Articles avec #cinema francais tag

Publié le 17 Juillet 2010

Synopsis : Dino Fabrizzi est le vendeur numéro un de la concession Maserati de Nice. A 42 ans, il arrive à un tournant de sa vie, le poste de directeur lui est ouvertement proposé et sa compagne depuis un an, Hélène, a la ferme intention de l'épouser. Pour Dino, la vie est belle, sauf que cette vie parfaite s'est construite sur un mensonge. Dino s'appelle en fait Mourad Ben Saoud. Ni son patron, ni Hélène et encore moins ses parents ne sont au courant de cette fausse identité... Dans dix jours débute le ramadan et Mourad qui passe outre tous les ans devra cette fois assumer la promesse faite à son père malade. Faire le ramadan à sa place... Pour Dino, l'italien, cela ne va pas être simple.

 

 

Comédie avec Kad Mérad, Valérie Benguigui et Roland Giraud

 

 

 

 

 

    

 

                            -toile4.jpg

 

Mon humble avis : Déjà en voyant la bande annonce, je me doutais que ce film n'était pas aussi léger que casting et réalisateur pouvaient le présager. Mais à ce point  là.... Ce film est la vraiment la bonne surprise de l'été ! Après quelques bons rôles noyés dans quelques navets, Kad Mérad renoue enfin des scénarii qui mettent en avant son un talent  irréfutable dans des rôle qui lui va comme un gant. Un gant a plusieur doigts, alors il n'enferme pas un acteur, au contraire de la mouffle ! Kad Merad décline ici à la perfection toute une palette de sentiments, dans des scènes très intenses qui se passent parfois de mots, ou alors là, où les mots prennent une dimension que chacun décidera dans son intimité. Je pense notamment aux têtes à têtes avec le père de Dino/Mourad, avec sa mère ou avec l'iman.

Les sujets de la honte identitaire, de l'intégration, du racisme sont traités avec un réel tact, émotion et humour. C'est l'humour qui vient en aide à la cause et non la cause qui sert l'humour. Donc aucune lourdeur dans ce film, juste de l'émotion, de la tendresse, des sourires et un peu de rires qui permettent de mieux passer le message qu'un documentaire lancinant et répétitif. Le duo Kad et O a tout compris et tout réussi avec ce film. La religion musulmane est filmée avec respect, fascination, silences. Loin des clichés habituels de la violence, du sectarisme et des imans recruteurs de fous de Dieu.

Le sujet principal du fim est aussi le mensonge, celui qu'utilisent ceux qui refusent à avouer leurs faiblesses, ceux qui ne veulent pas décevoir, ceux qui pensent que leurs simples qualités ne suffisent pas à les rendres aimables, ceux qui s'imaginent que devenir un autre suffit à effacer la réalité... Bref, ceux qui jouent un rôle en public et se retrouvent prisonnier de ce personnage crée de toutes pièces.

Alors, L'italien, bercé par une BO très Italienne est vraiment un film à voir.... Ne serait-ce que pour quelques scènes très fortes... Lesquelles ? Allez un exemple où deux...

La mère qui dit à son fils : Quand on est arrivé d'Alger avec ton père, on a compris qu'on ne nous demandait pas de nous intégrer, mais de ne pas déranger...

Ou encore, Kad dans sa cellule de prison qui fait ses ablutions pour se préparer à la prière... Cette scène est magistrale, je la vois encore au fond de mes yeux.

 

 

 

    

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 17 Juin 2010

les-meilleurs-amis-du-monde-18843-2003317265.jpg

Synopsis : Un week-end au vert avec vos meilleurs amis.
Ceux qui vous aiment vraiment.
Ceux en qui vous avez une confiance absolue.
Ceux qui vous comprennent et vous disent toujours la vérité.
Et surtout, ceux qui vous pourrissent sans savoir qu’ils ont appuyé sur la touche rappel de leur téléphone.

 

 

 

Comédie avec Marc Lavoine, Léa Drucker, Pierre François Martin-Laval, Pascale Arbillot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

                                  -toile3.jpg

 

 

Mon humble avis :  Voici un film sur un sujet qui fait toujours recette : l'amitié. Ici l'amitié entre deux couples est mise à mal par un coup de téléphone qui n'aurait jamais du être reçu...

Quel agréable moment de cinéma et par la même occasion, une sacrée séance d'abdominaux. On rit beaucoup dans ce film, au dépent bien sur des protagonistes. Les rires plus ou moins aigus fusaient dans la salle. Et comme le rire est contagieux.... Vraiment, une bonne partie de plaisir.

Le scénario est cynique, comique et cruel à souhait et en même temps très touchant, le couple formé par Léa Drucker et Pierre François Martin Laval étant blessé au plus profond de leur âme. Les deux époux vont se serrer les coudes pour en faire voir de toutes les couleurs à leurs faux amis ! Une vengeance, pas à pas. Jusqu'où iront ils ???

Les répliques ne m'ont pas forcément marquée. Par contre, je ne suis pas encore remise de la drôlerie de certaines scènes et situations, même si quelques unes d'entre elles ne font dans la finesse. En même temps, c'est un film sur les bofs et les lourdingues... Les bofs parvenus et bling bling (Marc Lavoine) et les bofs qui n'y sont pas arrivés.

Côté acteurs, Marc Lavoine est jubilatoire en bof moustachu, fier et con comme un coq, qui a fait fortune dans les WC. Sa femme dans le film, Pascale Arbillot, excelle en gourde nunuche blonde platine qui n'a pas droit à la parole face à son macho de mari. Pierre François Martin-Laval manie toujours son pouvoir comique et touchant à la fois avec brio. Quant à Léa Drucker, elle me fait délicieusement penser à une autre grande actrice : Agnès Jaoui.

La morale de l'histoire est sympathique mais pas moralisatrice. Encore un film dont on sort de bon humeur, qui m'a franchement changé les idées, c'est ce dont j'avais besoin, même si l'on se serait bien passé de certaines scènes un peu trop burlesques.

 

"La caractéristique principale d'un ami est sa capacité à vous décevoir" (Pierre Desproges)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 5 Juin 2010

Synopsis : Germain, 45 ans, quasi analphabète, vit sa petite vie tranquille entre ses potes de bistrot, sa copine Annette, le parc où il va compter les pigeons et le jardin potager qu'il a planté derrière sa caravane, elle-même installée au fond du jardin de sa mère, avec laquelle les rapports sont très conflictuels. Il n'a pas connu son père, sa mère s'est retrouvée enceinte de lui sans l'avoir voulu, et le lui a bien fait sentir depuis qu'il est petit, à l'école primaire son instituteur l'a vite pris en grippe, il n'a jamais été cultivé, il est resté " en friche ".
Un jour, au parc, il fait la connaissance de Margueritte, une très vieille dame, ancienne chercheuse en agronomie, qui a voyagé dans le monde entier et qui a passé sa vie à lire.
Elle vit seule, à présent, en maison de retraite. Et elle aussi, elle compte les pigeons.
Entre Germain et Margueritte va naître une vraie tendresse, une histoire d'amour " petit-filial ", et un véritable échange...

 

Avec Gérard Depardieu, Morane, Gisèle Casedesus...

 

 

 

 

                                      -toile4.jpg

 

Mon humble avis : Ce film est merveille. Ce film est tendresse. Ce film est pureté, humour et amour. Amour montré, amour caché, amour tu. Amour de l'autre, amour filial, amour des mots, amour des livres, amour des tomates du potager ou des pigeons. Ce film est aussi respect. Respect des différences, respect de l'âge et du savoir, respect de la prétendue ignorance. Ce film est admiration de la simplicité et du sophistiqué. Ce film est plaisir du travail bien fait, d'un bon moment entre amis, d'un doux moment entre amants. Ce film est naissance d'un homme de 50 ans et renaissance d'une dame de 95 ans. Ce film est la vie qui réunit ces deux êtres que tout séparent. Ce film est sourire, celui des personnages heureux d'être ce qu'il sont, et le vôtre qui ne vous quitte pas de la séance.

Intarissable d'éloges pour ce film, je pourrais continuer ainsi jusqu'au bout de la nuit en évoquant la finesse et la subtilité des dialogues tellement ciselés, l'élégance des comédiens qui sont tous en état de grâce à leur façon. "La tête en friche" vous met le corps en apesanteur et l'esprit en plénitude. La tête en friche vous réconcilie avec l'humanité, cela tombe bien, moi qui suis en guerre avec une bonne partie du monde. La tête en friche ne vous donne qu'une envie, acheter très vite le livre éponyme dont il est l'adaptation, pour le lire et le relire, retenir toutes ces jolies phrases et s'émerveiller... encore. Respect.

 

 

 

 

   

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 24 Mai 2010

Synopsis : Elle est rousse. Elle est écossaise. Elle aime le rugby et la cornemuse. Elle vit à Londres, mais se considère en exil. Elle a un fichu caractère et une sacrée descente au whisky.
Elle s'appelle Imogène McCarthery... du clan des McLeod !
En ce beau jour de mai 1962, Imogène, secrétaire à l'Amirauté, vient une nouvelle fois d'humilier son supérieur hiérarchique. C'est l'esclandre de trop. Dans le bureau de Sir Woolish, le grand patron, Imogène s'attend à être congédiée...
Contre toute attente, elle se voit confier une mission secrète : convoyer les plans d'un nouvel avion de guerre jusqu'à un contact en Ecosse, à Callander... son village natal !
Quelle coïncidence !... Quel signe du destin !...

 

Avec Catherine Frot, Lambert Wilson, Danièle Lebrun

 

 

 

 

 

 

 

 

                                      -toile4.jpg

 

 

Mon humble avis :   Je m'attendais juste à un petit film sympa et distrayant avec Catherine Frot, actrice que j'adore. Et bien j'ai assisté à un film hilarant, toute la salle, et moi la première, riant aux éclats de bon coeur tout au long du film. Le personnage d'Imogène est si drôle, facétieux, faussement gaffeuret ne manque pas de ressources. L'auteur Exbraya, son créateur, l'a-t-il conçu si libéré et comique... Il semblerait que non, une amie me le décrivant plus comme une "miss marple bis". Donc les réalisateurs ont pris quelques libertés pour notre plus grand bonheur et sans doute le leur aussi, car on imagine l'ambiance sur le plateau ! Il en résulte un film décalé, qui parodierait presque les films des années 60, fier de son côté kitch, dans les décors, la manière de filmer, les scènes d'action avec. Exemple : le coup de feu tiré par Lambert Wilson qui sonne faux archi faux !  En fait, Imogène me fait un peu penser à OSS 117, mais avec un humour mille fois plus fin, celui d'Hubert Bonither de La Bath ne m'ayant jamais touchée. Le couple Frot/Wilson fonctionne à merveille dans ces péripéties pleines de rebondissements, qui captent le spectateur, même si l'intrigue n'est qu'au second plan de ce film. Les atouts de son film sont ses personnages, l'humour et bien entendu, les répliques succulentes et les magnifiques  paysages écossais.

OSS 117 a maintenant son équivalent féminin avec Imogène. J'espère que ce personnage sera récurant. Je ne bouderai pas mon plaisir à suivre ses aventures ! Allez, oust, filez au cinéma pendant qu'il en est encore temps ! 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 6 Mai 2010

Synopsis : Ils sont cinq frères semblables et pourtant différents, élevés par une mère devenue veuve trop tôt. L'un d'eux s'était éloigné de la famille, lorsqu'il réapparaît, poursuivi par un gang de trafiquants, il se réfugie parmi les siens en leur révélant un secret. Les cinq, ensemble, vont trouver l'énergie de se défendre et le moyen de venger la mémoire de leur père assassiné...

 

 

 

Polar/thriller avec Patrick Bruel, Vincent Elbaz, Pascal Elbe, Eric Caravaca, Matthieu Delarive, Françoise Fabian, Michel Aumont.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                      -toile4.jpg

 

Mon humble avis :Je vais être moins drôle que sur ma chronique précédente puisque j'ai adoré ce film. J'avoue, quand je lis "film d'Alexandre Arcady", j'y vais les yeux fermés. Une fois de plus, Arcady m'a scotchée à mon fauteuil et a encore réussi à me surprendre... Le sujet du film est plutôt grave, mais Arcady et son équipe ont glissés dans les dialogues des répliques qui font mouche et qui font rire et détende l'ambiance, se moquant gentiment de ses personnages et de la religion que les unis plus ou moins : le judaïsme. Arcady n'a d'ailleurs pas son pareil pour décrire ce milieu, avec ses rites, ses ambigüités et ses forces. La force, on la ressent énormément dans cette famille, la force, l'amour, l'union, le un pour tous tous pour un. On admire la loyauté et le respect qui habite cette fratrie, que ce soit dans la sérénité ou dans l'adversité. Pour un peu, on se croirait presque faire partie de cette famille.

Le scénario est excellent. Il commence par la mise en place tranquille de l'atmosphère et de chacun des personnages... jusqu'au retour du fils "prodigue" pour les uns, "maudits" pour les autres. Là, tout bascule, plus aucun temps mort ni pour les acteurs, ni pour les spectateurs. L'intrigue captive et se dénoue de façon relativement inattendue. En passant, je cite une petite invraissemblance qui m'a dérangée au début.... Vincent Elbaz entre "par effraction" dans une maison manifestement abandonnée depuis presque deux décennies. Et comme par miracle, l'abonnement EDF assure toujours l'électricité et la télévision fonctionne toujours....

 Parlons des  et acteurs... Quel casting magnifique, harmonieux. Toute une équipe qui semble bien soudée comme les 5 doigts de la main, menée par un Patrick Bruel toujours aussi brillant dans ce genre de rôle, mais qui ne fait d'ombre à personne. Chaque acteur peut ici montrer son talent et ne s'en prive pas parce qu'ensemble, ils ne font qu'un !

Vous l'aurez donc compris, entre Iron Man 2 et Comme les 5 doigts de la main, le choix est vite fait. J'espère vous avoir un peu aidé dans votre choix cornélien du samedi soir !!!

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 27 Avril 2010

Synopsis : Arcachon. Mois d’août. Jean-Pierre Savelli, employé aux Mutuelles d’Assurances de Clermont-Ferrand, apprend que Valérie, sa fiancée, veut faire un break. Pour se ressourcer et retrouver calme et sérénité, il décide de changer de destination de vacances... Il atterrit au Camping des Flots Bleus et tombe sur Patrick Chirac et sa bande de campeurs irréductibles. Les vacances peuvent commencer ! Apéro !

 

 

 

Comédie avec Franck Dubosc, Richard Anconina, Mathilde Seigner, Claude Brasseur, Alyson Paradis, Laurent Olmédo, Antoine Duléry.

 

 

 

 

 

 

 

 

  

                           -toile4.jpg

 

 

 

 Mon humble avis :  Objectif atteint, parce qu'ils le valent bien ! Je voulais me détendre, rire et retrouver une sacrée bande dans leur camping, donc direction Gaumont salle 1 ! J'en suis ressortie deux heures plus tard enchantée et de bonne humeur (pourvu que ça dure !). Car oui, c'est vrai, la bonne humeur est contagieuse et ce film en regorge.

A ceux qui craignent les suites, je dirais, ne vous inquiétez pas, le scénario est sympa, ils se sont bien renouvelés par rapport au premier film, même si, de-ci-delà, on trouve des clins d'oeil à des gags dont on se souvient encore 5 ans après, pour notre plus grand plaisir. Gags inédits et répliques amenées certainement à devenir cultes foisonnent à un rythme raisonnable.

Pour ceux qui n'ont pas vu le premier... Vous ne serez pas perdus, vous passerez un excellent moment, même si les clins d'oeil au premier film vous échapperons. Mais cela ne vous empêchera pas de suivre l'intrigue haletante !!!

Enfin, pour ceux qui ont du mal à apprécier Franck Dubosck, je chante : Relax, take et easy ! Y'a pas à couper l'herbe en quatre, Dubosc excelle en Patrick Chirac. Je ne vois personne qui pourrait le remplacer. Et puis ces yeux bleus magnifiques ne sont pas désagréables, loin de là.

Et puis il y a Richard Anconina, le nouveau copain (ou nouvelle victime !?) de Patrick Chirac, qui s'installe aussi au camping. Présence agréable, douce, touchante, puis amusante. J'étais contente de le revoir au cinéma, cela faisait un bail.

Paris donc tenu pour cette suite. J'espère qu'il y aura un 3ème numéro, bien meilleur que le 3ème des Bronzés.

Bon vous l'aurez compris, pas beaucoup d'ombre au tableau sauf sous les pins... Néanmoins, j'aurais aimé que la situation de couple joué par Mathilde Seigner et Antoine Dulery ait un peu évolué. Il y a là un peu de redondance.

Bref, une bonne sensation de vacances, des amis que l'on retrouve, une ode à l'amitié, à l'entraide et la bonne humeur, le tout pour le prix d'une place de ciné... je n'ai pas trouvé moins cher pour ce package, que ce soit sur Partir Pas Cher ou là où je travaille !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 18 Avril 2010

19410139 jpg-r 16

Synopsis : En cette année 1912, Adèle Blanc-Sec, jeune journaliste intrépide, est prête à tout pour arriver à ses fins, y compris débarquer en Égypte et se retrouver aux prises avec des momies en tout genre. Au même moment à Paris, c'est la panique ! Un œuf de ptérodactyle, vieux de 136 millions d'années, a mystérieusement éclos sur une étagère du Jardin des Plantes, et l'oiseau sème la terreur dans le ciel de la capitale. Pas de quoi déstabiliser Adèle Blanc-Sec, dont les aventures révèlent bien d'autres surprises extraordinaires...

 

 

Avec Louise Bourgoin, Gilles Lellouche, Jean Paul Rouve, et Matthieu Almaric.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                -toile3.jpg

 

Mon humble avis :Fan de Besson (euh, de Luc, pas du politicien), je me suis donc précipitée dans une salle obscure pour voir son dernier film, même si la bande annonce ne m'attirait pas franchement. Et j'ai bien fait de suivre mon coeur plutôt que ma raison car je viens de passer un excellent moment. Ce film est un pur moment de divertissement, original, amusant, avec des acteurs qui ont tous des gueules et des dentitions les plus improbables. D'ailleurs, il en est certains que l'on ne reconnaît même pas. Bravo aux maquilleurs, notamment pour leur énorme travail sur les momies. Par contre, légère déception sur certains effets spéciaux. A un moment précis, je les ai même trouvés "A chier" si vous me permettez l'expression, c'est celle qui m'est venue à la sortie de la salle. Avec des films comme le 5ème Elément ou Arthur et les Minimoys, Luc Besson nous a habitués à mieux. Mais ce défaut n'est qu'anecdotique.

Car ce film est mené tambours battants, sans temps mort, tout en revendiquant je pense une certaine légèreté. Ah oui, j'ai oublié de vous dire, Les aventures d'Adèle Blanc-Sec sont à l'origine des bandes dessinées qui auraient fasciné mon réalisateur préféré dans son enfance... si mes sources sont bonnes. Que dire de Louise Bourgoin, l'interprète de l'intrépide et tenace Adèle, qui porte tout de même le film sur ces épaules. Elle est épatante, fraîche, pétulante, charmante. Et surtout, elle ne manque pas de répartie ! Et surtout, Adèle amène une franche bonne humeur dans le film !

J'avoue, j'ai pas tout à fait aimé la fin, mais en même temps, celle ci laisse présager une suite éventuelle. Alors pourquoi pas, ne boudons pas notre plaisir de retrouver cette attachante aventurière. Même si ce n'est pas cet univers là que je préfère chez Besson (je penche plus pour Nikita, Leon...), je vous conseille ce film qui vous emmènera dans un monde où tout est possible, dans une autre époque. Mais hé, psst, allez y avec votre âme d'enfant, car c'est un film moqueur qui ne se prend pas au sérieux. Alors oubliez votre scepticisme !

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 12 Avril 2010

Synopsis : Lucien Paumelle a toujours eu des convictions fortes. Médecin retraité, il reste un homme d'action, réputé pour son implication dans de nombreuses causes humanitaires.
Son engagement le conduit jusqu'au mariage blanc avec une jeune femme moldave, Tatiana, pour lui éviter l'expulsion.
Mais ses enfants, Babette et Arnaud, s'aperçoivent rapidement que le comportement de leur père n'a plus grand-chose à voir avec les principes qu'il a toujours prônés : malgré ses 80 ans, Lucien aurait-il succombé au charme de sa flamboyante épouse ?
Tandis que Tatiana et sa fille prennent leurs marques chez les Paumelle, le chaos s'installe dans le quotidien de Babette et Arnaud.
Bientôt, ce sont toutes les relations familiales qui sont à redéfinir...

 

 

Comédie avec Karine Viard, Fabrice Lucchini, Michel Aumont, Valérie Benguigui, Véronica Novak

 

 

  

 

                             -toile4.jpg

 

 

Mon humble avis :  Un film qui n'est pas ce pour quoi on le fait passer.... Vous pas comprendre ? Moi vous expliquer !

En lisant le pitch, en voyant la bande annonce au cinéma, on s'attend à une simple comédie, ou à une comédie de plus diront d'autres. Et bien pas du tout, ou plutôt pas que cela. Certes, on rit beaucoup, surtout au début, alors que réparties cinglantes suivent des situations cocasses et ainsi de suite. Puis, ce qui n'aurait pu être qu'une bonne blague change de ton et nous mène presque au bord du drame, voire tourne au tragique. Ainsi, tous vos sentiments et sensations sont appelés à réagir en voyant ce film : le rire, les larmes, les réflexions....

Réflexions une fois de plus sur le sort des sans papiers, ici le cas du jeune roumaine et de sa fille. Le film vous demande où se trouve la limite entre l'escroquerie et la véritable détresse.... et que faire lorsque cette limite n'est pas si nette finalement. Autre sujet du film : le choix de disposer de sa propre vie lorsque l'on a 80 ans, de faire ses choix, de se bercer d'illusion, d'être dépassé par les événements, d'y croire encore et de dépasser les limites. Enfin, jusqu'où peut on aller pour se protéger....

J'ai beaucoup aimé aussi le rapprochement entre Karine Viard la soeur et Fabrice Lucchini le frère... On règle ses comptes, on reparle du passé, des jalousies, des impressions de préférence des parents, de la difficulté d'être la fille modèle ou le vilain petit canard. Ces séquences ont trouvé un bel échos en moi.

Toute cette histoire est magistralement orchestrée par Anne Le Ny. Pas de temps mort et la réalisatrice vient vous chercher et vous interroge...

Enfin, que dire des acteurs.... Ils sont tous excellents, c'est normal me direz vous, ils ont cette réputation. J'adore Karine Viard, qui ressemble à une femme normale. Et je suis fan de Lucchini. Sauf qu'ici, ses détracteurs ne trouveront rien à dire. En effet, dans ce film, tout en sobriété, Lucchini ne fait pas du Lucchini, il interprète simplement le rôle qui lui est donné avec beaucoup de justesse et d'émotions.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 2 Avril 2010

Synopsis : Charly Matteï a tourné la page de son passé de hors la loi. Depuis trois ans, il mène une vie paisible et se consacre à sa femme et ses deux enfants. Pourtant, un matin d'hiver, il est laissé pour mort dans le parking du vieux port à Marseille avec 22 balles dans le corps. Contre toute attente, il ne va pas mourir... Cette histoire est inspirée de faits réels, mais où tout est inventé, au coeur du Milieu marseillais.

 

 

Thriller avec Jean Reno, Marina Foïs, Jean Pierre Daroussin, Kad Mérad.

 

 

 

 

 

 

 

 

  

   

                                                                                                                    

                                    -toile4.jpg

 

Mon humble avis : L'immortel est l'adaptation du roman homonyme de Frantz Gibert, lui même adapté de faits réels. Si l'on ignore cela, il est de notre droit de trouver le début de ce film gros, si gros qu'il en devient énorme. En fait,  c'est vrai, à la fin des années 70, l'un des derniers parrains de Marseille survécu à une attaque de 22 balles. Ensuite, il paraît que Richard Berry ait pris quelques libertés pour nous compter ces histoires de gangsters, de mafieux. En tout cas, ce film est parfaitement réalisé et les images sont maîtrisées. Certes, on pourrait reprocher quelques clichés,mais les hommes mafieux de cette époque là (je n'ai pas le plaisir d'en connaître aujourd'hui), ne sont ils déjà pas les clichés d'eux mêmes. Je ne pense pas que Richard Berry ait abusé de ce côté là, cela se passait bien comme cela dans ce milieu, d'autres films nous l'ont déjà prouvé. Et comme dans ces autres films, il nous faut un certains temps pour nous habituer à la confusion qui provient de tout ces personnages à la même démarches, qui ont tous la gueule de l'emploi. Qui est avec qui ? Je me suis posé la question à mainte reprises !

Mattei reçoit donc 22 balles : dans la voiture 8 personnes, donc 5 tireurs. Une fois recousu de partout et remis sur pieds, celui ci prendra temps et patience pour parfaire sa vengeance, sans dépasser les limites de son code d'honneur.  Les occupants de la voiture sont donc "dégommés" chacun leur tour au film des mois....  Alors bien sûr, le film n'est pas Alice aux pays des merveilles, mais plutôt au pays de la vengeance, des armes et de la tortures. Beaucoup de scènes de violence ou les plus sensibles se prépare à plonger la tête sous leur manteau, fermer les yeux très forts et puis aussi, il faut se boucher les oreilles, ou autre solution bondir se protéger au creux de l'épaule de son voisin, que celui ci soit surpris ou volontaire. Vous espérez une épaule forte pour vous rassurer !

Mais rassurez vous, la caméra coupe dévie toujours de trajectoire avant l'insupportable.

Et la police me dirait vous ? Que fait elle ? Son commissaire en chef a tendance à penser : "tant mieux, qu'ils se tuent entre eux, cela en fera moins à arrêter. Mais le lieutenant Marina Foïs (grandiose de distance dans ce rôle) ne l'entend pas ainsi. Elle veut faire son métier, surtout que dans ces hommes qui s'entre-tue, ce trouve celui qui a tué son mari policier quelques mois plus tôt;

Kad Mérad est inattendu mais très crédible en parrain mafieu. Un tel film pour lui tombe à pic afin de redorer son blason quelque peu pâli par certains navets récents.

Quant à Jean Reno, il n'a plus rien a prouvé, il est impeccable comme d'habitude. Déjà, lorsqu'il parle, sa voix si profonde fait trembler les murs. Alors imaginez lorsqu'il est en colère ! C'est le cinéma complet qui vibre !

Pour conclure, l'immortel est un film certes violent mais très efficace, sur la mafia, sur la rédemption, sur la vengeance, sur l'immoralité, sur l'envie de tourner la page. Mais le sang que l'on a sur les mains ne sèche pas.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 24 Mars 2010

http://breve2cinema.com/wp-content/uploads/2010/02/arnacoeur.jpg

Synopsis : Votre fille sort avec un sale type ? Votre soeur s'est enlisée dans une relation passionnelle destructrice ? Aujourd'hui, il existe une solution radicale, elle s'appelle Alex. Son métier : briseur de couple professionnel. Sa méthode : la séduction. Sa mission : transformer n'importe quel petit ami en ex. Mais Alex a une éthique, il ne s'attaque qu'aux couples dont la femme est malheureuse.
Alors pourquoi accepter de briser un couple épanoui de riches trentenaires qui se marie dans une semaine ?



Comédie avec Romain Duris, Vanessa Paradis, Julie Ferrier, et Héléna Noguerra.









                                   -toile3.jpg

Mon humble avis : Voilà une bonne comédie romantique que l'on ira voir pour se vider la tête, rire un peu et apprécier le jeux des acteurs. Personnellement, j'adore Romain Duris et je trouve Vanessa Paradis charmante. Par contre, la prestation et le rôle de Héléna Noguerra est inutile et ridicule. Sans doute les scénaristes étaient ils en panne d'inspiration pour créer un tel personnage qui fait disons "tâche" dans l'ensemble. Le scénario aurait du nous garder dans l'aspect glamour, charme distant apporté par Miss Coco Chanel. Néanmoins, le script tient la route même s'il oscille entre comédie et burlesque, ce qui lui permet de tirer de grosses ficelles sans que l'on puisse lui reprocher. Il y a de très bonnes scènes et d'excellentes réparties, comme des moments plus touchants. Je vous sens perdu en lisant mes lignes pas si tranchées que cela. Il me faut être franche pour que vous puissiez vous décider à vous rendre dans le cinéma le plus proche de chez vous : j'ai aimé ce film, j'ai passé un excellent moment, je me suis bien détendu. Mais j'en attendais un peu plus. D'ailleurs, il manque ce petit "je ne sais quoi" pour en faire un coup de coeur. Finalement, j'ai plus ri avec "Pièce Montée" que je trouvais relativement cliché. Allez comprendre !? Il n'y a plus qu'à vous forger votre propre opinion ! Et à ne pas bouder votre plaisir : Vanessa Paradis est assez rare sur les écrans.

 


L'Arnacoeur bande annonce
envoyé par sortiescinema. - Les dernières bandes annonces en ligne.




Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0