Articles avec #thrillers polars etrangers tag

Publié le 19 Mai 2020

Thriller, Allemagne, Littérature Allemande, Le chasseur de regards, Sebastian Fitzek, avis, chronique, blog

Thriller - Editions Livre de Poche - 456 pages - 6.50 €

Parution d'origine aux Editions de l'Archipel en 2014

L'histoire :  Alexander Zorbach, reporter dans un grand quotidien berlinois, a déjoué les plans du tristement célèbre Voleur de regards, un psychopathe ayant assassiné plusieurs enfants avant de leur prélever l’œil gauche. Mais ce dernier s’est évaporé dans la nature. Avec une nouvelle proie : Julian, le propre fils de Zorbach... Dans le même temps, l’un des meilleurs ophtalmologues du monde est soupçonné d’avoir pour le plaisir découpé les paupières de plusieurs femmes. Qui sont ces monstres ? Pourquoi une telle fascination morbide ? Zorbach, s’il veut retrouver son fils, va devoir se muer en chasseur...

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

 

Mon humble avis : Depuis mes lectures des excellents Thérapie et Ne les crois pas, je gardais le souvenir d'un Sebastian Fitzek maestro du thriller (allemand). Aussi, je frétillais d'avance de plaisir en piochant récemment "Le chasseur de regards" dans ma PAL !

Hélas j'ai vite "défrétaillé"... même si j'ai vraiment frissonné d'horreur, de trouille et de dégoût. Les serial killers qui sévissent  dans ce roman sont vraiment tarés jusqu'à l'Iris et plus qu'inquiétants ! Le fond de cette très sombre histoire est bien pensé, le suspense nous accroche à chaque page, espérant que chaque "très mauvaise situation" se termine au plus vite et dans le bon sens. Donc oui, Sebastien Fitzek a tout de même quelques arguments, rebondissement, faux-semblants pour tenir son lecteur en haleine avec ce titre. Oui mais...

En prologue, l'auteur prévient le lecteur que cet opus est la suite "Du Voleur de regards", mais que chaque titre peuvent être lus indépendamment (je confirme). Cependant, en commençant par le deuxième titre, l'intérêt du premier s'en trouvera naturellement diminué. Pas grave pour moi. Ce chasseur de regard ne me donne ni l'envie de lire le voleur de regard, ni le regret de ne pas en avoir pris connaissance.

En fait, cette lecture m'a parue parfois laborieuse, et donc pas du tout fluide. Nombre de fois il m'a fallu relire certaines phrases pour être sûre de les avoir saisies. En fait, le style m'a semblé mauvais (peut-être est-ce dû à la traduction ?) et le choix narratif assez scabreux, bref maladroit et de ce fait, pas si plaisant que ça : Alternance de chapitres où s'exprime Zorbach à la première personne du singulier et d'autres où c'est l'auteur qui raconte à la troisième personne. Les dialogues sont très caricaturaux et parfois improbables vues les situations vécues (donc agaçants), les ruminations des personnages alors qu'ils subissent un enfer semblent souvent hors de propos, et la psychologie développée ici ne va pas plus haut qu'un zinc de comptoir. A plusieurs reprises, je me suis dit "comme par hasard".

Quant à la fin... Et bien elle a deux visages. L'une très attendue et l'autre, très surprenante dans le bon sens du terme. Donc pas si mal. Dommage que deux personnages soient oubliés de cette fin... comme s'il manquait des pièces au puzzle.

Une lecture en demi-teinte pour moi que ce Chasseur de regards un peu brouillon. Mais, en fonction des super souvenirs que j'avais des romans de Fitzek, je dois dire que je suis globalement déçue.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 1 Mai 2020

Littérature, Polar, thriller, Atlantis, Atlantide, mythe de l'Atlandide, David Gibbins, roman

Thriller - Editions Pocket - 532 pages -  8.40 €

 

Parution en 2007

L'histoire : Après de surprenantes découvertes archéologiques au large de la Grèce et dans des tombes Egyptiennes, une équipe de scientifiques et d'archéologues partent à la recherche d'un site qui pourrait bien être la fameuse cité engloutie de l'Atlandide... Mais attention, en mer Noire, il faut aussi compter avec de nombreux dangers et d'autres prétendants aux trésors, prétendants violents et prêts à tout pour s'enrichir personnellement, et non pour enrichir l'Histoire. C'est donc une aventure aux origines de la civilisation qui attend nos comparses, si toutefois ils surmontent tous les obstacles et usent de tous leurs connaissances réunies.

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

Mon humble avis : Cela fait longtemps que je n'ai pas mérité une telle médaille du mérite... Celui de la persévérance pour finir un roman qui ne me plait pas, voire même dont la lecture m'abrutit... même si j'y trouvais tout de même un peu d'intérêt... enfoui sous des tonnes de sédiments et limon (oups, de détails)

La couverture Italienne de ce roman annonce un mélange du "Da Vinci Code" et d'Indiana Jones. Aussi je me suis dit, en plein confinement : chouette, une intrigue complexe et de l'aventure, voilà qui est parfait. Sauf que non...

David Gibbins est docteur en archéologie à Cambridge, donc il maîtrise évidemment très bien son sujet, sauf que j'ai comme l'impression qu'il oublie de se mettre un peu au niveau de son lecteur. En fait, l'action en elle-même occupe peu de pages dans ce roman. Le reste n'est que descriptions ultra précises (type mode d'emploi) et soporifiques de technologies et techniques diverses : sous-marines, archéologiques, nucléaires, militaires et armements (après une telle lecture, on connait de débit de balles de chaque arme sur terre, la vitesse de chaque hélicoptère, les spécificités des sous marins nucléaires russes, la flottabilité de certains navires, j'en passe et des meilleures, ou des pires...). De ce fait, il me semble que jamais de ma vie je n'ai sauté autant de paragraphes, voire de pages, pour parvenir en santé mentale correcte en fin de roman.

Et pourtant, ce thriller part d'une bonne et excitante idée  ( l'Atlandide, non mais, tout de même !) et pourrait permettre un enrichissement culturel et historique personnel. Mais là encore, trop de détails tuent l'intérêt. De plus, dans ce genre de roman ultra documenté mais qui reste tout de même de la fiction, j'en arrive souvent à ne plus savoir ce que je dois prendre pour vérité historique absolue ou pour imagination romanesque. "Atlantis" évoque tant de périodes historiques que personnellement, j'étais souvent perdue, malgré mon envie de me situer (on passe - dans le désordre et j'en oublie - par la période glaciaire, le néolithique, le néolithique supérieur, l'âge de bronze, la préhistoire, l'antiquité, l'époque minoenne, l'époque mycenienne, les différentes peuplades indo européennes, la Grèce continentale, la Crète, l'Egypte, Théra (santorin) etc.... On y trouve aussi Platon, Moïse , Noé... Sauf que perso, j'étais paumée sous la tonne de détails, sans savoir si ceux-ci étaient du lard ou du cochon.

Le style est assez pauvre (sauf dans le vocabulaire technique où il excelle) et les dialogues sont parfois navrants... Peut-être est-ce lié à la traduction. 

Après une petite recherche, il semble que David Gibbins soit un écrivain prolifique, dans des romans du même genre. Je vais m'arrêter là, je ne suis pas maso au point de replonger, même si j'ai sans doute appris quelques petites choses, combien de temps vont elles me rester en mémoire ?... Dommage, le sujet m'excitait vraiment. Peut-être que les passionnés d'archéologie, d'Histoire très ancienne et des technologies nécessaires à ces découvertes s'y retrouveront plus au point d'apprécier cette lecture, voire de se passionner pour ce roman qui s'approche plus de la thèse à haute teneur scientifique que du thriller divertissant. Peut-être. Mais de mon côté, j'ai frôlé l'ivresse de la profondeur de l'ennui presque mortel, au point de risquer le caisson de décompression !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 7 Avril 2020

thriller, Etats Unis, Echo Park, Michael Connelly, blog, avis, chronique

Polar - Editions Points - 429 pages - 10.70 €

Parution d'origine aux Editions du Seuil en 2007 

 

L'histoire : Depuis 13 ans, l'officier Harry Bosh ressort régulièrement le dossier du meurtre de Marie Gesto et reprend l'enquête. Il espère toujours retrouver l'assassin et le corps de la jeune femme.

Dans un autre service de la police de L.A, un tueur en série juste arrêté avoue parmi plusieurs meutres, celui de Marie. Contre un marché avec les institutions, il se dit près à amener la police auprès des restes du corps.

Le soulagement de Bosh est de courte durée, car il se méfie de cet aveu, un peu trop beau pour être honnête. La suspicion de Bosh se révèle très vite de bon aloi et celui-ci n'est pas près d'aller au bout des surprises, ni de l'horreur (suggérée très ponctuellement mais pas décrite avec complaisance)

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : Echo Park (quartier de Los Angeles), est un excellent polar, extrêmement bien ficelé, qui ne manque pas de rebondissements, de fausses / bonnes pistes... qui rende sa lecture addictive et exclusive... C'est un de ses romans qui rend le reste de votre vie secondaire, même si primordial dans la logique des choses... La lecture étant un hobby, elle devrait passer après le reste ! Mais non, pas avec une telle histoire. 

Je ne suis pas une adepte de Connelly, puisque ma dernière lecture de ce redoutable auteur de polars américain remonte à une vingtaine d'année. Mais sa réputation étant, en piochant un de ses opus dans une PAL, on est sûr de ne pas faire d'erreur.

Ici, nous accompagnons Harry Bosh, qui semble être un personnage récurrent de Connelly. J'imagine qu'avec Echo Park, nous croisons des personnages sans doute entrevus dans des tomes précédents ou suivants.

Bon, les descriptions précises de la ville de L.A, pour qui ne la connaît pas du tout et ne peut donc pas visualiser, sont parfois un peu de trop. De même, THE moment qui fait basculer l'histoire et donne un sacré coup d'accélération manque un peu d'originalité pour ce genre littéraire.

Il n'empêche, l'enquête est diligentée de façon captivante et vraiment intéressante pour le lecteur. Nous sommes dans une enquête où presque tous les protagonistes semblent être borderline par rapport à la loi, la légalité. Après, borderline pourquoi pas, si c'est pour que la justice gagne.... A chacun de voir quel chien il choisit de nourrir : le bon ou le mauvais chien que chacun porte en soi.  Le doute peut peser sur chacun d'entre eux, dans cet environnement policier de L.A où corruption et politique ne sont jamais très loin, et parfois très entremêlées. A Bosh de démêler tout cela, de se méfier des apparences, plus ou moins dans les règles de l'art, tantôt chasseur, tantôt proie, mais toujours fidèle à lui-même... Pour le plus grand plaisir des lecteurs.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 5 Février 2020

Mortelle protection, Robert Crais, thriller, polar, avis, chronique, blog

Thriller - Editions Pocket - 436 pages - 7.90 €

Parution d'origine chez Belfond en 2008

 

L'histoire : L.A : Suite à un léger accident de voiture, la jeune Larkin Conner Barkley, fille d'un richissime homme d'affaires, se retrouve embringuée dans une histoire qui la dépasse et témoin dans une affaire fédérale et donc sous protection du FBI... Protection qui semble bien inefficace, vue le nombre de fois où Larkin échappe de peu à la mort. Son seul gage de survit désormais est d'accepter la protection et les méthodes de Joe Pike, ancien marine, policier du LAPD, et mercenaire, reconverti dans le privé. Si elle suit ses méthodes, peut-être restera-t-elle en vie alors que tout son entourage ne semble pas inspirer confiance. Le "trip" commence !

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : Bien m'en a pris de piocher ce thriller dans ma PAL ! Dévoré très vite car dévorant lui-même !

Mortelle Protection est le genre de thriller qui devient le centre de votre vie sitôt que vous avez lu les premières pages. Ultra addictif et très agréable à lire. La tension vient du suspense, de l'action, du rythme qui ne faiblit jamais et des multiples rebondissent dans cette étrange histoire. En effet, ne se suffisant pas de son rôle de garde du corps, Joe Pike enquête avec l'aide de quelques amis et relations, afin de découvrir qui en veut réellement à la vie de Larkin et pourquoi. Tout le monde ou presque est de plus en plus louche dans cette histoire, et même le FBI dont les agents semblent, à tort ou à raison, un peu ripoux. Mais pourquoi ? Bref, Joe et Larkin ne peuvent plus se fier à personne ou presque.

Joe Pike est un homme sombre est super entraîné... Dans ces pages, il nous livre comme un manuel de survie en milieu urbain hostile ! Certes, les personnages semblent un peu caricaturaux parfois, même s'il leur arrive de temps en temps de tomber la carapace. Dans les descriptions de Larkin qui sont faites au début (et si l'on prend en compte l'époque de parution du roman), on ne peut que penser à Paris Hilton ! Mais se méfier des apparences !

Ce thriller est extrêmement bien ficelé et efficace, comme les américains savent le faire, et important à préciser sans scènes insupportablement gores ou autre. Certes, quelques cadavres s'accumulent, mais nettement, le plus souvent d'une balle dans la tête ! Donc nuit blanche potentielle car lecture captivante, mais non par cauchemar.

Bref, Mortelle Protection ressemble à ces films qui déménagent que j'affectionne parfois pour me distraire mais avec une bonne dose adrénaline, qui me clouent à mon fauteuil. De bons thrillers d'action, qui misent sur le rythme et les surprises et non sur l'angoisse grandissante du spectateur ou du lecteur comme le font certains thrillers plus psychologiques.

En fait, je regrette un peu de m'être éloignée du genre thriller ces dernières années, même si j'en ai bien empilé ! Je recommande donc Mortelle Protection, entre deux lectures plus "lourdes" !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 16 Janvier 2020

Thriller - Editions Lizzie - 9h56 d'écoute - 21 €

Parution d'origine chez Sonatine en octobre 2018

L'histoire : Callie et Tilda sont soeurs jumelles sans ressemblance. Londoniennes toutes les deux. Callie, libraire à temps partiel, vit depuis toujours dans l'ombre de Tilda, actrice qui commence à être réputée. Les deux soeurs sont proches, presque fusionnelles, jusqu'à ce que Tilda rencontre Félix, un riche banquier. Le comportement de Tilda se métamorphose alors que Félix pourrait paraître violent et dominant... Callie voit cela de l'extérieur, s'inquiète et se renseigne sur forums spécialisés dans la violence domestique... Quelques mois plus tard, Félix est retrouvé mort, à priori d'une crise cardiaque...

 

Tentation : Envie d'un bon thriller

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Voici un bon thriller british très psychologique, qui, sans être vraiment palpitant, reste très captivant. Pas de nuit blanche ni de suée, mais de l'observation, de l'attention, la recherche du détail... Pas non plus de grande originalité dans le postulat de base : deux soeurs jumelles... le sujet est bien exploité en littérature. La richesse de ce roman tient d'abord dans l'extraordinaire psychologie des personnages, vraiment travaillées, approfondie, maîtrisée et évidemment à sa construction et son dénouement !

Le suspense est toujours latent, même si l'on sait dès le premier chapitre que Félix va mourir. Cette mort limpide pour la police mais suspecte pour nous lecteurs advient presque aux deux tiers du roman, ce qui, quelque part, donne relance l'histoire. Cette mort tardive n'enlève rien à l'intérêt de l'oeuvre. Certes, j'y ai trouvé quelques petites longueurs - mais celles-ci sont peut-être nécessaires pour bien poser le caractère paradoxal des deux héroïnes - et à la fin, il m'a semblé qu'il me manquait deux ou trois petites explications finales, à moins que ce ne soit ma mémoire qui me fasse défaut.

En tous cas, cette histoire machiavélique est sacrément bien construite. Le doute est PERMANENT et change à chaque fois de cible, ou de victime. Callie est la narratrice, alors on est en droit de se demander si elle est objective et libre à elle d'éventuellement nous balader comme elle le veut. Donc méfiance, faut-il croire tout ce qu'elle dit ? Mystère. Régulièrement, Jane Robins lâche détails, informations ou anecdotes qui ne font que renforcer ou relancer notre incertitude.

Il faut tout de même dire que l'on se rend bien compte que chacune des soeurs est bien particulière (je ne spolierai pas !) et aucune ne semble être vraiment équilibrée. Manipulation ? Paranoïa ? Harcèlement ? Jalousie ? Obsession ? Vous le saurez en lisant ce livre... En vous méfiant des illusions. On peut avoir des illusions, se faire des illusions ou encore donner l'illusion de...  

Tentez de garder la tête claire pour découvrir qui, des deux soeurs, est la plus folle quelque part !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 27 Décembre 2019

Anatomie d'un scandale, littérature anglaise, thriller psychologique, Sarah Vaughan

Thriller - Editions Audiolib - 11h40 d'écoute - 20.60 €

Parution d'origine aux éditions Préludes en janvier 2019

L'histoire : James Withhouse, homme politique connu, député et meilleur ami du premier ministre, est accusé de viol. Kate, avocate (conseillère de la Reine), se voit confier la mission d'obtenir la condamnation de l'homme devant la cours. Kate y mettre tout son coeur, toute sa force, toute sa personne.

De l'autre côté, il y a Sophie, l'épouse de WhiteHouse avec qui elle forme ce si beau couple parfait, chouchous des médias etc... Va t-elle soutenir son mari ? Et si oui, jusqu'à quand ? Qu'est-ce qu'une épouse peut accepter de son mari sans se renier ? Et derrière cette accusation, y a-t-il d'autres secrets enfouis ?

Tentation : Pourquoi pas, envie d'un thriller psychologique !

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Quatrième de couv et description de l'oeuvre évoquent un bestseller international, un thriller psychologique et domestique sulfureux, ténébreux et puissant.

Mouais, après lecture (ou écoute) je dirai ce que ce "thriller" est un peu survendu. Certes, il est intéressant et agréable à écouter, mais on ne peut pas dire que l'adrénaline monte beaucoup. Par contre, le blabla prend pas mal de place, et qui dit blabla, dit longueurs et répétitions. En même temps, le blabla est difficilement contournable quand presque un tiers du roman se déroule dans une salle d'audience anglaise, dans un procès retentissant, qui fait couler beaucoup d'encre et ou deux avocates bataillent pour leur objectif : accuser ou innocenter. Et évidemment, le lecteur est pris dans l'histoire, puisqu'il veut "savoir".

Ce roman surfe sur l'époque #meetoo en se penchant avec justesse et profondeur sur la question, qui peut être délicate et très ténue, du consentement dans une relation sexuel. Oui, la marge qui peut faire basculer un acte sexuel en viol est très fine, comme le fil d'un rasoir. Autre sujet important que Sarah Vaughan développe dans cette histoire : la vérité, ce qu'on en fait, l'idée que l'on en a, comment on la transforme, sciemment ou inconsciemment.

Que dire d'autre, sinon que le récit nous emmène régulièrement dans le passé, en 1993 exactement, où certains des protagonistes de l'affaire étaient alors des étudiants d'Oxford, jeunesse dorée, née avec une cuillère en argent dans la bouche, et promise à un bel avenir. Et pour garantir cet avenir, il semble que tous les coups sont permis. Cette immersion Oxfordienne m'a intéressée, même si elle m'a souvent répugnée. A part cela, Sarah Vaughan nous plonge dans le coeur d'un couple, autant ordinaire qu'extraordinaire, puisque nous sommes dans les hautes sphères politiques, où la jeunesse d'Oxford a pris quelques rides mais beaucoup de pouvoirs. A-t-elle pour autant gagné en sagesse ?

Un roman intéressant mais pas aussi captivant et transcendant que l'on peut l'espérer d'une oeuvre estampillée thriller psychologique.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 8 Août 2019

Thriller - Editions Livre de poche - 402 pages - 7.60 €

Parution d'origine chez Calmann-Levy en 2013

 

L'histoire :  Accusé du meurtre de sa femme et de ses enfants, Robert Dell comprend que c'est à sa vie qu'en veut Inja Mazibuko, le flic et chef zoulou qui l'a arrêté. Désespéré, il s'attend au pire lorsqu'il est kidnappé par son père, ancien mercenaire de la CIA, bien décidé à rendre justice lui-même. Commence alors une traque infernale à travers une Afrique du Sud où la violence côtoie la misère et l'archaïsme tribal. Dans sa quête de vengeance, Dell croisera le chemin de Sunday, une adolescente prête à tout pour échapper au mariage forcé auquel elle est destinée, et de Disaster Zondi, un ancien flic.

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Ma CB

 

Un thriller sud-africain qui déménage ou qui dégomme !

Mon humble avis : Lire ce thriller quelques semaines avant de s'envoler pour l'Afrique du Sud est aussi intelligent que de regarder Midnight Express la veille de partir pour la Turquie (ce que je fis il y a plus de 20 ans)... Ce qui veut tout dire... Le sable était brûlant n'engage pas vraiment à fantasmer sur ses prochaines vacances.

Pourtant, l'histoire tient vraiment la route, captive, fait trembler, retenir le souffle, tourner les pages sans s'en rendre compte. Bref, le roman se dévore tout de même, comme tous bons thrillers. Il ne s'agit pas d'une enquête, mais d'une fuite, de traques et de vengeances...Vengeances du passé, du présent, tout se mêle, simplement... Rien de compliqué ici.

Sauf que c'est une image très violente de l'Afrique du Sud qu'offre ce roman, une image un peu à la Tarantino. Je n'ai pas compté le nombre de cadavres ni les exécutions sommaires gratuites ou non, de bipèdes comme de quadrupèdes.  Je n'ai pas dénombré non plus les fois où le mot "sang" ou les expressions "odeurs pestilentielles" ou "haleines fétides" sont utilisés. Tout cela pour dire que le vocabulaire et certaines situations sont assez répétitifs.

C'est une Afrique du Sud toujours en proie au racisme, au pot de vin, à la corruption, aux inégalités, à la pauvreté qui est décrite ici. Le Sida y est aussi évoqué (l'Afrique du Sud serait le pays où le VIH serait le plus virulent), tout comme les pauvres, insipides et inadaptés moyens de luttes (des flyers écrits en Anglais et distribués à des analphabètes dans des coins du monde où les sorciers zoulous prescrivent comme remède radical au VIH le mariage avec une jeune vierge. On approche une certaine culture zoulou que certains zoulous eux-mêmes trouvent désuète et l'auteur montre du doigt les villages zoulou soit disant traditionnels, maintenu ainsi pour les touristes armés d'appareil photo, où tous les figurants renfilent leurs jeans et retournent à leur vie de misère une fois le rideau baissé.

Au final : un bon thriller si vous ne craignez pas le brutal, la poussière et le sang et si vous ne comptez pas passer vos prochaines vacances en Afrique du Sud.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 17 Juillet 2019

Thriller - Editions Nouvelles Plumes - 223 pages - 5.90 €

Parution d'origine aux éditions Métaillé en 1998

L'histoire : J. est prof à l'université Autonoma de Madrid et également, grand critique littéraire. Il aspire à devenir lui aussi un écrivain reconnu, mais chaque fois qu'il se met au travail, c'est la page blanche, l'alcool etc...

Jusqu'au jour où l'une de ses étudiantes lui demande humblement de lire le roman qu'elle a écrit.  La vie de J. bascule jusqu'à l'inimaginable.

*

 

Tentation : Titre et pitch

Fournisseur : Ma CB

Mon humble avis : Je vais commencer par exprimer ma colère envers éditeurs et libraires... Editions Nouvelles Plumes, livre placé sur les tables centrales de la librairie, en l'achetant, je me dis que j'ai de fortes chances de lire une oeuvre relativement récente. Et bien non, c'est une réédition de réédition de réédition, le roman étant paru pour la première fois en 1998, il y a donc plus de 20 ans, ce qui n'est indiqué nulle part sur l'objet. Le film qu'il a inspiré a lui aussi plus de 15 ans. Bref, ça m'énerve parce que j'ai l'impression d'être prise pour un pigeon en achetant ce bouquin, car ce bouquin a déjà eu mille fois sa chance alors que d'autres auteurs de talent ne sont jamais édités.

Du coup, ma colère ne m'a pas quitté de toute ma lecture, puisque je me suis vite rendu compte de la supercherie puisque la monnaie peseta arrive vite dans le texte... Et du coup, on sent une ambiance différente,  nous sommes dans les années 90, far away des 2010 qui s'achèvent. Aussi mon ressenti de lecture est peut-être altéré par mon irritation.

L'histoire est sympa et se lit vite, c'est un bon point. Mais à notre époque, son déroulé ne semble pas si original que ça, et une impression de déjà lu s'installe un peu. Le personnage principal n'exerce aucune empathie sur le lecteur, il est même détestable et répugnant, tout narrateur qu'il est. Il part dans une logique et une obsession criminelle terribles. Certes, le rythme est trépidant mais les propos assez redondants. Quant au style, rien d'exceptionnel... Oui mais tout cela semble être choix et objectif de l'auteur, puisque dans l'histoire, il justifie le fait que ce roman n'ait pas la prose d'un chef d'oeuvre. Ce roman doit sûrement se lire au second degré, l'éditeur annonçant en 4ème page que l'auteur manie parfaitement le grotesque, l'horreur, le pathétique et l'humour. Or, ma colère aidant, je suis restée sur le plancher des vaches. Cela ne m'a pas empêché d'être prisonnière de cette histoire et de vouloir en connaître l'issue. J'ai apprécié une réflexion du narrateur... Comment un criminel non punit par la loi peut-il de ce fait avoir confiance en la justice et l'ordre sociétal, sans se sentir en danger perpétuel. Après tout s'il est libre, alors d'autres criminels le sont aussi... Alors notre narrateur va développer une paranoïa de tous les instants.

 Voili, voilou.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 19 Juin 2019

Thriller - Editions Sixtrid - 12h00 d'écoute - 19.90 €

Parution d'origine aux éditions Point en 2006.

 

l'histoire :  Mpayipheli, véritable force de la nature, est un ancien tueur a gage du MK,  et du bloc de l'Est où il a été formé. Depuis deux ans, il s'est racheté une conscience et une vie tranquille, loin de toute brutalité : un job tranquille, une compagne et l'enfant de celle-ci. Un jour, il reçoit la visite de la fille d'un vieille ami, qui lui demande de porter un disque empli de  "secrets d'états" jusqu'à Lusaka pour sauver son père, retenu en otage là-bas. Mpayiphéli , par dette envers son ami, accepte la mission et se retrouve alors victime d'une véritable course poursuite entre lui et divers services secrets, à travers toute l'Afrique du Sud.

Tentation : Afrique du Sud

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Je poursuis ma découverte de la littérature sud-africaine. Certes, je choisis pour l'instant la facilité et le distrayant avec le genre thriller. Déon Meyer étant l'auteur sud-africain le plus réputé dans les polars, me voici donc à entrer dans cette "âme du chasseur".

Et bien pour que ce qui est de la facilité, avec l'âme du chasseur, je peux aller me rhabiller. Grosse erreur, ce roman est tout sauf aisé à lire ou à écouter... Je pense même que le format audio n'a pas facilité mon appréciation... Ne pouvant pas enregistrer visuellement les noms (et l'orthographe) des personnages ultra nombreux. Les premiers chapitres ont failli mener à mon abandon, tant je ne saisissais rien ni n'imprimais personne.

En fait, plus qu'un thriller, cette histoire est plutôt de l'espionnage, avec différents services mêlés, officiels ou non. Même la CIA est présente. En fait c'est bien simple, je n'ai rien compris à cette opération d'espionnage, ni le pourquoi ni le comment... Aussi, j'ai envie de dire... Tout ça pour ça...

Certes, il y a, comme dans tous bouquins du genre, un suspense qui conduit à poursuivre la lecture. Certes, le personnage de Mpayiphéli est attachant et intéressant. Certes, il y a l'Afrique du sud et sa complexité post apartheid en toile de fond, mais ça ne m'a pas suffi du tout. Car il y a ce méli-mélo d'opération d'espionnage. Et les moult répétitions dans les monologues intérieurs des personnages. Et de longs passages qui se résument à des descriptions dignes d'une carte routière (genre sur la N1, à l'embranchement, une route à droite, une route à gauche etc...

Pourtant, ce roman reçoit beaucoup d'éloges, dont ceux des grands maîtres du thriller made in USA. Mais il faut que je me fasse une raison, ma rencontre avec Déon Meyer frôle l'échec total.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 10 Mai 2019

Polar, policier, enquête, afrique du sud, roman, avis

Polar - Editions Point- 256 pages - 6.80 €

 

Parution d'origine aux éditions Phébus en 2006

 

L'histoire : Dans un Township près de Johannesburg, un samedi matin,le corps d'un jeune noir est découvert, atrocement mutilé, et le visage arraché.... Et ces macabres découvertes vont se poursuivre sur plusieurs semaines, toujours le samedi, mais dans des endroits de plus en plus osés, public et audacieux... Cette série de meurtre dérange, d'autant plus que l'Afrique du sud est en pleine période électorale. Le capitaine Zondi, noir issu des township, se lance corps et âme dans cette enquête qui l'emmènera jusqu'au plus profond des ténèbres blanches....

Tentation : Pitch + Afrique du Sud

Fournisseur : Ma CB

 

 

Un polar sud-africain, qui se déroule en Afrique du Sud, écrit par un sud-africain !

 

Mon humble avis : Je voulais lire un thriller/polar qui se déroulerait en Afrique du Sud. J'ai été servi, ce polar est très prenant. Mon seul et unique bémol sont les astérisques très nombreux qui renvoient à un sommaire en fin de roman pour toutes expressions typiques, symboles, initiale, mots afrikaans ou zoulou... Ceux-ci coupent un peu la lecture, leur signification en bas de page aurait été bien plus judicieuse. D'autant que ces astérisques ne mènent parfois à rien dans le sommaire en ordre alphabétique.

A part ce détail, rien à reprocher à cette histoire écrite par un sud-africain en français, langue de ses ancêtres huguenots. Pour tout savoir sur les migrations des Huguenots (Européens d'origine) en Afrique du Sud, Wikipédia est votre ami !

L'histoire de "La mémoire courte" se déroule 10 ans après la fin de l'Apartheid... Et malgré les nouvelles lois et le nouveau gouvernement, les mentalités sont très longues à changer, à évoluer, à accepter tant l'égalité de droit que l'égalité de valeur sur l'échelle humaine de chacun. La situation reste donc très complexe en Afrique du Sud. Tout ceci est parfaitement expliqué par Louis-Fernidand Despreez, impartial envers quiconque, quelle-que soit sa couleur de peau. Ce polar est donc extrêmement instructif sur l'Histoire (de moins en moins récente évidemment), de cette nation arc en ciel. Les faits font remonter le capitaine Zondi jusqu'à l'époque de l'Apartheid et les années qui ont suivi et le mènent dans un présent tout aussi diabolique, où l'ignominie humaine atteint son summum, et où les peaux blanches ont l'âme encore plus noire que jamais.

Zondi est un flic très attachant, son portrait est généreusement développé et bien campé. La mémoire courte (celle qu'il faut pour vivre heureux) est donc un excellent polar, doublé d'un état des lieux très instructif de l'Afrique du Sud au milieu des années 2000. Ca aide à appréhender un pays aux 11 langues nationales et à des mentalités très complexes. Aussi, je ne peux que vous conseiller chaleureusement cette lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0