Publié le 18 Mai 2018

Polar - Editions J'ai Lu - 475 pages - 8.20 €

 

Parution d'origine en mars 2015 chez Flammarion

 

L'histoire : Un trio de suicides qui n'en sont sans doute pas, puisque tous accompagnés d'un étrange symbôle qu'Adamsberg finit par identifier comme étant une guillotine ! Et voilà toute la brigade sur la piste d'un tueur inconnu, voire invisible ! Cette enquête emmène toute l'équipe autant sur la glaciale Islande que dans une société secrète, qui ne fait que rejouer la Révolution et la Terreur, avec comme personnage centrale : Un Robespierre plus vrai que nature !

 

Tentation : envie d'un polar !

Fournisseur : Ma PAL !

 

 

 

Mon humble avis : Je me suis R-E-G-A-L-E-E de ces temps glaciaires. Cela faisait un bail que je n'avais pas lu de Vargas ! A tort bien sûr, surtout que ce roman a bénéficié de bonnes critiques et chroniques lors de sa sortie.

Je pense que ça y'est, j'adhère tout à fait au style Vargas, à ses personnages, ses dialogues et ses situations décalées, qui amènent une dose, sacrée et bienvenue, d'humour. Car le premier roman que j'avais lu de cette auteure prolifique m'avait à l'époque menée à un tel désappointement que je n'avais guère apprécié "Debout les morts".

Ici, Vargas nous fait voyager tant géographiquement que dans le temps ! De Paris, nous voici dans les Yvelines dans un coin tellement paumé qu'il se nomme "le creux", et ensuite, direction une île toute aussi isolée à quelques encablures de l'Islande. Cette île serait habitée par un esprit malin dont par fainéantise, je n'écrirai pas le nom ici (Ben oui, les patronymes islandais, on se donne rarement la peine de les recopier !). En tout cas, nous voici bien plongés les mystères et légendes de cette île polaire

Voyage dans le temps aussi, puisque les meurtres actuels semblent être liés à une sombre histoire qui remonte à une dizaine d'année. Liés, oui, non, oui, non, peut-être, nullement, impossible, fausse piste donnée par le tueur, oui, non, pourquoi pas... Mais Adamsberg, contre l'avis de son équipe que se trouve divisée, y crois toujours. Et même plus qu'y croire, il le sent !

Voyage dans le temps aussi quand le passé et l'Histoire s'invitent dans le présent. Car il semble que ces trois faux suicidés participaient occasionnellement à des réunions un peu spéciales et secrètes. Des fanas de l'Histoire, des Robespierristes ou des antirobespierristes se regroupent régulièrement pour reconstituer les grands moments de l'Histoire et de la Terreur. Chacun joue un rôle précis dans ces mises en scènes, déguisements et jeux d'acteurs à l'appui, le tout dans un anonymat garanti.

Pour nous lecteurs, c'est l'occasion de bonnes révisions d'histoire, de rencontres avec Robespierre, Danton, Sanson le bourreau et bien d'autres personnages plus ou moins illustres du XVIIIème siècle. En tous cas, via son personnage "puits de savoir" Danglard, Fred Vargas, revient à force d'érudition et d'anecdotes sur cette période de historique des années 90 (euh, de 1700 hein !) que les non-initiés n'ont plus trop en tête. C'est bien fait, accessible et réellement intéressant.

L'enquête, quant à elle, même si elle s'englue dans une boule d'algues (dixit Adamsberg) est captivante, bien ficelée et ne manque pas de rebondissements en tous genres !

Temps glaciaires est pour moi une très chouette lecture, aussi divertissante qu'instructive, à la sauce fantastique et suspense polar ! Du vraiment bon Vargas !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 16 Mai 2018

Roman - Editons Audiolib - 4h04 d'écoute - 19€90

 

Parution d'origine chez Julliard en janvier 2017

L'histoire : Philippe, auteur célèbre est en interview dans le hall d'un grand hôtel bordelais. Il remarque alors un jeune homme vers qui il s'élance. Ce jeune homme lui fait tant penser à Thomas, son premier vrai et grand amour, alors qu'il était au lycée. L'auteur revient sur cette époque et ses émois.

 

Tentation : Envie d'approfondir l'auteur Philippe Besson.

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : "Arrête avec tes mensonges", c'est ainsi que la mère du jeune Philippe s'adressait à lui pour lui signifier "Arrête avec tes histoires". C'est un peu sur cette phrase que commence ce roman, ce qui, évidemment donne lieu à quelques réflexions intéressantes sur l'écriture et la création littéraire, puisque bien sûr, Philippe n'a jamais cessé d'inventer des histoires au point d'en faire son métier !

Arrêtes avec tes mensonges, c'est aussi tout ce que l'on cache dans sa vie au point de se la gâcher, de se la pourrir et de moisir avec. Ce que l'on dissimule par honte, par gêne, pour ne pas décevoir, pour ne pas sortir du rang, pour ne pas être rejeté, moqué, bref, pour être comme tout le monde. Les mensonges sont donc nos mois intérieurs et profonds que l'on tait à jamais au point de n'être jamais soi.

Ici, il s'agit de l'homosexualité, que le narrateur découvre au lycée. Il y a fort à penser que ce récit est hautement autobiographique, puisque l'auteur Philippe Besson ne cache pas son orientation sexuelle. Bien évidemment, l'ouverture d'esprit de l'époque (les années 80) était à mille lieues de l'actuelle, même si celle-ci est encore à mille lieues de ce qu'elle devrait être. Mais précisons que "Arrête avec tes mensonges" est avant tout une histoire d'amour enfouie, avortée, mais jamais oubliée non plus.

Philippe Besson est un homme que j'adore écouter lors de ses passages télévisés. Il s'exprime de façon habitée, captivante et passionnante, tant dans la forme que dans le fond. Il en est de même pour ses écrits (ce roman est le deuxième, et pas le dernier que je lis de lui). Les mots claques, les phrases accrochent et l'ensemble reste tout à fait fluide et résonne de justesse.

Mais à mes yeux, ce roman a quelque chose de trop mélancolique, et cette mélancolie est encore accentuée par la lecture qui en est faite, assez monocorde. Certes, j'ai aimé me replonger dans les années 80 et de la culture d'alors (musicales en autres), années qui sont celle de ma jeunesse. Mais j'avoue que dans mes lectures, les premiers émois amoureux me touchent de moins en moins et que certaines scènes assez crues de ce récit m'ont mises mal à l'aise. Je me serais passée de certaines descriptions qui pour moi, n'apporte rien à l'émotion ni à la qualité littéraire de ce roman.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 14 Mai 2018

Film d'Eli Roth

Avec Bruce Willis, Elisabeth Shue, Vincent d'Onofrio

 

Synopsis :  Quand il ne sauve pas des vies, Paul Kersey, chirurgien urgentiste, mène une vie de rêve, en famille, dans les beaux quartiers de Chicago… Jusqu’au jour où tout bascule. Sa femme est sauvagement tuée lors d’un cambriolage qui tourne mal… Sa fille de 18 ans est plongée dans le coma. Face à la lenteur de l’enquête, il se lance dans une chasse à l’homme sans merci.

 

 

Mon humble avis : Quand on veut se prendre un petit coup de rajeunissement, on va voir un Bruce Willis ! Lui ne change pas trop et ses films d'actions des années 90-2000 ont tout de même fait les beaux jours du genre à Hollywood.

Death Wish est un remake du film des années 70, "un justicier dans la ville" avec Charles Bronson dans le rôle principal.

Qui dit Remake, dit actualisation.... Dans cette nouvelle version (je n'ai pas vu l'original), les téléphones portables, les réseaux sociaux et l'hyper médiatisation prennent une large part dans le déroulement de l'action. Il est question de ces faits terribles de violence qui deviennent divertissements médiatiques.

On ne s'ennuie pas une minute dans ce film et dans ce sens, il remplit tout à fait l'objectif et le cahier des charges. Certes, on évitera de le montrer à de jeunes enfants car il y a tout de même quelques éclats de cervelles sur les murs ! Mais, dans cette histoire, Bruce Willis n'est pas un genre de super héros qui fait tout exploser et qui saute d'un camion en feu ou d'un avion en plein vol. Non, nous avons affaire à un chirurgien de haute renommé qui avait tout pour être heureux avant que l'on tue sa femme et que l'on laisse sa fille pour morte. Paul Kersey est parfaitement incarné par un Bruce Willis qui brûle de l'intérieur, et qui, petit à petit, va construire dans l'ombre sa vengeance, approchant un monde et des manières qui n'ont jamais été les siens...

En visionnant ce film, on ne peut qu'avoir en tête les paroles aussi glaçantes que récentes de Trump qui harangue ses foules en affirmant haut et fort que lors de l'attentat du Bataclan à Paris, si les Français étaient armés, il y aurait eu moins de victimes... Bref, Death Wish permet encore, si besoin était, de la banalisation de l'armement personnel aux USA.

Evidemment, Death Wish n'est pas le film du siècle non plus, mais comme je l'ai dit, il remplit on ne peut plus son rôle divertissant de film d'action. Et dans ce genre, rien à lui reprocher sauf peut-être, son calibrage calculé.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 12 Mai 2018

Film de François Prévôt-Leygonie et Stéphan Archinard

Avec Arnaud Ducret, Max Baissette de Malglaive, Alice David

 

Synopsis :  Vincent Barteau, 35 ans, entraîneur de foot d'1,92 m, voit débouler dans son quotidien de célibataire invétéré, son neveu, Léo, 13 ans, 1,53 m autiste Asperger et joueur d'échecs émérite. Cette rencontre aussi singulière qu'explosive va bouleverser l'existence de Vincent et offrir à Léonard la chance de sa vie.

 

 

Mon humble avis : Ce film est l'adaptation du roman "La surface de réparation" d'Alain Gillot.

Je mets 4 pattes à ce film parce que l'histoire est belle, émouvante, touchante avec un certain degré d'humour. Un humour léger car le sujet est tout de même grave, donc il ne s'agit pas provoquer l'hilarité de la salle, ce qui serait déplacé.

La relation qui se noue au fil du temps entre Vincent et Léo est tournée et conçue avec délicatesse et subtilité... En effet, Vincent se retrouve avec un gamin sur les bras, celui de sa soeur, mais gamin dont il ignorait l'existence... Il le sait spécial mais n'a aucune connaissance de son autisme... Comme d'ailleurs personne d'autre dans cette famille très réduite... C'est d'ailleurs ce que j'ai trouvé de très peu probable, que le diagnostic n'est pas été établi plus tôt, Léo ayant toutes les caractéristiques de l'autisme Asperger... Mais bon...

Le jeune Max Baissette de Malglaive, qui incarne Léo, est tout simplement bluffant de talent et de réalisme. Vraiment chapeau à lui car tout y ait, depuis le regard fuyant ou vide, jusqu'au débit ultra rapide de paroles répétées. Arnaud Ducret est aussi très convaincant. Les paysages (La Rochelle et l'île de Ré) sont sublimes et très agréables à voir à l'écran. Beaucoup de bons points pour ce film. Mais aussi quelques défauts... Notamment le nombre de clichés, sur l'autisme aspi, sur le rôle de Vincent (la scène des nymphettes dans la piscine poussent le clichés à l'extrême. De même certaines évolutions du scénario sont on ne peut plus prévisibles.

Il n'empêche, c'est une belle histoire, sur une pathologie dont on ne parle toujours pas assez. Il permet au spectateur de se mettre un peu à la place des parents des enfants autistes et des difficultés quotidiennes que cela induit, sans parler des prises en charges etc... Même si ici, il s'agit d'un aspi, verbal... Et que cela n'a rien n'a voir avec un autiste non aspi, non verbal où les relation avec l'enfant sont réduites à presque rien. Je suis "bien placée" pour le savoir puisqu'au dernier trimestre 2017, je me suis occupée une matinée par semaine d'une autiste non verbale de 7 ans... Et je vous assure que c'est terrible... Au point que je n'ai pas eu la force de continuer et j'en suis désolée pour les parents.

Et à savoir, depuis le tournage de ce film, Arnaud Ducret s'est engagé dans la cause de l'autisme.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 10 Mai 2018

Roman - Editions Audiolib - 5h04 d'écoute - 20 €

 

Parution d'origine en mai 2017 chez Grasset

 

L'histoire : Trois femmes, trois continents, trois combats vers la liberté.

En Inde, Smita est une intouchable.

Giulia, Sicilienne, doit reprendre l'entreprise familiale ruinée.

Au Canada, Sarah, brillante avocate apprend qu'elle est atteinte d'une grave maladie.

Le destin de ses trois femmes se tresse et va les unir, sans qu'elles ne se connaissent, sans qu'elles en aient réellement conscience.

 

Tentation : Le "tapage" autour de ce roman

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Si vous n'avez pas vécu sur une autre planète, l'été dernier, vous n'avez pu échapper à ce roman. Dans la presse, sur les blogs, dans les vitrines des libraires, sur les serviettes de plage, ce livre était partout ! Suffisant pour que je me penche sur son cas... D'autant plus que la version audio figurait à ma bib N°3, la grande bib de Rennes, qui propose plein de nouveautés... Pour mon plus grand bonheur !

Le destin de trois femmes s'entrelace dans ces pages, chapitre après chapitre. Le lien qui les unit ne sera révélé qu'en toute fin, même si l'on peut le deviner quelque temps avant. Mais ce n'est pas bien grave. Ce lien est aussi infiniment petit qu'il est grand... Puisqu'il va de l'intime à la mondialisation. Et il représente bien, mais de façon originale, le fonctionnement du monde que nous ignorons parce que nous courons s'en réfléchir, submergés de tout que nous sommes.

L'histoire de Smita l'intouchable m'a particulièrement touchée. Son métier est de vider les latrines des riches. Elle vit donc de et dans la merde, comme sa mère avant elle etc... Smita refuse que sa fille ait le même avenir, souhaite la faire entrer à l'école... Mais là aussi, ça fille restera ce qu'elle est, une intouchable. Alors, Smita fuira son village avec sa fille. Destination.... (c'est dans le roman !). Smita est bouleversante et nous rappelle, dans notre petit confort d'occidentaux, qu'il est un pays puissant où subsiste encore ce révoltant système des castes, de façon légales, ancestrales, culturelles etc...

Sarah au Canada est tout aussi poignante. Brillante avocate, comme toute femme et ce toujours au XXIème siècle, elle doit tripler les efforts pour convaincre, garder sa place, concilier travail et vie de famille. Sachant que pour réussir dans son métier, sa vie de famille doit être invisible et n'avoir aucune conséquence sur sa profession. Et lorsqu'elle apprend qu'elle est atteinte d'un cancer, son monde s'écroulera... Sarah est un exemple éloquent qui prouve que pour rester dans la course, il faut être parfait, et que le monde du travail est intraitable et sans pitié quand la maladie pointe le bout de son nez, sous prétexte de représentation et de rentabilité.

Ces deux femmes sont brillamment interprétées par les lectrices. Giulia, la sicilienne, le fut beaucoup moins à mon oreille, et c'est sans doute pour cela que son personnage m'a laissée un peu plus de glace. En effet, ses chapitres sont lus avec une sorte d'urgence qui fragilise l'émotion qui pourrait émaner de cette jeune femme. Guilia reste tout de même attachante dans l'énergie qu'elle déploie pour sauver l'entreprise familiale de la ruine. Pour cela, elle doit se montrer inventive et surtout, elle doit convaincre son entourage de sortir de la tradition. Dure mission pour elle dans une Sicile où la femme se doit être soumise et de rester à sa place.

En relisant ce billet, je me rends compte que La Tresse est donc avant tout un roman sur la place de la femme dans la société à l'heure actuelle, et des efforts qu'elle doit déployer pour  s'en sortir, l'atteindre et/ou s'y maintenir.

C'est une lecture agréable, facile, divertissante mais pas que... Même si les sujets abordés auraient mérité un peu plus d'approfondissement, ils offrent tout de même aux lecteurs de beaux thèmes de réflexion et de prise de conscience sur notre époque, qui semble encore bien empêtrée dans le passé.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 8 Mai 2018

Roman - Editions Audiolib - 4h07 d'écoute - 18.50 €

 

Parution d'origine en janvier 2018 chez J.C Lattès

 

L'histoire : Hélène, professeure principale au collège, remarque le comportement étrange de Théo, son état de fatigabilité permanent. Mais elle semble être bien la seule à s'en soucier.  Théo lui rappelle elle-même, dans sa jeunesse, quand elle subissait les coups de son père. Aussi, pour Hélène, le "cas" Théo devient une obsession, qui lui fera dépasser certaines limites de l'administration scolaire.

 

Tentation : LE nouveau Delphine de Vigan pardi !

Fournisseur : Audible, merci pour le partenariat !

 

 

Mon humble avis : Les loyautés est un roman choral, ou s'expriment à la première personne du singulier les personnages adultes, et où un narrateur prend la parole quand les chapitres concernent les enfants.

Théo est fils de divorcés, garde alternée. Les deux parents n'échangent plus une parole. Il entraîne son ami Mathis sur une mauvaise pente. La mère de Mathis sent son mariage vaciller et son fils glisser là où il ne faut pas.

Hélène, professeur principale des deux ados, s'inquiète du mal être de Théo. Elle soupçonne un cas de maltraitance, mais n'est guère aidée par l'administration scolaire dans ses démarches.

Nous l'apprendrons au fil de pages, mais Théo ne subit pas de maltraitance. Son "problème" est tout autre, mais témoigne bien d'une grande détresse humaine, que personne ne prend en compte, que personne n'imagine, qu'il est seul à gérer, comme il peut. Aussi, il recherche l'évasion, pour oublier...

Ce nouveau roman de Delphine de Vigan est sombre (en même temps, on éclate jamais de rire dans les romans de Delphine de Vigan !) sobre, efficace et sacrément remuant. Il invite chacun d'entre nous à être responsable de notre prochain, de notre voisin, d'une détresse qui peut croiser notre chemin et que nous serons peut-être seuls à détecter.

Les loyautés qui donnent le titre au roman.... La loyauté peut être salvatrice comme destructrice. La loyauté envers nous-mêmes, ce que nous fûmes, ce que nous sommes, nos idéaux, nos combats... La loyauté envers les autres, c'est la fidélité, ne pas trahir un secret, ne pas dénoncer l'insupportable aussi... Il est aussi question de la loyauté envers le système et les lois... pas toujours conçus pour être efficace devant une détresse.

Dans ce roman, chaque personnage est mu ou enfermer par ses loyautés. La prof envers son élève, le fils envers son père, la mère envers son fils, l'ado envers son copain...

Evidemment, on peut compter sur la sensibilité de l'auteure et sur sa plume reconnue de tous pour décrire toutes ses situations intimes avec une délicatesse et une justesse remarquable. Delphine de Vigan sait mettre des mots là où d'autres ne les trouvent pas. Il est question de couple et de l'après-couple (et de cette haine destructrice où les enfants sont oubliés... et victime), d'amitié, d'amour maternel et filial.

Un roman coup de poing sur des sujets on ne peut plus contemporains, hélas...

 

Livre lu en partenariat avec AUDIBLE, site de téléchargement légal de livres audios, avec un abonnement mensuel possible dès 9 €90  et des livres audios en exclusivité !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 6 Mai 2018

Pendant que je vais profiter du jardin d'une amie avec un bon Barbecue, je vous propose donc de tenir compagnie à mes 3 loulous : Tsingy (le gris), Aya (la trigrée marron) et Praslin, le blanc et noir !

 

Bon dimanche ensoleillé à tous !

UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !
UN DIMANCHE AVEC MA TRIPOTEE !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Un monde de chat

Repost0

Publié le 4 Mai 2018

Film de Joe et Anthony Russo

Avec Robert Downey Jr, Chris Evans, Chris Emsworth, Scarlett Johansson, Tom Holland

 

Synopsis :  Les Avengers et leurs alliés devront être prêts à tout sacrifier pour neutraliser le redoutable Thanos avant que son attaque éclair ne conduise à la destruction complète de l’univers.

 

 

Mon humble avis : Je suis moins enthousiaste pour cet opus Marvel que pour les précédents. Et pourtant, Infinity Wars a beaucoup d'arguments pour séduire : Effets spéciaux et action sont au rendez-vous, tout comme l'humour et le suspense. Il regroupe même un nombre jamais atteint de super-héros Marvel dans le même film : depuis Docteur Strange, en passant par Spider Man, Black Panther, la sorcière rouge, les gardiens de la galaxie, sans oublier évidemment les incontournables des Avengers, dont Banner qui connait quelques difficultés avec son double Hulk ! 

L'histoire est sans doute plus sombre que d'habitude et je l'ai trouvée trop digressive, au point de ralentir le rythme et de finir par avoir du mal à saisir où se trouve toutes ses pierres d'Infinité. Trop intergalactique aussi sans doute... Que de voyages dans l'espace et de planète en planète... j'y ai un peu perdu mon latin !

Bref, j'ai eu un peu l'impression qu'Infinity War était un peu un four-tout où il fallait caser un max de choses et de personnages. Et dans ces cas là, ce qui arrive souvent, c'est une sensation de survol.

Le message de cet opus : Les dangers des pleins pouvoirs évidemment... A transposer dans la vie réelle !

Mais bon, je les aime toujours mes supers héros et j'ai eu plaisir à les revoir, sachant que le re-reverra bientôt (la toute fin du générique l'annonce une fois plus.) Ce film est long (2h36) et le générique n'en finit pas (évidemment vu le nombre de personnes nécessaire à la fabrication d'un tel film à 500 milliards de dollars). Et les films à franchises et à épisodes sont les seuls à captiver les spectateurs jusqu'à la toute fin d'un générique.

En résumé, film tout de même pas mal. Mais pas mal pour un Marvel, ce n'est pas suffisant. C'est un peu comme une mention Assez Bien au bac pour un génie...

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 2 Mai 2018

Roman - Editions Audible - 12h06 d'écoute -23.40 €

 

Parution d'origine en avril 2015 chez Albin Michel

L'histoire  : Trois familles... Celle de Tess, dont le couple vol en éclat. Celle de Rachel qui pleure toujours sa fille assassinée il y a plus de vingt ans. Et celle de Cécilia... Cécilia, la femme parfaite de la famille idéale aux yeux de tous. Sauf que Cécilia trouve un jour dans le grenier une enveloppe jaunie par le temps... Une mention manuscrite indique : "A n'ouvrir qu'après ma mort". C'est l'écriture de John Paul, son époux bien vivant. Que faire ? Ouvrir, ne pas ouvrir. Quelque soit le choix, quelles peuvent en être les conséquences ? Dévastatrices ou non ?

 

Tentation : Pourquoi pas, mention de best seller !

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Mon humble avis... Sera moins enthousiaste que les bandeaux qui entourent ce roman, où les extraits de presse qui figurent sur sa 4ème de couv où l'on peut lire : Bestseller, 1.5 millions d'exemplaires vendus aux USA, phénomène d'édition...

Le secret du mari est un roman australien, qui se déroule... en Australie, entre Melbourne et Sidney, mais qui pourrait se passer dans n'importe quelle banlieue bourgeoise d'occident. L'histoire est en elle-même intéressante et relativement prenante, mais mon Dieu, que c'est long ! L'ambiance m'a paru très "Desperate Housewifes" mais sans l'humour ni ne cynisme des personnages. Mais que de moments "vous prendrez bien une tasse de thé avec un petit muffin" ?!!! Bref, cela m'a agacée, encore un roman qui aurait largement gagné en intensité en diminuant son nombre de pages.

Celles et ceux qui apprécient les personnages très creusés, les détails quotidiens d'une petite vie de communauté tranquille à muffins et réunions Tupperwar apprécieront peut-être plus que moi. Mais il faut savoir que le fameux secret du mari qui doit signer le départ de l'intrigue n'est révélé qu'à plus de la moitié du roman. Tout ce qui précède cette révélation est donc à mes yeux du blabla littéraire... Car le style est agréable et les sentiments et ressentiments sont décrits avec justesse, même si avec une certaine redondance.

Il y a aussi un parallèle récurrent fait avec le mur de Berlin, puisque l'une des fillettes de Cécilia s'est entichée des périodes historiques liées au Mur. Bien évidemment, on peut y voir une relative métaphore avec ce que vivent les personnages, mais celle-ci reste superficielle. Sa présence semble plus l'occasion de "remplir" et d'éveiller un intérêt supplémentaire chez le lecteur... mais cet intérêt ne mène pas bien loin. Comme un tiers des personnages d'ailleurs, qui ne servent pas à grand-chose dans l'histoire et ne se trouve liés que de très très loin au fameux secret, sans même le savoir eux-mêmes !

Enfin, quid du secret du mari ? Je n'en dirai rien pour ne pas spoiler et gâcher votre plaisir de lecture si vous vous décider à percer ce secret en lisant.

Mais morales de l'histoire : on ne sait jamais à côté de qui l'on vit... Les coupables finissent toujours pas payer d'une façon ou d'une autre. La lâcheté est aussi criminelle que l'acte en lui -même. Et enfin, la vendetta personnelle n'est jamais une bonne solution !

Dommage tout de même, car je n'ai pas vécu cette audiolecture comme elle m'était promise par les diverses présentations : "roman addictif, rebondissements etc..." Si l'histoire avait été développée sur 250 pages, nous aurions pu avoir un thriller. Mais sur 500 pages, nous avons un roman... du quotidien mélodramatique avec, de-ci delà, un peu d'intrigue.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost0

Publié le 30 Avril 2018

BD - Editions Steinkis - 192 pages - 22 €

 

Parution en février 2017

 

L'histoire :  Grégory et Nadège sont comblés par la naissance de leurs jumeaux, Charles et Tristan. Pourtant leur univers s effondre lorsque le diagnostic tombe : Tristan est sourd profond.

Comment alors, en tant que parents entendants, un parcours du combattant pour aider leur fils à s épanouir dans notre société d hyper-communication ? Comment respecter son identité propre dans ce monde qui laisse, au final, peu de place à l altérité ?
Bref, comment prendre les bonnes décisions pour Tristan ?
 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°1

 

 

Mon humble avis : Cet album est la transcription graphique de la vie d'un des auteurs, Grégory Mahieux. C'est donc une histoire vraie, mais hélas pas unique mais très représentative... Puisque nombre de parents d'enfants porteurs de handicap se retrouvent certainement dans les mêmes situations.

Ici, il s'agit de la surdité profonde de Tristan, l'un des jumeaux. Sachant qu'ajouté à cela, Charles, l'autre jumeau, souffre d'une grave et restrictive intolérance alimentaire, mais qui est somme toute, comparé à la surdité de Tristan, très vite gérée par Nadège et Grégory.

Cet album n'est pas du tout larmoyant ni plaintif envers le handicap, même si bien évidemment les parents auraient préféré que leur fils soit "normal".  Bien sûr, certains passages provoquent de fortes émotions, notamment de la joie devant les progrès de Tristan. Mais aussi l'admiration devant le courage tant des parents que de Tristan pour affronter le handicap, adapter la vie à celui-ci et surtout à déployer une énergie folle pour que leur enfant puisse progresser, être intégré dans le monde entendant et promis à l'avenir le plus ouvert possible.

Mais le plus souvent, même si le père y met beaucoup d'humour "noir", c'est la colère et le découragement que le lecteur ressent et partage avec les parents. Car oui, malgré la loi de 2005 obligeant à l'intégration des enfants handicapés dans le système scolaire classique, la réalité est toute autre.

Nous suivons donc le parcours du combattant, le casse-tête chinois, le labyrinthe, la mauvaise foi des employeurs, les lourdeurs et les lenteurs administratives, les contradictions des différents services médicaux et paramédicaux, le manque d'aides sociales, le manque de pédagogie à tous les niveaux, que ce soit envers les parents ou envers Tristan lui-même, etc... Bref, toutes ces situations qui donnent envie de s'arracher les cheveux, auxquelles sont confrontés Nadège et Grégory... Qui se battent griffes et ongles pour leur garçon, avec une énergie et une obstination qui forcent l'admiration, mais qui, heureusement portent leurs fruits.

Et de notre côté, on en apprend des choses... Notamment, la différence linguistique hypocrite que fait l'administration entre "intégration" et "inclusion". Bref, le lecteur est souvent révolté par ce qu'il lit.

Ce parcours se déroule dès la naissance des deux bambins et s'achève ici avec la rentrée en CM1 de Tristan. Peut-être que dans quelques années, nous retrouveront la famille de Tristan en BD, pour suivre son évolution. J'aimerais bien avoir des nouvelles de cette famille si courageuse et si aimante.

Une BD magnifique, parfaitement maîtrisée tant dans le graphisme que dans le texte (très présent, mais à bon escient), des bulles.

Une BD d'utilité publique, certainement. A lire, évidemment !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0