Publié le 24 Septembre 2020

roman, littérature, la goûteuse d'Hitler, nazisme, Histoire, avis, critique, blog

Roman - Editions Audiolib - 9h36 d'écoute - 20.45 €

Parution d'origine chez Albin Michel en janvier 2019

 

L'histoire :  1943. Reclus dans son quartier général en Prusse orientale, terrorisé à l'idée que l'on attente à sa vie, Hitler a fait recruter des goûteuses. Parmi elles, Rosa. Ce roman est son histoire, ainsi que celle de ses comparses, dans une Allemagne Nazie en guerre, puis sur le déclin.

 

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Ce roman a bien fait parler de lui sur la blogo lors de sa sortie, mais aussi en Italie, pays de Rosella Postorino, où il a été couronné de nombreux prix littéraires. Pour l'écrire, Rosella Postorino s'est inspirée de la vie de Margot Wölk, dernière goûteuse d'Hitler à décéder récemment, à plus de quatre-vingt-dix ans.

Cette audiolecture me laisse un peu mitigée, comme déçue... Certes, le développement du contexte historique et de la vie des goûteuses d'Hitler, une découverte pour moi, m'a vivement intéressée... Recrutées de force, ces femmes n'avaient pas d'autres choix que d'accepter et de risquer leur vie à chaque bouchée. En fait, c'est sans doute la première fois que je lis un roman qui me plonge outre-Rhin durant la Seconde Guerre Mondiale, donc du côté de l'ennemi et de plus, dans la garde rapprochée du Führer... Mais ici, nous partageons une partie du quotidien de "petites gens", bref, des personnes comme vous et moi et j'ai été surprise de constater à quel point peu d'entre elles partageaient l'idéologie nazie et vivaient dans la même peur et le même manque que les autres européens de l'époque. Je me suis donc enrichie de certaines connaissances supplémentaires sur les pratiques nazies (comme celles de récompenser les mères de familles très nombreuses qui "travaillent" donc pour la patrie).

Par contre, l'aspect romanesque de cette histoire m'a le plus souvent laissée de marbre. Les descriptions des relations (conflictuelles d'abord puis amicales) entre les goûteuses m'ont lassée, d'autant qu'à part deux d'entre elles, les autres sont difficiles à reconnaître, à distinguer des autres et donc elles ne génèrent pas d'empathie particulière. Puis vient une relation plus charnelle qu'amoureuse entre l'une d'elle et un S.S. Là aussi, le temps s'allonge. Oui, j'ai trouvé le temps long jusqu'à ce qu'une révélation sur l'une des goûteuses réveille mon intérêt. J'espérais une fin marquante mais non... Celle-ci semble nous plonger dans un imbroglio d'époques qui ne donne pas de place à l'émotion et laisse les sujets qui auraient pu être intéressants en suspend... Au point que je me suis presque dit "tout ça pour ça".

L'écriture est très belle, l'interprétation d'Audrey Sourdive impeccable. Mais rythme et force de récit sont bien trop inégaux à mes yeux. Cependant, je ne regrette pas cette lecture puisqu'elle m'a emmenée dans une autre époque et dans d'autres vies, elle a donc étoffé ma petite culture, c'est déjà pas mal ! 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 22 Septembre 2020

Tonino Benacquista, Homo Erectus, Roman, littérature, avis, chronique, critique

Roman - Editions Folio - 305 pages - 8.00 €

Parution d'origine chez Gallimard en 2011

L'histoire : Et s'il existait, au coeur de Paris, une société secrète où les hommes puissent enfin confier leurs dérives sentimentales, leurs expériences rocambolesques, leurs fantasmes inavouables sans subir les reproches féminin ni la pression sociale ? Une société où il est interdit d'interrompre, de juger. Juste prendre la parole devant ses pairs ou écouter. Il est interdit de parler de cette société aux autres, sauf à ceux qui pourraient en avoir besoin.

C'est dans cette société secrète que nous rencontrons Denis, Philippe et Yves.

 

 

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

 

 

Mon humble avis : C'était avant même l'ouverture de mon blog, il y a plus de 12 ans, une connaissance me conseillait chaleureusement de lire Tonino Benacquista. Quelques années plus tard, j'acquerrais ce roman et le voici enfin lu. Oui, il me faut parfois du temps... La cause, la profusion des possibilités de lecture !

J'ai bien apprécié ce roman de Tonino Benacquista, avant tout, pour son élégance. Celle de sa narration, celle de son style soigné, celle de son auteur qui ne juge pas ses personnages. Il leur laisse le choix de se tromper, de se contredire, de s'essayer sur d'autres chemins que ceux tracés, quitte à se rendre compte qu'ils s'éloignent de ce qu'ils sont intrinsèquement. 

C'est dans cette société secrète que se rencontrent Yves, Philippe, et Denis. Cette société est leur seule connexion, suivie du verre qu'ils aiment partager après chaque séance hebdomadaire. Et c'est autour de ces 3 personnages que Benacquista construit son roman... L'avant, le pendant et l'après de ces trois hommes qui vivent un bouleversement dans leur vie et tentent de se redresser. Ils sont en reconstruction.

La vie de Denis, serveur en brasserie, est un désert sentimental et sexuel. Aussi, est-il convaincu que toutes les femmes se vengent sur lui des méfaits que les hommes leur font subir. Il sombre dans la dépression jusqu'à ce qu'une intruse s'installe chez lui. Etrange, qui est-elle, pourquoi est-elle là ? Yves, poseur de vitre, vient de rompre avec sa femme qui l'a trompé avec un gogo dancer. Fini pour lui l'engagement et les promesses, désormais, Yves ne fréquente que des prostituées qui lui permettent de découvrir Les femmes. Philippe, penseur philosophe, a du mal à oublier Juliette... Jusqu'à ce que Mia, LA super top model reine du monde et du papier glacé, l'invite dans sa vie. Tonino Benacquista explore donc les comportements masculins et leurs problématiques dans une société qui donnent trop de modèles où ils perdent leurs repères, en cherchent de nouveaux. Le romancier pointe du doigt les préjugés, les à priori, la surmédiatisation, dans un roman aussi sensible que discrètement et finement drôle, se moquant parfois gentiment de ses personnages pour les admirer ensuite. C'est qu'ils sont attachants ses trois hommes abîmés. Celui qui m'a le plus touchée d'ailleurs est Yves, celui qui se cherche dans les bras de femmes de joie... Celui qui pourrait paraître pour le moins vertueux mais qui révèle en fait toute la bonté et l'énergie qui dormait en lui pour se rendre extraordinaire.

Ah les hommes, dur de les comprendre ! Mais, comment ? Oui, Tonino Benacquista achève son roman de façon tout à faire égalitaire. Et oui, les femmes ne souffriraient elles pas des mêmes maux que le sexe opposé ? Oui, chacun(e) souffre d'être encombré(e) de soi-même et du poids d'une société qui impose ses codes. Et chacun(e) ne fait-il (elle) pas de son mieux ?

"En fait, il s'était lancé dans un essai sociologique qui décrivait l'homme contemporain harcelé par des injonctions de toutes sortes et qui, à force d'être à l'écoute de son époque, n'était plus à l'écoute de lui-même. En ce XXIème siècle de surinformation, on l'exhortait au bonheur, on le contraignait au plaisir, on lui imposait le beau, on le condamnait au juste, on lui définissait la quantité de normes dont il craignait d'être exclu."

Bref, un roman original, intelligent, caustique, parsemé de moments savoureux, et classe !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 20 Septembre 2020

Château Rocher Portail, Bretagne, Tourisme, visite, patrimoine, Brice en Coglès

C'était le 13 juillet dernier au soir...

Déçue de ne pas assister à un feu d'artifice municipal pour cause de Coronavirus, je suis allée en voir un "privé" dans le Château du Rocher Portail.

Nous sommes accueillis par Manuel Roussel, propriétaire des lieux depuis 2016. La soirée commence par une visite (masquée en 2020 pour cause de C19) des jardins et du château...Aux lueurs des bougies, au fur et à mesure que tombe la nuit. 

Divin ! L'ameublement est d'époque et nous suivons "le parcours" qui nous mènent de a chapelle aux grands salons, des chambres des maîtres jusqu'aux cellules du personnel de maison en passant par un cabinet des curiosités et un fameux passage secret ! Le tout ponctué de douces animations qui nous expliquent la vie au château, l'époque, l'Histoire. Des guides costumées circulent également dans les murs, jamais avares d'explications ou de saynètes joyeuses ! Une bien belle façon de se cultiver. Puis tout le monde (visiteurs, guides et propriétaires des lieux) se retrouve dans la grande cours, avant de passer le pont levis pour aller admirer un petit feu d'artifice bien sympa, donné sur la façade du château.

 

Le château Rocher Portail est sis à Brice en Coglès, en Ille et Vilaine... Aux portes de la Bretagne... Ceci explique le "portail"... Il est construit sur un petit rocher... Ceci explique "Rocher" ;) . A proximité, le Mont Saint Michel et/ou la ville de Fougères.

C'est un des plus beaux châteaux de Bretagne, ouvert au public que depuis 2017, soit exactement 400 ans après la fin de sa construction (1595 - 1617)... Suite au rêve d'enfant de l'actuel propriétaire de cette grandiose demeure. Jusque là, le château avait toujours été habité sans subir ni dégradation, ni pillage, ni destruction, que ce soit pendant la révolution ou pendant la 2ème Guerre Mondiale. Bref, un château miraculé !

Tout cela pour dire que si vous passez un jour dans le coin, n'hésitez pas à vous offrir ce voyage de 400 ans dans l'Histoire de France, et par la même occasion de faire vivre son patrimoine dans une atmosphère bon enfant. De même, un détour vaut la peine !

 

Voici le site du château, n'hésitez pas à le consulter pour y découvrir toutes les visites et animations proposées par Manuel Roussel : https://lerocherportail.fr/pages/chateau-le-rocher-portail-bretagne-67.php

PS : Les photographies sont interdites en intérieur... D'où mon "reportage" uniquement extérieur !

UN DIMANCHE AU CHATEAU ROCHER PORTAIL
UN DIMANCHE AU CHATEAU ROCHER PORTAIL
UN DIMANCHE AU CHATEAU ROCHER PORTAIL
UN DIMANCHE AU CHATEAU ROCHER PORTAIL
UN DIMANCHE AU CHATEAU ROCHER PORTAIL
UN DIMANCHE AU CHATEAU ROCHER PORTAIL
UN DIMANCHE AU CHATEAU ROCHER PORTAIL
UN DIMANCHE AU CHATEAU ROCHER PORTAIL
UN DIMANCHE AU CHATEAU ROCHER PORTAIL
UN DIMANCHE AU CHATEAU ROCHER PORTAIL

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Repost0

Publié le 18 Septembre 2020

Récit - Editions Le livre qui parle - 3h03 d'écoute - 13€95

Parution d'origine en 1944

Le sujet : Stefan Zweig revient sur l'une des plus grandes erreurs historiques du monde : Le nouveau monde baptisé "Amérique", "America", Amerigo. Quand, pourquoi, comment ? Zweig démêle cette intrigue historique comme une pelote de laine, faite elle-même de plusieurs petites pelotes. 

 

Tentation :  Pourquoi pas ?!

Fournisseur : Bib N°3

Mon humble avis : Ce récit de Zweig fut pour moi fascinant, passionnant et très instructif. Certes, Amerigo m'a certainement remis en mémoire quelques petites choses apprises à l'école, mais bien oubliées depuis... D'ailleurs, depuis, je ne m'étais jamais demandé pourquoi Le nouveau Continent avait été baptisé Amérique... Et suite à cette lecture, je m'interroge d'ailleurs sur l'origine des noms Europe, Asie, Afrique...

Le premier plaisir est de retrouver le style limpide et soigné de Stefan Zweig. Comme c'est agréable à l'oreille ! Son talent de conteur est indéniable, il sait captiver les foules et développer une véritable intrigue, avec ses rebondissements, ses indices autour de faits historiques. En fait, ce récit prend la forme d'un roman, avec ses protagonistes. Ce que l'époque a retenue d'eux, et ce que l'Histoire a remis à sa juste place.

Le livre commence bien des siècles avant la découverte du nouveau monde par Christophe Colomb. Zweig déroule les faits et causes, qui au fil des siècles, ont mené à cette découverte. Cette introduction est déjà très instructive, qui m'a appris à qu'il fut un temps, la France n'était plus du tout terre de connaissances et de découvertes par exemple.

Puis quelques années après 1492, vint le grand malentendu constitué d'une myriade d'erreurs (depuis des fautes d'orthographes dans certaines éditions, à l'attribution erronée de textes aux mauvaises personnes, en passant par des éditeurs peu scrupuleux, les oublis, les anachronismes, les preuves conservées par certains sans aucune conscience de leur valeur)... Et l'un des quiproquos les plus déterminants dans cette histoire émana d'une petite ville de nos Vosges bien françaises. Amerigo se voit attribué le mérite de la découverte des terres outre-atlantiques, considérées un temps comme Les Indes, puis les nouvelles Indes. De son vivant, Christophe Colomb tomba dans l'oubli et le dénuement. Son contemporain, Amerigo Vespucci, n'a en fait ni conscience, ni connaissance de sa célébrité ! Bref, ce n'est que trois bons siècles plus tard que la vérité sera rétablie et que les deux hommes, que l'Histoire tenaient pour ennemis, les relia dans une amitié.

Bref, vous l'aurez bien compris, ce texte et à lire, à écouter, à relire pourquoi pas, pour se remettre en tête ce que fut l'Histoire et comprendre de nouveau que celle-ci n'est pas figée. Evidemment, Amerigo sonne aussi comme une réhabilitation de Vespucci par Stefan Zweig, une réhabilitation bien méritée, pour cet homme qui s'est vu bien sali sans avoir fait quoique ce soit pour le mérité. Une belle et passionnante révision de l'Histoire par l'auteur, et pour le lecteur !

Zweig nous offre en prime quelques sujets de réflexion sur lesquels chacun pourra s'amuser à philosopher... Par exemple... Qui est le plus important : celui qui découvre ou celui qui prend conscience du potentiel de cette découverte ? Bon bien sûr, Zweig émet cette question bien plus joliment que moi ! 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 16 Septembre 2020

Film le bonheur des uns de Daniel Cohen, cinéma, avis, critique, Vincent Cassel, Florence Foresti

Film de Daniel Cohen

Avec Bérénice Bejo, Vincent Cassel, Florence Foresti, François Damiens

Synopsis : Léa, Marc, Karine et Francis sont deux couples d’amis de longue date. Le mari macho, la copine un peu grande-gueule, chacun occupe sa place dans le groupe. Mais, l’harmonie vole en éclat le jour où Léa, la plus discrète d’entre eux, leur apprend qu’elle écrit un roman, qui devient un best-seller. Loin de se réjouir, petites jalousies et grandes vacheries commencent à fuser. Humain, trop humain ! C'est face au succès que l'on reconnait ses vrais amis… Le bonheur des uns ferait-il donc le malheur des autres ?

 

Mon humble avis : Une bonne comédie acide à souhait, inspirée de la pièce de théâtre "L'île flottante". Un sujet qui fonctionne très bien en France, où la réussite est presque systématiquement suspicieuse et jalousée. Et nous sommes dans un pays où il est de bon ton de développer un talent particulier qui permet de briller et de se distinguer des autres. Un bon casting donc pour évoquer la jalousie et l'hypocrisie face au succès naissant puis gigantesque d'un membre d'un groupe d'amis. Daniel Cohen décortique bien les effets de la cristallisation du succès doublé de la célébrité. "On" dit toujours que le succès change les gens qui le rencontrent, mais peut-être pas en fait. Oui, dans ce film, il est clair que c'est l'entourage de Bérénice Bejo qui ne s'habitue pas à ce nouvel équilibre des forces en présence, que ce soit dans le couple ou la bande de potes. La "petite fragile sans ambition" n'est plus et dépasse les autres au poteau de la réussite telle que bon nombre se la figure : argent et la célébrité comme cerise sur le gâteau. Les personnages sont bien campés, même si d'eux d'entre-eux (Foresti et Cassel) deviennent un peu trop poussifs à mon goût. A mes yeux, le film aurait gagné à être plus délicat et subtil dans le traitement de son sujet avec des personnages moins envahissants.

Mais le moment de cinéma reste bien agréable, les dialogues sont pour la plupart bien sentis, l'aveuglement des uns sur leur propre comportement et bêtise prête vraiment à sourire et à rire de temps en temps. Ah oui, petite précision, ne vous fiez pas, où ne vous découragez pas devant la scène d'ouverture interminable qui semble oublier le vieil adage disant que les meilleures blagues sont les plus courtes. Ma mention spéciale dans ce film ira à l'excellent François Damiens, qui donne vraiment à son personnage une épaisseur attachante.

Le bonheur des uns n'est pas un film exceptionnel, mais il dépasse de loin les autres comédies que j'ai pu voir ces derniers temps. C'est déjà pas mal !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 14 Septembre 2020

Roman - Editions J'ai Lu - 316 pages - 7.40 €

Parution d'origine chez Flammarion en avril 2019

L'histoire : Alors que Justine, jeune hackeuse, est enfin parvenu sur le serveur de l'US Army, son écran lui montrent une trentaine de missiles nucléaires dans les airs en Asie, subitement détournés... Evitant de peu une Troisième Guerre Mondiale. Justine a compris qui est responsable de ce détournement... Internet lui-même. Sauf que l'US Army est convaincue de la culpabilité de Justine... Pour elle, commence une course contre la montre, pour se sauver elle-même mais surtout tenter de sauver le monde !

Tentation : Picth et couv'

Fournisseur : Ma CB

 

 

 Mon humble avis : Quel livre inattendu, d'autant que j'en ignorais l'existence... jusqu'à ce que sur un étal, ce chat psychédélique me fasse de l'oeil ! La quatrième de couverture a eu de suite raison de ma compulsion acheteuse livresque pas toujours maîtrisée comme je le voudrais.

C'est un coup de coeur véritable pour moi, et me trouve désarmée pour expliquer cette révélation à sa juste valeur. Tant ce livre est dense, tant il amène à la réflexion, tant il est enrichissant spirituellement parlant, tant que serais incapable de rembobiner le fil déroulé par l'auteur et recomposer la pelote. Et tout cela, sous couvert de la bonne distraction littéraire.

Nous voici dans une "petite" anticipation. Petite, non par l'ampleur, mais par la date : N + 1, l'année prochaine. Où celle d'après ou plus tard, peu importe, N + 1 par rapport à votre date de lecture... Peut-être qu'un jour prochain certains faits ne seront plus anticipatifs mais réalité... Réponse dans peu de temps, si l'univers nous prête vie... Enfin, si nous redonnons vie à notre Planète et nous reconcentrons sur nos fondamentaux.

Les principaux protagonistes sont : Justine, la jeune Hackeuse, Thomas, un colonel de l'U.S Army, le Général Lloyd, le quarante-quatrième Président des Etats-Unis (excellent, il n'est jamais nommé ni prénommé, il apparaît juste comme l'ancien président, mais ses traits et les descriptions qu'en donne Jean-Gabriel Causse font apparaître le visage souriant et bienveillant de Barak Obama, qui ne l'oublions pas, est aussi Prix Nobel de la Paix). Mais le personnage central est Internet "en personne", enfin, en conscience !

D'ailleurs, Internet prend régulièrement la parole et s'adresse à nous, lecteurs et/ou usagers, comme aux hommes de pouvoirs, aux férus, aux scientifiques, aux philosophes, aux hommes de savoir et leurs contraires, les stupides. Justine a en effet découvert qu'à force d'algorithmes, Internet a pris conscience de lui-même. Il pense, donc il est. Et il peut agir, choisir... Est-ce une menace ou une force. Qui est en péril ? L'humanité, la planète, Internet ? Qui est un danger pour qui ?

De cette découverte, découle une série de faits parfois rassurants, parfois terrifiants.  Un désarmement immédiat des trois quarts du monde décidé unilatéralement.... je n'en dis pas plus. Et le tout nous emmène dans une lecture frénétique mais aussi méditative (donc participative et active) sur notre nature humaine, sur la place que nous donnons aux réseaux sociaux dans nos vies... et les conséquences que cette fameuse place (baisse générale des Q.I, de la mémoire de travail entre-autre). Il est clair qu'Internet est autant une mine d'or très prometteuse qu'une poubelle débordant d'une bonne partie de la bêtise et de la haine humaine. Bref, Internet est ce que l'on en fait. Dis par moi, c'est d'une banalité déconcertante, mais développé sur 300 pages d'un roman qui flirt sur l'espionnage et l'aventure par Jean-Gabriel Causse, c'est juste passionnant, très intelligent, bien documenté et judicieusement imaginé. Le génie de cette histoire au suspense constant, c'est elle est autant divertissante (ô que j'aime) que sujette au questionnement tant individuel que collectif sur ce que nous sommes, ce que nous devenons, ce que nous serons, alors que l'usage de l'Intelligence Artificielle est tellement ancré dans les plus infimes parties de nos vies et de nos sociétés, qu'il est impossible de faire "marche arrière". Quant à moi, je pourrais déjà relire "L'algorithme du coeur", pour méditer encore sur tout cela, peut-être en prenant des notes pour retenir... et remettre mes idées et pensées dans l'ordre !

Mais ce qui est rassurant à savoir... C'est que, contrairement à l'humain, Internet n'a pas d'égo... Et c'est peut-être ce qui pourra sauver le monde !!!

 

"Vous dites que mon intelligence est artificielle. La vôtre n'est-elle un peu superficielle ?"

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 12 Septembre 2020

cinéma, film, Enorme, Sophie Letourneur, Marina Foïs, avis, critique

Film de Sophie Letourneur

Avec Marina Foïs, Jonathan Cohen, Jacqueline Kakou, 

Synopsis : Ça lui prend d’un coup à 40 ans : Frédéric veut un bébé, Claire elle n’en a jamais voulu et ils étaient bien d’accord là-dessus. Il commet l’impardonnable et lui fait un enfant dans le dos. Claire se transforme en baleine et Frédéric devient gnangnan.

Mon humble avis : Que se passe-t-il ? Il me semble que depuis toujours, je suis une assez bonne cliente des comédies. Sauf que depuis quelque temps, je ne les trouve souvent que gentillettes, voire décevantes. Qui change ? Le cinéma ou moi ?

Pour Enorme, c'est plus qu'une déception, mon sentiment n'a pas de mot je crois. J'aime beaucoup l'actrice Marina Foïs et la bande-annonce laissait présager un film franchement drôle. Hélas....

Déjà, nous sommes dans une histoire diesel, le coeur du sujet prend tout son temps pour se mettre en place. Une fois qu'il est là, je me suis mise à le regretter et j'ai attendu la fin de la séance, ébahie par tant de grotesque, de platitude, de bêtise, de flops dans les dialogues, de laideur, d'impudeur franchement nauséabonde et déplacée dans ce genre de film... donc de public.

Le personnage de Marina Foïs est "absent" une grande partie du film, et celui de Jonathan Cohen manque tant d'un minimum de finesse qu'il n'en est pas attachant du tout. Mon seul moment d'émotion fut quand "Marina" se "réveille et se rebelle d'être sans cesse tripotée de partout par tout le monde. Et tout de même, un peu lors de l'accouchement. Le reste du temps, tout ce que je ressentais était de la lassitude, de l'agacement, voire du dégoût (le gars qui baise sa femme dans la salle de travail à la maternité et qui doit s'interrompre le sexe bien droit... Bof, de très mauvais goût à mes yeux. Certes, le cinéma peut déranger, quand il y a matière et cause. Mais là, je n'en vois pas l'intérêt.

D'autant qu'une autre gêne était présente tout du long. Le format de l'écran, choisi carré par la réalisatrice. Le grand écran se retrouve bien réduit et vraiment inhabituel donc perturbant, déplaisant. En tous cas, c'est ainsi que je l'ai vécu.

Quand je lis sur Allociné "les secrets de tournage", je déduis que Sophie Letourneur a beaucoup intellectualisé et "métaphorisé" son histoire, et qu'une fois de plus, ce n'est pas à propos dans une comédie grand public qui est là pour faire rire, et ne pas se torturer les neurones à réfléchir.

Bref, dommage, le sujet était intéressant et aurait pu accoucher d'un film plus drôle, plus lumineux, plus léger, plus virevoltant. Là, rien d'énorme, tout est lourd, dans tous les sens du terme.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 10 Septembre 2020

Amélie Nothomb 2020, Rentrée Littéraire 2020, RL 2020, Les Aérostats, avis, critique, chronique, littérature

Roman - Editions Albin Michel - 175 pages - 17.90 €

Parution le 19 août 2020  : Rentrée Littéraire

L'histoire : A 19 ans, Ange est étudiante en philologie à Bruxelles. Pour financer ses études, elle devient "répétitrice de français pour Pie, un lycéen aussi étrange que sa famille. Le père de celui-ci espère qu'Ange parviendra à guérir la dyslexie de son fils. Car oui, apparemment Pie ne sait pas lire...

 

Tentation : L'insupportable impatience annuelle !

Fournisseur : Ma CB

 

 

Mon humble avis : Mais oui, il est là le cru 2020 de ma chère Amélie Nothomb ! Je me suis d'ailleurs ruée en librairie le jour de sa sortie pour l'acquérir et le lire dans la foulée, avec délectation. Mais j'ai tardé à rédiger mon billet, un long weekend de mariage et deux semaines à plat total avec moult symptômes covidiens... Mais finalement trois tests négatifs... L'énergie revient, au travail, même si de ce fait, ce n'est plus une chronique à chaud mais avec ce le temps accorde à la mémoire.

Amélie Nothomb revient au style littéraire du conte cruel, style qui lui convient tant puisque son imagination pour l'illustrer ne faiblit jamais. Cet opus est très dialogué, et on y retrouve avec plaisir l'art Nothombien des dialogues qui disent tant tout en semblant décalés, mais sans détours. La verve de mon autrice favorite y est toujours aussi jubilatoire. Sauf que dans les passages narratifs, cette année, j'ai déploré l'usage excessif et répétitif des auxiliaires "être" et "avoir", ce qui évidemment alourdit la plume, où lui donne un aspect simpliste. Dommage, la langue française fourmille de vocables formidables et variés qu'Amélie Nothomb maîtrise pourtant à merveille.

Avec Les aérostats, Amélie Nothomb dresse un formidable éloge à la littérature et ses pouvoirs magiques, n'ayons pas peur des mots : La littérature, la lecture sont libératrices, sources de curiosité, de savoir, d'émotions, de réflexions. Elle permette de prendre de l'altitude pour se sauver, s'échapper de soi-même, du quotidien, de l'ignorance, de l'encéphalogramme plat ! L'initiation au bonheur de la lecture n'est pas uniquement de la responsabilité scolaire... Les parents ont aussi un rôle à jouer, un rôle de stimulation de leur progéniture. On aime un livre qui nous intéresse, et c'est au-delà du jugement moral, la littérature n'étant pas destinée à mettre tout le monde d'accord. L'important est le plaisir éprouvé.

Ange impose des lectures classiques à son élève. On s'attend à un clash mais en fait, c'est une révélation. Pie lit donc Le Rouge et le Noir, l'Illiade et l'Odyssée et bien d'autres ouvrages. Et j'avoue, ses réactions et argumentaires si sont vivants, si contemporains et modernes, si clairvoyants, si animés qu'ils m'ont donné envie de lire ou relire certains de ces ouvrages. Ces passages provoquent une certaine ivresse de lecture.

Les jeunes (ou les plus âgés) qui ne lisent pas sont en déficit de réalité.  La littérature est d'une aide fabuleuse, mais attention aussi de ne pas la prendre au pied de la lettre. La littérature ne se substitue pas non plus à la vie réelle... Si c'est le cas... Attention danger ! La vie, comme la jeunesse, s'apprend... dans les livres mais aussi dans les expériences. 

C'est de tout cela (et de bien d'autres sujets) dont il est question dans Les aérostats, modelé dans une forme romanesque caractéristique de l'écrivain. Une fois de plus, le personnage sont hauts en couleur... de pathétisme... La mère de Pie brille particulièrement dans cette catégorie : elle collectionne des objets via internet... Des objets qu'elle ne possède jamais en main propre. C'est une cruelle mais réaliste allégorie de notre époque où nombreux sont ceux qui collectionnent du vide, du virtuel... Ce qui n'existe pas mais qui les mène à l'extase !

Pour conclure donc, encore un très bon Nothomb qui se lit d'une traite pour un réel plaisir chaque année renouvelé !

 

"On n'habite pas toujours au même étage de soi-même"

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 8 Septembre 2020

Cinéma, Film Police, Virgine Efira, Anne Fontaine, avis, critique, blog, Hugo Boris, roman, Omar Sy

Film d'Anne Fontaine

Avec Virginie Efira, Omar Sy, Grégory Gadebois

 

Synopsis :  Virginie, Erik et Aristide, trois flics parisiens, se voient obligés d’accepter une mission inhabituelle : reconduire un étranger à la frontière.

 

 

Mon humble avis : Respect ! Profond respect pour ce film et toute l'équipe qui lui a permis de voir le jour malgré la nuit. Je ne serai pas étonnée si, dans quelques mois, quelques César récompensaient la grandeur et la nécessité de "Police".... Et notamment celle de Virginie Efira, lumineuse, bouleversante, fragile et forte à la fois, qui mérite vraiment les honneurs tant des spectateurs que des professionnels.

"Police" est librement inspiré du roman éponyme de Hugo Boris, paru en 2016. Je l'avais lu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire organisés par PriceMinister sur la blogosphère... Matchs qui, pour chacun de la dizaine de titres proposés, couronnait la chronique la plus originale... Et cette année-là, pour Police, la gagnante fut.... Moi ! Vous retrouverez cette chronique ICI !

Quatre années ont passé et pourtant, l'histoire est toujours cruellement d'actualité... Pourtant, il résonne peut-encore plus... Pour une autre raison... En 2016, chacun avait encore en tête la série d'attentats à Paris, le courage et l'efficacité de la police, les haies d'honneurs, les bravos... Depuis, une eau putride a coulé sous les ponts et les policiers sont plus souvent vilipendés que célébrés... Ce film remet quelques pendules à l'heure, en nous faisant partager la journée de trois flics, dans leurs interventions plus glauques les unes que les autres... Jusqu'à l'ultime de la journée : reconduire un ressortissant étranger à la frontière. Nous sommes donc avec eux dans la voiture, la tension est plus que palpable, et chacun des trois points de vue, ou plutôt ressenti, ou même intime conviction est concevable, recevable, respectable. Et c'est ce qui rend cette histoire d'intime conviction et de responsabilité individuelle au coeur d'un système si terrible.

Chapeau bas à Anne Fontaine qui a trouvé tons, lumières et rythmes justes pour porter le roman d'Hugo Boris à l'écran. Certes, la réalisatrice prend quelques libertés avec l'histoire d'origine, notamment la fin mais elle est profondément fidèle à l'atmosphère et au sujet livre. Anne Fontaine a aussi, me semble-t-il étoffé les protagonistes, notamment en évoquant quelques pans et anecdotes de leur vie personnelle. Ils ont chacun une épaisseur éloquente et poignante. 

Police est donc un film magistral, sur un sujet dur et douloureux, sur une décision sur laquelle chacun pourra se transposer et s'interroger... Et si c'était moi... La réponse n'est pas forcément évidente une fois qu'elle dépasse l'instinct de valeurs humaines... Idéaux et réalité son parfois aux antipodes... Sauf quand... A voir... Incontournable.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Repost0

Publié le 6 Septembre 2020

Mont Saint Michel, Tourisme, Normandie, Manche, Baie du Mont Saint Michel

C'était fin juillet. Une petite virée au Mont Saint Michel. Ca faisait un bail pour moi (qui se comptent en années) et on revient toujours au Mont, pour le plaisir... Pour la chance de l'avoir si près de chez soi !

Cette fois ci, un programme différent. Rendez-vous fixé à quelques kilomètres du Mont, pour ne pas payer l'exorbitant parking, mais surtout pour avoir le plaisir de longer à pieds la rive Normande du Couesnon... Qui dans sa folie, a mis le Mont en Normandie. 

Arrivés sur l'esplanade, une petite incursion sur le Mont pour assouvir une petite restauration capricieuse : crêpe au chocolat, café, muffin... et faire vivre une économie locale malmenée.

Puis c'est le départ... En groupe... Avec un guide diplômé et non avare d'explications et d'informations, car l'aventure peut-être très dangereuse sans connaissance : marche tranquille de trois heures dans la baie, assez en profondeur, pour voir le Mont de l'autre côté, de loin... Le tout à marée très montante, le but étant de voir le fameux l'arrivée du fameux mascaret !

Evidemment, une journée de plein air de pur plaisir : l'air iodé, la douce brise qui rafraîchit agréablement, l'immensité, des pieds qui respirent et pataugent dans la vase, les oiseaux diverses qui virevoltent... Donc du plaisir aussi pour l'appareil photo ! Tant de choses à voir, à deviner, à imaginer, à découvrir dans cette immensité qui semble pourtant bien dépouillée !

Vu de certains angles depuis la terre, difficile de concevoir que le Mont Saint Michel est une île !

Vu de certains angles depuis la terre, difficile de concevoir que le Mont Saint Michel est une île !

UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
Je suis en Normandie... De l'autre côté du fleuve, c'est la Bretagne !

Je suis en Normandie... De l'autre côté du fleuve, c'est la Bretagne !

UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL

Pas évident de sortir d'un sable mouvant... Mais très facile, en groupe, de créer un grand sable mouvant.

UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
Il est clair que c'est l'Homme qui laisse la plus grosse empreinte de son passage sur terre...

Il est clair que c'est l'Homme qui laisse la plus grosse empreinte de son passage sur terre...

Le fameux mascaret ! Qui avance à la vitesse d'un cheval au galop !

Le fameux mascaret ! Qui avance à la vitesse d'un cheval au galop !

UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL
UN DIMANCHE DANS LA BAIE DU MONT SAINT MICHEL

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages en France et ses îles

Repost0