Articles avec #thrillers - polars francais tag

Publié le 15 Avril 2020

thriller, polar, olivier Norek, bestseller, surface, blog, avis, chronique, livre audio

Polar - Editions Lizzie - 8h26 d'écoute - 19 €

Parution d'origine chez Michel Lafon en avril 2019

L'histoire : Noémie Chastain est capitaine de police à Paris. Lors d'une intervention qui tourne mal, Noémie se retrouve défigurée à vie et brisée de l'intérieur. Lorsqu'elle pense être prête à reprendre le service, sa hiérarchie trouve un prétexte pour l'éloigner soit disant momentanément dans un lieu plus calme. Bref, on ne veut d'elle... Elle se retrouve donc en poste dans une petite commune rurale de l'Aveyron où sont arrivées et ses méthodes parisiennes dérangent. On ne veut pas d'elle. Noémie pense être recluse dans un mouroir d'ennui... Cette sensation ne va pas durer très longtemps... Car le corps d'un des trois enfants disparus depuis plus de 20 ans refait surface... à la surface d'un lac.

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Ce polar a vraiment été bien visible sur la blogosphère depuis presque un an, et chaque avis que j'ai pu en lire était élogieux. Aussi, quand j'ai vu cet audiolivre disponible à la bibliothèque, je me suis ruée dessus... et bien m'en a pris.

Car Surface est vraiment un excellent polar, magistralement ficelé et narré. Tout y est à mes yeux (et mes oreilles vu mon format de lecture) pour en faire un coup de coeur, un roman parfait dans son genre.

Déjà, et pour cela particulièrement j'applaudis l'auteur, ce n'est pas un pavé. Aussi, Olivier Norek est dans une efficacité pure, le rythme n'est jamais interrompu, nous ne perdons pas de temps dans moult descriptions et digressions, au contraire de la plupart des polars/thriller actuels. Cela n'empêche pas l'auteur de bien poser son sujet, ses personnages, le lieu du déroulement de l'histoire, et même et surtout, l'atmosphère, typique d'une région reculée de province. Un village où tout se sait et tout se tait. Une commune où tout le monde connait tout le monde, ce qui modifie forcément les rapports entre les forces de l'ordre et la population.

Nous sommes ici dans une commune qui a été complètement déplacée en 1994, suite à la construction d'un barrage hydraulique qui a noyé l'ancien village. Et à cette même époque, deux garçons et une fillette de 10 ans ont disparu. L'enquête de l'époque n'a pas mené à grand-chose... Sauf à un potentiel enlèvement des enfants par "l'ogre" local... L'étrange, l'indésirable de la commune disparu en même temps. Et voici que dans un fût d'acier, resurgit le corps d'un de ces enfants, à la surface du lac.

Noémie va donc être confrontée à une enquête inédite dans un tel lieu. Elle va devoir composer avec les mentalités locales et en même temps, malgré sa froideur et sa raideur, se faire accepter par son équipe. L'évolution de son personnage est particulièrement bien soignée. D'antipathique dans les premiers temps, Noémie devient de plus en plus accessible, tant pour son équipe que pour le lecteur. Elle devient même attachante. A sa décharge, n'oublions pas qu'elle se remet difficilement d''une lourde opération, qu'elle est défigurée et qu'elle surmonte peu à peu un gros Stress Post Traumatique. D'ailleurs, c'est avec précisions qu'Olivier Norek décrit cet état : son pourquoi, son comment, son cheminement et son après.

L'enquête est on ne peut plus captivante, bien menée. L'auteur n'est pas avare de suspense, ni de rebondissements, ni de finesse psychologique et d'authenticité pour parvenir à un final que personne ne peut imaginer. Le tout dans une ambiance intimiste, tout en nous épargnant les détails difficilement supportables. Bref, beaucoup d'humanité malgré un contexte difficile.

Bref, je me suis régalée de cette lecture, et j'ai donc découvert un auteur de polar que je ne connaissais pas... Ce n'est donc qu'un début pour moi, mais un début très prometteur ! Une lecture sans fausse note, ni en surface, ni en profondeur !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 1 Février 2020

roman, la fille à ma place, catherine le goff, thriller, littérature, avis, chronique, blog

Roman - Editions Favre - 191 pages - 17 €

Parution le 23 janvier 2020 : Nouveauté !

 

L'histoire : La vie de Nin bascule en quelques instants... Lorsque, aveuglé par l'amour excessif qu'elle porte à son conjoint, elle tue la maîtresse de celui-ci. La voilà contrainte à la fuite, qui de France, la conduira en Italie et aux Etats-Unis. Mais surtout, celle-ci l'amènera à rencontrer son père biologique et surprise... sa soeur jumelle qu'il a élevée... Secret de famille, peur de l'abandon sont au coeur de ce roman qui commence donc par un meurtre...

 

 

Tentation : Le pitch de l'éditeur

Fournisseur : Gilles Paris, merci pour l'envoi.

 

 

Mon humble avis : Le pitch de l'éditeur, annonçant un thriller sous tension était très alléchant. Mais mon engouement s'est délité au fil de ma lecture, même si je salue bien bas la belle pirouette finale,  vraie surprise, qui permet de refermer le livre en se disant : Ah, tout de même... malgré tout.

Le début est parfait, vraiment sur le rythme d'un thriller, avec cette cavalcade de Nin, qui la mène à droite et à gauche, que l'on sait poursuivie par des tueurs payés par le père de la victime. Les découvertes sont nombreuses et inattendues (comme le père biologique et la soeur jumelle, Anna. - On apprendra au fil des pages pourquoi elles ont été élevées séparément, sans connaître l'existence de l'autre). Bref, la lecture est alors prenante et agréable... Puis cela s'est gâté pour moi... 

L'aspect thriller a fondu au point de presque disparaître, et que je me dise que ce roman est mal estampillé et le pitch de l'éditeur "sur vendeur", ce qui amène des déceptions lorsque l'on semble nous promettre autre chose. Car l'aspect fuite et réel danger, donc tension pour le lecteur, ne dure pas très longtemps.

En fait, les sujets évoqués (à résonance psychologique/psychiatrique) par l'auteure m'ont paru survolés. Et c'est dommage, car en tant que psychologue de métier, Catherine Le Goff avait forcément matière et connaissances pour approfondir le tout et le rendre ainsi vraiment intéressant et enrichissant. Mais non. De même, le père biologique "solutionne" tous les problèmes de Nin, sans que l'on sache vraiment comment. L'histoire se déroule sur tellement d'années que l'on en ignore le nombre, et cela m'a un peu handicapée. D'autant que j'ai relevé un anachronisme qui m'a fait bondir.... L'un des personnages a perdu sa femme il y a des années lors des attentats de New York en septembre 2001... Donc clairement dans le passé, puisqu'il y a eu deuil, abandon d'une maison... et avant l'apparition de Nin dans sa vie etc... Bref, dans le texte, on sent vraiment que du temps a passé dans la vie du personnage... Hors, page 137, en entête d'un chapitre, on lit "Au matin du 28 octobre 2001", soit un mois et demi après les attentats.... Bref, j'ai vraiment trouvé que cela ne collait pas.

De plus, j'ai eu la sensation que l'histoire était un peu un prétexte "fourre-tout", pour y évoquer les centres d'intérêts ou les rêves de l'auteure... En effet, Nin devient chanteuse, publie un disque qui l'amène tout de même à être invitée dans une émission télé, mais tout cela n'est pas du tout développé. Pas même secondaire, mais tertiaire... Donc inutile dans l'histoire. Ebauché mais pas développé, ni exploité. Certes, les bagages socio-psychlogiques que l'on porte en soi et qui peuvent mener à passer à l'acte impensable sont bien montrés. Montrés oui, mais analysés en profondeur non.

Dommage, le point de départ était bon, les rebondissements intéressants. Mais pour une fois, je vais dire que ce roman aurait mérité à être plus long, avec une psychologie plus étudiée et approfondie pour me plaire. Et surtout, que le suspense et le rythme thriller soir présent du début à la fin. J'attendais bien plus de ce roman prometteur.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 11 Décembre 2019

Polar - Editions Audiolib - 5h20 d'écoute - 19.50 €

Parution d'origine en 1994 chez Viviane Hamy

L'histoire : A Rome... Des dessins de Michel Ange sont volés à la bibliothèque du Vatican. Henri Vallubert, grand expert d'art parisien, meurt empoisonné en pleine fête devant le palais Farnèse. Son fils Claude et deux de ses amis avec qui il forment le groupe des empereurs (Claude, Néron et Tibère, comme ils se nomment entre eux), traînent leur résidence dans la ville entre nonchalance mais avis bien précis. Ajoutez à cela une veuve envoûtante, une bibliothécaire aussi rigide que dévouée, et un cardinal qui connaît tout le monde, il y a assez pour que l'inspecteur Valence, envoyé spécial du gouvernement français pour éclaircir, voire étouffer l'affaire si besoin, y perde son latin !

 

 

Mon humble avis : Ce roman est le troisième publié par Fred Vargas, même s'il a été rédigé bien des années avant sa parution. Aussi, celui-ci ne date pas d'hier !

Ceux qui vont mourir te saluent est donc un bon polar à l'ancienne... mais à la sauce Vargas, donc avec un petit plus et une signature que l'on retrouve avec plaisir. A savoir, des personnages hors du commun, haut en couleur, fantasques qui donnent à cette enquête relativement classique dans le fond une forme très fantaisiste et donc particulièrement divertissante, voire même parfois amusante. En effet, les trois protagonistes qui se font appeler par des noms d'empereurs ne sont pas sans surprises, depuis leur caractère, leur manière de déclamer des évidences avec un faste désuet ou encore, de voir monde et choses. Aussi, avec eux, certains dialogues valent leur pesant de caramels mous comme on dit !

Avec les personnages, nous déambulons avec ravissement dans les rues de Rome, dans l'enceinte du Vatican, et dans les entrailles de la Vaticane, la bibliothèque si riche et particulière de ce dernier. L'auteure laisse toute liberté à notre imagination pour habiller les lieux. Donc pas de descriptifs interminables. L'inspecteur Valence, dont le portrait n'a rien à envier célèbre Adamsberger, fait plus ou moins équipe avec la police italienne menée par Ruggeri. Les pistes, bonnes comme fausses, se multiplient, se divisent, forment parfois de sacrés carrefours avec moult directions possibles, voir des demi tours... et de ce fait, les rebondissements abondent et démontrent qu'il ne faut pas se fier aux apparences. Aussi simple et limpide puisse paraître en enquête, celle-ci réserve toujours son lot de surprise et ici, jusqu'aux toutes dernières pages.

Bref, un polar bien agréable à lire ou à écouter, qui divertit et balade son lecteur sans stresse, ni litres d'hémoglobine !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 1 Septembre 2019

thriller, avis, chronique, Patricia Hespel, la fille derrière la porte, blog

Thriller - Editions Pocket - 339 pages - 7.20 €

Parution d'origine aux Editions "Les nouveaux auteurs" en avril 2017

L'histoire : Suite à l'adultère de son mari, Emmy, en grande dépression, a tout perdu : ses enfants, son boulot, sa vie de famille, bref, le bonheur, ou au moins un semblant de bonheur.

Alors qu'elle touche le fond, enfin une main se tend... Celle de sa voisine, qui entreprend de la remettre sur pied. Emmy accepte cette main, elle s'en mordra les doigts.

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Ma CB

 

 

Mon humble avis : Ce thriller a reçu le Prix du Suspens Psychologique, prix ayant comme principal membre du jury Franck Thilliez himself. Autant dire que c'est une excellente référence pour choisir un bouquin frémissant, et que cette référence est largement méritée !

Je vous préviens tout de suite, mieux vaut prévoir une longue plage de temps libre pour vous plonger dans cette histoire, pour éviter de devoir interrompre votre lecture à de multiples reprises. Car les flash-back sont nombreux, dans différentes périodes pars forcément chronologiques et ce pour les deux principaux personnages. Aussi, pour garder tous détails et indices potentiels, je vous conseille de bien vous installer et de vous déconnecter du monde réel le temps qu'il faudra !

Que dire pour vanter un thriller sans spoiler et gâcher le plaisir des futurs lecteurs que vous pouvez être...  Oui, le suspense est implacable, et va en grandissant, juste qu'à devenir limite insupportable. Mais en même temps, l'auteure nous réserve tellement de surprises, de rebondissement, de faux semblants qu'on ne peut pas lâcher le bouquin. Pour une fois, car c'est rare, les deux personnages principaux de ce thriller sont des femmes... Que ce soit du côté de la gentille ou de la méchante, de la chanceuse ou de la malchanceuse. Ces personnages sont très fouillés, jusque dans leur lointain passé et, même si l'on ignore comment, tout finira par s'imbriquer et "s'expliquer". Je mets des guillemets car difficile d'expliquer quand la folie s'installe dans une âme. Et là, la vengeance va loin, très loin, le schéma du roman est extrêmement travaillé et tient du génie. Comment l'idée d'un tel roman peut sortir d'un cerveau ? Et surtout, pourquoi pas du mien ! Le dénouement est on ne peut plus imprévisible ! Le tout, avec un rythme crescendo, qui ne faiblit pas !

Le Plan de cette fille derrière la porte est vraiment diabolique, nous conduit dans le milieu S.M et nous dit haut et fort : méfiez-vous des mains tendues et toujours, oui, toujours, ne laissez jamais personne avoir une emprise psychologique sur vous, quel que soit votre état. Car au-dessous du trou où l'on peut être, il y a pire, il y a l'enfer !

Vous cherchez un bon thriller pour vous divertir ou vous changer d'autres lectures plus "conséquentes", vous avez donc ce qu'il vous faut : la fille derrière la porte.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 22 Mars 2019

Thriller, Suisse, Finlande
Horrora borealis, de Nicolas Feuz

Thriller - Editions Livre de poche - 283 pages - 7.40 €

Parution d'origine chez Slaktine & cie en 2016

L'histoire : Un festival musical sur le bord d'un lac suisse finit en bain de sang. Walker est là... entre le statut de victime et de coupable. Le flic Boileau arrive pour "négocier avec lui"... Mais pour démêler tout cela, il faudra pouvoir répondre à la question suivante : que s'est il passé en Laponie douze en plus tôt... Alors que la famille Walker, à priori sans histoire passait là-bas quelques vacances et qu'un seul des cinq membres en est revenu vivant...

 

Tentation : La Laponie

Fournisseur : Ma PAL

 

Un thriller qui vous emmène en Laponie Finlandaise.

 

Mon humble avis : Voici un chouette thriller, de très bonne facture, qui a la qualité principale d'être rondement mené et de ne pas s'éparpiller. Il va droit au but en 283 pages, à une époque où polars et thrillers deviennent systématiquement des pavés. Et oui, il est encore possible d'écrire une bonne histoire flippante (raisonnablement), efficace en moins de 300 pages sans fioriture et sans blablas de remplissage ! Rien que pour cela, bravo Nicolas Feuz !

A part ça... Des premières pages un peu difficiles à suivre, le temps que l'ensemble s'installe et que l'on comprenne la construction du roman.... Entre présent (la Suisse) et passé (La Laponie). Une fois ce rythme saisi et acquis, et bien les pages se tournent toutes seules et de plus en plus vite.

L'auteur suisse sait bien manipuler son lecteur... Si je relisais "Horrora Borealis", peut-être dénicherais-je quelques indices mettant la puce à l'oreille et annonçant les rebondissements, voire les coups de théâtre (oh oui, à ce niveau-là, ce n'est plus du rebondissement) on ne peut plus inattendus qui concluent cette histoire glaçante à plus d'un point (les températures polaires lapones, l'atmosphère, les événements étranges et évidemment les meurtres commis on ne peut plus de sang froid avec cette température ambiante). Certes, une fois la dernière page lue, mon cerveau a continué à réfléchir et à mettre en doute certaines révélations. "Oui mais si ceci et untel, est vraiment possible que ceci ou cela, c'est un peu gros non ?" Et puis, j'ai fait taire ma boite à penser, me disant qu'après tout, un lourd traumatisme peut aussi tout expliquer. Et surtout, pourquoi s'interroger quand on a vraiment pris son pied en lisant en livre, qu'on l'a dévoré ?

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 8 Février 2019

Thriller - Editions Pocket - 279 pages - 6.95 €

Parution d'origine chez Fleuve Noir en 2007

L'histoire : Benoit est flic... Au retour d'un stage à Dijon, il s'arrête sur la route pour secourir une femme en panne de voiture. Une très jolie femme... Ce qui n'est pas pour déplaire à Benoit, dont la réputation de Don Juan n'est plus un secret pour personne. Evidemment, il la reconduit chez elle et accepte un "dernier verre", qui lui sera peut-être fatal. En effet, le lendemain, il se réveille endolori enfermé dans une cage, dans une cave. Sa géôlière est prête à tout pour le faire avouer. Avouer quoi ? Benoit devine vite le moindre aveu signera son arrêt de mort. Avouer, nier ? Combien de temps résistera-t-il aux persécutions, sévices et

tortures de la belle rousse ?

Tentation : Envie d'un bon thriller

Fournisseur : Ma PAL !

Mon humble avis : Quatre pattes de chat et non cinq, juste parce que je n'ai pas aimé la fin... Ce qui est secondaire et très subjectif, en fonction des sensibilités personnelles.

Parfois, je me demande si je ne vis pas sur une autre planète. Ce thriller n'est pas récent, et n'est pas le premier de Karine Giebel... Certes, je sais depuis un moment que cette auteure existe, mais c'est la première fois que je me plonge  dans une de ces histoires. Erreur, j'aurais dû le faire depuis bien longtemps...Même si, j'avoue, je ne lirais pas Giebel tous les jours pour deux raisons : trop addictif (on ne veut rien faire d'autre temps que l'on n'est pas à la dernière page) et puis son terrain de prédilection malmène sacrément les âmes sensibles. Pour ce genre de littérature, ce roman est assez court, et c'est parfait pour moi : la psychologie des personnages est très bien travaillée et étant donné la nature des tortures infligées à Benoît, je n'aurais pas supporté des centaines de pages de plus qui n'aurait qu'ajouter de la longueur à un récit qui n'en n'a pas besoin. C'est concis, concentré et terriblement efficace ainsi !

Ce thriller est diabolique et son intrigue on ne peut plus machiavélique. Nous sommes presque dans un huit clos, dans cette cave, avec un Benoit de plus en plus mal en point (à tous les niveaux) et cette belle rousse de Lydia à l'imagination de plus en plus débordante et toujours plus décidée. De temps à autre, Karine Giebel nous sort de là, comme pour nous permettre de reprendre un peu notre respiration, pour nous laisser accompagner les copains flics de Benoit, qui évidemment, le recherchent. C'est un peu la différence avec Misery de King. Le lecteur sort de temps en temps de l'antre cauchemardesque.

Tout au long du roman, le lecteur se questionne : Coupable le Benoit ou innocent. Pourtant, dès le début, l'auteure donne un indice qui oriente bien vers une machination. Après, les indices ne mènent pas toujours dans la bonne direction et de toutes façon, Karine Gielbel maîtrise manifestement l'art de balader son lecteur, tout en le tenant prisonnier !

Karine Giebel nous montre ici qu'un bourreau peut facilement devenir victime et une victime devenir bourreau. Victime de quoi ? Coupable de quoi ?

Vous le découvrirez en lisant ce thriller, qui après un suspense insoutenable et tenace, offre un dénouement inimaginable et génialement imaginé !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 5 Septembre 2018

Thriller - Editions Audible - 4h21 d'écoute - 9.95 € en téléchargement

 

Parution d'origine chez Michel Lafon en mars 2016, existe aussi en poche

 

L'histoire : Chloé et Gabriel, mariés depuis plusieurs années, semblent mener une vie paisible et organisée à St Malo. Soudain, c'est le drame... Pourtant bonne nageuse, Chloé se noie lors d'une baignade solitaire. Commence alors pour Gabriel la terrible période de deuil. Il trouvera de l'aide au sein d'un groupe de soutien. Mais alors qu'il y rencontre Emma, Chloé semble toujours présente, près, trop près pour que Gabriel l'oublie.

 

Tentation : Blogo, pitch et mention "St Malo" dans celui-ci.

Fournisseur : Audible, merci pour le partenariat !

 

 

Mon humble avis : Quel claque ce roman !

Déjà, bonne nouvelle, il est encore possible d'écrire des thrillers aussi prenants que surprenants en moins de 400 pages. Avis à vous mesdames et messieurs les écrivains, pour qui le terme thriller se transforme de plus en plus en pavés eux-mêmes pavés de longueurs et descriptions fortuites.

Il n'est pas aisé d'expliquer mon enthousiasme réel envers ce bouquin sans spoiler. Alors, comment dire... Déjà, durant toute mon écoute, je n'ai jamais imaginé un tel dénouement ! Ensuite, dire que le sujet dont traite cette histoire est on ne peut plus contemporaine est un euphémisme. Tentez d'expliquer ce titre mystérieux dont le sens ne se révèle qu'à la presque fin, et bien vous comprendrez pourquoi ce roman mérite amplement son grand succès !

Amélie Antoine pousse-t-elle à l'extrême l'avidité, la cupidité, la superficialité, le prêt à tout de nos contemporains ? Et bien si l'on observe "même de loin", sans y participer, cette aspect de notre société actuelle, on se dit que non. On n'y est presque, et cette réalité a peut-être déjà été dépassée quelque part dans le monde sans que cela soit venu ni à mon oreille, ni à mes yeux.

En tout cas, Amélie Antoine manipule aussi bien son lecteur que la société peut le faire de chacun de nous... Sauf que dans ce domaine précis, pour être manipulé, il faut être un minimum volontaire, car cette manipulation sociétale est parfaitement évitable si on a d'autres choses à faire. Et pourtant, cette dernière, liée à un voyeurisme qui en régale par dizaine de millions s'insinue partout. Le vrai faut semblant, qui fait qui fait que des cas isolés deviennent une norme aux yeux de certains. Amélie Antoine s'inspire des leurres actuels pour écrire une histoire dont devient leurre. Grandiose

Fidèle au poste est un thriller par son suspens, son style, sa narration à 3 voix, mais il intègre aussi d'autres genres littéraires, tels la romance, l'approfondissement du deuil, le fantastique (y aurait-) il un fantôme dans l'histoire ? Par contre, rassurez-vous, point de scènes insoutenables type sanguinolentes ou autres. Les nerfs ne sont pas mis à vif, la lecture est très plaisante, mais le suspens vous garde en otage et le dénouement vous laisse K.O !

Ok, je sais, je reste très mystérieuse sur ce roman, mais que voulez-vous, c'est sa grande force, alors chut, lisez ou écoutez et vous verrez par vous mêmes ! Et non, ce billet n'est pas un leurre !

 

 

Livre lu en partenariat avec AUDIBLE, site de téléchargement légal de livres audios, avec un abonnement mensuel possible dès 9 €90  et des livres audios en exclusivité, dont celui-ci !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 24 Août 2018

Thriller - Editions Audible - 13h52 d'écoute - 21.90 €

 

Parution d'origine chez X.O en 2016, existe aussi en pocket

 

L'histoire : Oslo, hôpital psychiatrique de Gaustad. Un patient est trouvé étranglé dans sa cellule. Sur son front, gravé les chiffres 488. Le patient 488 était dans cet hôpital depuis 30 ans, sans que personne ne sache vraiment qui il était, ni la raison réelle de sa présence. L'autopsie est sans équivoque. Cet homme est mort de peur... Pour l'inspectrice Sarah Geringuën, c'est une longue, haletante et dangereuse enquête qui commence. Celle-ci la mènera à Paris, sur une lointaine et méconnue île au fin fond de l'Atlantique et aux Etats-Unis, le tout en compagnie de Christopher, un journaliste Français, qui se bat pour la vie d'un enfant.

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Lors de mes récentes vacances dans le Cantal, il me fallait un livre audio assez long pour mon aller/retour en voiture, et une histoire assez captivante pour éviter ennui et endormissement ! Le cri a donc rempli mes objectifs !

L'intrigue est effectivement passionnante, bien qu'effroyable, dans le sens où elle se base sur des faits et des recherches scientifiques réels. Faits qui nous font dire que l'Homme est vraiment taré, que ce n'est pas nouveau. Mais rassurez-vous si vous êtes une âme sensible, ce roman ne comporte pas de scène physiquement insoutenable. Par contre, psychologiquement, c'est autre chose. En effet, Le cri nous dévoile les recherches faites "sous le manteau" par et pour la CIA (au début en tout cas), dans la période juste après-guerre (la 2ème GM)... Ceci, pour trouver étudier la peur originelle, commune à tous et exploiter ces connaissances pour plus ou moins programmer les soldats et les espions de l'époque. Certaines explications sont restées assez vagues pour moi et à la fin de ma lecture, il me restait pas mal de zones d'ombre, malgré les recherches très approfondies de l'auteur sur son sujet. Mais cela ne m'a pas empêchée du tout d'être scotchée par cette audio lecture au fil des kilomètres avalés, tout en restant vigilante sur ma route.

Ce n'est pas vraiment spoiler que de dire qu'il est question aussi de la vie après la mort, et des conséquences sur les diverses religions qu'auraient certaines découvertes ou révélations.

L'histoire est franchement bien construite, fascinante, et ne laisse pas de place aux temps morts, tant elle est bien menée et que les rebondissements arrivent toujours à l'heure. Le suspense est  prodigieux et met nos nerfs à rude épreuve.

Bon, j'ai tout de même tiqué quelques fois, notamment sur les "comme par hasard". Comme par hasard, nos deux héros sont toujours joignables sur leur GSM, même sur une île perdue dans l'océan Atlantique et dix pieds sous terre, le tout, sans jamais tomber en panne de batterie (j'aimerais bien connaitre leur secret !). Comme par hasard aussi, lorsque Sarah et Christopher découvre du matériel scientifique datant des années 60 et enfermé depuis plus d'un demi-siècle, et bien tout fonctionne à merveille ! De ce côté, Le cri manque un peu de crédibilité.

Mais peu importe, Le cri reste un très bon thriller, sur un sujet original, qui vous emmène dans les profondeurs de l'âme humaine, tout en vous divertissant. A ne pas bouder !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 10 Juillet 2018

Polar - Editions Pocket - 427 pages - 7.50 €

 

Parution d'origine au Cherche Midi en 2009

 

L'histoire : A San Francisco, il y a Bill, un flic à la retraite penchant bien sur le Whisky. A Paris, il y a Anne, animatrice d'émissions culinaires à la télé. Depuis 25 ans, Anne attend que Daniel, son amour fulgurant de jeunesse vienne de Californie la rechercher, comme promis... Elle se décide alors à traverser l'Atlantique pour comprendre pourquoi Daniel n'est jamais revenu... Elle découvre là-bas que Daniel a été assassiné. Sa route traversera celle de Bill, qui accepte pour elle de rouvrir le dossier "Daniel Harling", sur lequel il a vaguement travaillé à l'époque.

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

 

Mon humble avis : Mon enthousiasme sans limite pour "L'enfant aux cailloux" (enthousiasme quasi général d'ailleurs) de Sophie Loubière m'a naturellement menée sur cet autre roman de l'auteure : "Dans l'oeil noir du corbeau". D'autant plus que celui-ci est estampillé de la mention "Thriller"... Autre motivation pour en faire une lecture estivale qui m'emmènerait à San Francisco.

C'est maintenant que cela se gâte et je rappelle que mon billet est un ressenti de lecture en fonction de mes goûts et qui n'engage que moi...

Déception totale. La cata... Lecture subie... Ennui...Jamais dans ma vie de lectrice je n'ai lu autant de pages en diagonale histoire de finir par en voir le bout... donc l'issue.

Thriller ? Pas du tout. Polar ? A peine, peut-être pour l'ambiance terne et le flic alcoolo. Drame personnel/passionnel certainement, mais intérêt romanesque très limité. A mes yeux en tout cas, ce livre déçoit à cause d'une mauvaise orientation éditoriale. Quand on attend un thriller, les frissons et les nuits raccourcies qui vont avec et qu'on ne trouve rien de cela au fil des pages, ben forcément, cela énerve et déçoit.

Je n'ai éprouvé aucune empathie pour Bill et Anne, les deux principaux protagonistes de cette histoire. Pire même, ils m'ont agacée, malgré leurs problématiques personnelles. D'enquête il n'est quasiment pas question, mise à part une relecture du dossier de l'époque.

Par contre, que de détails inintéressants, qu'ils soient architecturaux, vestimentaires, gestuels. Que de répétitions dans les vagues à l'âme et les pensées intimes des deux personnages !

En fait, toutes les cinquante pages, j'ai eu l'impression que l'intrigue allait enfin commencer, pour repartir pour cinquante pages de blablas.

A mes yeux, ce "thriller" se rapproche beaucoup plus d'un guide touristique des bonnes adresses culinaires de San Francisco que d'un polar. Les pages sont truffées de références musicales et/ou vaguement historiques qui donnent un aspect étalage de confiture sur une tartine... Quand le sujet est faible, on l'étale pour qu'il prenne de la place, en l'occurrence ici 427 pages.

Amateurs de thrillers/polars, je vous conseille de passer votre chemin. Par contre, les fins gourmets et les cordons bleus se régaleront sans aucun doute, la romancière ayant voulu écrire un polar (raté pour moi) culinaire (sans doute réussi) : descriptions de plats, de recettes conçues par des chefs, listes de courses et d'ingrédient tous plus fin les uns que les autres prennent une large place dans ces pages... Trop large pour moi, qui suis tout sauf fin-gourmet ! Donc pour l'aspect culinaire, ce roman peut trouver son lectorat !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 30 Juin 2018

Thriller - Editions Livre de Poche - 316 pages - 6.10 €

 

Parution d'origine en 2001 chez Albin Michel

 

L'histoire : New York, fin des années 90 début 2000... C'est d'abord Gloria, une fillette qui disparaît. Son tueur envoie plus tard une lettre à sa mère, lettre détaillant l'immonde fin Gloria... Puis un prostitué est retrouvé atrocement mutilé, avant qu'un jeune handicapé mentale disparaisse d'un parc...

Les flics du 21ème district sont sur les dents, avec Stan Levine à leur tête... Stan qui va un peu trop provoquer ce serial killer et qui le paiera très cher...

 

 

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : Et bien... Dans ma vie de lectrice, j'en ai "rencontré" des serial killers complètement tarés, mais ce Nichols tient le haut du podium et de loin ! Au point qu'au cours de ma lecture, j'en venais à me dire que des auteurs tels que Maxime Chattam et Jean-Christophe Grangé pouvaient aller "se rhabiller".

Le cinquième jour va vraiment très loin dans l'horreur, le sadomasochisme, la perversion sexuelle et le détraquement mental. Ce n'est pas vraiment spoiler que de dire que cela va jusqu'au cannibalisme cuisiné (on l'apprend dans les premiers chapitre), quel que soit l'âge et le sexe de la victime, et le crucifixion. Aussi, on ne mettra pas ce thriller dans toutes les mains. Ames sensibles, même un minima, s'abstenir... Ce cinquième jour met vraiment mal à l'aise...

Et pourtant, c'est tout de même un bouquin et une enquête rudement bien menée et diablement efficace.

En fait, on connait le coupable dès le début, puisque les chapitres alternent entre les actes et la vie d'Egard Nichols et l'enquête policière, menée par THE super flic de New York. Donc la question n'est pas qui... Mais quand la police va serrer ce cinglé et surtout, arrivera-t-elle avant qu'il ne soit trop tard... Puisqu'à mi roman, Nichols donne un ultimatum de cinq jours avant d'achever sa dernière victime en date...

Il faut savoir que pour construire le personnage de Nichols, Maud Tabachnik s'est inspirée d'un des pires sérial killers de l'Histoire des Etats-Unis, qui, dans les années 30, fut soupçonné de plus de 200 meurtres avant de passer sur la chaise électrique.

L'atmosphère du New York de l'époque, avec ses bas-fonds est parfaitement rendue, tout comme l'aspect mouvant de la grosse pomme. Quand j'ai acheté ce livre, je n'avais pas vu qu'il était si ancien. Cela se sent un peu dans les méthodes policières, le matériel utilisé (très peu de téléphone portable etc), et les Twin Towers dominent toujours la ville.

Le cinquième jour est donc un très bon thriller pour ceux qui ne craignent pas le gore (il est aussi question ici, même si de loin, de Snuff Movies pédophiles...)... Je le répète, à ne pas mettre dans les mains de n'importe qui, et encore moins dans celle d'un ado...Car ce roman, qui casse certains codes du schéma thriller (je ne peux pas en dire plus sous peine de spoiler) est vraiment dérangeant, même si captivant parce que super thrillant ! J'avoue que pour moi, c'était too much, mais j'ai été tenue prisonnière de l'intrigue.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0