Articles avec #thrillers polars etrangers tag

Publié le 11 Avril 2009

Résumé : La Première Dame des Etats-Unis, c'est l'épouse du Président. La seconde dame... Cela n'existe pas. Sauf si le K.G.B s'en mêle.
Voici en effet le plan le plus extraordinaire qu'aient jamais échafaudé les Services secrets soviétiques : substituer, purement et simplement, à la Première Dame des Etats-Unis un sosie à leur solde.
La préparation commence avant même l'élection d'Andrew Bradford à la présidence. Et la mise à exécution survient à la veille du Sommet de Londres dont l'enjeu n'est rien de moins que la suprématie - américaine ou soviétique - sur le continent africain. Le projet est si bien monté que le Président lui même ne doit se rendre compte de rien. Jusque dans les circonstances les plus intimes...





                                                    

Mon humble avis : Vous allez me haïr car je vous expose ici un roman d'un exceptionnel suspens, mais un roman à tirage épuisé. Votre seul espoir, le trouver d'occasion sur un site spécialisé, sur un quai parisien ou dans un vide grenier. Qui sait, peut-être aurez vous la chance de croiser ce livre dans une circonstance ou une autre. Dans ce cas là, n'hésitez pas une seconde. Sautez dessus avant que quelqu'un d'autre soit plus rapide que vous.

Certes, si vous avez lu le résumé, vous me direz que cette lecture date un peu. Effectivement, elle vous fera replonger à une époque où les mots Empire Soviétique et K.G.B existaient encore officiellement. Une époque ou, pour les américains, l'ennemie public numéro 1 était la Russie. Depuis quelques années, l'ennemi a changé de visage, est insaisissable et disséminé sur la planète entière. Il est apatride et se nomme Terrorisme.

Une femme de trop est donc un roman d'espionnage comme on n'en fait plus beaucoup. Il mêle habilement suspens, imagination sans borne, géopolitique internationale, humour, érotisme, action, tractacion et satire. C'est un thriller parfait, qui se lit d'une traite, qui vous fait trembler plus d'une fois, qui vous fait dire "ils sont gonflés tout de même". Vous vous demandez forcément si le plan va fonctionner et jusqu'à quand...
Et la cerise sur le gâteau se trouve dans la formation de la sosie. Elle doit être parfaite. Ce qui veut dire qu'il faut connaître le comportement sexuelle de la Première Dame et les habitudes du Président dans ce domaine. Forcément, les membres du KGB doivent redoubler d'audace.

Tout cela est parfaitement orchestré pour vous laisser un souvenir impérissable de cette lecture, si toutefois vous avez la chance de dégoter un exemplaire d'"Une femme de trop" quelque part !

                                        

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 2 Avril 2009

Résumé : En apparence, Mike et Deborah ont tout pour être heureux. Ce jeune couple de médecins a trois enfants, habite dans une banlieue cossue et possède une maison splendide… Mais peu à peu, ce bonheur s’effrite. Mike souffre de maux de plus en plus graves dont nul ne connaît la cause. Leur demeure est incendiée et deux de leurs enfants meurent dans les flammes…
La police s'évertue à trouver des suspects. Mike et Débora n'ont pas d'ennemi connu. Qui peut bien s'attaquer à eux de façon si cruelle ?




                        


Mon humble avis :   On sait très vite que ce roman est tirée d'une histoire vraie puisque des noms ont été changés. L'originalité est dans le traitement ce cette tragédie. Ann Rule narre donc ce "fait divers" qui devient criminel avec une distance presque journalistique. Il est décrit posément et scrupuleusement. Rien d'extraordinaire ni fioriture n'est ajouté. Juste les faits,leur analyse et leurs contradictions. De temps à autres, des tirets annoncent le témoignage des protagonistes de cette tragédie. Ces lignes sont dès lors écrits à la première personne du singulier. Ces gens (parents- amis- médecins-policiers) se souviennent de certains détails et donnent leur point de vue. Tout au long de ce livre, l'auteur  ne prend position ni pour l'une ou l'autre des parties. De même, elle paraît ne pas vouloir influencer le lecteur qu'elle maintient en haleine, malgré certaines longueurs inhérentes (à mon avis et suivant expérience !) à tous romans américains. Maintenant, il faut avouer que ces longueurs maintiennent une pression et donnent certainement des détails importants pour vous conforter dans vos soupçons ou au contraire, vous faire basculer dans l'indécision. Et si, et si... Non, ça ne peut pas être si simple ? Et si oui,  pourquoi ? Comment peut on en arriver là ? Vous êtes prêt à douter jusqu'à la dernière page.Là vous vient en tête la fameuse phrase "responsable mais pas coupable" . S'applique t-elle dans cette histoire, bien difficile à dire. La manière dont est écrit ce récit est donc la première originalité de ce roman.

La deuxième se trouve la simplicité de l'environnement dans lequel se déroule ce drame. Un état du centre des USA, et une famille nantie et à priori sans histoire. Tout le thriller se tient dans l'espace familial. Je n'ai encore jamais lu un thriller qui prennent une famille comme colonne vertébrale. Cette famille pourrait être celles de vos voisins, de vos meilleurs amis, de vos oncles et tantes, puisqu'on ne sait jamais vraiment ce qui se passe à l'intérieur d'un couple. L'ambiance n'y est que plus oppressante, puisque la 4ème de couv' nous annonce l'horreur.
La première partie pourrait s'intituler "Chronique d'une catastrophe annoncée". On suit pas à pas le désastre qu'est le mariage de Mike et Débora. La poudrière est là. Qui va allumer la mêche, quand, comment et pourquoi ?
La deuxième partie voit l'enquête policière, les divers témoignages, les stratégies de la défense et de la contre défense se mettre en place en vue de l'audience préliminaire.
Enfin, dans la troisième, nous assistons à cette audience, à ses conclusions qui vous laisse avec des sueurs froide dans le dos devant tant d'horreur, qui semble t-il aurait pu être éviter. Chaque protagoniste entame une nouvelle vie du mieux possible, promet de changer, pardonne, s'acharne... Enfin, dans les dernières pages, l'auteur devient narrateur et explique son travail, comment elle a rassembler toutes ces données, ses rencontres avec les acteurs du drame. Elle n'en reste pas moins relativement neutre. Les faits, rien que les faits. Et les interrogations que de tels faits suscitent.

Voilà ce que je peux dire sans trop en dévoiler. Vous ne trouverez pas ici de serial killer ni 'armée d'agent de FBI, ni de courses poursuites avec dix hélicoptères. Juste un drame familiale qui tourne au cauchemard. Vous aurez entre vous mains un thriller très original, qui vous garde sous tension, et vous dérange devant tant de vérités insupportables. Enfin la psychlogogie des personnages est si bien détaillée et expliquée qu'elle en devient passionnante et effrayante !



Je remercie Silvana Bergonzi, Louise Legay et les
Editions Michel Lafon pour cette lecture captivante.
Cette oeuvre a été traduite de l'américain par Isabelle Saint Martin, qui avait eu la gentillesse de témoigner ici de son métier de traductrice littéraire. Pour relire son témoignage, cliquez
ICI

L'avis de Keisha ICI et de Brize LA

Et celui de Karine ICI ET LA !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 12 Février 2009

Résumé : Le client, c'est Mark Sway, un jeune garçon de onze ans, audacieux, plein de ressources, un peu voyou, qui a bien besoin d'être protégé. Depuis qu'il a malencontreusement recueilli les confidences d'un avocat qui, avant de se suicider, lui a dit où se trouvait le corps du sénateur assassiné par la Mafia, la police et le FBI s'acharnent sur lui pour le faire parler. Mais Mark refuse de dire quoi que ce soit. Il a vu le film Le parrain. Il sait que " la Mafia n'oublie jamais " et qu'elle l'exécutera si elle le soupçonne d'être un peu trop bavard. Alors, pour se défendre, il engage une avocate au caractère fort et au coeur d'or qui, pour un dollar - toute sa fortune ! -, accepte de le représenter et de le suivre dans cette affaire terrifiante.



                                                  

Mon humble avis: C'est ce livre là que je choisis pour commencer à vous parler de John Grisham, auteur de thrillers best sellers aux Etats-Unis depuis une quinzaine d'années. J'ai lu une bonne dizaine de ses romans, en VO, donc en Anglais Américain si vous préférez à des époques où je vivais en pays anglophones puis plus tard, pour "improver my english" !... Je sais que nombreux sont les lecteurs qui aimeraient, mais n'osent pas ce lancer dans la lecture en langue originale. Et bien avec Grisham, lancez vous. Car Grisham ne brille pas par son style d'une simplicité déconcertante, ça se saurait. Il est donc très facile à lire en Anglais, malgré quelques mots de cours d'assise que vous aurez vite intégrés. Non, Grisham brille par ces intrigues qui captent irrémédiablement les lecteurs dès la cinquantième page (sur 600 en moyenne). Mais ce défaut est typique de tout roman, de tout thriller américain... Il faut poser le décors, présenter les personnages, tisser la toile. Et soudain, hop, la toile se referme sur vous et la seule solution pour s'en sortir est de lire chaque page jusqu'à la dernière. Et comme vous êtes consciencieux et humain, vous ne quitterez votre "client" que lorsque vous le saurez en sécurité, même si vous devez passer par les flammes de l'enfer pour cela. Grisham, c'est cela,  c'est aussi des thrillers où mieux vaut avoir du souffle,savoir courir plus vite que les autres, et être plus rusé que votre ennemi.

En, majeur partie les romans de Grisham ont été portés à l'écran. Peut-être en avez vous vu sans le savoir. Celui ci ne fait pas exception à la règle. En voici le teaser en VO avec la grandiose Suzanne Sharandon et l'inquiétant Tommy Lee Jones

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 27 Janvier 2009

Résumé : Le lieutenant de police Phoebe MacNamara est la meilleure négociatrice de crise de tout Savannah. Libérer des clients pris en otages lors d’un hold-up ou convaincre un forcené de relâcher son épouse et ses enfants constitue son lot quotidien. Elle ne redoute rien ni personne, menant de front un métier éprouvant, sa mère agoraphobe et sa fillette surdouée de sept ans, Carly. Mais lorsque Phoebe est agressée à l'intérieur du commissariat, son assurance vacille. Devant une série de messages qui la menacent directement, elle n'aura d'autre choix que d'affronter ses peurs les plus enfouies.







                                    

Mon humble avis :  Commençons par les petits reproches pas très agréables à écrire mais nécessaires pour rester objective. Il y a dans ce livre quelques longueurs inhérentes à tous polars américains... Cinquante pages de moins n'auraient pas nuit à la qualité de.... ce chef d'oeuvre. Bon, voilà, c'est dit. La suite maintenant... Que du bonheur ! Je m'explique...
L'originalité tout d'abord. Alors que les profileurs fleurissent à chaque page de polars depuis quelques années, Nora Roberts nous montre un aspect peut connu de la police. On découvre ainsi le métier de Phoebe, l'héroïne du livre : négociatrice. Je vous prie de me croire : ce métier ne donne pas moins de sueurs, de frayeurs, ou de poussées d'adrénaline que celui de ses collègues profileurs.
Ensuite, Nora Roberts réussit un formidable doublé dans ce roman. Car il y en a pour tous les goûts. Tout d'abord, un véritable conte de fée, genre Pretty Women (ou nous, lectrices, rêvons d'être au moins la women faute de pouvoir être entièrement pretty women, et où les lecteurs apprendrons les bonnes manières et la galanterie !). Il y a donc cette histoire d'amour, cette vie de famille un peu particulière mais qui nous donne l'impression d'en faire partie. Bref, on s'attache à chacun des personnages (sauf à ceux des méchants, bien entendu). Car les méchants, ils arrivent. Et là, ne vous fiez pas à la couverture "cajoline" de ce thriller. Le danger et le suspens s'immiscent doucement mais sûrement. Aussi discrètement et vicieusement qu'un serpent. Nous lecteurs, tremblons à chaque instant (ou page !), même dans les moments sensuels et intimes de nos tourtereaux. Non, pas maintenant, ce n'est pas possible.... Mais qui se cache derrière cet acharnement diabolique dont Phoebe est victime. Parviendra t-elle à s'en sortir et à protéger les siens ? Ça, vous ne le saurez que dans les toutes dernières pages.
Ah, oui, avertissement indispensable avant de vous plonger dans ce livre. Préparez vous à vous rendre disponible pour lire les 130 dernières pages d'une traite. Car là, c'est Nora Roberts et son héroïne qui vous tiennent en otages plus ou moins volontaires !

Autre petit scoop... Nora Robert a plus de 400 millions de lecteurs... Et son attachée de presse française a réussi à me dégotter un email américain pour tenter une interview maison.  Je vais devoir sortir mon plus bel, vieil et bien rouillé Anglais. On verra si le tout fonctionne. Mais sans doute, dans quelques temps, une interview exclusive de Nora Roberts sur ce blog... Ce qui vous obligera forcément à revenir, à guetter !

En attendant, je remercie Silvana Bergonzi et les
éditions Michel Lafon pour cette superbe lecture !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 26 Janvier 2009

Cela commence par une idylle. David est pédiatre, marié à Elizabeth qu’il connaît depuis l’enfance. Ils ont pris l’habitude de se rendre régulièrement en pèlerinage sur les rives du lac Charmaine, là où ils ont échangé leur premier baiser à l’âge de douze ans. Mais le jour où Elizabeth est assassinée par un serial killer, la vie de David bascule. Il a beau s’investir à fond dans son travail, il reste inconsolable. Jusqu’au jour où il reçoit d’un inconnu un e-mail, puis une séquence vidéo sur laquelle il reconnaît sa femme sans aucun doute possible, Elizabeth qui lui demande pardon. Pourtant elle est morte, son propre père officier de police a formellement identifié le corps huit ans auparavant. Une quête angoissante commence alors que de nouvelles victimes apparaissent.


                              

Mon humble avis : INCONTOURNABLE !
Maintenant, dans le détail... J'ai lu ce livre lors de sa sortie poche, il y a quelques années, à l'époque où une personne sur 3 dans le métro le tenait dans les mains. Signe tout ce même que ce roman ne pouvait être mauvais. C'est le premier livre publié d'Harlan Coben (dont je reparlerai plus tard lors d'un portrait d'auteur), et le début d'une longue liste. Mais celui ci à la préférence des fans car, comme toute première oeuvre, il bénéficie de l'aspect découverte, surprise, et nouveauté.
L'histoire est originale, rondement menée. Et le "thrille" monte en vous au point que vous ne pouvez fermer ce livre. Tout parait si abracabrantesque. Mais qui sait.... C'est peut-être possible !!! Comme un maestro, tout au long de l'histoire, Coben distille infos, signes, preuves, indices, juste ce qu'il faut pour nous maintenir captivés et laisser le doute s'installer en nous. Et chose appréciable, certes il y a quelques morts, mais dans les Coben, on nous épargne en général les descriptions répugnantes, glauques et difficilement supportables, d'autopsies, de tortures, ou de crimes sadiques. On est avant tout dans le thriller psychologique....où comment sortir d'une histoire de fou, où mieux vaut savoir courir !

Maintenant, autant faire d'une pierre deux coups !!!
Ce livre est sorti au cinéma il y a maintenant 2 ans et doit donc être "trouvable" en DVD...
Best Seller américain... Il eut été logique que la grande machine Hollywoodienne obtienne les droits de ce livre. Et bien non. C'est notre acteur frenchy fétiche du moment, le "craquant" (j'ai osé le dire ! ), talentueux et "bankable" Guillaume  Canet qui a obtenu ces droits et a donc réalisé un très bon film, fidèle au roman d'origine. Cocorico !!!
                                                             

Alors en cadeau, une petite bande annonce officielle du film... pour vous prouver que si toutefois vous n'aimez pas lire, il y a le film, donc aucune excuse pour échapper à cette histoire !



L'avis de Réno de Blablabibli sur le film

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 12 Janvier 2009

Baton Rouge, Louisiane. 230 000 habitants, ancien comptoir français sur le Mississippi… Plaque tournante de tous les trafics, c'est la ville des États-Unis qui compte le plus grand nombre de crimes par habitant. C'est aussi là que Kay Scarpetta a rendez-vous avec son destin, car les frères Chandonne ne l'ont pas oubliée. La mort est tapie au fin fond du bayou et frappe en série.





                       

Mon humble avis : Il a y une bonne dizaine d'années, les aventures de la plus célèbre médecin légiste américaine Kay Scarpetta m'avait captivée. Et puis, j'étais passée à d'autres lectures. L'année dernière, étant dé-livrée (comprenez livres en container pour cause déménagement outre atlantique), une amie me propose ce livre. Je me dis pourquoi, ça fait un moment que je n'ai pas suivi les histoires de Scarpetta. Et puis Baton Rouge, capitale économique de la Louisiane et les bayous, j'ai visité, cela me rappellera certainement de bons souvenirs.
Stop ! Mon enthousiasme s'arrête là. Ce pavet lourd mais vide ne m'a pas du tout distraite de l'ennui de mon travail d'alors. Quelle lassitude devant les personnages gnangnans, devant le flic qui accompagne la légiste dans ses galères. Encore un flic plus ou moins alcoolo, vieux, désabusé, bourru.... Pourtant, à la télévision, on nous montre des flics bien plus jeunes, dynamiques, de bon esprit, enthousiastes, même si leur vie n'est pas drôle tous les jours.... Même Navarro a pris sa retraite. Bon, je suis d'accord, le commissaire Cordier s'accroche encore... mais plus pour longtemps j'espère...
Vous l'aurez compris, je n'ai pris aucun plaisir à cette enquête que j'ai trouvée lente, molle, vieux jeux... Il faut dire que depuis 10 ans, les Experts sont passés par là et nous ont habitués à un peu plus de mystère, de modernité, de jeunesse, de frissons... Et si l'on veut comparer ce qui est comparable, d'autres auteurs de Thrillers nous emporte bien plus haut, et bien plus vite dans des sensations térrifiantes ! C'est ce qu'on demande à un thriller non ???

                                                                

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 7 Octobre 2008

Résumé : Alors qu'en Afrique du Sud un groupe d'Afrikaners fanatiques commet un attentat, en suède le corps d'une jeune mère de famille, Louise Akerblom, est retrouvé au fond d'un puits. L'inspecteur Wallander enquête en vain. Jusqu'à ce qu'il découvre près du lieu du crime le doigt tranché d'un homme noir...
Y aurait-il un lien entre la réalité quotidienne de la province suédoise et la lutte sanglante qui se déchaîne à l'autre bout du monde ?

Une enquête particulièrement complexe pour l'inspecteur Wallander et surtout une superbe occasion pour le maître du polar suédois de concilier ses ambiances nordiques et son goût de l'Afrique où il vit une partie de l'année.


                               

Mon humble avis :  Assez de suspens dans le livre ! Je vous le dis tout de go, j'ai
ADORE !
Je ne suis pas allée vers ce livre, ce livre est venu vers moi, via Kitou, messagère très inspirée qui m'a offert cet excellent polar ! La quatrième de couv' m'a immédiatement interpellée... Afrique du Sud... Comme c'est curieux ! J'ai terminé récemment le premier tome d'Afrika Trek 1, par lequel j'ai accompagné les Poussins dans leur traversée de l'Afrique du Sud en 2003. Et La Lionne Blanche me catapulte à nouveau dans ce pays, mais 11 ans plus tôt, 2 ans après la libération de Mandela, 2 ans avant son accession au pouvoir (environ).

En peu de temps, deux livres de genres opposés (un récit et un polar) m'ont  poussée moi, lectrice, à me poser plus de questions  sur cette mosaïque complexe qu'est l'Afrique du Sud, à considérer son Histoire sous un autre angle... Bref, à m'interroger, à réfléchir, à chercher et à me dire que ce qu'il y a de terrible avec l'Histoire, c'est que si elle ne vous concerne pas directement, elle a parfois une fâcheuse tendance à glisser sur vous. Je suis une contemporaine le l'abolition de l
'Apartheid, de la libération de Mandela et plus tard de son accession au pouvoir, faits HISTORIQUES de premier ordre. Et pourtant, je n'en garde aucun souvenir, aucune "émotion médiatique". Comme le dit Zazie dans une chanson, j'étais là... et je ne m'en souviens pas. J'ignorais même toutes les ramifications que cela impliquait. Et pourtant, je me souviens parfaitement de la chute du Mur de Berlin, ou plus dérisoire, de l'aventure d'un président américain avec une stagiaire. Je sais exactement ce que je faisais et où je me trouvais lors de l'attentat du 11 septembre 2001. Mais la libération de Mandela...

Mais revenons en au sujet qui nous réunit ici... Le roman de Mankell
Si je me fie aux informations du site de la Fnac, La Lionne Blanche est la  septième enquête de commissaire Wallander, héros de Mankell, auteur Suédois prolifique à la renommée internationale ( 
Il a reçu les Prix Mystère de la Critique, prix Calibre 38, Trophée 813 en France --, sans parler des millions d'exemplaires vendus dans le monde.)
L'intrigue est remarquablement construite, nous menant en alternance en Suède ou en Afrique du Sud au fil de chapitre. Dès le début, le lecteur est captivée par cette enquête qui semble insoluble. Et pourtant, dès la centième page ou presque (sur 490), le lecteur connaît la fin, l'Histoire (celle avec un grand H !) étant ce qu'elle est ! Mais ce qui nous importe, nous lecteur, c'est la méthode qu'utilisera Mankell pour réunir deux bouts d'histoire et deux bouts du monde. Mais comment va-t-il faire ? Et puis, comment va-t-il empêcher l'impensable de se produire ? Mankell le fait en tenant son lecteur en haleine à chaque page ! Pas de temps mort dans ce jeu de chats et de souris où les souris deviennent chats, les chats se transforment à leur tour en souris... A moins que chaque protagoniste dans l'histoire soit chat, qu'il n'y ait pas de place dans ce monde pour les souris... Vous l'avez compris, polar de très bon cru. D'ailleurs, je me servirais bien un autre verre des aventures de Wallander ... même si ce millésime là a la réputation d'être le meilleur !!


                                        
                       

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 20 Août 2008

Robert Langdon, le célèbre professeur d'histoire de l'art, spécialiste de symbologie religieuse, à Harvard, est convoqué au CERN, en Suisse, pour déchiffrer un symbole gravé au fer rouge sur la poitrine d'un éminent homme de science qui a été assassiné. Il fait alors une découverte incroyable : il s'agirait d'un crime commis par une très ancienne société secrète, les Illuminati, laquelle s'est également emparée d'un conteneur renfermant une substance très dangereuse. La secte, qui vient de resurgir après une éclipse de quatre siècles, a juré d'anéantir l'Eglise catholique.
Langdon ne dispose que de quelques heures pour sauver le Vatican qu'une terrifiante bombe à retardement menace !
Dans cette folle course contre la montre, Langdon aura comme alliée, Vittoria, une ravissante jeune scientifique qui l'aidera à décrypter d'archaïques symboles qui d'églises en places romaines le mèneront jusqu'à l'antre des Illuminati…

 

 

 

 

 

 

 

Da Vinci Code

                                                                                       



                                      
Mon humble avis :A la lecture des premières pages, je me suis dit : " tout pareil que dans le Da Vinci Code ! " Et puis, tout comme avec le DVC, j'ai été complètement captivée et passionnée par ce roman. Certes, on retrouve la même écriture, le même traitement de l'intrigue, les mêmes innombrables rebondissements que dans le best seller de référence. Pourquoi se priver d'une recette qui a déjà fait ses preuves ! ? Le héros, Robert Langdon utilise à nouveau sa magistrale connaissance de la symbologie. Par contre, je me suis moins perdue dans les méandres historiques que dans le DVC. Anges et Démons est, à mon sens, moins compliqué à suivre et à comprendre. Le jeu de piste à travers Rome provoque en nous l'envie de nous balader de par ces rues et églises séculaires. Les descriptions du Vatican et de son protocole m'ont intéressée. Et c'est avec fascination que j'ai découvert une autre confrérie historique, les illuminati.... De tels sujets, comme le prieuré de Sion, la Maçonnerie, l'Opus Déi, les Illuminati éveillent en moi une sacrée curiosité. Je devrais prendre le temps d'en développer mes connaissance... Un jour !
Certains voient dans Anges et Démons un nouveau pamphlet de Brown visant à détruire l'Eglise ! Quelle paranoïa !  Dan Bown base son intrigue sur la rivalité, la compatibilité ou l'incompatibilité entre l'Eglise et la Science. Un débat historique ! Dan Brown ne prône pas l'anticléricalisme. Il évoque juste une religion qui serait  plus humaine et plus moderne et une science qui serait plus religieuse. Il appelle juste à plus de réfléxion dans les actes et les conséquences, sans prétendre philosopher non plus.
Bon, pour conclure cet humble avis un peu dispersé : J'ai trouvé dans Anges et Démons un excellent thriller, captivant, très divertissant. A lire au soleil ou comme moi, pendant une semaine de vacances pluvieuses en Bretagne. Comme vous voulez, mais à lire ! 

Du même auteur sur ce blog :

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 7 Août 2008

Résumé : Printemps : l'histoire d'un prisonnier innocent qui prépare l'évasion la plus extraordinaire depuis celle du comte de Monte-Cristo... Été : un jeune adolescent découvre le passé monstrueux d'un vieillard et joue avec lui une variante terrible du chat et de la souris... Automne : quatre garçons turbulents s'aventurent dans les forêts du Maine, à la découverte de la vie, de la mort et des présages de leur destin... Hiver : dans un club étrange, un médecin raconte l'histoire d'une femme décidée à accoucher quoi qu'il arrive... 


                                     

Mon humble avis : C'est le seul livre du maître King que j'ai lu pour la bonne et simple raison que je n'aime ni l'horreur, ni l'épouvante ! Mais celui ci m'avait été présenté comme différent des autres.... ce que je ne peux confirmer et pour cause ! Il n'empêche que je garde un souvenir impérissable de cette lecture, même si elle fut parfois pour moi difficilement supportable, malgré l'absence d'horreur.
Dans ces quatre histoires, ma préférence va à la brillante représentante du printemps : les évadés. Cette histoire d'évasion est l'une des plus émouvantes et marquantes qu'il m'ait été données de lire. Elle donne a réfléchir sur la liberté et son contraire, sur la culpabilité et l'innocence, la justice et l'injustice. Mais surtout c'est une histoire modèle sur l'espoir, l'obsession, l'instinct de survie, le courage et la persévérance... (encore que le terme persévérance soit bien faible, je tâcherais que revenir dessus pour le remplacer.)


                                       
LES EVADES - le film

Cette oeuvre de Stephen King a elle aussi été adaptée au cinéma par Frank Darabont, à qui l'ont doit également "La ligne verte".
En tête d'affiche, de ce film sur l'univers carcéral, 2 acteurs de choix, exceptionnels : Morgan Freeman et Tim Robbins.

Ce film est ni plus ni moins que bouleversant. Il se regarde en se préparant, dans le silence, sans popcorn ni téléphone portable à proximité ! Je pense que si vous n'avez ni vu le film ni lu le livre... Mieux vaut commencer par le film. En effet, l'effet de surprise immense de cette fin si inattendue serait bien réduit... Lire le livre vous permettra d'approfondir l'histoire, les personnages et vos émotions. Voir et lire, deux plaisirs à ne pas bouder !

Pour info, le pitch du film est présenté ainsi :

En 1947, Andy Dufresne, un jeune banquier, est condamnéà la prison à vie pour le meurtre de sa femme et de son amant. Ayant beau clamer son innocence, il est emprisonnéà Shawshank, le pénitencier le plus sévère de l'Etat du Maine. Il y fait la rencontre de Red, un Noir désabusé, détenu depuis vingt ans.. 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 6 Août 2008

Résumé : (...) Ce récit d'un voyage au paradis des grands espaces australiens qui vire au cauchemar éveillé est un petit bijou. Nick, héros malgré lui de ce thriller féroce, n'avait rien contre ce pays avant d'écraser un kangourou par une nuit sans lune.
Sa rencontre avec la jeune et robuste Angie va le mener en plein cœur du bush. Au milieu de nulle part. Au sein d'un clan d'allumés coupés du monde, sans aucune route pour quitter ce traquenard. Nick, désormais, n'a qu'une seule obsession : comprendre ce qu'il fait là et sauver sa peau. Fuir alors que toute la communauté le surveille...






                                  
                                                     
Mon humble avis :L'Australie, terre d'infini... Les clichés de l'Australien surfeur, blond sable chaud.... Le bout du monde... Même si le billet d'avion coûte très cher et que plus de 24 heures  de vol sont nécessaires pour rejoindre ce pays continent.... L'Australie représente souvent un fantasme jusqu'à.... ce qu'on lise Cul de Sac de Kennedy. Comment dépenser 6 € pour en économiser 1200 hors surcharge carburant ! Je plaisante... presque pas. Car ce roman de Kennedy fusille ces clichés sur place !
Après des premières pages un peu "longuettes", ce thriller devient tout bonnement génialissime ! Très vite, un point commun se crée entre le lecteur et Nick, le héros. Il est prisonnier de cette bande de dégénérés du bush, et nous sommes otages de son histoire. Impossible d'abandonner ce pauvre routard Yankee à son triste sort, à son cauchemar. Quel issue à son enfer ?... je n'en dirais pas plus, vous lirez le livre !
Par contre, je me demande juste pourquoi Folio classe ce roman dans les policiers. Je suis d'accord pour attribuer le terme de thriller, tant il y a du suspens et une tension grandissante. Mais il n'y a pas l'ombre d'un policier, d'une enquête...Alors voilà, je m'interroge.
Conclusion N°1 : je ne mangerai plus de steak de kangourou
Conclusion N°2 : la lecture de ce 2ème roman de Kennedy me permet d'adopter cet auteur parmi mes écrivains à suivre de très près, et bientôt favoris !

Du même auteur sur ce blog : "Une relation dangeureuse"
                                                                                         
                                                                                                          

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0