Publié le 8 Septembre 2021

roman, S.J Bennet, Bal tragique à Windsor, cosy mystery, Reine Elisabeth II, avis, chronique, lecture, livre

Policier - Editions Presses de la cité - 348 pages - 14.90 €

Parution en mai 2021 

L'histoire : La vie suit son cours rythmé au château de Windsor. Mais un matin, Maksim Brodsky, le musicien russe qui a animé le bal de la veille est retrouvé pendu dans sa chambre... Très vite, il semble clair qu'il ne puisse s'agir d'un suicide. Police et MI5 penchent très vite pour un complot d'espionnage et se persuadent qu'un traitre se trouve parmi le personnel de la reine. Ce que Sa Majesté ne peut concevoir. Alors, discrètement, elle mène l'enquête, aidée Rosy, sa secrétaire particulière adjointe.

 

 

Tentation : le billet d'Anne, des mots et des notes

Fournisseur : Ma CB

Mon humble avis : Voilà une lecture bien divertissante et sympathique ! Ce n'est pas la qualité littéraire pure que l'on remarque en premier, même si l'écriture est fluide et agréable. Non, c'est l'originalité qui frappe en tout premier lieu... et sur toute la durée de la lecture. Et oui, le personnage principal n'est autre que la reine Elisabeth II !

S.J Bennet nous fait pénétrer dans la cour royale et nous en livre tous les secrets ou presque, et surtout le fonctionnement. Car ce sont des centaines de personnes qui travaille au service de la Couronne dans ses palais. Organisation, étiquette et protocoles doivent être respectés et menés de main ferme. J'ignorais tout de la vie de château entourant la famille royale et principalement Elisabeth II, et me voici bien plus avisée, sans bourrage de crâne non plus. Mais je suis prête à rencontrer son Altesse Royale : dire d'abord "Votre Majesté" en s'inclinant, puis par la suite, se contenter d'un "Madame" poli ! Bref, on réalise ici que la Reine, malgré son âge avancé, ne chôme pas durant ses journées, entre petits et grands tracas, organisation de grands événements et petits salons de thé politiciens et relationnels. Mais ce qui compte avant tout pour Elisabeth II, c'est la confiance mutuelle et le respect, ce qui jusque-là régnait en harmonie au château de Windsor... Mais voilà un cadavre découvert et le MI5 qui met à pied quelques membres du personnel du château, les soupçonnant d'être des agents russes dormants. Idée qui est insupportable pour la Reine, qui de son château et via son réseau, va enquêter... tenant même les ficelles de l'enquête du MI5 sans que ce dernier ne s'en rende compte. Ce qui pour nous lecteurs, donnent des dialogues bien truculent entre la reine et les enquêteurs officiels, comme le sont ceux entre la reine et Philip, son époux. C'est la jeune assistante de la Reine, Rosy la nigériane, qui exécute en secret les démarches extérieures au château, à la demande discrète de la Reine.

L'enquête et son dénouement tiennent vraiment bien la route, le suspense et les rebondissements sont bien présents, et l'ensemble reste assez "gentil". Pas de violence gratuite ni rien de ce genre. 

Au contraire, on apprécie la bienveillance, l'humour british, le dévouement, la gentillesse à toute épreuve de la reine et de son entourage proche.

J'avoue, je ne me suis jamais intéressée de près à Sa Majesté, et j'ai beaucoup aimé le portrait qu'en dresse ici la romancière S.J Bennet. Jusqu'à maintenant, la Reine n'était pour moi que portrait figé sur papier glacé ou une dame honorable, aux tenues vestimentaires très commentées, que j'apercevais à la télé, dans son carrosse, s'adressant à son peuple de son salut de la main si célèbre maintenant. J'ai découvert une femme très humaine, malicieuse, admirable d'intelligence, de culture, de maîtrise de soi et très concernée par ce qui se passe autour d'elle. Une femme d'une force mentale extraordinaire, qui a bientôt traversé un siècle d'Histoire politique. Ce portrait est-il tout à fait réaliste, je n'en sais rien, mais on y croit.  Il semble que la romancière soit tout de même bien renseignée et maîtrise son sujet !

Donc voilà, une lecture bien sympa, plutôt légère mais instructive tout de même, qui nous emmène les coulisses de Windsor un cosy mystery démêlé par un personnage hors du commun ! Je recommande, pour le divertissement et la curiosité royale !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost0

Publié le 6 Septembre 2021

Roman - Editions Thélème - 7h55 d'écoute - 18.95 €

Parution Seuils 2013, Thélème 2014

L'histoire : Oleg Edermann, cinéaste russe est passionné par la grande Catherine de Russie. Il décide de réaliser un film sur sa vie... Mais se confronte alors à la réputation sulfureuse de cette tsarine et aux dogmes cinématographiques de l'URSS d'alors.

 

Tentation : Une précédente lecture de Makine qui m'avait beaucoup plu

Fournisseur : Bib de Rennes

 

Mon humble avis : Je ne connais rien ou presque sur les Tzars de la Grande Russie et encore moins sur Catherine II, à l'origine princesse allemande. Aussi pensais-je que ce roman comblerait mes lacunes, tout en m'apportant distraction et plaisir littéraires. Je m'engageais dans cette audio lecture d'autant plus confiante qu'il y a quelque temps, j'avais eu un véritable coup de coeur pour "L'archipel d'une autre vie" d'Andreï Makine.

Hélas, je suis bien déçue par ce roman, il ne m'a pas correspondu du tout, et cette audiolecture s'est révélée laborieuse et interminable pour moi. Certes, j'y ai retrouvé la plume délicieuse et magnifique du romancier... Mais ce n'est qu'avec une vague idée et un portrait flou de la Grande Catherine et de son époque que je sors de cette histoire. Il y est surtout question de la réputation de mangeuse d'hommes de cette femme... Nombre de noms sans doute illustres de l'Histoire sont cités, qui ne m'évoquaient rien ou pas grand-chose... Et m'ont perdue. Sans doute fallait-il connaître déjà ce personnage et son entourage pour apprécier cette oeuvre. De même, les noms de personnages du "présent" et de l'époque se sont mélangés dans mon esprit. Bref, j'ai manqué de repères, et d'aspérités où m'accrocher.

Nous suivons Oleg Edermann le cinéaste sur plusieurs décennies... Du temps de la dictature, il tente tant bien que mal d'éviter la censure de la dictature. Puis dans la Russie des oligarques, il tente d'éviter la dictature de l'audimat qu'on lui impose pour un feuilleton sur Catherine II, qui devrait être le plus graveleux possible... On en apprend donc un peu sur les arcanes du cinéma Russe au fil des changements de mentalités.

Certes, la façon d'évoquer Catherine II de Russie est originale, mais je pense qu'elle ne conviendra qu'à des lecteurs déjà bien avisés sur ce grand personnage historique. Pour moi, ce fut un rendez-vous totalement manqué ! Dommage !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 4 Septembre 2021

Film de Bruno Dumont

Avec Léa Seydoux, Benjamin Biolay, Blanche Gardin

Synopsis : Avide de célébrité et sans scrupules, France de Meurs est la journaliste star d'une chaîne d'info en continu. Brushing impeccable et tailleurs aux couleurs flashy, elle se fait remarquer à l'Elysée en apostrophant sans ménagement Macron, sur le conseil d'une coach qui lui colle aux basques, et se met en scène dans des territoires en guerre dans des reportages choc où elle pleure de vraies larmes de crocodile. Elle n'hésite pas non plus à trafiquer ses reportages. Un jour qu'elle renverse un pauvre, elle a une révélation. Et si sa vie était aussi vaine ? Comment donner sens à sa vie superficielles ? France est perdue...

Mon humble avis : En manque de ciné j'étais... La programmation actuelle globalement pas très tentante m'a dirigée vers ce film, dont le sujet m'intéressait.

Je suis donc partagée... Bruno Dumont nous offre ici le portrait d'une femme très contemporaine, mais aussi celui de notre pays, de notre époque et du système, notamment médiatique. Et ce n'est pas très reluisant...

Course à l'audimat, réactions instantanées sur les réseaux sociaux aux conséquences souvent désastreuses. L'actualité traitée, filmée et mise en scène comme une émission de Pékin Express. La presse people qui s'arroge tous les droits au nom de l'information. Les réputations et carrières qui se font et se défont d'un click sur internet... L'actualité qui devient un spectacle et ceux qui la traite ne semblant pas avoir conscience que cette actualité est avant tout une réalité dramatique.... (ah la réflexion de Blanche Gardin dans le film : "on dirait la guerre", alors que ce sont vraiment des scènes de guerres qui sont filmées). La staristation et l'idolâtrie autour des journalistes télé... Léa Seydoux ne peut pas faire trois pas dans la rue sans qu'on lui demande un autographe ou un selfie... Cet aspect-là m'a laissée perplexe... Est-elle vraiment réaliste ? Je regarde régulièrement le journal télé, mais je ne sais pas, si je croisais Anne Sophie Lapix dans la rue, je me dirais juste "tiens, c'est Anne Sophie Lapix", mais je n'irais certainement l'envahir pour un selfie... Quand les "people" sont en mode vie personnelle, qu'on les laisse tranquille.

Bref, tout cela est bien montré mais je me demande à quel point cela correspond vraiment à la réalité. D'autant que Bruno Dumont met vraiment l'accent sur ce qui semble être du niveau du poncif... Ou alors, c'est que je suis naïve... mais rien qu'à voir l'appartement qu'habite cette France, on se pose des questions.

Autre point aussi, à la fin du film, j'ai réalisé que, même si par moment je plaignais France, et bien je ne suis pas parvenue à l'aimer vraiment, à la trouver sympathique, malgré les épreuves qu'elle traverse. Car on se demande bien ce qu'elle a compris dans tout cela, si son let motiv n'est pas uniquement qu'une ambition féroce. Et pourtant, elle est très bien interprétée par Léa Seydoux.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 2 Septembre 2021

Film Un triomphe, Emmanuel Courcol, Kad Merad, Pierre Lottin, avis, critique, chronique

Film d'Emmanuel Courcol

Avec Kad Merad, Marina Hands, Pierre Lottin, David Ayala, Sofian Khammes

 

Synopsis : Un acteur en galère accepte pour boucler ses fins de mois d'animer un atelier théâtre en prison. Surpris par les talents de comédien des détenus, il se met en tête de monter avec eux une pièce sur la scène d’un vrai théâtre. Commence alors une formidable aventure humaine.

Mon humble avis : Ce film devait sortir en décembre dernier... Et je l'ai vu en octobre 2020, en avant première, il y a donc presque un an. Je n'ai pas rédigé mon billet à l'époque. Aussi, comme les souvenirs d'effritent logiquement, ce billet va être très concis !

Il n'a d'autre but que de vous inciter à ne pas manquer ce film qui est vraiment à voir ! Incontournable. Dur, bouleversant, drôle parfois mais surtout lumineux, malgré l'univers carcéral où il se déroule. Des scènes drôles, (dont l'une n'est pas sans rappeler il s'appelle Juste Leblanc) et d'autres qui vous serrent les tripes, notamment celle où Pierre Lottin déclame son texte. Mention spéciale d'ailleurs pour ce comédien qui m'a noué la gorge.

Durant tout le film, on est sur le fil, ou sur la lame du rasoir... On se demande si le projet va se réaliser, si chacun va parvenir à y tenir son rôle, si l'un va claquer la porte, voire prendre la poudre d'escampette. Car cette petite troupe de théâtre dans une prison... C'est une véritable poudrière de personnalités fortes, diverses, écorchées vives, parfois violentes, qui ont leur honneur et leur virilité à maintenant, à protéger, à garantir pour survivre dans ce milieu.

Un film sur l'apprentissage, la réinsertion, la culture en univers carcérale... Un film sur une deuxième chance pour ces prisonniers, de découvrir autre chose et de se découvrir soi-même, développer un nouveau talent via un univers que peu ont fréquenté, où même imaginer !

A noter que ce film a été tourné dans une véritable prison, en activité.

Bouleversant, ce film l'avait vraiment remuée ! A voir ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 31 Août 2021

Amélie Nothomb, Premier sang, 30ème roman, rentrée littéraire 2021, avis, chronique

Roman - Editions Albin Michel - 171 pages - 17.90 €

Parution le 18 août 2021 : Rentrée Littéraire

L'histoire : Le narrateur est devant un peloton d'exécutions. Il se remémore son enfance puis les faits qui l'on conduit là.... Cet homme, c'est Patrick Nothomb, le père de la romancière.

Tentation : Mon incontournable Amélie

Fournisseur : Ma CB

 

 

 

Mon humble avis : Le trentième roman publié d'Amélie Nothomb vient de paraître... Et est donc ma 29ème lecture de ma romancière favorite. Seul son premier roman m'a échappé volontairement, je le garde pour le jour où celle-ci cessera d'écrire et/ou de publier !

Qu'il est désappointant ce nouvel opus, ou alors surprenant ! Il ne ressemble pas aux autres, même si l'on retrouve évidemment la plume de le l'écrivaine et certaines de ses obsessions. Mais point de prénoms rocambolesques, point de vocabulaire surprenant dont l'on cherche la définition dans le dico. Certes, les personnages y sont toujours originaux mais... La première partie m'a paru bien longuette et répétitives, même si les situations vécues par le narrateur sont typiquement nothombiennes... Simples et ubuesques à la fois. Voilà pourquoi cette lecture m'a moins plus que les précédentes, que je n'étais pas en joie ni impatiente de retourner entre ses pages. Ma dernière session de lecture était : il faut finir ce livre.

Ce roman porte en fait sur la vie de Patrick Nothomb, père d'Amélie Nothomb, et décédé lors du premier confinement de 2020. Y sont évoquées l'enfance, la prime jeunesse, les années collèges puis estudiantines de ce dernier. Une enfance particulière, un père mort au combat très jeune, une mère qui délaisse son fils, et des vacances dans le domaine d'un oncle Nothomb, vacances qui avaient tout pour être traumatisantes mais qui n'avaient pour but que d'endurcir l'enfant.

Puis l'on apprend pourquoi et comment Patrick Nothomb a choisi d'embrasser la carrière de diplomate... C'est ainsi que l'on rejoint l'ouverture du roman... Premier poste diplomatique au Congo dans les années 60... Une rébellion, un coup d'état et une énorme prise d'otage, la plus garde de l'Histoire. Et oui, pour la première fois me semble-t-il, Amélie Nothomb évoque la grande Histoire dans la sienne. Cette partie-là, réelle même si sans doute romancée, est celle qui m'a le plus intéressée... m'apprenant des faits que j'ignorais.

En tant que fan d'Amélie Nothomb, je suis donc perturbée par ce nouvel opus, qui diffère des précédent et que ne m'a offert aucun personnage ou aucune situation où me retrouver, où m'identifier, comme c'est le plus souvent le cas. Il n'empêche que Premier Sang reste un bel hommage à feu son père.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 29 Août 2021

Bonjour,

Suite de mes vacances dans le Limousin (département de la Haute Vienne) du 21 au 28 juin... Avec comme point central Le Lac de St Pardoux et son camping où j'ai planté ma tente.

Huit jours de plein air... Souvent gris ou pluvieux, en tout cas, humides !

Une région charmante mais qui l'aurait été plus si les attractions touristiques et les restaurants avaient été tous ouverts... Au lieu d'attendre le 1er juillet et la foule pour reprendre du service.

J'ai également passé une journée dans les marais de la Brenne, j'en ferai peut-être un billet !

Le lac de St Pardoux après les orages... Ou en bas à droite, sous la pluie

Le lac de St Pardoux après les orages... Ou en bas à droite, sous la pluie

UN DIMANCHE DANS LE LIMOUSIN 2/2
Le genre de chemin dans lequel je me sens parfaitement bien.

Le genre de chemin dans lequel je me sens parfaitement bien.

En bas, le lac le jour de mon départ, avec un soleil et une luminosité que j'aurais aimé avoir toute la semaine !

En bas, le lac le jour de mon départ, avec un soleil et une luminosité que j'aurais aimé avoir toute la semaine !

Impossible de ne pas évoquer les fameuses vaches limousines !

Impossible de ne pas évoquer les fameuses vaches limousines !

Vue sur la ville de Chateauponsac et étang de Murat sur la commune de St Léger Magnazeix... J'ai passé un long moment dans l'observatoire ornithologique.

Vue sur la ville de Chateauponsac et étang de Murat sur la commune de St Léger Magnazeix... J'ai passé un long moment dans l'observatoire ornithologique.

Au niveau de l'habitat, soit l'on tombe sur des hameaux super charmants et bien entretenus, soit sur des hameaux abandonnés et en ruine.

Au niveau de l'habitat, soit l'on tombe sur des hameaux super charmants et bien entretenus, soit sur des hameaux abandonnés et en ruine.

Coucher de soleil après un orage, à Saint Pardoux du Lac

Coucher de soleil après un orage, à Saint Pardoux du Lac

En cherchant bien et sans choisir vraiment mes heures, j'ai tout de même réussi à faire plaisir à mes papilles gustatives. En haut à gauche, un pâté de viande, spécialité locale.

En cherchant bien et sans choisir vraiment mes heures, j'ai tout de même réussi à faire plaisir à mes papilles gustatives. En haut à gauche, un pâté de viande, spécialité locale.

La rive opposée à la mienne, du Lac de Saint Pardoux, un soir.

La rive opposée à la mienne, du Lac de Saint Pardoux, un soir.

Balade dans la réserve naturelle de la Tourbière des Dauges... et les premières myrtilles ;)

Balade dans la réserve naturelle de la Tourbière des Dauges... et les premières myrtilles ;)

Le village de St Léger es Montagnes, village au coeur de la tourbière des Dauges. De là part aussi un chemin grimpant, qui mène à 650 mètres, à la Pierre Branlante que voici. un des plus beaux coups d’œil du Limousin avec une vue splendide en demi-cercle sur plus de 50 km. Par temps clair, on devine les Puys de Sancy et de Dôme (Auvergne) à près de 120 km.

Le village de St Léger es Montagnes, village au coeur de la tourbière des Dauges. De là part aussi un chemin grimpant, qui mène à 650 mètres, à la Pierre Branlante que voici. un des plus beaux coups d’œil du Limousin avec une vue splendide en demi-cercle sur plus de 50 km. Par temps clair, on devine les Puys de Sancy et de Dôme (Auvergne) à près de 120 km.

Deci delà... et bien sûr, quelques sympathiques rencontres félines !

Deci delà... et bien sûr, quelques sympathiques rencontres félines !

En rentrant de l'étang de Murat, j'ai suivi au hasard certains panneaux indiquant des curiosités locales, historiques ou naturelles. Il y en a certaines que je n'ai jamais trouvées, comme les gorges de la Couze. Mais je suis arrivée auprès de ce monastère du XIIIème, en court de rénovation depuis 20 ans par une bande de Papys sympathiques, qui y mettent leurs économies via une SCI.

En rentrant de l'étang de Murat, j'ai suivi au hasard certains panneaux indiquant des curiosités locales, historiques ou naturelles. Il y en a certaines que je n'ai jamais trouvées, comme les gorges de la Couze. Mais je suis arrivée auprès de ce monastère du XIIIème, en court de rénovation depuis 20 ans par une bande de Papys sympathiques, qui y mettent leurs économies via une SCI.

UN DIMANCHE DANS LE LIMOUSIN 2/2
Retour sur les rives du lac de St Pardoux

Retour sur les rives du lac de St Pardoux

UN DIMANCHE DANS LE LIMOUSIN 2/2
Un soir après l'orage, je suis ressortie me balader avec mon appareil photo. Et j'ai bien fait ! Deux brocards dans un champs !

Un soir après l'orage, je suis ressortie me balader avec mon appareil photo. Et j'ai bien fait ! Deux brocards dans un champs !

Balade dans un autre coin du lac de St Pardoux... Le tour du lac, si l'on veut, fait 26 km !

Balade dans un autre coin du lac de St Pardoux... Le tour du lac, si l'on veut, fait 26 km !

UN DIMANCHE DANS LE LIMOUSIN 2/2

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyage en France et ses iles

Repost0

Publié le 27 Août 2021

Ornithologie, tarier pâtre, oiseau

Bonjour ! Reprenons l'habitude pas encore totalement acquise : celle de vous présenter un oiseau par mois ! Pas totalement acquise car jusqu'à ce jour, je ne l'ai fait que 3 fois depuis février ! Mais avec la rentrée, on se reconcentre !

Aujourd'hui, je vous parle du tarier pâtre, le premier inconnu pour moi que j'ai découvert lorsque j'ai commencé à observer et photographier nos amis à plumes en janvier !

 

Le tarier pâtre est visible dans toute la France, sauf dans les Alpes au dessus de 2000 mètres !... et ce toute l'année !

Long de 12.50cm c'est un oiseau de petite taille, plus petit que le moineau domestique. Son poids  oscille autour des 15 grammes.

Le mâle adulte en plumage nuptial (comme celui-ci à droite) est facilement reconnaissable grâce à son plumage tricolore... Roux, blanc et tête capuchonnée de noir.

C'est une espèce où il existe un dimorphisme sexuel (apparence différente entre mâle et femelle). La femelle porte un peu les mêmes couleurs que le mâle, mais en beaucoup plus terne, comme si passé plusieurs fois à la machine ! Pour rester poétique et artistique, on va dire que la femelle est plus pastel, alors que le mâle est plus acrylique ! La voici : 

Pour faire simple et vous évitez une dissertation, on va dire que le juvénile ressemble à la femelle, mais avec une bouille toute mimi de jeune pas terminé 😂 En voici un, de face et de profil !

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tarier pâtre a un bec fin. C'est donc un insectivore... presque exclusif ! Mais à l'occasion, il ne dédaigne pas les petits mollusques terrestres, les petits vers et petits lézards. La part végétale de son régime est infime et sera représentée par des petites graines et des baies. Il chasse à l'affût depuis un post dominant mais peut aussi le faire en vol stationnaire avant de retourner au perchoir d'origine. En saison de nidification, si vous voyez des tariers pâtres le bec plein d'insectes, c'est certainement qu'il fait ses courses pour aller nourrir ses petits au nid !... comme c'est le cas sur ces deux photos (femelle à gauche, mâle à droite)

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tarier pâtre vit dans des milieux ouverts riches en buissons et plantes hautes et fréquente des habitats plutôt secs. On peut donc l'observer entre autres près des lacs, étangs et marais, dans les landes, les prairies et friches, sur les littoraux et en bordure de mer. Il est sédentaire en climat doux et vit en couple toute l'année. Des raisons climatiques le poussent parfois à une migration partielle. Dans ce cas, les couples se séparent et se retrouvent au printemps suivant. Le tarier pâtre n'est pas un oiseau grégaire.

Etant sédentaire, le tarier pâtre n'a pas besoin d'un vol rapide. Ses ailes sont courtes. Son vol est onduleux, bondissant, et peut être papillonnant quand il survole son territoire. Quand il chasse, il fait aussi du sur place. Le vol onduleux est du fait que ses ailes ne battent pas en permanence, mais par séquences.

 

Le tarier pâtre est territorial est monogame. La saison de reproduction s'étend de mars à août. Durant cette période, les couples peuvent avoir deux nichées, dans un nid au sol ou a faible hauteur bâti par la femelle. Chaque nichée comporte 5 à 6 oeufs bleutés tachetés finement de brun rouge. Ils sont couvés uniquement par le femelle pendant 15 jours. Les premiers jours, c'est elle aussi qui s'occupe des oisillons au nid. Puis les deux parents nourrissent les petits pendant 15 jours et jusqu'à 4 à 5 jours après l'envol des petits.

Le tarier pâtre est une espèce commune, qui n'est pas menacée, sauf parfois localement.

Et évidemment, la tariers pâtres bretons sont les plus beaux de France, lorsqu'ils se posent sur les ajoncs et genêts 😁

PS : Toutes ces informations (non exhaustives) ont été picorées sur mon guide ornithologique Belin et sur le site oiseaux.net 

Les photos sont les miennes et restent ma propriété ! Merci de ne pas copier/piquer sans mon autorisation ;)

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho

Repost0

Publié le 25 Août 2021

Fabcaro, Fabrice Caro, roman, Broadway, avis, chronique, blog

Roman - Editions Gallimard - 208 pages - 18 €

Parution en août 2020

L'histoire : Axel a tout pour être heureux : une femme, deux enfants, un emploi, un pavillon dans un lotissement. Mais voilà que des amis veulent les amener faire du paddle à Biarritz... Et puis, Axel reçoit l'enveloppe bleu réglementaire des cinquagéanaires, l'invitant à un dépistage du cancer colorectal... Sauf qu'Axel n'a que 46 ans... Donc rien va plus !

Tentation : L'envie de détente

Fournisseur : La cabine en livres en bas de chez moi.

 

 

Mon humble avis : J'avais grand besoin d'une lecture divertissante qui fasse fonctionner mes zygomatiques, je l'ai eue avec ce troisième roman de Fabrice Caro, alias Fabcaro pour la BD.

Dans cet ouvrage, Fabrice Caro s'attaque au temps qui passe sans qu'on s'en aperçoive, et aux changements qui l'accompagne, tout d'abord subtiles puis brutaux d'un seul coup... Le temps n'est pas la seule victime de Caro ici... En effet, les petites obligations de bienséance sociales, les normes qui finissent par diriger votre vie (comme la hauteur des grillages entourant une piscine j'en passe et des meilleures) sont fustigées avec malice, humour, franc parler et percutantes formules par notre Axel, notre narrateur. Axel est sans doute un peu looser, qui subit et accepte trop par manque de caractère et de courage... Comment est-il passé de l'ado rockeur mal dégrossi au père de famille d'une vie rangée ? Que s'est-il passé entre le moment où il jouait aux Playmobil avec son fils et celui où il est convoqué par le collège de ce même fils, auteur d'un dessins pornographiques outrageux avec deux profs comme personnages principaux ? Alors dans ses rêves, Axel aimerait tout plaquer, se tirer de la réalité et pourquoi pas, avec la prof.

Une fois de plus, Fabrice Caro sait fouiller dans nos quotidiens et fouiner dans nos travers sociétaux pour appuyer là où ça fait mal, où ça coince, où ça cloche, où c'est trop toujours pareil ! Ce qu'on devrait oser et que l'on n'ose pas.... Faire ou refuser... ou simplement changer... Car le quotidien sans cesse renouvelé offre sans doute une part de confort...

C'est une lecture fluide, faite pour la détente et la dégustation de l'humour et de la dérision si chers à Fabrice Caro. Si l'on en attend un chef d'oeuvre, la déception guette. Le discours, son précédent roman était, à mes yeux, plus abouti et mieux mené. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 23 Août 2021

Là où chantent les écrevisses, roman, avis, chronique, littérature, Delia Owens

Roman - Editions Audiolib - 11h18 d'écoute - 24.90€

Parution audiolib 2020, Editions du Seuil 2018

 

L'histoire : Les années 50, dans un marais de Caroline du Nord... Kya a 10 ans lorsque le dernier membre encore présent de sa famille, son père l'abandonne lui aussi. Les autres sont partis depuis longtemps, fuyant la violence familiale. Elle doit alors apprendre à survivre seule dans le marais, devenu pour elle un refuge naturel et une protection. Pendant des années, Kya sera source de rumeur les plus folles et des fantasmes du proche village... Tout le monde parle d'elle comme de "la fille des marais". Mais elle n'est pas cette filles analphabète et sauvage, car Tate, un jeune homme qui l'a toujours connu, lui apprend à lire et transforme ainsi la jeune fille, qui devient jeune femme au fil des ans. Et puis, Chase, un garçon qu'elle a fréquenté est retrouvé mort... Evidemment, tous les soupçons se tournent vers elle.

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib de Rennes.

 

Mon humble avis : A l'époque de la sortie de ce roman, l'histoire de cette fille du marais avait fait un raz de marée sur la blogo, avec le plus souvent des avis plus qu'élogieux ! Le mien l'est tout autant. A mes yeux et dans mon coeur, "Là où chantent les écrevisses" est un chef d'oeuvre, un roman et une héroïne que l'on n'oublie jamais. J'espère que le temps me donnera raison.

Peu importe que la situation soit crédible ou non, et que la fin surprenne, pas forcément dans le bon sens pour moi. Ce marais, si bien décrit par Delia Owens, on le découvre, on y vit, on l'apprend avec Kya, on l'arpente sur sa barque. Les images qui se créent dans notre esprit sont juste magnifiques et même si les marais sont en général des milieux naturels plutôt hostiles, on se surprend à presque envier la vie aussi douce qu'âpre qu'y mène Kya, une fois devenue adulte et autonome par relatif choix. Je me suis régalée notamment des descriptions des animaux sauvages et des oiseaux, avec qui Kya partage une relation particulière. Mais l'enfance de Kya et les abandons successifs font peine à lire évidemment. On s'attache terriblement à Kya et l'on ne peut qu'être admiratif devant sa détermination, son courage, sa capacité à déployer seule ses ailes de la vie, à s'assumer, à refuser les lumières de la consommation et de la facilité. Et pourtant, toute sa vie, Kya a été abandonnée et rejetée.

D'autres protagonistes sont très touchants, comme Jumping et son épouse, qui tiennent un petit commerce station-service au port du village voisin, qui seront les seuls à aider Kya. Ou encore Tate, ce lycéen, puis étudiant et adulte, qui apprendra à lire à Kya et qui partagera avec elle son amour pour le marais.

On sait très vite qu'il y a un soi-disant meurtre, celui de Chase, puisque des chapitres de différentes époques s'alternent. Soi-disant meurtre, car rien ne prouve vraiment qu'il ne s'agisse pas d'un accident, donc enquête puis procès. Ce n'est pas cette partie-là qui m'a le plus émue, si ce n'est qu'elle prouve les préjugés de chaque villageois à propos de la fille des marais, mais aussi de la part de justice, que boucle très vite l'enquête avec un avis tout fait d'avance. Ce sont donc les accusations sans preuves que dénonce la romancière, des accusations alimentées par la peur de la différence et de l'inconnu, bref, de ce qui dérange.

Ode à l'amour, à la nature, au respect des différences, à la poésie, au savoir, à la lenteur, à la contemplation, à la vie simple, à l'observation de l'environnement, de son utilisation sans le détruire... ce roman est purement enchanteur. Il nous emporte en nous tiens captifs volontaires du marais. Et que dire de la plume magnifique, douce et tellement évocatrice de Dalia Owens ? Du grand art ! Et cerise sur le gâteau, la lecture qu'en fait Marie du Bled est des plus réussies, tellement que je vous conseille vraiment le format audio pour découvrir ce chef d'oeuvre incontournable !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 21 Août 2021

Fabienne Betting, roman, la théorie des poignées de main, avis, chronique

Roman -Editions Pocket - 224 pages - 6.95 €

Parution Pocket Mai 2021, Les Escales juin 2020

L'histoire : Jeune étudiant en mathématique, Antoine effectue sa thèse sur la fameuse théorie des poignées de main, plus connue sous les termes théorie des six degrés de séparation. Alors qu'il présente ses recherches lors d'un colloque à Corfou, un éminent professeur, irrité par cette théorie, met au défi Antoine de la prouver dans la réalité. Antoine relève le défi. Il a trois mois pour trouver la cible proposée par le professeur, et démontrer que seules cinq personnes le séparent de celle-ci. Le voilà qui s'envole pour le Vietnam. Les seules informations dont il dispose : Chinh Yên Than est né à Go Vap le 1er février 1972. Une grande aventure commence pour Antoine !

 

Tentation : Titre et pitch

Fournisseur : Ma CB

Mon humble avis : Depuis que j'en ai entendu parler, cette fameuse théorie des 6 degrés de séparation me fascine, sans que je cherche cependant à en savoir plus. Je me suis dit que ce titre serait l'occasion de corriger le tire. Cette théorie "prétend" qu'il n'y a pas plus de 5 connaissances qui vous séparent de n'importe quel être humain sur terre. Ces connaissances peuvent être amicales, professionnelles, familiales, mais aussi "indésirables"... Le tout, hors réseaux sociaux en ligne évidemment ! Trop facile sinon !

Je n'en sais guère plus sur cette théorie, car ce roman ne fait que survoler ce sujet d'un point de vue scientifique et statistique. Pas bien grave, sa lecture n'en est que plus aisée et légère, bref, agréablement divertissante, servie d'une plume simple et fluide. Un roman parfait pour l'été ou pour se changer les idées entre deux ouvrages plus conséquents. D'ailleurs, j'ai dévoré cette histoire sympathique.

En fait, ce sont plus la quête d'Antoine et les rencontres qui en découlent qui font l'intérêt du roman. On voyage aussi : Nancy, Vietnam, Géorgie Américaine, Suisse, Italie... Là aussi, c'est assez succinct... le nombre de pages ne permet pas de plus amples développements qui auraient été instructifs... l'objectif de l'écrivaine étant clairement affiché : la détente.

La théorie des poignées de main évoque le drame des enfants orphelins dans des orphelinats bondés lors de la guerre du Vietnam et les difficultés d'intégrations rencontrées lors de leurs adoptions en occident. Le choc des cultures des jeunes français qui découvrent le monde est aussi développé. Ce roman nous rappelle aussi de jolies choses... Que derrière chaque statistique, il ne faut pas oublier qu'il y a de l'humain et ses variables, qu'il y a une différence de taille entre savoir qu'un chemin existe et le trouver. Que seul, on n'arrive pas à grand- chose... Entre autres.

Une lecture plaisante, pleine de bienveillance, qui nous fait côtoyer des personnages attachants, mais qui reste un peu trop en surface des choses et des faits à mon goût, avec un style un peu trop simple tout de même... mais accessible à tous pour le plaisir !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0