Publié le 12 Février 2020

Pourquoi un tel titre : Autisterie et Asperités pour dire...

Autiste Asperger ?

Tout simplement pour dédramatiser (à mon niveau, et non pas en général car certaines personnes vivent un enfer).

Parce qu'"Autisterie" ressemble pour moi à un nom de pays encore inconnu... à visiter

Aspérités : parce que rien n'est lisse et que dans ma tête, ce mot ressemble aussi à une façon, un moyen de faire les choses...

Bref, tout cela pour dire que ces derniers mois, j'ai suivi un cursus officiel (nombreux tests divers et précis et RDV avec psychiatre spécialisé sur Paris). Cursus qui a aboutit pour moi au TSA (Trouble du Syndrome Autistique) ou à l'autisme Asperger. J'étais et je suis donc ce que l'on appelle aujourd'hui une Aspergirl. Bien entendu, je ne suis pas atteinte très lourdement, à moins que mes stratégies de compensation et d'imitation pour passer "inaperçu", et donc ressembler le plus possible aux autres, aient été très efficaces. Mais à quel prix ?! Le même cursus indique que je suis aussi TDA (Trouble Déficitaire de l'Attention). Je le savais, mais c'est prouvé une fois de plus. (Séquelles de mon AVC)

Nombre d'entre-vous doivent être bien surpris, voire incrédules, voire sceptiques. Je peux le comprendre. Pour les 3 termes, je ne le suis pas. Je me posais la question en secret depuis quelques années. En secret parce je trouvais cela prétentieux, croyant par erreur qu'Asperger allait de pair avec génie ou THQI (Très Haut Quotient Intellectuel)...  Ce que nous montrent les médias...Ce qui ne me correspondait pas du tout.

Mon Q.I est donc hétérogène, avec failles et domaines THPI (Très Haut Potentiel Intellectuel). Mais au niveau Q.I général, je suis "normale". L'autisme Asperger signifie en fait Autisme sans déficience intellectuelle, ce qui veut dire, autisme avec QI supérieur ou égal à 70. La moyenne  de Q.I française se trouve entre 90 et 100. 

Je ne donnerai pas d'exemples précis ou généraux qui font de moi une aspergirl. Certaines choses sont intimes. Et puis, surtout, je ne veux pas que ces exemples aboutissent à des réponses classiques mais ô combien déplacées comme : "tu sais, moi aussi ça m'arrive d'être comme ça". Ou alors "ben dans ces cas-là, on est tous un peu autistes". Quelle que soit la "pathologie" (je rappelle néanmoins que l'autisme n'est pas une pathologie mais un syndrome), comparer les petites douleurs ou les petits tracas du quotidiens avec ceux des personnes vraiment atteintes a quelque chose d'indécent, d'atrophiant pour celui qui est porteur de la maladie ou du syndrome (avec douleurs et angoisses et handicap que cela provoque). C'est comme dire à un patient qui suit une chimio que vous aussi, ça vous arrive de vomir ou de perdre vos cheveux quand vous êtes fatigués.

Mais il faut s'avoir que ce qui rassemblent les autistes asperger, se sont leur différence. Il y a autant d'autisme qu'il y a d'autistes. Pas deux pareils. Et que les médias ne montrent que des stéréotypes.

Pourquoi diagnostiquée si tardivement (à 47 ans)... Et bien comme beaucoup de femmes qui passent à travers les mailles du filet, par méconnaissance et inadaptation de la médecine française concernant le TSA, parce que les manifestations du TSA chez les femmes sont bien différentes de chez les hommes (avec des racines communes évidemment), parce qu'anthropologiquement, les femmes sont bien plus douées pour faire illusion, pour apprendre à imiter, ou pour donner ce que l'on attend d'elles socialement. Parce que dans TSA, il y a "spectre". Les femmes asperger sont aussi appelées les femmes caméléons. Enfin, peut-être aussi parce que l'erreur de diagnostic chez les personnes bipolaires (comme chez les schizophrènes d'ailleurs) est courante, car nombre de symptômes sont communs, au dépend du réel diagnostic : le TSA.

Je n'ai jamais caché ma bipolarité... préférant être un témoignage de ce que peut être une maladie méconnue, malmenée ou repoussée. Mais il se peut que mon diagnostique de bipolarité soit erroné et que j'avale des tiroirs de pharmacie pour rien. Cependant, il se peut aussi que je sois TSA et bipolaire. Comment savoir ? Et bien en baissant doucement mais régulièrement mon traitement médicamenteux au fil des mois, des semestres même, voire peut-être des années (pas de décennie tout de même !) et constater ce qui se passe après l'arrêt du traitement. A suivre donc.

Qu'est-ce que cela change pour moi ?

Rien (l'autisme, n'étant pas une maladie ne se soigne pas, et je suis déjà RQTH, invalidité à 50% de par mon AVC et ma supposée bipolarité).

Tout. Cela explique tellement d'incompréhensible et d'incompréhensions chez moi, d'erreurs là où je n'en voyais pas, de décalage, de clashs, de gaffes, de fatigue, de troubles du sommeil, de mal être, de disproportions, de cerveau qui ne se met jamais sur "pause". Je sais désormais pourquoi je sens que tant de "choses" clochent chez moi. Et puis il y a ces choses, ces sentiments, ces comportements chez moi qui me semblaient "normaux, comme tout le monde" et qui ne le sont pas, mais raisonnements qui ne sont logiques et simples que pour moi.

J'ai comme l'impression (d'où le titre) de me découvrir d'un oeil neuf, plus avisé, même si le TSA est tellement vaste et "impalpable" que ce n'est encore clair et net pour moi. Mais me voilà devant une nouvelle carte de moi, avec un autre angle, d'autres moyens d'exploration. Oui, comme un pays qui est mien et qui est moi. Je suis enfin arrivée chez moi, ou du moins dans l'allée qui mène à chez moi : mais il faut défricher et désherber pour comprendre réellement mon fonctionnement et l'adapter pour que cela ne me demande pas autant d'efforts. Faire le tri entre ce qui est plaisant, bon, mauvais, tolérable, insupportable, évitable, inévitable socialement parlant. Je pense que ce diagnostic va m'aider à faire peu à peu la paix avec moi-même, à ne plus me considérer comme mon pire ennemi. De me prodiguer bienveillance, soin, tolérance, indulgence et écoute de mes besoins et envies réels. La forme ne change pas, mais le fond oui. Bien que si je parviens à modifier la forme et à le faire accepter, ce serait pas mal non plus...  pour pouvoir enfin être dans une sorte de lâcher prise ! On verra. Une fois parcourue cette dernière allée qui mène à chez moi, je pourrai alors poser les sacs que je porte, ou du moins une partie du fardeau. Même si je me dis, qu'avec ce fardeau, AVC, TSA et potentielle bipolarité, je ne m'en suis pas trop mal sortie... Ce que je dois sans doute à mon caractère et ma personnalité.

Mais pour l'instant ce n'est pas simple pour autant... Puisque vole tout de même au-dessus de moi la possible bipolarité. Comment savoir si des angoisses sont des manifestations du TSA, de la bipolarité ou de la baisse du traitement. Comment faire comprendre qu'il y a des trucs qu'on ne peut juste pas faire, ou qui demande un effort énorme, sans passer pour fainéante, ou sans se voir reprocher de tout mettre sur le dos du TSA. Ce qui est sûre, c'est que cette année, je m'occupe de moi, égoïstement (physiquement et psychologiquement). Je verrai l'année prochaine comment je peux éventuellement réorienter et re-dynamiser ma vie en fonction de ce que je sais désormais être. Mais pour l'instant, "repos" ! (Même si le cerveau fourmille d'idées)

Mon pré-diagnostic remonte déjà à quelques mois, et le diagnostic final à quelques semaines. Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous saouler avec mon "autisterie" et mes "aspérités". Juste, dans les semaines à venir, je publierai 3 billets sur de la littérature spécialisée Asperger au féminin que j'ai pu lire, si cela peut aider certaines personnes, sait on jamais. Mais je ne deviendrai ni une voix, ni une spécialiste, ni une militante du syndrome. Et bonne nouvelle, ce blog restera le même : bouquins, ciné, BD, voyages et miaow !

 

Merci de m'avoir lue.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 11 Février 2020

cinéma, film #jesuislà, Alain Chabat, Eric Artigau, avis, blog, chronique

Film d'Eric Lartigau

Avec Alain Chabat, Blanche Gardin, Doona Bae

 

Synopsis :  Stéphane mène une vie paisible au Pays Basque entre ses deux fils, aujourd’hui adultes, son ex-femme et son métier de chef cuisinier. Le petit frisson dont chacun rêve, il le trouve sur les réseaux sociaux où il échange au quotidien avec Soo, une jeune sud-coréenne. Sur un coup de tête, il décide de s’envoler pour la Corée dans l’espoir de la rencontrer. Dès son arrivée à l’aéroport de Séoul, un nouveau monde s’ouvre à lui…

 

Mon humble avis : La bande annonce me tentait, par cette "promesse" de passer la moitié du film en Corée du Sud, donc au bout du monde, un bout que je ne connais pas. Et puis Eric Lartigau étant le réalisateur de l'excellent et remarqué "La famille Bélier", je me suis dit que #jesuislà ne pouvait pas être mauvais.

Et bien j'avais faut sur toute la ligne. Ce film est en fait... navrant. Pas drôle du tout, pas triste non plus, mais pas émouvant pour autant. La première partie en France, il faut tendre l'oreille car les comédiens n'articulent pas et leur filiation/parenté ne saute pas aux yeux, il faut donc un petit temps pour constituer l'arbre généalogique... qui en fait n'apporte pas grand-chose de plus. Les dialogues sont d'un banal à mourir et Blanche Gardin, qui tente l'accent du sud-ouest mais sans articuler est limite incompréhensible.

Puis enfin, le film semble démarrer, puisque l'on s'envole pour Séoul. On y atterrit même ! et puis c'est presque tout. Puisqu'Alain Chabat ne quitte pas l'aéroport pendant 11 jours, puisqu'il attend sa dulcinée virtuelle IRL, qui a priori à du retard... Comme Chabat poste sur Instagram plein de photos sur ses rencontres, aventures et mésaventures dans l'aéroport, toujours accompagné du #jesuislà, dans l'espoir que la jolie Soo les lise, et bien il devient une star d'Instagram avec plus de 900 k de followers, donc une célébrité dans l'aéroport. Bref, c'est d'un pauvre, d'une vacuité navrante, tant dans la forme que dans le fond. Même si, au final, on gagne tout de même (et enfin), 10 minutes de balade dans Séoul.... Bon, cette balade n'est pas plus passionnante que le reste... et nous nous distrait pas vraiment de notre ennui.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 9 Février 2020

Soweto, Afrique du Sud

Soweto, créé dans les années 50, est le plus grand Town Ship d'Afrique du Sud, dont la population approche les 1.5 millions d'âmes. Historiquement, les Town ship sont des symboles de l'Apartheid.... Des banlieues construites autour des grandes villes pour y loger de façon spartiate les noirs, les métis ou autre personnes de couleur employés en ville, ceux-ci étant chassés du centre ville. Soweto est intégré dans la municipalité de Johannesburg, dont elle constitue les régions 6 et 10.  À l'origine, banlieue noire constituée de petites maisons alignées, Soweto allait connaître un accroissement démographique fulgurant, marqué par la construction de bidonvilles et l'insuffisance des services publics, incapables de s'adapter à la demande en électricité et en eau potable. De ce fait, Soweto est composé de quartiers très différents, allant du plus pauvre au plus riche. En effet, des habitants de Soweto font fortune et attachés au lieu, se construisent de magnifiques maisons résidentielles. Nous le verrons dans l'un de mes billets. En tant que touriste, on peut se promener sans problèmes dans les artères principales du centre de Soweto.

Ce billet ci est plus "touristique et visuel", le 2ème sera plus culturel et historique.

Les peintures urbaines en l'honneur  de Winnie Mandela (l'épouse de Nelson Mandela) sont nombreuses. Il y a une véritable adorabtion et vénération envers cette femme. Dans leurs discourt, les sud africains noirs disent souvent Maman Winnie

Les peintures urbaines en l'honneur de Winnie Mandela (l'épouse de Nelson Mandela) sont nombreuses. Il y a une véritable adorabtion et vénération envers cette femme. Dans leurs discourt, les sud africains noirs disent souvent Maman Winnie

UN DIMANCHE EN AFRIQUE DU SUD : SOWETO 1/2

Une adresse incontournable pour déjeuner à Soweto, chez Alina... Avec Alina qui nous fait cadeau de sa puissance vocale. Du pur bonheur !

UN DIMANCHE EN AFRIQUE DU SUD : SOWETO 1/2
Les salons de coiffure sont dans les rues, et Nelson et Winnie Mandela sont partout !

Les salons de coiffure sont dans les rues, et Nelson et Winnie Mandela sont partout !

De l'artisanat en tout genre, les perles sont plutôt zoulou !

De l'artisanat en tout genre, les perles sont plutôt zoulou !

UN DIMANCHE EN AFRIQUE DU SUD : SOWETO 1/2
Dans l'artère principale !

Dans l'artère principale !

Winnie Mandela est vraiment chérie et vénérée par les sud africains de couleur. D'ailleurs, lorsqu'ils en parlent, ils disent "maman Winnie" ou "maman Mandela" !

Winnie Mandela est vraiment chérie et vénérée par les sud africains de couleur. D'ailleurs, lorsqu'ils en parlent, ils disent "maman Winnie" ou "maman Mandela" !

Toujours dans l'artère principale !

Toujours dans l'artère principale !

En bas à droite, station de lavage de voitures comme on en voit dans tout le pays... sur l'artère principale de Soweto. En haut à droite, la plaque apposée sur le mur extérieur de la maison ultra protégée et donc invisible de Desmond Tutu, archevêque anglican et prix Nobel de la Paix 1984. A gauche au milieu, des sud africains très fiers de se photographier devant la maison de Nelson Mandela. Quatre sud africains ont reçus le prix Nobel de la Paix, voire 5, puisque Frederic De Klerk l'a reçu en même temps que Nelson Mandela

En bas à droite, station de lavage de voitures comme on en voit dans tout le pays... sur l'artère principale de Soweto. En haut à droite, la plaque apposée sur le mur extérieur de la maison ultra protégée et donc invisible de Desmond Tutu, archevêque anglican et prix Nobel de la Paix 1984. A gauche au milieu, des sud africains très fiers de se photographier devant la maison de Nelson Mandela. Quatre sud africains ont reçus le prix Nobel de la Paix, voire 5, puisque Frederic De Klerk l'a reçu en même temps que Nelson Mandela

Et de l'artisanat !

Et de l'artisanat !

En Afrique du Sud, il arrive que l'on répare une roue crevée directement sur la route ! (en bas à droite !)

En Afrique du Sud, il arrive que l'on répare une roue crevée directement sur la route ! (en bas à droite !)

Les deux dernières vidéo sont une reprise de la fameuse Clik Song de Miriam Makeba, alias Mama Africa, qui était une Xhosa, militante politique Sud Africaine à l'époque de l'apartheid. Click song, intitulée aussi Qongqothwane. Click car si vous écoutez bien, vous entendrez parfois un étrange son, qui fait "clock" et qui est le click ! Le clock est en fait le son d'un scarabée qui selon les traditions Xhosa, apporte pluie , chance et fortune. C'esgt donc une chanson traditionnelle Xhosa, chantée pour les mariage. Nelson Mandela était aussi un Xhosa (prononcer Kossa)

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages en Afrique

Repost0

Publié le 7 Février 2020

Cinéma, film, L'esprit de famille, François Berléand, avis, chronique, blog

Film d'Eric Besnard

Avec François Berléand, Josiane Balasko, Guillaume De Tonquédec

 

Synopsis :  Alexandre s'embrouille une nouvelle fois avec son père Jacques. A priori, il ne devrait pas, car ce dernier vient de décéder, mais Jacques, ou plutôt son esprit, est bien là, à râler à ses côtés. Et comme Alexandre est le seul à le voir et donc à lui parler, sa mère, sa femme et son frère commencent à s’inquiéter de son étrange comportement.

 

 

Mon humble avis : L'esprit de famille est un beau film mais inégal... Qui peine à trouver son genre, ce qui est sans doute voulu par le réalisateur, mais qui à mes yeux, n'est pas une bonne idée. En effet, affiche et bande annonce laissent penser que nous allons voir une comédie, ce que ce film n'est pas du tout... A part quelques situations qui prêtent à sourire, mais qui se rapprochent d'un burlesque caricatural inutile, déplacé, pas vraiment inspiré. Alors que le reste sonne juste, entre sobriété, onirisme et douce fantaisie, émotion et nostalgie.

L'esprit de famille porte sur le deuil, les regrets et les non-dits d'une famille, la filiation, le lâcher prise. Le tout avec de beaux dialogues, même s'ils sont parfois cruels, mais qui vont permettre à certains personnages de se relever, et surtout de se révéler. Rien de bien nouveau, mais une autre version bien à elle.

Le lieu de tournage, sur la côte Morbihannaise, offre des images, des paysages et des lumières justes splendides. On aimerait tant y être !

Je salue la prestation de Guillaume de Tonquédec qui sait être vraiment touchant, même bouleversant, lors de sa mue... de la paix qu'il fait avec feu son père et surtout avec lui-même et son entourage. Vraiment, chapeau !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 5 Février 2020

Mortelle protection, Robert Crais, thriller, polar, avis, chronique, blog

Thriller - Editions Pocket - 436 pages - 7.90 €

Parution d'origine chez Belfond en 2008

 

L'histoire : L.A : Suite à un léger accident de voiture, la jeune Larkin Conner Barkley, fille d'un richissime homme d'affaires, se retrouve embringuée dans une histoire qui la dépasse et témoin dans une affaire fédérale et donc sous protection du FBI... Protection qui semble bien inefficace, vue le nombre de fois où Larkin échappe de peu à la mort. Son seul gage de survit désormais est d'accepter la protection et les méthodes de Joe Pike, ancien marine, policier du LAPD, et mercenaire, reconverti dans le privé. Si elle suit ses méthodes, peut-être restera-t-elle en vie alors que tout son entourage ne semble pas inspirer confiance. Le "trip" commence !

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : Bien m'en a pris de piocher ce thriller dans ma PAL ! Dévoré très vite car dévorant lui-même !

Mortelle Protection est le genre de thriller qui devient le centre de votre vie sitôt que vous avez lu les premières pages. Ultra addictif et très agréable à lire. La tension vient du suspense, de l'action, du rythme qui ne faiblit jamais et des multiples rebondissent dans cette étrange histoire. En effet, ne se suffisant pas de son rôle de garde du corps, Joe Pike enquête avec l'aide de quelques amis et relations, afin de découvrir qui en veut réellement à la vie de Larkin et pourquoi. Tout le monde ou presque est de plus en plus louche dans cette histoire, et même le FBI dont les agents semblent, à tort ou à raison, un peu ripoux. Mais pourquoi ? Bref, Joe et Larkin ne peuvent plus se fier à personne ou presque.

Joe Pike est un homme sombre est super entraîné... Dans ces pages, il nous livre comme un manuel de survie en milieu urbain hostile ! Certes, les personnages semblent un peu caricaturaux parfois, même s'il leur arrive de temps en temps de tomber la carapace. Dans les descriptions de Larkin qui sont faites au début (et si l'on prend en compte l'époque de parution du roman), on ne peut que penser à Paris Hilton ! Mais se méfier des apparences !

Ce thriller est extrêmement bien ficelé et efficace, comme les américains savent le faire, et important à préciser sans scènes insupportablement gores ou autre. Certes, quelques cadavres s'accumulent, mais nettement, le plus souvent d'une balle dans la tête ! Donc nuit blanche potentielle car lecture captivante, mais non par cauchemar.

Bref, Mortelle Protection ressemble à ces films qui déménagent que j'affectionne parfois pour me distraire mais avec une bonne dose adrénaline, qui me clouent à mon fauteuil. De bons thrillers d'action, qui misent sur le rythme et les surprises et non sur l'angoisse grandissante du spectateur ou du lecteur comme le font certains thrillers plus psychologiques.

En fait, je regrette un peu de m'être éloignée du genre thriller ces dernières années, même si j'en ai bien empilé ! Je recommande donc Mortelle Protection, entre deux lectures plus "lourdes" !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 3 Février 2020

cinéma, film les traducteurs, Lambert Wilson, Thriller, avis, blog, chronique

Film de Régis Roinsard

Avec Lambert Wilson, Riccardo Scamario, Olga Kurylenko, Frédéric Chau, Alex Lawther

 

Synopsis :  Isolés dans une luxueuse demeure sans aucun contact possible avec l'extérieur, neuf traducteurs sont rassemblés pour traduire le dernier tome d'un des plus grands succès de la littérature mondiale. Mais lorsque les dix premières pages du roman sont publiées sur internet et qu'un pirate menace de dévoiler la suite si on ne lui verse pas une rançon colossale, une question devient obsédante : d'où vient la fuite ?

 

 

Mon humble avis : Le coup de coeur envers ce film ne saute pas aux yeux. Celui-ci commence en mode diesel et il faut un certain temps pour que le rythme prenne et que la "fuite" explose et rende alors chaque protagoniste comme un coupable potentiel. Il faut aussi s'habituer aux bonds dans les temps passé et présents... Et aux multiples accents des traducteurs, ceux-ci étant tous de nationalités différentes mais s'exprimant en français. Donc concentration, sinon, vous serez un peu perdus. Mais d'un coup, la tension monte et va crescendo... jusqu'au final qui vous laisse éberlués et abasourdis ! Parce que vous n'avez rien imaginé de tel, rien vu venir ! (même si vous attendiez ! ) Mais une fois que le scénario se ré-enroule devant nous sur l'écran, on crie alors au génie ! Quelle histoire à placards et tiroirs, quelle histoire en trompe l'oeil ! Tout le monde est manipulé : personnages et spectateurs. Vraiment, ce scénario original super bien ficelé mérite les palmes de la surprise et mérite à lui seul le déplacement !

Trois styles de thriller en un... Un genre Agatha Christie (on pense évidemment aux dix petits nègres, au crime de l'orient express), un genre arnaque... Le troisième genre, vous le découvrirez dans la salle, dans les dernières minutes du film. Et l'on pourrait dire que certaines scènes rappellent certaines émissions de téléréalité (enfermement, pas de contact à l'extérieur, grand luxe des installations mises à disposition etc...

Mais ce thriller est aussi un merveilleux hommage à la littérature, aux lecteurs, et surtout, aux traducteurs, qui sont payés en droits d'auteurs (2%) sur les ventes en France, mais qui sont rémunérés à la page le plus souvent à l'étranger. Les traducteurs dénoncent aussi l'aspect marketing primant sur le littéraire dans l'édition où certains romans se vantent comme un tube de dentifrice !

A savoir, c'est d'une situation réelle dont s'est inspiré Régis Roinsard pour écrire son incroyable et captivant scénario. Il y a quelques années, les traducteurs d'Inferno, roman de Dan Brown, avaient aussi été enfermés dans un bunker pour que ne filtre aucune information sur le futur best-seller tant attendu.

Bref, scénario et huis clos géniaux ! A voir (en étant concentré !)

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 1 Février 2020

roman, la fille à ma place, catherine le goff, thriller, littérature, avis, chronique, blog

Roman - Editions Favre - 191 pages - 17 €

Parution le 23 janvier 2020 : Nouveauté !

 

L'histoire : La vie de Nin bascule en quelques instants... Lorsque, aveuglé par l'amour excessif qu'elle porte à son conjoint, elle tue la maîtresse de celui-ci. La voilà contrainte à la fuite, qui de France, la conduira en Italie et aux Etats-Unis. Mais surtout, celle-ci l'amènera à rencontrer son père biologique et surprise... sa soeur jumelle qu'il a élevée... Secret de famille, peur de l'abandon sont au coeur de ce roman qui commence donc par un meurtre...

 

 

Tentation : Le pitch de l'éditeur

Fournisseur : Gilles Paris, merci pour l'envoi.

 

 

Mon humble avis : Le pitch de l'éditeur, annonçant un thriller sous tension était très alléchant. Mais mon engouement s'est délité au fil de ma lecture, même si je salue bien bas la belle pirouette finale,  vraie surprise, qui permet de refermer le livre en se disant : Ah, tout de même... malgré tout.

Le début est parfait, vraiment sur le rythme d'un thriller, avec cette cavalcade de Nin, qui la mène à droite et à gauche, que l'on sait poursuivie par des tueurs payés par le père de la victime. Les découvertes sont nombreuses et inattendues (comme le père biologique et la soeur jumelle, Anna. - On apprendra au fil des pages pourquoi elles ont été élevées séparément, sans connaître l'existence de l'autre). Bref, la lecture est alors prenante et agréable... Puis cela s'est gâté pour moi... 

L'aspect thriller a fondu au point de presque disparaître, et que je me dise que ce roman est mal estampillé et le pitch de l'éditeur "sur vendeur", ce qui amène des déceptions lorsque l'on semble nous promettre autre chose. Car l'aspect fuite et réel danger, donc tension pour le lecteur, ne dure pas très longtemps.

En fait, les sujets évoqués (à résonance psychologique/psychiatrique) par l'auteure m'ont paru survolés. Et c'est dommage, car en tant que psychologue de métier, Catherine Le Goff avait forcément matière et connaissances pour approfondir le tout et le rendre ainsi vraiment intéressant et enrichissant. Mais non. De même, le père biologique "solutionne" tous les problèmes de Nin, sans que l'on sache vraiment comment. L'histoire se déroule sur tellement d'années que l'on en ignore le nombre, et cela m'a un peu handicapée. D'autant que j'ai relevé un anachronisme qui m'a fait bondir.... L'un des personnages a perdu sa femme il y a des années lors des attentats de New York en septembre 2001... Donc clairement dans le passé, puisqu'il y a eu deuil, abandon d'une maison... et avant l'apparition de Nin dans sa vie etc... Bref, dans le texte, on sent vraiment que du temps a passé dans la vie du personnage... Hors, page 137, en entête d'un chapitre, on lit "Au matin du 28 octobre 2001", soit un mois et demi après les attentats.... Bref, j'ai vraiment trouvé que cela ne collait pas.

De plus, j'ai eu la sensation que l'histoire était un peu un prétexte "fourre-tout", pour y évoquer les centres d'intérêts ou les rêves de l'auteure... En effet, Nin devient chanteuse, publie un disque qui l'amène tout de même à être invitée dans une émission télé, mais tout cela n'est pas du tout développé. Pas même secondaire, mais tertiaire... Donc inutile dans l'histoire. Ebauché mais pas développé, ni exploité. Certes, les bagages socio-psychlogiques que l'on porte en soi et qui peuvent mener à passer à l'acte impensable sont bien montrés. Montrés oui, mais analysés en profondeur non.

Dommage, le point de départ était bon, les rebondissements intéressants. Mais pour une fois, je vais dire que ce roman aurait mérité à être plus long, avec une psychologie plus étudiée et approfondie pour me plaire. Et surtout, que le suspense et le rythme thriller soir présent du début à la fin. J'attendais bien plus de ce roman prometteur.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 30 Janvier 2020

Scandale, film, avis, chronique, blog, Nicole Kidman, Charlize Théron

Film de Jay Roach

Avec Nicole Kidman, Charlize Theron, Margo Robbie

 

Synopsis :  Inspiré de faits réels, SCANDALE nous plonge dans les coulisses d’une chaîne de télévision aussi puissante que controversée. Des premières étincelles à l’explosion médiatique, découvrez comment des femmes journalistes ont réussi à briser la loi du silence pour dénoncer l’inacceptable.

 

Mon humble avis : Un film, inspiré de faits réels, qui met en scène le début de la révolte et de la prise de parole des femmes harcelées, abusées, humiliées sur leur lieu de travail, ici une grande chaîne de télé américaine. Je pense qu'étant donné l'ampleur du mouvement #metoo, d'autres films suivront, quand des affaires en cours seront jugées etc.

L'aspect médias, Amérique, télévision, fourmilière, effervescence de chaînes d'infos est parfaitement rendu. Les caméras donnent vraiment un effet de mouvement rapide, et de tension continuel. Les informations nous sont données avec un débit d'une vélocité désarmante.

Le sujet est évidemment sensible et rondement mené. Dans le fond, il est très explicite, mais dans la forme, il surfe trop souvent sur l'implicite donc n'est pas toujours évident à suivre. Les personnages sont nombreux, pas évident de mémoriser tout leur noms et places dans cette histoire et dans la hiérarchie. Je pense que le scénario aurait gagné en limpidité en étant moins alambiqué, en supprimant certains détails/personnages qui surchargent inutilement le cerveau du spectateur. Bref, en se concentrant sur "le centre" et non sur toute la largeur du sujet".

Après, c'est sans doute dû au fait que le réalisateur a voulu être au plus proche des personnages réels qui ne sont peut-être pas franchement chaleureux, mais ce film manque d'émotion... Oui, en fait, il m'a paru froid... Comme botoxé ! De toute façon, le botox déborde même de chaque personnage. Sur Allociné, j'ai lu que tous les acteurs/actrices portaient de multiples prothèses pour ressembler au maximum aux vrais protagonistes de cette histoire. Pour John Lihtgow qui incarne le gros porc Roger Ailes, ça peut se justifier. Mais pour les autres... Pourquoi faire porter à Nicole Kidman une combinaison complète pour qu'elle ait exactement la même silhouette que Gretchen Carlson ?

Bref, ce film ni raté ni réussi : il est révoltant comme il doit l'être mais ne m'a pas semblé poignant. Il laisse tout de même un goût sacrément amer sur la société sexiste actuelle (même si depuis cette histoire la suite avec #metoo, on peut espérer que les choses évoluent un peu) qui fait de la femme un pur objet. La femme objet, qui doit être absolument stéréotypée et être dans le même moule que les autres ? Demande -t-on cela aux hommes ? Non. Cela donne la nausée quelque part... Et l'on pourrait se demander si l'on n'est pas tous coupables à se ruer sur tout ce qui est beau, parfait... Qui mène la danse ? Le public ou les médias ? Quoiqu'il en soit, il faut vraiment un changement profond des mentalités de nos sociétés actuelles et un retour aux valeurs fondamentales, à la personnalité individuelle qui fait la force, l'unicité et l'originalité de chacun.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 28 Janvier 2020

cinéma, film, je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part, avis, blog, chronique, Jean Paul Rouve

Film d'Arnaud Viard

Avec Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni, Benjamin Lavernhe,

 

Synopsis :  Dans la belle maison familiale, à la fin de l’été, Aurore fête ses 70 ans, entourée de ses 4 enfants, tous venus pour l’occasion. Il y a là Jean-Pierre, l’aîné, qui a endossé le rôle de chef de famille après la mort de son père ; Juliette, enceinte de son premier enfant à 40 ans et qui rêve encore de devenir écrivain ; Margaux, l’artiste radicale de la famille, et Mathieu, 30 ans, angoissé de séduire la jolie Sarah.
Plus tard, un jour, l’un d’eux va prendre une décision qui changera leur vie

 

Mon humble avis : Je garde un excellent souvenir de ma lecture, dans les années 2000, du recueil de nouvelles d'Anna Gavalda. J'avais adoré, mais ce souvenir est vide, je ne sais plus du tout ce qu'il contenait. Ce film en est une adaptation libre, très libre même, puisque certains des personnages sont créés ex nihilo, d'autres sont piochés dans d'autres nouvelles du recueil que celle titre, et adapté au scénario.

Le film m'a semblé long, parfois un peu ennuyeux et surtout, déprimant. Il en ressort une mélancolie XXL avec une impression de pathos... Après, certes, l'ensemble est hélas très réaliste, mais je réalise que j'ai de plus en plus besoin de cinéma distrayant, plutôt que de films qui me montre les difficultés de la vie telles qu'elles sont, ou telles qu'elles peuvent être chez les autres.

Ici, nous avons Jean-Pierre, l'aîné d'une fratrie de 4 orpheline de père. Jean Pierre semble avoir bien réussi sa vie, il est d'ailleurs un peu le soutien de toute la famille (financier pour l'une, psychologique pour l'autre etc). Sauf que du coup, personne ne s'interroge sur Jean-Pierre, sur son bien-être, son bonheur. Comme il n'a pas de problème précis, majeur ou visible comme ses frères et soeurs, Jean-Pierre va forcément bien. Jusqu'au jour où...  Certes, ce film célèbre l'amour et la solidarité familiale (qui à ce point et sans doute assez rare), mais c'est un film où ce sont la tristesse et le drame qui permettent à certains personnages d'ouvrir les yeux et/ou de rebondir. Le tout dans une atmosphère qui m'a paru déprimante, même si délicate, bien rendue, bien réalisée...

Mais heureusement, il y a une lumière dans ce film. L'interprétation de Jean-Paul Rouve. Magnifique et bouleversant Jean-Paul Rouve, qui excelle vraiment dans tous les rôles qu'il porte, du plus comique au plus dramatique. Quoiqu'il fasse, ce gars illumine l'écran ! Il vaut à lui seul le déplacement, si vous êtes prêts pour du "plombant". Je précise tout de même que les autres comédiens sont tout aussi parfait, mais moins lumineux !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 26 Janvier 2020

3ème dimanche dans le parc Kruger ! Après le dimanche 1 et le dimanche 2 (si vous voulez les retrouver facilement.

Aujourd'hui, je partage avec vous un moment, un instant exceptionnel, que l'on ne vit pas plusieurs fois dans sa vie ! La rencontre rare, qui s'est joué à deux secondes près, avec un léopard ! Apparu subitement, mais si calmement, comme venu de nulle part, comme un songe, comme un rêve. L'animal qui s'arrête et nous observe, avant de reprendre son chemin, vers quelque part... Un moment qui a duré quelques secondes ou minutes, je n'en sais rien, le temps s'est alors arrêté.

Et quand je dis que ce miracle s'est joué à deux secondes près, ce n'est pas une plaisanterie. Notre jeep venait juste de passer à l'endroit où se "trouvait" le léopard. Personne n'avait rien vu... Quand Muriel, l'amie avec qui je suis partie, a tourné sa tête de 3/4 vers l'arrière et là ! Elle a rugi un "STOP" magistrale qui a fait piler notre ranger chauffeur ! Morale de l'histoire, toujours avoir une Muriel avec soi !

 

Bon dimanche avec Léo le léopard !

Le léopard (Panthera pardus) est un mammifère carnivore appartenant à la famille des félins. Le léopard est le pus petit de la famille des panthères. Attention, la panthère noire n'est pas une sous-espèce de panthère, mais un animal atteint de mélanisme qui lui donne sa couleur noire. Le léopard est également appelé Panthère, nom utilisé pour certaines des sous-espèces. Ce prédateur solitaire et silencieux est réputé pour ses facultés d’adaptation et l’acuité de ses sens qu’il utilise pour ne pas être vu. Admiré et parfois vénéré par l’homme, il est malgré tout chassé pour la beauté de sa fourrure.

Le léopard (Panthera pardus) est un mammifère carnivore appartenant à la famille des félins. Le léopard est le pus petit de la famille des panthères. Attention, la panthère noire n'est pas une sous-espèce de panthère, mais un animal atteint de mélanisme qui lui donne sa couleur noire. Le léopard est également appelé Panthère, nom utilisé pour certaines des sous-espèces. Ce prédateur solitaire et silencieux est réputé pour ses facultés d’adaptation et l’acuité de ses sens qu’il utilise pour ne pas être vu. Admiré et parfois vénéré par l’homme, il est malgré tout chassé pour la beauté de sa fourrure.

Le léopard a une espérance de vie de l’ordre de 12 ans en liberté, alors que certains peuvent atteindre l’âge honorable de 20 ans en captivité. Sa taille varie entre 1,50 et 2,50 m de longueur et de 60 à 70 cm au garrot. Il pèse entre 50 et 80 kg.

Le léopard a une espérance de vie de l’ordre de 12 ans en liberté, alors que certains peuvent atteindre l’âge honorable de 20 ans en captivité. Sa taille varie entre 1,50 et 2,50 m de longueur et de 60 à 70 cm au garrot. Il pèse entre 50 et 80 kg.

Le cri du léopard est le feulement, le miaulement et le rugissement. On dit qu'il feule, miaule et rugit. Le léopard est le félin dont l'aire de répartition est la plus répandue. Il vit en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient dans les savanes, les montagnes, déserts et forêts. Le léopard habite souvent les régions boisées, mais elle peut vivre dans toutes sortes de milieux, des zones semi-désertiques jusqu'à la limite de la végétation ou près des neiges éternelles.

Le cri du léopard est le feulement, le miaulement et le rugissement. On dit qu'il feule, miaule et rugit. Le léopard est le félin dont l'aire de répartition est la plus répandue. Il vit en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient dans les savanes, les montagnes, déserts et forêts. Le léopard habite souvent les régions boisées, mais elle peut vivre dans toutes sortes de milieux, des zones semi-désertiques jusqu'à la limite de la végétation ou près des neiges éternelles.

Le léopard est un chasseur solitaire, contrairement aux lions et aux hyènes. Il s’approche silencieusement de sa proie avant de se jeter sur celle-ci pour la tuer par strangulation en plantant ses crocs dans la gorge de l’animal. Il hisse alors sa victime dans un arbre pour la soustraire aux autres carnivores.

Le léopard est un chasseur solitaire, contrairement aux lions et aux hyènes. Il s’approche silencieusement de sa proie avant de se jeter sur celle-ci pour la tuer par strangulation en plantant ses crocs dans la gorge de l’animal. Il hisse alors sa victime dans un arbre pour la soustraire aux autres carnivores.

Il n’y a pas de période de reproduction fixe. Lorsque la femelle est prête à s’accoupler, elle émet une urine caractéristique que les mâles reconnaissent immédiatement. Il arrive souvent qu’une même femelle se retrouve avec plusieurs prétendants. Ceux-ci doivent alors se battre pour conquérir la future compagne, car seul le vainqueur aura le privilège de s’accoupler. Une fois le vainqueur désigné, le couple restera ensemble durant 6 à 7 jours, tant que la femelle sera en chaleur. Puis le mâle retournera sur son territoire et laissera la femelle élever seule ses petits.  La gestation dure environ 3 mois et demi. La femelle met au monde une portée de 1 à 6 petits. À la naissance, les petits sont aveugles et pèsent environ 500 g. Au bout d’un an, les jeunes quittent leur mère pour entamer une

Il n’y a pas de période de reproduction fixe. Lorsque la femelle est prête à s’accoupler, elle émet une urine caractéristique que les mâles reconnaissent immédiatement. Il arrive souvent qu’une même femelle se retrouve avec plusieurs prétendants. Ceux-ci doivent alors se battre pour conquérir la future compagne, car seul le vainqueur aura le privilège de s’accoupler. Une fois le vainqueur désigné, le couple restera ensemble durant 6 à 7 jours, tant que la femelle sera en chaleur. Puis le mâle retournera sur son territoire et laissera la femelle élever seule ses petits. La gestation dure environ 3 mois et demi. La femelle met au monde une portée de 1 à 6 petits. À la naissance, les petits sont aveugles et pèsent environ 500 g. Au bout d’un an, les jeunes quittent leur mère pour entamer une

Le régime alimentaire de la panthère est très varié. Il se compose généralement d’ongulés, d’insectes, d’oiseaux mais aussi de singes. Il ne dédaigne pas non plus les petites proies telles que les lièvres, campagnols ou les porcs-épics.

Le régime alimentaire de la panthère est très varié. Il se compose généralement d’ongulés, d’insectes, d’oiseaux mais aussi de singes. Il ne dédaigne pas non plus les petites proies telles que les lièvres, campagnols ou les porcs-épics.

Le cou de la girafe compte 7 vertèbres, comme la plupart des mammifères, mais chacune est très allongée. La queue a un plumeau noir d'un mètre de long, très efficace pour chasser les mouches tsé-tsé. Sa peau a un cuir épais qui protège l'animal. Le caractère le plus original de la girafe est l'existence de dépôts osseux se fixant progressivement sur le crâne, notamment chez les mâles, qui peuvent être tellement recouverts de concrétions osseuses que leur profil original peut en être modifié. Ces excroissances osseuses sont habituellement situées au-dessus de chaque orbite, au centre du front, et occasionnellement à l'arrière du crâne.

Le cou de la girafe compte 7 vertèbres, comme la plupart des mammifères, mais chacune est très allongée. La queue a un plumeau noir d'un mètre de long, très efficace pour chasser les mouches tsé-tsé. Sa peau a un cuir épais qui protège l'animal. Le caractère le plus original de la girafe est l'existence de dépôts osseux se fixant progressivement sur le crâne, notamment chez les mâles, qui peuvent être tellement recouverts de concrétions osseuses que leur profil original peut en être modifié. Ces excroissances osseuses sont habituellement situées au-dessus de chaque orbite, au centre du front, et occasionnellement à l'arrière du crâne.

La girafe est l'un des rares ruminants qui naissent avec des cornes. À la naissance, elles sont cartilagineuses et reposent mollement sur la tête, mais se redressent et deviennent osseuses dès la première semaine de vie de l'animal. La longue langue de la girafe peut  atteindre 46 cm de long

La girafe est l'un des rares ruminants qui naissent avec des cornes. À la naissance, elles sont cartilagineuses et reposent mollement sur la tête, mais se redressent et deviennent osseuses dès la première semaine de vie de l'animal. La longue langue de la girafe peut atteindre 46 cm de long

Je vous présente le Choucador à oreillons bleus ! Oreillons bleus qui sans bonne luminosité, paraissent souvent noirs. Il mesure en moyenne 24 cm pour un poids allant de 60 à 120 grammes.Cet oiseau des régions tropicales fréquente principalement les zones boisées ouvertes. Lorsqu'il se déplace sur le sol, ils sautillent, il ne marche et ne courent presque jamais

Je vous présente le Choucador à oreillons bleus ! Oreillons bleus qui sans bonne luminosité, paraissent souvent noirs. Il mesure en moyenne 24 cm pour un poids allant de 60 à 120 grammes.Cet oiseau des régions tropicales fréquente principalement les zones boisées ouvertes. Lorsqu'il se déplace sur le sol, ils sautillent, il ne marche et ne courent presque jamais

Cet oiseau pas très joli et au regard plutôt menaçant est un calao. Il mesure environ 50 cm et peut vivre jusqu'à 18 ans. Les deux sexes ont les mêmes couleurs mais le bec de la femelle est plus petit que celui du mâle. Le calao émet des gloussements, tels que « kok-kok-kok-kokok-kokok-kokok »  augmentant en cadence et en volume.

Cet oiseau pas très joli et au regard plutôt menaçant est un calao. Il mesure environ 50 cm et peut vivre jusqu'à 18 ans. Les deux sexes ont les mêmes couleurs mais le bec de la femelle est plus petit que celui du mâle. Le calao émet des gloussements, tels que « kok-kok-kok-kokok-kokok-kokok » augmentant en cadence et en volume.

En haut à gauche, deux calaos. En bas à gauche, un rollier à longs brins. Le rollier à longs brins fréquente la savane, quel que soit son degré d'ouverture, ainsi que les cultures. En bas à droite, un Francolin du Natal (Merci Google) En haut à droite, après de longues recherches sur Google, je peux vous dire que c'est un Drongo Brillant. C'est un oiseau très vocal, qui est souvent le 1er à saluer le soleil par de longues tirades du style : "Drit-drit, woyglo-jit, drit-o, jewp-jewp, clic-clic, gliglaagligloo, jick-glo-jeea" !

En haut à gauche, deux calaos. En bas à gauche, un rollier à longs brins. Le rollier à longs brins fréquente la savane, quel que soit son degré d'ouverture, ainsi que les cultures. En bas à droite, un Francolin du Natal (Merci Google) En haut à droite, après de longues recherches sur Google, je peux vous dire que c'est un Drongo Brillant. C'est un oiseau très vocal, qui est souvent le 1er à saluer le soleil par de longues tirades du style : "Drit-drit, woyglo-jit, drit-o, jewp-jewp, clic-clic, gliglaagligloo, jick-glo-jeea" !

Calaos et Choucadors à oreillons bleus.

Calaos et Choucadors à oreillons bleus.

UN DIMANCHE EN AFRIQUE DU SUD : PARC KRUGER 3/?
Durant notre journée, nous n'avons vu qu'une hyène, mais avec ses petits. Pas évident de la distinguer là où elle se trouvait, dans l'ombre sur le côté de la piste, avec sa robe qui la camouflait vraiment bien. La hyène tachetée est un animal carnivore. Longtemps méprisée par les hommes du fait de sa morphologie peu avantageuse et de son comportement charognard, elle joue pourtant un rôle écologique majeur dans la savane africaine.  Le cri de la hyène tachetée ressemble à un rire ou à un ricanement lui est très caractéristique.

Durant notre journée, nous n'avons vu qu'une hyène, mais avec ses petits. Pas évident de la distinguer là où elle se trouvait, dans l'ombre sur le côté de la piste, avec sa robe qui la camouflait vraiment bien. La hyène tachetée est un animal carnivore. Longtemps méprisée par les hommes du fait de sa morphologie peu avantageuse et de son comportement charognard, elle joue pourtant un rôle écologique majeur dans la savane africaine. Le cri de la hyène tachetée ressemble à un rire ou à un ricanement lui est très caractéristique.

Une hyène tachetée peut peser entre 40 et 80 kg ! C'est la femelle qui est plus grande que le mâle. Elle peut courir jusqu'à 60 km/h et la puissance de ses mâchoires est de 3 tonnes au cm². La gestation dure entre 3 et 4 mois pour donner naissance à entre 1 et 3 petits. A l'état sauvage, la hyène vit entre 15 et 20 ans en moyenne

Une hyène tachetée peut peser entre 40 et 80 kg ! C'est la femelle qui est plus grande que le mâle. Elle peut courir jusqu'à 60 km/h et la puissance de ses mâchoires est de 3 tonnes au cm². La gestation dure entre 3 et 4 mois pour donner naissance à entre 1 et 3 petits. A l'état sauvage, la hyène vit entre 15 et 20 ans en moyenne

UN DIMANCHE EN AFRIQUE DU SUD : PARC KRUGER 3/?

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages en Afrique

Repost0