Publié le 5 Septembre 2018

Thriller - Editions Audible - 4h21 d'écoute - 9.95 € en téléchargement

 

Parution d'origine chez Michel Lafon en mars 2016, existe aussi en poche

 

L'histoire : Chloé et Gabriel, mariés depuis plusieurs années, semblent mener une vie paisible et organisée à St Malo. Soudain, c'est le drame... Pourtant bonne nageuse, Chloé se noie lors d'une baignade solitaire. Commence alors pour Gabriel la terrible période de deuil. Il trouvera de l'aide au sein d'un groupe de soutien. Mais alors qu'il y rencontre Emma, Chloé semble toujours présente, près, trop près pour que Gabriel l'oublie.

 

Tentation : Blogo, pitch et mention "St Malo" dans celui-ci.

Fournisseur : Audible, merci pour le partenariat !

 

 

Mon humble avis : Quel claque ce roman !

Déjà, bonne nouvelle, il est encore possible d'écrire des thrillers aussi prenants que surprenants en moins de 400 pages. Avis à vous mesdames et messieurs les écrivains, pour qui le terme thriller se transforme de plus en plus en pavés eux-mêmes pavés de longueurs et descriptions fortuites.

Il n'est pas aisé d'expliquer mon enthousiasme réel envers ce bouquin sans spoiler. Alors, comment dire... Déjà, durant toute mon écoute, je n'ai jamais imaginé un tel dénouement ! Ensuite, dire que le sujet dont traite cette histoire est on ne peut plus contemporaine est un euphémisme. Tentez d'expliquer ce titre mystérieux dont le sens ne se révèle qu'à la presque fin, et bien vous comprendrez pourquoi ce roman mérite amplement son grand succès !

Amélie Antoine pousse-t-elle à l'extrême l'avidité, la cupidité, la superficialité, le prêt à tout de nos contemporains ? Et bien si l'on observe "même de loin", sans y participer, cette aspect de notre société actuelle, on se dit que non. On n'y est presque, et cette réalité a peut-être déjà été dépassée quelque part dans le monde sans que cela soit venu ni à mon oreille, ni à mes yeux.

En tout cas, Amélie Antoine manipule aussi bien son lecteur que la société peut le faire de chacun de nous... Sauf que dans ce domaine précis, pour être manipulé, il faut être un minimum volontaire, car cette manipulation sociétale est parfaitement évitable si on a d'autres choses à faire. Et pourtant, cette dernière, liée à un voyeurisme qui en régale par dizaine de millions s'insinue partout. Le vrai faut semblant, qui fait qui fait que des cas isolés deviennent une norme aux yeux de certains. Amélie Antoine s'inspire des leurres actuels pour écrire une histoire dont devient leurre. Grandiose

Fidèle au poste est un thriller par son suspens, son style, sa narration à 3 voix, mais il intègre aussi d'autres genres littéraires, tels la romance, l'approfondissement du deuil, le fantastique (y aurait-) il un fantôme dans l'histoire ? Par contre, rassurez-vous, point de scènes insoutenables type sanguinolentes ou autres. Les nerfs ne sont pas mis à vif, la lecture est très plaisante, mais le suspens vous garde en otage et le dénouement vous laisse K.O !

Ok, je sais, je reste très mystérieuse sur ce roman, mais que voulez-vous, c'est sa grande force, alors chut, lisez ou écoutez et vous verrez par vous mêmes ! Et non, ce billet n'est pas un leurre !

 

 

Livre lu en partenariat avec AUDIBLE, site de téléchargement légal de livres audios, avec un abonnement mensuel possible dès 9 €90  et des livres audios en exclusivité, dont celui-ci !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 3 Septembre 2018

Film d'Alex Lutz

Avec Alex Lutz, Tom Dingler, Pascale Arbillot

 

Synopsis :  Gauthier, un jeune journaliste, apprend par sa mère qu'il serait le fils illégitime de Guy Jamet, un artiste de variété française ayant eu son heure de gloire entre les années 60 et 90. Celui-ci est justement en train de sortir un album de reprises et de faire une tournée. Gauthier décide de le suivre, caméra au poing, dans sa vie quotidienne et ses concerts de province, pour en faire un portrait documentaire.

 

 

Mon humble avis : Je vais être honnête, j'ai trouvé à ce film quelques longueurs et ai donc eu quelques moments d'ennui. Et pourtant, ce film est pas loin du chef d'oeuvre tout de même, tant dans son originalité, que dans son interprétation et que dans son sujet.

L'interprétation... C'est celle d'Alex Lutz, tout jeune quadra qui joue le rôle-titre : Guy, que l'on imagine aisément septuagénaire avancé. La performance, même si elle tient sur tout de même 4 à 5 heures quotidiennes de maquillage, est vraiment remarquable. Le talent qu'il faut pour construire ainsi un personnage, entrer dans sa peau, devenir lui, avec ses mimiques, sa gestuelle, l'âge de son corps etc... Vraiment, c'est bluffant.

L'originalité... C'est cette façon de filmer en caméra "presque portée", en mode documentaire, même si le spectateur sait que ce documentaire n'en n'est pas vraiment un. Le film alterne donc moments de vie/scène via l'oeil d'une caméra spectatrice, puis passages d'interviewes.

Guy dresse le portrait d'un chanteur qui a connu son heure de gloire et qui, même si éloigné des médias, continue à parcourir la France pour des galas auprès de fans fidèles. Mon imagination (ou mes références), m'a fait décelé un peu de Claude François, de Michel Sardou ou de Dave dans les personnages qui auraient inspirés Lutz pour créer Guy. Allociné m'apprend qu'il n'en n'est rien du tout... Que ce sont d'autres chanteurs "âge tendre" qui l'on inspiré.

Il n'empêche, ce portrait est très touchant et montre un homme beaucoup moins superficiel qu'il n'y parait. Certains passages et dialogues sont très forts de sens... Le film évoque évidemment sur la façon dont le public perçoit les artistes en fonction souvent de ce que les médias leur donnent en pâture, sans rien approfondir, où en prenant un parti pris, bref en montrant ce que le public veut voir... Enfin, c'est en tout cas ce que j'ai perçu avec ma sensibilité à moi. Mais les véritables sujets de "Guy", sont le temps qui passe, la filiation, la nostalgie, le recul, la vie et le travail d'artiste... Et surtout, ce qui compose un chanteur : sa vie publique... et sa vie privée... Deux personnes, deux vies qui évidemment n'en forment qu'une. En tout cas, même si ce Guy n'existe pas, on est content de l'avoir rencontré... Parce que cet homme-là vaut le détour, et a pas mal de choses à nous dire... même dans ses silences.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 1 Septembre 2018

... UNE TRAVERSEE DU KOSOVO DE L'APRES-GUERRE

 

BD - Editions Soleil - 65 pages - 17.95 €

 

Parution en 2012

Le sujet :  Juin 1999.
À la fin du conflit au Kosovo, un magazine propose à Gani Jakupi – qui résidait alors en Espagne – de s’y rendre accompagné par un photographe, afin d’y faire un reportage sur son retour au pays. Une occasion inespérée pour lui de revoir ses proches.

 

Tentation : Titre et sujet

Fournisseur : Bib N°3

 

 

 

Mon humble avis : Attention, énorme coup de coeur ! Par contre, si vous cherchez un roman graphique distrayant, passez votre chemin, celui-ci ne l'est point. Son sujet est trop grave. Mais "La dernière image" est très instructif... et méditatif... Oui, je pense que ça n'a pas fini de tourner dans ma tête. Cet album est plus que marquant, il est imprégnant

Une préface nous permet d'appréhender au mieux notre lecture, et une postface nous aide à analyser en profondeur, via divers points de vue, ce que nous venons de lire. Ceci, grâce à des interviews menées par l'auteur auprès de journalistes et de photographes de guerre réputés.

A l'origine, cet album devait être un article pour la presse espagnole. Celui-ci n'est jamais paru. Alors Gani Jakupi, déjà bédétiste, l'a transformé en roman graphique. Et c'est tant mieux je pense. Les articles de presse passent et trépassent dans la multitude, et dans la consommation médiatique que nous faisons. Certes, un album atteindra moins de public, mais il restera et marquera pour toujours... car le lecteur en aura choisi la lecture et se sera pausé. L'information lui arrive certes bien après le conflit, (donc avec un recul dont la presse ne peut pas toujours se permettre) et ne sera pas absorbée entre le fromage et le dessert.

Gani Jakupi, kosovar d'origine, nous emmène donc dans cette région du monde aux conflits compliqués à comprendre : les Balkans... Et plus précisément, au Kosovo, là où la guerre contre les serbes vient de s'achever officiellement. Officieusement, c'est autre chose... Le danger est partout, diverses armées (dont internationales) sont là, les vengeances commencent, le tout dans un pays meurtri, une terre brûlée avec des survivants de la déportation et d'un nettoyage ethnique. Gani est accompagné par un photographe de guerre et ensemble, ils doivent concevoir un reportage pour un journal espagnol.

En fait, il m'a semblé que le Kosovo ne servait "que" de "toile de fond" au sujet, qui hélas, pourrait être développé dans tous pays en guerre. Car derrière cette histoire de "retour au pays", se cache le vrai sujet de cet album : le métier et le rôle des photographes et journalistes de guerre. Et là, les différents personnages rencontrés au fil des pages nous livrent leur version de leur profession... Les dangers sur place, la neutralité pas toujours facile, l'adrénaline, l'importance du témoignage (à tous prix ou pas), la chasse au scoop pour être le premier sur place, les horreurs qu'il faut "supporter" et auxquelles il faut faire face, le besoin viscéral des victimes de conflits à raconter leur drame auprès d'un journaliste pour que leur histoire ne reste pas veine, que le Monde sache. C'est par ces journalistes que l'histoire de chacun rentre dans l'Histoire

Le tout, avec la pression des médias et "le goût" du public qui se blase de plus en plus vite, sans savoir qui sera touché et comment et par quelle info...

"Quand le public veut voir du drame, il s'en fout de la misère"

La censure liée aux supports commerciaux des chaînes ou des journaux. Avec aussi parfois le reproche de photographier ce que le public considère comme outrage mais dont il se repaît néanmoins. C'est via une multitude de saynètes et de situations différentes que Gani Jakupi abordent ces sujets et les approfondit, comme je l'ai dit plus haut, avec une postface composée d'interviews de quelques-uns de ces photographes de guerre.

"La «dernière», l'image ultime, c'est le Saint Graal de tout reporter-photographe. C'est celle qui vaincra la résistance du public blasé, qui a tout vu et ne s'émerveille, ni ne s'émeut plus de grand-chose. Pour certains, c'est la photo la plus choquante, la plus inquiétante ; pour d'autres, celle qui résume en un cliché tout un événement, un destin, un phénomène." (Gani Jakupi)

Outre le fait que sa lecture est plus que remuante, La dernière image rappelle la guerre du Kosovo, guerre et victimes vite oubliées, et permet de la comprendre un peu mieux. Mais cet album est surtout un outil de réflexion incontournable sur la fonction et le fonctionnement des médias, la neutralité de ceux-ci... Mais surtout, sur l'utilisation personnelle que nous en faisons.

Vraiment, lisez cet album graphique, je suis sûre qu'il restera longtemps gravé dans votre mémoire, comme dans la mienne. Très marquant. D'une force et d'une richesse rares !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 30 Août 2018

Roman - Editions Albin Michel - 162 pages - 17.50 €

 

Parution le 22 août 2018 : Rentrée Littéraire !

 

L'histoire : Les prénoms épicènes sont autant masculins que féminins. C'est pourquoi, Claude et Dominique décide de nommer celle qui restera leur fille unique et détestée de Claude...

 

Tentation : Quelle question ?!

Fournisseur : Ma CB

 

 

 

 

Mon humble avis : A y'est, ma gourmandise littéraire annuelle est arrivée, aussitôt achetée dès sa sortie du four et aussitôt dévorée (la semaine dernière) ! Comme chaque année, je n'ai pas manqué mon rendez-vous avec mon péché mignon et mon auteure favorite.

Evidemment, mon petit résumé ci-dessus reste succinct... mais l'est déjà un peu moins que la phrase énigmatique qui occupe la quatrième de couv du dernier né Nothomb.

Pas un coup de coeur pour moi cette année, tout simplement parce qu'au contraire de ces prédécesseurs, Les prénoms Epicènes ne m'a pas semblé "écrit pour moi" ! A chaque fois, je me retrouve dans l'un ou l'autre de des personnages, même si ce n'est que pour une courte période de sa vie. Cette année, non.

En 2017, Amélie Nothomb s'était penchée sur la relation mère/fille, avec une mère maladivement jalouse de sa progéniture.

Le cépage 2018 prend racine dans la filiation père/fille... Et ce père déteste sa fille, qui comprend cela très jeune et le déteste donc tout autant ! Bien entendu, la 3ème partie nous apprendra la raison de cette haine tenace... Et c'est là que tout le talent et la magie de ma chère Amélie Nothomb prennent toute leur forme... Celle d'un couperet, d'une guillotine presque. Voilà ce que je me suis dit en découvrant avec stupéfaction l'essence de cette haine ! Il est question de manipulation et de vengeance obsessionnelle, machiavélique même ! Où l'on se dit vraiment qu'une telle histoire ne peut naître que de l'esprit fantasque d'Amélie Nothomb, et de celui personne d'autre. A mes yeux, Amélie Nothomb est décidément la reine du couperet, de la cruauté envers ses personnages ! Violence psychologique et affective, il n'est pas question de torture à la Maxime Chattam par exemple.  Mais oui, Amélie Nothomb est sans pitié avec les êtres de sa création. C'est peut-être pour cela qu'elle semble garder une certaine distance avec eux, distance que permet la narration sous forme de conte... Ces dernières années, les romans d'Amélie Nothomb pourraient presque tous s'ouvrir sur la fameuse phrase :"Il était une fois"

Bien évidemment, on retrouve certaines obsessions d'Amélie Nothomb... Le champagne... La survivance... L'adolescence....

Pour conclure, Les prénoms Epicènes, un bon cru mais pas un millésime, à mon humble avis évidemment. Ce qui ne m'empêche pas de dire : vivement l'année prochaine !!!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 28 Août 2018

Film de Christophe Duthuron

Avec Eddy Mitchel, Pierre Richard, Alice Pol, Roland Giraud

 

Synopsis :  Pierrot, Mimile et Antoine, trois amis d’enfance de 70 balais, ont bien compris que vieillir était le seul moyen connu de ne pas mourir et ils sont bien déterminés à le faire avec style ! Leurs retrouvailles à l’occasion des obsèques de Lucette, la femme d’Antoine, sont de courte durée … Antoine tombe par hasard sur une lettre qui lui fait perdre la tête. Sans fournir aucune explication à ses amis, il part sur les chapeaux de roue depuis leur Tarn natal vers la Toscane. Pierrot, Mimile et Sophie, la petite fille d’Antoine enceinte jusqu’aux dents, se lancent alors à sa poursuite pour l’empêcher de commettre un crime passionnel… 50 ans plus tard !

 

 

Mon humble avis : J'ignore si les spectateurs qui n'ont pas lu les bandes dessinées à l'origine de ce film apprécieront autant que moi cette version cinéma des Vieux Fourneaux.

Mais de mon côté, je me suis régalée, j'ai vraiment eu l'impression de retrouver des êtres connus qui m'attendrissent comme ils m'amusent, même s'ils ne sont pas blancs comme neige. C'est un peu comme une famille avec qui j'ai pu repartager une certaine complicité, puisque je connais tout de même, par ma lecture des BD, les tenants et les aboutissements de leurs (mes)aventures.

Le film m'a semblé très fidèles aux BD, tant dans la photo, les paysages, le visuel. Quant aux personnages... Superbes ! Tous ! Comédiens parfaitement choisi pour incarner nos trois papys préférés. Ma mention spéciale va tout de même à Pierre Richard ! J'ai vraiment eu la sensation, avec lui, de tourner les pages de ma BD et que son personnage prenait vie sous mes yeux. Et quelle vie ! Pour les non-initiés aux BD éponymes, celui-ci peut paraître caricatural. Mais que nenni ! Pierre Richard est Pierrot, Pierrot est Pierre Richard ! C'est à se demandait si, lorsque les deux bédéistes auteurs de la série n'ont pas créé le personnage de Pierrot en s'inspirant de Pierre Richard. Génialissime !

Autre atout du film : Alice Pol qui incarne Sophie, la touche féminine et jeunesse du film. Alice Pol est vraiment lumineuse, et l'on a l'impression que personne d'autre qu'elle n'aurait pu être Sophie.

Bien entendu, comme dans la BD, le film est parsemé d'humour, depuis le plus potache jusqu'au plus fin, de tendresse, de nostalgie, de cruauté, de repenti, de partage des générations, et d'un certain discours sociétale.

Bref, j'ai été ravie de retrouver ces trois poteaux, de partager leur road trip, entre bonne rigolade et émotion. Une adaptation ciné tout à fait réussie et une bonne comédie pour cette fin d'été !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 26 Août 2018

Dernier dimanche à Lanzarote, plus d'un an après le retour de mon voyage et à quelques semaines de mon départ annuel pour un nouveau coin du monde !

Le mot espagnol barranco signifie canyon ou ravin. Aujourd’hui, nous traversons deux barrancos en commençant par le barranco de Tenegüime, paysage protégé et considéré comme espace d’intérêt spécial. Tout au long, nous découvrons, notamment de novembre à mai, de nombreuses espèces de la flore locale, dont un grand nombre sont endémiques. Montée au point de vue d’Ermita de las Nieves. A une altitude de 660 mètres, vue imprenable sur une grande partie de Lanzarote et de la plage de Famara. Puis nous descendons un autre barranco, la Poceta, qui conduit à la plage de Famara.

UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE
UN DERNIER DIMANCHE A LANZAROTE

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages dans les iles

Repost0

Publié le 24 Août 2018

Thriller - Editions Audible - 13h52 d'écoute - 21.90 €

 

Parution d'origine chez X.O en 2016, existe aussi en pocket

 

L'histoire : Oslo, hôpital psychiatrique de Gaustad. Un patient est trouvé étranglé dans sa cellule. Sur son front, gravé les chiffres 488. Le patient 488 était dans cet hôpital depuis 30 ans, sans que personne ne sache vraiment qui il était, ni la raison réelle de sa présence. L'autopsie est sans équivoque. Cet homme est mort de peur... Pour l'inspectrice Sarah Geringuën, c'est une longue, haletante et dangereuse enquête qui commence. Celle-ci la mènera à Paris, sur une lointaine et méconnue île au fin fond de l'Atlantique et aux Etats-Unis, le tout en compagnie de Christopher, un journaliste Français, qui se bat pour la vie d'un enfant.

 

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Lors de mes récentes vacances dans le Cantal, il me fallait un livre audio assez long pour mon aller/retour en voiture, et une histoire assez captivante pour éviter ennui et endormissement ! Le cri a donc rempli mes objectifs !

L'intrigue est effectivement passionnante, bien qu'effroyable, dans le sens où elle se base sur des faits et des recherches scientifiques réels. Faits qui nous font dire que l'Homme est vraiment taré, que ce n'est pas nouveau. Mais rassurez-vous si vous êtes une âme sensible, ce roman ne comporte pas de scène physiquement insoutenable. Par contre, psychologiquement, c'est autre chose. En effet, Le cri nous dévoile les recherches faites "sous le manteau" par et pour la CIA (au début en tout cas), dans la période juste après-guerre (la 2ème GM)... Ceci, pour trouver étudier la peur originelle, commune à tous et exploiter ces connaissances pour plus ou moins programmer les soldats et les espions de l'époque. Certaines explications sont restées assez vagues pour moi et à la fin de ma lecture, il me restait pas mal de zones d'ombre, malgré les recherches très approfondies de l'auteur sur son sujet. Mais cela ne m'a pas empêchée du tout d'être scotchée par cette audio lecture au fil des kilomètres avalés, tout en restant vigilante sur ma route.

Ce n'est pas vraiment spoiler que de dire qu'il est question aussi de la vie après la mort, et des conséquences sur les diverses religions qu'auraient certaines découvertes ou révélations.

L'histoire est franchement bien construite, fascinante, et ne laisse pas de place aux temps morts, tant elle est bien menée et que les rebondissements arrivent toujours à l'heure. Le suspense est  prodigieux et met nos nerfs à rude épreuve.

Bon, j'ai tout de même tiqué quelques fois, notamment sur les "comme par hasard". Comme par hasard, nos deux héros sont toujours joignables sur leur GSM, même sur une île perdue dans l'océan Atlantique et dix pieds sous terre, le tout, sans jamais tomber en panne de batterie (j'aimerais bien connaitre leur secret !). Comme par hasard aussi, lorsque Sarah et Christopher découvre du matériel scientifique datant des années 60 et enfermé depuis plus d'un demi-siècle, et bien tout fonctionne à merveille ! De ce côté, Le cri manque un peu de crédibilité.

Mais peu importe, Le cri reste un très bon thriller, sur un sujet original, qui vous emmène dans les profondeurs de l'âme humaine, tout en vous divertissant. A ne pas bouder !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 22 Août 2018

BD - Editions Presque Lune - 83 pages - 15 €

 

Parution en juillet 2017

 

L'histoire :  Suite au décès de son ami Jan Stage, ancien reporter de guerre et écrivain danois, son éditeur et ami, Morten Hesseldahl, décide d'écrire en collaboration avec le dessinateur Henrik Rehr ses aventures à Cuba et en Amérique du sud. Déçu par la tiédeur des idées révolutionnaires dans son pays au Danemark, idéaliste et plein de fougue, le jeune Jan poursuit ses rêves utopiques et décide de s'engager dans la révolution Cubaine. Il y rencontrera certains leaders de la révolution dont Che Guevara et Régis Debray, mais la réalité peu à peu le rattrape et érode inexorablement ses illusions. Déjà connu pour ses romans graphiques à succès Mardi 11 septembre (éditions Vent d'Ouest) et Gavrilo Princip (éditions Futuropolis), le dessinateur Henrik Rehr confirme ici son engagement pour mettre en valeur ce touchant témoignage.

 

Tentation : Titre et pitch

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Tiens, un roman graphique danois, sur un personnage Danois que forcément, on ne connait pas en France, mais qui a trempé dans pas mal d'événements historiques révolutionnaires de la deuxième moitié du XXème siècle... Voilà qui peut être intéressant et en tout cas assez rare pour être notifié.

Oui, par moments, non à d'autres. Les graphismes en noir et blanc sont agréables à regarder mais ils ne permettent pas toujours de bien distinguer certains protagonistes. Surtout que cet album met en scène des hommes très connus à stature internationale (genre Le Che) et d'autres plus locaux suivants les pays traversés (La Bolivie etc...) L'ensemble m'a paru tout de même un peu désordonné, très elliptique pour que je m'y retrouve vraiment, même si évidemment, certains passages sont captivants car plus ou moins connus, et c'est là, justement qu'il est intéressant d'en savoir un peu plus ou de faire quelques révisions.

Jan Stage est censé être journaliste /correspondant à l'étranger, mais hélas, cet aspect est à peine visible.  J'ai regretté aussi que le personnage de Jan Stage ne soit pas plus approfondi, histoire de le rendre attachant. Non pas qu'il soit détestable, loin de là, mais son histoire et lui m'ont plutôt laissée indifférente. Et c'est dommage, car dans un tel contexte géopolitique, je suppose qu'il y avait moyen de faire captivant !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 20 Août 2018

Film d'Antoine Fuqua

Avec Denzel Washington, Pedro Pascal, Bill Pullman

 

Synopsis : Interdit aux moins de 12 ans

Robert McCall continue de servir la justice au nom des exploités et des opprimés. Mais jusqu’où est-il prêt à aller lorsque cela touche quelqu’un qu’il aime ?
 

 

Mon humble avis : 3 pattes de chat ! Non pas que ne soit pas réussi... Non, non, il remplit bien le cahier des charges de ce genre cinématographique. Juste qu'il n'apporte rien de vraiment nouveau. C'est un bon film d'action comme Hollywood sait en pondre une bonne douzaine par an.
Disons que c'est un bon divertissement que l'on va voir pour se divertir. haha, elle est bonne celle-là ! Ce que je veux dire par là, c'est qu'avec Equalizer ou autre film du même style, on n'est pas remué de l'intérieur, on ne se projette dans aucun des personnages, on ne s'interroge pas sur des grands sujets existentiels, on n'en ressort pas secoué émotionnellement. Pourtant, ce film est très violent, mais reste du spectacle et l'on est au ciné. En fait, je réfléchis tout de même suite à ma séance. Je pense qu'on prend l'extrême violence de ces films pour de la distraction parce qu'elle est très éloignée de notre quotidien et n'existe sans doute que dans des univers très fermés, secret (celui des espions) et /ou au cinéma. Elle ne ressemble à rien à la violence réelle dont nous abreuvent les médias d'informations, ni de celle que chacun ou chacune d'entre nous pourrait subir ou rencontrer (agression dans la rue, insultes, racisme, j'en passe et des pires et moins pires). Oui, étrange comme la violence made in Hollywood nous distrait de notre quotidien.
Toujours est-il que cela faisait un bail que je n'avais vu un film avec Denzel Washington. Même s'il est un peu plus empâté qu'avant, je trouve qu'il ne vieillit pas. Il incarne son rôle à merveille, ce rôle de vengeur solitaire, espion plus ou moins à la retraite pour la 2ème fois. Je n'avais pas vu le premier opus, cela ne m'a pas dérangée du tout.
Dès les premières secondes, nous sommes dans l'action, même si, par la suite, la présentation de certains personnages et de quelques situations ralentissent l'affaire, celle-ci retrouve très vite son rythme, avec une intrigue qui semble invisible au début et qui émerge au fur et à mesure. L'ensemble est un mélange de moments qui nous permettent d'approfondir le héros du film et de scènes d'action où ça fait "bang bang", où ça explose, où ça craque (les bras, les doigts, les cous, bref, un peu tout le corps) et où ça gicle (la cervelle hein bien sûr). Donc comme de bien entendu, on n'emmènera pas d'enfants ou de jeunes ado voir ce film... qui reste néanmoins un film d'action de bonne facture, même si très stéréotypé, mais pas inoubliable non plus !
 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 18 Août 2018

Récit - Editions Audiolib - 3h30 d'écoute - 15.75 €

 

Parution d'origine chez Fayart en 2015, existe aussi en poche

Le sujet : Ce récit s'ouvre sur un enterrement, celui de Lulu, le père de Marc Lavoine. Au fil de ces pages, Marc Lavoine se souvient et raconte. La vie de Lulu, forcément mêlée à la sienne ou vis et versa. Ce père qui buvait, qui aimait trop et partout, qui vivait pour l'Huma, le Parti et le syndicat, et qui mentait...

 

 

Tentation : Médias et blogo

Fournisseur : Bib N°3

 

 

Mon humble avis : Qu'il chante ou qu'il parle, ça voix ne fait chavirer. Cette voix chaude, qui vient de l'intérieur, qui caresse ou bouscule, qui pénètre de partout. Celle de Marc Lavoine... Alors imaginez le bonheur d'avoir cette voix rien que pour moi pendant les quelques heures d'écoutes de ce livre. Rien que pour cela, cette audiolecture est inestimable.

Mais ce n'est pas tout ! Car le texte est aussi délicieux que la voix de Lavoine. Un texte tout en poésie, en émotions, en rudesse, en sensibilité, en douceur, en amour, en rancoeur pardonnée, en humour, le tout avec style élégant qui n'en fait pas trop non plus.

Dans "L'homme qui ment", Marc Lavoine s'adresse à son père défunt, retrace la vie de la tribu familiale au sens large, dresse un bilan de l'influence de Lulu sur la vie des autres. Par la vie de Lulu, ce sont aussi celle des autres qu'il dévoile, tout en pudeur. 

De ce Lulu qui serait tout ce que je déteste chez un homme, Marc Lavoine dresse un portrait sans concession mais néanmoins plein de tendresse, ce que permettent le recul des années et la maturité de l'auteur. Ce portait de famille nous fait sourire, nous révolte ou nous sert la gorge.

Lulu est un homme qui aime sa famille, qui vit comme dans un film italien, et qui aime beaucoup trop et trop souvent ailleurs, prenant ses enfants à témoins. 

Marc Lavoine nous offre aussi un formidable flash-back sur une autre époque décidément bien révolu... Celle des trente glorieuses, de la fin de la guerre d'Algérie et du retour des soldats, la lutte des classes, de l'espoir euphorique quant à l'avenir etc...

Un texte magnifique, autant intimiste qu'universel, autant familial que sociétal, qui sonne vrai. Un hommage à ce père si particulier, mais aussi à la mère, qui a tant subi cet amour destructeur. Mais aussi, les premiers pas vers la célébrité. C'est beau, et forcément, à lire et/ou à écouter !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0