Articles avec #thrillers polars etrangers tag

Publié le 16 Novembre 2013

Polar - Editions Audiolib - 9h d'écoute - 21.90 €

Parution d'origine en 2011

L'histoire : Runolfure est retrouvé mort chez lui, égorgé... avec du Rohypnol dans la poche. Ce nom ne vous dit rien... Il s'agit d'une des drogues du violeur. Manifestement, son lit a reçu de la visite quelques heures plus tôt. L'inspecteur Elinborg mène l'enquête et découvre un homme qui n'est peut-être pas tant "sans histoire" que ça....

 

 

 

Tentation : Indridason, y'avait longtemps pour moi !

Fournisseur : La bib' 

 

Lu par Jean Marc Delhausse

 

 

-toile2.jpg

 

 

 Mon humble avis : Et bien... Ma dernière lecture d'Indridason, même si plutôt plombante, m'avait enthousiasmée. Il s'agissait de La femme en vert .

Cette rivière noire, pourtant moins sombre dans l'absolu, a eu bien moins d'effets sur moi. Pour tout dire, je me suis presque ennuyée. Pas tout le temps, mais souvent. Cette enquête est d'un classicisme déconcertant, plus du tout habituel pour moi, voici pourquoi je n'y ai pas trouvé mon compte.

Certes, je suis lassée des flics alcoolo-dépressif et ici, il n'y en pas. Mais j'aurais préféré qu'il y en eut un en la personne d'Erlendur, le héros récurrent d'Indridason. Erlendur, un personnage brisé mais "fort", magistralement construit par l'auteur, fait ici cruellement défaut. Il est parti en voyage dans les fjords de l'Est. Sa collègue Elinborg se retrouve donc responsable de l'enquête. Certes, elle est sympathique et consciencieuse, mais bien terne comparée à Erlendur. Et puis franchement, les -trop-nombreuses- et -longues- digressions au sujet de sa petite famille qui s'attend à manger un steak et non un énième plat surgelé...  bof, bof, je m'endors. Bref, ce livre manque de poigne, jusque dans la lecture de Jean Marc Delhausse. La voix est profonde et masculine, mais alors monotone et monocorde à un point rarement atteint. Très dur à apprécier lorsque l'on sort du meilleur livre audio jamais interprêté pour moi : Des souris et des Hommes ! 

Qui plus est, l'éditeur a sans doute voulu aller à l'économie... Donc un seul lecteur pour tous les personnages, jusqu'aux jeunes filles et enfants. Et moi, un homme qui transforme sa voix pour interprêter une femme ou une fillette, au point d'en retrouver presque une mue d'adolescent, ça ne m'est vraiment pas agréable.
Bon, le style reste assez soigné mais les dialogues trop soutenus pour être réalistes. La fin est inattendue, les indices sont originaux et très olfactifs... alors deux étoiles, c'est pas mal et mérité tout de même.

Un livre pour les fans du genre polar... lent.

 

 

 

 

 

 

ILE-DESERTE2

 

 

free-road-trip-games-audio-book

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 28 Juillet 2013

  Thriller psychologique - Editions Audiolib - 11h43 d'écoute - 22.43€

 

Parution Audiolib en févriePr 2012 (d'origine en mai 2011) 

 

L'histoire : Chaque matin, Christine ne sait pourquoi elle a 47 ans et non 25. Elle ignore où elle est et qui est le monsieur qui dort à côté d'elle. Pourtant c'est Ben, son mari. Depuis un terrible accident, Christine est amnésique et ses souvenirs ne dépassent jamais la journée et ne survivent à la nuit.

Depuis quelques temps, elle écrit un journal, pour aller mieux, pour progresser. Sur la première page du journal, est noté de sa propre écriture : ne pas faire confiance à Ben. Pourquoi ?

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : La bib

 

-toile3.jpg

 

 Mon humble avis : A sa sortie, ce thriller figurait sur un blog sur deux et, sauf si ma mémoire me fait défaut, toujours en terme élogieux.

L'ai-je aimé ? Bien sûr ! Je pense que c'est le format de lecture choisi qui me l'a fait apprécier à ce point, même si en même temps, il m'a valu une mésaventure... Je m'explique : Avant d'aller dormir est lu par Françoise Cadol. Vous ne la connaissez pas ? Moi non plus, à première.. oreille ! Mais c'est en fait la voix Française d'Angélina Jolie et de Marie Alice dans Desperates Housewives. Et cette voix claire, enjouée, suave, douce n'est pas étrangère à mon enthousiasme envers ce roman. Possible que sans elle, en format papier, j'eusse trouvé parfois le temps long. Quant à ma mésaventure... Première fois que j'audiolis en voiture, donc impossible de vérifier que les chapitres se déroulent dans le bon ordre sans risquer l'accident. Et paf ! Je me suis rendue compte bien plus tard que j'avais eu droit au 38ème chapitre sur 40 à mi écoute. Tout ça parce que parfois, les MP4 mélangent les chapitres. En même temps, ce 38ème chapitre précosse arrivait pour moi à un moment où je me disais : "il serait bien que ça accélère"... Résultat, j'ai connu une partie du dénouement pendant la moitié de ma lecture .

Mais tout cela ne m'a pas empêché d'apprécier ce thriller psychologique à sa juste valeur. La tension est palpable, avec Christine, on se demande ce qui cloche sans pouvoir l'imaginer un instant. Comme elle, on envisage que ce soit elle qui puisse débloquer ! Quand on voit le sort de Christine, on réalise à quel point on tient à notre mémoire ! Car tout oublier chaque jour, c'est devoir également tout ce remémorer chaque matin, le bon, comme le douloureux. Imaginez une très mauvaise nouvelle que vous apprendriez chaque jour, c'est terrible. Et puis on dépend que des autres, notre identité passe par autruit, parce qu'on veut bien nous dire... Et là je me tais car c'est le moment pour vous de lire ce livre avant d'aller dormir ! Comme Christine écrit son journal chaque soir avant d'aller dormir, pour pouvoir se remémorer d'elle même son quotidien de la veille le lendemain... Et c'est là que les incohérences vont surgir et que de ce presque huit clos monte en une tension et une angoisse qui explosent dans les tous derniers chapitres. De la lenteur et un sentiment de répétition, oui, il y en a, ce sont les seuls défauts de ce roman qui s'achève en apothéose. Et là, on ne peux que ce dire : diabolique, cette histoire est diabolique et, à rebours, terrifiante ! Très bien menée.

 

PS : Un film est prévu en 2014, avec Nicole Kidman et Colin Firth

L'avis de Leiloona, Liliba

 

 

 

A tous prix

 

 

 

 

   Prix SNCF du Polar 2012

 

 

 

 

            0 Challenge Thrillers & Polars 2014 Liliba 3

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 16 Mai 2013

http://nsa31.casimages.com/img/2012/12/13/121213035319856514.jpgPolicier - Editions Livraphone (Fayart) - 7h30 d'écoute - Prix ???

 

 

 

Parution en livraphone en 1995

Parution d'origine du roman en 1989

 

 

L'histoire :   A Martingale,  belle demeure de  famille Maxie dans la campagne anglaise, travaille Sally Jump, une jeune mère célibataire. Un soir, alors que toute la famille est présente, elle annonce ses fillançailles avec avec le fils Maxie. Le lendemain, elle est retrouvée morte, étranglée... La police mène l'enquête.

 

 

Lu par François Berland

 

 

étoile1etdemi

 

Mon humble avis : Nous voici ici dans un roman policier dans la plus pure tradition, et british qui plus est. Autant j'ai pu dévorer des Agatha Christie sans réserve, autant cet espèce de flegme britanique et huit clos familial m'a plutôt ennuyée. Ce livre est ma première lecture de l'auteure P.D James. J'avoue que devant la célébrité de la romancière, je m'attendais à autre chose, à mieux, à plus de rythme. Le côté désuet, voire presque attemporel m'a même agacée par moment.

Autre soucis pour moi : je n'ai jamais saisi le véritable lien entre deux protagonistes très présents dans l'histoire avec la famille Maxie. Peut-être ceci est du au format de lecture.... Deux même, j'en ai souvent confondu deux autres dans certaines scènes, persuadée qu'ils portaient le même nom (mère et fille), pour me rendre compte dans le dernier tiers que non, pas du tout. Bref, je garderais de ce policier un souvenir d'imbroglio entre les personnages.

Qui plus est, l'auteur développe très longuement l'installation de son intringue, ce qui donne l'impression que le meutre tarde à arriver.

Certes, le personnage de Sally Jump est attachant, mystérieux, on aimerait on savoir plus.

Certes, le dénouement de l'enquête est inattendu mais aurait mérité plus de détails. Et même de ce côté là, j'émets quelques réserves de vraissemblances et j'aimerais pouvoir en parler, si non avec l'inspecteur, du moins avec la romancière. Mais à aussi, je ne pense pas que ce ne soit possible !

La force des romans policiers, c'est que l'on ne peut se résoudre à l'abondon, car quelque soit notre ennui, nous voulons connaître le coupable. 

Bref, je pense que la rencontre entre P.D James et moi s'arrêtera là.

 

 

 

 

 

free-road-trip-games-audio-bookChez Val

 Et chez Liliba

 

Challenge Thrillers et Polars

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 6 Mars 2013

 

Thriller - Editions J'ai Lu (Belfond) - 520 pages - 7.60 €

Parution chez Belfond en août 2010 et chez J'ai lu en février 2012

 

L'histoire : Une petite ville de l"Etat de New York et un triple homicide. Une famille apparemment sans histoire. Seul témoin, Déreck, le fils des voisins, qui avait décidé de la soit disant absence des Langley pour faire de leur maison un petit nid d'amour avec sa copine.... Le problème est qu'il tait la vérité qui ne tarde pas à refaire surface. L'adolescent devient alors le suspect idéal. Jim et Ellen, ses parents vont tout tenter et tous risquer pour le sauver, quitte à plonger dans des souvenirs vieux de dix ans....

 

 

Tentation : La réputation de l'auteur

Fournisseur : Ma PAL J'ai Lu, merci Silvana !

 

-toile3.jpg

 Mon humble avis : Silvana m'avait dit que ce titre était moins bon que "cette nuit là", titre précédent de l'auteur et déjà dans ma PAL. Donc logique, j'ai commencé par celui ci, histoire d'y aller crescendo !

Et bien cette histoire m'a bien captivée. Il faut dire qu'avec un thriller, on se dirige normalement vers un intérêt certain, quelque soit la qualité globale du livre. Un meurtre : qui, pourquoi ? Sans réponse à ses questions, impensable d'abandonner le livre.

C'est ce qui m'est arrivée malgré des désagréments certains. Allons dans l'ordre... On entre assez vite dans le vif du sujet, puisqu'au bout de 30 pages, les 3 premiers cadavres sont là.... Et puis, on navigue entre deux eaux durant une bonne centaine de pages qui, réduite de moitié, se seraient révélées suffisantes. Le ptich et la 4ème de couv nous mène jusqu'à la moitié du roman. Alors, certes, plusieurs pistes sont présentées, notamment celle qui ne laissera pas de glace les lecteurs que nous sommes : un best seller à la paternité douteuse qui semble à secret à enterrer...  Pas trop de personnages, donc le livre se lit bien et l'on ne se perd pas. Par contre, le personnage du maire de la ville est pour moi franchement caricatural du connard parfait. Trop connard pour être honnête et maire, à moins que je sois naïve et que le système politique américain m'échappe encore plus que celui de ma nation.

Je ne sais si c'est la plume de l'auteur ou le système narratif choisi ou la traduction de l'Américain au Français qui cloche, mais le style m'est souvent paru mauvais, au point de me faire émettre des pfff, c'est pas possible. Lourd, lour... genre traduction littérale peut-être ?

Exemple : qu'est-elle devenue après avoir arrêté de venir ici ?

Ou : en faisant faire demi tour à la voiture

Encore : Tu peux la louer au magasin de vidéo... Même en France, on a toujours utilisé le terme vidéoclub...

Je sais, je ne parais pas très engageante, mais pourtant, ce livre vaut le détour car l'intrigue est vraiment bien ficelée et elle tient en haleine comme bon nombre de thriller de qualité incontestable. Ok, j'avais deviné une partie la fin 100 pages avant, mais c'est parce que je suis très imaginative !!!! Et puis, malgré cela, on attend toujours un éventuel rebondissement, qui arrive ou pas, et qui nous garde tendu comme un arc et scotché à notre livre.

                                                                

 

 Des avis plutôt bien positifs sur Babelio

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 24 Janvier 2013

http://lirevoir.unblog.fr/files/2012/01/9782253158370.jpgThriller - Editions Livre de Poche - 414 pages - 6.95 €

 

 

Parution en poche en mai 2011

 

 

L'histoire : La communication téléphonique est mauvaise, mais Yann comprend cette phrase "ne les crois pas" dans ce que lui dit Leoni, sa fiancée. Au même moment, la sonnette d'entrée retentit. Yann ouvre et deux agents de police lui annoncent la mort de Leoni dans un grave accident de voiture.

Après 8 mois de recherche désespérée, Yann passe à l'acte : il prends 7 personnes et un studio de radio en otage. Il veut qu'on lui ramène Leoni vivante et n'acceptera de négocier qu'avec la célèbre Ira Samin.

Leoni, morte ou vivante ? Et dans l'intérêt de tous, que faut il souhaiter ??? 

 

 

 

tentation : Pitch + nom de l'auteur

Fournisseur : Ma PAL !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile4.jpg  

 Mon humble avis : Ah, comme ce livre fait du bien pour stimuler une lectrice parfois en perte de vitesse ! J'ai dévoré ce thriller sur 3 jours, au point de procrastiner le reste et de n'avoir qu'une envie : rentrer ou rester chez moi et me replonger dedans.

C'était à s'y attendre après la lecture de Thérapie, nous voici plongés dans une intrigue diablement efficace. Aucune déception ! Juste une rage envers moi même... Mon billet de Thérapie date de 3 ans... et j'ai ignoré cet auteur depuis tout ça parce que je croule sous les bouquins et les tentations.

Une fois de plus, "ne les crois pas " me laisse pantoise d'admiration devant ces écrivains qui bâtissent ces histoires terrifiantes, qui fonctionnent au millimètre près, qui nous tiennent scotchés, qui nous font faire mille hypothèses qui finissent toujours au placard, quitte a revenir plus tard. Ces auteurs me bluffent et malgré mes inclinaisons, me font dire que j'aurais été une très mauvaise flic et que je ne serai jamais une grande auteure. Car quelle imagination, quelle machination, j'imagine presque qu'un diplôme d'architecte pourrait être indispensable pour écrire ce style de roman !

Rien ne manque ici. Ni le mystère, ni les retournements de situation, ni les coups de théâtres, ni les fausses et vraies pistes. On en vient même à envisager détester l'auteur s'il nous laisse dans une telle situation, avec une fin que l'on n'aime pas. C'est finalement mal connaître Fitzek, car 30 pages avant la fin, c'est bien trop tôt pour annoncer un dénouement !

"Ne les crois pas".... Ne croyez personne ou presque. Au fil des pages, on en arrive à soupçonner tout le monde, sauf une personne en qui l'on croit. Même l'auteur, ne vous fiez pas à lui. Il ne dit que ce qu'il veut bien vous dire et il vous manipule comme une marionnette... Il n'a déjà aucun remord à le faire ave ses personnages, alors pourquoi en aurait il avec vous ? !!! Et pourtant, avec du recul, je dois bien avouer que tel un Petit Poucet, il laisse "trainer" à gauche et à droite des indices tellement énormes qu'on ne les voit pas !

Nous sommes ici dans un thriller surtout psychologique, aussi, pas de surenchère d'hémoglobine ou de scènes de torture et autre. Je précise cet aspect car je sais que pour certains lecteurs, c'est un critère de sélection.

Autre atout non négligeable de cet opus, certains des protagonistes sont très attachants. Très consistants dans leur construction, ces personnages ont leurs fêlures qui prennent une place justifiée dans l'intrigue et m'ont fait achever ce livre la gorge nouée d'émotion. Parce que oui, aussi rare que cela puisse paraître, ce thriller dément donne une place non négligeable à l'Amour, tous les Amours. Que feriez vous, ou pas, par amour ?

 

 

L'avis d'Alex  , de Calypso

 

 

  Challenge Thrillers et Polars

                                                                             10ème participation

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 6 Juillet 2012

Thriller - Transit Editeur - 430 pages - 18 €

 

 

Parution en juin 2010

 

 

L'histoire : Région parisienne, de nos jours. Un adolescent porté disparu est retrouvé en vie, mais atrocement torturé. Les blessures infligées montrent sans équivoque qu il s agit de l uvre d un tortionnaire et que le bourreau recommencera.
Serge Miller est chargé de l'enquête avec Franck Marshall, le pisteur de psychopathes, Marc Dru, le psychologue. Il y a aussi « la proie », un jeune homme perdu qui passe ses nuits dans un célèbre backroom parisien depuis qu il a été rejeté par son père.

Il y a d'un côté la proie, de l'autre, le prédateur.....

 

 

 

 

Ce livre est arrivé dans ma boite aux lettres il y a plus d'un an, lors d'une période où je croulais sous les livres "urgents". Sachant ma collègue friande de thriller, j'ai demandé à Roseline de le lire et de le chroniquer pour moi. Elle a lu très vite ce livre l'an dernier et m'a écrit sa chronique il y a quelques jours lorsque je lui ai dit : "Tiens, au fait !"

 

 

 

 

 

-toile4.jpg

 

 

L'humble avis de Roseline : Premier tome de la trilogie des pulsions.

J'ouvre un ticket pour ce livre.. thriller psychologique annoncé et bien je confirme … autant JC Grangé nous transporte dans la mal à l'aise que Jac Barron nous tient éveillé toute la nuit !

Bien écrit puisque nous avons du rythme par un interval bien calculé de chapitres en ping-pong entre la proie, le tueur et le personnage central, tout ceci très justement dosé !

Pas trop de personnages, du sentiment tout de même, des lieux facilement repérables pour les parisiens ou ex-parisiens. Beaucoup d'hémoglobine en revanche et Jac Baron nous poussent à l'extrème dans le descriptif morbide et dérangeant … Je dis extrème mais en fait tout est suggéré et c'est là que c'est pire. J'avais eu ce genre de sensations en lisant Le Parfum de Suskind.  Le genre de lecture qui nécessite un arrêt judicieusement choisit.  

Ce livre témoigne des recherches scientifiques poussées et met tous nos sens en éveil … sauf... mais là je suis obligé de m'arreter auquel cas je rélève …

Stupéfiant, terrifiant mais on en redemande !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 1 Juillet 2012

Thriller - Editions HarperCollins (VO) - 327 pages - 10 €

  

  Parution en janvier 2010

  

L'histoire : Fin fond du Colorado ou sur la côte ouest américaine, certaines personnes sont témoins  d'événements extraordinaires qui influencent tout et tout le monde, humain comme animaux. Des apparitions inédites qui pourraient changer le cours du monde.... Au point que le Gouvernement Américain met toute la batterie en marche, au grand dam de Cammy (la vétérinaire) et Grady, qui resteraient bien tranquillement avec ces créatures... même si le danger est sans doute plus près qu'ils ne l'imaginent.

 

 

Tentation : le pitch

Fournisseur : Ma PAL

  

Lecture en V.O (Américain)

 

   

étoile1etdemi

 

Mon humble avis : A lecture en VO, billet bilingue ! Well, heu....

Breathless, le titre, signifie essouflé, à bout de souffle.  La couv says "When wonder turns to fear..." (quand la merveille devient peur). Pour être honest, j'ai été breasthless pendant 20 pages. 20 pages out of 326, it is not beaucoup et même not pas peur. En fait, comme titre, j'aurais mis endless, tant cette lecture m'est parue sans fin. Chapters very courts qui vous mènent d'un personnage to another one, ce qui fait que the action n'avance pas a lot. And on expect very beaucoup the moment when tout le monde va se relier. 30 pages before the end, je me suis dit, dis donc, pour débloquer et relier everything in 30 pages, the final va être formidable et breathless. Et bien not at all, même pas récompensée au point que je pourrais intituler ce livre pointless (sans intérêt). La idea de départ n'est pas bad, mais trop de personnages, dont some of them apparaissent au 2/3 du livre et qui n'ont finalement aucun rôle dans the principal histoire. Leur rôle est donc de rajouter des pages, de détourner your attention du manque d'arguments of the autor to developpe son sujet ?. What about the history de l'avocat et de son killer à gage, du gars à la gueule cassée ? Aucune.

Faut dire que the americans are very forts sur leurs books pour attirer le chalant... "The international bestseller", "psychologically complex, masterly and satisfaying" dit The Guardian et le Whashington post ajoute " Dean Koontz writes page-turners, touches your hearts and tingles ours spines". Not on me. Mon coeur n'a pas été touché et je n'ai frémis d'aucun frisson.

Il y a aussi ce personnage "terrifying" qui kill son frère jumeau et sa belle soeur. On espère en lui the real serial killer qui offrira le terme thriller au book. Même pas.

L'auteur se répète beaucoup. Je n'ai pas compté le nombre de descriptions de sunset et de sunrise, de chadows of the trees on the meadow (l'ombre des arbres sur le pré).... It was all so long !

So maybe (peut-être), je lis l'anglais assez courament pour comprendre l'histoire, ce qui se passe etc, mais maybe pas assez pour apprécier la qualité d'une écriture, d'un style. Mais en même temps, je suis sûre de n'avoir lu ni du Dickens ni du Shakespear.

To bad, dommage, I'am very upset, with the idea, it could have been a great book. Avec cette idée, il y a avait de quoi écrire un chouette bouquin. But I confirme, Brethless was for me endless and pointless.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 28 Décembre 2011

Thriller, Editions Points (Sonatine) - 474 pages - 7.41 €

 

 

 

Parution en format poche en janvier 2011

 

 

L'histoire : New York. Ethan est un galeriste. Un de ces proches l'appellent. Dans un appartement abandonné du Queens, des cartons. Et dans ces cartons, des dessins qui, assemblés, sont une oeuvre d'art exceptionnel. Ethan expose immédiatement ce chef d'oeuvre dans la galerie... sans avoir de nouvelles de l'artiste qui semble avoir disparu de la circulation. Un grand mystère...

C'est un ancien flic qui approche Ethan. Sur le chef d'oeuvre, il reconnaît les portraits de 4 enfantssauvagement assassinés 40 ans plus tôt.... Et le coupable de ces meurtres est toujours, lui aussi dans la nature...

On recherche donc un artiste et un assassin. Une personne ou deux ? Qu'est-ce qui vous arrange ?

 

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Ma PAL récente (offre 3 pour 2 de cet été chez les libraires)

 

 

 

 

  

 

 

-toile2.jpg

Mon humble avis : Ô rage, Ô désespoir ! Non, ce n'est pas ça, je recommence. Ô rage, Ô déception ! Voilà qui sonne mieux pour évoquer un livre.

J'attendais tant de ce thriller que je l'avais laissé de côté quelques semaines pour lui dédier MA semaine de vraies vacances en Turquie. Une semaine où je n'avais rien d'autre à faire que lire,  bronzer et faire plouf dans l'eau depuis ma goélette...

Thriller, terme anglais venant du verbe to thrill. To thrill signifie frissonner, emballer, exciter, donner des émotions fortes. En résumé et en français : foutre les pétoches...

Et bien rien de tout cela dans ce livre qui n'a de thriller qu'un fond d'intrigue policière qui devient plus une histoire de famille, celle de la famille Muller. Car finalement, ces  visages d'enfants assassinés reconnus dans le chef d'oeuvre ne sont que peu évoqués, au profit du personnage énigmatique de Victor Cracke, l'artiste en question. 

L'action se déroule dans les années 2000. Et sitôt que le rythme s'accélérait et captivait presque, l'auteur a eu la mauvaise idée de clore les chapitres pour ouvrir des interludes.... le premier interlude traite de la famille Mulleren 1847... Inutile de vous dire que les pages furent longues, la lecture laborieuse (mélange des noms, des personnage et des époques). En tant que lectrice, j'ai subi, espérant comme d'habitude que tout s'imbriquerait et s'expliquerait au fil de l'histoire. En partie oui. Sauf que ce livre aurait grandement gagné à être plus condensé et cadencé, bref haletant, ce qu'il n'est pas. Je me serais contentée de l'arbre généalogique à compter de 1930, ça aurait suffit à donner les bases et le décors de l'histoire. Et tout le monde aurait gagné en temps et en thrill !!!

Je me suis royalement ennuyée pendant les 300 premières pages (sur 470). La fin a capté mon attention, mais pas au point d'achever ma lecture à 3h du matin  non plus.  Je ne nierai pas avoir été intriguée par cette histoire depuis le début, mais je tournais les pages non pas avec l'impatience de celle qui se dit "oh là là, c'est terrible, il faut que je sache, peux pas m'arrêter là), mais avec l'agacement qui signifiait "Quand va-t-il se passer quelque chose" ? Lors du premier mort, j'ai crié "victoire" à mes compagnons de voyage, "victoire, y'a enfin un mort".... pour avouer ma déception quelques minutes plus tard "fausse alerte, le défunt est mort de façon naturelle". Il ne s'est donc toujours rien passé.

Bon je démolis ce livre depuis quelques lignes et pourtant, je lui octroie 2 étoiles. Pourquoi ? Parce que sort des personnages de Ruth et Victor Cracke m'a émue, et même fascinée et glacée. Ce roman part tout de même d'une excellente idée, l'histoire tient la route et l'intrigue est bien ficelée. Mais trop délayée dans des détails, l'humeur et les amours du narrateur et les va et vient dans le temps. Alors on ne dévore pas ce livre, on le termine, juste parce qu'on a envie de savoir. Ce qui n'est pas une raison suffisante.

Dans la vie, on dit souvent que ce qui importe le plus, ce n'est pas la destination mais le chemin qui y mène. Dans un thriller, les deux revêtent autant d'importance à mes yeux. Et là, le chemin manquait cruellement d'animation !

 

 

Bon, même si "même paspeur", ce roman s'inscrit tout de même dans le challenge de Cynthia !

 

Challenge Thriller

 

 

les avis enthousiastes de Keisha , de Sandrine et de Miss Alfie

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 12 Décembre 2011

Thriller - Editions livre de Poche (Sonatines) - 763 pages -8.00 €

 

 

 

Parution en poche en septembre 2010

 

 

 

L'histoire : En Louisiane, la fille du gouverneur est enlevée et son garde du corps retrouvé mort, atrocement mutilé. Alors que l'enquête piétine, un homme appelle le FBI. Il se prénomme Perez et promet de tout dire à condition qu'il puisse s'adresser à Ray Hartmann, un enquêteur d'Etat de New York...

Celui ci se retrouve contraint à retourner à la Nouvelle Orléans.... Et à écouter Perez qui lui raconte sa vie, étape par étape. Seulement, et seulement lorsqu'il aura terminé, Perez donnera l'adresse où il retient la fille prisonnière.

Mais Perez n'est pas un homme comme les autres. Toute sa vie, il a été tueur à gage pour la mafia...

Le temps presse et Perez semble prendre tout son temps... Une guerre des nerfs pour nos agents du FBI et pour le lecteur !

 

 

 

Tentation : Mon coup de coeur pour Seul le silence du même auteur

Fournisseur : Ma PAL !

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : ( vendetta = vengeance en Italien) Ellory confirme ici sa maestria du récit. Car même si Vendetta comporte certains éléments que je n'aime pas trouver dans un roman, il faut bien avouer que j'ai été agrippée par  ce livre à l'atmosphère étouffante et au suspens implacable.

Ma relative aversion pour les pavés commence à être connue de tous.... je fais une ou deux exceptions dans l'année, Vendetta en est une. Et pourtant, je maintiens.... Pourquoi autant de pages ? Franchement, 200 pages de moins n'aurait pas nuit à mon intérêt, au contraire, j'aurais alors octroyé  à ce livre les 4 étoiles que son sujet mérite. Mais je me suis souvent lassée des états d'âmes conjugaux très redondants de notre agent Hartmann et des inquiétudes familiales de notre mafieu Perez, toutes aussi répétitives, même dans les mots choisis pour en parler. A mes yeux, c'est le premier bémol de ce livre.

Un 2ème bémol pour la route.... La profusion des personnages, tant dans les forces de l'ordre que du côté de la mafia, qui m'ont un peu perdue et fait survoler quelques passages qui ressemblent à un listing de noms et de titres mafieux. Certes, Ellory voulait écrire un roman sur la mafia et, manisfestement, il s'est excessivement bien documenté et maîtrise son sujet à la perfection... Mais l'aspect documenté est parfois trop visible.

Mais mais.... Vous lirez ce livre car malgré mes bémols, Vendetta est un monument ! Tout d'abord, les atmosphères....

Celle de la Nouvelles Orléans, de la Havane, de Chicago, de Miami, de New York... et même du bureau où Hartmann reçoit les confessions de Perez : on y est. On transpire à cause du climat, on tousse à chaque cigarette allumée, on perçoit les cris du carnaval, on  grelotte dans les rues de Chicago et malgré cela, à chaque page, c'est une certaine touffeur qui règne.

Ce roman vous fait traverser un demi siècle.... de l'histoire des Etats Unis et de Cuba. Où l'on voit Castro se saisir du pouvoir peu à peu, Kennedy se faire assassiner, Nixon avoir quelques aqua soucis... Et Ellory qui y va de ses hypothèses... Et si la mafia n'était pas loin de tout  cela ?

Vendetta est bien sûr une plongée dans le monde de la mafia, est même si cet univers est à l'opposé de notre culture, de nos valeurs, il s'immisce en nous comme une fascination. Surtout que le mot mafia est très peu usité dans le livre, remplacé bien sûr par le mot " La famille", et la Cosa Nostra (cette chose qui est la nôtre). Et Ellory est assez fort pour ne pas juger et nous amener à nous interroger. Car franchement, au cours de ma lecture, je me suis demandée si ces hommes autant craints qu'admirés, qui justifient tout par une loyauté sans faille à La Famille, ne sont pas pour la plupart des moutons sans cervelle, qui suivent un mouvement bien encadré.... Ou bien des hommes morts de trouilles à l'idée de s'affranchir d'une famille enfermante (il y a d'ailleurs je pense dans cette notion de famille mafieuse un parallèle possible avec les effets d'une famille lambda disséquée dans tout cabinet de psy !)

Même Perez, ce tueur à gage qui nous raconte parfois dans le détail tous les crimes qu'il a commis, on ne sait pas si on finit par l'admirer (pour son sang froid, sa culture et "sa présence", si on doit le plaindre ou le détester... Mais finalement, un attachement apparait parfois pour disparaitre plus tard. Rien n'est figé, rien n'est immuable. Et c'est une sensation de lecteur très intéressante.... Ne pas savoir ce que l'on ressent pour un personnage, gênés que nous sommes par nos valeurs...

Enfin, the last but not the least, un final grandiose, inattendu, même si un peu aidé par une relative incompétence du FBI qui a bien arrangé notre auteur..... Mais dans les 20 dernières pages, vous réaliserez qu'Ellory vous a baladés pendant les 740 premières. Un coup de bluff génial. Chapeau l'artiste ! Une Vendetta sacrément subtile !

 

 

"Le recul est un outil extraordinairement efficace pour déterminer le bien-fondé d'une décision, malheureusement, il est alors toujours trop tard"... "Ce qui est parfait à un moment précis ne le sera pas nécéssairement 5 minutes plus tard. Il y a toujours la variable ultime : Les gens."

 

"Malgré tout ce qu'il avait fait, Perez n'avait jamais prétendu être autre chose que lui même"

 

"L'âge est un juge et une cour et un jury. Vous vous tenez face à vous même et vous voyez votre vie comme si elle était une pièce à conviction dans un procès. Vous vous interrogez, vous vous posez des questions et attendez des réponses et quand vous avez fini, vous délivrez votre verdict".

 

"Le recul est lui aussi un juge, mais il est biaisé et ne montre pas les choses telles qu'elles étaient sur le moment. C'est un paradoxe"

 

L'année dernière, R.J Ellory a eu l'extrême gentillesse de répondre à mes questions

ICI en VO et LA en VF

 

 

Challenge Thriller

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 27 Juillet 2011

Thriller - Editions Pocket - 472 pages - 7.90 €

 

 

Parution en fomat poche en mars 2010

 

 

L'histoire : Jusqu'à quel point connaît-on vraiment son enfant ? Mike et Tia ne cessent de se poser la question : leur fils Adam, seize ans, a changé. Réfugié dans sa chambre, il ne quitte plus son ordinateur. Malgré leurs réticences, ils se décident à installer un logiciel de contrôle.

Un jour, un mail inquiétant. Et Adam disparaît. Sans un mot…

C'est alors que tout bascule

 

 

 

 

 

Tentation : Coben = Label de qualité

Fournisseur : Ma PAL !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

 

 

Mon humble avis : Pas de doute, ce livre est un bon cru de l'auteur mais il ne reste pas très longtemps en bouche. Donc je n'en ferai pas un millesime.

"Sans un mot" est un roman "indépendant" dans l'oeuvre d'Harlan Coben. A savoir que l'on n'y retrouve pas Myron Bolitard, le héros récurrent de l'auteur. Ce qui est pour moi (et je ne suis pas la seule)  un critère de selection !

Une plongée dans un thriller de Coben vous garantit toujours la captivité volontaire d'une intrigue haletante, un livre scotché à la main, scotché au double face ! "Sans un mot" ne déroge pas à la règle, même si, sur mes étagères, reposent d'autres Coben bien plus paroxystiques.

Le sujet de fond de ce roman est très actuel, il aurait d'ailleurs été improbable il y a une quinzaine d'années. Jusqu'à quel point des parents doivent surveiller, voire espionner leurs enfants. Où s'arrêtent l'éducation et la sécurité et où commencent l'intimité et l'expérience d'un adolescent... Il est vrai que "de mon temps", les parents avaient aussi peu de moyenspour fliquer leur progéniture que celle-ci n'avait d'espace personnel insaisissable par ses aînés. Par d'internet, pas d'ordinateur dans chaque chambre, pas de facebook ni de twitter. Pas même de téléphone portable individuel, mais un vieux combiné au beau milieu du foyer familial... Alors oui, ce sujet donne d'intéressantes réflexions et une base d'intrigue plus qu'honorable. J'ai cependant regretté quelques redondances et des digressions trop nombreuses, qui ralentissent l'ensemble, cassent le rythme et ôtent un certain naturel. Comme souvent dans ce genre de livre, 50 pages de moins c'est une intensité "plus intensive" !!!

Autre point négatif... J'aurais préféré que l'histoire ne se déroule pas dans une Amérique si parfaite d'apparence : belle banlieue new yorkaise, maman avocate, papa forcément chirurgien très réputé.... Bref, pas nécessaire pour  passer le message : ce genre d'histoire arrive dans tous les milieux, méfiez vous de l'eau qui dort.

J'ai été admirative devant la maestria de l'auteur à construire son intrigue, à poser des personnages qui paraissent si éloignés. On se doute qu'il existe un lien entre tout ce petit monde, mais lequel ? Et franchement, c'est un pur plaisir d'assister à cet entrelacement qui devient un gros noeud qui sera dénoué patiemment fil après fil, avec des rebondissements et des fausses pistes qui ne font que resserrer un noeud tel qu'il ne tiendrait même pas dans un sac. Je suis admirative de ce professionnalisme, même si ce terme semble limiter aussi la spontanéité, c'est tout de même sacrément bien ficelé... Mais cela fonctionne bien, cela captive et distrait. Et puis imginez... j'ai voulu finir ce livre lors d'un trajet en train... A l'arrivée, il me restait 20 pages à lire... Comme j'étais attendue, j'ai du patienter jusqu'au milieu de la nuit pour finir ma lecture !!! Oui, des fois, on aimerait que le train prenne du retard !!! Même si j'ai connu bien plus thrillant chez Coben !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0