Publié le 26 Avril 2022

Roman - Editions l'Iconoclaste - 355 pages - 19 €

Parution le 19 août 2021 

L'histoire : Elle aime passionnément son mari... toujours comme au premier jour, même après quinze ans de mariage. C'est une passion exclusive qu'elle voue à son mari, reléguant ses enfants au second plan et en êtres qui dérangent ses tête-à tête... Son amour atteint même l'obsession pathologique, et la met toujours sur tension, aux aguets, à l'analyse systématique des moindres faits et gestes de son mari... Un tel amour n'est il pas envahissant ? La situation ne risque -t-elle pas d'exploser à tout moment ?

 

Tentation : Le billet de Violette

Fournisseur : La bib'

Mon humble avis : Dernière lecture qui a précédé mon voyage au Kenya... Donc rédaction de billet tardive.

Un livre que j'ai pris grand plaisir à lire. Une chose est sûre, c'est distrayant, bien mené et assez inédit dans le genre... Donc étonnant.

Du lundi au dimanche, nous passons la semaine dans cette famille parfaite : pavillon, deux enfants et bonne profession... Sauf que derrière cette façade bien propre à la Bree Van de Camp (Desperates Housewives pour rappel), rugit l'amour dévorant qu'elle voue à son mari. SON MARI, elle aime tellement prononcer ces mots que l'on ne connaîtra jamais son prénom, pas plus que le sien, cette narratrice obsessionnellement amoureuse.

Au fil des jours, la tension monte... Car évidemment son mari a commis l'irréparable bévue de la comparer à une clémentine lors d'un jeu chez des amis... Quelle humiliation pour elle... Alors que la pression monte, le roman prend l'aspect et le rythme d'un thriller.

On s'amuse beaucoup lors de cette lecture qui est pourtant tout aussi effroyable et ahurissante. On ne demande où Elle va s'arrêter dans son obsession pathologique qui la ronge et lui dévore son quotidien autant ses jours que ses nuits. Plus d'une fois, je me suis dit, "c'est pas possible, elle est vraiment folle à lier". Donc c'est drôle parce que cynique en fait... Maud Ventura dresse prodigieusement le portrait d'une femme malade d'amour, et surtout de manque de confiance en soi... Une femme qui prévoit tout, analyse tout, ne laisse rien au hasard, oriente sa vie amoureuse en fonction des conseils des magazines... Bref, une femme qui est surtout malheureuse à mes yeux, et qui n'en n'a pas confiance... 

Et le mari, dans tout cela, a-t-il conscience de toutes les manigances de son épouse ? L'aime- t'-il pour lui ou pour elle ?

En tout cas, Maud Ventura fait preuve d'une sacrée imagination ! Chapeau ! Mon léger bémol irait que pour mener à bien toute son organisation et ses manigances obsessionnelle, on a l'impression que cette femme a des journées de quarante-huit heures !!!

Est-ce une histoire d'amour ou d'amour propre ? Vous le découvrirez dans ces pages que l'on dévore, très bien menée dans un style délicieux, qui parvient à vous amuser, à vous étonner avec une histoire finalement bien triste.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 21 Avril 2022

Roman - Editions Livre de poche - 354 pages - 7.90 €

Parution LDP oct 2021 (Lattès Mars 2020)

L'histoire : Samba veut le monde, et rien d’autre. Il a bientôt 18 ans et passe ses journées à rêver et à déambuler dans la ville avec son pote Éros. Un jour, la mairie leur propose un stage. Pour Samba, autiste léger, c’est l’occasion de se confronter au monde du travail.
Mais les jeunes sont sceptiques, le nouveau maire est un populiste, tendance droite dure. Louis Walter ambitionne de faire de l’arrondissement son bastion politique. Il vise l’Élysée. Jusqu’ici tout va bien, mais dans ce quartier où des commerces branchés côtoient une grande pauvreté, les ego et les rêves s’affrontent, chacun veut gagner le monde à sa manière, quel qu’en soit le prix.

Tentation : Le pitch

Fournisseur : Ma CB

Mon humble avis : Me revoici sur la blogo après mon voyage Kenyan, mais avec une lecture qui l'a précédé... Rédaction du billet après moult aventures et grands espaces... Pas facile d'y revenir, nombre de souvenirs déjà envolés, reste juste une impression... ce qui n'est pas bon signe !

Je suis entrée à fond les ballons dans ce roman, dévorant le premier quart de celui-ci... Nous avons affaire à une chronique urbaine, sociale et politique... dans un arrondissement parisien qui compose avec la mixité sociale en fonction des quartiers...

Histoire très actuelle donc, que j'ai lue alors que la campagne présidentielle battait encore son plein, avant le 1er tour...

Une vision très sombre de notre société, de ceux qui la composent... Sombre mais sans doute hélas réaliste, avec les égos surdimensionnés des uns, le racisme, les rixes urbaines, les gangs composés de gamins, l'ultra droite d'un côté, la gauche bobo de l'autre (toute aussi malsaine), un peu de culturel avec le théâtre en face de la mairie. La violence psychologique et physique de la concentration urbaine et des vues et manipulations politiques. Et les casseroles répugnantes et pédophiles de nombre des personnages... Bref, rien de très glorieux et plutôt déprimant. Seule la soeur de Samba, éducatrice et responsable de la Maison des jeunes, capte vraiment notre attention et notre empathie.

On remonte le temps au fil du roman... De J-35 jusqu'au fameux jour d'une rencontre politique déterminante pour le maire, et jour du drame... 

Au-delà du quart du roman, j'y suis à chaque fois retournée à reculons... Très répétitif, à mes yeux un peu brouillon, beaucoup de choses sont trop implicite. Quant au style, c'est vrai qu'il semble percutant au premier abord, pour ensuite étonner et désappointer. Il m'a semblé irrégulier, comme si plusieurs narrateurs se succédaient sans que ce soit ni clair ni introduit.

Quant à Samba et son copain Eros... On se demande lequel est le plus autiste des deux... Et justement, ce handicap me paraît traité avec approximation, et ne semble être là que comme faire-valoir.

Malgré quelques beaux passages et le mérite de dénoncer des faits et réalités intolérables, Et je veux le monde fut pour moi une lecture décevante... Bref, je suis plutôt passe à côté et n'ai pas franchement saisi où l'auteur voulait en venir... Quelle est sa conclusion ? Quelle est la morale de l'histoire ?

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 6 Avril 2022

Hello !

Et oui, la voilà ma destination tenue "relativement secrète" pour aller fêter dignement mes 50 ans ! Le KENYA !!!

Un vieux rêve de toujours que je n'avais jamais eu l'occasion de réaliser, même si j'ai eu la chance de faire de nombreux et superbes voyages !

Mais le Kenya, pour moi, c'est la savane, les animaux, les couchers de soleil, les Masaï , Out of Africa... Bref l'Afrique !

J'ignore si ma vie (mes finances) et les contextes géo- énergetico-politiques me permettront d'aller encore aussi loin, mais le Kenya, je ne pouvais pas ne pas y aller où alors, à l'aube de ma vie dans longtemps, il m'aurait vraiment manqué quelque chose, il y aurait eu un gros regret ! Donc là, je casse la tirelire, et ma petite Maman m'aide aussi à financer ce voyage en cadeau d'anniversaire :) J'ai eu la chance de beaucoup voyager, j'ai encore 2 ou 3 destinations qui me donnent particulièrement envie, mais si je n'y vais jamais, pas bien grave, je serai allée au Kenya, mon fantasme voyage incarné !

J'ai déjà eu la chance de voir les Big five lors d'une journée Safari dans le Parc Kruger en Afrique du Sud ! J'espère bien les revoir... Et ajouter au podium le guépard !

Et puis, petit plus depuis que je suis passionnée d'oiseaux... Le Kenya n'en n'est pas dépourvu du tout, avec des oiseaux au plumage que l'on ne voit pas en Bretagne ! Bref, je devrais en prendre plein les mirettes et rentrer avec plusieurs milliers de photos :)

Je pars avec deux amies de longue date. Nous décollons de Nantes très tôt vendredi matin, passons par Paris, Amsterdam avant d'atterrir enfin à Nairobi !

Puis nous visitons trois réserves : Le Masaï Mara, le Parc d'Amboseli et Le Tsavo Est. Avec un stop aussi auprès du Lac Elementaita... Avec bien sûr, la vue sur les neiges du Kilimanjaro a travers la frontière, puisque ce dernier est en Tanzanie. Les nuits se font dans des campements /Lodges. En fin de circuit, deux nuits et une journée balnéaire à Mombasa, au bord de l'Océan Indien... Puis retour à la vie normale en France !

Les préparatifs administratifs à cause du Covid (le nombre de déclaration à faire en ligne !!!) furent laborieux.... Aussi, ces derniers jours, je n'ai consacré que peu de temps à la lecture et à la visite des vos blogs, je me rattraperai au retour... Qui se fait le 17 avril !

Bien entendu, mon devoir civique du 1er tour électoral sera effectué par procuration, merci à Luocine de s'en charger pour moi :)

A bientôt et d'ici là, portez vous bien !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 3 Avril 2022

Film de Louis-Julien Petit

Avec Audrey Lamy, François Cluzet, Chantal Neuwirth

Synopsis : Depuis toute petite, Cathy rêve de diriger son propre restaurant. Mais à quarante ans, rien ne s'est passé comme prévu et elle se retrouve contrainte d'accepter un poste de cantinière dans un foyer pour jeunes migrants. Son rêve semble encore s’éloigner… ou pas ?

Mon humble avis : Deuxième comédie sociale de Louis-Julien Petit après "Les invisibles", la Brigade est un film pétillant qui vise dans le mille, dans le coeur : on sourit, on est ému, on rit, on est heureux, on est amer...

Ce film me fait un peu penser à un autre vu récemment : Compagnons...  où il était question d'entraide et d'apprentissage pour sortir des jeunes de la violence des banlieues... Réintégrer ces jeunes.

Ici, pas de réintégration, mais de l'intégration, celle de "mineurs migrants sans éluder l’épée de Damoclès qu’ils ont au-dessus de la tête (celle d’une expulsion s’ils n’ont pas intégré une formation avant leurs 18 ans)" (Allociné). J'aime ce genre de film, c'est clair !

Nous voilà donc, en même temps qu'Audrey, en immersion dans un centre d'accueil pour jeune migrants... Evidemment, il y a le choc des cultures, des aspirations face à la réalité. Marie Cathy (Audrey Lamy) est depuis longtemps rompue à la rigueur de la Cuisine et d'une Brigade.  Petit à petit, Marie Cathy va elle aussi s'adapter à ce lieu, y trouver comme une famille, et c'est tout ce qu'elle a appris en travaillant dans des restaurants de charme qu'elle va apprendre et transmettre à ces jeunes....  Et là aussi, (même s'il s'inspire d'initiatives existante, le cinéma nous montre que face aux problèmes du monde, des solutions existent, même si, hélas, cela ne fonctionne pas à tous les coups.

Le film est mené tambour battant par une Audrey Lamy bien en forme, qui campe un personnage haut en couleur, un personnage de caractère, un personnage qui a son histoire, somme toute assez parallèle à celles des jeunes gens qu'elle rencontre dans ce centre, auxquelles elles s'attachent et nous aussi.

Les jeunes migrants sont joués par des migrants eux-mêmes, donc des comédiens amateurs. Ils donnent pourtant très bien le change. François Cluzet marche avec des béquilles une bonne partie du film... Ce n'est pas du chiqué, il s'est réellement rompu le tendon d'Achille en début de tournage !

J'ignore si ce film est parfait, et peu m'importe en fait car je l'ai regardé avec grand plaisir. La Brigade est un film de rencontre, d'espoir, de solution, qui nous dit que tout n'est pas foutu et que si le système y mettait un peu plus du sien, il y aurait une réponse possible à chaque problématique. Et surtout, La Brigade donne voix et visages à ces jeunes migrants que l'on nous montre si peu, ces jeunes sur qui leur famille a tout miser en les envoyant en France, ces jeunes qui pensaient qu'en France ce serait facile vu qu'il y a tout, ces jeunes qui ont tout perdu et fui des situations atroces aussi. Mention spéciale également pour les hommes et femmes qui se dévouent corps et âme pour parvenir à intégrer ces jeunes.

Un film qui dit qu'ensemble tout est possible, et qui donne envie d'être ensemble. Evidemment que ça fait du bien, donc je recommande !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 31 Mars 2022

Roman - Editions Audiolib - 3h42 d'écoute - 17 €

Parution au Seuil 2018, Audiolib 2019

L'histoire : Dans les tranchées, en 14-18... Deux tirailleurs sénégalais, Alfa et Mademba, s'élancent sur le front au coup de sifflet du capitaine Armand. Mademba tombe... Alfa vient de perdre son ami de toujours, son plus que frère... 

Alfa va alors devenir comme étranger à lui même, et sombrer dans une folie violente... Au point qu'il sera envoyé à l'Arrière du front...

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib de Dinard 

Mon humble avis : Et bien il est partagé !

Le début m'a complètement happée... Par ce qui était conté, la façon dont s'est narré et également interprété. Les mots pénètrent comme une baïonnette. Ils font mal, ils font frissonner d'horreur... De celle qu'ont vécu nos aïeux qui nous sont maintenant inconnus, de celle qu'ont subi une multitude de tirailleurs issus des colonies françaises, qui se sont battus sur des fronts a des milliers de kilomètre de chez eux, sur une terre froide dont ils ne parlaient même pas la langue...  Je n'y étais pas évidemment, mais j'imagine que David Diop décrit parfaitement les conditions de vie dans les tranchées et sur les champs de bataille. La douleur d'Alfa alors qu'il ramasse son plus que frère mort est palpable et sa plongée dans la folie, on la vit en apnée. Cette folie effroyable effraie même ces compagnons d'infortune.

La deuxième partie se déroule alors qu'Alfa a été envoyé à l'Arrière pour repos et soins suite au traumatisme. On est alors toujours dans la tête d'Alfa, qui se remémore son Sénégal, depuis sa jeunesse jusqu'à la veille de son départ pour la France et la guerre. Cet aspect-là est moins prenant.

L'émotion est bien présente dans cette audio lecture, et sans doute même renforcée par l'interprétation orale parfaitement adéquat. Les mots sont assez simples, c'est un tirailleur sénégalais qui nous raconte son histoire. Mais le style m'a posé problème... Une phrase revient sans cesse comme un mantra "Par la vérité de Dieu"... Au début, on se dit pourquoi pas, mais au bout de trois heures d'écoute, ça devient lassant, puis exaspérant. De même certains faits et situations sont racontées deux ou trois fois, de la même façon... Enfin, même si le langage usité est souvent simple, il est des formules utilisées qui ne me semblent pas en adéquation avec le niveau d'instruction du personnage.

Quant à la fin, je ne sais pas si je l'ai bien comprise... j'espère que non...

Un livre comme un cri de douleur, de la folie qui prend racine dans la guerre des tranchées, qui montre parfaitement ce que la guerre et ses horreurs peuvent faire d'un homme à la base simplement humain... Et l'histoire de ceux qui se sont battus pour nous, pour notre liberté, et si peu remerciés...
Une lecture forte c'est sûr, mais qui sonne étrangement et dont construction et style ne m'ont pas vraiment convenu !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 28 Mars 2022

BD- Editions Vents d'Ouest - 168 pages - 22 €

Parution en janvier 2021 

L'histoire : Après avoir réalisé des films et des séries pendant 20 ans, Benoit Cohen sent qu’il a besoin de prendre un nouveau départ. En 2014, il déménage pour New-York et décide de devenir chauffeur de taxi pour les besoins de l’écriture d’un scénario. En plongeant au cœur de la ville, en se nourrissant de la richesse de la métropole, il espère retrouver l’inspiration. Pour cela, il décide de devenir chauffeur de taxi... Il n'est ni au bout de ses peines ni de ses surprises.

 

Tentation : Curiosité

Fournisseur : Bib de Dinard

 

Mon humble avis : Tout arrive dans la vie, j'ai enfin lu une BD de Chabouté !

Et le moment fut certes assez agréable, mais surtout intéressant !

Si je dis assez agréable, c'est que j'ai toujours un peu de mal avec les albums en noir et blanc. Le jaune que l'on voit en couverture est absent à l'intérieur.

Cette BD est la version bulles d'un récit de Benoit Cohen paru chez Flammarion, récit qui devait à la base, devenir un film... Dont il est souvent question dans ces pages, puisque le personnage Benoit veut vivre la vie des chauffeurs de taxi pour nourrir un futur scénario et étoffer son héroïne. Il est donc régulièrement question ici de l'aspect créatif d'une oeuvre... Mais ce n'est pas cet aspect-là qui m'a intéressée, je dirais même que je l'ai survolé.

Par contre, l'aspect immersion dans l'environnement, le quotidien et la vie des chauffeurs de taxi new yorkais m'a captivée et fait réaliser que ce sont effectivement des hommes invisibles, que l'on ne regarde pas, sur qui on ne se questionne pas alors qu'ils ont eux aussi toute une histoire bien souvent. Chabouté montre bien le rôle social qu'est le leur, ainsi que les dangers qu'ils encourent en pratiquant un tel métier dans une telle ville...où le taux d'homicides et d'agressions sur les chauffeurs de taxi est très important. La première partie de l'album se déroule entre le moment ou Benoit trouve l'idée de devenir chauffeur de taxi et le moment où il le devient vraiment, où il monte dans une voiture et réalise sa première course... Tout ça pour dire que l'album insiste bien sur le labyrinthe administratif infernal, à faire devenir fou... Et encore, Benoit Cohen n'est pas dans l'urgence financière, il est instruit et parle un bon anglais... Qu'en est-il pour les prétendants en grande précarité, le plus souvent immigrants etc.

Autre aspect de cet album évidemment : Un portrait de la Grande Pomme et de ses habitants, dans leur extrêmes, pour le meilleur et pour le pire !

Sympa donc ! Je conseille !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 25 Mars 2022

Et voilà... Cela devait arriver ! Ce soir, à 17h30, je passe la barre de la cinquantaine... J'aurais donc vécu un demi siècle...

Un an de plus que mon père...

Mais des décennies de moins que plein d'autres personnes !

Mais que s'est il passé de mémorable durant ces cinquante années ? Faisons un peu de tri, sans ordre précis, au fur et à mesure que cela me vient en tête !

  • J'ai eu mon Etrier et Eperon de bronze (ça s'appelait comme ça à l'époque, les Galops), mon BEPC, mon BAC, mon permis de conduire, mon BTS tourisme, et mon Cambridge First Certificate ! Ca c'est pour l'officiel, le CV !
  • J'ai été 13 fois Tata et suis même devenue grand-tata
  • J'ai pris un bus depuis la Floride jusqu'à New York à 21 ans.
  • J'ai beaucoup aimé, passionnément même, et cela a rarement été réciproque. Alors j'ai décidé de ne plus aimer, de ne plus être déçue, trompée, leurrée, et ça va beaucoup mieux
  • J'ai dormi à la belle étoile dans le désert algérien et dans une tente en Himalaya
  • Depuis la classe de 2nde, j'ai lu 1259 livres
  • J'ai envoyé des centaines de candidatures dans ma vie.
  • J'ai monté les marches du Festival de Cannes lors du 50ème anniversaire de l'événement (en 1997)
  • Depuis 14 ans, je tiens fidèlement un ce blog littéro-culturel, qui avoisine les 761 000 visiteurs, qui est un formidable tremplin à la curiosité, à l'élargissement culturel et aux rencontres (réelles ou web), à l'exercice d'écriture et à un rythme de vie et d'assiduité.
  • Ces 14 dernières années, j'ai vu 654 films au cinéma

J'ai exercé plein de métiers différents 

  • Hôtesse d'accueil en office de tourisme
  • Agent en service carnets de voyages en Tour opérator (avant la numérisation !)
  • Serveuse en Boulangerie Pâtisserie française et en pizzéria à Londres
  • Hôtesse d'accueil, standardiste secrétaire en radio FM, dans l'immobilier et dans l'édition.
  • Assistante RH
  • Commerciale
  • Hôtesse d'accueil au festival de Cannes
  • Conseillère voyages chez NF en centrale d'appels, ma plus longue et plus belle expérience (8 ans)
  • Chef de comptoir d'une agence de voyages à Paris
  • Responsable d'une résidence locative saisonnière en Vendée
  • Opératrice de saisie paies
  • Agent en location de voitures en aéroport (Pointe à Pitre et Roissy)
  • Employée polyvalente au Mc Do (ça jette hein), pour finir

J'ai vécu dans plusieurs endroits, toujours par choix ! Je décide où je veux vivre et après je cherche (cherchais) du boulot

  • Lille (Marcq en Baroeul) en continu les 20 premières années (j'y suis née), puis 2 ou 3 ans vers 25 ans !
  • Paris et région parisienne à plusieurs reprises.
  • Londres 8 mois
  • Les Etats Unis 6 mois
  • La Vendée : 8 mois
  • La Guadeloupe : Presque 3 ans
  • La Bretagne : 12 ans près de Rennes et depuis 1 an, à Dinard. J'ai donc vécu 1/50ème de ma vie à Dinard

 

  • Je ne me suis jamais mariée, je n'ai pas eu d'enfant... mais j'ai adopté 3 chats que j'aime d'amour (Aya, Tsingy, Praslin), dont je prends soin, 3 vies dont je suis responsable et qui comptent sur moi. Trois boules de poils que j'aime comme les enfants que je n'ai pas eu avec qui je forme une chatmille
  • Au fil des ans, j'ai pris du poids, j'en ai perdu, j'en ai repris... En fonction des traitements médicamenteux, ou des périodes courageuses avec sport intensif, et de l'âge.
  • J'ai eu des cheveux longs, courts, carrés, longs et finalement courts... De différentes couleurs... Ma teinte d'origine (on va dire châtain), des couleurs genre roux, auburn, noir de geai, blond... pour arriver à ma couleur naturelle maintenant : poivre et sel !
  • J'ai plongé les eaux turquoises de pas mal des plus beaux spots de plongée
  • J'ai toujours eu des beaux yeux (ben oui, faut pas le nier !) et m'étais toujours juré que mes yeux fonctionneraient pour la vie entière sans problème. Bon, j'en suis à ma 3ème génération de lunettes pour presbytie
  • J'ai écrit un roman et un recueil de nouvelles. Il y a 25 ans, j'ai vraiment tenté de le faire éditer, puis j'ai recorrigé, nouvelles tentatives etc... Et depuis 15 ans, tout cela dort définitivement dans un tiroir !

 

  • J'ai eu 10 millions d'idées et de projets... je suis très forte pour ça... mais beaucoup moins pour la mise en oeuvre. Quoiqu'il en soit (si on ôte les problèmes médicaux et les faits indépendants de ma volonté), tout ce que j'ai fait, je l'ai voulu... Mais je n'ai pas fait tout ce que j'ai voulu.
  • J'ai été bénévole 5 ans dans l'Association Félin Possible, 3 ans à la SPA, et 4 ans à la Banque Alimentaire.
  • Sur le terrain, avec ou sans association, c'est plus d'une centaine de chats errants/abandonnés/sauvages/Adultes ou chatons que j'ai sauvé ou aidé à sauver... dont mon Praslin

 

  • J'ai eu trois gros accidents médicaux, des galères qui traumatisent, laissent des traces, bouleversent la vie, changent les orientations, les projets, les possibilités d'avenir. A 18 ans, à 27 ans et à 36 ans... Le dernier en date, mon AVC... J'ai continué à travaillé encore quelques années, et puis ce n'était plus possible. (durs les handicaps invisibles et non quantifiables) Trop de problèmes de mémorisation, d'attention, de fatigue, de manque du mots, et plus aucune gestion du stress. Je suis donc une PSH... Personne en Situation de Handicap 
  • J'ai aussi eu un parcours du combattant au niveau psy... Avec des tonnes de traitements, des erreurs de diagnostic... Pour parvenir, il y a 2 ans et demi, au diagnostic qui correspond et explique tout : Trouble du Spectre Autistique (TSA). Depuis, j'adapte beaucoup plus ma vie à mes réels besoins. Bon il y a encore du travail à faire (notamment dans le ressenti des relations sociales). Je remarque parfois mes erreurs sociales, mais ne parviens pas pour autant à les corriger... parce que c'est ainsi que je suis, et surtout, je trouve ma logique bien souvent plus logique et plus simple que la logique officielle ou des autres) Mais ma vie est beaucoup plus apaisée depuis quelque temps. Et les médicaments ont été divisés au moins par 3 !
  • Je me suis fait opérée 5 fois du nez (et pas pour des raisons esthétiques)... Les 4 premières fois avaient apporté une nette amélioration respiratoire pendant quelques années, la dernière a été catastrophique dans les résultats et le vécu.

 

  • J'ai visité, voyagé dans une cinquantaine de pays /Etats / iles différent(e)s
  • Depuis le 1er janvier 2021, je me suis passionnée pour les oiseaux... Et en 15 mois, c'est 164 espèces d'oiseaux différentes que j'ai observées et photographiées en France métropolitaine

 

J'ai rencontré beaucoup de monde :

  • De très belles personnes que je ne vois plus (à cause des distances, de la vie qui change et du temps qui passe) mais que de souvenirs ! Et toujours au plaisir de se revoir !
  • Des personnes qu'il aurait mieux valu que je ne rencontre pas.
  • De très belles personnes que je vois toujours 
  • Des personnes que j'aurais aimé connaître mieux
  • Des personnes qui m'insupportent
  • Des personnes qui ont traversé ma vie juste comme ça, sans laisser de trace au de souvenir mémorable.
  • Deux personnes qui m'ont tendu une main, ouvert une porte qui a radicalement changé ma vie : Magalie Chevassier et Laurence Alberro. Le reste, pour l'avoir ou le faire, je me suis battue.

 

Mes regrets : 

  • Ne pas avoir fait de musique sérieusement, avec groupe dans un garage, à écrire, à composer, à m'exprimer, à créer, à vibrer, à ressentir (Synthé et ou saxo). Je me suis limitée à la flute à bec en primaire.

 

Et l'avenir ?

Bon, c'est clair, je n'ai plus 50 ans à vivre... mais j'aimerais profiter d'une vie sereine, de continuer à apprécier la quiétude de mes balades nature / oiseaux, d'apprendre à mieux connaître la nature et son fonctionnement... tenter de la protéger au mieux... J'aimerais voyager encore un peu de temps et de temps en temps (mais je n'ai plus les mêmes moyens ni les mêmes avantages qu'à une époque)... Et puis partir de temps en temps tranquillou dans un coin de France.

J'aimerais évidemment que ma santé me laisse tranquille, être plus sereine dans le relationnel, être moins dans la culpabilisation.

J'aimerais surtout vivre dans un Monde en paix et équitable, où chacun serait conscient de sa responsabilité à tout point de vue, et de ses chances. Et personnellement, être la meilleure personne possible, sans être pigeon non plus.

Pour le reste, rien de précis. Je laisse la vie faire son oeuvre, je suis sûre qu'elle a encore plein de choses à me faire découvrir, à apprécier, à apprendre... Me laisser surprendre ! Mais vivre tout cela dans une petite routine sereine, parsemée de petits bonheurs et joies simples ! Bon en même temps, réussir une photo d'un martin pêcheur ou d'un roitelet triple bandeaux, ce n'est pas si simple !!!

Dans un futur proche, le 8 avril, je décolle... Destination sympa pour fêter mon demi siècle. Et après prendre une décision : investir dans un autre appareil photo ou se contenter du mien...

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Repost0

Publié le 22 Mars 2022

Cinéma , Goliath, Pierre Niney, Emmanuelle Bercot, avis, chronique, gilles lellouche

Film de Frédéric Tellier

Avec Pierre Niney, Emmanuelle Bercot, Gilles Lellouche

Synopsis : France, professeure de sport le jour, ouvrière la nuit, milite activement contre l’usage des pesticides. Patrick, obscur et solitaire avocat parisien, est spécialiste en droit environnemental. Mathias, lobbyiste brillant et homme pressé, défend les intérêts d’un géant de l’agrochimie. Suite à l’acte radical d’une anonyme, ces trois destins, qui n’auraient jamais dû se croiser, vont se bousculer, s’entrechoquer et s’embraser.

Mon humble avis : Un film parfaitement mis en scène et interprété, un film d'utilité publique... qui fait tout de même bien froid dans le dos.

L'atmosphère est celle d'un thriller sauf qu'ici, l'histoire est inspirée de faits réels, de sujets sociétaux et très contemporains : le lobbying des pesticides VS les agriculteurs et les riverains des grandes exploitations qui subissent les épandages. Goliath contre David... Les lobbyistes, qui sous prétexte qu'ils favorisent l'emploi et les besoins alimentaires grandissants, sont prêts à tous les mensonges et à se garantir des soutiens qui vont jusqu'aux politiques. Tuer pour nourrir... Tuer pour nourrir en s'enrichissant... Evidemment. Alors que bien protégé dans les coffres des sociétés de pesticides, dorment des preuves vivantes et connues des fabricants des conséquences mortifères et cancérigènes de l'usage de ces produits.

Un film qui dénonce avec brio les arcanes du pouvoir et de la finance... Depuis le "petit agriculteur" jusqu'au parlement européen. C'est une immersion dans un milieu qui nous est pour la plupart bien inconnu... Pour construire son film, Frédéric Tellier a enquêté durant cinq années sur le sujet, autant dire que Goliath est très bien documenté et réaliste.

On est captivé par ce film et évidemment, bouleversé par le destin de certains personnages, et admiratif de la pugnacité d'autres. Comme dans la réalité, le sujet n'est pas clos, la fin du film reste "ouverte".

Un film qui nous dit qu'il est temps de changer de modèle de société, de mode de consommation... Les lobbyistes clament qu'il est urgent d'accélérer la cadence de production et de rendement agricole si l'on veut nourrir tout le monde... Alors que, s'il y avait moins de gâchis alimentaire, la planète entière mangerait à sa fin...

A renoter tout de même, l'interprétation de chaque acteur, magistrale, dans des rôles inhabituels pour eux !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 20 Mars 2022

Bonjour !

Je poursuis ma fouille de toutes les photos idylliques prises dans mes environs en 2021 !

Aujourd'hui, je vous emmène donc à Saint Briac sur Mer, autour de Pleudihen sur Rance (et proximité), et à Cancale et sur sa fameuse Pointe du Grouin !

Bon dimanche !

Saint Briac sur Mer, avec au fond, la Garde Guérin

Saint Briac sur Mer, avec au fond, la Garde Guérin

Saint Briac

Saint Briac

Saint Briac

Saint Briac

Saint Briac

Saint Briac

Saint Briac

Saint Briac

Saint Briac, avec au fond, Le Cap Fréhel et For La Latte

Saint Briac, avec au fond, Le Cap Fréhel et For La Latte

Saint Briac

Saint Briac

Pleudihen sur Rance et son marais

Pleudihen sur Rance et son marais

Pleudihan sur Rance

Pleudihan sur Rance

Pleudihen sur Rance, cale de Mordreuc

Pleudihen sur Rance, cale de Mordreuc

Pleudihen sur rance, cale de Mordreuc

Pleudihen sur rance, cale de Mordreuc

Le Port Saint Jean (Sur la Rance)

Le Port Saint Jean (Sur la Rance)

Le Port Saint Jean

Le Port Saint Jean

Le Port Saint Jean

Le Port Saint Jean

Cancale

Cancale

Cancale

Cancale

Les parcs à huitres de Cancale

Les parcs à huitres de Cancale

Les parcs à huitres de Cancale... Sur fond de Mont Saint Michel

Les parcs à huitres de Cancale... Sur fond de Mont Saint Michel

Cancale

Cancale

Cancale, la Pointe du Grouin

Cancale, la Pointe du Grouin

Cancale, la pointe du Grouin, et la vie !

Cancale, la pointe du Grouin, et la vie !

Cancale, Pointe du Groui, et vue sur le Mont !

Cancale, Pointe du Groui, et vue sur le Mont !

Cancale, La Pointe du Grouin, et coucher de soleil, avec au loin, le Cap Fréhel

Cancale, La Pointe du Grouin, et coucher de soleil, avec au loin, le Cap Fréhel

Coucher de soleil à la Pointe du Grouin

Coucher de soleil à la Pointe du Grouin

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyage en Bretagne

Repost0

Publié le 18 Mars 2022

SF - Samuel Delany - L'intersection Einstein - Avis - Chronique

Roman SF - Editions Livre de Poche - 219 pages

Parution d'origine en 1967

L'histoire : Ils habitent la Terre et se croient humains.
Ils ont trois genres, le féminin, le masculin et l'anormal.
Ils s'exercent à d'étranges pouvoirs, la télépathie la télékinésie, et peut-être la résurrection des morts.
Mais sont-ils vraiment des hommes ?
C'est ce que va tenter de découvrir Lo Lobey, Orphée de cet avenir, armé d'une flûte-machette, en allant rechercher aux enfers la belle Friza.
Friza la muette.

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : Ce classique de la littérature SF dormait dans ma PAL depuis une décennie... Son faible volume m'a poussée à l'en sortir... je voulais une lecture rapide... Qui finalement m'a pris plus d'une semaine.... Lecture laborieuse et éreintante, tant elle m'a nécessité de la concentration pour tenter de saisir ce que Samuel Delany voulait me faire comprendre. Par moment, il me semblait percevoir le sens des choses, la signification profonde des textes, des paraboles, des symboles. Mais le temps que je mette cela en ordre dans mon cerveau, pffft, tout s'évaporait... que j'essayais de reconstituer dans ma tête... Souvent en vain.

Samuel Delany s'est appuyé sur le mythe de Morphée et d'Eurydice pour écrire son roman. Bon, déjà, je ne suis pas une pro de la mythologie. Ensuite, j'ai peut-être trop cherché de sens philosophique à l'histoire. Mais si celle-ci en est dépourvue, et bien j'ai encore moins compris je pense l'objectif du récit ! En résumé, ce roman, couronné du Prix Nébula, n'était pas pour moi. Et pourtant, la préface explique pas mal de choses, ces choses qui m'ont fait lire les premières pages avec engouement, engouement qui s'est vite dilapidé tant je me suis sentie perdue.

L'écriture est belle et soignée, mais le style dans la globalité m'a paru hermétique. Impossible pour moi d'y trouver une quelconque fluidité.

Je suis donc passé à côté du génie renommé de Delany et de son aspect très novateur dans la SF à son époque ! Mais je suis arrivée au bout... exsangue ! Et PAL - 1 :)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost0