Publié le 5 Janvier 2019

Film de Ludovic Bernard 

Avec Lambert Wilson, Jules Benchetrit, Kristin Scott Thomas

 

Synopsis :  La musique est le secret de Mathieu Malinski, un sujet dont il n’ose pas parler dans sa banlieue où il traîne avec ses potes. Alors qu’un des petits cambriolages qu’il fait avec ces derniers le mène aux portes de la prison, Pierre Geitner, directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique l’en sort en échange d’heures d’intérêt général. Mais Pierre a une toute autre idée en tête… Il a décelé en Mathieu un futur très grand pianiste qu’il inscrit au concours national de piano. Mathieu entre dans un nouveau monde dont il ignore les codes, suit les cours de l’intransigeante « Comtesse » et rencontre Anna dont il tombe amoureux. Pour réussir ce concours pour lequel tous jouent leur destin, Mathieu, Pierre et la Comtesse devront apprendre à dépasser leurs préjugés…

 

 

Mon humble avis : Le scénario n'a rien d'original... L'histoire d'un jeune qui se retrouve dans un tout autre environnement socioculturel que le sien, un environnement qu'il pense ne pas être fait pour lui, qu'il rejette avant de comprendre qu'il est sa chance... Les messages du film ne sont pas inédits non plus : l'importance de la persévérance, chacun mérite sa chance, tout le monde peut avoir un certain or au bout des doigts si on l'aide à éclore, à cheminer vers l'excellence...

Et cependant, durant la séance, j'ai eu l'impression que tout le monde était en état de grâce, tant dans la salle que sur l'écran. La présence de la musique classique, qui envole n'est sans doute pas étrangère à cette sensation... Tout comme les doigts qui s'envolent avec maestria sur le piano et qui sont fascinant. Un talent que l'on ne peut qu'envier, comme celui de l'oreille parfaite du personnage principal.

Ce n'est pas un feel good movie, car sérieux, pas franchement léger ni drôle... Seule une réplique a fait rire la salle. Mais c'est un film qui émeut, qui fait du bien parce qu'il est apaisant.

Cette histoire est bien portée par ses comédiens... On connait déjà le talent de Kristin Scott Thomas et de Lambert Wilson... Mais j'ai découvert celui de Jules Benchetrit, fils de Samuel du même nom et de Marie Trintignant. Un don à suivre évidemment... 

Et oui, chose surprenante, j'ai pris énormément de plaisir à regarder ce film au scénario assez commun. J'étais bien. C'est ce qui compte non ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 3 Janvier 2019

Tradition oblige sur ce blog depuis presque 10 ans, répondre à ce petit tag en piochant dans les livres lus dans l'année précédente, les titres qui s'approchent le plus aux questions. Je précise que les titres choisis ne veulent pas forcément dire que j'ai aimé ces livres, où que leurs contenus me représente d'une façon où de l'autre. D'ailleurs, en fin de billet, je vous ai fait des petits montages avec les couv' de mes coups de coeur 2018.

En 2018, j'ai lu 63 romans et 28 BD ou tomes de BD

Parmi les romans : 36 de littérature française, 12 de littérature étrangère, 6 thrillers étrangers et 5 thrillers français, et 4 livres divers.

33 sont des lectures audios... soit plus de la moitié des livres lus dans l'année ! Fou non ? Les livres audio permettent vraiment d'optimiser le temps consacré à la lecture (balade pédestres et temps passés en voiture) Et me permettent aussi d'aller vers des horizons que je n'explorerais sans doute pas en papier.

 

1/ Décris toi : La fille d'avant, de J.P Delanay

 

2/ Comment te sens tu ? Au fond de l'eau, de Paula Hawkins

 

3/ Décris où tu vis actuellement ? L'académie des âmes abîmées, de Thierry Cohen

 

4/ Si tu pouvais aller où tu veux, où irais tu ? Mon dernier continent, de Midge Raymond

 

5/ Ton moyen de transport préféré ? Les bottes suédoises, d'Henning Mankell

 

6/ Ton/ta meilleur(e) ami(e) est : L'amie prodigieuse, d'Elena Ferrante

 

7/ Toi et tes amis vous êtes : Les loyautés, de Delphine de Vigan

 

8/Comment est le temps ? Temps glaciaires, de Fred Vargas

 

9/ Quel est ton moment préféré de la journée ? Là où l'on s'aime, il ne fait jamais nuit, de Séverine De La Croix

 

10/ Qu'est la vie pour toi ? Fendre l'armure, d'Anna Gavalda

 

11/ Ta peur ? La grande crevasse, de Roger Frison-Roche

 

12/ Quel est le conseil que tu as à donner ? Va et poste une sentinelle, d'Harper Lee

 

13/ La pensée du jour : La lumière est à moi, de Gilles Paris

 

14/ Comment aimerais tu mourir ? Délivrances, de Toni Morrisson

 

15/ Les conditions actuelles de ton âme ? : Grâce à l'amour d'un chat

 

16/ Ton rêve ? Vers la beauté de David Foenkinos

 

Mes coups de coeur 2018 :

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0

Publié le 1 Janvier 2019

 

Pour 2019, je vous laisse choisir sur cet arbre les couleurs et les lettres, en fonction de vos envies, pour que vous puissiez écrire et colorer vous-mêmes cette nouvelle année pour qu'elle voit soit la plus réjouissante possible !

Géraldine

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Repost0

Publié le 29 Décembre 2018

BD - Editions Futuropolis -96 pages - 21 €

 

Parution en octobre 2017

L'histoire :  Au loin, au large de l’île de Sein, Ar-Men émerge des flots. Il est le phare le plus exposé et le plus difficile d’accès de Bretagne, c’est-à-dire du monde. On le surnomme "l’Enfer des enfers". 
Germain en est l’un des gardiens. Il y a trouvé sa place exacte, emportant avec lui sa solitude et ses blessures. La porte du phare cède sous les coups de butoir de la mer en furie, et l’eau vient griffer le crépi de l’escalier. Sous le crépi, médusé, Germain découvre des mots, des phrases, une histoire. Un trésor. Le récit de Moïzez. 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Mon humble avis : Ne boudons pas notre plaisir... Cet album est juste magnifique. Déjà l'objet, on ose à peine y toucher de peur de l'abîmer et l'on tourne les pages avec délicatesse et un émerveillement sans cesse renouvelé... Car oui, chaque page nous laisse ébahis par tant de beauté et de maîtrise dans les traits, les couleurs... Certaines des planches relèvent franchement de l'art pictural marine et l'on se verrait bien avec certains dessins, encadrés chez soi, comme des toiles de maître. Les paysages, la région et son âpreté, la mer et sa violence aussi brutale que fascinante et spectaculaire, tout est magistralement rendu dans cette BD, de type aquarelle... Voilà pour ce qui est du visuel...

Pour l'histoire maintenant... Et bien il y a en fait 3 histoires en une. Celle que Germain raconte le soir à sa fille et qui est empreinte de légendes, dont celle de la ville d'Ys.  Celle de Germain et de son collègue, gardiens du phare d'Ar-Men, au fil des tempêtes, des réparations, des marées et des relèves. 

Et puis il y a les fantômes de chacun... du passé, du présent, qui hantent le lieu.

Enfin, il y a l'histoire que Germain découvre derrière la peinture des murs du phare, celle de Moïzez... Qui en 1867 fut l'un des premiers jeunes hommes à accepter de se lancer dans la construction du phare le plus exposé et le plus difficile d'accès au monde... Cette construction, nous la suivons ainsi durant les quatorze années qu'elle dura, et cela est vraiment très intéressant, surtout que lorsqu'on voit se phare dans la vraie vie, on ne peut que se demander "mais comment ont-ils fait, à l'époque". Cette partie historique de l'album est donc très enrichissante au niveau culturel. On  apprend d'ailleurs qu'en échange de leur participation à la construction du phare, l'île de Sein obtint la fabrication d'une digue qui la protégerait désormais des plus grandes inondations.

A la fin de cet album, se trouve un DVD, que je ne suis pas parvenue à lire... Sans doute a-t-il été rayé au fil des emprunts de la bibliothèque. En tout cas, un album à lire, à acheter, à offrir...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 27 Décembre 2018

L'année dernière, à Noël, je me faisais offrir en cadeau une cage de trappage... Pour pouvoir trapper chats errants/perdus facilement sans devoir emprunter le matériel. Je pensais utiliser cette cage qu'à partir de la fin du printemps (saison des chatons puis des abandons estivaux). Tout a commencé bien plus tôt... Dès février en fait...

Ce qui fait que cette année, j'ai modifié le funeste destin de 30 chats. 30 chats du hasard ont croisé ma route, et je les ai sauvés d'une façon ou d'une autre.

Je dis "Je", mais c'est "NOUS" qu'il faut dire, car on ne sauve jamais un chat seule. C'est un travail d'équipes qui se créent au fil des urgences, des opportunités, des affinités, des compétences des uns et des autres, des possibilités, des places disponibles à droite ou à gauche, d'"échanges" de coups de mains avec des asso. Et dans les régulières, il y a Kadi, Julie, Corinne, Emilie et Solenne, avec qui nous formons la Dream Team !

Et il y a aussi ma chère voisine du RDC, Pascale, qui offre le gite, le couvert et l'amour à certains de ces chats !

Et puis, l'un des nerfs de la guerre est évidemment l'argent, car ces sauvetages ont un coût vétérinaire. Et même si certains vétérinaires sont très conciliants et accordent parfois des tarifs réduits pour les sauvetages, et bien tout de même... Nombre d'entre vous qui lisez ces lignes avaient participé à ses sauvetages en participant aux deux cagnottes leetchi que j'ai mises en ligne ici et sur les réseaux sociaux. Que vous soyez ici remercier ! Sans donateurs, on est bien impuissant malgré toute notre bonne volonté et le temps passé sur le terrain.

Il y a différentes façons de modifier le destin malheureux d'un chat... On peut sauver un chat complètement, en le sortant de la rue, en le soignant, en l'abritant et en le menant ensuite à l'adoption. Ceci est valable pour les chatons ou les adultes sociables (donc non sauvageons). Si un chat est sauvageon, on peut le stériliser. Cela lui évite de moult et épuisantes grossesses, cela calme ses ardeurs sexuelles donc évite bagarres et transmission de maladie souvent fatales à moyen et long terme... Et on sauve par procuration les dizaines de chatons à naître, puis les centaines et les milliers (la descendance des chats est très rapide). Tous ces chatons qui ne naîtrons pas n'auront pas à vivre dehors (et souvent y mourir), ne se feront pas écraser par une voiture, n'avaleront pas de poisons et ne rempliront pas les refuges qui débordent déjà et obligent ainsi les fourrières à euthanasier régulièrement.

Tout a commencé en février, sur ma commune. Un chat blanc en très mauvais état a été signalé.

C'était Flocon (nous avons su son nom ensuite car il était identifié et déclaré comme perdu). Il a donc été rendu à ses propriétaires. 

Il nous a fallu 5 jours et 5 soirs pour l'attraper... Mr refusait de rentrer dans la cage... Quelques jours de plus dans la rue et il n'aurait pas survécu dixit le véto. Voilà ce qu'il reste d'un croisé Main Coon après 2 mois d'errance.

C'est en sauvant Flocon que nous avons découvert une colonie de chats errants/sauvageons/perdus/abandonnés sur le même site.

Nous avons alors trappé Brit, sauvageonne (même si chez le véto, elle s'est transformée en ange pétrifié de peur !). Corinne a commencé sa quarantaine, car une famille d'accueil expérimentée en sociabilisation s'est proposée de l'accueillir et a trouvé une asso pour la prendre en charge (Les petits Korrigans). Qu'elle en soit encore remerciée, même si nos relations se sont distendues depuis.

Ensuite, j'ai lancé la première cagnotte pour récolter des dons et poursuivre l'action. Cette cagnotte a super bien marché ! Merci à tout le monde !

Trappage de la sauvageonne Moanie (sur un autre site) et participation à sa stérilisation urgente (suspicion de gestation) grâce à la cagnotte. Moanie ne s'est jamais laissée socialiser, elle a été relâchée depuis.

Retour à St Grégoire, ma commune. Trappage de Ninja (son nom indique comment s'est passé le trappage !). Ninja était déjà gestante de 4 chatons. Elle a été avortée grâce à la cagnotte puis relâchée après quelques jours de convalescence en intérieur.

Trappage d'un petit bouchon gris... Tout câlin ronron passé la panique de la trappe. Virgule, qui chez le vétérinaire, s'est révélé identifié, a donc été rendu à sa propriétaire... Virgule était porté disparu depuis 3 mois.

Toujours sur le  même site, trappage de "La callas" que nous pensions gestante aussi... Bon finalement, il s'appelle Pavarotti, donc pas gestant ! Mais stérilisé tout de même grâce à la cagnotte ! Et relâché sur le site d'origine car sauvageon.

Trappage et stérilisation (grâce à la cagnotte) de Chipie (vu son nom, c'est dire si elle nous en a fait baver !). Chipie était également gestante de 4 bébés. Elle a été relâchée sur site 2 petits jours après l'intervention, tant elle supportait mal l'enfermement. Chipie est une sauvageonne. Avec Ninja, et Pavarotti, se sont des chats que l'on ne touche jamais et que l'on ne voit pas à moins de 10 mètres (et encore, quand on arrive par surprise)

Ninja, Pavarotti et Chipie vivent désormais sur le site de la clinique en étant stérilisés. Nous avons rencontré le responsable sécurité de la clinique qui s'engage à ne pas appeler la fourrière (si nous parvenons à garantir la non prolifération féline) et nous accorde un emplacement où nous pouvons entreposer de la nourriture pour ces chats... Tous les 2 jours, un membre de la dream team va donc remplir les gamelles des loulous, gamelles que nous abritons des intempéries (et des pies) sous le toit de cette maisonnette également achetée grâce à la cagnotte. Pour info, le RDC de la maisonnette a été squattée à l'automne par un hérisson !

Donc so far, cagnotte =  co financement stérilisation Moanie, stérilisation Ninja, Chipie et Pavarotti et achat de la maisonnette. (Et évidemment, déparasitage interne/externe de tous ces chats qui passent par la case véto, ce qui a un coût également)

En mai, l'association "Les pachas" m'a demandé si je pouvais trapper une minette chez une retraitée à quelques kilomètres de chez moi. La minette était une squatteuse errante qui avait mis bas de 4 ou 5 chatons. Les chatons étaient mis à l'abri depuis le matin mais étaient trop jeunes pour rester sans leur mère. Donc trappage express, sans photo et la minette, que j'ai prénommée pour moi même Alberte (nom de la retraitée) a pu rester quelques semaines de plus avec ses chatons avant d'être stérilisée par Les Pachas (financement par Alberte) et relâchée chez Alberte. La présence de la minette ne la dérange pas, mais Alberte veut aussi éviter une prolifération ingérable. Et c'est donc à cette occasion que j'ai fait la rencontre de la phénoménale Alberte (nous y reviendrons plus tard).

En juin ou juillet, un autre site de chats errants a été découvert à Betton, dans la commune voisine. Je trappe une des minettes, (gestante de 3 chatons, stérilisation financée par "Ma cagnotte). Ultima coule désormais des jours heureux chez une bonne fée à la campagne, bonne fée qui accueille sur son terrain protégé des sauvageons dont personne ne veut. Ultima n'est donc plus une indésirable.

Avec la stérilisation d'Ultima, fin de la première cagnotte, où il ne reste que 22 €.

Pendant ce temps, en juin et juillet, Pascale et moi faisons famille d'accueil en binôme pour Félin Possible. Nous accueillons Oprah, puis Orson et Odyssée !

 

En juillet, trappage avec ma copine Dany (de la protection animale) de July. Sur un site plus ou moins désaffecté de la SNCF où les chats prolifèrent de façon exponentielle et inquiétante. J'ai juste aidé au trappage et à conduire et rechercher la minette chez le véto . July a été stérilisée, grâce à la cagnotte Leetchi de Dany (July était pleine elle aussi) et relâchée sur le site, car sauvageonne.

 

Juillet toujours, pendant la coupe du monde, trappage avec Kadi de ce chaton abandonné/errant/perdu sur le site d'un petit centre commercial en cours de démolition, entouré de barrières et de bandeaux jaunes "attention amiante". Deux petits dealers de quartier nous ont aidé à le localiser ! Le chaton, baptisé sur le coup Ngolo a été mis à l'abri par Kadi, sociabilisé. Puis proposé à l'adoption dans les règles de l'art (identification, vaccination et promesse de stérilisation). Ce petit bonhomme coule désormais des jours heureux dans sa famille pour la vie.

 

Début août, une soirée mémorable me ramène chez mon octogénaire préférée, Alberte ! J'y emmène Kadi et Murielle, une amie de passage chez moi juste pour une histoire de tupperwear ! Une chatte errante a fait des petits dans le jardin d'Alberte et de son voisin lui même nonagénaire ! Une chatte et 5 petits à trapper, pour qu'ils soient tous mis à l'abri à l'association "Les Pachas". Soirée mémorable à plus d'un titre (notamment deux heures de débroussaillage du jardin du papy, 3 chatons trappés qui s'enfuient par une porte de cage mal fermée, puis des chatons qui se font dessus dans la cage et qu'il faut nettoyer... j'en passe et des meilleurs, notamment Alberte qui nous propose un pétillant sans alcool. Hum hum... 14° tout de même ! Mais pour Alberte, pas d'alcool veut dire ni rhum ni Whisky. J'avais prévu d'aller porter la petite famille le soir même à destination, vu la tournure générale de la soirée, le transfert a été reporté au lendemain. Mais quelle soirée, successfull et joyeuse, pleine de rire malgré les nerfs !!!

Douchette pour les bébés... On en profite pour retirer quelques tiques... Et l'impression d'être une sage-femme dans une nurserie !

J'ai baptisé les bébés Kava, Maiana, Tabaï, Kiribati, et Bonriti. A droite, la mère s'appelle Tarawa.

 

Pendant ce temps, une histoire bien plus triste. Julie, de la Dream Team, a trouvé un vieux chat très mal en point près de chez elle. Ma voisine Pascale accepte de mettre Tunis à l'abri pour que nous puissions le soigner et le retaper. Tunis est identifié, mais son propriétaire ne veut plus en entendre parler. Les frais médicaux de Tunis seront payés par une cagnotte Leetchi mise en place par Julie. Hélas, malgré une opération d'un gros abcès buccal, l'état de Tunis s'est dégradé rapidement (il était Fiv + manifestement déclaré) et au bout de 10 jours, nous nous sommes résolues à le laisser partir, à abréger ses souffrances, bref, à l'euthanasier... Une première pour moi, une terrible épreuve... Je suis rester avec Tunis jusqu'au bout. R.I.P Tunis.

 

Mi août, de nouveau avec ma copine Dany, trappage sur le site SNCF d'Oligo et Orisha (malheureusement, nous n'avons jamais réussi à attraper le 3ème larron de la fratrie, qui est maintenant trop sauvageon pour qu'on puisse faire quelque chose). Oligo est Orisha sont mis à l'abri chez ma voisine Pascale, pris et charge par Félin Possible et trouveront chacun une famille d'adoption un mois et demi plus tard.

 Fin août... Retour sur le site de la clinique de Saint Grégoire. Une portée est signalée, dans les travaux et pas loin de la route... 4 chatons et la mère... Qui ressemble tellement à Chipie que nous les avons confondues toutes les deux au printemps... Cette chatte la a les mêmes tâches que Chipie, il y a juste son masque qui est inversé... Il y a de quoi y perdre son latin, vu que ce ne sont des chats que nous ne faisons qu'apercevoir ! Du coup, cette minette là s'appellera Pichie (le verlan de Chipie !) La dream team de St Greg s'organise. On assure un max de présence près du nid de la petite famille, pour les habituer à notre présence (tout ce petit monde est sauvageon, seule la mère semble un peu sociable mais très craintive/méfiante) et les nourrir. Ceci, le temps d'organiser le trappage et le post trappage... Anaïk, une copine de la PA qui habite à proximité, nous prête sa chambre d'amis pour héberger ces loulous. On réunit 2 cages convalo pour qu'ils aient assez de place pour 5 ! Le trappage se fait sur 2 soirs, un chaton manquant à l'appel le premier soir. Puis pendant 10 jours, avec 2 membres de la dream team, on s'organise pour passer chez Anaïk 2 fois par jour, pour nettoyer les cages (des fois, c'est vraiment burk !), nourrir la petite famille et commencer à sociabiliser ! Et surtout, il y a urgence à placer tout ce petit monde quelque part car dans quelques jours, je pars en vacances ! Une famille d'accueil près de St Brieuc se propose (Merci Elisabeth qui les as aussi sociabilisés ) et l'association les Petits Korrigans prend la mère en charge (stérilisation, tests), même si celle-ci accompagne ses chatons à St Brieuc. Le tout nous occupera plus de deux semaines.

Depuis, 2 chatons ont été adoptés, il reste à l'adoption une chatonne bleue et le tigré.

Et puis, R.I.P, tristesse... En novembre, Pichie, cette valeureuse maman chat, décédera brutalement et sans explication, en quelques heures... R.I.P Pichie...

Fin septembre, j'arrive sur un autre site où errent environ 17 chats... nourris par 2 dames... L'une d'elle a lancé une cagnotte leetchi, cagnotte pour laquelle je vous ai sollicités. Trappage et stérilisation de Prem's qui fera sa convalescence avec son chaton, lui-même déjà mis à l'abri pour cause de gros coryza. Prem's sera ensuite relâchée, et le chaton pris en charge par Félin Possible. Il attend encore sa famille pour la vie.

Suite à une dispute avec les deux nourrisseuses de ce site qui, malgré leur bonne volonté font (à mes yeux de la P.A formée à la dure et à la stricte au niveau sanitaire et autre)n'importe quoi et qui n'y connaissent rien mais ne veulent rien entendre de mon expérience,  et mon réseau, je me suis désolidarisée de cette cagnotte, non sans avoir récupéré l'argent que MES proches (famille, amis) y avaient mis... Cette dispute vient du fait que j'ai sorti Siamie du site... Siamie, vieille mamie d'environ 13 ou 14 ans, dans un état de maigreur catastrophique... Les 2 nourrisseuses voulaient absolument la garder sur le site, persuadée qu'elles étaient de pouvoir la soigner dehors) Mise à l'abri et soignée chez Pascale ma voisine, et prise en charge par l'association SOS Siamois Franco Suisse, la vieille Mamie a pu se retaper à gros coups d'analyses sanguines hebdomadaires, de traitements médicamenteux, presque 800 € de facture, de repos, de confort, de chaleur de bonnes pâtées et d'amour... Quand je l'ai sorti de la rue, Siamie avait la gueule dans un tel état qu'elle pouvait à peine se nourrir et était complètement anémiée. Après avoir repris énergie et presque un kilo, après avoir retrouvé tous ses globules rouges, la belle a été adoptée par une personne qui habite Fréjus, qui a eu un coup de coeur pour cette vieille chatte qui le valait bien ! Siamie est donc partie vivre au soleil, après un  peu plus d'un mois chez Pascale. Merci à SOS Siamois Franco Suisse d'avoir permis ce sauvetage émouvant et inoubliable, et merci à son adoptante ! Parce que franchement, ce n'était pas gagné d'avance, la véto pensant le pronostic vital engagée lors de la première visite. Pour elle, l'agonie était commencée... Quant à une aussi bonne adoption, je ne l'espérais même pas ! Donc voilà, je me suis disputée avec les nourrisseuses car pour moi, un site de chats libres ne doit pas comporter de chats sociables, ni de chats malades et en grande faiblesse. Dehors, on ne soigne que de la bobologie et non des maux très profonds. Et le but est tout de même de rentrer un maximum de chat et de les mener à l'adoption dans les règles de l'art et le respect de la loi.

Pendant ce temps, sur un autre site, et toujours avec l'argent de mes proches récupéré sur la cagnotte...

Trappage et stérilisation de Phucket ! La véto est sympa, elle répare gratuitement le bout d'oreille qui pendouille ! Et pendant sa convalescence, j'apprends que l'association S.O.S Siamois Franco Suisse accepte de prendre Phucket en charge pour la mener à l'adoption. Youpi ! Du coup quelques jours plus tard, je conduis Phucket chez sa famille d'accueil. Cette minette ne retournera pas non plus dans la rue ! Elle attend toujours sa famille pour la vie chez sa F.A

Sur le même site que Phucket, il y a Bangkok, une semi sauvageonne... Idem, trappage, stérilisation (financée par les particuliers chez qui squattent ces minettes) et relâchage (car pas de famille d'accueil pour sociabiliser, d'autant que Bangkok n'est plus toute jeune, donc sociabilisation difficile et très longue, et incertaine) après convalescence.

Toujours sur le site de Phucket et de Bangkok, erre une autre chatte, qui sera ensuite nommée Névis... Pas besoin de la trapper, elle est très sociable avec les particuliers chez qui elle squatte et qui financent la stérilisation (encore merci à eux). Moi, je fais les aller/retour véto comme pour les 2 autres. Névis est estimée à un ou deux ans... Et est elle est tellement sociable et "ok chats" comme on dit dans le jargon que me vient une idée... Je contacte le Chapuccino, l'un des 2 bars à chats de Rennes, qui proposent des chats d'association (donc des rescapés) à l'adoption via le bar à l'ambiance feutrée. Le Chapuccino accepte de prendre Névis en ses murs et de la proposer à l'adoption, à condition qu'elle soit négative aux tests FIV et FELV (puisqu'on ne peut pas mélanger des chats qui seraient positifs au Felv avec des chats qui sont négatifs). Avec la cagnotte, je finance donc les tests de Nevis, et les tests sont négatifs !!! Puis passage chez un autre véto pour identification et vaccination avec Névis ceci aux frais de l'association Ker Kazh, du 56, qui chaperonne et prend en charge les démarches vétérinaires du bar à chats.  Voilà Névis à l'abri, au Chapuccino, attendant sa famille pour la vie ! Qu'elle attend toujours d'ailleurs !

 

Au Chapuccino, je pense alors à une jeune chatte du site des 17 chats, qui est très sociable et aussi très "Ok chats". Je vais donc la chercher sur le site, Corinne, de la Dream Team, lui offre une pièce pour 2 semaines de quarantaine, avec la cagnotte, je finance les tests FIV et FELV (Négatifs, youpi) et voilà la belle Orzola au Chapuccino avec un passage chez le véto pour identification, stérilisation et vaccin, aux frais de Ker-Khaz. Orzola s'est très vite habituée au lieu et une semaine plus tard, elle était adoptée !!!

 

Avec le départ de Siamie de chez Pascale, Pascale a trouvé dès le jour même que c'était un peu vide chez elle. "T'inquiète pas, je t'arrange cela". Sur une page facebook de protection animale, il y a un SOS pour mettre à l'abri une jeune minette, abandonnée par ses ex propriétaires lors d'un déménagement. La minette semble en bonne santé, elle est sociable et a déjà été stérilisée par la personne chez qui elle squatte depuis son abandon...  Son bon état général nous fera un peu des vacances à Pascale et moi, après l'aventure Siamie. Le lendemain, Madhue arrive donc chez Pascale... qui décide de l'adopter définitivement quelques jours plus tard. La voici donc identifiée, vaccinée etc... Et en famille pour la vie !

Avec cette adoption, ça sonne un peu le chômage conjoncturel, ou le repos, la pause, les vacances au niveau des sauvetages... Et bien non, une petite dernière pour terminer l'année. Un après midi glacial de décembre, mon ex chef du Mac Do de St Grégoire m'appelle.... Il y a un chaton mal en point sur le parking du Mc Do... Me voilà partie pour 6h30 de trappage pour un petit bout de choux... qui s'est réfugié dans une bouche d'égout... Donc la moitié de l'aprem avec la tête dans la bouche d'égout, dont on a réussi à retirer la galette supérieure. Vive le réseau et les copines, je suis rejointe très vite par Solenne de la Dream Team pour m'aider et me tenir compagnie.... Et bénie soit-elle... Solenne peut accueillir le chaton chez elle pendant une semaine. Ouf car sinon, je ne savais que faire de ce chaton, aucune asso rennaise ne prenant alors de chats en charge faute de places et de moyens. Donc 6h30 plus tard, la petite terreur est enfin trappée... Et oui c'est une fifille qui ne restera pas terreur très longtemps. En fait, elle n'est pas terreur mais terrifiée... Dès le lendemain, Solenne l'apprivoise et cette cocotte est désormais toute câline ronron et fan du plumeau... Une chatonne normale donc ! Depuis vendredi dernier, elle est arrivée chez Pascale, qui lui dédie son bureau, pour poursuivre la quarantaine. Once again, financement des tests par les reliquats de la cagnotte et début janvier, Oluline, puisque c'est le nom que je lui ai donné, rejoindra elle aussi le Chapuccino pour trouver sa famille d'adoption !

Et voilà, chronique d'une année de protection animale bien chargée. Je remercie ici tous ceux et toutes celles qui ont apporté leur aide logistique, financière, active sur le terrain, active sur les réseaux sociaux (car on y passe du temps aussi, sur ce Facebook pour trouver des solutions). Il y a des personnes que l'on croise qu'une fois, qui marquent et d'autres avec qui on forme une équipe au fil du temps.

J'espère que 2019 sera plus calme car pour être honnête, en 2019, j'ai souvent mis ma vie perso entre parenthèses. Mais je ne regrette rien, toutes ces vies sauvées ou une surpopulation féline évitée sur quelques sites, c'est une pierre à l'édifice de cette planète où rien ne va plus. Même si ce n'est qu'une pierre ou une goutte d'eau dans l'océan, c'est toujours mieux que de déplorer et de ne rien faire... Certes, je ne peux pas tous les sauver, mais ce n'est pas parce qu'on ne peut pas tout faire qu'on ne fait rien. Ces sauvetages sont gratifiants, et me font dire que je peux encore être utile et que j'ai acquis un réel savoir et de vraies compétences dans ce domaine. Et puis, il y a l'adrénaline et les rencontres félines et humaines magnifiques. Ce billet est là pour me souvenir toujours de ces chats qui ont croisé ma route, pour informer ceux qui me soutiennent financièrement de la bonne utilisation de leurs dons...

Mais surtout, ce billet est là pour montrer au "grand" (je suis prétentieuse !!!) public la situation des animaux de compagnie en France.... Et encore, je ne parle ici que des chats et que de mes petites actions, sachant que des centaines de personnes font la même chose que moi et bien plus encore... sans compter le boulot abattu par les assos et la SPA. Donc oui, la situation est catastrophique et pour que la courbe s'inverse, il faut que chacun soit responsable de SON animal, celui qu'il adopte.... L'identifier (c'est la loi), le stériliser, et ne pas l'abandonner.

Et puis, profitons de celles et ceux qui ont lu ce billet jusqu'au bout...

Si vous voulez m'aider à poursuivre mon action en 2019, n'hésitez pas à verser quelques euros sur ma cagnotte personnelle, celle que j'avais ouverte en février et qui est toujours accessible. Pour info... Déparasitage interne/externe : 10 €, stérilisation mâle : 39 €, stérilisation femelle : 69 €, avortement : 92 €... Ce sont des tarifs asso que j'ai négocié avec un vétérinaire... Donc inutile de les demander à votre propre vétérinaire pour vos propres animaux ;)

https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-geraldine-30039417

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Un monde de chat

Repost0

Publié le 25 Décembre 2018

HELLO !

Je vous souhaite à toutes et à tous un très joyeux Noël, bien entouré et bien au chaud... Un Noël qui vous couvre de bonheur ! (Avec ou sans chats, mais avec chats, c'est mieux, ou miaou !)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0

Publié le 22 Décembre 2018

Polar - Editions Sixtrid - 9h45 d'écoute - 19 €00

Parution d'origine chez Gallmeister en 2011

L'histoire : Walt Longmire est shérif depuis vingt-cinq ans dans le Wyoming. Il se met en route pour Philadelphie avec son vieil ami Henri Standing Bear. L'attend la-bas sa fille Cady, grande juriste. A son arrivée, Cady est dans le coma, suite à une agression. Ce qu'ignore encore Walt, c'est que l'agression de sa fille n'est que la première d'une longue liste...

 

Tentation : La blogo à propos de l'auteur

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis... qui je le rappelle, n'engage que moi et provient de mes impressions de lecture.

Je n'ai pas apprécié du tout ce roman. Est-ce le format audio qui est "responsable" de ce constat ? Je l'ignore...  Mais rien ne m'a agrippée, captée et encore moins captivée. C'est comme si j'avais écouté ce roman sans l'entendre, ou comme si je l'avais entendu sans l'écouter... L'interprétation gutturale et assez monocorde ne m'a peut-être pas aider à entrer dans cette histoire.

L'indien blanc est le troisième roman mettant en scène le personnage de Walt Longmire. Peut-être aurais-je du commencer par le premier, histoire de me familiariser déjà avec quelques protagonistes, et être ainsi moins perdue.

Déjà, la mise en place et l'entrée en matière m'ont paru bien longues. Ensuite, la multiplication des noms et des lieux m'a vraiment perdue pour de bon. A part Walt et son entourage direct, j'ai été incapable de dire le rôle que tenaient les personnages secondaires dans cette histoire, de dire s'ils étaient "bons" ou "méchants" et de suivre le déroulement de l'enquête, qui pourtant ne parait pas compliqué comme pourraient l'être celles liées à de l'espionnage et autre. J'ai vaguement compris tout de même, sur la fin, le" pourquoi", mais pas vraiment le "qui". Ou alors, j'ai déjà oublié ! Quant à cet Indien Blanc, il reste pour moi un grand mystère !

Bref, j'avais hâte de parvenir à la fin de cette histoire. Il semble que cet auteur et ce personnage ne soient pas faits pour me plaire et me captiver. Bref, une rencontre ratée. Dommage mais grave, il y en a d'autres (des auteurs, et des personnages !)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 20 Décembre 2018

Film de Frédéric Tellier

Avec Pierre Niney, Anaïs Desmoutiers, Chloé Stefani, Vincent Rottiers

 

Synopsis :  Franck est Sapeur-Pompier de Paris. Il sauve des gens. Il vit dans la caserne avec sa femme qui accouche de jumelles. Il est heureux. Lors d’une intervention sur un incendie, il se sacrifie pour sauver ses hommes. A son réveil dans un centre de traitement des Grands Brûlés, il comprend que son visage a fondu dans les flammes. Il va devoir réapprendre à vivre, et accepter d’être sauvé à son tour.

 

Mon humble avis : Encore un film magnifique en cette fin d'année. Un film, inspiré d'une histoire vraie, qui met ses comédiens en état de grâce et qui bouleverse, à juste titre et sans exagération ses spectateurs. 

Un film qui rend hommage, ou honneur, à ces hommes du feu qui sont là pour nous protéger,, nous secourir coûte que coûte... Leur devise étant "sauver ou périr".

Sauver ou périr commence comme une chronique de vie dans une caserne de pompiers de Paris. Les entraînements, les temps morts qui se transforment en jeux sportifs, les vies des uns et des autres. Puis la sirène, tout le monde s'active et connait son rôle par coeur. Et le terrain... Une crise cardiaque, un accident de la route, un incendie. Et toutes ces scènes qui mettent en avant le héros du film et son épouse, Franck et Cécile. Puis la catastrophe arrive (sans acharnement d'images insoutenable). Franck sort grand brûlé d'un incendie... Deux mois de coma, 2 ans d'hospitalisation, de rééducation, d'opérations. Le soutien de la famille, les doutes, la souffrance, la colère, l'angoisse de l'avenir, le refus de ce qu'il est devenu...

Sauver ou périr, c'est un film magnifique et magistralement interprété et réalisé.  Il nous parle de ces hommes qui vivent leur métier par passion et qui sont au service de leur concitoyens quoiqu'il arrive, quelques soient les dangers et les conséquences. A une époque où les hommes en uniforme qui sont là pour nous défendre et nous protéger sont plus souvent hués et caillassés qu'admirés et respectés, ce film est très important... même si je doute que les caillasseurs aillent le voir.

Mais en dehors de la vie en uniforme, Sauver ou périr est aussi et surtout une histoire forte sur l'avant et l'après, sur la résurrection d'un homme, sur l'amour, ses doutes et sa force, sur le mental. Pas de résurrection sans un mental en béton armé, et sans objectif, sans projet, sans réalisation personnelle, même si celle-ci est à des années-lumière des rêves précédents. Pierre Niney incarne à la perfection cette résilience, cet acceptation du nouveau soi nécessaires à ce que de la survie, on puisse revenir à la vie, la vie simple, différente peut-être, mais la vie.

Conclusion : On peut être fier de nos hommes du feu... et de notre cinéma !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 18 Décembre 2018

BD - Editions Glénat - 120 pages - 20.00 €

 

Parution en mars 2017

L'histoire :  Été 1905. En tournée dans toute l'Europe, le cirque de Buffalo Bill s'arrête A Valenciennes. Un événement considérable pour la population locale et l'occasion pour Gervais, un gamin qui travaille au fond de la mine, d'élargir son horizon. De sa rencontre poignante avec des Sioux du cirque va naître une terrible erreur judiciaire quand ses amis indiens sont accusés d'un meurtre sauvage...

 

Tentation : Le titre puis le pitch

Fournisseur : Bib N°1

Mon humble avis : Déjà, le titre m'a attirée... Un mélange de gueules noires et de peaux rouges... Puis dans le pitch, le nom de Valenciennes, le Nord, ma région natale et de sang... Même si je suis de Lille et non du valenciennois...

Mon seul mini bémol sur ce magnifique album est qu'il est parfois difficile de distinguer un visage d'un autre. Mais quand bien même, cela n'empêche absolument pas d'apprécier ce bijou.

Les planches sont très belles, dessins et couleurs de type aquarelle.

Il règne dans cette histoire une atmosphère qui mêle western et ambiance Germinal.

Certes, cette BD est bien distrayante mais son contexte historique, social et géopolitique tient une place majeure. Aussi, cette lecture est surtout très intéressante et instructive, avec un scénario soigné, documenté, qui tient en haleine. Nous sommes en 1905, dans les villes minières du Nord... Il y a les corons, la fosse, les syndicats, les coups de grisous, les descentes quotidienne et les gamins qui quitte l'école pour devenir galibot et ramener 3 francs 6 sous à la maison, le tout, la peur au ventre. La vie dans les corons et l'époque sont très bien représentées. Et outre atlantique, les indiens sont dépossédés de leur terres, après des batailles très connues, comme celle de Little big Horn. Les noms de Sitting Bull et de Custer apparaissent dans les pages. Les indiens sont considérés comme des sauvages et montrés comme bête de cirque... Notamment dans celui d'un Buffalo Bill vieillissant qui fait le tour de la France (fait historique avéré) Cette BD vous montrera que la relation entre les indiens et Buffalo Bill est pourtant empreinte de respect.

Quoiqu'il en soit, pour Gervais, le gamin héros de cet album, sa rencontre avec les Sioux changera sa vie à jamais et ce, de bien belle façon.

Cerise sur le gâteau pour moi... on peut dire que la moitié des dialogues et bulles sont en ch'ti ! Mais pas d'inquiétude, cela reste très compréhensible à quiconque ne serait pas un enfant du pays ! C'est vraiment un superbe album, tant dans le contenant que dans le contenu !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 16 Décembre 2018

Hello la compagnie,

Pour ce dimanche, une petite série photos de Corfou pour le plaisir ! En noir et blanc ou en splash color. Le noir et blanc, parce que certains lieux ou instants s'y prêtent parfaitement bien. Le splash color, c'est pour le fun et le jeu des couleurs.

Corfou, c'était en septembre dernier. Si vous voulez (re)voir mon premier dimanche en photo à Corfou, dans le palais de Sissi Impératrice, c'est ici !

Pour rappel, Corfou est une petite île de la mer Ionienne, à quelques encablures de la Grèce Continentale ouest !

 

UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR
UN DIMANCHE A CORFOU EN N&B ET SPLASH COLOR

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages dans les iles

Repost0