Articles avec #thrillers - polars francais tag

Publié le 27 Mars 2010

Roman Policier - Ed. de la table ronde - 297 pages - 18 €


Résumé : La commissaire Viviane Lancier n'est pas du genre poète, mais la voici condamnée à se passionner pour Baudelaire : un sonnet torride dont il serait l'auteur se transforme en serial killer, envoyant à la morgue ceux qui s'y intéressent. Flanquée de son ingénu lieutenant, Viviane Lancier plonge dans une enquête où semblent la narguer les morts, les survivants et même les revenants.














                                 -toile4.jpg

Mon humble avis :  Charmant est un qualificatif rare pour évoquer un roman policier. Et pourtant, c'est le premier qui me vienne à l'esprit. Et j'ai comme l'impression que "La commissaire n'aime point les vers" est d'un genre nouveau, en tout cas pour moi. On s'attend rarement à se sentir aussi bien et détendu à la lecture d'un policier. C'est cependant ce qui c'est passé pour moi, tant ce roman m'a apaisée et amusée aussi. Georges Flipo a effectivement glissé beaucoup d'humour dans ses lignes, de nombreuses allusions à la poésie (et surtout Baudelaire) très instructives, et des faux indices dans lesquels on tombe comme dans un panneau. Les personnages sont sympatiques et dynamiques, parfois maladroits mais toujours humains. On ne peut que s'y attacher. Même si, par moment, les multiples allusions aux nombreux régimes de la commissaire m'ont un peu lassée. Puisque je suis dans les défauts, j'ai cru noter quelques invraissemblances policières. Mais, mais...
Point de gore dans ce livre mais de l'action et le danger qui rode...Et surtout, il règne dans ce roman une bonne humeur contagieuse qui ne fait néanmoins aucune ombre à l'intérêt de l'intrigue. L'enquête est parfaitement présentée, ficelée et menée. Elle est surtout nébuleuse et captivante comme un sac de noeuds qui ne semblent pas vouloir se dénouer. Et finalement, notre commissaire, bien embrouillée par moment, finit par trouver le bout de fil qui la conduira à la résolution de l'énigme. Je tire mon chapeau à l'auteur. Je ne savais pas que l'on pouvait allier tant de légèreté avec une trame policière qui tienne aussi bien la route. J'ignore si Madame la commissaire est un personnage récurrent mais en tous cas, j'en redemande !


Je soussignée Géraldine certifie que cette aveu n'a été écrit sous aucune pression ni menace et que je suis seine de corps et d'esprit !!!!


Demain, à 17h, publication içi d'une interview exclusive de l'auteur !


Les avis de Leiloona, d'Aifelle, de Keisha et de Schlabaya qui elle n'a pas aimé

 

 

Ce livre voyage : Il était chez Saxaoul, il part chez Mary, puis Audouchoc, puis Canel, puis Mango, Thaïs.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 13 Mars 2010

9782749115207R1-copie-1.jpg 

Thriller médical - Editions Cherche Midi- 332 pages - 19 €


Rentrée littéraire janvier 2010

Résumé: Les internes de la promotion du docteur Robert Deplanque ont souvent plaisanté entre eux : « Le problème avec Robert, c'est que pour être nommé agrégé, il marcherait sur les cadavres de ses collègues ! »

Et si c'était vrai ? Si le docteur Robert Deplanque mettait son ambition au-dessus de tout ? 
Car la concurrence rude et impitoyable dans ce milieu.
Pour réussir, Robert allait-il être obligé d'employer des moyens fortement réprouvés par la morale ? Lui faudrait-il aller jusqu'à tuer ? Lui, le médecin, le soignant, le cardiologue formé à sauver des vies ?
Dans ce roman riche en péripéties non dénuées d'humour noir, on découvre le véritable parcours du combattant qui était la réalité d'une carrière médicale hospitalière réussie dans les années 1970.
Le chemin de Robert sera malheureusement parsemé de quelques décès suspects... le plus souvent utiles à sa carrière. Mais sera-t-il finalement nommé agrégé ?


 Ce blog a décidé de s'associer à un projet ambitieux : chroniquer l'ensemble des livres de la rentrée littéraire de janvier 2010 !  Vous retrouverez donc aussi cette chronique sur le site Chroniques de la rentrée littéraire qui regroupe l'ensemble des chroniques réalisées dans le cadre de l'opération. Pour en savoir plus c'est ici. Je remercie la 
 et les éditions du Cherche Midi pour cette lecture.
 http://fr.ulike.net/Bruno_Schnebert




                                         -toile1.jpg



Mon humble avis :Oyez oyez, visiteurs ! J'ai besoin de votre sagacité et de votre perspicacité. Pour commencer, lisez attentivement le résumé du livre. Ensuite, dites moi si comme moi, à la lecture de cet abrégé, vous ne vous attendriez pas à frissonner un bon coup, à trouver un cadavre en blouse blanche égorgé au scalpel dans le bloc opératoire, un autre étranglé au stéthoscope dans un ascenseur d'hôpital, ou encore un troisième minimum mort après 33 coups de bistouri dans l'abdomen. Bref, un thriller à ne plus mettre les pieds dans un hosto et à être suspicieux à la vue de la moindre blouse blanche ? Malheureusement, rien de cela dans ce roman qui prend pompeusement le qualificatif de thriller médical....
Pour le médical, je ne démens pas. On "mange du médical", des diagnostiques et des histoires d'internes à chaque page. En fait, l'agrégé ressemble plutôt à une thèse sur la hiérarchie hospitalière et ses us et coutumes, sur le fonctionnement d'un service de cardiologie, sur la méthode pour réussir son concours d'internat et le rôle ingrat des externes. Et surtout, sur l'extrême vanité, prétention et dandysme qui semblent habiter les personnages de ses hautes stratosphères médicales... le tout pendant les années 70...
Un  petit cadavre au début tout de même, mais qui n'est même pas le fait de notre très détestable héros. Une fin que l'on imagine pas et qui déclare la reconnaissance médicale d'un certain virus... Le VIH.
Dommage, encore une quatrième de couv' mensongère. Ce livre n'est pourtant pas dénué d'intérêt, l'écriture est fluide et plaisante. Cette oeuvre peut trouver un public dans un lectorat passionné par le milieux hospitalier et son évolution, en tout cas, averti du véritable contenu du roman. Mais le lecteur à la recherche d'un bon thriller "white nighter" passera son chemin.
Personnellement, je commence un peu à enrager devant les éditeurs qui pondent des 4èmes mensongères pour attirer un large lectorat qui finalement, ne trouvera pas ce qu'il cherche au fil des pages. Quand le "business" comprendra qu'il vaut mieux vendre moins mais mieux, que c'est cette technique là qui fidélise la cliente et qui au final, se révèle gagnante.

PS : Ceci n'est que mon impression de lecture. Loin de moi l'idée de critiquer le milieu hospitalier et notamment la cardiologie. Car sans un de ces services, je ne serais plus de ce monde. Mais comme partout, il y peut y avoir des bons et des mauvais. Dans ma carrière hospitalière, j'ai vu de tout, du pire au meilleur du meilleur, à la véritable aventure humaine.

 


                                                                                       challenge ABC
                                                                                                               S

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 2 Janvier 2010

Policier - Editions Fayard - 392 pages- 8,90 €

Résumé : Vincent, flic en vacances, est témoin d'un crime à deux pas de chez lui. Sur lui, le défunt portait un mot avec l'adresse du policier. Très vite, Vincent se retrouve l'unique suspect et prend le large pour livrer sa propre enquête avant d'être mis en examen. Une course contre la montre pour prouver son innocence commence donc. Il n'ira pas au bout de ses surprises qui remettront aussi en cause le suicide de sa femme l'année précédente, pour lequel il avait été un temps suspecté.

















                                          -toile3.jpg

Mon humble avis :  Quelle bonne idée que de commencer l'année 2010 par la lecture d'un bon policier qui vous tient en haleine toute la journée, qui vous fait même regretter de devoir éteindre la lumière le soir tant vos yeux se ferment. Et puis de toute façon, j'ai rendez vous chaque année avec ce prix littéraire depuis près de 25 ans. Le cru 2010 m'a séduite par son originalité. Un flic que tout accuse, même des indices gros comme une maison ! Le suspens est là et pas de place à l'ennui. Le tout est bien écrit. Alors pourquoi 3 étoiles et non 4 ? Parce que j'ai assez vite deviné le coupable, même plus vite que les intéressés qui, par la main de l'auteur,  ne le laissaient percevoir. Mais mon intérêt est resté éveillé et intact car à la question "Pourquoi ?", j'étais bien incapable de répondre. Et j'avoue, la réponse est très forte et inattendue.
Et puis et puis, je le l'ai déjà dit, je suis un peu fatiguée des "flics alcooliques", même si celui ci a une bonne raison, en l'occurence le suicide de son épouse... Mais à mon goût, l'auteur insiste un peu trop sur le sujet et ce qui m'a paru curieux, c'est que Vincent, dont l'alcoolisme devenait connu de tous, ne se soit pas fait retirer son insigne et son arme de service. Une petite invraissemblance donc, à mon avis à moins que je ne sois naïve.
Mais ne vous y trompez pas, j'ai adoré ce livre qui m'a fait sortir du pays des ombres ! L'intrigue d'un polar réveillerait toujours un mort !



DAL PAL : 94 - 12
42823900_p.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 30 Octobre 2009

Thriller - Livre de Poche - 437 pages - 6.95 €

Le mot de l'éditeur :

Léonie, achetée au Liberia, alors qu’elle n’était qu’une enfant, séquestrée, prostituée, s’enfuit à vingt ans de son enfer pour se retrouver clandestine et sans papiers dans les rues de Paris.
Edmé, un inspecteur de la Crim’, déprimé par les violences, la misère et le cynisme qu’il côtoie chaque jour, découvre un étrange charnier dans la Marne.
Cyrian, fils de famille en mal de raisons de vivre, se prête à un voyage expérimental d’un genre nouveau, pour trouver le frisson de l’extrême : le transfert de l’âme dans un corps d’emprunt...
Leur point commun ? Tous trois sont porteurs d’âmes, comme tous les êtres humains. Mais parfois les âmes ne sont pas où elles devraient être …
Polar, roman d’amour et d’anticipation : Pierre Bordage joue ici de tous les genres avec un art consommé…





                                                                                                                    
                                              

Mon humble avis :Dans ma vie de lectrice de thrillers Français, il y avait Jean Christophe Grangé, Maxime Chattam, il y a désormais aussi Pierre Bordage ! Les membres du jury de la section Thriller / Polars ne s'y sont pas trompés en élisant "Porteurs d'âmes" prix des lecteurs Livre De Poche 2009. C'est d'ailleurs pour cela que je l'ai reçu, pour me remercier de ma participation à la section littérature du même prix.
C'est un thriller polyphonique, mais aussi roman d'anticipation, genre que j'ai toujours boudé à tord vue l'exaltation qui fut mienne à la lecture de cette histoire inimaginable. Mais reprenons les choses dans l'ordre. Trois personnages évoluent séparément. On se doute qu'ils vont se rencontrer, reste à savoir où, quand, quoi, comment... Et là, avec eux nous allons de surprises en cauchemars au fin fond de l'enfer....
Tout d'abord Léonie, vendue par son père au Libéria et prostituée par sa tante à Paris pendant douze ans. Elle parvient à fuir, devient SDF et sans papier. Elle a besoin d'argent... Edmé est un flic un peu désabusé, content de voir la retraite (et pourquoi pas la mort) approcher. Il découvre des dizaines de cadavres noyés dans la Marne. Enfin, Cyrian, étudiant au compte bancaire bien fourni par Papa, prêt à TOUT pour intégrer la confrérie secrète des Titans de son école supérieure de science. Cette confrérie qui a inventé le translateur, machine diabolique et convoitée,  permettant des voyages extracorporels : votre âme s'invitant pendant quelques jours dans le corps d'un autre. Cyrian veut faire se voyage.
Pierre Bordage orchestre ces trois histoires d'une main de maître et nous tient réellement captifs chapitre après chapitre. Car pour savoir ce qui va arriver à Léonie, il faut lire d'abord les chapitres concernant Edmé et Cyrian, et ainsi de suite. Une écriture fluide sert un suspens à couper au couteau, surtout qu'il n'y a aucun temps mort. Par moment, on pense pouvoir se poser deux minutes mais non, nos héros sont forcés de fuir, de ruser, de se cacher de nouveau. C'est ce que l'on demande à un thriller non ?
Justement, il y a quelques temps, je me plaignais d'un livre qui se disait thriller sans en être un. Et bien "Porteurs d'âmes" est un vrai thriller et bien plus encore. J'ai déjà évoqué plus haut le côté "anticipation" qui donne à Pierre Bordage la liberté totale de nous emmener dans un univers bien à lui. Mais c'est aussi un magnifique roman d'amour et heureusement d'ailleurs. En effet, il y a dans ce livre des scènes d'une violence physique et psychologique terrible. Pierre Bordage ne nous épargne pas les horreurs dont l'Homme est capable. Mais la bonté et le romantisme qui pénètrent peu à peu l'histoire atténuent cette violence et nous permettent d'espérer, de fermer ce livre avec le coeur moins lourd que d'habitude lorsqu'on lit ce genre de livre. C'est aussi un roman qui veut nous remuer dans notre humanité. A travers le personnage très attachant de Léonie, Pierre Bordage nous interpelle sur le sort des sans papiers, le délis de facies (pour ne pas dire de couleur) en France, l'injustice en fonction de la naissance, le respect des différences. Il nous invite à nous mettre à la place d'autrui pour voir autrement et pourquoi pas, à donner une deuxième chance à quelqu'un de devenir aimable. Une très belle leçon de courage, de tolérance et d'humilité. Rare non dans un thriller ?
Vous l'aurez compris, même si les mots me manquent (et oui, n'est pas Pierre Bordage qui veut), ce livre justifie pleinement le nom de ce blog : les coups de coeur de Géraldine.


                                           

Les avis de
Sylire, de Sentinelle

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 2 Septembre 2009

Policier gastronomique - Livre de Poche - 345 pages - 6.50 €

Résumé : Paris, 6 janvier 1393. Messire Jehan est retrouvé la gorge tranchée dans des étuves mal famées de la rue Tirechappe. Constance n'a plus qu'une idée: venger son mari. Elle se fait embaucher comme cuisinière par Isabelle la Maquerelle, la patronne des étuves. Elle doit affronter l'irascible Guillaume-cuisinier à la cour du roi-, qui arrondit ses fins de mois au service d'Isabelle. Leurs joutes culinaires deviennent vite l'attraction majeure du quartier de la Grande Boucherie. Malgré les embûches, la jeune femme mène l'enquête. C'est à Bruges, sur la piste des assassins de son mari, qu'elle rencontrera l'amour! Mais pourra-t-elle échapper au piège mortel qui lui est tendu et confondre ses ennemis? Après Meurtres à la pomme d'or, Souper mortel aux étuves est le deuxième roman historique et gastronomique de Michèle Barrière.




                                            

Mon humble avis :  Voici une lecture aussi inhabituelle chez moi qu'agréable. En effet, je suis peu friande des romans dits historiques, et celui ci en est un à n'en point douter. D'ailleurs, ce livre est plus historique et gastronomique que policier. L'intrigue est en second plan, prétexte de l'auteur pour nous emmener dans les bas fonds d'un Paris moyenâgeux méconnu. Mais on y approche aussi la cours de Charles VI, le roi fou, si j'ai bien compris. Tout cela m'a passionné et cumulé à une récente émission vue à la télévision, me donne fichtrement envie de me remplonger dans l'histoire de France. ( d'ailleurs, à la fin du roman, on découvre une bio des personnages ayant vraiment existé). On y apprend moult faits et anecdotes historiques avérés. Ainsi, la puissance financière et commerciale de la ville de Brugges à cette époque m'a étonnée. L'existence des prémices d'une brigade de la répression des fraudes sur les marchés m'a amusée.
C'est un livre que je verais bien transmis en film ou téléfilm tant il est divertissant et culturel à la fois.

L'écriture est fine mais point présomptueuse, et enjouée. Et même si l'on traîne dans le milieu dépravé des étuves (maisons closes de l'époque), il règne une certaine fraîcheur dans ce roman. Celle ci provient sans doute de ses personnages principaux... Agnès la servante dévote, le petit Mattias garçon à tout faire, Isabelle la Putain... Et surtout, Constance la jeune veuve prude qui se révèle bien intrépide, et son ennemi Guillaume. Ils sont tous très attachants et les deux derniers se livrent à un tournoi culinaire sans merci pour obtenir la place de cusinier(ère) dans les étuves. Pour Constance, ce serait l'occasion d'enquêter sur la mort de son mari, voire de la venger.

Le tournoi gastronomique est au centre de ce sympathique roman atypique, romanesque et romantique. Mets choisis, épices et aromates sont au coeur de l'action pour le plus grand plaisir de l'imagination de nos papilles gustatives. L'auteur nous sert, pour le plaisir des sens, plats après plats tous plus délicieux  et alléchants les uns que les autres. Michèle Barrière nous livre ainsi les clés de la cuisine médiévale. (d'ailleurs, certaines recettes se trouvent en fin de livre, si vous voulez vous y essayer !). Allez, je vous invite : Hypocras en apéritif, .... Passons à table et festoyons, ripaillons !

Pourquoi 3 * malgré un tel engouement... Et bien parce que j'aurais aimé que le meutre du mari de Constance passe moins à la trappe. Il semble presque oublié... Mais c'est là mon avis personnel. Et je le confirme : sortir d'un livre en se sentant plus cultivée, quelle savoureuse sensation !


DAL PAL
86-4





Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 11 Août 2009


Thriller - Folio Policier - 249 pages - 6.00 €

Résumé : Luxe, sable et volupté... A la limite de la jungle australienne, face à la Barrière de corail et à des centaines de kilomètres de la première ville, se trouve un hôtel quatre étoiles... Un lieu pour touristes fortunés triés sur le volet, qui savent ce qu'ils viennent chercher et qui veulent la paix. L'isolement pourtant, privilège ultime des riches, peut devenir l'enfer. Un ouragan se déchaîne et les voilà coupés du monde. Les comportements changent. Des crocodiles sortent de l'eau devenue boue. La pluie tombe comme les arbres et un premier cadavre est découvert. Il n'en faut pas plus pour que les solidarités se lézardent. Personne, finalement, ne connaît son voisin... Personne ne sait s'il pourra s'en sortir ni qui sera la prochaine victime...


                                               
Mon humble avis :  Grrrrr, j'en ai assez de me faire avoir ! Que je choisisse mes livres où que je lise ceux que l'on m'envoie, je suis souvent, trop souvent déçue ces temps ci. Mais que je vous explique les raisons de mon ire...

Tout d'abord, lisez avec attention le résumé. Et dites moi si, vous aussi vous étiez en recherche d'un bon polar pour l'été, si vous ne vous seriez pas laissés tenter ??? J'étais donc volontaire pour m'enfermer dans cet hôtel de luxe et vivre un huit clos que j'espérais oppressant. Je me suis retrouvée prisonnière involontaire d'un genre littéraire spécifique mais spécifié nulle part sur le livre (sauf quand on lit le résumé de la vie de l'auteur - Hervé Claude, ancien présentateur du JT de France 2-... et que l'on a déjà acheté le livre grrrr). Il s'agit ici de littérature gay. Ce qui n'est pas du tout ma tasse de thé. L'ambiance y est glauque à souhait et m'a mise très mal à l'aise. Certains détails érotiques, oups, pardon, pornographiques (à ce niveau là) ne nous sont pas épargnés dans cette orgie où on ne sait plus qui C... avec qui, qui S... qui, qui B... qui etc. Je laisse votre imagination remplir les pointillés. Bref, je suis en colère car je pense que ce genre de livre s'adresse à un public averti de ce qu'il va lire.
Outre cela, les personnages sont irritants à tous se regarder en chien de fusil. D'ailleurs, ils s'agacent mutuellement. Tout est flou. Les questions ne sont pas posées jusqu'au bout et les réponses ne nomment pas directement le sujet. On ne sait donc jamais trop de quoi il s'agit. Tout est dans l'hypothèse. Il y a cinq morts qui paraissent accidentelles. Le sont elles vraiment. Chacun y va de son idée, de son observation, sans vraiment dire ce qu'il sait... Ce roman est divisé en récits de plusieurs des personnages, ce qui fait que c'est long, répétitif. L'intrigue aurait pu être intrigante mais elle est ici traité de manière ennuyeuse. Même pas eu peur !

                                                     
                                                          

                                                                  
                                                               

                                                      

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 5 Juin 2009

Livre-jeu broché - Editions Hachette Marabout - 107 pages - 15,90 €

Résumé : Par un concours de circonstance qu'il nous explique, Sam Dalmas doit impérativement retrouver un crâne d'or. Ce crâne, découvert par son père en Ethiopie il y a quelques années, et qui a été enfoui quelque part en France. Pour découvrir où se cache ce trésors avant son ennemie, Sam dispose de quelques indices et d'un carnet comprenant 12 énigmes. Leur solution donnera le lieu exacte d'enfouissement. Mais comme le temps presse, Sam Dalmas fait appel aux lecteurs et promet une récompense de 150 000 € à celui qui trouvera le Pour cela, il expose son aventure et a rapporté les 12 énigmes dans ce livre. La chasse au trésor est ouverte !

 

 



                            

                                                            


Les 12 énigmes de Dalmas, ou comment gagner 150 000 € !!! 

 

Mon humble avis : Géniale cette idée de livre jeuque je ne connaissais pas du tout ! Le récit que fait Dalmas de son aventure est captivante à plus d'un niveau. En effet, prévenu de la chasse au trésorqui nous attend et de l'extrême interactivité de ce livre, on décortique chaque passage, à l'affût du moindre indice. Le livre est alors illustré de dessins, de croquis, de peintures, de chiffres, de sculpture... Puis vient le moment où l'auteur partage avec nous les 12 énigmes visuelles qu'il doit résoudre. Attention, je vous devine souriants ou méfiants, ce ne sont pas des énigmes "carambar" ! Cette chasse au trésor réelle est sensée durer entre 1 et 5 ans maximum. Une sacrée dose de rigueur, de perspicacité, d'inventivité et de méthode est nécessaire. Et il y a certainement des heures de recherche à faire pour décrocher le gros lot : les 150 000 €. Ce gain attractif n'est pas un leurre. Ce jeu de grande ampleur dispose d'un règlement et d'une dotation réels, tout deux déposés devant huissier.

Une récompense alléchante, un récit fascinant, des énigmes captivantes, et un sacré défi à relever ! Bien sûr
 que je suis de la partie ! Et je le serai aussi longtemps que possible ! Et vous, tentés par l''aventure ??!!

A ce moment là, il vous faut ce livre merveilleusement bien broché que vous pouvez acheter en cliquant
ICI.
Ensuite, pour vous aider dans votre quête du Crâne d'or, un site spécifique a été créé...
LA

Allez, il est permis de rêver : A moi le crâne d'or, à moi la fortune !


                                                         



Mais en attendant, je remercie Emmanuelle Cabrera de
Bonnie and Clyde et les Editions Marabout pour cette intriguante et captivante découverte !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 17 Mai 2009

Thriller - broché - Editions Michel Lafon - 20 € - 436 pages

Résumé : Ce sont des ados. Ils ne vivent pas au même endroit et ne se connaissent pas. Leur seul point commun : une mort atroce, aux confins de la barbarie.

Pour le commissaire François Marchand, ancien psychanalyste devenu flic à la suite d’un drame personnel, ces crimes sans logique apparente ont forcément un lien. Aidé par le lieutenant Julia Drouot, il va devoir s’engouffrer dans le monde déroutant de l’adolescence pour tenter de saisir les raisons qui ont pu amener ces jeunes victimes à un destin aussi tragique.

Un voyage sans retour dans l’âme d’un psychopathe… et dans la leur.

                                   

Mon humble avis : Certes, quelques détails m'ont un peu dérangée pendant ma lecture, comme le côté assez caricatural des policiers et de leurs échanges verbaux. Mais au final, on oublie ces petits défauts tant on est scotché et horrifié par le dénouement final déconcertant. Et là, on ne peut que dire "Chapeau"!

Ce thriller jouit d'une intrigue captivante et rondement menée. L'enquête est vraiment bien construite et documentée. Les descriptifs psychologiques et psychiatriques sont passionnants. D'ailleurs, à ce propos, je préfère avertir que pour des raisons évidentes, ce livre n'est surtout pas à mettre dans les mains de personnes souffrant d'anorexie. Nous découvrons aussi un univers que l'on connaît peu : celui de l'ultra-violence "gratuite". Par moments, on ne peut qu'être terrifié par l'usage que certains font d'internet et d'un certain genre de blogs, foyers d'appel à la violence, à la mort, au crime (on se trouve alors bien peu nuisible avec nos chroniques littéraires !) Enfin, tout s'explique, les pistes qui finissent en voies sans issue, les erreurs de profilage, et même le titre...

Car l'éditeur nous annonce un voyage sans retour dans l'âme d'un psychopathe... mais le psychopathe n'a-t-il pas fait lui même un voyage dévastateur dans l'âme même du profileur ? Je vous le dis, ce thriller diabolique qui bouleverse vos certitudes ne vous laissera pas de glace alors que l'été arrive et qu'il est temps de faire le plein de thriller !

 
L'avis de
Sophie de Tahiti

Je remercie Silvana Bergonzi, Louise Leguay et les éditions Michel Lafon pour cette lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 2 Mars 2009

Résumé :  Missikami, Canada francophone. Qui est derrière les « maudits Anglais » qui ont lancé une OPA sur la scierie et les forêts locales ?
  Milwaukee, Wisconsin. Pourquoi le petit épicier est-il mort alors qu'il effectuait une étrange série de dépôts bancaires ?
  Zénaïde, québécoise, banquière et fière de l'être, a décidé de le savoir. Elle va trouver un allié imprévu en la personne de l'excentrique et richissime Fou de Bassan, Jonathan Gantry.
  A l'horizon : l'argent de la drogue, que des milliers de « fourmis » dans le monde convoient, placent, transfèrent, blanchissent en permanence, sous la surveillance des hommes de main du Cartel, dressés à tuer.

 Montages financiers, réseaux de passeurs, de tueurs et de conseillers, implacable hiérarchie : ce n'est pas seulement un fabuleux thriller que nous offre ici l'auteur de Money, Hannah, et Les Routes de Pékin. C'est aussi une enquête ultra-documentée. Et qui fait frémir.


                                 

Mon humble avis :  Je sens que je vais faire bondir de leur siège certains "puristes" littéraires. Mais après tout, je qualifie mon blog de "littéro culturel" . Et pour moi, tout ce qui porte une couverture, une quatrième de couverture et histoire et des pages à l'intérieur relève de la littérature. Ensuite, je suis d'accord pour dire qu'il y a de la bonne et de la moins bonne littérature, de la classique et aussi de celle dont on aura oublié l'existence dans quelques années.

Il n'empêche que Cartel ne date pas d'hier (parution en 1992) et ma lecture non plus d'ailleurs. Mais quel souvenirs j'en garde ! Je me suis pressée à le terminer pour être à l'heure à un rendez vous soit disant galant.... Comme j'aurais du prendre mon temps pour finir cette histoire. Ce roman est tout bonnement passionnant et possède tous les ingrédients pour en faire un excellent divertissement. Une jolie femme, un héros un peu bourru au début mais on ne peut plus beau , fort, riche,et jamais à bout de ressource... Bref, l'homme qui nous protège dans nos rêves !
Mais surtout, il y a une course poursuite entre bons et méchants,  des magouilles financières, des rebondissements, des frémissements de peur. Nos deux héros si attachants parcourent ainsi le monde à bord d'une goélette équipée de gadgets à la James Bond, avec  les tueurs à leurs trousses. Bien entendu, ils nous emmènent avec. Et c'est avec bonheur que l'on participe à leur voyage sur toutes les mers, même les plus exotiques. Avec Cartel, vous avez un vrai roman d'aventure entre les mains ce qui parfois peut changer les idées par rapport à certaines lectures qui se complaisent dans la tristesse et la morosité, voire la vulgarité . C'est un livre que l'on ne lâche plus une fois en main. Et que ce soit Sulitzer, ou Durant ou les deux, je les remercie pour fascinant et captivant roman.

 

Maintenant, je ne suis pas dupe. Il est quasiment sûr à 100% que Paul Loup Sulitzer n'ait jamais écrit une ligne. Un écrivain décédé en 1996, Loup Durant est d'ailleurs présenté comme son nègre.

Ensuite, voici ce qu'ai trouvé sur un site internet :

"En 1987, croyant tenir un scoop susceptible de briser son élan, Bernard Pivot révèle dans son émission “Apostrophes” que Paul-Loup Sulitzer n'écrirait pas ses livres. Un écrivain, Loup Durand est d'ailleurs présenté comme son “nègre”. La réussite de Paul-Loup Sulitzer dérange les milieux littéraires qui ont vu d'un mauvais œil son fulgurant succès. Le fait est que Paul-Loup Sulitzer travaille avec des collaborateurs, une recette qui fait son succès et qui explique le caractère fouillé et documenté de ses romans et dont il expliquera à plusieurs reprises le fonctionnement. Loup Durand (1933-1996), présenté comme son “nègre”, niera d'ailleurs farouchement cette information."(Yannick Boutot)


A chacun son avis...  Mais je fais ici un appel à témoin. Si vous êtes (où avez été) le nègre d'un auteur relativement connu ou d'une célébrité qui prétendrait avoir écrit sa biographie... Si vous acceptez de témoigner sur votre métier via messagerie mail, par un texte relativement court comme l'on fait 5 autres professionnels du livre, n'hésitez pas à me contacter soir par un commentaire en remplissant bien la case "votre adresse mail" pour que je puisse vous répondre", soit par le formulaire "Contact" situé tout en bas, mais alors vraiment tout en bas et en tout petit sur ce blog. Bien entendu, si vous le souhaitez, votre anonymat sera totalement préserver. L'essentiel est que l'on sache comment se passe votre métier, qui prend contact avec qui, que doit on au nègre ou à l'auteur présumé, que ce passe t-il concernant les droits d'auteurs...
Si ce n'est pas vous, cela peut être votre voisin, votre cousine ou votre grand père. N'hésitez pas à faire passer le message.
Merci d'avance

Géraldine

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 9 Janvier 2009

Résumé : Automne 2005.
Marion doit fuir Paris dans l'urgence. Il y va de sa vie. Des hommes de la DST la déposent au Mont-Saint-Michel, où l'accueille une communauté religieuse. Très vite, Marion se sent espionnée...
Mars 1928.
Au Caire, des enfants disparaissent en pleine nuit, on retrouve leurs corps meurtris dans les nécropoles environnantes. Une rumeur se propage : le monstre des Mille et Une Nuits, la terrible Goule, serait de retour. Le détective Matheson n'y croit pas...
Deux intrigues sans rapport apparent, et pourtant liées de manière inextricable. Entre un Nom de la rose moderne et un Seven historique, un thriller envoûtant, avec un dénouement où vous vous trouverez impliqués malgré vous !

                                          

Mon humble avis :  Je ne m'étais pas glissée dans l'antre chattamiste depuis plus de deux ans, aussi, j'avais hâte de pénétrer dans le secret de ce roman, dans le mystère du sang du temps.
Curieusement, dans les premières pages, l'auteur nous donne quelques conseils de musicaux pour accompagner notre lecture. Ca surprend, juste avant que l'intrigue nous prenne au piège. La magie Chattam fonctionne une fois de plus, la lectrice que je suis,convertie au chattamisme,  a bien entendu été captivée par cette histoire.... Où Maxime va-t-il nous emmener ? Mais pas comme d'habitude. Les deux autres fois, je tournais les pages, peu m'importait l'heure qu'affichait mon réveil ou qu'un chapitre ce termine. Cette fois ci, Maxime Chattam nous transporte dans une époque différente à chaque chapitre. Une fois nous sommes au Caire en 1928, et le chapitre suivant nous ramène en 2005 sur le Mont Saint Michel. Pour moi, ce choix de l'auteur a brisé l'harmonie du livre, d'autant qu'il me semble qu'il utilise un style d'écriture différent pour chaque époque. Par moment, on parcourt même quelques trop longs paragraphes qui tombent dans une mièvrerie amoureuse déconcertante (à moins que cela ne serve la psychologie du personnage que l'on découvre à la fin). Quand aux liens qui réunissent les 2 intrigues (point d'orgue captivant de la 4ème de couv'), je les ai trouvés légers, légers. Quoi qu'il en soit, ces allers et retours dans le temps, à mon sens, ralentissent considérablement l'enquête et le rythme de lecture. Même si l'intrigue est excellente, les moments sur le Mont St Michel mystérieux et délicieux, ce livre ne m'a pas procuré la même frénésie de lecture des précédents Chattam que j'ai lus. Conclusion : un bon livre certes, mais aurait  franchement pu mieux faire !

Pascale a lu ce livre quelques jours avant moi. Son avis.
Du même auteur sur ce blog :In Ténébris et Maléfices

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0