Publié le 12 Mars 2022

Roman - Editions Audiolib - 4h45 d'écoute - 17.90 €

Parution Audiolib 2018 / Le Nouvel Attila 2017

L'histoire : C'est dans le ventre de sa mère que Maryam vit les première heure de la révolution Iranienne... Quelques années après, ses parents, communistes, lui apprennent l'indécence de la propriété privée en l'obligeant à donner tous ses jouets aux enfants nécessiteux du quartier. Puis c'est l'exil en France. Celui du père tout d'abord, puis de la mère et de la fille qui le rejoignent ensuite. C'est son histoire romancée que Maryam Madjidi raconte ici.

 

Tentation : Pourquoi pas, et les prix gagnés

Fournisseur : Bib de Rennes

 

Mon humble avis : Un très beau premier roman, récompensé à juste titre, et une auteure très prometteuse. Je viens de découvrir qu'elle a publié un deuxième titre l'année dernière, je vais tâcher de le lire.

Ce qui m'a le plus touchée dans cette audiolecture, c'est la plume souvent poétique de Maryam Madjidi, et l'interprétation qu'elle fait elle-même de son oeuvre. Une voix chaude, une lecture qui accentue étrangement certaines syllabes, c'est étonnant mais très agréable et pénétrant.

La romancière écrit son histoire comme un conte... persan... La Perse est reconnue pour ses contes, aussi, nombre de chapitres s'ouvrent sur "il était une fois". Elle s'exprime tantôt à la première personne du singulier, tantôt à la deuxième, tantôt à la troisième, mais toujours pour décrire son vécu... De l'intérieur... et vu de l'extérieur.

Ce texte est évidemment très foisonnant et aborde de nombreux sujets autour de l'exil. Le déracinement, le manque, l'humiliation, la nouveauté, l'intégration, l'inclusion, l'assimilation. Ce sont ces trois derniers thèmes qui m'ont le plus interpelée et bouleversée, traités principalement via les premiers temps de Maryam à l'école française. Nous devenons Maryam, enfant en pays inconnu qu'il faudra adopter... dans les deux sens.

Arrivée en France, Maryam sera d'abord mutique... Elle sombrera dans le silence, se refusant à parler le Français.... Puis elle tombera en amour pour cette langue et reniera alors sa langue maternelle en la rangeant dans un tiroir aux oubliettes, tiroir qu'elle réouvrira des années plus tard. Maryam se réconciliera avec ses racines, appréciera la richesse de la double identité, et même son pouvoir de séduction.

Le récit n'est pas linéaire. Il est fait d'anecdotes ou de souvenirs marquant ou forts symboliquement, de retour au pays une fois majeure et d'autres voyages encore. Après des études à la Sorbonne, Maryam Madjidi est aujourd'hui professeure de Français en langue étrangère et une romancière à découvrir vraiment et à suivre. Et je dirais aussi qu'elle est surtout une voix. Alors si vous pouvez découvrir ce titre en format audio, je pense que vous l'apprécierez d'autant plus.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Livres audio, lectures audio, #Littérature française

Repost0

Publié le 10 Mars 2022

BD - Tananarive - Avis - chronique

BD - Editons Glénat - 116 pages - 19.50 €

Parution en septembre 2021

L'histoire : Au soir d’une vie rangée et précautionneuse, un notaire en retraite va partir à l’aventure pour la première fois de son existence. Petite aventure, mais véritable odyssée pour lui. Lancé aussi vite que ses vieux os le lui permettent sur les traces d’un hypothétique héritier, au volant d’un coupé qui n’avait jamais quitté le garage et accompagné d’un curieux passager, il va découvrir qu’il n’est jamais trop tard pour en apprendre sur les autres... et sur soi-même.

 

Tentation : Le titre ! et le pitch

Fournisseur : Bib de Dinard

Mon humble avis : Celles et ceux qui espèreraient un voyage à Madagascar, comme moi, en seront pour leurs frais. Car ici, on ne va pas plus loin que Lille !!! Ma ville d'origine, et c'est bien amusant de la voir dessinée dans des cases de BD ! Mais peu importe, cet album reste un excellent divertissement et un agréable moment de détente... Ce qui est aussi très bon pour la santé.

Amédée, ancien notaire très tranquille, écoute chaque soir, avec un bon verre, les récits de son voisin Joseph. Celui-ci lui narre une vie d'aventure, depuis Tananarive en passant par Caracas et Hanoï, de légion étrangère etc... Bref, une vie de héros...  Mais quelques jours plus tard, Joseph meurt d'une crise cardiaque. Amédée a entendu Joseph parlé d'un possible fils illégitime...  Alors, pour régler la succession, Amédée par mène l'enquête et part à la recherche de ce possible fils. Nous voilà donc parti dans un road trip donc avec Amédée dans sa vieille décapotable qui n'a pas roulé depuis des années. Un road trip du 

Cette enquête ne sera pas de tout repos pour lui, ce qui est souvent assez amusant pour nous lecteurs. Il y a pas mal d'humour dans cet album, mais pas de l'humour gaguesque. Non, c'est en finesse et cela laisse une belle place à l'émotion quand Amédée découvre ce qu'était vraiment son ami, ou plutôt ce qu'il n'était pas. Mais après tout, grâce à Joseph et son imagination (euh là, on peut dire mythomanie), Amédée n'a-t-il pas rêver et voyager, vécu l'aventure par procuration ?!

Même si les dessins sont un peu caricaturaux au niveau des visages, ils sont très agréables et gais, et donnent une réelle puissance aux expressions des personnages. Le tout est bien rythmé et nous rappelle que l'Aventure peut commencer au bout de la rue, et à tout âge !

Vraiment sympa !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 6 Mars 2022

Film Compagnons, de François Favrat, Agnès Jaoui, Pio Marmaï, Najaa, avis, chronique

Film de François Frajat

Avec Najaa, Pio Marmaï et Agnès Jaoui

Synopsis : À 19 ans, passionnée de street art, Naëlle est contrainte de suivre avec d’autres jeunes un chantier de réinsertion, sa dernière chance pour éviter d’être séparée de ses proches. Touchée par la jeune fille, Hélène, la responsable du chantier, lui présente un jour la Maison des Compagnons de Nantes, un monde de traditions qui prône l’excellence artisanale et la transmission entre générations. Aux côtés de Paul, Compagnon vitrailliste qui accepte de la prendre en formation dans son atelier, Naëlle découvre un univers aux codes bien différents du sien... qui, malgré les difficultés, pourrait donner un nouveau sens à sa vie.

Mon humble avis : J'ai beaucoup, beaucoup aimé ce film, et c'est difficilement que j'ai retenu ma petite larme à la fin... Larme de belle émotion et non de tristesse.

Compagnons s'ouvre sur la violence urbaine et sociale de la cité Bellevue à Nantes. On y suit Naëlle, l'héroïne du film, une jeune fille toute en violence, en révolte, mais au bon coeur. Une chouette nana avec les valeurs qu'elle peut se permettre dans le milieu dans lequel elle évolue. Elle s'évade dans le graff mais n'a d'autres choix pour survivre à la violence environnante que de répondre... par la violence...

Jusqu'au jour où elle reçoit une vraie main tendue... Celle d'Agnès Jaoui, "mère" dans une maison de Compagnons, mais aussi bénévole sur un chantier de réinsertion. C'est elle qui la fera rentrer dans Les Compagnons du devoir, dans l'espoir qu'elle y passe un CAP et trouve sa voie, mais surtout, pour qu'elle échappe à son milieu... Evidemment, le chemin de Naëlle au sein des Compagnons du devoir ne sera ni simple ni direct, mais il sera beau et portera ses fruits, de très beaux fruits.

J'ai aimé le pont créé entre différents arts... Naëlle aime le graff, ce qui l'aimera à aimer les vitraux. Deux arts aux antipodes sociales et pourtant, avec une apparence et une approche artistique très proche.

J'ai aimé découvrir en profondeur les Compagnons du devoir. Je n'avais qu'une vague idée de ce qu'ils étaient et ignoraient tout de leur mode de vie et leurs valeurs. Je ne connaissais que leur réputation d'excellence artisanale. Jusqu'à 2004, c'était un univers uniquement masculin. Le film montre bien que l'entrée des femmes dans ce milieu n'est pas encore tout à fait acquise pour tout le monde, que les préjugés sont encore là. Leur devise est : "Capable, digne, libre et généreux"

Et ces qualités, c'est à force de courage et de travail que Naëlle va les acquérir, mais aussi, grâce à l'aide et l'entraide prônée par les compagnons. Au long du film, Naëlle se transforme magnifiquement... parce qu'elle a trouvé des personnes auprès de qui déployer ce qui dormait à l'intérieur d'elle-même faute de place et conditions pour se manifester, s'épanouir.

Le film montre bien que nombre de jeunes de ces banlieues pourraient s'en sortir, s'ils rencontraient les bonnes personnes, si des mains solides se tendaient vers eux. Mais tendre la main n'est pas suffisant... Outre leur donner l'accès à un réel apprentissage et à une éducation sérieuse, il faut avant tout les débarrasser des boulets qu'ils trainent et qui les collent au sol. Connaître et comprendre avant de juger.

Les scènes de chants des compagnons sont particulièrement belles et émouvantes. Comme pour le personnage de Naëlle, quand on ne connait pas, au début, elles peuvent prêter à sourire et puis, on réalise leur puissance, leur symbolique et l'émotion nous gagne.

Un très beau film donc, qui met en lumière le travail manuel (les mains aussi peuvent être intelligente), un film qui fait du bien, de belles valeurs qu'il est bon de retrouver et de constater qu'elles ont quelque part des temples qui les protègent et les maintiennent en vie. Et surtout, une magnifique, puissante et bouleversante actrice, en la personne de Najaa... Je pense qu'avec un tel rôle à son actif, sa carrière va prendre un bel élan plus que mérité !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 4 Mars 2022

Roman - Editions Audiolib - 9h40 d'écoute - 21.50 €

Parution Audiolib 2016 ( Payot & Rivages 2015)

L'histoire : En 1943, la guerre fait rage dans le monde et aux Etats-Unis, la mafia prospère. Après avoir régné sur le trafic d'alcool en Floride pendant la prohibition, Joe Coughlin s'est officiellement retiré et a cédé la direction des affaires à son frère d'armes Dion Bartolo. Un jour, pourtant, il apprend qu'un mystérieux commanditaire a mis sur sa tête un contrat dont l'exécution est prévue pour le mercredi des Cendres. Il a très peu de temps pour découvrir qui veut l'éliminer de l'équation et pourquoi.

 

Tentation : Curiosité

Fournisseur : Bib de Rennes

Mon humble avis : On a tous en tête le phénoménal et extraordinaire titre de Dennis Lahane " Shutter Island. Pour ma part, je n'ai pas lu ce roman mais j'ai vu son incroyable adaptation ciné avec Léonardo Di Caprio. Une histoire prenante, bluffante à tous points de vue. Alors, j'étais curieuse de découvrir ce que Dennis Lahane avait d'autre à raconter et je suis tombée sur cet audiolivre.

Me voilà partie un peu à l'aveugle et très loin de ma zone de confort, mais pourquoi pas ?!

Dennis Lahane nous propose ici une immersion dans la mafia américaine des années 40. Et qui plus est, en Floride... Ce qui m'a intéressée car j'ai vécu 5 mois dans cet Etat, aussi, j'ai apprécié de découvrir comment l'on y vivait et ce qui s'y passait à l'époque, et les noms des villes m'étaient familiers.

Les premiers temps d'écoute ont été très fastidieux et ont failli aboutir à mon abandon... Une multitude de personnages présentés, impossible pour moi de les retenir et de bien saisir les liens entre eux... Mais je pense que nombre d'entre eux disparaissent du récit et je suis parvenue à suivre à peu près l'intrigue et toutes ses ramifications.... Autant que la pieuvre a de bras !!!

Etrange sentiment de lecture... J'ai beaucoup aimé le style et la narration, tous deux soignés, assez rythmés, efficace malgré quelques longueurs à droite à gauche. Mais Dennis Lahane m'a tout de même happée dans cette histoire et mon envie de connaître le dénouement était réel. Une plongée au milieu des gangsters donc... Des hommes qui, à mes yeux, sont sans foi ni loi, même s'ils ont leurs propres valeurs et codes de fonctionnement. Donc évidemment, on ne s'attache pas à eux, même si parfois, on ose espérer que Joe parviendra à s'extraire sans trop de casse de ce milieu ou tout le monde veut devenir roi, bref à sauver sa peau... Oui, mais à quel prix, et pour combien de temps. Mais, droite comme je suis, je n'ai jamais oublié que Jo a eu beaucoup de sang sur les mains et qu'à une époque il était impitoyable. Peut-on se racheter et fuir réellement une telle vie ?

Les années 40, la Mafia, trahisons, pouvoir, vengeance, exécution, menace planante, voici le menu de ce roman à l'intrigue solide (avec quelques surprises et retournements de situations que je tais évidemment) qui s'est laissé lire, mais dont le genre ne deviendra pas pour autant une habitude pour moi. On va dire que j'ai fait une excursion au pays de la Mafia !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 2 Mars 2022

BD , Penss et les plis du monde, Jérémie Moreau, avis, chronique.

BD - Editions Delcourt - 232 pages - 25.95 €

Parution en septembre 2019

L'histoire : À l'aube des temps, Penss, piètre chasseur, passe ses journées à contempler la beauté de la nature. Rejeté par son clan, il est contraint à la survie en solitaire et promis à une mort certaine. Mais au printemps, il arrache à la terre son plus grand secret : tout dans le monde se déplie inéluctablement. Une nouvelle vie commence pour Penss et, il en est certain, un nouvel avenir pour l'humanité...

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : La bib de Dinard 

Mon humbles avis : Il y a quelques années, j'avais beaucoup aimé La saga de Grimr, de Jérémie Moreau, avec juste un bémol envers le graphisme, qui n'est pas de ceux que j'apprécie.

Pour Penss et les plis de monde, mes reproches vont également aux dessins, rien de grave, je le savais avant de commencer... Chaque auteur de BD a sa signature picturale. Après c'est l'histoire que l'on me conte qui compte. Je suis moins enthousiaste ici, même si la lecture reste un moment assez agréable et divertissant. J'ai eu la sensation d'être bombardée de "leçons" plus ou moins philosophique ou sociale, sans parvenir à saisir leur sens réel et implicite quelque part. Certes, il est question de l'entraide dans un clan, l'entraide pour grandir évoluer et survivre. Il est aussi question de cultiver son jardin.

Nous sommes au temps de la préhistoire, dans des contrées presque désertes d'hommes et forcément de toutes constructions humaines etc. Les éléments, juste les éléments et leur rudesse hivernale. Avec Penss, nous assistons à la période charnière où, de chasseur cueilleur nomade, l'Homme va devenir cultivateur et tendre à la sédentarité.

Les textes de bulles sont au début joliment poétiques lorsque Penss observe la beauté du monde. Puis plus familière dans les dialogues et très contemporaine, ce qui cloche un peu.

En fait, autant Grimr était en union et communion avec la nature, autant Penss est en guerre contre elle, pense pouvoir la dominer, se croit supérieur à elle. Et dans ce sens, Penss n'est pas un personnage que l'on trouve très sympathique. Il est arrogant et il le paiera cher. Et ainsi, Jérémie Moreau nous montre que dès que l'Homme se mesure et veut contraindre la nature, les dégâts commencent.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 28 Février 2022

Cette semaine, c'est un oiseau que je vois assez souvent sur la côte que je vous présente : l'Huitrier pie, ce bel élégant toujours vêtu de noir et de blanc, comme un costar !

Robuste et trapu, c'est un oiseau uniquement de rivage marin, donc inutile de le chercher à l'intérieur des terres. Mâles et femelles sont strictement identiques, donc inutile aussi de prendre une loupe pour déceler quelque dimorphisme sexuel.

Malgré son nom, je ne l'ai encore jamais observer avec des parcs à huitres ou des reliquats de ce coquillage à proximité !

 

 

L'Huitrier pie apprécie les rivages plats, les étendues vaseuses d'estuaires ou de baies, et les côtes rocheuses ou ilots bas, recouverts d'algues.

Ces dernières années, il a été observé dans des prairies ou lagunes proche de la mer, mais c'est assez rare.

Il vole quasiment au ras de l'eau.

 

 

 

Les couples qui nichent en France sont sédentaires (Bretagne, Normandie, Camargue, Bassin d'Arcachon). Ils sont rejoint en septembre par de nombreux individus venant d'Angleterre et des Pays Bas. Ces derniers repartent dans leur destination d'origine entre février et avril pour y nicher et passer l'été.

Les Huitriers pie nichent en couple séparé. Hors période nuptiale, ils sont très sociaux et grégaire, et c'est rarement que j'ai observé des individus isolés.

 

 

Sur la côte l'Huitrier pie se nourrit principalement de mollusques types moules, coques... Il est très habile pour ouvrir les coquillages en les martelant ou en écartant les valves. Son bec puissant lui permet de sectionner le muscle qui relie le mollusque à son coquillage. Il peut aussi manger des gastéropodes et des vers marins.

Dans les terres, il va jeter son dévolu sur les insectes et les lombrics.

 

 

 

Le nid de l'Huitrier pie est assez rudimentaire : une dépression garnie de débris d'algues et de coquillages. La femelle y dépose en moyenne trois oeufs entre mars et mai et elle va les couver entre 24 et 27 jours. Les poussins sont nidifuges, ils quittent très vite le nid pour être éduqués et nourris par leurs parents.

C'est un oiseau que l'on trouve globalement en Europe , en Asie et en Afrique. Il est absent de l'Océanie et des Amérique centrale et du sud, et occasionnel et rare en Amérique du Nord.

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est un oiseau que j'adore observer, contrasté et assez facile à photographier avec son bec et ses yeux oranges. Bref, il est photogénique et se trouve souvent à des endroits peu encombrés et assez plats ! Il est moins "nerveux" et bouge moins vite que d'autres limicoles !

 

 

 

 

 

 

 

 

Une dernière photo pour la route, une toute récente de la semaine dernière :

Les textes de ce billets sont inspirés du site oiseaux.net

Toutes les photos sont miennes et interdites de reproduction ou d'usage sans mon accord.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho

Repost0

Publié le 26 Février 2022

Roman , Bénie soit Sixtine, Maylis Adhémar, avis, chronique, intégrisme catholique, religion, secte, traditionalisme religieux

Roman - Editions Pocket - 314 pages - 7.60 €

Parution Pocket Sept 2021, Julliard août 2020

L'histoire : L'avenir est tracé pour Sixtine. De famille catholique traditionnaliste, étudiante en histoire de l'art, Sixtine rencontre Pierre Louis lors du mariage de son amie Marie Sophie. Quelques mois plus tard, elle est mariée à Pierre Louis qui remplit toutes les coches nécessaires... Très vite, elle est enceinte et très vite elle déchante... D'autant que l'intégrisme absolu va mener au drame et que dans ce milieu, Sixtine n'a à priori d'autres choix que de se taire et subir... Sauf si elle se réveille, et se révolte... Le début d'un long chemin vers... la liberté et la vraie vie, celle faite de plaisir et de diversité.

 

 

Tentation : La blogo lors de la sortie d'origine

Fournisseur : La boite à livre en bas de chez moi

Mon humble avis : J'ai lu ce roman comme un thriller...Avec la même urgence, le même stress la même envie de savoir, la crainte d'un nouveau drame... Bref, c'est une lecture sous tension. Et pourtant, ce roman est tout sauf un thriller... Il raconte juste quelques années de la vie de Sixtine, une jeune femme sans histoire, convaincue d'être dans le vrai et le bon... Sauf qu'elle a grandi et qu'elle vit dans une famille catholique traditionnaliste et qu'elle se marie avec un jeune homme intégriste...  Et dans ce milieu, la femme ne vit qu'à travers son mari, n'est bonne qu'à pouliner (oui, il faut mettre au monde un maximum de croisés pour sauver la France et l'Eglise, mettre au monde l'élite de demain... A savoir tout de même, pour celles et ceux pour qui ces mondes seraient inconnus, que les communautés religieuses auxquelles appartiennent Sixtine, Pierre Louis et leur famille ne sont pas reconnues par l'Eglise Catholique et le Vatican. Elles ne reconnaissent pas l'autorité du Pape.

Je suis moi-même issue de famille catholique pratiquante, et une branche de ma famille est assez proche du traditionalisme. Je ne pensais pas découvrir grand-chose dans les comportements de gens dans ce roman, ni être atterrée à ce point... Pour info, je suis devenue athée, ou agnostisque, peu importe... Et dans ma famille, ma position est encore assez peu acceptée/comprise.

C'est une vie en vase clos qui est menée par ces familles, depuis l'école, les vacances, les fréquentations, les médias utilisés et acceptés etc... D'où il résulte une ignorance totale du mode de vie de la grande majorité des français, ce qui n'empêche pas un énorme mépris agrémenté de préjugés.

Le plus choquant je dirais, c'est que temps que nous évoluons avec Sixtine dans sa famille et sa belle-famille, on ne ressent aucun amour. Celui-ci est absent, même dans l'intimité du couple. Tout n'est que haine envers la différence, sentiment de supériorité, fierté, carcan, hypocrisie, représentation,  prière, pêché, pénitence et confession... Et surtout obéissance... Aucune humanité, aucun amour ni même dans leur religion... Aimer vous les uns les autres... Chez eux c'est plutôt dominez-vous les uns les autres...

Quelque part, malgré ses convictions profondes, Sixtine n'a pas choisi puisqu'elle n'a connu que ça et il lui faudra plusieurs années pour se sortir de tout cela et découvrir la vérité, avant de choisir la sienne. Se sortir de cet endoctrinement psychologique et religieux et être heureuse, sans avoir l'impression de vivre sans cesse dans le pêché. Accepter qu'elle puisse aider une réfugiée kurde et son enfant, même s'ils ne sont pas catholiques, sans aller contre le respect de la France.

Suite au drame... Sixtine va s'enfuir avec son fils... Et nous allons suivre pas à pas son chemin vers la vraie lumière, celle de la vie, qu'elle va parcourir avec des gens qui sont à l'opposé de ce que Sixtine a toujours connus, des gens chaleureux, qui, s'ils s'étonnent, ne jugent pas. Et elle découvrira un secret de famille bien enfoui, qui lui fera l'effet d'un tremblement de terre, qui achèvera à lui faire réaliser que toute sa vie et ses croyances étaient bâties sur un énorme mensonge. Elle va lutter entre son éducation et ses sentiments propres, qu'elle découvre, en vivant dans le monde.

Un livre à lire évidemment... En France et dans les médias, on n'évoque que l'intégrisme musulman, parce qu'il est international, dangereux dans ses actes, qu'il vient d'ailleurs et que donc... il nous dérange car ne correspond pas à notre sacro-sainte identité française. Mais l'intégrisme catholique est pour moi tout aussi dangereux, car une poignée de personnes se permet de parler et d'agir en mon nom, de vouloir me représenter, me sauver.... Moi, je ne veux pas être sauver par des gens qui n'ont que haine et mépris pour tout ce qui n'est pas eux... D'ailleurs, ce n'est pas la France qu'il faut sauver, mais le monde et la planète. Et tant qu'il y aura des intégristes comme cela (qu'ils soient "catho" ou islamistes) nous irons à notre perte. Tant qu'il ne pourra y avoir de vivre ensemble rien ne pourra fonctionner, d'autant que le nombre de territoires se restreindra de plus en plus avec le réchauffement climatique.

Maylis Adhémar est issue d'une famille tradi, dont elle a su s'extraire. Inutile de dire qu'elle connaît parfaitement son sujet, et qu'elle mène son récit d'une main de maître !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 24 Février 2022

Confession d'une radine, Catherine Cusset, avis, chronique, littérature

Roman - Editions Folio - 145 pages - 

Parution Gallimard en 2003

L'histoire : La narratrice (l'auteure ?!) est radine... Depuis toujours... Autant envers elle qu'envers les autres. Une radinerie qui commence dans l'enfance avec des rapineries pour posséder gratuitement, et qui adulte s'est transformée en obsession de la bonne affaire, de se faire inviter, de dépenser le moins possible et de tout calculer et prévoir. Elle se raconte donc...

Tentation : Ma PAL 

Fournisseur : Ma PAL

 

 

 

Mon humble avis : Voici un court ouvrage au sujet intéressant et original. La lecture est rapide est agréable, servie d'une plume fluide, une plume dont le soin est en adéquation avec le propos.

Au fil des pages, Catherine Cusset narre avec une réelle franchise l'un de ses traits de caractères et ses manifestations dans moult occasions et situations. C'est assez étonnant car évidemment, la pingrerie est considérée comme un gros défaut social et cela ne donne pas une image très reluisante de la romancière. Aussi, je dirai que cet écrit est assez osé et ne serait-ce qu'à ce titre, mérite d'être salué. C'est donc à une autocritique que nous avons affaire. 

Catherine Cusset constate et décrit cette mesquinerie dans les détails, et évidemment ses conséquences. Mais curieusement, elle n'analyse pas les faits, ne cherche pas des explications qui pourrait l'excuser. Elle ne cherche pas non plus un moyen de se défaire de ce vice qui, pourtant la rend bien souvent "malade". L'intérêt de ses diverses confessions est variable.

Mais mine de rien, cette lecture permet de se pauser et de se questionner sur son propre rapport à l'argent et sa potentielle radinerie, qui n'est pas toujours inhérente aux questions financières. Et voici mes conclusions personnelles : je pense être humainement généreuse (même si moins qu'avant... à force de se tromper), mais financièrement, je peux aussi me montrer radine dans certaines situations collectives et dans des achats pour moi... Me concentrant sur ce que j'estime nécessaire ou très agréable pour moi. En fait, je pense ne pas être obsédée par l'argent (peut-être parce qu'ai la chance de ne rien manquer de vital),  je n'envie pas la possession et je suis plutôt économe, sauf lorsqu'il s'agit, une fois par an, de parler vacances / voyage. Et encore, je reste toujours dans les possibilités de mes moyens

Je serais plus radine de mon temps je pense... Car mon temps est sans doute ce que j'ai de plus cher et je déteste le perdre tant il y a de choses que j'ai envie de faire sans en trouver le temps. Donc je n'aime pas qu'on me le fasse perdre, ni être interrompue dans mes occupations, cela me perturbe vraiment. Mais je ne suis pas avare de services ou de présence appréciée, tant que mon temps n'est pas perdu pour tout le monde. Je ne supporte pas que l'on veuille me payer ou compenser un service rendu... Catherine Cusset, ça ne la dérange pas. Donc ça va, je reste fréquentable !

Vous voyez, une lecture qui permet de réfléchir un peu et de se poser de bonnes questions.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 22 Février 2022

Adieu Paris, film d'Edouard Baer, avis, chronique

Film d'Edouard Baer

Avec Pierre Arditi, François Damiens, Benoît Poelvoorde

Synopsis : Un vieux bistro parisien au charme éternel. Huit messieurs à table, huit grandes figures. Ils étaient les « rois de Paris »… Des trésors nationaux, des chefs-d'œuvre en péril. Un rituel bien rodé... Un sens de l’humour et de l’autodérision intacts. De la tendresse et de la cruauté. Huit vieux amis qui se détestent et qui s’aiment. Et soudain un intrus...

Mon humble avis : J'aime beaucoup Edouard Baer l'acteur, l'homme, le faiseur de mots et d'improvisation poético/philo. Aussi, j'avais très envie de voir ce film, d'autant que la brochette d'acteurs promettait beaucoup. Adieu Paris a mis du temps à sortir à Dinard, mais j'ai chopé le coche !

Dans ce film, Edouard Baer dit adieu à un certaine vie sociale d'artiste de tous arts confondus, qui tendrait à disparaître (au profit de la vie dispersée en province), dit adieu aux anciennes bandes d'acteurs qui ne sont plus et qu'il admirait... Il met en scène une certaine bascule... Des artistes âgés qui ne sont plus dans leur splendeur, des amitiés qui n'ont plus de raison d'être... Ceci, je vous le dis grâce à ma lecture d'Allociné....

Car je n'ai pas remarqué grand-chose de tout cela, peut-être parce que la vie parisienne mondaine m'est inconnue...  Mais que ma séance fut laborieuse. J'espérais me régaler des répliques flamboyantes et brillantes écrites par Edouard Baer, seules trois ou quatre d'entre elles ont fait mouche pour moi. On nous annonce une comédie... Je n'y ai vu que des personnages pathétiques et même pas drôles, ni attachants. Seul Jackie Berroyer parvient à nous toucher, en nous attristant. Si les personnages n'étaient pas aussi bruyants et excités dans leur mauvaise foi, je pense que j'aurais pu m'endormir... Mais pour cela, il aurait fallu que Pierre Arditi se taise. 

En fait, c'est une succession d'engueulades entre amis, de crises caractérielles, de caprices, illustrés par des discussions jamais terminées car interrompues ou terminées mais comme pas commencées... Bref, comme l'impression désagréable d'être devant un débat politique télévisé, la politique en moins. Peut-être que les comédiens se sont bien amusés, mais cette façon de rendre les choses et événements ne laisse pas la possibilité au spectateur d'en faire partie, d'y entrer.  Bref, j'ai oscillé entre agacement et ennui, fatiguée par la cruauté de ses vieux-beaux sur le retour à l'égo surdimensionnés. Quant aux scènes avec le Japonais, je n'y ai rien compris...

Bref, un repas indigeste pour moi.  Bon ben adieu "adieu Paris" ! On oublie, au suivant !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Repost0

Publié le 20 Février 2022

Depuis fin mars 2021 et mon installation sur la côte Bretonne à Dinard, j'ai bien crapahuté dans les environs, tous proches ou plus lointains. Et j'en ai pris des photos par beau temps (si si !!!) que je n'ai presque pas partagées ici (A part, si ma mémoire est bonne, le Cap d'Erquy et les rives du Frémur, et le Sillon de Talbert). Donc il m'en reste quelques centaines !

Alors, on va se rattraper au fil des mois .

Aujourd'hui, je vous fais découvrir trois lieux en photos.

Notre Dame du Guildo près de St Cast le Guildo (dans les Côtes d'Armor)

La Pointe du Nick à Saint Lunaire (Ille et Vilaine) côté Dinard.

Et L'anse du Guesclin, à l'Est de Saint Malo, sur la commune de Saint Coulomb.

Bonne balade au grand air et dans une atmosphère estivale :) Beaucoup de bleu... Celui de la mer, celui du ciel !

Notre Dame du Guildo

Notre Dame du Guildo

Notre Dame du Guildo

Notre Dame du Guildo

UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?
Rando sur le GR 34

Rando sur le GR 34

UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?
En face de Notre Dame du Guildo, la commune de St Jacut de la Mer

En face de Notre Dame du Guildo, la commune de St Jacut de la Mer

Les bonheurs d'Eléonore, une pause gourmande incontournable dans le coin, surtout à la belle saison pour profiter du magnifique et original jardin.

Les bonheurs d'Eléonore, une pause gourmande incontournable dans le coin, surtout à la belle saison pour profiter du magnifique et original jardin.

UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?

Saint Lunaire et la Pointe du Nick (un espace naturel protégé)... Sur le GR 34

 

UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?
UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?
UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?
UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?
UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?

L'Anse du Guesclin à Saint Coulomb, l'une des plus belles anses de la côte d'Emeraude. Avec en son centre, le Fort du Guesclin, propriété privée qui ne se visite pas, mais qui est accessible à marée basse et devient une île à marée haute. Le premier fort fut construit vers l'an 800. 

Sa version actuelle fut la propriété privée et lieu de résidence du chanteur Léo Ferré.

De là, on a aussi une vue dégagée sur les îles Chausey.

Et c'est toujours sur le GR 34 !

UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?
UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?
UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?
UN DIMANCHE EN BRETAGNE DECI DELA... 1/?

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyage en Bretagne

Repost0