Publié le 15 Juin 2009

Synopsis : Six destinées qui vont, l'espace d'un instant, dans un aéroport grouillant de vie, se bousculer, se séparer et se retrouver. Et si ces personnages étaient en train de vivre, sans le savoir, le moment le plus important de leur vie.
Olivier et Lila... Va-t-il rater l'amour ou va-t-elle rater l'avion ?
Julia et Marcel... Va-t-elle rater sa mort ou va-t-il rater sa vie ?
Fanny et Max... Va-t-elle manquer de courage ou va-til manquer de chance ?

Comédie Romance avec : Carole Bouquet, Pierre Arditi, Anne Marivin, Mélanie Thierry


                                   


Mon humble avis :  Un film écrit et réalisé par une écrivaine, une bonne distribution, un scénario qui paraît sympathique, une bande annonce alléchante... Tous les ingrédients qui me mènent habituellement dans une salle de cinéma étaient réunis.

Oui mais voilà, encore faut il les doser correctement pour aboutir à un plat succulent. Ce film se veut (enfin je pense) doux amer. Mais soit il est trop sucré, soit trop salé. Il hésite trop entre le drame pseudo intellectuel et la comédie, sans vraiment prendre position, ce qui m'a laissée dubitative. J'espérais que la bande annonce ne soit qu'un apéritif. Hélas, il se révèle un peu comme le plat principal contenant toutes les bonnes réparties. Je ne n'éterniserai pas sur les longueurs du film. Je préfère parler du personnage du flic complètement déjanté qui semble s'être trompé de film. Autant les autres personnages sont crédibles autant celui ci semble être là pour donner un ton de comédie de série B. La succession de scénettes casse une certaine magie qui aurait pu éclairer ce film. A peine rentre t-on dans une histoire et s'attache-t-on à ce que vivent les personnages, que l'on passe à une histoire différente, ce qui ne nous laisse pas le temps de déguster et de digérer.

Heureusement, il y a quelques passages qui prêtent à sourire ou à s'émouvoir et un casting sans faute.
Je répète qu'il ne s'agit que de mon humble avis. En effet, nombre des personnes avec qui je suis allée voir ce film sont sorties très touchée, au point d'avoir les yeux rougis !


 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 14 Juin 2009


Troisième jour de descente en pirogue. Ce matin là, ce sont les cris des perroquets qui nous ont réveillées. Le rêve non ?! Comme la sonnerie stridente et électronique du réveil matin est loin !







Petit déjeuner sur la plage déserte, il est 6 heure du mat'. Mais peu importe, durant notre descente, nous n'avons vu aucun occidental à des kilomètres à la ronde. C'est ce que l'on appelle "immersion totale" !






Nous glissons toujours sur l'eau en silence et traversons des gorges au son des perroquets que nous tentons d'apercevoir dans les arbres. C'était vraiment un moment magique !





Nous sommes toujours seuls au monde. Qui s'en plaindrait ? Pas nous en tout cas.
Puis la vie locale s'anime...




Et les villageois riverains vaquent à leurs occupations, quelque soit leur âge.







Il rame, je rame, nous ramons... Tout le monde rame !




Les paysages nous surprennent à chaque courbe du fleuve. Tant de beauté, des couleurs inédites, une telle impression de fond du monde...

 



Sur les rives, des jacinthes d'eau ajoutent du mauve, du violet et du vert bien vif, qui tranchent avec les eaux du fleuve.





Tant de beautés ne doit pas faire oublier que le danger n'est pas loin... A l'abri sous la roche, un croco de quelques mètres de long. Vous comprendrez bien que nous ne nous soyons pas approchés plus pour la photo !


Bon Ok, j'avoue, on y voit pas grand chose !
Mais je vous jure qu'il est là.
Peu importe ! La photo suivante pourrait peut-être à elle seule résumer cette descente du fleuve en pirogue, riche en rencontres, en émotion... D'ailleurs, l'article suivant portera sur la visite d'un village riverain.
Le peuple malgache, ses sourires, ses rires, ses enfants, ses regards...


Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages en Afrique

Repost0

Publié le 13 Juin 2009


Roman adolescent - Le livre de poche jeunesse -  218 pages - 5,23 €

Résumé : Au début de l'été 1469, Guillemette, qui vient de perdre son père, rejoint son grand-père à Rennes. Celui-ci ignore son existence et lui réserve un étrange accueil. Il lui demande de ne révéler à personne son identité. Guillemette doit alors se faire appeler Philippa et supporter bien des médisances.









L'humble avis de Camélia (13 ans) :
Le livre raconte une histoire qui se passe en 1469, à Rennes. Le personnage principale est une fille de treize ans,Guillemette,  élevée comme un garçon dans un château de caractère qui peut-être sensible mais aussi déterminée. Après voir perdu son père dans un meurtre elle part chez son Grand-père, dont elle connaissait vaguement l'existence qui restait sa seule famille. 
 
L'homme, qui est miseur de la ville et mercier, l'accepte dans sa maison mais lui demande de bien vouloir porterun autre prénom. Elle choisira de s'appeler Philippa. Lorsqu'elle arrive elle apprend que son grand-père ignorait son existence. Etonnée par l'étrange accueilque lui réserve son grand -père et les rumeurs qui courent dans son quartier Philippa aimerait bien en savoir un peu plus sur le mystère de sa naissance et pourquoi le miseur lui a-t'il demandé de changer de prénom et de ne donner à personne sa véritable identité.
 
Ce livre est intéressant car on apprend beaucoup de choses sur la vie à Rennes au 15ème siècle. Son organisation, mais aussi les dangers à vivre dans une ville aussi grande. J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire car l'action met du temps à venir.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 12 Juin 2009

Roman broché - Editions Michel Laffon- 371 pages - 20 €

Résumé : En 1761, un navire français s’échoue sur un îlot perdu de l’océan Indien. Il transporte cent soixante esclaves. Pour survivre, rescapés blancs et noirs doivent cohabiter. Un officier veut construire une chaloupe. Les marins refusent de l’aider. Les esclaves acceptent. Leur dignité force le respect des Blancs. Mais au moment du départ, on ne les embarque pas. Quinze ans plus tard, quand le bruit de ce forfait a couru tous les ports, on revient les chercher. Il ne reste que sept femmes et un enfant. À partir des archives maritimes, des fouilles archéologiques et d’un séjour sur l’île, Irène Frain raconte ce chapitre méconnu des droits de l’Homme, qui a conduit les consciences à l’abolition de l’esclavage.

http://www.lesnaufragesdeliletromelin


                                      

Mon humble avis :Je suis entrée dans ce livre un peu à contre courant, tant j'avais parcouru de billets sur la blogosphère à son sujet, suite à son envoi massif par Chez les filles. Je m'attendais à ce que cela soit très historique... Ça l'est aussi dans un sens, mais narré avec un tel brio ! Oui, je me suis laissée embarquée par ce roman vrai ! J'ai quelque part aussi échouer sur cette île inhumaine, j'ai suivi avec fascination le combat de ces naufragés contre la nature hostile, leur obstination à survivre, j'ai ragé devant tant d'injustice...

Irène Frain transforme cette épopée historique en un récit captivant et haletant. Même si l'on connaît l'issue de cette honteuse tragédie, l'écrivaine parvient à y distiller un suspens implacable. Au fil des portraits d'un criant réalisme, on se demande ce qui tient du réel et ce qui tient de la déduction d'Irène Frain qui redonne vie à ces personnages. Quel plaisir de sentir une auteure aussi passionnée et investie par son sujet, et aussi minutieusement documentée. Irene Frain insuffle vie, doutes, passion, folie, détermination, regrets et remords à de vrais personnages morts depuis 250 ans, et pourtant si vivants dans ce livre. Et surtout, par ce vibrant hommage à ces esclaves abandonnés, Irène Frain tire ces grands hommes de l'oubli pour les poser dans une postérité posthume. Les conséquences  de cette abomination, qui mènent à une première abolition de l'esclavage, sont expliquées de façon limpide. On ne peut que se révolter devant le terme "Première"(abolition de l'esclavage). Pourquoi un retour en arrière par la suite ? L'homme est vraiment capable d'ignominie atroce.

Et que dire de l'écriture d'Irène Frain ? Que du bien. Soignée et élégante. Irène Frain nous prouve que l'on a raison de lire et d'aimer notre belle langue française. Une belle et intéressante lecture, une histoire hélas trop vraie mais qui n'a pas besoin d'effets romanesques ou d'effets spéciaux pour convaincre !

                                                                                               

Voici une photo de l'île de Traumelin, où les esclaves sont donc restés
naufragés durant 15 ans. Rien de paradisiaque vous en conviendrez...

Pour l'avis des autres, je vous dirais bien "Allez sur tous les blogs" et sans doute sur le votre si vous êtes blogueurs, tant ce livre a été largement envoyé. Mais je vais tout de même vous aiguiller sur quelques avis précis :
Celui de
Keisha; de Laetitia La Liseuse ; Karine et Leiloona


Je remercie Suzanne de  ................et les Editions Michel Lafon pour cette historique et captivante lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 11 Juin 2009

Une autre facette de mon univers, la peinture. Même si les livres et ce blog ont un peu remisé mes pinceaux dans leur tiroir, la peinture tient tout de même une place importante dans ma vie. En effet, mes toiles décorent les murs de mon appartement mais aussi ceux de mon lieux de travail. Comme je lis un livre en me demandant comment le chroniquer, lorsque je peignais, je regardais les paysages en m'interrogeant sur la méthode et la technique qui me permettraient de transposer sur une toile ce que voient mes yeux. De même, je ne peux passer devant une galerie de peinture sans y pénétrer. D'ailleurs, quel bonheur par exemple que de ce balader à Pont Aven.

Je peins sans réel technique, au feeling. Très limitée en dessin et en perspective, je dois souvent contourner les difficultés. En fait, je suis plus coloriste que dessinatrice. C'est dans le mélange des couleurs que je prends le plus de plaisir !

Mon inspiration... Je la puise dans mes photos de voyages. Les peindre me permet de prolonger mes vacances, ou d'y retourner d'une certaine façon ! Et parfois, c'est un visuel ou une partie de visuel qui m'inspire. C'est le cas ici et sur les 4 prochains billets de peinture. Là, c'est une publicité pour un casino de Las Vegas qui m'a attirée. Et, je me suis amusée, comme souvent, à incruster de vrai objet. Ici, sur cette toile, ce sont les deux bijoux qui sont vrais, en toc certes, mais vrais !


                                                                              



                                                                               

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Mes couleurs du monde

Repost0

Publié le 10 Juin 2009

Hé, me voilà une nouvelle fois taguée par... Edelwe en premier puis par Neph et Marie cette fois ci ! C'est donc bien volontiers que je réponds à ce challenge.

REGLE DU JEU : 1/ Ecrire 8 souhaits; 2/ Dire à quoi font penser les 10 mots donnés; 3/ Dire un mot sur sa tagueuse; 4/ Taguer 8 personnes et les prévenir....

Alors les 8 souhaits ... C'est que c'est pas facile ce truc... :

                                                              

1. Recouvrer la santé et le bien être

2. Oublier ces 18 derniers mois 

3. Retourner au travail 

4. Paix, justice et alimentation dans le monde

5. Fin de la crise, qu'on parle enfin d'autre chose

6. Retrouver une aisance financière

7. Repartir en voyage

8. Lire et bloguer éternellement !

Ca paraissait difficile mais finalement, il me faut me restreindre dans mes souhaits (en effet, je n'ai pas parlé de l'amour, de l'amitié, le lâcher prise, le carpe diem etc... Je sais, je triche

 

 

A quoi me font penser les 8 mots suivants (là, c'est un coup à aller voir un psy) :

 

Message : On m'aime !

Blog : plaisir, ouverture, rencontre , défi, savoir faire, culture, échange et blablabla et blablabla !

Prix du livre : Prix des Lecteurs Livres de Poche

Croix : et la bannière ! Chacun porte sa croix et le sigle de la croix beaucoup trop utilisé par les religions et les idéologie 

Scrap : booking

Création : nécessitée

Bonheur : lire, rêver, sortir, voyager, être en bonne santé.

Vie : Souffrance, combat mais aussi Rencontrer , Apprendre , et Partager

Enfant : continuité, héritage

Passion : lecture- écriture - voyage - peinture - cinéma

 

Quant à présenter Edelwe...ce n'est pas facile, puisque je ne la connais que par blog interposé...disons que son pseudo attise ma curiosité, je me demande bien ce qu'il peut signifier. Elle passe souvent me laisser des commentaire, ce que j'apprécie beaucoup. Et je fais de même. Mais je ne peux vous en dire plus... Pour mieux la connaître, je profite de cette occasion pour demandé à Edelwe si elle accepte d'être la prochaine victime de ma rubrique "Focus sur un blog". Ainsi, je pourrais devenir intarrissable sur Edelwe !

Reste les 8 personnes à taguer...c'est drôlement difficile, parce que bien évidemment je ne me rappelle plus qui l'a déjà fait...qui, bien entendu, ne répondront que elles  le souhaitent  et en ont le temps :
A girl From Earth ; Lilibook ; Moka ; Catherine ; Schlabaya ; Midola ; Loula ; Mary

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0

Publié le 9 Juin 2009

Synopsis : Jeanne, plongée dans l'écriture d'un premier roman, constate des changements mystérieux autour d'elle et voit son corps se transformer... Son entourage ne semble pas s'en apercevoir.
Troublée, elle découvre chez sa mère une photographie qui la met sur la trace d'une femme, en Italie. Jeanne, désormais transformée, y trouvera la clef d'un étrange passé...

 


Thriller psychologique avec : Sophie Marceau, Monica Bellucci, Thierry Neuvic, Brigitte Catillon




                               


Mon humble avis : Terrific ! Un film avec deux affiches différentes, deux actrices sublimissimes, une dualité dans les personnages comme au fond de chacun d'entre nous : celui ou celle que nous croyons être, que nous sommes, que l'on pense montrer aux autres, que les autres perçoivent de nous... Après deux heures de réflexion, je me lance à dire que j'ai aimé le film, même si ce n'est pas un cri du coeur ! Rien à redire sur le jeu des actrices et les effets spéciaux qui les font devenir une seule et même personne. Comment ? Allez voir le film pour le savoir.


Je me suis sentie assez proche du sujet : l'expression des traumatismes refoulés (Syndrome de Stress Post Traumatique) et ses répercussions. Il arrive à Jeanne des choses qu'elle ne comprend pas, que les autres ne voient pas. Les bouleversements intérieures qui nous échappent complètement et nous effraient. Ceci est vraiment traité avec tact, élégance, sobriété et originalité. La caméra donne de bons effets d'étouffement cérébral, de vitesse, de vertige. La transition entre les deux personnages est bluffante. L'atmosphère est oppressante à souhait, on se demande vraiment où Marina de Van veut nous emmener. Vous allez me dire "beaucoup de qualités". Oui mais...J'ai déploré certaines longueurs, lenteurs et répétitions même si, au final, nombre de choses s'expliquent. Nombres de choses, mais pas toutes. Est-ce un fait exprès ou alors des ajouts qui n'auraient pour seul but que de balader le spectateur pour mieux le surprendre et le garder captif pendant deux petites longues heures ! A vous de vous dépêtrer de cette dernière phrase. Réponse individuelle dans toutes les salles obscures de France !


Pour ne pas gâcher votre plaisir, je vais me contenter d'un lien vers quelques explications sur le tournage et les effets spéciaux du film. Un conseil, ne cliquez sur ce lien que si vous avez déjà vu le film. Sinon, abstenez vous car cela fait un peut spoiler : Secrets de tournage

Par contre, ne boudez pas votre plaisir avec cette bande annonce :



Ne Te Retourne Pas : Bande-annonce 1

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 8 Juin 2009


Aujourd'hui, intéressons nous à un prix qui possède aussi une particularité, le prix Interallié.

Le prix Interallié est le seul prix fondé par des journalistes pour récompenser des journalistes. Cela permet ainsi de découvrir que nombre d'auteurs sont en fait journaliste de leur premier métier !

C'est le 3 décembre 1930 qu'une trentaine de journalistes désoeuvrés qui,  réunis au Cercle de l'Union Interallié à Paris en attendant les résultats du Fémina créent ce prix. Depuis (excepté durant la seconde guerre mondiale), le Prix Interallié récompense chaque année un roman rédigé par un journaliste. Le premier à le remporter fut André Malraux pour "La voie royale". L'éditeur décida d'exploiter ce qui n'était au départ qu'un jeu et fit apposer le traditionnel bandeau rouge des prix littéraires sur les livres du lauréat.

Le jury actuel est composé de 11 membres, tous des hommes et tous journalistes. Il y a dix jurés permanents -- actuellement Serge Lentz, Eric Neuhoff, Jean-Marie Rouart, Eric Ollivier, Pierre Schoendoerffer, Jean Ferniot, Claude Imbert, Philippe Tesson, Jacques Duquesne et Stéphane Denis -- plus le lauréat de l'année précédente qui devient juré de droit pendant un an.

Uniquement honorifique, ce prix ne s'accompagne d'aucune récompense pécuniaire, même s'il est évident que recevoir ce prix promet des ventes exponentielles ! Il est généralement proclamé début novembre au restaurant Lasserre à Paris.


Quelques lauréats : 

2008, Serge Bramly pour "Le premier principe, le second principe"
2007 : Christophe Ono -dit- Biot pour "Birmane" (bientôt chroniqué ici)
2005 : Michel Houellebecq pour "La possibilité d'une île"
2003 : Frédéric Beigbeder pour "
Windows on the world"
2000 : Patrick Poivre d'Arvor pour "L'irrésolu"
1986 : Philippe Labro pour "L'étudiant étranger"
1980 : Christine Arnothy pour "Toutes les chances plus une".

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost0

Publié le 7 Juin 2009

Voici le spectacle qui nous attend le lendemain matin et les 2 jours suivants. Le fleuve, qui semble immobile. Nous allons pagayer, ramer et naviguer dessus pendant 3 jours et parcourir environ 150 km. Les paysages se suivent et ne se ressemblent pas. On nous observe, nous regardons. Nous traversons des villages et assistons à des scènes de vie quotidienne.



Dès 8 heures du matin, la chaleur est harassante. En notre qualité de "clientes", nous ne sommes pas "censées" "ramer". Notre oisiveté nous met mal à l'aise, sous le parapluie qui nous sert maintenant de parsoleil. Notre allure "coloniale" ne nous plait pas. Alors, à tour de rôle, Juliette et moi ramons avec la pagaie de secours, jusqu'à ce que nous croisions une piroguier remontant le fleuve et qui nous prêtera une pagaie. Nous sommes 4 sur le bateau (2 piroguiers et nous) avec 4 rames maintenant.


 Au bord du fleuve durant notre périple, les Malgaches pêchent, cultivent le riz, amènent leur zébu à l'abreuvoir, font la vaisselle, leur toilette. Et les enfants se baignent et s'amusent.







C'est un voyage très contemplatif. Alors, pour parfois "tuer le temps", durant les 3 jours suivants, nous avons joué à tout type de jeux (devinettes et autres), nous avons chanté le "Meilleur des années 80 à aujourd'hui". Pauvre Léo, il doit prévoir des boules Quies dorénavant. Parfois, un coup de fatigue nous emmenait dans les bras de Morphée, pour le plus grand soulagement de nos vaillants piroguiers.


D'ailleurs, en parlant d'eux, voici Léo, notre chef piroguier. Il a bien fait son travail, nous n'avons pas eu de galère. Mais, bémol, il nous a roulées ainsi qu'un autre couple de Français rencontré plus tard.






Non, nous ne sommes pas sur le Lac Rose, juste sur la Tsirinbihina qui s'étale parfois sur un km de large ! Parfois, des hauts fonds obligent Leo à descendre et à pousser la pirogue. A d'autres moments, la pagaie enfoncée jusqu'à la poignée ne touche toujours pas le sol. Moi, je ne descends pas. Il y a des crocodiles. Nous en avons vu un énorme caché près d'un rocher ! Je me suis tout de même baignée une fois avec des fillettes...

Dans la faune locale, on trouve aussi des caméléons, et une multitude d'oiseaux, dont des hérons...

 

 

 

 

 







Sur les rives, une buvette !







Nous avons traversé les Gorges de Bemaraha, taillées dans le calcaire et parfois haute de 50 mètres.



Encore quelques coups de rames et nous arriverons sur la plage, notre 2ème lieu de bivouac.

Mais auparavant, une bonne douche bien méritée sous la cascade vaut bien un petit détour !



Ce voyage est un véritable retour aux origines.
Une 2ème nuit s'approche, nous allons passer un moment à méditer sous la voûte céleste. Nous sommes un peu perdues, ce ne sont pas les mêmes étoiles que dans notre hémisphère, tout semble à l'envers. Plus de repaires, même la Grande Ours nous pose problème et nous laisse perplexes !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages en Afrique

Repost0

Publié le 6 Juin 2009

Je n'ai pas encore parlé de U2. Honte sur moi. U2, groupe de rock irlandais, groupe phare depuis les années 80 mais qui ne vieillit pas, qui tient toujours le haut de l'affiche ! Et U2, c'est aussi son charismatique leader Bono, une voix extraordinaire et un physique à faire fantasmer. ( en tous cas, ça marche sur moi !)
Alors dédicace particulière ou apéritif pour mes amis Virginie et Guillaume qui vont voir bientôt U2 au stade de France, et qui ont eu la gentillesse de m'accueillir pendant mes vacances.


Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #musique - chanson

Repost0