Articles avec #thrillers polars etrangers tag

Publié le 16 Août 2018

Thriller - Editions J'ai Lu - 378 pages - 8 €

 

Parution d'origine chez Flammarion en 2014

 

L'histoire : Il fait très chaud à Barcelone, et l'inspecteur Héctor Salagado n'a pas fini de transpirer. Tenu à l'écart du commissariat depuis qu'il a tabassé un suspect, Salgado se voit confier une mission officieuse par son supérieur : approfondir pour classer l'enquête sur le supposé suicide de Marc, un jeune Barcelonais, qui se serait jeté du haut de sa mansarde. Son supérieur connaît en effet la mère du défunt, qui refuse la version du suicide.

Salgado enquête donc dans la haute bourgeoisie et va vite réaliser que le mal prend sa source dans les racines du temps et les non-dits

 

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

 

Mon humble avis : Tiens, un thriller espagnol ! Ca ne court pas les rues, ni les librairies ! Et plus précisément, ce bouquin est même catalan... Ecrit par un auteur Catalan qui installe son intrigue à Barcelone. (MP : j'en connais au moins une qui va se dire "oh ça pourrait bien me brancher ça !)

L'été des jouets morts est donc un polar très agréable à lire, page turner évidemment, mais sans excès d'hémoglobine et qui ne terrifie pas avant de s'endormir. Un polar de style un peu rétro, qui ne mise pas sur le spectaculaire, ni sur des tonnes de détails pour prolonger suspense et plaisir, mais sur une trame bien approfondie et travaillée, qui ne s'égare pas. Bien sûr, il n'éclaire pas la plus belle face de l'humanité. Faut pas exagérer non plus. Si on lit un thriller c'est pour explorer la face obscure !

Ce roman donne la part belle à la capitale catalane, ses rues, ses ramblas, ses quartiers plus intimes, ses plages...  sans donner la version touriste mais celle du flic qui en arpentent les rues.

Comme je disais plus haut, rien de bien effrayant dans cette histoire, malgré les soi-disant suicides qui s'accumulent, les morts déterrées du temps. 

L'auteur nous offre deux enquêtes pour le prix d'une... En effet, le suspect tabassé par Salgado avant que le roman ne commence, disparaît mystérieusement avant la confrontation au tribunal... Ce suspect qui possédait le titre de "Docteur" était plutôt un marabout africain sans doute mêlé à un trafic de très jeunes filles. Cette disparition ne sert pas du tout Salgado, qui devient à son tour suspect tout en enquêtant sur l'étrange suicide de Marc. Salgado est le seul lien commun entre les deux enquêtes.

J'ai beaucoup aimé l'écriture de ce thriller, et notamment l'art et la manière (tous deux délicats et discrets) de l'auteur pour présenter ses personnages au fil du temps. Des petits détails deci-delà qui permettent de comprendre qui sont les protagonistes avec qui nous allons vivre durant quelques 380 pages. Jamais de paragraphes de 3 pages pour les décrire, mais vraiment, des petits cailloux semés un peu comme le Petit Poucet. Si je l'ai remarqué lors de ma lecture, c'est que cet aspect-là du talent de Toni Hill est vraiment remarquable ! LOL

L'enquête sur le suicide de Marc est passionnante à suivre... Elle nous fait pénétrer dans quelques familles de la haute société Barcelonaise, avec ses secrets, sa oisiveté, ses non-dits, ses rancoeurs, sa culpabilité, ses vengeances. Et sa jeunesse dorée qui se distrait de quelques rails de poudre... Les suspects ne manquent pas, reste à trouver le bon. Dans cette mission, Héctor pourra compter sur l'instinct et le professionnalisme de sa collègue Leire, sous inspectrice.

Evidemment, le dénouement de cette enquête est inattendu, même si amené avec brio.

Par contre, la dernière page m'a laissée un goût amer... Enfin, pas amer, mais c'était comme s'il me manquait quelque chose. Et effectivement, après vérification sur Babelio, il semble que l'auteur ait écrit une suite, "Los buenos suicidas". Babelio en annonce la traduction prochaine chez Flammarion. Mais j'ignore à quelle date la note babelio a été rédigée ! J'espère vraiment que Flamm publiera cette suite ! Car non, vraiment non, cela ne peut pas se finir comme ça !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 6 Juillet 2018

Policier - Editions Thélème - 3h20 d'écoute - 21 €

 

Parution d'origine en 2012 chez Actes Sud

L'histoire : Policier,  Martin Molin accompagne sa petite amie Lisette sur l'île de Valö pour une réunion de famille juste avant Noël. Mais au cours du premier repas, le grand-père, un magnat industriel, meurt étouffé, juste après avoir annoncé à ses enfants qu'il les avait déshérités. Martin se rend vite compte qu'il a été assassiné au cyanure. Une tempête de neige fait rage, l'île est isolée du monde et Martin décide de mener l'enquête.

 

Tentation : Approche de cette auteure prolifique par un court roman

Fournisseur : Bib N°2

 

 

Mon humble avis : Camilla Läckberg, auteure suédoise, je la vois dans toutes les librairies, dans toutes les bibliothèques, romans papiers ou audio... mais à chaque fois, des pavés devant lesquels je rechigne, malgré leur fameuse renommée. Aussi, quand je suis "tombée" sur Cyanure et ses 3h20 d'écoute, j'ai bondi !

Certes, l'écoute de ce policier est très agréable, déjà parce que la lecture en est faire par Elodie Huber, qui est pour moi l'une des meilleures interprètes de roman audio.

L'intrigue elle-même n'est pas inintéressante, d'ailleurs, la chute est vraiment surprenante, mais voilà, je l'ai trouvé d'un classique déroutant. Certes, une ambiance à la Agatha Christie et ses "Dix petits nègres", mais du coup, une sensation de réel déjà-vu : Huit clos familiale, plusieurs décès, tempête qui empêche quiconque de quitter l'île, donc l'assassin est forcément "parmi nous". L'enquête se déroule donc "en famille" et l'on se doute que révélations, non-dits, aigreurs, acrimonies et rivalités familiales vont éclore deci-delà et donner autant de bonnes que de mauvaises pistes.

Mais bon, l'ensemble, même si décevant par rapport à la renommée de l'auteure, reste agréable et surtout, accessible à tous lecteurs... Point de macabre, ni de torture, ni d'éclaboussure sanguine. Un policier très tranquille, vite lu et sans doute vite oublié.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 28 Avril 2018

Thriller - Editions Audiolib - 11h08 d'écoute - 24€40

 

Parution d'origine chez Sonatine en juin 2017

 

L'histoire : Julia est terrifiée à l'idée de retourner à Beckford. Pourtant, elle y est bien obligée. Le corps de sa soeur Nel vient d'être retrouvé dans la rivière. un suicide pense la police. Sauf que depuis des siècles, cette rivière est connue pour être tantôt celle où l'on y noie les femmes dérangeantes, tantôt pour pour celles des suicidées. Ne serait-ce que quelques mois plus tôt, une adolescente n'y a -t-elle pas été retrouvée noyée ?

 

Tentation : Pitch + réputation de l'auteure

Fournisseur : Bib N° 3

 

 

Mon humble avis : Au fond de l'eau est le nouveau roman de l'auteure du très remarqué "La fille du train", tant en librairie (pas lu) que quelques mois plus tard sur les écrans de cinéma : vu là.

Il s'agit d'un thriller avant tout "atmosphérique" (appellation assez personnelle) qui donne une part importante aux lieux : le village de Beckford dans le nord de l'Angleterre, et surtout cette rivière qui parait être si près de nous, dont en semble entendre le bruit de l'eau et le bruissement des arbres. Et qui dit village, dit habitants, dit ragots, dit "on-dit", dit tout le monde ou presque se connaît, s'aime ou se déteste, au choix ! Mais Beckford semble victime d'une fatalité et/ou légende historique... Sa rivière servait, dans les temps passés, à noyer les femmes que l'on soupçonnait de sorcellerie. Et depuis quelques décennies, il semble que les femmes la choisissent comme lieu de suicide. Donc ne serait-ce que pour le lecteur, la présence de cette rivière est angoissante, et le pouls s'accélère sitôt qu'un personnage s'en approche.

Au fond de l'eau n'est pas un thriller terrifiant, ni gore. Pas de cadavre toutes les cinq minutes, ni de descriptions qui donnent la nausée. Mais il ne cesse d'ouvrir de nouvelles pistes, qui complètent les précédentes ou remettent complètement en question le peut que la police savait. J'ai vraiment admiré la construction du roman et tout au long de mon écoute, je n'ai cessé de me dire : "waouh, quel boulot de romancier, chapeau !"

Le roman s'attache avant tout à la psychologie des personnages et des liens qui unissent ou désunissent les habitants de la commune. Bien entendu, les liens qui désunissent sont à découvrir au fur et à mesure et expliqueront au final tant la mort récente de Nel, de Kathie l'adolescente, et peut-être d'autres encore... Surprise ou non !

Le portrait des protagonistes est extrêmement bien brossé et soigné, et s'applique à faire le lien entre leur traumatisme de jeunesse et leur comportement à l'âge adulte, qui n'est pas exempte de mystère.

Nel travaillait à l'écriture d'un livre sur "le bassin des noyés" et enquêtait donc. On peut facilement imaginer que cela dérange quelques personnes, aussi, le coupable potentiel peut se cacher derrière chacun des personnages.

Pourquoi les deux soeurs Nel et Julia ne se parlent plus depuis des années, au point que Julia regrette de ne pas avoir répondu au dernier message téléphonique terrifié de sa soeur.

Julia va-t-elle parvenir à apprivoiser Lena, la fille adolescente de sa soeur défunte, dont elle devient la tutrice ?

La mort de Nel est elle-liée à celle de Kathie ? Quel est le rôle de chacun dans ce, ces drames ?

Est-ce la malédiction qui a encore frappé dans le village où les morts semblent parler à certains vivants ?

Bref, du mystère qui s'ajoute et s'amplifie au fil de l'histoire et de l'eau. Il en reste même une fois le roman terminé, histoire de laisser libre court à l'imagination du lecteur. J'ai passé un très bon moment d'audio-lecture, toujours en détapissant mon séjour !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 2 Avril 2018

Thriller - Editions Audiolib - 9h21 d'écoute - 21.50€

 

Parution d'origine en mars 2017 chez Mazarine

 

L'histoire : Pour "oublier" un drame, Jane emménage  au One Folgate Street, une maison minimaliste, connectée et aux technologies ultra moderne. Elle découvre alors que quelques années plus tôt, Emma, une autre locataire, y a trouvé la mort de façon inexpliquée. Jane décide de tenter d'élucider le mystère de la mort de d'Emma, et sans le savoir, suit ainsi le même chemin qu'elle. Mais jusqu'à quel point ?

 

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Weekend pascal pluvieux... Et hop, me voilà en mode détapissage de mon séjour ! Ras le bol de cette tapisserie qui date de Mathusalem. J'adore détapisser, ça me vide la tête... Que je remplis simultanément d'un roman audio !

La fille d'avant m'a de suite captivée et j'ai prolongé sa lecture au-delà de mon activité décorative. En 2 petites journées, écoute bouclée. Ca fait du bien, un bon thriller ! A une époque, les thrillers étaient mon genre littéraire préféré, mais depuis l'ouverture de ce blog, je l'ai relégué à un second, voire troisième plan. Car ma curiosité en matière livresque s'est bien élargie, et les tentations, via les autres blogs, sont toujours plus nombreuses. Bref, dans ma vie de lectrice, il y a la fille d'avant, et la fille de maintenant. Et c'est tout de même agréable de temps en temps de laisser la place à la fille d'avant ! 

Alors, ce thriller anglais, écrit sous le pseudonyme J.P Delaney, qui cache un autre auteur, Anthony Capella, que je ne connais pas ?!

Seul le postulat de départ m'a un peu dérangée, car je ne l'ai pas trouvé franchement crédible. Le voici ce postulat : Jane emménage dans une maison à l'architecture révolutionnaire. Mais pour lui accorder le bail, le propriétaire (et architecte) Edward Monkfort la soumet à un questionnaire on ne peut plus intrusif et glisse plus de 200 exigences contractuelles (qui dictent en fait le comportement du locataire) dans le bail. Sachant que la maison est hyper connectée et que quelque part, le propriétaire a accès à tous les faits et gestes du locataire. Bref, mon scepticisme vient de là... Qui accepterait de telles conditions de location ?

Mis à part cela, je me suis régalée de cette écoute on ne peut plus fluide et très agréablement interprétée. Les chapitres sont courts et alternent systématiquement les voix d'Emma (Avant) et de Jane (Maintenant). Le temps que l'intrigue et le mystère s'installent, nous voilà prit dans les filets de ces deux histoires, si similaires, qui se déroulent à 3 ans d'intervalle. De ce fait, nous vivons les mêmes situations à travers le regard de deux personnages différents. Nous savons qu'Emma est décédée. Jane l'apprend aussi très vite mais ne se rend pas compte qu'elle suit un chemin identique à celui qui a provoqué la mort de la locataire précédente. Jane ne se rend pas compte... ou ne veut pas ouvrir les yeux... malgré l'enquête discrète qu'elle mène auprès des différents protagonistes d'avant... et de maintenant. Mais, même si tout le monde s'accorde à dire que Jane ressemble beaucoup à Emma, est-elle semblable pour autant ?

Dans ce thriller, il est fortement question de manipulation, de perversion, de mythomanie, de domination, de psychorigidité, de psychopathie narcissique. A mi-roman, je me suis dit que la fin était écrite d'avance tant tout me paraissait clair. Trop clair peut-être, trop simple sûrement, car la tension montre, l'auteur nous balade, on ne sait plus quoi penser de chacun des personnages, on ne sait plus qui fabule, qui cache quelque chose, ni qui manipule qui ? Et si c'était un peu tout le monde à la fois ?! Car chacun des protagonistes se révèle bien plus complexe qu'il n'y parait au premier abord. Et sachez que la maison tient globalement le rôle principal de ce thriller psychologique.

Bref, la tension monte au fur et mesure, l'atmosphère devient étouffante, mais heureusement, le dénouement (on ne peut plus inattendu, c'est le but tout de même !) nous libère de tout ceci.

Si vous voulez trembler (raisonnablement), entrez et emménagez donc au One Folgate Street le temps d'une chouette lecture... Et réjouissez vous de vivre dans une simple maison, sans high tech !

Pour info, ce roman vient de sortir en format poche !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 24 Février 2018

Thriller - Editions Thélème - 15 h d'écoute - 21 €

Parution d'origine en 1987

 

L'histoire : Paul Sheldon, auteur américain à succès, est victime d'un accident de la route en plein hiver. Une femme Annie, passant par là, le hisse hors de la voiture et découvre alors qu'il s'agit de son romancier préféré - qui a eu le malheur de "tuer son héroïne" lors du dernier tome paru des aventures de Misery. Malgré les jambes brisées de Paul, Annie ramène ce dernier chez elle... Et l'y gardera chez elle, à la merci de ses colères, de ses sévices et de sa folie, jusqu'à ce que Paul accepte et parvienne à ressusciter Misery, en écrivant un nouveau livre.

 

Tentation : Soyons fou, (folle en l'occurrence), Misery est un best-seller et un classique dans le genre.

Fournisseur : Sylire, merci pour le prêt !

 

 

Mon humble avis : 3 papattes ? 2 ou 1 ou 5 ? Bonne question. Car évidemment, j'ai bien perçu l'aspect chef d'oeuvre du roman, tant dans le suspens, que la qualité narrative que dans la construction et l'évolution et l'analyse psychologiques des personnages. Les variations de la relation entre Paul et Annie a quelque chose de fascinant, entre manoeuvre de l'un pour tenter de manipuler l'autre, même s'il faut parfois se résoudre à la soumission pour éviter le pire et les troubles de l'humeur de l'autre qui font toujours craindre le pire. Le huis-clos exerce sa pression et sa sensation d'étouffement à l'extrême. Les rapports bourreau geôlier et prisonniers sont extrêmement bien décrits dans leurs interdépendances. Les réflexions sur la créativité littéraire et les attentes du lectorat, voire les droits que celui s'autorise tant envers l'auteur qu'envers ce qu'il écrit sont intéressantes.

Alors ? Oui mais... Cette audio lecture fut laborieuse pour moi, au point qu'à plusieurs reprises, j'ai songé à l'abandonner. La lecture qui en est faite est sans un peu responsable de mon ressenti. Elle y est très lente (après, je dois bien avouer que cela colle parfaitement à l'atmosphère du roman). Mais elle est si lente que par moment, alors que le lecteur semblait plongé dans le silence, je me demandais si : ma clé USB fonctionnait encore, si l'on changeait de chapitre, si mon moteur de voiture n'avait pas calé (puisque j'ai écouté Misery uniquement en voiture). Je pense qu'un lecteur papier peut tourner les pages à son rythme, frénétique ou non. Mais qu'il en a le choix. C'est en fait la première fois que je me sens "prisonnière" du format audio. Le texte comprend les réflexions intérieures de Paul, mais aussi de ses souvenirs, ou de ses rêveries ou cauchemar en fonction qu'il est dans la douleur ou dans les délires apportés par les analgésiques dont Annie l'abreuve. Il y a ensuite les descriptions purement factuelles et enfin, les dialogues entre les deux protagonistes. Nous sommes souvent dans la tête de Paul, donc on sait ce qu'y s'y passe, mais jamais dans celle d'Annie.

Et tout cela m'a paru si long, si répétitif, si lent que mon attention, mon intérêt, voire ma patience se délitaient. Et puis, pour être honnête l'horreur de la situation et de certains événements étaient too much pour moi. Je supporte ces choses-là sur trois quart d'heure dans une série policières américaines, mais pendant quinze heures... Euh non.

C'est bien ce que je craignais (un peu l'avance certes), mais l'univers de Stephen King ne me convient pas... Donc je ne renouvellerai pas !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 9 Août 2017

Thriller - Editions Audiolib -  8h31 d'écoute - 21.90 €

 

Parution en 2015

 

L'histoire :  Auteur adulé de bestsellers, mari comblé, ami généreux : Henry aurait une vie de rêve si celle-ci n’était construite sur le mensonge. Survient un malheureux hasard, imputable à une maîtresse encombrante, et le château de cartes patiemment édifié menace de s’effondrer. Henry se retrouve face à un choix : révéler la vérité à sa femme, sans laquelle il ne serait rien et au risque de tout perdre, ou éliminer l’obstacle !

 

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : La bib'

 

Littérature allemande !

 

Mon humble avis : Est-ce que le crime parfait existe ? Vous le saurez en lisant ce roman !

Est-ce que le thriller parfait existe ! Oui, sans nul doute, ici on s'en approche énormément, même si, dans mon esprit, il reste quelques zones d'ombres pas trop éclaircies par l'auteur. Il n'empêche, j'ai été on ne peut plus captivée par cette lecture audio, au point de l'achever dans mon lit (donc sans faire d'autre), en rentrant d'un mariage, malgré l'épuisement accumulé !

Pour ne pas trop en dire et ne point gâcher vos futures surprises, sachez que nous sommes face à un personnage principal véritablement machiavélique ! Oui, le diable en personne, mais un diable parfaitement déguisé en homme si généreux, si adulé, si charmant aux yeux du monde ! Un diable imposteur à tous les niveaux ! Dans son image publique, dans son comportement. Un homme qui tue froidement, qui construit des stratégies infernales pour se sortir du pétrin, qui manipule son entourage avec un tel détachement et une telle sagacité que l'on ne peut être que surpris de la vacuité de sa vie. Car Henri est un imposteur né, un imposteur de première catégorie, avec certaines périodes de sa vie qui restent un mystère dangereux pour qui s'y intéresse... de trop près !

La vérité et autres mensonges est donc un parfait thriller psychologique, au rythme soutenu, au suspense latent, aux rebondissements multiples. Aussi bien écrit par Sascha Arango que lu par Olivier Cuvellier. Les personnages, tant principaux que secondaires sont tous parfaitement approfondis et croqués. Bien entendu, l'auteur désigne rapidement Henri comme le coupable du meurtre, puisque nous y assistons. Le suspens n'est pas dans la recherche du criminel. Mais tout au long du roman, on craint les solutions que cet abject personnage, psychopathe déconcertant,  pourrait mettre en oeuvre pour se tirer du pétrin la tête haute. Et l'on tremble, et l'on n'imagine même pas ! Diabolique ! Excellent ! (Et sans scènes gores, je le précise !)

 

.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 13 Juillet 2017

Thriller - Editions Livraphone - 7h40 d'écoute - 23.40 €

Parution d'origine en 2004.

L'histoire : Célèbre auteur de roman policier, Clarissa Gray vit retirée sur une île. Alors qu'elle dicte à son assistante la scène d'un meurtre qu'elle imagine pour son prochain roman, cette même scène se réalise le soir même, chez elle. Sauf que le cadavre disparaît très vite, lui laissant un carnet intriguant. Devant l'air dubitatif de la police, Clarissa décide de mener l'enquête elle même. Elle fera d'étonnantes rencontres, depuis les anges jusqu'à Dieu lui-même !

Lu par Sophie Barjac

 

Tentation : Le ptich

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Gilbert Sinoué est un auteur francophone égyptien. Je ne le connaissais pas alors que sa bibliographie est franchement impressionnante. Prolifique le Gilbert !

Je vous préviens, lecteurs archi- cartésiens, passez votre chemin ! Lecteurs qui criaient au scandale dès qu'il y a l'ombre d'un blasphème, distanciez-vous de ce roman ! Voilà, tout le monde est prévenu.

Ce polar/thriller a des airs d'Agatha Christie, Clarissa Gray faisant étrangement penser à une certaine Miss Marple. Le style est très british, voire même scottish, puisque c'est entre les Highlands et Glasgow que se déroule l'intrigue. Les noms des personnages, la façon dont ils s'interpellent et de s'expriment est "very cup of tea". Et tout cela est bien agréable et même enjolivé par la lecture très adéquate qu'en fait Sophie Barjac.

L'enquête commence de façon assez classique. Mais au fil des pages, le mystère s'épaissit vraiment et le suspens croît sans cesse ! Les échanges entre les personnages sont excessivement bien instruits en différentes sciences : la numérologie, l'histoire des religions, symbologie, et même sémiologie. Cela rend cette lecture vraiment intéressante.

Puis l'ensemble évolue vers l'ésotérisme, le surnaturel, le cabalisme etc...  Ce développement est très étonnant et surtout original, donc là aussi, plaisant et bienvenu.

Sauf que... j'y ai parfois perdu mon latin ! En effet, nombre de personnages bibliques, hébraïques, coraniques ou autre possède des prénoms sont difficilement mémorisables et souvent très proches phonétiquement. Certes, Jésus, Gabriel, Mahomet, Abraham ou Moïse, on les connait tous, mais pour les autres, c'est une autre histoire.

Le dénouement m'a aussi paru un peu tiré par les cheveux et quelque peu bâclé.

Il n'empêche, c'est surtout une autre approche des religions et des personnages qui les composent que Gilbert Sinoué nous propose dans cette intrigue. Une autre approche, mais aussi, un éclaircissement sur leur développement au cours des siècles et les conséquences dans le monde d'aujourd'hui.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 30 Avril 2016

Afficher l'image d'origineThriller - Editions Ombres Noires - 351 pages - 21 €

 

Parution le 2 septembre 2015 - Rentrée Littéraire !

 

L'histoire :...Ou plutôt, les ingrédients ! Une femme alcoolique, suicidaire et sous protection du FBI en Orégon. Une famille déjantée sur la côte Est. Une sortie de prison et une envie de vengeance. Deux enfants abandonnés il y a 20 ans de cela, depuis un meutre de flic. Une église de moins en moins catholique. Et, au beau milieu, un amérindien. C'est avec tout cela que Jax Miller a composé un thriller génial.

 

Tentation : AGFE

Fournisseur : AGFE, merci pour le kdo !

 

 

 

 

 

Mon humble avis : Si j'ai mis du temps à lire ce bouquin, c'est parce que je suis crevée par mon boulot, que je dors ou choisis la facilité de la petite lucarne le soir. Sinon, une fois les premiers chapitres passés, "Les Infâmes" ont tout pour vous embarquer dans une sacrée histoire qui vous met hors d'haleine, et aussi hors de vous !

Oui car ce roman commence par un prologue, que l'on imagine bien comme une fin. Puis des chapitres précédés de la mention 2 semaines plus tôt, 3 jours plus tôt, aujourd'hui, 2 jours plus tôt. Bref, pas d'ordre chronologique, donc difficile de se repérer. Mais l'on réalise bien vite que ce n'est pas si important, et puis ça ne dure pas non plus. Ensuite, tout s'enchaine en 3 parties, composées de courts chapitres.

Ce thriller ce déroule dans une certaine Amérique dans toute sa splendeur : entre les bars de bickers où les conflits se règlent à coups de tessons de bouteilles, une fratrie qui se partage 4 neurones et 3 tonnes d'amertumes et de violence, des fous de Dieu qui embobinent.

Et parmi tout cela, 2 intrigues pour le lecteur. Que s'est-il passé il y a 20 ans, que va-t-il se passer dans un futur proche ? Les réponses à la première question sont disséminées au fil des pages, celles de la deuxième arrivent en presque toute fin.

Quoiqu'il en soit, le doute envers Freedom, le personnage principale, s'incruste sacrément puisque l'auteure prend plaisir à manipuler ses lecteurs. Coupable, innocente, entre les 2 ? Et pourquoi cette protection du FBI ? Cette Freedom, même si dans les premiers temps on voudrait soit lui foutre des claques, soit lui balancer un seau d'eau glacée au visage, on s'y attache sacrément en la découvrant au fur et à mesure de notre lecture. Je dirai même que c'est un personnage marquant, qui je pense me restera longtemps en mémoire.

Quand Freedom apprend que sa fille, abandonnée 20 ans plus tôt après 2mn et 17 secondes de "vie commune", elle entre dans une rage et une détermination folle qui lui feront traverser l'Amérique, faire face à ses ennemis, renoncer à sa protection.  Elle nous emmène avec elle, pour le meilleur et pour le pire, dans une aventure incroyable et saisissante, qui font de bouquin un très très bon premier roman !

 

Résultat de recherche d'images pour "challenge rentrée littéraire 2015"

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 11 Mars 2016

Afficher l'image d'origineThriller - Editions J'ai Lu -, 445 pages - 7.60 €

 

Parution d'origine Belfond en septembre 2014

 

L'histoire : Zack, journaliste citadin, reçoit un appel du village de Brainor. Il se peut que son père ait été dévoré par un ours. En tout cas, un corps difficilement identifiable  a été trouvé sur la propriété de son partenel qui reste introuvable. Zach se rend immédiatement au camp de pêche tenu par son père, qui refait surface bien vivant ! A qui appartient donc ce corps ? Zack se retrouve embarqué dans de sacrées mésaventures. Et si ces oreilles sifflent, c'est à cause des balles qui le frôlent.

 

tentation : pitch et nom de l'auteur

Fournisseur : Ma PAL

 

 

 

 

Mon humble avis : Mon couperet tombe ! Ce "thriller" est d'une navrance rarement atteinte dans ce type de littérature. Certes, on ne plonge pas dans un thriller pour y trouver un style ciselé et une écriture irréprochable. Mais là, les limites de la borne de Maurice sont dépassées ! Ce roman est-il mieux écrit dans sa version originale et desservi par une traduction hasardeuse ? Pour le savoir, il faudrait que je lise la V.O et là, non merci, une fois était déjà de trop.

Car en général, dans les polars, une intrigue implacable, glaçante, captivante palie les faiblesses de style. Mais dans  "mauvaise compagnie", non rien ne rattrape rien !

Si je suis allé au bout de ma lecture, c'est parce que tout de même, je voulais connaitre la fin, ce qui est le minimum syndical pour un bouquin. Sauf que même la fin est décevante, le dénouement de l'aspect thriller est surtout dû à un concours de circonstance et à la connerie XXL des méchants et non à l'ingéniosité ou au courage des gentils !

Inconsistance, voilà qui résume bien ce roman. Les personnages sont fades ou caricaturaux, en tout cas, pas attachants pour deux sous et leurs chamailleries constantes on ne peut plus lassantes et inintéressantes pour l'intrigue.

Les dialogues ? D'une platitude déconcertante, digne d'un collégien sur Facebook, l'éventuelle vulgarité et le langage SMS en moins.

Les longueurs méritent bien leur nom aussi et n'apportent même pas de belles descriptions d'un paysage qui doit être splendide. Non, on sait juste que Lawrence a fait ses bagages qu'il a déposés dans le coffre de sa voiture etc... mais qu'est-ce qu'on s'en fout. A force de donner des détails insignifiants et complètement inutiles dans un thriller, l'auteur canadien sape son boulot qui est : donner un rythme infernal et haletant à son histoire.

Enfin, en quelques lignes de descriptions conjoncturelles, on passe de l'obscurité totale alors que nos personnages sont dans une maison en feu, puis nous avons le droit au clair de lune, puis l'obscurité totale de nouveau, mais finalement, l'auteur précise que le ciel rougeoie à cause du feu...

Quant à la famille de tarés dégénérés qui font office de voisins /locataire du père de Zach, et bien c'est tellement too much que ce n'est ni drôle, ni réellement crédible.

Autant j'avais apprécié Cette nuit là, premier roman de Barclay traduit en France, et apprécié Les voisins d'à côté, le deuxième, autant ce 8ème titre édité dans notre cher Hexagone est à éviter. C'est à ce demander si Linwood Barclay, épuisé par le rythme de ses publications, n'aurait pas retrouvé ce manuscrit au fin fond d'un tiroir. Après vérification sur Wiki US, j'ai raison ! Ce titre est paru aux US en 2006, donc bien avant "Cette Nuit là", qui a révelé Barclay aux lecteurs français ! Alors, c'est peut-être plus une erreur éditoriale, de publier un roman des débuts d'un auteur qui depuis, s'est révélé avec des titres qui valaient vraiment le détour !

Enfin, ceci n'est que mon humble avis hein ! Comme d'hab !

 

Résultat de recherche d'images pour "challenge thrillers et polars canel"

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 24 Septembre 2015

 

Thriller - Editions J'ai Lu - 285 pages - 14.90 €

 

Parution inédite J'ai Lu en juillet 2015

 

 

L'histoire : Ethan Burke se réveille après un accident de voiture. Peu à peu, sa mémoire lui revient : il est un agent des services secrets américains, venus à Wayward Pines enquêter sur la disparition de deux de ses collègues. Mais plus sa mémoire se reconstitue, plus il réalise que rien ne tourne rond dans cette ville qui semble pourtant être le paradis sur terre. Ethan va apprendre, à ses dépends, que le paradis n'existe pas et, de révélation en découverte, va comprendre qu'il serait plutôt en enfer.

 

 

Tentation : Silvana, de chez J'ai Lu

Fournisseur : Silvana, merci !

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : A l'origine, il y avait "Pines", le roman de Blake Crouch. Celui-ci est devenu une trilogie "Wayward Pines", elle même devenue une série TV à succès diffusée sur la Fox aux USA et sur Canal + dans l'Hexagone (avec Matt Dillon en tête d'affiche).

Les éditions J'ai Lu ont donc publié en juillet dernier le livre 1 de la trilogie, jusqu'alors inédite en France. Le livre 2 devrait sortir en octobre et le 3, en janvier. Il faudra donc patienter pour connaitre la suite, mais pas trop longtemps, je devrais survivre ! Surtout que ce livre 1 pourrait aussi, au niveau intrigue, ne pas nécessiter de suite. En effet, à la dernière page de celui-ci, des réponses bouclent la boucle et bouchent l'espace béant des questions que le lecteur se pose au fil des pages. On ne nous laisse pas en dernière page avec un cliff-hanger agaçant, ce qui est bien appréciable. 

Mais une fois qu'une bonne partie du mystère semble résolu, on a forcément envie de voir comment Ethan Burke va réagir à tout cela et mener sa nouvelle vie !

Et mon avis dans tout cela ? Commençons par le fâcheux. Le style est irrégulier, parfois lourd, voire maladroit. Est-ce l'écriture d'origine ou une traduction qui peut paraitre au mot à mot qui donne cette impression ? Je l'ignore, mais cela m'a amenée à soupirer.... d'agacement. De même, lorsque Ethan grimpe les montagnes après avoir survécu à la rivière ( et le bout de pain dans la poche avec...), j'ai déploré de belles longueurs, des répétitions. Sans doute parce que je voulais que tout aille plus vite, pour savoir dans quel pétrin Ethan Burke était fourré.

Ok, je ne lis pas souvent ce type d'histoire, mais ça n'empêche, il me semble n'avoir jamais rien lu de pareil ! Quelle histoire de dingues ! Prenante à souhait. Au fil des chapitres, on réalise que de "simple" thriller, ce roman est aussi de la science-fiction, voire presque de l'horreur... avec l'apparition de créatures que l'on n'a pas du tout envie de rencontrer !

J'ai adoré me faire balader dans cette ville peut commune, qui paraît ordinairement tranquille au premier regard, mais qui, finalement, n'a rien d'ordinaire. L'auteur est très doué pour amener le lecteur à partager les troubles de Burke, à se demander si c'est Burke qui a un problème ou le reste du monde. La confusion est réelle pour le lecteur, qui voudrait bien savoir si c'est Ethan qui lui joue un tour, ou l'auteur qui prend son pied !

L'atmosphère est anxiogène et devient vite étouffante, puisque comme Ethan, vous découvrirez vite que Wayward Pines est une ville dont on ne sort jamais !

Wayward Pines traitent aussi de nombreux sujets sociétaux... politiques...actuels.. etc. Telle que la peur pour soumettre et régner, la théorie du complot, les apparences trompeuses, la manipulation des citoyens, la liberté, la sécurité totalitaire.

Le suspense est implacable, alimenté par des personnages secondaires plutôt effrayant dans leur comportement... qui semble inapproprié aux situations. Avec cette impression pas très nette, donc toujours confuse, de voyage dans le temps, dans le passé, avec la présence de voitures des années 80, des femmes aux brushings dignes de Dallas...

Et, quand le mystérieux docteur Jenckins révèle la vérité, vous ouvrez des yeux grands comme des boules de bowling ! Ce fut mon cas ! Durant toute ma lecture, j'ai tenté d'élaborer des théories, en vain. Il faut dire que même si mon imagination déborde, elle ne m'aurait jamais amené à un tel dénouement qui est tout simplement inimaginable !

 

logo TP canel2

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0