Publié le 9 Février 2021

Delphine de Vigan, Littérature, roman, Un soir de décembre, avis, chronique, critique

Roman - Editions Points - 195 pages - 6.90 €

Parution Points 2016, JC Lattès 2005

L'histoire : Matthieu, 45 ans et père de deux garçons, mène une vie équilibrée, sans problème. Il a écrit un premier roman qui a rencontré un vif succès. Il est désormais habitué à lire le courrier de ses lecteurs. Parmi ces lettres, une missive, non signée. Une femme, qui manifestement le connais personnellement. Dans ces lignes, Matthieu reconnait Sara, avec qui il a vécu une fulgurante aventure dix ans plus tôt. L'évocation de ses souvenirs charnels foudroient peu à peu Matthieu, qui se noie dans l'écriture d'un nouveau roman.

 

 

 

Tentation : J'aime beaucoup Delphine de Vigan

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : Un soir de décembre est le deuxième roman de Delphine de Vigan. Je pense que si elle n'en n'avait été l'auteure je n'aurais apprécier cette histoire. Mais il y la la magnifique plume de Delphine de Vigan : soignée mais fluide, qui percute et résonne, qui n'a pas son pareil pour écrire l'intime, le rapport au corps, celui de l'autre, mais surtout, le sien, le nôtre.

Il est beaucoup question ici de l'activité de l'écriture romanesque, du lien avec la matière, le papier, le stylo, mais de la relation avec les mots, les phrases. Je pense qu'à ce titre, ce livre devrait séduire les auteurs en herbe, confirmés ou en passe de l'être. Ces passages sont très beaux et intenses, mais personnellement, ils ne me bouleversent pas plus que cela.

Comme le reste d'ailleurs... Cet homme qui va se perdre et perdre les siens lorsque ressurgit du passé une passion fougueuse qu'il a vécu dix ans plus tôt, juste avant son mariage avec Elise. Cette souvenance se fait de façon épistolaire en sens unique, il n'empêche qu'elle obsède Matthieu, qui va plonger dans une sorte de dépression obsédante, ou une obsession déprimante... Revoir Sara, elle lui avoue dans ces lettres qu'elle fréquente son quartier parisien. La chercher, mais non, pas tout de suite, il faut d'abord finir le nouveau roman...

Les faits deviennent vite redondants, lassant pour moi qui ne m'émeut pas (plus) devant les passions "amoureuses" dévastatrices. Et pourtant c'est sublimement consigné par Delphine de Vigan, qui exploite ici vraiment tous les sens du corps. Mais Matthieu ne m'a pas paru sympathique, je ne l'ai pas plaint, son histoire ne m'a pas atteinte.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 7 Février 2021

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyage en Bretagne

Repost0

Publié le 5 Février 2021

Roman, littérature, Michaël Ferrier, François, portrait d'un absent, avis, chronique, critique

Roman - Editions Ecoutez lire - 5h30 d'écoute - 18 €

Parution audio 2019 - Gallimard août 2018

L'histoire :  L'auteur a perdu un ami... François et sa fille Bahia sont morts, emportés par une violente vague sur la plage de La Graciosa, une petite île sauvage des Canaries. Alors l'auteur se rappel de l'homme, et de leur amitié... Et leur consacre cet ouvrage.

Tentation : Pourquoi pas ?

Fournisseur : La bib'

 

 

 

Mon humble avis : Ce livre est assez loin de mon genre de prédilection. Ce qui ne m'empêche pas d'en percevoir la beauté. Michaël Ferrier offre ici un texte magnifique, enveloppé dans un style envoûtant et enveloppant, qui nous fait une fois ressentir la chance d'être de langue française, et de maîtriser sa richesse, sa poésie. De plus, l'interprétation impeccable de Thibault de Montalembert  (avec cet acteur, il ne pouvait en être autrement) ajoute encore un écho à cette grandeur.

Hommage à l'ami disparu, hommage à l'amitié avec ses hauts, ses bats, ses interruptions, le roman retrace les années communes des deux amis depuis le lycée jusqu'au moment tragique. Le ton oscille entre nostalgie et mélancolie dans les souvenirs. Il y a vraiment des passages splendides, bouleversants dans le sens profond de ce qui est dit, ce genre de passages que l'on voudrait retenir, et que l'on ressent avec les tripes, qui fait échos au vécu de chacun.

Mais il y a eu aussi des longueurs, que j'ai sans doute ressenti car, comme dit plus haut, ce n'est un genre littéraire que j'affectionne particulièrement. De ce fait, mon attention d'écoute a parfois été vagabonde, en fonction de mon intérêt pour les différents sujets abordés. Aussi, je tiens à dire que selon vos goûts en lecture, vous pourriez adorer ce portrait de l'absent.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Livres audio, lectures audio, #Littérature française

Repost0

Publié le 3 Février 2021

Véronique Olmi, roman, les évasions particulières, avis, chronique, critique

Roman - Editions Albin Michel - 512 pages - 21.90€

Parution le 19 août 2020 : Rentrée Littéraire

L'histoire : Elles sont trois soeurs, nées dans une famille catholique modeste à Aix-en-Provence. Sabine, l'aînée, rêve d'une vie d'artiste à Paris ; Hélène, la cadette, grandit entre son oncle et sa tante, des bourgeois de Neuilly-sur-Seine, et ses parents, des gens simples ; Mariette, la benjamine, apprend les secrets et les silences d'un monde éblouissant et cruel. Comment vont elles évoluer, trouver leur voie dans une société en pleine mutation ?

 

 

Tentation : Kdo de Noël de ma soeur

Fournisseur : Ma soeur 

Mon humble : Sans me bouleverser pour autant, ce roman qui ressemble une saga m'a littéralement happée. Véronique Olmi nous offre ici une chronique sociale et familiale sur une décennie entre 1971 et 1981 et l'avènement de Mitterrand au pouvoir... La décennie qui m'a vu naître et avancer dans l'enfance. Mais dans ces années-là, je n'avais aucune conscience de ce qui se déroulait au dehors de mes jeux d'enfants, du contexte géopolitique et social particulier qui m'entourait.

Ce roman répare bien ces manquements. Effectivement, les années 70 ont été denses en bouleversements de la société, des moeurs et de bien d'autres choses, via des lois et des nouveautés qui occupaient toutes les conversations, les préoccupations et divisaient : la pilule, la légalisation de l'avortement, l'homosexualité encore considérée comme une maladie psychiatrique, les fermetures d'usines, la reconnaissance de la souffrance animale... En lisant ce livre, l'impression est curieuse. Celle que tout cela était il y a bien longtemps, que l'on en a parcouru du chemin depuis... Pour penser en parallèle qu'en fait, les choses et les préoccupations n'ont pas tant changé que ça, et qu'il en reste du chemin à parcourir pour aboutir à une société plus juste, plus égalitaire, plus tolérante, plus respectueuse de l'environnement etc... Constater tout cela m'a vraiment intéressée. Il m'a semblé qu'à cette époque-là, les idéaux étaient plus forts, plus puissants, vécus plus intrinsèquement par chacun... C'est le cortège funèbre de Sartres qui a été suivi dans le tout Paris par des milliers de gens... Dans les années 2010... C'est pour Johnny Halliday... pas vraiment les mêmes références.

Et puis il y a cette vie familiale modeste et catholique, et ces trois filles, qui tout comme la société, vont s'affranchir au fil des années. J'ai aimé la justesse et l'idée de ce parallèle : l'affranchissement du carcan tant par une nation et une génération toute entière, que par trois personnages... Il n'y a qu'en quittant le nid familial que l'affranchissement du mode de pensée et de vie peut se faire et se vivre pleinement, car les possibilités multiples se présentent enfin, on teste, on s'essaye, puis on choisit, quelques que soient les déceptions possibles, et le revirement de situations. On sent que ces trois filles étouffent dans le giron familial où Dieu et le Pape font autorité, et le respect de la vie (donc contre l'avortement) dépasse tout... Jusqu'à ce que... Bref, nous assistons aux petits arrangements bien hypocrites de certains avec la religion où le pardon de Dieu a plus de poids que celui des Hommes...

Véronique Olmi nous plonge dans l'intimité de ses personnages avec une belle justesse, montre la complexité et l'ambiguïté de chaque être et des relations familiales avec brio et délicatesse, et n'hésite pas à nous bercer pour nous assener un bon coup sur la tête ou dans le ventre quelques pages plus tard. L'écriture est belle, dynamique, elle insuffle un rythme qui ne faiblit pas, malgré le volume important du roman. Cette histoire est très dense et foisonnante d'une multitude de sujets, il y aurait donc beaucoup à dire.

Curieusement, je me suis retrouvée un peu dans chacune de ces trois filles... Sabine, la révoltée sociale et féministe, Hélène qui se révolte devant le sort qui est réservé aux animaux et l'avenir écologique de la planète, et Mariette, qui s'émancipe pour l'instant dans le rêve, dans son monde intérieur, puisqu'elle est encore trop jeune pour voler de ses propres ailes. J'ai photographié beaucoup de passages, c'est un signe !

Un beau roman sur une décennie qui fut porteuse d'espoir, l'espoir de la libération individuelle et collective, sur l'émancipation, la force des convictions très vite amoindrie dans la réalité. A lire !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 1 Février 2021

Queen Sono, Netflix, Série, Afrique du Sud, avis, chronique, critique

Série Netflix 2020 - 6 épisodes (terminée)

Avec Pearl Thusi, Vuyo Dabula, Loyiso Madiga

Une agent-secret ultra entraînée a pour mission de protéger la vie des citoyens africains depuis l'Afrique du Sud. Alors qu'elle s'apprête à se lancer dans sa mission la plus dangereuse de sa jeune carrière, sa vie personnelle va venir la rattraper...

Mon humble avis : Première série originale Netflix africaine. Et franchement, visuellement, Queen Sono n'a rien à envier à ses grandes soeurs hollywodiennes !

Une série que l'on regarde pour se divertir +++, avec castagnes et cascades en veux tu en voilà. Un fil rouge rejoint chaque épisode... En effet, Queen Sono doit affronter sa vie perso... à savoir que celui qui a assassiné sa mère, militante anti apartheid, 25 ans plus tôt, va être libéré de prison. Ce fil rouge est facile à suivre. Pour ce qui est de l'intrigue de chaque épisode, c'est parfois alambiqué... Comme c'est souvent le cas pour tout ce qui touche à l'espionnage. Mais Queen Sono est une série intéressante, qui sort de notre ordinaire de petits occidentaux. Voir un casting quasiment "black" à 100% fait du bien. Bon, on n'est pas dans une série Islandaise, mais les patronymes n'en sont pas pour autant plus simples à retenir. Les intrigues se basent sur les maux du continent africain à savoir le trafic d'armes, le trafic de pierres précieuses, la xénophobie, les luttes raciales et ethniques, les guerres civiles, la pauvreté et l'ingérence des occidentaux et blancs en tous genres (puisqu'il faut aussi compter sur les russes). Une super héroïne black, ça change, même si elle n'a, comme les autres, jamais mal !!!

-------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Unorthodox, série, netflix, avis, chroniqiue, critique, juifs ultra orthodoxes

Série Netflix d'Anna Winger - Allemagne - 2020

4 épisodes (terminés)

Avec Shira Haas, Amit Rahav, Jeff Wilbusch

Une jeune femme de confession juive ultra-orthodoxe quitte New York pour vivre sa vie de femme libre à Berlin. Bientôt, son passé la rattrape.

Mon humble avis : Une série bouleversante... Et qui fait froid dans le dos... Qui donne envie de ruer dans les brancards de l'ultra-orthodoxie. Religion que je ne connaissais que très peu... Je me fiche de la confession des uns et des autres, mais je ne supporte pas quand celle-ci attente à la liberté et aux droits individuels. Et là, je n'ai presque vu que ça. Tolérance ou pas, pour moi, cela relève du fanatisme, aussi dangereux que dans d'autres religions. Cette jeune fille, mariée à 18 ans à un homme trouvé par le rabbin, cette jeune fille qui ne connait que son milieu transi de traditions ancestrales, et dont chaque faits et gestes sont observés, et même disséqués quasiment en place publique. Les différences ne sont pas acceptées...Et comment peut-on vivre autant hors du monde actuel en plein New York, être aussi naïf, aussi peut cultivé et instruit sitôt que l'on sort de la sphère religieuse...???

Bon, je me calme pour vous dire que cette série et à voir absolument. Shira Haas, qui joue le rôle d'Esty, est d'un charisme époustouflant. On craint vraiment pour elle, nous qui connaissons des rêves intimes. Unorthodoxe est le récit d'un bel envol, de l'émancipation d'une femme prisonnière de ses origines religieuses, un bel hommage à ces femmes qui osent défier l'ordre établi. Magistral, et inspiré d'une histoire vraie (existe aussi en livre).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Série Netflix - France - 2020

Avec Omar Sy, Ludivine Sagnier, Nicole Garcia et Clotilde Hesmé

Il y a 25 ans, la vie du jeune Assane Diop est bouleversée lorsque son père meurt après avoir été accusé d'un crime qu'il n'a pas commis. Aujourd’hui, Assane va s'inspirer de son héros, Arsène Lupin - Gentleman Cambrioleur, pour le venger…

Mon humble avis : Le célèbre gentleman cambrioleur a trouvé en Omar Sy une excellente relève pour "dépoussiérer" son art. Dans ma jeunesse, j'adorais une série sur le fameux Lupin, série, qui avait des décors rétros etc... Ici, nous sommes bien implanté dans le XXIème siècle, et notre "copycat" de Lupin, bien connecté, utilise à bon escient les nouvelles technologie.  Cette nouvelle série, qui fait actuellement la gloire de Netflix, est franchement sympa, distrayante, drôle et émouvante aussi. Très bien filmée et mise en scène. Le seul Hic... C'est que Netflix a coupé la première saison en deux... 5 épisodes maintenant, et 5 autres cet été. Entre les deux, un énorme cliffhanger ! Donc un conseil, attendez les beaux jours pour avaler la série d'un trait en vous régalant de cet excellent casting !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Netflix et VOD

Repost0

Publié le 30 Janvier 2021

John Le Carré, Un traitre à notre goût, avis, critique, chronique, espionnage

Thriller - Editions Audiolib - 12h49 d'écoute - 20€95

Parution Audiolib et le Seuil en 2011

L'histoire : Deux jeunes amoureux s'offrent des vacances de rêve à Antigua une île caribéenne. Perry est un austère enseignant d'Oxford, Gail une avocate londonienne prometteuse. Ils font la connaissance de Dima, milliardaire russe fantasque et truculent. Dima est en fait l'un des plus grands blanchisseur d'argent sale au monde. Il n'a qu'une envie, être accepté sur le territoire Anglais pour y protéger sa famille. En échange, bien sûr, d'informations juteuses. Et il choisit Perry pour être son intermédiaire avec les services secrets britanniques.

Tentation : Curiosité

Fournisseur : Bib N°2

Mon humble avis : Je ne connaissais John Le Carré que de réputation, qui le nomme maître incontesté du roman d'espionnage anglais. Et pour cause, il fut lui-même espion de la couronne britannique. J'ai choisi ce titre un peu au hasard, et parce que la 4ème de couv mentionnait Antigua, une île des Caraïbes où j'ai eu la chance de me rendre !

En fait, j'ai commencé cet audiolecture deux jours avant l'annonce du décès de John Le Carré. Paix à son âme.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, je n'ai pas du tout apprécié ce roman. Peut-être n'ai-je pas pioché le bon titre pour appréhender l'univers de ce romancier. Mon enthousiasme émoustillé du début s'est très vite émoussé pour devenir un ennui profond... pire même, je me suis surprise à reporter des séances de lectures, comme si je faisais un rejet envers cette histoire. Mais comme je ne sais pas abandonner un livre entamé, je suis allée jusqu'au bout... J'espère toujours qu'une éventuelle pirouette de fin me ferait reconsidérer entièrement mon ressenti. Ca arrive parfois. Et bien pas ici.

Certes, nous côtoyons des agents des services secrets et assistons pas à pas à la mise en place d'une mission, qui doit, au final, aboutir à l'accueil en Angleterre d'un banquier Russe très spécialisé dans l'argent sale. Donc pas d'autres espions de l'autre côté, mais la mafia russe dans toute sa splendeur (et de ça, je ne suis vraiment pas fan). Perry et Gail n'auront d'autres choix que de devenir apprentis espions et d'entrer dans la danse. Mais tout est très longs, les dialogues sont interminables. Je n'ai jamais ressenti l'urgence, partager le stress, éprouvé l'éminence d'un réel danger... Et tout au long de ma lecture, j'ai attendu qu'il se passe quelque chose de percutant. En vain. Quant aux personnages, ils n'ont pas su générer la moindre empathie de ma part. Mais il est aussi possible que la finesse de l'intrigue m'ait échappée... Mais je reconnais que le style est parfait, très élégant, agréable. D'où mes deux papattes !

Bref, une rencontre ratée avec ce grand maître. J'ai trop de livre en attente dans ma PAL pour prévoir me refrotter sereinement à un autre de ses romans. Comme le dit le dicton "chat échaudé craint l'eau froide".

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 28 Janvier 2021

BD, reverdir le sahara, avis, chronique, critique

BD - Editions Favre - 52 pages - 10 €

Parution le 4 février 2021

Le sujet : Tôborè, jeune femme volontaire et attachante, rend visite à sa tante et à son oncle dans le but de rechercher son frère, disparu. Là-bas, elle y rencontre Lindo, Verena et Amadou et y découvre le projet Deserto Verde, de l'ONG suisse du même nom. Très intéressée par l'idée d'aider les villageois à reverdir le désert, elle les rejoint alors dans leur expédition et en profite pour enquêter sur la disparition de son frère.

 

 

Tentation : le sujet

Fournisseur : Gilles Paris, merci pour l'envoi !

 

Mon humble avis : Voici une BD didactique et très pédagogique sur la désertification du Sahel. Cet album s'adresse à tous je pense. Je ne suis pas une pro de l'enseignement ni de la jeunesse, mais il me semble que dès le collège, l'intérêt de cet ouvrage est évident et instructif.

Nous voici au Burkina Faso. L'histoire en elle-même est somme toute secondaire. Mais elle apporte du divertissement et informe le lecteur sur des coutumes africaines encore bien ancrées. 

Cet album est résolument positif. Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert, comme en témoignent les peintures rupestres représentant des chevaux, des girafes et autres gros animaux. Mais dès le néolithique, les hommes ont commencé le déboisement. Ajoutez à cela les modifications climatiques, et le déplorable résultat est là. Les conséquences sont locales, mais aussi bien entendu mondiales. Donc tout le monde est concerné. Mais des solutions existent, la désertification n'est plus toujours une fatalité... S'il reste un peu d'argile dans le sol... Avec du travail, des efforts, de la collaboration, de l'aide, et surtout du matériel, le Sahara peut reverdir par endroit. Et ensuite, climat et nature devraient compléter le travail par suite logique. Toute cette problématique de la désertification et les solutions désormais disponibles (en respect de l'environnement et des populations locales) sont extrêmement bien et clairement expliquées. Beaucoup de chantier reverdissement sont actuellement en cours en Afrique, et nombres d'autres sont en projet, sous l'égide de l'ONU ou comme ici, sous le chapotement de l'ONG "Fondation Reverdir le Sahara". Le manque de matériel (et donc d'argent) est énorme, mais attention il ne s'agit pas pour les occidentaux d'arriver en colon sur ces terres. Les ONG ne font que donner le coup de main de départ, et en étroite collaboration avec les populations locales qui participent activement et qui retrouvent ainsi espoir et une autre forme de vie.

Et les conséquences de ce reverdissement sont énormes. Des arbres sont plantés, de l'herbe repousse, les bêtes sont mieux nourries, font plus de petits chaque année. Donc les Hommes bénéficient aussi d'une meilleure alimentation, peuvent cultiver, et donc commercer. C'est toute une économie qui se remet en place localement.

Bref, un album à mettre dans toutes les mains, dans la sphère privée, scolaire ou bibliothécaire. A la fin, un cahier complète encore le sujet en publiant les objectifs, cahier des charges et axes prioritaires de la Fondation Reverdir le Sahara. (https://reverdirlesahara.org/ )

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 26 Janvier 2021

Roman, un paquebot dans les arbres, Valentine Goby, avis, critique, chronique, littérature, tuberculose

Roman - Editions Babel - 267 pages - 7.90 €

Parution Babel en 2018 (Acte Sud 2016)

L'histoire :  Dans les années cinquante, Mathilde est une toute jeune adolescente lorsque la tuberculose pénètre dans l'antre familiale. C'est son père, Paulot qui est le plus atteint. Paulot et Odile sont très doués pour le bonheur, le partage et l'insouciance. Lorsqu'ils partent tous les deux pour un long séjour au sanatorium, ils laissent leurs deux plus jeunes enfants dans la misère et le dénuement. C'est Mathilde qui va remonter ses manches et tout faire, contre vents et marée, pour garder une famille unie. Mathilde va grandir très vite, trop vite.

 

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

Mon humble avis : Quelle pépite que ce roman ! Pendant quelques jours j'ai été aimantée par cette histoire, et la façon qu'a Valentine Goby de la conter. Depuis la formule narrative, en passant par la plume enchanteresse et le rythme qui ne faiblit jamais, je vois dans "Un paquebot dans les arbres" un chef d'oeuvre parfaitement maîtrisé... Ce qui n'empêche nullement émotions et sensation de naturel. Le texte coule comme un ruisseau qui devient torrent, et le sens ruisselle en nous comme le sang dans les veines... Et le coeur bat, très fort... D'admiration pour Mathilde, d'énervement contre ses parents insouciants qui ne se rendent jamais compte du poids qu'elle porte et de tout ce qu'ils lui demandent... D'effroi aussi quand on constate une fois de plus la béance de l'aide étatique auprès des plus démunis. Quant aux amis de la famille... Il n'en n'est plus... La peur du bacille... On fuit la famille Blanc. Elle peut bien crever de faim dans l'indifférence générale.

Le roman s'ouvre sur les pas d'une vieille femme qui foulent les ruines de l'ancien sanatorium que tout le monde appelait "le paquebot dans les branches". Pour sa forme et sa situation... perdu dans les arbres. Cette vieille dame, c'est Mathilde... Elle se souvient que plus de cinquante ans plus tôt, ce lieu a signifié l'éclatement de la famille, et la lutte de la jeune Mathilde pour lui garder la tête hors de l'eau, dans une misère inouïe, celle qui tiraille l'estomac, qui élime les vêtements etc. Pour Mathilde, ce sera des années de dévotions, de sacrifices, d'abnégation. Son courage, sa fermeté, son énergie, son acharnement tout en dignité tiennent pour moi de l'héroïsme. Plus d'une fois, on a envie de lui dire : "mais pars, vis ta vie". Pourquoi tout cela ? Par amour. Car Mathilde aime son père plus que tout. C'est une véritable vénération qu'elle lui voue depuis toujours. Alors que Paulot ne la regarde qu'à peine, et voit en elle uniquement le garçon manqué qu'elle s'efforce d'être, pour remplacer celui d'avant elle... le petit Pierre, mort peu de temps après sa naissance. Oui, Mathilde, cette ado qui devient adulte malgré elle, par la force des choses, reçoit bien peu en retour de l'oubli d'elle-même.

Un paquebot dans les arbres est donc un roman magnifique et puissant... Qui dresse un portrait bouleversant d'une jeune fille des années 50, qui donne une voix à tous ces oubliés des systèmes sociaux, aux indésirables tubards, à une France qui ne s'est jamais rendue compte que c'était alors les Trente Glorieuses. A lire !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 24 Janvier 2021

C'était 6 jours avant le reconfinement, le premier jour du couvre feu à Rennes, un vendredi... Avec des amies, virée en forêt en urgence avant le week-end pour être parmi les premières à arriver aux pieds des champignons ! Aprem cueillette champignons et photos pour moi ! Bien évidemment, les seuls champignons cueillis furent les cèpes et les pieds de moutons ! La récolte fut excellente et mes amies se sont régalées... Mais pas moi car je n'aime pô les champignons, même si je m'amuse bien à les trouver dans les bois !

Bon dimanche !

UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
Oh le beau cèpe !

Oh le beau cèpe !

UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET
UN DIMANCHE D'AUTOMNE EN FORET

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyage en Bretagne

Repost0

Publié le 22 Janvier 2021

roman - Didier Van Cauwelaert - la dernière nuit au XVème siècle, avis, chronique, critique

Roman - VDB Editions - 6h27 d'écoute - 16.95 €

Parution d'origine chez  Albin Michel en 2008

L'histoire : Comment vivre une histoire d'amour avec une jeune femme du XVe siècle, quand on est contrôleur des impôts à Châteauroux en 2008 ?C'est tout le problème de Jean-Luc Talbot, qui était un homme normal, rangé et rationnel... jusqu'à la nuit dernière, où tout a basculé. Est-il rattrapé par une passion vécue au Moyen Age, ou victime du complot diabolique d'un contribuable ? 

Tentation : Le nom de l'auteur que j'apprécie

Fournisseur : Bib N°3

 

Mon humble avis : Aïe, moi qui cherchais un dernier livre audio sympa et sans prise de tête pour effectuer mes derniers trajets 2020 en voiture, et bien j'en ai été pour mes frais. Ce n'est pas compliqué, j'ai détesté ce roman. J'en ai subi l'écoute et n'ai rien saisi de l'intérêt de l'histoire qui est somme toute rocambolesque. Rocambolesque, pourquoi pas lorsque l'on est déjà dans le romanesque mais là, ça défit l'imagination... Encore une fois, pourquoi pas lorsqu'il s'agit de littérature ?!

Tout ça pour dire que ce roman a glissé sur moi sans trouver aucune accroche. Rien ne m'a pénétrée, ni la poésie de l'amour, ni les situations dantesques où se retrouve le personnage principal. D'ailleurs, je n'ai éprouvé ni empathie ni sympathique pour aucun des protagonistes de l'histoire et pour nombre d'entre eux, j'ai du mal à m'en figurer rôle précis dans le déroulement des événements.

Le roman n'est pas bien long, et pourtant, il m'a semblé interminable. J'ai entamé cette écoute un peu à l'aveugle, sans connaître le nombre de plages (chapitres). A partir de 15, je m'attendais à ce que cela se termine, et bien non, cela repartait pour un tour sans cesse.

Bref, par cette histoire de Jean-Luc Talbot, qui serait plus ou moins la réincarnation d'un certain Guillaume qui vécut au XVème siècle et dont Isabeau, son amoureuse de l'époque veut poursuivre leur amour dans le présent... j'imagine que Didier van Cauwelaert développe sans doute l'intérêt qu'il porte peut-être à l'espace-temps, aux sciences plus ou moins occultes, à la réincarnation. Sans aller aussi loin, il nous dit peut-être qu'il faut parfois se libérer de son passé pour avancer. Mais bon bref, je ne suis pas du tout convaincue, au point qu'au cours de ma lecture, je me suis dit que ce roman était peut-être l'un des tous premiers du célèbre et prolifique auteur que j'apprécie habituellement, et bien même pas.  On passe !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française, #Livres audio, lectures audio

Repost0