Publié le 29 Décembre 2017

Roman - Editions Audiolib - 6h10 d'écoute - 18.80 €

 

Parution en audio en 2009

 

L'histoire :  Parce que le derrière des femmes n'a pas de secrets pour lui, ses copains le surnomment le " fessologue ". Au Jip's, le bar où il a ses habitudes, plus rien n'amuse ce dandy congolais, déprimé par un chagrin d'amour. Un jour, déambulant dans Paris, sa curiosité est attisée par une librairie bondée. Il y croisera Jean-Philippe, un écrivain haïtien venu signer ses livres, et qui va bouleverser sa vie...

 

Tentation : "Approfondir" l'auteur

Fournisseur : La bib'

 

 

 

Mon humble avis : Au printemps dernier, j'avais "audiolu" "Demain j'aurais vingt ans" et beaucoup apprécié la lecture de Alain Mabanckou lui -même. Son accent africain renforçait encore les propos et l'immersion du lecteur. Dans ce Black Bazar audio, même si l'interprétation est tout à fait honnête et enjouée, il manque cet accent... C'est mon premier bémol. Le deuxième bémol porte sur des faits et expressions parfois trop répétées, même si c'est dans le style de l'auteur, et certainement dans le but d'appuyer sur le côté un peu crédule et naïf des personnages. Crédules et naïfs certes, mais loin d'être idiots. Disons qu'à travers eux, Alain Mabanckou explique simplement ce que bon nombre de personnes se régaleraient à alambiquer pour faire "genre" ! Il nous offre le regard des africains parisiens sur leur mère Afrique, un regard affectueux mais pas indulgent pour autant. Ce regard se porte aussi sur la société actuelle, qu'elle soit africaine ou française. Autre bémols, les personnages, qui possèdent tous un patronyme et un pseudonyme sont trop nombreux à mes yeux et participent au récit de façon trop épisodique pour les différencier, les reconnaître, les approfondir, les personnaliser en fait !

Plus qu'un roman, ce livre s'approche à mes yeux de l'essai, par les sujets traités par les voix des multiples personnages, leurs conversations à bâtons rompus et les avis qui s'échangent ainsi aux rythmes des accords et des désaccords.

Mais ce sont surtout des chroniques de quartiers et de communautés que nous lisons. Les quartiers sont ceux de Château-Rouge et de Château d'Eau à Paris, habités par les congolais, les Sénégalais, les Ivoiriens etc... Et puis, bien sûr, il y a l'arabe du coin. Toutes les anecdotes, souvent désopilantes et ne manquant pas de quiproquos, vont tourner autour de ce petit monde. Mais le grand monde n'est pas absent, au contraire, puisqu'il est souvent évoqué, tant dans son présent que dans son passé. La colonisation, la décolonisation, les rapports et échanges Nord/Sud actuels. Mais c'est aussi de l'immigration dont il est question, de l'intégration en France, de la débrouille, de l'entraide, des marchands de sommeil, des boulots sous rémunérés et non déclarés dont il est question. Tout comme des us et coutumes de ces expatriés, avec l'importance de la "sape" et le décalage dans la "drague" notamment. Sans doute avec un peu trop de clichés noirs/blancs. Mais le tout avec de l'humour et le verbe propre, simple et bien truculent de Mabanckou, qui n'a pas son pareil pour rendre poétique un langage courant, des métaphores pourtant très terre à terre mais tout de même décalées. Bref, certaines expressions de l'auteur valent leur pesant d'or ! Il est évidemment aussi question de poésie, de littérature et d'amour.

Bref, les propos majeurs sont intéressants mais un peu trop mélangés dans ce Black Bazar qui part un peu dans tous les sens, au point de paraître même désordonné et un peu "fourre-tout", d'où le titre sans doute.

Ce Black Bazar ne me fut pas désagréable, et même par moments bien amusant et distrayant, sans me passionner pour autant. Je préfère les histoires qui ont vraiment un fil conducteur pour me capter et me garder. Trop "bazar" pour moi !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 27 Décembre 2017

Film documentaire de Ceyda Torun

Avec  Sari, duman,Bengü, Aslan Parçasi, Gamsiz, Psikopat , Deniz

 

Synopsis :  Des centaines de milliers de chats vagabondent dans les rues d’Istanbul. Depuis des années, ils vont et viennent dans la vie des gens, devenant à cette occasion une part essentielle des communautés qui font la richesse de la ville. Sans maîtres, ils vivent entre deux mondes, ni tout à fait sauvages ni tout à fait domestiqués et apportent joie et, pour certains, raison d’être à ceux qu’ils choisissent d’adopter. À Istanbul les chats sont le miroir de la vie des habitants.

 

 

Mon humble avis : Quel dommage que ce film documentaire ne dure pas plus longtemps, car je serais bien restée là, des heures durant et le sourire béat, à regarder ces chats évoluer dans la ville d'Istanbul. Dans les rues, les ruelles, les ports, les ateliers d'artisans, les marchés, les arbres, sur les toits, sur les terrasses des cafés, sur les bateaux. Ces chats circulent partout, en toute liberté et surtout, dans le coeur et la vie des hommes et des femmes des quartiers. Aucun de ses chats n'appartient vraiment à personne, mais chacun de ces chats à ses points de repère, son territoire, son humain de préférence. Ils circulent et grappillent à gauche à droite quelque nourriture, caresses, moments d'affection, lieux de repos et parfois, quelques soins. Ce sont des chats qui choisissent leurs humains et non le contraire. Des humains qui les méritent, qui leur conviennent, qui les respectent.

Ils font partie intégrante de la vie de quartier, et lorsqu'un chat n'est pas là à son heure habituelle, les habitants s'inquiètent et le cherchent. 

Les caméras suivent donc magistralement ces félins dans leurs pérégrinations et saisissent de superbes images et moments rares, du plus près comme du plus loin. (Parfois, puis suivre les chats dans les rues, les caméras étaient montées sur des voitures téléguidées !). Les caméras rendent un formidable hommage aux chats et à leurs caractéristiques : indépendance, caractère propre à chaque individu, souplesse, agilité, intelligence, beauté, port altier, allure princière ! Leur grâce, leur classe, leur élégance ! Et toujours une part de mystère ! Des êtres fascinants !

La réalisatrice interviewe quelques-uns des Stambouliotes qui partagent la vie de ces félins. Ils témoignent alors de ce que leur apporte la présence de ces animaux ni sauvages ni domestiques dans leur vie, leur quotidien. Ces témoignages sont savoureux, profonds, réfléchis, riches, drôles ou touchants et finalement, avec une portée assez philosophique, comme des leçons de vie.

Il y a des Hommes qui sauvent des chats, et il y a des chats qui sauvent des Hommes ! Ca je le savais déjà !

Si vous ajoutez à cela les vues générales ou précises sur Istanbul (ville où les chats sont quasi sacrés) et ses habitants, sur le Bosphore, vous savez que vous avez là un film à voir absolument ! Magnifique coup de coeur en cette fin d'année !

Ce  a obtenu en octobre dernier le Prix du Meilleur Premier Film Documentaire au Critics’ Choice Documentary Awards, et il a de bonnes chances de se retrouver aux Oscars

Il me semble qu'une partie des recettes françaises du film ira à l'association  30 millions d'amis !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs, #Un monde de chat

Repost0

Publié le 25 Décembre 2017

Joyeux Noël à toutes et à tous ! Pour moi, cette année, c'est Noël en famille, famille qui devient de plus en plus XXL. Puisque cette année, nous avons eu un mariage et deux naissances, donc une naissance de 4ème génération ! Déjà tante 13 fois, je suis aussi devenue grand-tata et c'est 4 générations qui seront réunies chez ma soeur aînée, en Touraine ! Bref, ça va faire du monde !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0

Publié le 23 Décembre 2017

BD - Editions Delcourt - 256 pages - 23.95 €

 

Parution en octobre 2016

L'histoire :  Peut-on être amis quand tout nous sépare ? Les étapes qui construisent nos vies d'adulte sont-elles les mêmes lorsqu'on a des existences très éloignées ? Obstacles du quotidien, premiers amours, premiers travails, rapport aux parents... Sur fond de transformation du Vietnam, deux jeunes femmes que tout sépare vont vivre une amitié de celles qui montrent que certaines questions sont universelles...

 

 

Tentation : Le nom de l'auteur

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Si je me suis dirigée vers cet album, c'est grâce au nom de l'auteure et ma toute petite (si, si !) curiosité "people". Lolita Séchan, ce patronyme ne vous évoque peut-être rien, mais pourtant, Lolita est la fille du chanteur Renaud, et donc la Lola de la fameuse chanson éponyme. Bien sûr, depuis la chanson, la petite fille est devenue adulte...

Mais, entre une mère-poule et un père célèbre et souvent dans "les brumes" (d'où aussi le titre de l'album), Lolita a bien du mal a trouvé sa place dans la vie, son rôle, sa direction. En fait, elle est aussi un peu dans les brumes, la peur viscérale de se tromper, de ne pas faire le bon choix. Alors, pour se trouver, elle prend un vol sec pour le Vietnam. Deux mois plus tard, à Sapa, elle se lie d'amitié avec Gom, qui n'est alors qu'une gamine. Mais pas n'importe laquelle, ni n'importe où. Gom est une jeune Hmong, et les Hmongs sont une des centaines de minorités qui vivent au nord Vietnam, et qui sont méprisées et délaissées par les vietnamiens.

Parce qu'elle se retrouve au Vietnam, Lolita multiplie les voyages là-bas, et à chaque fois, son amitié avec Gom grandit, s'enrichit, s'intensifie au fil de années... Lolita s'affirme, le Vietnam change, et Gom devient une adulte.

C'est tout cela que raconte Lolita Séchan dans cet album magnifique, touchant, très émouvant. Même si, je le reconnais, je n'ai pas été particulièrement fan du graphisme qui m'empêchait parfois de distinguer les visages facilement. Mais peu importe, l'ensemble est si riche qu'il serait dommage de s'arrêter à ceci.

Les brumes de Sapa est donc autant un carnet de voyage qu'un journal intime, mais jamais impudique. Très documenté, il retrace l'Histoire des Hmongs et dénonce le traitement de cette ethnie qui vivant au Vietnam, n'y a pas les mêmes droits que les Vietnamiens (scolarisation, santé, papiers d'identités etc... Ce savoir, Lolita Sechan le tient de son observation et de ses conversations avec les Hmong. Intéressant aussi : Lolita avoue mettre du temps à aimer le Vietnam. Il lui faudra plusieurs séjours là-bas pour apprécier ce pays, en tomber amoureuse, malgré ses contradictions. J'ai apprécié cela, plutôt que d'avoir affaire à une touriste qui "trouve tout magnifique et super parce que c'est exotique". Bref, c'est un regard critique qui nous est ici donné tant sur le pays, que sur la notion de voyage.

Sur plus d'une décennie, nous suivons donc l'évolution de deux jeunes femmes. Lolita, l'européenne, qui lutte contre le poids familial pour respirer et se trouver, même si elle ne peut respirer sans sa famille. Gom, elle, lutte contre les traditions ancestrales de son ethnie pour gagner sa liberté. Oui mais, tout n'est pas si simple, car "plus on rêve grand, plus on a de chance d'être malheureux"

Récit initiatique, récit de voyage, récit de transformation, cette histoire est absolument magnifique, sensible et sincère (l'auteure y a travaillé 5 ans et l'on y sent ses tripes), parsemée de jolies phrases tellement vraies qu'on aimerait retenir et aussi, d'un bel humour et de beaucoup de douceur.

Un album incontournable !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 21 Décembre 2017

Roman - Editions Livre de Poche - 234 pages - 6.60 €

 

Parution en poche en 2012

 

L'histoire : Sybille a quelques problèmes dans la vie, que l'on pourrait appeler névroses. Elle est maniaque du ménage, a besoin de tout gérer dans sa vie, sans jamais se poser. Sauf qu'elle vie avec son contraire, et qu'il y a parfois des concessions à faire, comme accepter de prendre une femme de ménage.

 

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL !

 

 

Mon humble avis : Je suis entrée dans ce livre en mode TGV, m'exaltant à l'avance des fous rires qui m'attendaient face aux situations légères et incongrues promettait la 4ème de couv'. Et j'ai fini ce roman en mode train inter-cités qui tombe en panne en pleine campagne ou qui s'arrête dans gares offrant bien peu d'intérêt !

Bref, malgré l'"affection" que je porte à l'actrice et la femme Sylvie Testud, force est de constater que ses écrits me déçoivent.

La 4ème de couv était alléchante, je pensais me retrouver face à une maniaque du ménage qui tente une thérapie, ce qui pouvait mener à des moments bien cocasses et drôles. Certes, quelques passages (notamment, le défilé de prétendantes au poste de femme de ménage) et répliques suscitent certains sourires, d'autant plus que l'auteure pointe parfaitement du doigt les différents travers et antinomies de notre société basée sur l'extrême réussite professionnelle et la représentation.

Mais de ce fait, l'aspect "maniaque de l'ordre" passe au second plan, perdu dans les méandres d'autres sujets désordonnés, qui passent du coq à l'âne, et défendus dans une proportion inadéquate par rapport à leur intérêt.

Je me suis aussi très vite lassée de l'incoordination manifeste du couple "Sybille / Adrien" et des dialogues, ressemblant plus à des monologues de Sybille, qui la prouvent.

De même, le style ne m'a pas plu, comme c'est souvent le cas pour moi face à des phrases "montées à l'envers" genre "le ciel est gris, il va pleuvoir, on va prendre un parapluie.... il m'a dit".

Après, ce roman pose tout de même de bonnes questions sur nos rapports au quotidien et aux autres, apporte aussi une petite dose de divertissement, mais sans profondeur, et ce n'est pas suffisant pour moi pour faire de "Chevalier de l'ordre et du mérite" une lecture incontournable et mémorable ! J'espérais plus d'humour et de causticité. Dommage car les premières pages m'avaient quelque part saisie d'effroi, lorsque je réalisai, à travers le regard de Sylvie Testud, l'immense brutalité psychologique du jeu nommé "les chaises musicales"...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 19 Décembre 2017

Film d'Alain Chabat

Avec Alain Chabat, Pio Marmai, Audrey Tautou

 

Synopsis :  Rien ne va plus à l'approche du réveillon : les 92 000 lutins chargés de fabriquer les cadeaux des enfants tombent tous malades en même temps ! C'est un coup dur pour Santa (Claus), plus connu sous le nom de Père Noël... il n'a pas le choix : il doit se rendre d'urgence sur Terre avec ses rennes pour chercher un remède. À son arrivée, il devra trouver des alliés pour l'aider à sauver la magie de Noël.

 

 

Mon humble avis : Ch'est cro mignon !

Santa & Cie nous invite à un voyage dans le monde magique et féérique de Noël. Et c'est un ravissement et pour moi, une admiration sans borne pour la créativité et la fantaisie de toutes ces personnes qui ont fait que le film est ce qu'il est (notamment les effets spéciaux, ultra réussis !) Le premier quart du film  se déroule à "Papa Noël Land" et l'on assiste aux préparatifs de Santa et de ses 92 lutins pour que tous les cadeaux soient prêts en temps et en heure. Que de merveilles, que de trouvailles dans ces mises en scènes et dans les messages qui en découlent... Depuis la réception des lettres, jusqu'à l'emballage des cadeaux en passant par la fabrication des jouets, qui n'ont de valeur que si l'on s'amuse en les fabriquant. Bref, c'est royalement magique, même si Santa commence à penser à la fabrication à la chaîne pour plus de rentabilité ! Bref, le film de manque pas de burlesque et de contemporain.

Oui, car ce film pointe aussi du doigt les travers de notre société. Surtout quand il arrive sur terre plus tôt que prévu. Habituellement, Santa ne vient qu'une fois par an sur Terre, et de nuit qui plus est. Là, il va découvrir réellement ce que sont les hommes et surtout, les enfants ! Quiproquos, humour, jeux de mots, bonnes blagues, émotion, bienveillance, incrédulité et son contraire sont ensuite au menu de ce film. Mais on ne rit pas aux éclats, on sourit plutôt béatement car on est bien, dans cette histoire de Noël, d'entre-aide, de fidélité et de fraternité. Certaines plaisanteries ne feront rire que les adultes (références "culturelles et sociétales obligent), d'autres amuseront plus les enfants que les parents. Quoiqu'il en soit, ce film est pour tous, tous ensemble, des plus seniors aux plus jeunes, des plus cartésiens aux plus rêveurs car une bonne dose de merveilleux et de tendresse ne peut nuire à la santé. Et même si je n'ai jamais cru au Père Noël, ce film m'a donné envie d'y croire, même si je suis une middle quadra !

Que les parents dont les enfants croient au Père Noël se rassurent, ce film ne nuit en rien au mythe et ne montre aucun irrespect envers ce fameux Santa !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 17 Décembre 2017

Hello !

Voici les photos du 2ème jour de rando lors de mes vacances aux Canaries, à Lanzarote !

Et le programme que nous avons suivi :

Los Ajaches est un massif d’anciens volcans dans le sud de l’île. Nous commençons dans la ville de Las Casitas et marchons sur les hauteurs à l’ouest de ces vieilles montagnes. La vue est incroyable sur le village de Yaiza, les salines de Janubio et le parc national de Timanfaya. Nous visitons également le deuxième plus haut volcan de Lanzarote,  l’Atalaya de Femes, qui offre des vues fantastiques sur les îles de Fuerteventura et de Lobos. En milieu de journée, arrêt à Femes. Après cette pause, nous continuons vers les plages sauvages et les criques isolées, le long de gorges désertiques où gambadent des chèvres sauvages. La plage de Pozo nous donne l’occasion de nous baigner. Nous continuons vers la plage de Quemada où se termine notre randonnée et où vous aurez la possibilité de boire un verre face à la mer.
5 h de marche. M : 500 m. D : 600 m.

 

Allez, hasta luego !

UN DIMANCHE A LANZAROTE
UN DIMANCHE A LANZAROTE
UN DIMANCHE A LANZAROTE
UN DIMANCHE A LANZAROTE
UN DIMANCHE A LANZAROTE
UN DIMANCHE A LANZAROTE
UN DIMANCHE A LANZAROTE
UN DIMANCHE A LANZAROTE
UN DIMANCHE A LANZAROTE
UN DIMANCHE A LANZAROTE
UN DIMANCHE A LANZAROTE
Après l'effort de la rando, un premier réconfort près de la piscine de l'hôtel, puis un deuxième réconfort

Après l'effort de la rando, un premier réconfort près de la piscine de l'hôtel, puis un deuxième réconfort

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages dans les iles

Repost0

Publié le 15 Décembre 2017

BD - Editions Bamboo - 70 pages - 14.90 €

 

Parution en mai 2016 et mai 2017

 

L'histoire :  Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c'est la vie de tous qui est chamboulée. Les parents essaient de lui faire oublier le drame qu'elle a vécu, Lynette se découvre un caractère de mamie gâteau et les amis du couple apprivoisent doucement cette petite qui s'adapte à sa nouvelle vie. Mais pour Gabriel, ce sera bien plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n'a jamais pris le temps d'être père. Des premiers contacts distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d'imaginer.

Tentation : La blogo il me semble !

Fournisseur : La bib'

 

 

Mon humble avis : Ne faites pas comme moi ! Si vous commencez le tome 1, assurez-vous d'avoir le tome 2 à portée de main ! Car le premier numéro s'achève sur un cliffhanger insoutenable. Donc lire les 2 tomes à la suite, n'oubliez pas, vous me remercierez.

Je chronique donc ici les 2 tomes, en restant très évasive sur le deuxième, histoire de ne pas trop spoiler le premier ! Le premier, bouleversant est un coup de coeur, le deuxième, émouvant l'est un peu moins, mais de si peu.

Le graphisme, les couleurs, les dessins sont tout simplement sublimes, délicieux comme des bonbons acidulés que l'on laisse fondre dans la bouche. L'émotion est là, tout comme l'émerveillement devant cette petite fille du bout du monde qui fait fondre la carapace des plus durs ; à savoir Gabriel, le grand-père d'adoption. Et oui, lorsque l'enfant paraît, le monde semble s'adoucir. Les bulles ne manquent pas d'humour non plus. Les personnages principaux comme secondaires sont tous attachant, autant pour leurs petits défauts que pour leurs grandes qualités.

Bref, cette BD paraît être un bijoux tout doux jusqu'à ce que les choses se gâtent dans un retournement de situation des plus inattendus qui nous conduira au Pérou, pays d'origine de la fillette, dans le deuxième tome, tout aussi réussi graphiquement. 

Cette histoire évoque la génération d'hommes qui sont bien plus doués et disponibles pour être grands-pères qu'ils ne l'étaient, trente ans plus tôt, pour être pères.

Mais, évidemment, le sujet principal de ces deux tomes reste l'adoption, le désir viscéral de devenir parent, envers et contre tout... Et donc de certaines dérives des réseaux d'adoption. Le tout sur la partition de l'Amour, lui aussi envers et contre tout, dans une tranche de vie de gens ordinaires.

A lire !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 13 Décembre 2017

Film de Thomas Langman

Avec Patrick Timsit, Richard Anconina, Bruno Lochet etc...

 

Synopsis :  Quatre ans maintenant que la tournée Stars 80 remplit les salles. 
Alors que les chanteurs partent pour une semaine de ski bien méritée, leurs producteurs Vincent et Antoine découvrent qu’ils ont été victimes d’une escroquerie et risquent de tout perdre. 
Seule solution pour couvrir leurs dettes : organiser LE concert du siècle en seulement 15 jours !

 

 

Mon humble avis : La presse écrite assassine ce film... sans doute parce que les journalistes l'ont vu contraints et forcés, bref, comme du travail quoi !

Après, je ne dis pas que c'est le film du siècle, loin de là ! Il suit le même moule que le premier opus, sans doute en accentuant encore le loufoque, le rocambolesque et la caricature, avec même, à mes yeux, quelques longueurs. Bref, le scénario n'a rien de transcendant, même si, pour le genre comédie, il fonctionne.

Mais pourquoi va-t-on voir Star 80 la suite ? Pour se détendre, et surtout, pas nostalgie. Et l'on a globalement ce que l'on a besoin de voir... et surtout d'entendre... au point de se trémousser sur son fauteuil, de battre le rythme d'un pied et chanter, tant pis pour les voisins de rangées !

La bande originale commence fort, avec Relax de FGTH ! Réécouter cette chanson à fond les ballons et son dolby stéréo machin truc, ça fait du bien, ça fait oublier les soucis de la semaine dès la deuxième note !

Tout au long du film, il y a des clins d'oeil hilarants à d'autres films... Forcément, on pense aux Bronzés font du ski. Mais clin d'oeil aussi à Flash Dance, les randonneurs, et bien d'autres encore. Et bien sûr, les moments de chansons style" boeuf" entre ses stars des années 80 ne manquent pas. Certes, certaines de ces stars sont là en pur figuration, mais peu importe. Ce qui compte, c'est la bonne humeur et la musique.

Et puis, le fameux concert arrive...Et le final... Avec une surprise... Très émouvante (pour moi en tout cas et pour bien d'autres j'en suis sûre). Mais je n'en dis pas plus !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 10 Décembre 2017

Cette semaine fut bien chargée en actualités nécrologiques. Jean D'Ormesson, que tout le monde ne connaissait pas hélas, et Johnny Hallyday, que tout le monde connaissait. On l'appréciait, on l'ignorait, on l'idôlatrait, on le méprisait, on s'en moquait. Peu importe, à l'évocation de son nom, on se mettait forcément a fredonner une chanson... Bref, deux monuments ce sont éteints.

Ce n'est pas la mort de Johnny qui m'attriste plus qu'une autre, ni son courage devant la maladie qui m'épate plus qu'un autre. Chaque jour, des anonymes se battent avec le même courage contre la même saloperie.

Mais il faut reconnaître que cet événement "fait tout drôle"... Car tout de même, Johnny, c'est plus de 50 ans de carrière et d'exposition médiatique, et des tubes comme s'il en pleuvait. C'est comme la fin d'une époque. La mort d'un grand d'une époque, alors que nous sommes maintenant dans une époque qui a bien du mal à construire ses grands et à les garder vivant artistiquement parlant... Puisque nous sommes dans l'ère du zapping. Je me demande si la carrière de Johnny aurait eu la même longévité si celui-ci était apparu dans les années 2000.

Bien sûr, cette semaine, je n'ai pu échapper aux multiples hommages télévisés. J'en ai même regardés de mon plein gré. Et force est de constater qu'aux extraits de certaines chansons, mes poils se hérissaient d'émotion et ma gorge se nouait. Parce que ah que Johnny, il a chanté des putains de chansons ! J'honore la voix, l'interprête et la bête de scène !

Alors, voici mon petit best off ! En vidéos, libre à vous de regarder et d'écouter certaines d'entre elles, ou encore, de tout zapper pour retourner à vos occupations dominicales !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #musique - chanson

Repost0