Articles avec #cinema d'ailleurs tag

Publié le 12 Août 2011

Synopsis : Chassés de leur village par Gargamel, le méchant sorcier, les Schtroumpfs se retrouvent au beau milieu de Central Park à travers un portail magique.

 

 

 

Film d'animation avec : Le grand Schtroumpf, la Schtroumpfette, le Schtroumpf grognon, le Schtroumpf à Lunette, le Schtroumpf Maladroit, le Schtroumpf Téméraire

Et... Hank Azaria (Gargamel), Jayma Mays, Neil Patrick Harris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

 

Mon humble avis : Ce soir, je me suis octroyée une cure de jouvence. Je me sens si schtroumpf, c'était schtroumpfissime ! J'en ai pris plein les schtroumpfs et c'était schtroumpfement drôle et mignon. Au début, on retrouve le village des schtroumpfs, tel que les BD l'ont laissé dans notre mémoire. Mais c'était encore plus schtroumpf car en 3D, avec de magnifiques paysages et de sacrés effets schtroumpfs (euh, spéciaux). Chouette le vol en cigogne. Mais le vilain sorcier n'est pas loin et il peut compter sur l'aide de Schtroumpf maladroit, qui à l'insu de son plein gré, lui montre le chemin du village. S'en suit une course poursuite complètement schtroumpfs et une poignée de nos petits hommes bleus empreintent, également à l'insu de leur plein gré, un portail magique qui les transporte dans le temps et les débarque... à New York. Seuls les schtroumpfs sont en images de syntèses et d'animation. Sitôt à New York, tout le reste devient bel et bien réel !

C'était bien schroumpfant de découvrir la grosse pomme à travers les yeux de notre fine équipe du moyen âge et à travers les lunettes 3D ! Mille péripéties plus schtroumpfantes les unes que les autres donnent un sacré rythme à ce film, le scénario est schroumpfement bien ficelé, c'est touchant, mignon tout plein, bien trouvé.... Un excellent divertissement, même si les plus grands devineront certaines issues... Et bien ils n'avaient qu'à pas grandir ! Bref, je ne taris pas d'éloges. J'ai été émerveillée pendant presque deux heures, un sourire béas sur les lèvres. Et surtout, l'esprit Schtroumpfs est bien respecté et ça, c'est schtroumpfement important.

Que l'on soit bambin ou pas, qu'on ait des bambinos ou pas, il y a là de quoi schtroumpfer seul ou en famille, tout le monde est le bienvenu. (C'est un peu comme au Mac Do, venez comme vous êtes : joyeux, grognons, chanteur, boulanger, poête, paresseux, avec ou sans lunettes, puisque le film est diffusé en 3D ou en version "normale suivant les cinés.

Allez, lalala lalala schtroumpf, lalala lalala schtroumpf, lalala....

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 6 Août 2011

Synopsis : Dublin, 1976.
Neil McCormick n’en doute pas : une vie de rock star l’attend. Avec son frère Ivan, ils vont créer Shook Up, le plus grand groupe de rock du monde !
Au même moment, Paul, leur camarade de classe, crée son propre groupe, U2, et se fait appeler Bono.
Mais Neil est persuadé que Paul n’a pas l’étoffe d’une star et que dans son ascension vers la gloire, Shook Up laissera U2 loin derrière lui…

 

 

 

Film avec Ben Barnes, Robert Sheehan, Krysten Ritter

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

 

 

Mon humble avis : Attention, ce n'est pas un film sur U2 ! Fans de la bande à Bono, si vous pensez voir et entendre du U2 tout au long du film, passez votre chemin. En fait, tout au long du film, on suit de loin les débuts et la carrière fulgurante de ce groupe gigantissime ! Par contre, on suit de très près, même de l'intérieur, la carrière éternellement avortée des Shook Up, le groupe qui devait faire mieux qui U2 aux dires de son chanteur... Sauf que le chanteur porte la poisse, est un menteur, un prétentieux, jaloux, présomptueux et très rêveur. Il entraîne son frère dans sa galère. Et pourtant, le talent est là, s'il n'y avait cette obsession de faire mieux que U2... A force...

Ce film est tiré d'une histoire vraie, du livre écrit par le héros déchu de ce film, Neil Mc Cormik. On se replonge dans l'Irlande de la fin des seventies, où, dans un hall de lycée, à coup d'injures et de défis, se forment les groupes qui deviendront U2 et Shook Up. Alors oui, c'est intéressant, on suit cela avec attention car on sait tous ce qu'il adviendra d'une partie des protagonistes.... Mais, j'avoue que j'y ai perdu un peu mon latin, oups, mon irlandais, car j'ai eu beaucoup de mal, dans le premier quart d'heure, à différencier tous ces jeunes musiciens, qui, comme tous les jeunes de chaque époque, ont tendance à tous se ressembler très forts !

Le film commence en 1976 et s'achève en 1987. Il y a une bonne dose d'humour et de scène drôlissimes. On rit devant la malchance de certains, on est ému devant l'acharnement de ses artistes à réussir et on plonge dans le milieu de la musique de ces années là.... depuis les répet' dans la cuisine jusqu'à une promesse de concert dans un stade de 80 000 personnes.

Et puis on enrage de voir que l'on peut passer à côté de son destin parce que les autres ont fait des choix pour vous, sans vous en avertir, que l'on peut passer à un fil de son rêve parce que.... je ne vous en dirais pas plus, ce serait spoiler le film. Néanmoins, Bono pose la bonne question à la fin : qu'aurais tu choisi, toi, à l'époque, sans savoir ce qu'on allait devenir ?

Le film souffre de quelques longueurs mais se laisse bien regarder, la bande originale est plus que sympa. Et ce film rend hommage à tous ces chanteurs et groupes qui, malgré leur immense talent, resteront dans l'ombre par X raisons, dans l'ombre des autres, ou dans l'ombre d'eux mêmes.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 15 Juillet 2011

Synopis : Hanna, 16 ans, n’est pas une adolescente comme les autres. Élevée loin de tout par son père, Erik, ex-agent de la CIA, elle n’ignore aucune des techniques de combat ou de survie qui font les plus redoutables soldats. Erik lui a enseigné tout ce qu’elle sait à partir d’une encyclopédie et d’un recueil de contes de fées. Formée depuis son plus jeune âge, Hanna est une combattante parfaite.
Séparée d’Erik, Hanna découvre le monde extérieur pour la première fois et se lance dans la mission que sa famille doit achever. Elle est prête. Pourtant, avant de pouvoir retrouver son père à Berlin comme prévu, elle est capturée par les hommes de l’agent Marissa Wiegler, une femme que bien des secrets relient à Hanna et Erik.
Détenue quelque part dans une base souterraine, Hanna parvient à s’échapper. S’adaptant à un environnement inconnu, la jeune fille doit survivre. Alors que Marissa la pourchasse, de plus en plus proche, Hanna doit faire face à de stupéfiantes révélations qui vont bien au-delà de sa propre identité...

 

 

 

Thriller, action, avec Saoirse Ronon, Eric Bana, Cate Blanchett...

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

 

Mon humble avis : J'hésite entre 3 étoiles et demi et 4 ! Ne soyons pas avares ! Même si, une fois de plus, quelques paradoxes m'ont un peu gênée, comme la scène où la jeune Hannasurfe sur le net. Mais dès le départ, j'ai accroché à ce film d'action, ce thriller, qui met en scène une adolescente qui a vécu toute sa vie dans la forêt finlandaise avec son père. Toute sa vie à être sur-entrainée à la survie et au combat. Jusqu'au jour où elle est prête. Elle appuie sur le bouton rouge, toute la CIA se réveille et s'est une course poursuite qui commence, depuis le fin fond du désert marocain jusqu'aux sordides banlieues de Berlin.

Pas une minute d'ennui dans ce film où l'on suit cette Hanna aux capacités de combat décuplées. Une tueuse dans un corps d'enfant et un visage d'ange. Pour nous qui la connaissons, elle est plus touchante qu'effrayante, mais mieux vaut lui vouloir du bien que du mal. Elle est notamment très émouvante lorsqu'elle découvre le monde, le vrai, loin de la forêt. Lorsqu'elle entend de la musique pour la première fois, alors que jusqu'à maintenant, la musique n'était pour elle qu'une définition apprise par coeur dans en encyclopédie.

Même si l'intrigue ne brille pas d'une originalité extraordinaire, le fait de mettre en scène cette adolescente donne une dimension particulière au film et franchement , tout fonctionne à merveille. La jeune interprète d'Hanna, Saoirse Ronan (que l'on a vu entre autre dans Lovely bones et les chemins de la liberté) est bluffante, tant dans ses expressions, que dans ses cascades, scènes de  combat et capacités sportives. Son entraînement et le tournage n'ont pas du être de tout repos pour elle !

Enfin, derrière l'action, on peut voir un autre film... Une sorte d'Alice aux pays des merveilles quelque part. Hanna traite de cette période où l'on quitte l'innocence de 'l'enfance pour affronter le monde. Et le script montre aussi, que même si des parents préparent au mieux leur progéniture à se grand saut... ils ne peuvent pas tout prévoir, pas tout apprendre à leurs enfants. Il y a des choses que livres et parents ne peuvent apprendre et qui se découvre au fur et à mesure, dans la douleur ou dans la joie. Alors oui, il y a dans ce thriller une autre dimension que celle purement efficace, que l'on retrouve notamment lorsqu'Hanna pénètre dans la demeure Grimmes... D'ailleurs, l'ensemble pourrait presque être une fable, car il y a même une méchante sorcière (Cate Blanchett que je n'avais pas reconnue) , qui approche dangereusement.

Certains magazines voient en Hanna la Jason Bourne juvénile.

Moi, j'espère une suite pourquoi pas ! En tout cas, il y a matière ! Chouette ! Car j'adore ce type d'héroïne... et donc ce genre de film !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 9 Juillet 2011

Fraîchement licencié d’un poste qu’il occupait depuis des années, Larry Crowne décide de s’inscrire à l’Université pour reprendre ses études. Ce changement de vie professionnelle prend une tournure plus personnelle lorsqu’il tombe sous le charme de son professeur d’expression orale, Mme Tainot. Belle, cynique, désabusée par le niveau affligeant de ses étudiants et déçue par son mariage, elle est également à un tournant de sa vie… Auront-ils droit à une seconde chance ?
 
 
 
 
 
 
 
 
Comédie avec Tom Hanks et Juila Roberts
 
 
 
 
 
   
    -toile2.jpg
 
  
 
Mon humble avis :Un film qui se regarde certes. On connaît l'effet Julia Roberts et l'actrice Gugu Mbatha Raw jouit d'un joli minois et d'un rôle sympathique. Certaines scènes sont sympas   (comme celle où tous les scooters se rejoignent avec l'effet bande) et quelques répliques font mouche et des rires timides résonnent dans la salle.
J'ai plutôt trouvé l'ensemble relativement ennuyeux, déjà vu, téléphoné, fade. Même la fameuse romance qui qualifie ce film de "comédie romantique de l'été" est à peine visible, exploitée dans le dernier quart d'heure, comme si le réalisateur s'était dit "j'ai oublié quelque chose". On ne verse pas une petite larme et le couple Hanks / Roberts ne m'a pas émue ni attendrie une seconde. Enfin, le personnage de Tom Hanks qui reprend ses études après un licenciement pour au final se retrouver à la case avant départ sans que l'on sente une impulsion vers autre chose... J'ai du manquer l'essentiel peut-être ?
Bref, comme je peux être très méchante, à moins que je sois de très mauvaise humeur... J'ai presque envie de dire.... Tom Hanks a coécrit le scénario. Comme il n'a trouvé aucun réalisateur pour tourner ce film, il s'est dévoué et s'est mis derrière la caméra. Et comme aucun acteur a accepté le rôle de Larry et le mélange de fadeur... Il s'est encore dévoué !!!! Ah quel bel esprit de sacrifice !!!
Un film donc guimauve. Le problème, c'est que ce que je j'aime dans la guimauve, c'est le chocolat qui l'entoure et là, point de chocolat. Mais en même temps, rien de méchant... et tout plein de bonne volonté ! Insuffisante !
 
 
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 25 Juin 2011

Synopsis : Le rêve de Po s'est réalisé. Il est devenu le Guerrier Dragon, qui protège la Vallée de la Paix avec ses amis les Cinq Cyclones : Tigresse, Grue, Mante, Vipère et Singe. Mais cette vie topissime est menacée par un nouvel ennemi, décidé à conquérir la Chine et anéantir le kung-fu à l'aide d'une arme secrète et indestructible. Comment Po pourra-t-il triompher d'une arme plus forte que le kung-fu ? Il devra se tourner vers son passé et découvrir le secret de ses mystérieuses origines. Alors seulement, il pourra libérer la force nécessaire pour vaincre.

 

 

Avec les voix de Tomer Sisley, Manu Payet, Marie Gillain, Pierre Arditi.

 

     

  Vu en 3 D

 

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

 

Mon humble avis : Ce n'est que le 2ème film d'animation que je vois de toute ma longue vie(avec l'âge de glace 3) et je n'ai pas vu le premier Kung Fu Panda.  Mon avis est donc brut de pomme, ou plutôt de plaisir puisque je ne possède aucun élément de comparaison qui justifie mes 4 étoiles !

Je suis allée voir ce film pour répondre à l'énorme demande que je subis de la part d'une lectrice de ce blog qui m'a fait remarqué que je ne publie jamais sur les films d'animation . (ll y a de forte chance pour qu'elle se reconnaisse !!!). Non, trève de plaisanterie, la bande annonce m'avait bien amusée et mon besoin de divertissement est ces temps ci sans limite !

Et bien j'ai passé un réel bon moment ! Je pense que mes yeux d'enfant pétillaient devant le merveilleux et l'imagination des scénaristes, et mon regard d'adulte admirait la formidable technologie. Pour une fois, la trois D est aussi efficace et bienvenue que dans les publicités précédents la diffusion du film.

Les "dessins" et paysages sont magnifiques, le dépaysement est garanti au fin fond de cette Chine d'une autre époque. L'humour, tantôt niveau dessins animés, tantôt plus fin et référencé fait mouche pour tout le monde. Il me semble que ces films ont désormais l'avantage d'être conçus aussi bien pour les enfants que pour les adultes, qui de ce fait, prennent autant de plaisir que leur progéniture. (contrairement aux dessins animés d'antan... à moins que ce soit ma perception qui ait changé avec la sagesse)... A propos de sagesse, le scénario, qui tient vraiment la route, développe et met en scène une belle philosophie de vie, même si tout cela n'est pas si simple dans la vraie vie...

Enfin, les personnages sont très attachants... Et particulièrement Po le Panda. Le détail de sa fourrure et sa bonhomie vous rappelle vos peluches d'enfance et vous donne bien envie de vous serrer contre lui tout en le protégeant car la chance lui sourit parfois plus que la réelle habilité !

 

Un film tendresse avec de spectaculaires combats de kung fu ce qui donne un ensemble aussi mignon tout plein que pêchu, à consommer sans modération, pour petits et grands et où chacun comprendra ce qui lui est destiné !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 19 Juin 2011

Synopsis : Eddie Morra rêve d’écrire, mais l’angoisse de la page blanche le paralyse. Sa vie sans éclat bascule lorsqu’un ami lui fait découvrir le NZT, un produit pharmaceutique révolutionnaire qui lui permet d’exploiter son potentiel au maximum. Eddie peut désormais se souvenir de tout ce qu’il a lu, vu ou entendu ; il peut apprendre n’importe quelle langue en une journée, résoudre des équations complexes et subjuguer tous ceux qu’il rencontre – tant qu’il reste sous l’influence de cette substance qui n’a pas encore été testée.
Très vite, Eddie fait aussi merveille à Wall Street, où ses prouesses attirent l’attention de Carl Van Loon, un puissant magnat de la finance, qui lui propose de négocier la plus grosse fusion de l’histoire. Eddie ignore encore que des gens sont désormais prêts à tout pour mettre la main sur son stock de NZT. Alors qu’il découvre le danger, il doit aussi affronter les terribles effets secondaires du produit. Pour survivre à ceux qui le pourchassent de toutes parts, Eddie puise de plus en plus dans ses réserves. En aura-t-il suffisamment pour se montrer plus intelligent que tous ses ennemis

 

 

Thriller avec Bradley Cooper, Robert de Niro, Abbie Cornish

 

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis: Bradley Cooper en tête d'affiche, ça mérite le déplacement ! Au moins pour le plaisir des yeux et des siens !

Trève de plaisanterie ! Qui n'a jamais rêvé d'une super pilule magique qui rend super intelligent, qui vous permet de retrouver tout ce qui se cache dans votre inconscient et de retenir tout ce que vous y ajoutez ? Apprendre le piano en 3 jours, décoder la bourse en quelques heures, écrire un livre en 4 jours.... Ça laisse rêveur non, de devenir intelligent à ce point ? Officiellement, je me targue de ne pas en avoir besoin, officieusement, je fantasme tous les jours sur cette pilule qui me rendrait plus que pro au boulot et me permettrait de lire 4 fois plus vite, ou au moins 2 fois, ça me suffirait et j'atteindrais au moins la moyenne.

Le problème, c'est qu'on ne peut manifestement espérer tout cela sans effet secondaire, sans addiction... Et oui, comme pour toute drogue...

Bon, c'est vrai, je suis là pour vous parler d'un film.... Un bon moment de cinéma, sans aucun doute. La première partie est plus dans le divertissement et la deuxième dans le thriller pur. C'est efficace, on ne s'ennuie pas, même si certains passages sont plutôt prévisibles.

Mon beau Bradley remplit parfaitement son rôle, qu'il soit en écrivain raté, en star de la finance ou en sénateur potentiel. La relève des brad pitt, Tom Cruise et autre est bien assurée ! Et quid de Robert, le grand Robert de Niro... Et bien j'aimerais le revoir dans des rôles à la mesure de sa démesure. Ici, j'oserais presque dire que le grand financier aurait pu être joué par presque n'importe qui...

Enfin, la fin m'a laissée un peu dans un flou sans doute volontaire. Bluff ou pas, de ce fait on ne sait pas s'il faut trouver ce fim moral ou complètement immoral !

En tous cas, il fait passer un excellent moment au coeur d'un triste week end pluvieux !

 

 

 

 

 
 
  

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 13 Juin 2011

  Synopsis :  Avant que les mutants n’aient révélé leur existence au monde, et avant que Charles Xavier et Erik Lehnsherr ne deviennent le Professeur X et Magneto, ils n’étaient encore que deux jeunes hommes découvrant leurs pouvoirs pour la première fois. Avant de devenir les pires ennemis, ils étaient encore amis, et travaillaient avec d’autres mutants pour empêcher la destruction du monde, l’Armageddon. Au cours de cette opération, le conflit naissant entre les deux hommes s’accentua, et la guerre éternelle entre la Confrérie de Magneto et les X-Men du Professeur X éclata…
X-Men : le commencementnous entraîne aux origines de la saga X-Men, révélant une histoire secrète autour des événements majeurs du XXe siècle.

 

 

Film Sciences fictions avec :  James McAvoy, Michael Fassbender, Kevin Bacon....

 

 

 

 

 

  

 

 

-toile4.jpg

 

 

 

Mon humble avis : Et oui, j'ai des goûts très éclectiques.... Et je suis fan de la Saga X.Men. Aussi, ce 5ème film était incontournable pour moi. Pour info, il n'est pas nécessaire d'avoir vu les 4 autres pour apprécier et comprendre celui ci, puisque, comme son titre l'indique, X-Men le commencement est le début de l'histoire. Par contre, nul doute qu'une fois cet épisode vu, vous vous précipiterez vers les DVD des 4 autres.... Sachant que le 4ème peut-aussi être vu en 2ème position... Au niveau de la chronologie !

Ici, tout commence dans un camps nazi pendant la 2ème Guerre Mondiale. Le jeune Erik découvre sont super pouvoir magnétique... A l'autre bout du monde, aux USA dans une demeure cossue, Charles Xavier est encore plus jeune et entre dans l'esprit de Mystique... Son don, c'est la télépathie. Il devient professeur spécialiste des mutants... Professeur X.... Et Erik sera Magnéto.

Erik et Charles Xavier vont se rencontrer, devenir amis et combattre encore un autre mutant, sous les traits de Kevin Bacon. Quel plaisir de retrouver cet acteur négligé par le cinéma ces dernières années (Mystic River, Hollow Man, Sleepers, Apollo13, Meutre à Alacatraz, Footlose...)

Le scénario est efficace, pas une minute d'ennui... L'action se déroule alors pendant la période historique de la Guerre froide, avec les fusées Russes à Cuba, la baie des cochons.... J'avoue que le côté stratégie politico guerrière m'est parfois passée au dessus. Mais franchement, remonter à la genèse de ces fameux X- Men m'a passionnément divertie et fascinée. J'adore constater la magie résultante de l'extraordinaire imagination des auteurs (c'est une BD à l'origine) et des scénaristes, notamment pour inventer la spécificité de ces fameux super pouvoirs. Sachant que l'on peut compter sur de sacrés effets spéciaux pour mettre cela en scène et nous en mettre plein yeux, même si c'est parfois un peu trop, notamment lorsque l'on se rapproche un peu plus d'un éventuel réalisme en fait...

On peut voir aussi en filigrammeà l'américaine (donc pas forcément discret !!!) une apologie de la tolérance et de grands messages sur l'acceptation des différences, l'intégration, la discrimination, la domination d'un peuple par un autre.... L'Histoire américaine n'est jamais loin.

En tout cas, l'avenir des X-Men et la fameuse scission entre 2 clans s'annonce clairement ici et cet opus est excellent. Je croise les doigts, mais chronologiquement, je pense que l'on peut encore espérer un autre épisode....  C'est sûr, il y a encore matière à exploiter ! Yes !

Mesdames, Mesdemoiselles, soyez prévenue, le beau, l'irrésistible Hugh Jackman n'est pas là.... (en fait ci, mais il fait une apparition éclaire de 5 secondes, aussi tenez vous prêtes). Mais la production a pensé à nous, qui aimons tant nous délecter à la vue de ces beaux gosses du cinéma... Cette fois-ci, fort est à parier que Michael Fassbender deviendra vite une coqueluche hollywoodienne. En tout cas, il est déjà la mienne, au même titre que Bradley Cooper.

D'ailleurs, je lancerais bien un nouveau pari.... je verrais bien Michael Fassbender dans la peau du prochain James Bond quand l'actuel prendra sa retraite ! A suivre... Mais en attendant, la preuve en images !!!

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 29 Mai 2011

  Synopsis : Dans cette histoire pleine d’action, où vérité, trahison, jeunesse éternelle et mort forment un cocktail explosif, le capitaine Jack Sparrow retrouve une femme qu’il a connue autrefois. Leurs liens sont-ils faits d’amour ou cette femme n’est-elle qu’une aventurière sans scrupules qui cherche à l’utiliser pour découvrir la légendaire Fontaine de Jouvence ? Lorsqu’elle l’oblige à embarquer à bord du Queen Anne’s Revenge, le bateau du terrible pirate Barbe-Noire, Jack ne sait plus ce qu’il doit craindre le plus : le redoutable maître du bateau ou cette femme surgie de son passé...

 

 

Film avec Johnny Deep, Penelope Cruz, Geoffrey Rush, Astrid Berge Frisbey (cocorico !!!)

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

étoile3etdemi

 

 

  Mon humble avis : 4ème épisode pour la saga Pirates des Caraïbes et la recette fonctionne une fois de plus ! Et dans une recette, on trouve des ingrédients (toujours les mêmes) savamment dosés pour une réussite certaine mais sans surprise. C'est un peu mon impression. Je n'ai pas boudé mon plaisir loin de là mais n'ai rien vu de nouveau. On reste sur une "variation sur le même thème". Cependant, mes yeux s'écarquillent devant l'ingéniosité des scénaristes, la réalisation des images de synthèse, l'humour des dialoguistes, l'imagination manifeste dans certaines scènes "dominos" (ex, la poursuite en fiacre dans les rue de Londres), les décors gigantesques.... Comme on reste impressionné devant la durée du générique de fin. Incroyable le nombre de personnes qui participent à un tel film, on est vraiment dans une super méga production, et ça se sent du début à la fin, on ne lésine pas sur les moyens. Y'a pas à dire, c'est bien fait, même si, et c'est là mon bémol majeur, il y a dans ce film quelques longueurs ou répétitions.

Mais quel bonheur de retrouver l'inénarrable et charismatique Jack Sparrow. Il est toujours aussi espiègle, vigoureux, joyeux, malicieux, rusé, gaffeur, drôle, fourbe, immortel, intrigant, habile, volubile ! Tout et son contraire ! Un véritable personnage de cinéma dont je ne me lasse pas et qui doit tout à son interprète : Un johnny Deep survolté et ô combien expressif rien qu'avec ses deux yeux. Je suis sûre qu'il nous captiverait et nous épaterait autant si on lui demandait de jouer le même rôle attaché solidement à une chaise par de lourdes cordes. C'est certain, le succès de pirates des caraïbes repose toujours sur ce superbe personnage, qui se moque de lui même !

Alors si vous aimez l'aventure et les personnages haut en couleur et facétieux, si vous n'avez rien contre l'humour qu'il soit potache ou délicat, si vous avez gardé une âme d'enfant mais ne craigniez pas les morts vivants and co, alors vous vous amuserez bien de cette séance de cinéma ! Spectaculaire !

 

PS : Générique à voir en entier, car surprise à la fin !!!

PS 2 : La 3 D apporte beaucoup moins au film qu'aux pubs qui le précèdent !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 23 Mai 2011

 

 Synopsis :  Jack grandit entre un père autoritaire et une mère aimante, qui lui donne foi en la vie. La naissance de ses deux frères l'oblige bientôt à partager cet amour inconditionnel, alors qu'il affronte l'individualisme forcené d'un père obsédé par la réussite de ses enfants. Jusqu'au jour où un tragique événement vient troubler cet équilibre précaire...

 

Drame avec Brad Pitt, Sean Penn, Jessica Chastain

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 étoile1etdemi 

Mon humble avis : Je ne m'endors jamais au cinéma, mais là, comme j'ai dû lutter devant ce film interminaaaaaaable ! Pourtant, les acteurs sont bons et esthétiquement le film est réussi. Esthétiquement et c'est tout (pour moi). L'histoire est inexistante et le montage semble avoir été fait dans l'urgence, car dans un désordre consternant. C'est simple, je n'ai rien compris à l'utilité de ce film, ni au message précis qu'il est sensé dispenser, ni au point de départ de la non histoire, ni à  l'issue. Plusieurs fois, j'ai cru le film terminé et poussais un ouf de soulagement avant de réaliser que non, nous étions repartis pour X minutes. Je suis même devenue claustrophobe, tant j'avais envie de quitter la salle, le film,  l' atmosphère oppressante de vide, de silence, de rien. Il n'y a quasiment pas de dialogues mais une voix off murmure sans cesse des "brother, brother;.." (cette voix va me hanter longtemps je crois, tant elle m'a exaspérée) et des niaiseries sensées nous faire réfléchir sur l'humanité, la vie, l'homme,la foi, la puissance de Dieu, l'origine, l'offrande de soi, de sa chaire. Sauf que ce film s'adresse je pense à des agrégés de philosophie ou des mystiques dernier degré ! L'ensemble est beaucoup trop complexe pour s'adresser à un large public.

Pour moi, c'est un film expérimental et mystique qui n'utilise que le symbolisme de haute voltige, pour intellectuels accomplis. Quelques scènes donnent un semblant de sens à l'histoire familiale qui se déroule sur la moitié du film mais qui n'aboutit à rien. Le film s'ouvre sur l'annonce du décès d'un enfant de 19 ans (si j'ai saisi au moins ça).On  s'imagine ce décès comme une issue qui sera approfondie et expliquée dans ce film qui remonte le temps.  J'ai espéré que le film me montre la genèse de cette mort... Non, rien... Certes, les images sont de toute beauté. Mais l'impression que ce film n'est qu'une suite d'images et de plans sans lien est assez forte. La moitié du film est très proche du documentaire. De splendides photos mais aussitôt interrompues par d'autres. Alors, on ne s'installe pas. Et ces photos, je pourrais les voir dans un planétarium, au Futurscope, dans Océan de Jacques Perrin, dans Ushuaïa nature.... Et même dans Jurassic Parc, puisque l'on se retrouve sur les berges d'une rivière en compagnie d'incongrus dinosaures (ou toutes autres espèces de la même époque). Mais comme personne n'est venu pour ça.... Bref, jai expérimenté l'énorme déception cinématographique par ce film expérimental... J'ai expérimenté l'ennui dans toute sa splendeur. J'en ai encore la tête qui bourdonne...

 

PS : Je n'ai même pas retrouvé le synopsis dans le film, c'est peu dire....

 

PS 2 : Depuis la rédaction de ce billet vendredi soir, cel film a remporté la Palme d'Or du Festival de Cannes 2011. Perplexe, je suis perplexe.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 13 Mai 2011

Synopsis :  Un jeune couple d’américains dont le mariage est prévu à l’automne se rend pour quelques jours à Paris. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme amoureux de la Ville-lumière et qui aspire à une autre vie que la sienne.

 

 

Comédie, romance avec Owen Wilson, Rachel Mc Adams, Marion Cotillard, Adrian Brody et accésoirement, Carla Bruny

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Je ne suis pas une grande adepte de Woody Allen mais l'univers de ce nouveau film m'a particulièrement séduite, même si je n'y suis pas rentrée tête baissée. J'ai mis un peu de temps à m'y sentir à l'aise. Mais sitôt la nature profonde que prenaient les événements saisie, mon intérêt s'est épanoui. Non, je n'étais pas devant une ennième comédie romantique. J'étais devant un univers particulier, un délir que que s'offre un réalisateur qui embarque avec lui le spectateur vers une destination et une époque inconnue et pourtant intime.

Par magie ou en rêve (chacun son idée), le personnage principal remonte dans le temps. Il y fait des rencontres surprenantes et jubilatoires (Scott Fitzgerald et Zelda, Picasso, Hemingway...) C'est délicieux et parfois frustrant... L'on regrette de ne pas mieux connaître ses personnages historiques afin, peut-être de saisir quelques subtilités du scénario et des dialogues.

J'ai trouvé un petit côté Cendrillon à ce film. Sauf qu'il n'y a pas de princesse, ni de prince, juste de riches américains et des artistes surgis de l'histoire. Mais comme dans le conte, quand sonnent les 12 coups de minuits, c'est un monde qui s'ouvre et l'autre qui s'achève.

Woody Allen nous parle donc des fantasmes et de la quête de soit même à travers une certaine réalisation de nos propres fantasmes, notamment la rencontre (réelle ou non) avec les gens que nous admirons. "Ah, si j'avais vécu à cette époque..."...L'époque précédente était toujours mieux que la suivante"... "C'était mieux avant".

C'est donc un voyage onirique et temporel, frais et léger mais plein de sens, drôle et interrogateur à la fois. Les situations cocasses et décalées apportent de savoureux dialogues. Dommage qu'il y ait quelques longueurs.

Et les acteurs ? Il ne manque juste à Owen Wilson une paire de lunettes noires pour que l'on imagine Woody Allen à sa place 35 ans plus tôt. Marion Cotillard est fidèle à elle même et aux rôles américains qu'on lui propose. Quant à Mme La première dame de France... Hum, hum, y'a de gros progrès à faire pour prévoir une suite à ce balbutiement de carrière ciné !

C'est en tout cas un bel hommage à Paris, Paris d'hier et d'aujourd'hui, même si cet hommage est largement sponsorisé par de grandes marques (et moins grandes aussi) et par l'office de Tourisme.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0