Publié le 14 Août 2022

Film de David Leitch

Avec Brad Pitt, Joey King, Aaron Taylor-Johnson

Synopsis : Coccinelle est un assassin malchanceux et particulièrement déterminé à accomplir sa nouvelle mission paisiblement après que trop d'entre elles aient déraillé. Mais le destin en a décidé autrement et l'embarque dans le train le plus rapide au monde aux côtés d'adversaires redoutables qui ont tous un point commun, mais dont les intérêts divergent radicalement... Il doit alors tenter par tous les moyens de descendre du train.

Mon humble avis : Oh, un billet, ça faisait longtemps ! Et oui, période estivale et météo méditerranéenne en Bretagne, donc je profite de la vie. Mais sur ma carte de fidélité ciné, me restait une place à utiliser avant... aujourd'hui ! J'ai donc choisi, dans la programmation actuelle, le film qui me tentait le plus, mais sans être super convaincue ! Et aucun regret !

J'ai adoré ! Film complètement déjanté, sur-vitaminé, entre thriller, action, comédie, parodie du genre, sans temps mort, couleurs saturées, ultra "hémoglobiné", franchement violent et sanglant (ça tranche au sabre et tutti quanti)... Mais en fait, comme tout est à prendre au 2ème, voire au 3ème degré, ce n'est pas une violence dérangeante ! Au contraire, qu'est-ce que j'ai ri ! 

Le suspense se mélange avec des retournements de situations incessants toujours plus drôles que les précédents, pas crédibles pour un sou, mais qu'est-ce qu'on s'en fout, qu'est-ce que c'est bon... Même les répliques badasses font rire aux éclats, tant tout est décalé dans ce film, qui prend parfois des allures de Tarantino et qui m'a fait aussi penser quelques fois à Las Vegas parano dans la façon de filmer. Il y a aussi des clins d'oeil à d'autres films, comme Mission impossible ! Ah oui, j'allais oublié, la B.O est tellement pêchue que je n'ai pu que la remarquer, avoir envie de chanter, de danser ou, plus discrètement puisque je suis tout de même dans une salle de ciné : taper du pied en rythme !

Bref, action XXL et rire garanti, un Brad Pitt en pleine forme et délicieusement drôle, originalité de ce presque huis-clos dans un train ! Un excellent divertissement à bouder du tout, si vous êtes capables de voir le 2nd degré de la violence ! Je me suis régalée !

Sinon, ben ce blog reprendra son activité habituelle dans une semaine :)

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 12 Juillet 2022

Thriller - Editions Pocket - 355 pages - 7.00 €

Parution Pocket 2013 (Sonatine 2012)

L'histoire : Une petite ville américaine... Il y a quelques mois, un sérial killer a sévi... puis les meurtres ont cessé, car John Cleaver a tué, sans s'en vanter, le tueur en série. John n'est qu'un ado de 16 ans, mais un ado diagnostiqué sociopathe... qui se tient à des règles strictes pour ne pas se laisser envahir par ses pulsions  intérieures.

Quelques mois plus tard, les meurtres reprennent, mais la signature n'est pas la même.

 

 

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

Mon humble avis : Deuxième tome d'une trilogie, dont je n'ai pas lu le premier, sans que cela me gêne aucunement. Assez d'informations nous sont données pour saisir le contexte et l'histoire.

Un thriller donc, qui ressemble à tant d'autres, mais qui possède sa particularité. Le narrateur est John, ado de 16 ans diagnostiqué sociopathe, qui travaille avec sa mère dans la chambre funéraire, et qui, dans le tome précédent, a tué le sérial killer qui sévissait dans sa ville.

La première moitié se lit parfaitement bien et nous embarque dans l'histoire et le suspense...

Ensuite, je me suis un peu lassée des questionnements répétitifs de John sur sa "double" personnalité, à savoir John (le gentil qui essaie d'être normal) et Mr Monster, qui le ronge de l'intérieur et qui a des envies pas très rassurantes. Et puis, d'un seul coup, l'histoire prend une tournure paranormale, qui a failli me perdre... La lecture du 1er tome m'en aurait avertie, mais pas grave. J'ai fini par faire abstraction de cet aspect-là, pour prendre le roman comme ce qu'il est avant tout, un thriller à la tension croissante, qui devient presque insoutenable et qui est somme toute bien mené, qui tient en haleine. Je préciserai tout de même que les âmes très sensibles s'abstiendront peut-être, même si tout est plus suggéré que développé.

L'aspect original et assez intéressant de cette histoire : quand un psychopathe rencontre un sociopathe, les armes du duel sont l'intelligence, le ressenti, l'intuition.

Bon, par contre, la pseudo leçon de moral comme quoi l'Amour peut transformer même la pire des pourritures... Bof bof.

La fin annonce ouvertement le 3ème tome, mais je m'abstiendrai, vu le nombre de livres qui m'attend !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 7 Juillet 2022

Roman - Editions Livre de poche - 264 pages - 7.70 €

Parution Poche en mars 2022 (Calman Levy)

L'histoire : Août 2018... Tess part rejoindre en Toscane sa fille Sienna qui y est déjà en vacances avec son oncle Sacha. En chemin, elle s'arrête chez une amie qui vit près du pont de Gênes... Mais le pont s'écroule et Tess est portée disparue sous les décombres... Pendant les recherches, Sacha doit tout faire pour que la petite Sienna ne sache rien de la catastrophe... et sans doute se préparer à être père... Sauf qu'en fait, Sacha n'est pas du tout l'oncle de Sienna, mais un comédien engagé depuis 3 ans par Tess pour apporter un visage paternel rassurant dans l'environnement chaotique de l'enfant... Des secrets enfouis vont être mis à jour... Il va falloir réagir, et sans doute très vite.

Tentation : Une envie soudaine !

Fournisseur : Ma CB

Mon humble avis : Près des caisses, une PLV de livres de poche avec les offres estivales... 3 achetés un offert... Ca m'a pris soudainement, j'ai saisi le titre de Julien Sandrel, attirée sans doute par cette couverture lumineuse et la promesse d'une lecture simple et agréable. De Julien Sandrel, j'ai déjà lu "La chambre des merveilles" et "La vie qui m'attendait"... Je savais donc ce que j'allais trouver dans ces pages...

Et je n'ai pas été déçue, puisque ce roman, je l'ai dévoré avec plaisir. 

Julien Sandrel prend la catastrophe réelle de l'effondrement du pont de Gène comme cadre de départ de ce roman... Et il tisse une très belle histoire, parfois dure, souvent lumineuse et joyeuse comme un enfant insouciant, et avant tout, tendre. Une histoire qui joue sur nos nerfs, mais aussi sur nos sentiments. En même temps, l'écrivain nous offre un petit road trip italien bien sympathique, pas très approfondi, ce n'est pas ici le sujet, mais qui met l'eau à la bouche ! Un dépaysement bienvenu !

Mais ce qui intéresse avant tout l'auteur dans ce texte, ce sont les relations humaines... Il y a les "blessés" de la vie qui se sont reconstruit tout en craignant les conséquences de l'attachement, donc fuyant les situations qui pourraient amener trop de sentiments. Il y a la complicité entre un adulte et un enfant, l'apprentissage de la parentalité, le choix d'un enfant ou d'un parent dans lequel on se reconnait, les responsabilités etc. Il est aussi question des handicaps invisibles dont les manifestations et conséquences sont souvent sous estimées. En effet, la petite Sienna souffre d'anosmie... Ce qui veut dire qu'elle ne perçoit ni les odeurs ni les saveurs. Elle ne prend pas de plaisir à manger. Et le goût et l'odorat sont aussi des sens d'alerte face aux dangers... Elle ne sentirait pas une odeur de gaz, elle ne remarquerait pas qu'un aliment est avarié etc... Mais comme la petite est une vraie battante, elle se lance de sacré défis dans la vie...

Des personnages très attachants (les principaux mais aussi les secondaires qu'on aurait bien envie de rencontrer aussi), un rythme qui ne faiblit pas, un grand huit d'émotions, une écriture très fluide, bref, les bons ingrédients pour une chouette lecture d'été, une lecture qui fait du bien !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 5 Juillet 2022

Film de Quentin Dupieux

Avec Alain Chabat, Marie Drucker, Benoît Magime, Anaïs Demoutier

Synopsis : Alain et Marie emménagent dans un pavillon. Une trappe située dans la cave va bouleverser leur existence.

Mon humble avis : Si on ne m'y avait pas invitée, je ne serais pas allée voir ce film, et pourtant, aucun regret.

Oui, c'est complètement barré, du moins dans les 2 situations de départ qui sont exploitées ici. C'est le fond mais pas la forme qui est complètement loufoque.  Mais est-ce moins barré que la société dans laquelle nous évoluons ? Non en fait.

Dans ce film, Quentin Dupieux pointe habillement du doigt le grotesque de notre époque : le culte du jeunisme et le tout électronique et connecté ! Oh, je ne vous dirai pas comment, ce serait complètement spoiler... Mais deux couples vivent des expériences incroyables... mais vraies ! C'est donc une satire sociale bien réussie, très rationnelle en fait, avec des concepts simples ! Qui dit les choses et interroge comme il faut sur la distance entre les préoccupations des uns et des autres, ceci par quelques dialogues bien sentis.

Le réalisateur a la bonne idée de ne pas en faire des tonnes, de ne pas surexploiter ses sujets, de ne pas tomber dans le graveleux et le vulgaire.

Des comédiens au diapason nous montrent parfaitement le ridicule de notre ère dans ses obsessions de l'apparence et de la propriété et de l'usage de certains biens... Qui ne sont pas sans rappeler Maggy, la chanson de Renaud ! Bref, une bonne comédie (pas hilarante, mais fine malgré le "farfelu" du concept de départ) à ne pas bouder !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 1 Juillet 2022

BD - Editions Paquet - 296 pages - 27 €

Parution le 29 juin 2022

Le sujet : Voici l'histoire d'Hipparchia, l'une des premières femmes philosophes... Elle commence à Moroneia, dans le Nord de la Grèce, au IVème siècle avant Jésus-Christ, au temps d'Alexandre Le Grand. 

Hipparchia ne sait pas encore que sa vie est sur le point de prendre un tournant radical

Tentation : le sujet

Fournisseur : Gilles Paris, merci pour l'envoi

 

 

Mon humble avis : C'est un énorme coup de coeur que je ressens pour ce magnifique album !

Déjà, l'objet est superbe, de qualité, agréable au toucher... Le graphisme est simple, presque minimaliste, mais suffisant... De même, les dessins sont presque d'un style naïf... et là aussi, c'est tout à fait adapté au récit... Le visuel est plaisant, coloré, mais ne fait pas d'ombre aux textes, qui sont là essentiels. Les bulles sont claires, jamais trop longues... La police de caractère est très lisible, nul besoin de plisser les yeux... Donc une lecture reposante...

Mais surtout, une lecture passionnante. Barbara Stok (Néerlandaise), nous emmène dans l'antiquité grecque et nous conte la vie d'Hipparchia, qui fut l'une des premières femmes philosophes à une époque où les femmes étaient quantités négligeables sans droit... D'ailleurs, à Athènes, pour compter le nombre d'habitants, on ne prenait en compte que les hommes non étrangers et non esclaves.

Hipparchia est passionnée de lecture, et surtout de philosophie... Une tête très bien faite, donc, trop bien faite même... Du coup, son père peine à la marier. Un riche athénien accepte de la rencontrer. Elle ira donc vivre chez son frère Métroclès (étudiant en philosophie) à Athènes, ce dernier ayant la mission d'obtenir que le riche athénien épouse sa soeur.

Mais Hipparchia n'est pas une femme soumise comme les autres... Elle réfléchit, se pose des questions existentielles... Elle va directement à l'encontre des normes de l'époque pour vivre son idéal. Elle va croiser la route du philosophe Cratès, et cela changera radicalement sa vie.

L'histoire est divisée en différents chapitres dont les titres annoncent autant "l'action" que les réflexions philosophiques : le bonheur, déconstruire le système des valeurs, la nature, l'autosuffisance, liberté de parole, paix intérieure. Je précise qu'il n'est nullement utile d'être avertie en philosophie pour apprécier cet album, à la portée de tous. Et ce qui est assez terrible, c'est que les questions posées ici et les arguments de réponses sont toujours extrêmement actuels. Le monde change dans l'apparence, mais pas dans le fond.

Cratès et Hipparchia appartenaient au mouvement philosophique cynique... Cynique à l'époque ne signifiait pas "moqueur". En grec ancien, il signifie "chien"... Et comme ces philosophes vivaient simplement dans la rue comme des chiens...  Le terme a changé de sens ensuite, sans doute du fait des moqueries donc les "cyniques" étaient victimes.

Oh, je pourrais encore disserter longtemps sur cet album, j'ai tu tant de choses et de personnages évoqués. Mais vraiment, Barbara Stok retranscrit à merveille et avec simplicité les détails de l'antiquité. Dans une post face, elle nous explique sa motivation à se mettre à un tel ouvrage, mais aussi ses méthodes de recherches. De plus amples explications sont aussi données pour étayer les situations vécues par les personnages.

Vraiment, j'ai adoré. N'habitant pas un palace, en général, les BD que je reçois, je les offre à ma Bibliothèque municipales une fois lues, pour qu'elles aient une longue vie. Celle-ci, je vais la garder précieusement, et sans doute, de temps en temps, m'y replonger !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 29 Juin 2022

Roman - Editions Livre de poche - 318 pages - 7.30 €

Parution en 2001

L'histoire : Depuis 2 000 ans, les chrétiens contemplent et vénèrent un Christ toujours représenté comme grave, douloureux, tragique. Aucune oeuvre d'art ne le montre souriant. Pourtant, Jésus se rend aux noces, partages escapades et repas avec ses disciples et annonce des messages radieux... mais point de sourire dans les textes.

Après une relecture passionnées des évangiles, Didier Decoin réécrit l'histoire du Christ, mais d'un Christ qui rit, qui sourit, qui est heureux !

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

Didier Decoin est lauréat du prix Goncourt en 1977. En 1995, il est élu à l'Académie Goncourt, dont il devient le président en 2020 :)

Mon humble avis : Curieuse expérience pour moi que de lire une histoire dont je connais la fin, et plus encore, la plupart des détails ! Ce qui fait que oui, j'ai trouvé parfois quelques longueurs.

Ayant reçu une éducation religieuse catholique (jusqu'à l'overdose), je n'ai pas appris grand-chose sur la vie publique de Jésus... Tout juste quelques piqûres de rappel, puisque j'ai déserté les bancs de l'église depuis pas mal d'années maintenant. Mais j'ai vivement aimé cette version qu'en propose Didier Decoin, version qui s'adresse à tous : croyants, athées, agnostiques ou simple lecteur curieux. Point de blasphème dans ces pages, bien au contraire. Didier Decoin ne fait pas mystère de sa foi.

Je dirais que le romancier va plus loin que les Evangiles...  Il commence avant et finit après les passages qu'il narre, les principaux miracles de Jésus. Il les introduit, et les poursuit après que les Evangiles y aient mis un point final. Supputation ? Imagination, recherches historiques ? Sans doute un peu tout ça à la fois, ce qui fait que ce texte est autant un roman qu'un essai.

Et là, j'ai appris, visualisé ce sur quoi les textes religieux font souvent l'impasse. En effet, Didier Decoin replace vraiment Jésus et sa vie dans son contexte d'époque en décrivant et expliquant son environnement : l'occupation romaine, les us et coutumes d'alors, la pauvreté, le climat, la végétation, les différences culturelles et religieuses entre juifs, samaritains, pharisiens, le rôle des scribes etc... Il nous donne à voir Jésus racontant ses paraboles, mais ne se contentant pas de la parole, qui certainement, les mimait aussi. Didier Decoin rend Jésus vivant et réel, profondément humain, espiègle et gourmand même si, évidemment, super humain (héro) sur certains points !!! Et ceci, sans occulter le divin bien sûr ! Il ne remet rien en cause, qu'on se le dise.

Mais surtout, Didier Decoin humanise les personnages en décrivant leurs doutes, leurs peurs, leurs joies, leurs rires, leur humour, leurs préoccupations quotidiennes, leur journée types, leurs sentiments, leurs interrogations, quand il n'y glisse pas les siennes propres quand il intervient dans le texte en tant qu'auteur. 

Le tout avec une plume alerte, vivante, joyeuse, grâcieuse, raffinée, très plaisante à lire, loin du ton sentencieux et, soporifique des Evangiles lues par un prêtre. On sort de ce livre avec la sensation d'avoir reçu une belle leçon d'amour, de courage, de vie, de bonté, de bienveillance, de persévérance, de liberté, de tolérance. Alors que quand je sors d'une Eglise après un office, c'est plus souvent le dogme, l'obligation, la culpabilité, l'intolérance et la morosité qui m'étouffent. Ce roman me fait dire que vraiment, l'interprétation qu'est faite des textes sacrés par l'Eglise est erronée, et n'est là que pour maintenir les croyants dans la peur et dans la domination... Ce qui est aussi très politique en fait, une question de pouvoir, une fois de plus.

Didier Decoin ne fait ici aucun prosélytisme et ne cherche à convertir personne. Il raconte à sa façon, une histoire connue de tous ou presque, une histoire que chacun est libre de croire réelle ou inventée depuis l'aube de notre ère, tout en respectant les convictions des autres, convictions qui normalement ne devraient faire de mal à personne.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 27 Juin 2022

Policier - Editions Sixtrid - 7h40 d'écoute - 19.95 €

Parution Sixtrid en 2019 (Editions du Seuil en 2018)

L'histoire : Le propriétaire d'un bar à chats lillois et retrouvé mort, gisant dans une mare de sang... une balle ayant eu raison de lui... La thèse du suicide est vite reboutée par le médecin légiste. De plus, Ruru, la star du bar à chats, un persan, est porté disparu... Une enquête où la commissaire Romano et son adjoint Tellier vont devoir faire preuve de finesse et de persévérance !

 

 

Tentation : Le titre et le pitch

Fournisseur : La bib de Rennes

Mon humble avis : Le titre m'a fait me saisir de ce livre et la 4ème de couv m'a décidée : l'enquête se déroule à Lille et ses environs, région où j'ai grandi jusqu'à mes 25 ans environ, même si j'avais arrêté de grandir depuis longtemps !

Voici une enquête vraiment sympa à lire ou à écouter... Elle est narrée avec une certaine nonchalance, nous épargne les horreurs qui peuvent être inhérentes au genre policier. Et Sophie Chabanel n'est pas avare d'humour et de quelques loufoqueries.

L'histoire laisse une place certaines à la vie privée des personnages, vie privée qui parfois rejoint le coeur du sujet, ce qui permet d'avoir des protagonistes consistants et bien croqués... Et de plus, bien sympathiques, chacun à sa manière. D'autant que la commissaire et son adjoint sont à l'opposé l'un de l'autre, mais moderne aussi chacun à sa manière : l'une en étant libérée, l'autre en refusant la modernité de notre époque... ce qui leur permet de former une équipe efficace qui surmonte les quiproquos et décalages qui amusent gentiment le lecteur

Les pistes se multiplient, qu'elles soient fausses ou bonnes et maintiennent l'intérêt tout au long de la lecture.

J'ai vivement apprécié parcourir ma région d'origine.  Et "les griffes du chat" s'attarde un peu mais pas trop sur l'Histoire vécue par la ville de Bailleul lors de la Grande Guerre, ce qui m'a intéressée vivement.

Internet me dit que la Commissaire Romano est devenue un personnage récurrent de la romancière ! A voir donc !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 25 Juin 2022

Film de Baz Luhramm

Avec Austin Butler, Tom Hanks Olivia DeJonge

Synopsis ; La vie et l'œuvre musicale d'Elvis Presley à travers le prisme de ses rapports complexes avec son mystérieux manager, le colonel Tom Parker. Le film explorera leurs relations sur une vingtaine d'années, de l'ascension du chanteur à son statut de star inégalé, sur fond de bouleversements culturels et de la découverte par l'Amérique de la fin de l'innocence.

Mon humble avis : De la vie d'Elvis et de son oeuvre, je ne connaissais pas grand-chose : quelques chansons, son look, sa mort précoce... Ce film était donc l'occasion d'en savoir plus... Et ce genre de film est forcément instructif aussi, vu le nombre d'années qu'il couvre !

Je suis d'ailleurs assez étonnée de l'influence qu'ont eu certains événements historiques, culturels ou politique dans l'oeuvre d'Elvis. L'autre jour, j'ai regardé sur Arte un documentaire sur Tom Cruise, et là, également, étaient faits de nombreux parallèles et lien entre l'acteur, ses choix de films, et certains faits de ce qui relève maintenant de l'Histoire. Pendant le film hier, je me demandais s'il en était aussi ainsi en France ? En tout cas, Elvis nous déroule aussi une période de l'Histoire de l'Amérique.

Bon quid du film ? Reconstitution impeccable de l'époque... Décors, voiture, atmosphère, costume... C'est un voyage dans le temps. La réalisation est frénétique, rapide, et devient même par moment psychédélique. Bref, c'est une mise en scène bien originale, qui évite le biopic linéaire et potentiellement soporifique ! D'autant que c'est le colonel Tom Parker, l'imprésario d'Elvis, qui en est le narrateur.

La bande originale est extra ! Entre les chansons d'alors interprétées par Elvis et la musique contemporaine plutôt style rap, le mixe est parfait et embarque vraiment.  Nos pieds ne peuvent s'empêcher de battre le rythme dans la salle obscure.

L'acteur Austin Butler est archi bluffant, il redonne vraiment vie au King.

Quant au colonel Parker, joué par Tom Hanks, et bien j'ai eu beaucoup de mal avec ce personnage. Certes c'est un arnaqueur pas forcément sympathique mais il y a autre chose... La version française que j'ai vue l'accoutre d'un accent plus qu'agaçant... Et puis Tom Hanks est très transformé physiquement pour ce rôle, et cela a occupé beaucoup (trop) de mon attention... Comme si je n'y croyais pas vraiment... Tout au long du film, je me disais pourquoi transformer à ce point un acteur, n'y a-t-il pas des comédiens bien portants qui aurait pu tenir ce rôle naturellement ?

Quoiqu'il en soit, un excellent film, bel hommage autant au mythe Elvis qu'à la musique !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 21 Juin 2022

Roman - Editions Buchet Chastel - 192 pages - 15 €

Parution Buchet Chastel Janv 2021 / Pocket Janv 2022

L'histoire : Sa ligne droite dans la vie : la mélancolie ! Michel H est neurasthénique, dépressif, inactif, stressé, angoissé... bref, la panoplie complète...complétée par sa fanitude de Michel Houellebecq ! Sauf que le jour où Bérénice, sa compagne depuis 3 semaines, le quitte, cela lui fait l'effet d'un électrochoc ! Comme elle lui a laissé tous ses livres de développement personnel, il s'y plonge et se donne douze heure pour devenir heureux et provoquer ainsi le retour de Bérénice !

Tentation : Le pitch

Fournisseur : La bib de Dinard 

 

Mon humble avis : La 4ème de couv et la récréation annoncée m'ont donné envie de lire ce roman.

Bon, on est clairement dans le loufoque, l'ubuesque même ! Chaque page est un jet de vitriole envers les composants de notre société et leurs comportements, envers l'illogisme contemporain, l'hyper consommation, l'hyper immédiateté, l'hyper information (BFM TV), la "googlelisation" de nos vies, nos gouvernants (dont le président aux dents du bonheur), les voisins psychorigides etc... Ceux qui en prennent le plus pour leur grade sont les marchands de bonheur en tous genres, depuis les gourous et marabouts jusqu'aux livres de développement personnel, qui disent tout et son contraire et surtout beaucoup d'évidences visibles comme le nez au milieu de la figure !

C'est très drôle, moult idées sont franchement bien trouvées et parfaitement développées et mises en scènes, toujours sous le signe du burlesque cynique... Donc très drôle au début... Et puis, je me suis lassée, les situations devenant répétitives, j'ai fini par tourner en rond et à ne pas vraiment trouver bonheur dans cette quête du bonheur d'un personnage qui est tout de même, on peut le dire, un anti héro dans la plus pure tradition !!! Mais entre les lignes, c'est tout de même une analyse sociétale assez percutante et bien observée, avec des sujets variés d'intérêts variables !

Mais ce qui est vrai, c'est que plus on a de libertés, plus on s'ennuie, plus on râle, moins on est heureux...Ce qui est statistiquement prouvé !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Repost0

Publié le 16 Juin 2022

Roman - Editions Livre de poche - 352 pages - 7.90 €

Parution LDP fev 2019 (Denoël 2018)

L'histoire : Un volcan s'est effondré, provoquant un gigantesque raz de marée, qui a tout ravagé... Et la mer ne s'est pas retirée. Pata et Madie vivaient avec leurs neufs enfants en haut d'une colline... Qui est maintenant une île. Mais l'eau continue de monter inexorablement... Alors quelques jours plus tard, il faut partir. Mais la barque est trop petite pour emmener tout le monde... C'est alors un choix déchirant et des conséquences impensables pour ceux qui partent, et pour ceux qui restent...

Tentation : Le pitch et le nom de l'auteure

Fournisseur : La boîte à livres en bas de chez moi !

 

Mon humble avis : Cela fait un moment que je vois le nom de cette romancière sur certains blogs, sans la connaître ! Il était temps de me jeter à l'eau, et cette trouvaille dans la boîte à livre en a été l'occasion parfaite ! Et aucun regret !

J'ai vraiment été embarquée par cette lecture au suspense insoutenable... Si terrible pour moi qu'aux deux tiers de l'histoire, j'ai été lire les trois dernières pages, pour être éventuellement rassurée sur le sort des personnages, et poursuivre plus sereinement, avec le coeur qui ralentit un peu... Quoique...  J'ai frôlé la tachycardie à plusieurs reprises !

Si vous avez lu mon résumé, vous savez donc de quoi il retourne... Et oui, Madie et Pata ne vont pas avoir d'autres choix que de laisser 3 de leurs enfants sur leur "île" vouée à moyen terme à l'engloutissement... Ils reviendront les rechercher, une fois qu'ils auront trouvé les hautes terres pour y déposer leurs 6 autres enfants... 

Un roman post apocalyptique ou presque, dans une époque qui pourrait être la nôtre, puisque les moyens techniques utilisés ne dépassent pas le GPS. Une histoire de survivance en environnement hostile. Une histoire de dépassement de soi. Une histoire de choix impossible pour toute personne sensée et pourtant il le faut bien.

A travers cette histoire terrible menée tambour battant, qui ne nous épargne rien (sans verser non plus dans le gore, pas du tout) Sandrine Collette développe avec justesse nombre de sujets. Et, en dehors de cet horrible choix à faire et ses conséquences, le sujet principal est pour moi l'enfance, observée et décrite sous toutes ses coutures et ses ambivalences : l'inconscience et sa lucidité, son besoin d'être protégée et rassurée pour se reposer des assauts de la vie, ses incroyables ressources, ses forces et ses limites, son courage, son innocence... Sauf quand la vie, ses tourments et les éléments déchaînés la rattrape, et que cette enfance semble perdue à jamais.

J'ai découvert la plume efficace et fluide de la romancière, mais ai été étonnée de certaines cassures brutales dans son style, qui font que parfois des phrases s'arrêtent brutalement et que d'autres ne sont composées que de deux ou trois mots.

Une très belle, même si difficile histoire, haletante malgré une relative lenteur des événements avec des accélérations magistrales qui nous tétanisent, et des personnages très très attachants, qu'on ne peut qu'admirer dans leur pugnacité, avec une mention spéciale pour le jeune Louie, son petit frère Noé et la petite Perrine. Je recommande !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0