez avec elle.

Cela fait un moment que je n'avais pas été happée à ce point par une lecture ! Ce roman est savamment construit, écrit avec finesse et efficacité. Les phrases assez courtes apportent ainsi un rythme de lecture croissant. Les personnages intéressants et bien développés vous mènent à l'empathie et l'aversion totales. La détresse de Sophie face à sa probable folie est magistralement décrite, avec un réalisme terrifiant. Oui, ce qu'il y a de plus terrible dans ce thriller, c'est son réalisme. Sophie est une femme normale, comme tant d'autres, de CSP supérieure.... Mais ce pourrait être votre voisine... où même vous ! Personne n'est à l'abri d'une telle m........n qui vient de l'invisible (heu, je ne peux pas écrire le mot en entier sous peine de peut-être spoiler !)

Robe de marié est donc un thriller machiavélique à souhait et haletant, à vous rendre parano force dix les plus naïfs ! Aucune ombre au tableau sauf celle de la démence qui guette....

Alors, Pierre Lemaitre, nouveau maître du thriller français ??? (je sais, il est facile ce jeu de mots, je suis sûr qu'on lui a déjà fait, mais je n'ai pas pu m'en empêcher !!!)

 

 

Les avis de Pimprenelle, Clara , Cynthia....

 

 

 DAL PAL 122 - 30

42823900_p.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 5 Juillet 2010

Thriller - Livre de Poche (Albin Michel) - 279 pages - 6.50 €

 

 

Résumé : Un craquement lugubre et le sol se dérobe sous les crampons des quatre alpinistes.
A l'aube, les hélicoptères des secouristes dansent un inquiétant ballet au-dessus du glacier du Tour. Les lignes de sonde se mettent en place, les chiens d'avalanche font leur travail. Trop bien peut-être ? Ce ne sont pas quatre, mais cinq corps que l'on sort de la neige. Exilé dans la vallée de Chamonix pour fuir un passé qui le hante, le lieutenant Le Kerrec est chargé d'éclaircir l'énigme. La mort de l'inconnu des glaces et l'assassinat sauvage, quinze ans plus tôt, d'un joaillier et de sa femme seraient-ils liés ? Secrets de famille, mensonges collectifs, destins volés, meurtres barbares, il faudra au jeune officier de la Brigade des Recherches déployer des trésors d'humanité et d'obstination pour ne pas sombrer sous le poids d'une enquête qui réveille ses propres démons...

 

 

 

 

 

 

                                   -toile3.jpg

 

Mon humble avis : L'éditeur présente ce livre comme un thriller, je le ferai comme d'un bon polar... Car, franchement, je n'ai pas tremblé, sauf de froid lors d'une tempête de neige, qui en ces temps caniculaires, était presque la bienvenue ! J'ai lu "Noces de Glace" de façon très hachée. La cause ? Mes cartons ? Un certain détachement ? Un peu des 2, l'une des causes résultant de l'autre ?...

Car j'ai pourtant bien apprécié cette lecture facile et confortable. Par hasard, un corps est retrouvé dans un glacier près de Chamonix... Manifestement, il vient de passer 15 ans dans la glace et dès lors, les morts se multiplient...

L'enquête est rondement menée par Martin, un gendarme très attachant. On reste la plupart du temps au fond de la vallée, dans une sorte de huit clos un peu étouffant qui nous décrit bien l'univers et les mentalités montagnards. La méthode d'écriture nous fait dire que le coupable est sans doute dissimulé parmi les personnages, bien décrits, énigmatiques, au caractère fouillé. Certaines ficelles sont si grosses qu'elles en deviennent des cordes d'alpinistes... Et de ce fait, j'ai très vite deviné une part importante du dénouement... sans que cela gâche forcément mon plaisir. Peut-être était-ce aussi le choix de l'auteur de nous mettre dans la confidence. ? Par contre, pour le "qui", je n'ai rien vu venir jusqu'à ce que l'auteur décide du contraire.

L'ensemble ne déborde pas d'originalité mais est très bien traité. Cela vous donne un bon polar pour l'été, rafraîchissant, avec des personnages perdus et torturés par leurs mensonges plus que décennaux.

 

 

                                                 challenge ABC

                                                               O

                                                                                                       

 

 DAL PAL 122 - 29

42823900_p.jpg                        

                                                                 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 15 Juin 2010

Policier - Transit Editions - 398 pages - 18 €

 

 

Parution Mai 2010

 

Résumé : A l'école de police de Nîmes, un assassin sème la mort parmi les policiers.
Le lieutenant Kevin Normand se voit chargé de l'enquête, qui se révèle rapidement aussi complexe qu'incontrôlable... En menant ses investigations, sur fond de techniques policières et scientifiques, le policier va se retrouver pris au piège d'un jeu machiavélique dont il ne sortira pas indemne. Mais Kevin Normand n'est pas un héros ordinaire, car l'officier de police est aussi diacre de l'évêché de Montpellier.
Un double statut, peu commun dans le monde du roman policier, qui donne au personnage principal de ce troisième opus des aventures de Kevin Normand une dimension humaine captivante et originale.

 

 

 

 

   

                                     étoile2.5

 

 

Mon humble avis :  Pour ce polar, j'ai décidé de créer une "notation" nouvelle avec deux étoiles et demi, ce qui signifiera désormais : bon livre mais... Vous allez vite comprendre...

Voici un roman policier de facture assez classique et pourtant très original par certains côtés. Déjà, le personnage principal est lieutenant de police mais aussi diacre. Pas parfait, il lutte contre certains démons qui font de lui un homme très humain et attachant. Ensuite, les crimes ont lieu "intra-muros" dans tous les sens du terme : les flics sont victimes, enquêteurs et suspects, le tout au coeur de l'école de police de Nîmes. L'intrigue est très audacieuse, le mystère s'épaissit, soupçons et fausses pistes ne manquent pas. Bien sûr, tout ou presque s'explique dans un dénouement judicieux, rondement mené. L'enquête est donc franchement intéressante, d'autant qu'elle est écrite par un ancien policier. Donc point d'invraisemblances ici, on vit le quotidien des policiers et de l'école, l'enquête n'est pas bouclée comme par miracle en trois jours. Enfin, l'ancienne profession de l'auteur garanti un respect des procédures légales et policières. On approche presque le documentaire.

Venons en au "mais"... Un livre qui aurait reçu toute mes étoiles s'il avait été traité autrement... (une fois de plus me direz vous, oui, c'est un reproche que j'adresse souvent). Trop de personnages dans un roman tue... euh la concentration du lecteur ! En effet, il y a tellement de protagonistes, de grades et d'institutions policières cités que j'ai vite renoncé à retenir qui était qui et ou chacun se situait dans la hiérarchie, puisque chaque chef semble encore être chaperonné par un autre chef et ainsi de suite. De plus chaque personnage est parfois nommé par son nom, par son prénom, par son pseudonyme, voire par son grade. Ou encore, juste par "il", au moment où vous auriez eu fichtrement besoin de son nom pour vous rappeler à qui vous aviez affaire. J'y ai perdu mon latin même si j'ai gardé le fil de l'intrigue, mon plaisir s'en ai trouvé gâché. Certes, l'auteur a sans doute fait le choix de coller au maximum à la réalité policière, mais une réduction d'effectif n'aurait pas nuit à l'intérêt de l'enquête bien au contraire. Enfin, j'ai noté quelques maladresses dans le phrasé ou dans la succession des scènes et des lieux qui menacent parfois la fluidité de la lecture.

Au final, nous avons là un livre très intéressant, mais qui pêche par l'envie de trop bien faire je dirais. Il ravira les passionnés par l'institution policière (avec ses devants et ses dessous) et les enquêtes réalistes.

 

 

Je remercie Eva Grimal et Transit Editeur.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0