Publié le 2 Décembre 2021

Polar - Editions J'ai Lu - 220 pages - 6.90 €

Parution d'origine Editions Viviane Hamy 1996

L'histoire : Depuis 4 mois, apparaissent sur les trottoirs parisiens des cercles de craie bleue, avec en leur centre, un objet sans intérêt, oublié, un déchet. C'est au petit matin que ces cercles sont découverts... Même la presse s'empare du mystère qui amuse tout le monde sauf... Adamsberg... Qui flaire autre chose... D'ailleurs, un matin, c'est une femme égorgée qui est retrouvée au coeur d'un de ces cercles bleus... Adamsberg et Danglard mènent l'enquête, chacun avec leur méthode bien particulière.

 

 

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

Mon humble avis : L'homme aux cercles bleus, deuxième roman publié par Fred Vargas et premier ou figure celui qui deviendra son héros récurrent : le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg, tout juste débarqué à Paris depuis ses Pyrénées d'origine.

On découvre ici le célèbre commissaire insaisissable, d'une apparence mais trompeuse nonchalance, avec des manies et des manières qui ne sont qu'à lui. Il ne manque pas de déstabiliser ses nouveaux collègues, dont Danglard l'éthylique qui oscille entre admiration et incompréhension envers son chef.

Un premier meurtre dans les cercles bleus, puis un deuxième et un troisième, et l'enquête qui semble tourner en rond... Et pourtant non, elle avance dans la tête d'Adamsberg dont le flair est déjà bien reconnu. L'intrigue est franchement originale, bien menée et captivante, d'autant plus que son dénouement est des plus inattendus. Sacrée construction romanesque, machiavélique même ! Fallait vraiment y penser !

Après, et bien c'est du Vargas, on aime ou pas, on s'habitue ou pas... Elle a vraiment une plume bien à elle, que l'on reconnait notamment par les délires, les bavardages, le verbiage même de ses personnages, que ce soit lors des dialogues qui semblent n'avoir ni queue ni tête que dans les pensées propres aux protagonistes. Parfois cela amuse beaucoup, mais par moment, cela agace aussi. Oui, il y a de l'humour à saisir à  divers degrés si vous y êtes sensibles. Mais, alors que le mystère s'éclaircit, on se rend compte que ces bavardages insensés prennent finalement sens, et que peut-être, ils délivrent plus d'indices que l'on n'en a remarqués. Et puis dans ces lignes, Fred Vargas distille pas mal de clairvoyance sociétale.

Si l'on divise ce polar en trois parties, la première m'a amusée et intriguée, la deuxième m'a ennuyée, la troisième, c'est simple, je l'ai dévorée ! Mais on est vraiment dans du "Rompol" décalé, mieux vaut être prévenus.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 30 Novembre 2021

Bonjour,

Ce mois-ci, c'est la Grande aigrette qui est a l'honneur ici ! On change de taille, on quitte un peu les petits passereaux !

Fin XIX jusqu'à la moitié du XXème siècle, cet oiseau était vraiment en voie d'extinction et avait quasiment disparu d'Europe occidentale... la cause... La chasse pour son plumage qui garnissait chapeaux et costumes.... C'est donc un oiseau qui est en reconquête de son territoire dorénavant ! Voilà pourquoi on la revoit de plus en plus.

 

Le cou est replié en S au repos et en vol. Il se tend lorsque l'oiseau est en alerte ou qu'il capture une proie. Les pattes sont tendues vers l'arrière en vol. Le bec est en forme poignard.

Pour différencier la Grande aigrette des autres, si l'on a pas de comparatif de taille, c'est simple... Son bec est jaune et ses pattes sont noires... Mais cela peut-être moins simple en période nuptiale quand certains individus arborent un bec bien plus foncé, presque noir... Reste alors la taille et les pattes !

 

La Grande Aigrette peut s'observer partout dans le monde, excepté au Groenland. Ses zones de prédilection sont les zones humides (étangs, lacs, marais), mais aussi les champs et les petites coins humides en bord d'autoroute.

Sa taille est de 104 cm, son poids varie entre 1 kg et 1.5 kg, et son envergure entre 140 et 170 cm. Sa longévité peut atteindre 23 ans.

Les ailes longues et larges de la Grande Aigrette lui procurent un vol majestueux du fait de battements amples et lents, plus souples que ceux du Héron cendré. Le vol est direct et soutenu, avec des battements réguliers, le vol plané n'étant utilisé qu'à l'approche de la destination, lorsqu'elle se laisse glisser vers le sol.

La Grande aigrette se nourrit d'animaux aquatiques (poissons, insectes etc) mais aussi de reptiles et de petits mammifères. C'est un oiseau silencieux, qui n'a pas vraiment de cri. Parfois, elle émet des sons rauques, comme des "khrrraa", quand elle est inquiétée.

 

La Grande Aigrette niche en colonie dans les roselières ou dans des arbustes au-dessus ou au bord de l'eau. Son nid est fait de divers végétaux. La femelle peut pondre jusqu'à 5 oeufs qu'elle couve pendant 3 à 4 semaines. Le premier envol des petits autour du nid se fait un mois après l'éclosion des oeufs.

 

 

La Grande Aigrette est un oiseau sociable que l'on observe le plus souvent en groupes quelle que soit la saison. Bien sûr, c'est avant tout la disponibilité alimentaire qui concentre ces oiseaux dans les endroits favorables, mais pas seulement. Ils aiment aussi la compagnie, même si on peut voir, en hiver par exemple, des comportements agressifs pour la défense de lieux de pêche restreints. La reproduction est coloniale, la territorialité s'exerçant exclusivement aux abords immédiats du nid.

 

La Grande Aigrette a une activité diurne. La nuit, elle se rassemble en grand nombre dans des dortoirs communautaires arboricoles situés dans des secteurs peu ou pas dérangés. Elle peut y venir de très loin, plusieurs 10es de km, sachant qu'elle y sera protégée. Elle chasse en avançant d'un pas assez lent, dans l'eau assez profonde ou sur la terre ferme suivant les proies recherchées. Elle peut tenir l'affût, immobile, si nécessaire pendant de longs moments. Elle sait utiliser une patte pour agiter l'eau et débusquer ainsi ses proies. La proie est harponnée du bec qui se révèle une arme très efficace du fait de la rapidité de l'oiseau dans les détentes du cou.

 

Le texte est inspiré/copié de mon Guide ornitho Belin et du site Oiseaux.net 

Les photos sont miennes et interdites de reproduction sans mon accord.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Le coin ornitho

Repost0

Publié le 28 Novembre 2021

Bonjour,

Début novembre, je me suis offert une escapade solo d'une journée à 1h50 de route de chez moi pour aller voir le fameux Sillon de Talbert dans les Côtes d'Armor ! Site assez peu connu par rapport à son aspect vraiment pittoresque ! J'en ai vraiment pris plein les yeux... et plein les appareils photos. D'autant plus que j'y suis allée en période de grandes marées à fort coefficient... Et que j'y suis restée toute la journée... J'ai donc eu tous les paysages possible... Marée descendante, marée très basse qui découvre plein d'ilots, marée montante puis haute.

Au fil de ma journée, j'ai eu l'impression par moment d'être dans une Monument Valley maritime, ou dans le Hoggar Algérien avec tous ces cailloux.

Un peu de culture :

Site du Conservatoire du Littoral classé en réserve régionale. Cordon littoral de sable et de galets s’avançant en mer sur 3,2 km, le Sillon est une curiosité géomorphologique unique en Europe de par sa dimension. D’une grande richesse écologique grâce à sa flore et sa faune extraordinaires.

 

Cette langue sableuse et de galets protège également le littoral de l'érosion et des vagues, spécialement durant les grandes marées. Il offre une zone maritime presque toujours calme entre l'est du Sillon et l'île de Bréhat située 5 km au sud-est. La langue est bordée au nord par plusieurs rochers rendant la navigation côtière délicate et auxquels elle était autrefois reliée. À trois kilomètres au nord se trouvent les récifs des Épées de Tréguier sur lesquels est bâti le phare des Héaux de Bréhat marquant l'entrée ouest de la baie de Saint-Brieuc.

Le sillon de Talbert constitue le point continental le plus septentrional de la Bretagne.

Ce cordon littoral d'une largeur moyenne de 100 m et d'une hauteur variant de 10 à 14 m, est constitué d'un mélange de sable, de gravier et de galets, en proportion variable selon les secteurs, dont le volume est estimé à 1,23 million de m3. Les galets qui restent encore sur la plate-forme littorale rocheuse (constituée de la granodiorite de Talbert et plus au large de la microgranodiorite de Pleubian) migrent vers le Sillon, créant au passage des queues de comète abritées derrière chacun des îlots.

La composition pétrographique du Sillon de Talbert révèle que les galets sont constitués essentiellement de roches magmatiques et filoniennes d'origine locale (71 % de microgranite, 19 % de granite et 3 % de dolérite), les 4 % de roches volcaniques (rhyolite, tuf, trachyte) et 3 % de roches sédimentaires (grès, quartzite et quelques rognons de silex).

Le suivi topo-morphologique et morpho-sédimentaire du sillon depuis 2003 montre une alternance de secteurs en érosion et de secteurs en accrétion, des phases d'exhaussement et/ou abaissement de la dune et de la crête.

Début 2014 le sillon de Talbert a reculé de 30 mètres en quelques tempêtes.

 

Vu le nombre de photos malgré un sacré tri, le Sillon de Talbert fera l'objet de deux billets du dimanche ! Aujourd'hui, on commence par marée descendante et marée basse !

UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
UN DIMANCHE SUR LE SILLON DE TALBERT
Un lion au sillon de Talbert !!!

Un lion au sillon de Talbert !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyage en Bretagne

Repost0

Publié le 26 Novembre 2021

BD - Christian Lax - La maternité rouge - art - Afrique - Mali - Avis - Critique - chronique

BD - Editions Futuropolis - 144 pages - 22 €

Parution en janvier 2019

L'histoire : Au Mali, une Maternité rouge, sculpture datant du XIVᵉ siècle, est sauvée de la folie destructrice des islamistes par Alou, un jeune chasseur de miel. En compagnie d'autres migrants, soeurs et frères d'infortune, Alou prend tous les risques pour rejoindre l'Europe. Son but et son obsession : confier la précieuse statuette au musée du Louvre...

Tentation : Couv et pitch

Fournisseur : Bib de Dinard

 

Mon humble avis : Je suis plutôt en veine dans mes lectures BD ces derniers temps ! Voici un magnifique album, tant par les dessins que par son histoire et les multiples sujets, souvent dramatiques hélas, qu'il traite.

L'ouvrage s'ouvre sur l'époque coloniale... Quand les Français raflaient toutes les oeuvres d'art des colonies pour garnir les musées parisiens. Puis un bon dans le temps, nous accompagnons Alou, qui chasse le miel dans les ruches que lui montre l'oiseau Indicateur (une espèce qui existe réellement et qui collabore avec l'humain : il montre les nids d'abeilles, à conditions d'avoir sa part de miel). Suite à la rencontre explosive d'Alou avec les islamistes qui sèment la terreur, Alou découvre une statuette de très ancienne, et de grande valeur... Qui se retrouve donc en grand danger de destruction dans ce climat islamiste. Un vieux sage missionne Alou... Traverser le désert, se rendre à Paris. Que le Louvre accueille cette "Maternité rouge" et la protège de la furie des fous de Dieu.

Avec cet album prenant, puissant, émouvant, instructif, Christian Lax nous fait traverser l'Afrique, la Méditerranée, une partie de l'Europe, et nous montre les conditions de vie des migrants campant dans Paris, l'aide de certains bénévoles et comment le voisinage les regarde et les traite...

Il y ait aussi question d'Art évidemment, nous visitons quelques salles du Louvre, salles dédiées à l'art primaire Africain, avec des professionnels et découvrons les conditions requises et les examens nécessaires à l'acceptation d'une oeuvre d'Art au Louvre.

On ne peut que s'attacher au personnage d'Alou... Et évidemment, cet album est on ne peut plus d'actualité... Tant pour les drames humains des migrants... que pour l'Art. En effet, depuis quelques semaines, la France s'emploie à rendre des objets d'Art "empruntés" à l'époque colonial à leurs pays d'origines, notamment au Bénin, à ce que j'ai pu voir dans les médias. C'est une très bonne chose bien sûr, mais avec cette lecture, je me dis que ce retour aux sources et aux origines doit se faire avec beaucoup de vigilance, pour que ces traces du passé ne soient pas détruites un jour par ces fanatiques religieux qui rase tout ce qui touche de près ou de loin à l'art, partout où ils passent... Que ce soient en Syrie, en Afghanistan, au Mali...

Une très belle histoire, enrichie encore par un cahier final très intéressant. A lire !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 24 Novembre 2021

Cinéma, Film, Aline, Valérie Lemercier, avis, critique, chronique

Film de Valérie Lemercier

Avec Valérie Lemercier, Sylvain Marcel, Danielle Fichaud

Synopsis : Québec, fin des années 60, Sylvette et Anglomard accueillent leur 14ème enfant : Aline. Dans la famille Dieu, la musique est reine et quand Aline grandit on lui découvre un don, elle a une voix en or. Lorsqu’il entend cette voix, le producteur de musique Guy-Claude n’a plus qu’une idée en tête… faire d’Aline la plus grande chanteuse au monde. Epaulée par sa famille et guidée par l’expérience puis l’amour naissant de Guy-Claude, ils vont ensemble écrire les pages d’un destin hors du commun.

Mon humble avis : Un an qu'on l'attendait Aline, et la voici enfin sur les écrans !

Un film français très ambitieux et tout à fait à la hauteur de ses ambitions !

Un (presque) biopic sur Céline Dion, où la scénariste réalisatrice comédienne Valérie Lemercier s'est inspirée de la vie de la star Canadienne internationale, en prenant quelques libertés et en inventant certaines anecdotes.  Céline Dion qui devient ici Aline Dieu.

La force de ce film, c'est de suivre la vie de la famille Dieu, puis celle d'Aline, depuis son plus jeune âge et de mettre en lumière la femme, l'amoureuse, l'épouse, la mère avant la chanteuse. C'est vraiment un bel hommage à la femme et la force et l'unité de la famille Dieu. Le film couvre plusieurs décennies avec de nombreux événements et l'ascension exponentielle de la carrière artistique d'Aline.  Il va vite, il est trépidant, comme l'est la vie de l'artiste, d'un concert à un autre, d'une ville à un autre continent, à renfort d'ellipses notamment. Parfois, j'aurais aimé que le film ralentisse pour profiter et savourer plus longtemps. Il y a pas mal de scènes de concerts, spectacles et chants, mais j'aurais aimé qu'il y en ait plus ! Mais dans ce cas-là, le film aurait duré cinq heures !!!

Chapeau à Valérie Lemercier, qui réalise ici un excellent faux biopic, aussi populaire et grand spectacle qu'intime, qui réussit à s'approcher de l'originale sans la copier ni la singer. Interprétation parfaite, Valérie Lemercier crève l'écran, comme le fait Céline Dion à chacune de ses apparitions. Elle réussit à émouvoir avec une histoire dont on pense tout savoir ! Un hymne à l'amour avant tout, respectueux des personnages et de ceux qui les ont inspirés ! Une sacrée réalisation, monumentale ! A voir vraiment !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 22 Novembre 2021

Roman, Vanda, Marion Brunet, avis, chronique, blog

Roman - Editions Livre de poche - 224 pages - 7.40 €

Parution Livre de Poche mars 2021, Albin Michel 2020

L'histoire : Vanda est une fille écorchée et un peu paumée qui vit avec son fils de 6 ans, Noé, dans un cabanon de bord de plage près de Marseille. Elle se rêvait artiste, elle est femme de ménage dans un hôpital psychiatrique. Entre son fils et elle, c'est l'amour fou, fusionnel, exclusif.

Après 7 ans d'absence, Simon revient de Paris pour enterrer sa mère. Il revoit Vanda, qui lui apprend qu'il est le père de Noé, dont il ignorait même l'existence.

 

 

tentation : la blogo

Fournisseur : Ma CB

Mon humble avis :  Il semble que je sois à contre-courant sur ce roman... j'en ai lu des avis élogieux sur la blogosphère et, sur les réseaux, Vanda est bien "noté". Pour moi, c'est la douche froide, une lecture que je n'ai pas appréciée, même si j'ai avalé les cinquante premières pages, la suite fut laborieuse pour moi, étouffante et révoltante...

Le bandeau annonce "bouleversant" et "poignant". Ce n'est pas du tout ce que j'ai ressenti. Au fil des pages, je n'ai été que colère et agacement envers cette Vanda, pour laquelle je n'ai développé aucune empathie ni sympathie, ni même pitié, ce qui forcément, m'empêche le plus souvent de vivre une lecture.

La quatrième de couv parle d'un amour fusionnel entre la mère et son fils qu'elle protège comme une louve... Protéger ? Elle veut juste le garder rien que pour elle... Car pour moi, aimer et protéger, c'est prendre soin, c'est protéger réellement des dangers, s'assurer qu'il ne manque de rien d'essentiel, faire passer l'intérêt de l'autre avant le sien... Et surtout lorsqu'il s'agit d'un enfant qui compte sur vous, et dont l'avenir dépend de vous. Mais Vanda refuse toute aide, ne conçoit pas de vivre dans un logement décent... et vit comme une adolescente attardée.... Son fils dort dans le coffre de la voiture pendant que Vanda picole en boîte... Et le lendemain, il attend midi que sa mère émerge de sa gueule de bois... Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. Donc non, je n'ai pas aimé ce personnage égoïste, irresponsable et inconscient... Les quelques bribes de son passé qui nous sont données par la romancière ne me suffisent pas à lui accorder des circonstances atténuantes. Vanda m'a agacée, révoltée et j'aurais aimé lui balancer quelques paires de baffes et seaux d'eau froide. Et que dire de son "entourage"... Ces fréquentations, les riches propriétaires de villa près du cabanon, l'institutrice... Pas un seul adulte pour s'inquiéter un tant soit peu du sort du gamin.

Et puis pourquoi annonce-t-elle à Simon qui est le père de son gamin, si c'est pour après craindre que celui-ci s'immisce dans sa vie... Comment peut-elle imaginer qu'une telle annonce reste sans effet ? Ca me dépasse.

Simon, on s'attache un peu à lui, mais pas au point de l'aimer franchement. Il pleure sa mère alors qu'il n'est pas venu la voir depuis des années. Il manque de consistance...

Toute cette histoire se déroule sous fond de crise et de manifs de Gilets jaunes.

Je n'ai pas adhéré non plus à l'écriture de Marion Brunet. Un mélange de langage soutenu et de langage très très familier... Les doubles négations sont absentes et cela me dérange quand c'est en dehors des dialogues et que le personnage principal n'est pas le narrateur...  Et puis beaucoup d'agressivité, et des répétitions dans les gestuelles et les pensées des personnages, cela devient vite lassant.

Certes, il y a quelques beaux passages et quelques réflexions sensées sur l'injustice de notre société actuelle, bien que là aussi, il y ait du tri à faire, les allégations étant souvent à charge et sans nuances envers le système, n'offrant qu'un point de vue (je pense notamment aux descriptions de manifs).

Bref, c'est péniblement que je suis arrivée au bout du roman, espérant une lumière qui aurait pu éclairer l'histoire et peut-être la rendre belle, mais même pas. Une fin triste à mourir et aussi sombre que le reste.

Bref, tout ça pour ça. Une rencontre complètement ratée pour moi et une histoire qui, au final, n'apporte rien à mes yeux.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 20 Novembre 2021

Cinéma, Pascal Elbé, Sandrine Kiberlain, On est fait pour s'entendre, avis, critique, chronique

Film de Pascal Elbé

Avec Pascal Elbé, Sandrine Kiberlain, Valérie Donzelli, Emmanuelle Devos, Francçois Berléand

 

Synopsis : Antoine semble n’écouter rien ni personne : ses élèves (qui lui réclament plus d’attention), ses collègues (qui n’aiment pas son manque de concentration), ses amours (qui lui reprochent son manque d’empathie)... Et pour cause : Antoine est encore jeune mais a perdu beaucoup d’audition. Sa nouvelle voisine Claire, venue s’installer temporairement chez sa sœur avec sa fille après la perte de son mari, rêve de calme et tranquillité. Pas d’un voisin aussi bruyant qu’Antoine, avec sa musique à fond et son réveil qui sonne sans fin. Et pourtant, Claire et Antoine sont faits pour s’entendre !

 

 
Mon humble avis : J'avais besoin d'un bon petit film sympa, pas prise de tête... Et bien je ne me suis pas trompée dans mon choix, bien au contraire.
J'ai tout aimé dans ce film. Evidemment, son genre (comédie romantique) fait que je ne pense pas que l'on en parlera encore dans vingt ans, mais j'ai vraiment passé une bonne séance dans mon fauteuil de velours !
Je n'y suis pas allée à l'aveugle non plus... Sandrine Kiberlain et Pascal Elbé suffisent à me sortir de chez moi. Ils savent en général choisir leurs rôles. Et une fois de plus, le casting est parfait et le duo Elbé/Kiberlain fonctionne à merveille. Elle, blessée et brute de pomme, lui paumé et à l'Ouest, et pour cause... Il n'entend plus si bien que cela, et peine à suivre les conversations. Cela amène des situations bien cocasses, de bons quiproquos... Drôles mais toujours traités avec tendresse.
Les dialogues font vraiment mouche. On rit parfois, et l'on sourit souvent... Pas de niaiserie, mais parce que ce film est plaisant, profondément humain, doux, bienveillant même s'il ne contourne pas le sujet délicat du handicap "invisible"... Pascal Elbé, qui signe aussi ce film, use de délicatesse et de justesse pour aborder les handicaps qui arrivent plus tôt que prévus dans la vie... Ici, la surdité, ou en tout cas, ses prémices : la malentendance. L'isolement, s'en rendre compte, l'accepter, l'annoncer, l'avouer et profiter des prouesses techniques des appareils auditifs pour retrouver la vie : la musique de la pluie, le chant des oiseaux, les autres... mais aussi toute la pollution sonore qui nous entoure et que l'on subit sans s'en rendre compte le plus souvent. En fait, un petit tour sur Allociné m'apprend que ce film est partiellement autobiographique... Pascal Elbé souffre lui-même de malentendance... Pas étonnant donc que ce film sonne si juste ! Mais bravo tout de même, car parfois, entre l'intention et la réalisation il y a une marge, pas ici.
Et puis, il y a une belle rencontre entre deux êtres que tout sépare au début... Et même trois, puisque c'est la petite fille mutique qui fera le lien entre les deux adultes, mais je ne vous en dis pas plus. Ces rencontres et ces acceptations permettront à chacun des personnages de se réconcilier entre eux et avec eux-mêmes, avec la vie.
Vous ne savez pas quoi faire ce week-end, le temps est prévu pas top par chez vous, allez au ciné, tendez l'oreille et écoutez ce que Pascal Elbé a à vous dire : vous en sortirez "réconciliés" avec la nature humaine, et ses faiblesses qui peuvent devenir des forces.
Un très beau film, touchant.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Repost0

Publié le 18 Novembre 2021

Roman - Editions Ecoutez lire - 6h31 d'écoute - 18.99 €

Parution d'origine chez Flammarion en 2018

L'histoire : D'origine roumaine avec un accent qui ne trompe pas, Aurel est pourtant Consul de France en Guinée Conakry.

Un ressortissant français est assassiné sur son bateau, dans la marina... Son corps suspendu au mât du navire. Aurel remplit sa mission professionnelle (prévenir la famille etc)... Mais ce crime le passionne et il se lance dans l'enquête qui le tire alors d'un certain ennui.

 

Tentation : La blogo

Fournisseur : La bib de Rennes

Mon humble avis : Aurel est un personnage atypique... Il travaille pour le quai d'Orsay après quelques péripéties et drames dans son histoire personnelle qui nous sont livrés ici. Aurel est roumain ! Il est en poste à Conakry mais ne supporte pas la chaleur, se vêt cependant de complets vestons et de pulls de laine... D'ailleurs, à son travail, on l'a mis au placard. Aurel profite de l'absence de son supérieur hiérarchique pour prendre quelques initiatives et s'intéresser de près au crime commis sur un ressortissant français. Ce tome est le premier de deux autres pour l'instant...

Bon, et bien je l'avoue, je ne suivrai pas les aventures d'Aurel plus loin, car cette lecture ci m'a un peu déçue. Je m'attendais à autre chose, à une histoire plus décalée et pourquoi pas, un peu drôle. Je l'ai en fait trouvée un peu plan plan et désuète. Cela peut avoir un vrai charme, comme lorsqu'on lit des romans d'Agatha Christie par exemple... Sauf que cette histoire se déroule à notre époque et que cet aspect suranné m'a paru anachronique. Et je n'ai pas retrouvé le Rufin des quelques autres ouvrages que j'ai lus.

Mais le déroulement de l'enquête et son dénouement tiennent bien la route et ce roman nous emmène dans une contrée que l'on parcourt rarement en littérature, même si l'on en découvre très peu sur ce pays dans ce livre. La lecture reste divertissante et possède assez d'arguments pour plaire à certains... Par contre, je déconseille la version audio, je n'ai pas aimé l'interprétation qui en est faite, avec trop de manières quelque part.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Livres audio, lectures audio, #Littérature française

Repost0

Publié le 16 Novembre 2021

Cry Macho, film de Clint Eastwood, 2021, cinéma, avis, chronique

Film de Clint Eastwood

Avec Clint Eastwood, Edouardo Minett, et  Dwight Yoakam 

 

Synopsis : Mike, star déchue du rodéo, se voit confier une mission a priori impossible : se rendre au Mexique pour y trouver un adolescent turbulent et l’amener jusqu’au Texas. Il lui faudra pour cela affronter la pègre mexicaine, la police et son propre passé.

Mon humble avis : J'aime beaucoup Clint Eastwood le réalisateur. Certes, il ne fait pas que des chefs d'oeuvre, mais ses univers me touchent, tout comme ses mises en scènes. Et puis, depuis 10 ans, on se dit à chaque fois que l'on voit sans doute son dernier film... Et puis non, il en a dans les talons ce Clint de 91 ans !

Cry Macho ne rentre pas dans la catégorie des films inoubliables, mais il est plaisant à regarder... Les étendues du désert Mexicain et ses pueblos, la rencontre entre deux générations, ses heurts puis sa complicité et une demi-heure de film inattendue... Une pose dans le road trip très "Américain"... Une pose bienvenue, qui fait du bien, qui est belle, vraiment.

Papy Clint reprend la casquette, oups le chapeau de Cow-boy, retrouve les paysages et les thèmes qui lui sont chers (comme la transmission), qui ont fait sa gloire. Le Cow-boy est âgé maintenant, donc c'est en voiture qu'il traverse le désert... On sent qu'Eastwood sème un peu d'autodérision et des clins d'oeil à sa filmographie dans Cry Macho... Ici, beaucoup de douceur dans un monde de brut. Par contre, erreur de casting je pense, le gamin ne joue pas vraiment juste.

Les dialogues ne sont pas exceptionnels et souvent réduits au minima, mais il m'a semblé que l'essentiel se trouve dans les silences, dans ce qui n'est pas dit, qui n'est que suggéré. Donc un peu de dentelle dans la somme de clichés. Et puis Clint ne cache plus son corps qui ne suit plus comme avant... Sa démarche paraît fragile. C'est touchant. 

On ne croit pas à tout dans ce film, mais on prend, car après tout, on est au cinéma, et qu'au cinéma, tout est possible !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 13 Novembre 2021

Roman, Clara Dupont-Monod, s'adapter, avis, chronique, prix fémina 2021

Roman - Editions Stocks - 171 pages - 18.50 €

Parution le 25 août 2021 : Rentrée littéraire !

L'histoire : Il y a les parents, l'aîné et la cadette. Ils vivent sereinement dans une vallée des Cévennes. Nait alors l'enfant... Qui se révèle inadapté... Il ne voit pas, ne marchera jamais, ne pourra parler ni même tenir sa nuque ou saisir un jouet... Il vivra allongé et son espérance de vie sera limitée. Autour de lui, chacun va s'adapter à l'inadapté....

Tentation : Pitch et confirmation blogo

Fournisseur : la bib de Dinard

 

 

 

Mon humble avis : Quel magnifique roman, justement couronné du Prix Fémina 2021.

L'histoire que nous conte ici Clara Dupont-Monod ne peut que toucher en plein coeur et émouvoir.

Les personnages ne sont nommés que par leur rang et leur rôle dans la famille : père, mère, l'aîné, la cadette, le dernier... Ce sont les pierres des murets de la cours de la maison qui témoignent de ce qui s'est déroulé dans cette famille, sous leur yeux. Rien de fracassant, mise à par l'annonce du diagnostic et la stupeur... Le reste est dix en douceur, avec des mots bien choisis, une belle place à la poésie des sens, de la nature, de l'observation... Il y a tant de justesse dans la descriptions et les analyses des comportements de chacun que l'on ne peut qu'être admiratif devant cet oeuvre. Les personnages y sont s'y bien construits, étayés, fouillés, profondément humains, tant dans leurs forces que dans leurs failles.

Avec retenue et décence, Clara Dupont-Monod décrit les réactions de chaque membre de la famille face au handicap lourd de l'enfant...

Les parents assument et affrontent notamment les méandres administratifs pour obtenir de l'aide. L'incompréhension des autres, le regard, la curiosité, la honte, la pitié... Et l'évolution différente des deux aînés.

L'aîné entrera en fusion totale avec l'enfant, en prenant soin, le protégeant de tout, s'en occupant de façon obsessionnelle, exclusive, s'oubliant, devenant adulte bien trop vite.

La cadette, en colère, rejettera l'enfant, éprouvant pour lui du dégoût, de la jalousie, puisque l'enfant lui vole l'attention de son cher aîné. Mais la cadette va aussi s'adapter, à sa façon... En faisant tout son possible pour conserver l'équilibre familial, pour que les autres puissent aimer et se dévouer à l'enfant. Elle aussi quittera trop tôt le monde de l'enfance.

Enfin, la dernière partie nous permet de faire la connaissance du dernier... Pas celui que l'on croit... Celui qui vient, qui nait après tout cela, des années plus tard, dans une famille qui a souffert, qui a survécu, qui n'oublie pas.

La romancière évoque parfaitement l'accueil du handicap, de l'inadapté, du hors norme dans une famille qui parvient à rester unie, les trajectoires de vie et les tempéraments qui se modifient à jamais. C'est une onde de choc qui s'atténuera un peu avec le temps, mais restera toujours présente, ayant laissé une forte empreinte dans chacun, de la force, de la résistance, de l'union et beaucoup d'amour... Clara Dupont-Monod ne tire pas sur la corde, tout est dit avec délicatesse, justesse et oui, douceur... et surtout, de la lumière. C'est avec une très belle luminosité que l'écrivaine clos son histoire.

Un roman magnifique, qui se lit aisément mais avec émotions, à découvrir évidemment !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0