Articles avec #cinema francais tag

Publié le 13 Février 2018

Film de Xavier Legrand

Avec Lea Drucker, Denis Ménochet, Mathilde Auneveux

 

Synopsis :  Le couple Besson divorce. Pour protéger son fils d’un père qu’elle accuse de violences, Miriam en demande la garde exclusive. La juge en charge du dossier accorde une garde partagée au père qu’elle considère bafoué. Pris en otage entre ses parents, Julien va tout faire pour empêcher que le pire n’arrive.

 

 

Mon humble avis : Oups, désolée, j'avais préparé la trame de mon billet en comptant avoir le temps de le rédiger avant diffusion. Et puis j'ai été tellement occupée (par des histoires de chats évidemment), que cela m'est passé par dessus-tête.

Jusqu'à la garde est quelque part surprenant ! Thriller oui, mais de façon latente, qui n'en n'est pas moins oppressante. Il s'agit d'un drame familiale, aussi, pas d'histoire de gangster ni de serial killer. Non, juste une atmosphère étouffante, où l'on s'attend presque à chaque moment que tout vole en morceaux ou que chacun révèle sa vraie nature. Sa nature de manipulateur psychologique, de menteur, de harceleur ou de potentiellement violent, de coupable ou de victime. C'est cela le génie du film, qui "donne la parole" aux trois parties : mère, père, enfants. Le réalisateur nous fait douter de chacun des protagonistes, du plus jeune jusqu'au plus âgé. De ce fait, le spectateur ne peut jamais relâcher sa tension. Bref, c'est un film éprouvant et remuant, même si la violence physique est quasiment absente du film. Très marquant aussi est ce film est hélas très contemporain et réaliste que fictif et distrayant.

Tout sonne parfaitement juste et sobre, depuis la mise en scène jusqu'à l'interprétation. Bref, Jusqu'à la garde noue le ventre, est à voir !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 3 Février 2018

Film de Steven Spielberg

Avec Mery Streep, Tom Hanks, Sarah Paulson

 

Synopsis :  Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham s'associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d'État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les manœuvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d'années, destinées à étouffer des affaires très sensibles… Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis…

 

 

Mon humble avis : Pour rappel, mes petites pattes de chat ne sont pas une note, mais une évaluation de mon plaisir de lecture, ou de spectatrice quand il s'agit de cinéma.

Pour Pentagon Papers, pas grand-chose à reprocher au film, réalisé tout de même par Spielberg et qui reconstitue parfaitement l'atmosphère, les décors (etc) des années 70, ce qui  amène une certaine austérité à l'ensemble. Austérité parce que nombre de scènes se déroulent dans la salle de rédaction du Washington Post, où les hippies de l'époque ne se bousculent pas.

Pentagon Papers traite d'un scandale méconnu du grand public (français en tout cas), qui eut lieu sous la présidence de Nixon et qui précéda de très peu le fameux Watergate.

Même si; comme pour les Heures Sombres, on devine la fin de l'histoire (en effet, le Washington Post existe toujours et talonne le Times en réputation), la pression et le suspens sont intenses. 

Le scandale porte sur la politique des Etats Unis par rapport au Vietnam sur presque deux décennies sous plusieurs présidents : manipulation tant du Vietnam que de l'opinion publique Américaine. Et sur cette guerre meurtrière, que le gouvernement sait ingagnable depuis belle lurette mais dans lequel il s'embourbe (envoyant des milliers de boys au carnage), juste pour garder la tête haute. C'est à peu près cela.

Le Times publie en premier un document classé secret défense et se retrouve interdit de publication. Le Washington Post tente de prendre le relais et une vitesse supérieure. Publiera, ne publiera pas ? Les menaces de la Maison Blanche sont énormes.

Pentagon Papers porte donc principalement sur la liberté de la presse, ses droits et ses devoirs, sur la mission des journaux et le boulot des journalistes. Bref, c'est un film engagé !

Mais aussi, sur la place d'une femme, place héritée, donc contestée, à la direction du Washington Post. Dans les années 70, les femmes sont forcément dédiées aux travaux ménagers ou aux salons de thé, et considérées comme inaptes à prendre une telle décision : to publish or not... Et assurer la pérennité (or not) d'un grand organisme de presse, même si, à l'époque, l'influence du Washington Post est plus régionale que nationale, et donc, logique, pas franchement internationale ! Et tout cela, sur fond de finances et d'entrée en bourse.

Sans surprise, Pentagon Papers est servi par des acteurs d'exception : qui irait contredire le talent de Meryl Streep et de Tom Hanks.

Maintenant, pour tout dire, le film n'est pas forcément évident à suivre et à saisir dans les détails. C'est un film très bavard. Peu ou pas d'action, ni temps morts ni contemplation etc, tout se déroule en dialogues assez longs, qui mêlent propos journalistiques, politiques, législatifs etc. Le tout, avec beaucoup de personnages secondaires, parfois nommés par leur prénom, puis leur nom de famille, ou encore leur diminutif. Donc pas facile de toujours savoir qui parle... et de qui. Surtout que j'ai vu ce film en V.O !

Néanmoins, Pentagon Papers reste un film intéressant, comme je l'ai dit, très bien joué, mais je pense que je l'oublierai vite. Bref, pas impératif !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 22 Janvier 2018

Film de Michèle Laroque

Avec Michèle Laroque, Kad Merad, Françoise Fabian, Gérard Darmon

 

Synopsis :  Angela pense avoir une vie idéale. Elle vit à Nice, dans un bel appartement, avec un beau mari et une charmante ado. Mais le soir de Noël, sa fille la laisse pour rejoindre son petit copain, son mari la quitte et sa meilleure amie préfère prendre des somnifères plutôt que de passer la soirée avec elle. Le choc ! Angela n’a plus d’autre choix que celui de se reconstruire... et ce n’est pas simple avec une mère tyrannique, une meilleure amie hystérique et un psy aux méthodes expérimentales.

 

 

Mon humble avis : Le film commence bien, comme sur des roulettes. Puis il s'essouffle, ralentit, piétine et finit un peu par s'écraser dans le vide.

Certes, il y a la beauté de la ville de Nice magnifiquement filmée.

Certes, il y a Michèle Laroque, actrice qui m'est sympathique, toujours aussi lumineuse et attachante à l'écran.

Certes, il y a quelques réparties bien senties et ou complètement décalées.

Mais, dans l'absolu, rien de bien nouveau dans le sujet "mon mec m'a plaquée, je suis célibataire, c'est horrible !) et point de brillantissime en vue. D'ailleurs, quand l'on donne un tel titre à son film, on a intérêt à ne pas se planter, sous peine d'inspirer facilement les déçus dans leurs commentaires. Les personnages (notamment celui de Françoise Fabian), la grand-mère, ou encore celui de la meilleure copine, comme nombre de situations, tournent vite à la caricature répétitive. Quant au personnage principal, celui de Michèle Laroque, et bien il est d'un nombrilisme désarçonnant et d'une naïveté en complète contradiction avec son comportement final alors que rien de spécial de s'est passé entre deux et donc que rien ne l'explique (rapport au retournement de situation dans les rapports mère ignoble et fille chochotte.

Bref, comme tout cela reste bien superficiel, que rien de ce que vivent les personnages de ce film n'est vraiment creusé... et bien on arrive à une platitude qui n'accroche pas, même si le film n'est pas non plus désagréable.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 2 Janvier 2018

Film d'Eric Barbier

Avec Charlotte Gainsbourg, Pierre Niney, Pawel Puchalski

 

Synopsis :  De son enfance difficile en Pologne en passant par son adolescence sous le soleil de Nice, jusqu’à ses exploits d’aviateur en Afrique pendant la Seconde Guerre mondiale… Romain Gary a vécu une vie extraordinaire. Mais cet acharnement à vivre mille vies, à devenir un grand homme et un écrivain célèbre, c’est à Nina, sa mère, qu’il le doit. C’est l’amour fou de cette mère attachante et excentrique qui fera de lui un des romanciers majeurs du XXème siècle, à la vie pleine de rebondissements, de passions et de mystères. Mais cet amour maternel sans bornes sera aussi son fardeau pour la vie…

 

 

Mon humble avis : Mes sensations face à ce film sont bien partagées et compliquées.

En fait, je n'ai aucun reproche objectif à lui adresser. La mise en scène est soignée, le scénario est idéalement construit, l'interprétation est exceptionnelle (mention spéciale pour Charlotte Gainsbourg, vraiment bluffante). Sans doute le film est-il assez fidèle au roman (que je n'ai pas lu) et retrace comme il faut la première moitié de la vie d'un auteur auquel je ne me suis encore jamais frottée.

Mais, comme je suis moi et rien d'autre que moi, La promesse de l'aube ne m'a pas enthousiasmée pour autant, car je l'ai trouvé long et surtout d'une atmosphère très pesante, voire même étouffante pour moi. L'atmosphère est bien entendu liée à cet amour envahissant et despotique de Nina pour son fils. Certes, je peux comprendre que dans ce contexte historique, une mère ait de l'ambition et souhaite le meilleur pour son fils. Mais à ce point-là, pour moi, cela relève d'un égoïsme certain. Car en fait, tout au long du film, il n'est jamais question du bonheur de Romain, mais de son image et de sa réussite obligatoire, pour le prestige et la fierté qu'espère Nina. Bref, cette relation filiale m'a vraiment mise mal à l'aise, je souffrais pour Romain et ai pas mal cogité dans ma petite tête. Doit-on réussir dans la vie comme une contrepartie aux sacrifices parentaux ou doit-on réussir dans la vie par envie personnelle. Et cette réussite tant attendue conduit-elle forcément au bonheur ? Car logiquement, c'est tout ce que l'on peut espérer pour ceux qu'on aime, quelle que soit la forme de ce bonheur et la taille de la réussite et des ambitions. Etant donné la cause du décès de Romain Garry, je doute que sa mère et sa réussite aient suffi à le rendre heureux. Et c'est tellement tragique que je n'ai pas vraiment bien vécu ce film pourtant réussi et poignant, tant le sujet m'a malmenée émotionnellement malgré les quelques pointes d'humour.

Je comptais un jour lire le roman, je pense que je m'en dispenserai...

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 19 Décembre 2017

Film d'Alain Chabat

Avec Alain Chabat, Pio Marmai, Audrey Tautou

 

Synopsis :  Rien ne va plus à l'approche du réveillon : les 92 000 lutins chargés de fabriquer les cadeaux des enfants tombent tous malades en même temps ! C'est un coup dur pour Santa (Claus), plus connu sous le nom de Père Noël... il n'a pas le choix : il doit se rendre d'urgence sur Terre avec ses rennes pour chercher un remède. À son arrivée, il devra trouver des alliés pour l'aider à sauver la magie de Noël.

 

 

Mon humble avis : Ch'est cro mignon !

Santa & Cie nous invite à un voyage dans le monde magique et féérique de Noël. Et c'est un ravissement et pour moi, une admiration sans borne pour la créativité et la fantaisie de toutes ces personnes qui ont fait que le film est ce qu'il est (notamment les effets spéciaux, ultra réussis !) Le premier quart du film  se déroule à "Papa Noël Land" et l'on assiste aux préparatifs de Santa et de ses 92 lutins pour que tous les cadeaux soient prêts en temps et en heure. Que de merveilles, que de trouvailles dans ces mises en scènes et dans les messages qui en découlent... Depuis la réception des lettres, jusqu'à l'emballage des cadeaux en passant par la fabrication des jouets, qui n'ont de valeur que si l'on s'amuse en les fabriquant. Bref, c'est royalement magique, même si Santa commence à penser à la fabrication à la chaîne pour plus de rentabilité ! Bref, le film de manque pas de burlesque et de contemporain.

Oui, car ce film pointe aussi du doigt les travers de notre société. Surtout quand il arrive sur terre plus tôt que prévu. Habituellement, Santa ne vient qu'une fois par an sur Terre, et de nuit qui plus est. Là, il va découvrir réellement ce que sont les hommes et surtout, les enfants ! Quiproquos, humour, jeux de mots, bonnes blagues, émotion, bienveillance, incrédulité et son contraire sont ensuite au menu de ce film. Mais on ne rit pas aux éclats, on sourit plutôt béatement car on est bien, dans cette histoire de Noël, d'entre-aide, de fidélité et de fraternité. Certaines plaisanteries ne feront rire que les adultes (références "culturelles et sociétales obligent), d'autres amuseront plus les enfants que les parents. Quoiqu'il en soit, ce film est pour tous, tous ensemble, des plus seniors aux plus jeunes, des plus cartésiens aux plus rêveurs car une bonne dose de merveilleux et de tendresse ne peut nuire à la santé. Et même si je n'ai jamais cru au Père Noël, ce film m'a donné envie d'y croire, même si je suis une middle quadra !

Que les parents dont les enfants croient au Père Noël se rassurent, ce film ne nuit en rien au mythe et ne montre aucun irrespect envers ce fameux Santa !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 13 Décembre 2017

Film de Thomas Langman

Avec Patrick Timsit, Richard Anconina, Bruno Lochet etc...

 

Synopsis :  Quatre ans maintenant que la tournée Stars 80 remplit les salles. 
Alors que les chanteurs partent pour une semaine de ski bien méritée, leurs producteurs Vincent et Antoine découvrent qu’ils ont été victimes d’une escroquerie et risquent de tout perdre. 
Seule solution pour couvrir leurs dettes : organiser LE concert du siècle en seulement 15 jours !

 

 

Mon humble avis : La presse écrite assassine ce film... sans doute parce que les journalistes l'ont vu contraints et forcés, bref, comme du travail quoi !

Après, je ne dis pas que c'est le film du siècle, loin de là ! Il suit le même moule que le premier opus, sans doute en accentuant encore le loufoque, le rocambolesque et la caricature, avec même, à mes yeux, quelques longueurs. Bref, le scénario n'a rien de transcendant, même si, pour le genre comédie, il fonctionne.

Mais pourquoi va-t-on voir Star 80 la suite ? Pour se détendre, et surtout, pas nostalgie. Et l'on a globalement ce que l'on a besoin de voir... et surtout d'entendre... au point de se trémousser sur son fauteuil, de battre le rythme d'un pied et chanter, tant pis pour les voisins de rangées !

La bande originale commence fort, avec Relax de FGTH ! Réécouter cette chanson à fond les ballons et son dolby stéréo machin truc, ça fait du bien, ça fait oublier les soucis de la semaine dès la deuxième note !

Tout au long du film, il y a des clins d'oeil hilarants à d'autres films... Forcément, on pense aux Bronzés font du ski. Mais clin d'oeil aussi à Flash Dance, les randonneurs, et bien d'autres encore. Et bien sûr, les moments de chansons style" boeuf" entre ses stars des années 80 ne manquent pas. Certes, certaines de ces stars sont là en pur figuration, mais peu importe. Ce qui compte, c'est la bonne humeur et la musique.

Et puis, le fameux concert arrive...Et le final... Avec une surprise... Très émouvante (pour moi en tout cas et pour bien d'autres j'en suis sûre). Mais je n'en dis pas plus !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 28 Novembre 2017

Film d'Yvan Attal

Avec Daniel Auteuil, Camélia Jordana, Yasin Houicha

 

Synopsis :  Neïla Salah a grandi à Créteil et rêve de devenir avocate. Inscrite à la grande université parisienne d’Assas, elle se confronte dès le premier jour à Pierre Mazard, professeur connu pour ses provocations et ses dérapages. Pour se racheter une conduite, ce dernier accepte de préparer Neïla au prestigieux concours d’éloquence. A la fois cynique et exigeant, Pierre pourrait devenir le mentor dont elle a besoin… Encore faut-il qu’ils parviennent tous les deux à dépasser leurs préjugés.

 

 

Mon humble avis : Le brio, un film qui fait du bien, qui donne envie... de quoi ? D'aimer encore plus notre belle langue qu'est le français, de la maîtriser mieux encore, et d'en approfondir les mystères et les forces, les pouvoirs. Ah, la puissance des mots qui vous permettent de devenir ce que vous voudriez être !

Comme j'aimerais exceller dans l'art de la rhétorique, expression que j'entendis pour la première fois lorsqu'à l'époque, mon prof de philo évoqua Socrate. Et maintenant, ces concours d'éloquence dont on parle de plus en plus dans les médias et qui sont l'un des sujets du film me fascinent, même si je serais bien incapable d'y participer !

Mais le film dans tout cela ! Parfait, captivant, drôle et tragique à la fois ! La confrontation de deux mondes, de deux générations, d'une culture exclusive et d'une culture plurielle. Le réac d'un côté et la jeune fille de banlieue de l'autre. Mais, ce qui est vraiment appréciable dans ce film, c'est qu'il ne tombe pas dans les lieux communs des cités justement. Avec Neïla, on évolue dans une banlieue où comptent avant tout la fraternité, l'amitié, le respect de la famille et des cultures, du travail, le courage. Bref, pas de violences verbales et physiques qui dérangeantes.

Bien sûr, ce film est politique, qui veut combattre les préjugés, les difficultés réelles auxquelles se confrontent cette jeunesse qui ne porte pas un patronyme franchouillard ni une peau bien blanche et des cheveux bien lisses. Ce film dénonce parfaitement les catégories dans lesquelles les gens sont enfermés par la société, mais aussi par leur entourage qui craint le changement de leur proche, par crainte de les perdre ou de ne pas être à leur nouvelle "hauteur" . Mais ce qui est génial dans ce film qui est donc autant politique que social, c'est que tout est dit et montrer sans pathos, et au contraire, avec une certaine légèreté. Et de toute façon, dans ce film, le malheur n'est pas là où on l'imagine au premier abord. Ce film est là pour montrer que chacun peut faire exploser les barrages qui l'entourent et l'enferment, que ces barrages soient sociaux ou intérieurs, personnels. Questionnement, remise en cause personnelle, et découverte de la richesse de notre culture comme une arme, voici sur quoi repose entre autre ce film.

Et puis et surtout, il y a les échanges verbaux entre Neïla et Pierre (Camélia Jordana et Daniel Auteuil, excellents tous les deux). Echanges qui sont d'abord cyniques, puis neutres, et enfin affectueux, même si jamais loin de la provocation. Mais avec toujours le but ultime de l'excellence. D'ailleurs, des scènes de coaching de Neïla sont purement aussi grandioses qu'hilarantes. Mais la force de la langue et de l'expression n'est jamais absente.

Et enfin, il y a les fameuses scènes de concours d'éloquence, aussi émouvantes que fascinantes.

Bref, Le Brio mérite bien son titre ! C'est un film brillant, intelligent, émouvant, drôle, révoltant, passionnant, réveillant ! A ne surtout pas manquer !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 20 Novembre 2017

Film de Guillaume Gallienne

Avec Adeline d'Hermy, Vanessa Paradis, Alice Pol

 

Synopsis :  Maryline a grandi dans un petit village. Ses parents ne recevaient jamais personne et vivaient les volets clos. À 20 ans, elle "monte à Paris" pour devenir comédienne. Mais, elle n'a pas les mots pour se défendre. Elle est confrontée à tout ce que ce métier et le monde peuvent avoir d'humiliant mais aussi de bienveillant. C'est l'histoire d'une femme, d'une femme modeste, d'une blessure.

 

Mon humble avis : Encore un mauvais choix de film pour moi. Pourtant, Maryline est porté par une valeur "sûre" pour moi, ce coup si du côté de la réalisation, puisque c'est Guillaume Gallienne qui s'y est collé. Je pensais qu'un tel artiste ne pouvait que m'emballer. Et bien non !

Durant la séance, j'ai eu un doute et me suis demandé si le film ne durait pas trois heures, car je n'avais pas prêté attention à sa durée. Et bien non, un film dans la norme, 1h47. Donc je me suis ennuyée.

Sans doute parce que je n'ai rien ressenti, ou presque. Peu ou pas d'empathie pour le personnage de Maryline, qui en mériterait pourtant tant elle patauge autant dans la vie qu'avec elle-même. Elle semble n'avoir de prise sur rien du tout dans sa vie, alors que j'imagine que lorsque l'on veut devenir comédienne, il faut prendre les rênes et user un peu des éperons. De ce fait, j'avais plutôt envie par moment de botter les fesses de Maryline, bref, de la remuer. Sa passion pour le cinéma et son envie de devenir actrice m'ont paru invisibles à l'écran. Dommage, car le sujet d'une jeune femme et d'une actrice en herbe sortant de sa chrysalide était séduisant. Le problème justement, est que l'on ne ressent pas les efforts pour évacuer l'enveloppe de nymphe. Au contraire, on a plutôt l'impression d'assister, trop longtemps, à un naufrage.

De plus, le film est beaucoup trop elliptique. On passe d'une situation à une autre, d'un état à un autre sans explication et beaucoup trop rapidement. Il m'a manqué des données pour apprécier et justifier l'évolution du personnage. 

Cependant, les images sont belles, Adeline d'Hermy fait ce qu'elle peut pour donner un minimum de vie à cette Maryline qui en semble presque dépourvue. A noter : quelques minutes vraiment lumineuses, pendant ce film, lors des apparitions de Vanessa Paradis. Une Vanessa Paradis en état de grâce, qui m'a fait penser à une certaine Jeanne Moreau (j'ignore si c'était voulu ou si c'est juste mon sentiment personnel !)

Bref, je n'ai pas accroché avec ce film.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 16 Novembre 2017

Film de Thierry Klifa

Avec Catherine Deneuve, Diane Kruger, Nicolas Duvauchelle, Nekfeu

 

Synopsis :  Une maison bourgeoise au milieu de nulle part. Une cité à Sète. Une mère et sa fille. Deux amis d’enfance. Une disparition. Un chantage. La confrontation de deux mondes.

 

 

Mon humble avis : Ce film ne m'a pas convenu. Non pas qu'il soit mauvais ou même raté.

C'est qu'à mes yeux, il est bien trop violent. Oh,  n'est pas une violence à l'américaine avec des fusillades à tout va et de l'hémoglobine dans des combats chorégraphiés qui n'en finissent pas.

Non, c'est une violence réaliste, urbaine, du quotidien, psychologique, comportementale, verbale. De ce fait, le film est très agressif pour le spectateur puisqu'il le ramène de plein fouet à une réalité sociétale. Et ce dès le début, avec les réparties saccadées de Nicolas Duvauchel, réparties débordantes de fureur, d'irascibilité et très virulentes, tant dans le ton que dans le langage utilisés, ceux des cités, des trafics en tous genre, des voyous, des bandes, ou même des gangs.

Tout nous sépare est donc un film qui tient en haleine certes, surtout parce qu'il coupe notre souffle régulièrement, sitôt qu'une situation devient "tendue", tant on craint la violence qui pourrait découler de ces situations. Les sujets du film sont pourtant intéressants : la confrontation de la bourgeoisie avec les jeunes de la cité (où la vie ne vaut pas grand-chose), qui montre bien la part d'ombre et de lumière de chaque protagoniste. De même la relation affectueuse et respectueuse qui se noue entre un maître chanteur et sa victime est étonnante, curieuse. L'interprétation est impeccable. Donc rien à reprocher à ces niveaux là mais peut-être, pour rendre le film plus subtile, le réalisateur aurait pu être plus "light" dans les clichés.

Bref, il s'avère surtout que ce film n'était pas pour moi, que j'ai mal vécu, voir subi cette séance en salle obscure.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 10 Novembre 2017

Film de David et Stéphane Foenkinos

Avec Karine Viard, Anne Dorval, Tibault de Montalembert

 

Synopsis :  Nathalie Pêcheux, professeure de lettres divorcée, passe quasiment du jour au lendemain de mère attentionnée à jalouse maladive. Si sa première cible est sa ravissante fille de 18 ans, Mathilde, danseuse classique, son champ d'action s'étend bientôt à ses amis, ses collègues, voire son voisinage... Entre comédie grinçante et suspense psychologique, la bascule inattendue d’une femme.

 

 

Mon humble avis : J'adore Karine Viard qui depuis des années, nous subjugue de son talent ! Et bien une fois encore, elle m'a plus que bluffée. Je ne sais pas, mais alors que je vois beaucoup de ses films, j'ai l'impression d'avoir encore découvert de nouvelles expressions dans son regard, dans son visage. Bref, il semble vraiment que son don soit infini, puisque toujours surprenant alors qu'on l'attend. 

J'adore aussi David Foenkinos qui est l'un de mes auteurs favoris. Et j'apprécie aussi l'homme, rencontré à plusieurs reprises. Il me fait rire (mais pas que !), tant en écrivant qu'en étant.

Aussi, je ne pouvais que passer un bon moment dans mon fauteuil en velours devant Jalouse.

Le portrait de cette femme, mère, divorcée, prof, qui aime et déteste, qui émeut tout en étant détestable est réussi en tous points, et surtout, en délicatesse. Nous ne sommes pas dans la grosse comédie potache à un gag par minute et pourtant, l'on rit beaucoup. On rit, mais le malaise n'est jamais loin non plus. Car Jalouse est une comédie certes, mais aussi et surtout un drame. Disons que l'aspect comique allège le côté dramatique de l'histoire qui se déroule face à nous. Nathalie est jalouse comme un pou, mais ne s'en rend pas compte, et sa jalousie la rend malade. Jalouse, Nathalie n'en n'est pas moins malheureuse et finira par comprendre qu'elle est même en dépression. Jalouse car, au fond, malheureuse.

Avec un personnage pareil, évidemment, les piques, les coups-bas, les mesquineries, les méchancetés fusent presque à chaque instant. Et sous la plume des frères Foenkinos, cela donne forcément des dialogues acides, corrosifs, grinçants à souhait, délicieusement méchants et percutant. Mais les frangins n'en n'oublient pas pour autant l'émotion (sans en faire des tonnes) et la profondeur des protagonistes.

Ajoutez à cela de magnifiques scènes de danse classique pleines de grâce filmées avec tant de perfection que le temps semble s'arrêter, vous avez là un film à voir, sans aucun doute !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0