Publié le 27 Mars 2009

Résumé : Que seriez-vous prêt à faire par amour ? Et jusqu'où pourrait vous mener la haine ?
Quand son fils Jérôme meurt dans un attentat, Daniel perd ses repères et retrouve les instincts guerriers d'un passé qu'il croyait oublié. Entre ses conversations avec Jérôme à travers l'au-delà et les silences qui le séparent de sa femme et de Pierre, son autre fils, il élabore un plan fou : se venger. A-t-il une chance d'y parvenir ? Jérôme lui apportera-t-il son aide ? Lui-même peut-il échapper à son destin ? Quand un groupuscule extrémiste kidnappe Jean, SDF, l'opinion se passionne. Et lorsque les terroristes, comme seule revendication, demandent «Quelle est la valeur de cet homme», on s'interroge : pourquoi enlever un clochard ? Et que signifie vraiment ce message ? Deux histoires étranges, deux vies qui basculent, deux existences qui changent, se perdent, flirtent avec la mort et le mystère. Mais une seule quête : savoir si, en oubliant les survivants pour venger les morts, on ne passe pas à côté de sa vie.
Thierry Cohen a déjà publié un roman très remarqué, J'aurais préféré vivre, qui lui a valu le Grand Prix Jean d'Ormesson et a été traduit en neuf langues


                                           

Mon humble avis: Et bien je l'avoue, j'ai été on ne peu plus bernée jusqu'à la pré-fin. Et oui j'ai décidé qu'il existait des pré-fins. C'est là que le dénouement commence ! Mais rien indique encore la vraie fin qui, elle est tout aussi bluffante. Bien sûr je ne vais pas dénaturer le suspens de ce roman tellement bien ficelé qu'il peut se gargariser de contenir trois suspens différents, bien mis au secret tout au long des pages et menés tambour battant.
En fait, ce livre conte trois histoires en parallèle :
Celle de Daniel qui vient de perdre son jeune fils Jérôme dans un un attentat terroriste. Entre deuil, désespoir et désir de vengeance, jusqu'où ira-t-il ? (Suspens N°1) Ces pages sont très sombres tant la peine de cet homme, peine dans laquelle il s'isole pour conserver sa haine intacte et protéger les siens, est palpable. Mais pas de voyeurisme ici. Le voyeurisme, c'est quand on regarde de l'extérieur. Là, les mots sont si justes et les sentiments décrits tellement fort qu'on ne peut être qu'à l'intérieur, dans le coeur de Daniel.

Pendant le premier tiers du livre, ces moments graves sont allégés par une deuxième histoire : celle de la rencontre improbable de Daniel avec Betty, qui deviendra son épouse et la mère de ses enfants. Ces pages là sont pleines de joie, de fraîcheur, le combat pour le triomphe de l'amour malgré les différences sociales. Bien sûr ce récit du bonheur rejoint l'histoire de Daniel, le narrateur, et prend fin avec l'explosion de la bombe qui tue son fils et, effet, secondaire, semble faire voler son couple en éclat. Vont ils parvenir à surmonter l'épreuve ? (Suspens N° 2)

Enfin, tout au long du livre, il y a l'histoire de Jean. Un SDF qui serait enlevé par un réseau islamiste. Même les caractères d'imprimerie de ces chapitres diffèrent. Là aussi, on retrouve des scènes très dures dans la captivité de Jean. Heureusement, le lecteur peut reprendre son souffle en se retrouvant dans une rédaction de JT et les bureaux du ministre de l'intérieur. Les uns sont se retrouvent mêles à leur insu à cette histoire d'enlèvement et en fond leur choux gras. Les autres tentent de démêler cette histoire et d'en trouver une issue honorable pour tout le monde.(Étant donné les dates approximatives du déroulement de l'histoire et les quelques allusions particulières, on s'amuse beaucoup à mettre sur le ministre de l'intérieur les traits de notre président actuel !)  D'ailleurs, quel lien avec celle de Daniel ? Quand les 2 histoires vont elles se rejoindre ??? Suspens N° 3

Ce livre captivant et touchant n'est pourtant pas un thriller, ni un " livre saga et romans sentimentals" (c'est dans cette catégorie  - écrite ainsi- que l'enseigne Cultura le classe. L'ont-il lu ????)
C'est un roman très fort, très bien construit et écrit qui mène le lecteur par le bout du nez. Ce roman est à mon avis plus grave que le précédent de Thierry Cohen. Il traite de thèmes très engagés et dénonciateurs qui nous touchent tous pour certains, et dont personne n'est à l'abri pour d'autres : le terrorisme, l'extrémisme religieux, la perte d'un enfant lors d'un acte immonde. Le tiraillement de celui qui, victime se sent aussi coupable est développé avec finesse. Ensuite d'autres sujet comme le deuil, les actions et les discours des politiques et des médias face au terrorisme, l'importance de l'amour et de l'amitié tiennent une part importante aussi. Mais le point central se trouve surtout dans cette question : l'utilité, la légitimité, et les conséquences d'une vengeance personnelle ? Un livre qui pose nombre d'interrogations, qui donne certaines réponses et vous poussent à chercher les vôtres au fond de vous même. Indubitablement un livre à lire, un livre qui mérite un énorme succès et d'être bien mieux classé dans les magasins professionnels !

Et enfin, l'anecdote dingue que je me retiens de ne pas vous dévoiler depuis quelques jours...
Lors d'une pause "remplissage de mon verre de Cola", je tombe par hasard sur la page des remerciements, la dernière. Y sont remerciés des amis, membres de la familles, l'éditeur... Puis "les lectrices et lecteurs de la première heure pour leur message enthousiastes et souvent touchants et leur volonté de partager mon aventure. Suis une liste... dans laquelle j'aperçois mes prénom et nom ! Dingue non ?!!!
2ème raison de lire ce livre ! Un auteur aussi disponible, qui n'attrape pas une citrouille un guise de tête, qui respecte et prend tant soin de ces lecteurs... Avouez, ça fait extrêmement plaisir ! Un grand merci Monsieur Cohen pour le plaisir de lecture et celui de voir mon nom édité chez Flammarion !! Si c'est pas le début de la gloire ! lol



Du même auteur sur ce blog : "J'aurais préféré vivre" et une interview exclusive !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 26 Mars 2009

Ca y'est, j'ai enfin reçu les photos que j'attendais avec impatience. Derniers souvenirs d'une journée de folie et de moments innoubliables ! A vous de juger !

 

 

 

 

 

 

Avec Monsieur Yasmina Khadra !













Avec Madame Benoîte Groult...

 

 

 

 

 

 

 

 

 









Et enfin, avec Monsieur Harlan Coben !






Tiens, Coben, ça rime avec prochaine, comme à l'année prochaine !? Qui vivra verra !
Voilà, c'est vraiment la toute fin de ce que je peux partager avec vous de ce salon 2009 !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 25 Mars 2009

Et un de plus ! Mais de quoi, encore un livre sur ma PAL ?

Non j'ai promis !!!  Mais a y'est, depuis 17H30, j'ai un an de plus sur mes piges ! Et oui, je commence à avoir une sacrée collection de balais. Hélas, ce n'est pas comme une PAL !  Même avec la meilleure volonté du monde, impossible de faire diminuer le nombre de balais qui nous suivent !

                                  

                                                                       
  Alors si vous voulez vous manifester, merci de respecter  les recommandations  suivantes :

Ni fleurs,
Ni couronnes,
Ni prières,
Ni appels téléphoniques surtout
Juste un petit commentaire
Ca c'est fait pour me plaire ! 
                                                                                

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0

Publié le 25 Mars 2009

Ce dernier week end, se tenait à Rennes la deuxième édition du festival Rue des Livres, sur le thème "Les héros dans la littérature".
Etaient présents des libraires, des éditeurs régionaux, des auteurs. Ils se partageaient entre un batiment réservé aux livres enfants et ado et un chapiteau pour la littérature adulte. Des animations ponctuaient ces journées : concours de nouvelles, ateliers d'écritures, cercles de lectures et expositions diverses. Comme c'était à deux pas de chez moi, je n'ai pas pu m'en empêcher d'aller y faire un petit tour, même si je me remets à peine du Salon du Livre de Paris 2009 ! (pour info, j'ai effectué cette sortie avec
OVS, site dont je parlais hier, sans qui je serais passée à côté de cette manifestion.

J'ai passé un long moment au rayon BD. Certaines étaient au parfum de la Bretagne et m'ont bien tentée :

                                             

         

 Mais, mon porte monnaie et mes résolutions m'ont rappelée à l'ordre...
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Ensuite, au cours de mes balades dans les allées, j'ai pu distribuer mon arme secrète, la carte de visite à l'éffigie de mon blog à des éditeurs et des libraires du coin. Je devrais obtenir quelques témoignages de professionnels pour ma catégorie "Des livres et des métiers". En tous cas, certains s'y sont engagés !

Et surprises, quelques "célébrités nationales" étaient venu en visite à Rennes !














Joseph Joffo à qui l'on doit entre autre le fameux "Sac de billes" et "Simon et l'enfant", dont je possède déjà un exemplaire dédicacé. Et Hervé Claude, ancien journaliste présentateur du JT sur France 2, qui est aussi écrivain de polars entre autre... Polars... Et oui, j'avoue, j'ai craqué pour...

















Juste un livre, c'est raisonnable non ?
Une dédicace et une éventuelle interview de plus.... Comme d'habitude, histoire à suivre !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost0

Publié le 24 Mars 2009

Vendredi dernier, se tenait chez moi un club de lecture ! Un quoi ?!!!Oui, oui, vous avez bien entendu... Une réunion informelle et bon enfant entre lecteurs et passionnés de littérature. Tout le monde est le bienvenue pourvu qu'il ait au moins un livre à présenter, à partager. Vous allez me dire, comment trouver huit personnes (nombre raisonnable) dans votre entourage qui aiment assez lire pour y consacrer la sacro sainte sortie du vendredi ?

Je vous ai déjà donné une partie de la réponse sur mon billet du 4 janvier, qui offrait un bilan général, blog, découvertes littéraires, vie perso and co mais pas intime non plus.

Je suis inscrite depuis plus d'un an maintenant sur le fameux site
onvasortir.com qui rencontre un vif succès, tant son concept est intelligent, ludique et convivial. Et ce à tel point qu'il existe des antennes dans une centaine de villes en France maintenant. Inscription gratuite, participation libre, active, inactive... On ne vous demande rien, sauf de respecter les règles de la politesse et de ne pas chercher à faire votre beurre sur le site.

Donc vendredi, la sortie que j'avais proposée un mois plus tôt et qui avait été prise d'assaut, se déroulait chez moi (donc en guise de sortie, je ne suis pas sortie . Huit personnes sont donc venues chez moi, je les connaissais toutes (car à force de se rencontrer, en fonction des affinités, des listes d'amis se créent et donc des soirées "privées peuvent s'organiser). En effet, je ne suis pas folle non plus, je n'inviterai pas chez moi des inconnus ni d'Eve ni d'Adam !
Voilà pour l'explication général. Huit personnes, qui présente chacune leur tour un livre ou deux au cours de la soirée qui est avant tout basée sur la convivialité !


D'ailleurs, voici l'autre matériel nécessaire pour la convivialité : divers plaisirs gustatifs amenés par chacun pour ce que j'appelle désormais le grignotage social !

Soirée très agréable. Si vous êtes en panne d'idée de lecture, voici un bon moyen de réparer cette panne.                                          

Je vous propose un aperçu des livres et des avis présentés vendredi !

Isabelle (alias
bibliza) est venue avec " Tout est sous contrôle" de Hugh Laurie, l'acteur principal de Docteur House. Livre écrit bien avant la série mais où l'on trouve déjà le style caustique du célèbre médecin ! Dans un autre registre, Isabelle a évoqué le livre de Karine Reysset "Comme une mère", un mère qui perd son enfant à la naissance et enlève celui de sa voisine de chambre qui venait d'accoucher sous X...

Christine a adoré " J'aurais préféré vivre" de Thierry Cohen. Disons qu'elle l'a plutôt dévoré, avide de connaître la fin ! Elle a été aussi captivée par l'ambiance et le suspens angoissant d'"Une rentrée Littéraire" de Christine Arnothy. Et dans sa PAL, se trouve dorénavant "Le testament des Mc Govern" de Hervé Jaouen. Une histoire qui se déroule sur nos terres bretonnes !!!

JC a avoué sa déception concernant "La Grammaire est une chanson douce" d'Erik Orsenna, déception qui a consterné plus de la moitié d'entre nous qui avions adoré ce livre. Comme quoi, tous les goûts sont dans la nature ! Par contre, il fut bien plus emballé par sa lecture de "Les novices" d'Yves Simon, auteur dont on parle peu. Ce livre parle en résumé d'un amour fusionnel de 2 ado-adultes, de leur séparation et de leurs éventuelles romantiques retrouvailles. Le tout sous le regard attentif de leur confident : le narrateur. "Un roman plein d'amour, de rêve et de poésie" dixit JC !

Héléna n'a pas du tout accroché au personnage de "Ritournelle de la Faim"de JMG Le Clezio. D'une phrase qui restera désormais célèbre, "elle n'était pas pressée de connaître la fin"... Elle a largement préféré " La mort du roi Tsangor"de Laurent Gaude, roman qui pourrait se passer en Afrique ou ailleurs. Un homme qui conquiert un royaume, nage dans les fastes. Son royaume chute. Pour ne pas assister à se déclin, l'homme préfère mourir...

Joelle tremble encore de l'angoissant huit clos de différents personnages dans une ferme isolée dans "Les voleurs de beauté"de Pascal Bruckner. Elle a aussi eu du mal à entrer dans "L'élégance du Hérisson" pour finalement bien l'apprécier !

Cyril est venu avec une partie de la série "Le secret de J" de Pierre Grimbert. Grâce à ses lumières, j'ai enfin compris la différence entre SF et héroic fantasy !  Il nous a présenté deux tomes de cette longue histoire qui suit des héros sur plusieurs siècles. Il est question de secte, de sages, de disparitions mystérieuses, d'une île, de planètes, des dieux et de leur création,  de réapparition plusieurs siècles plus tard. Cyril a mis en avant le côté mythologique et mystique de cette oeuvre qui prend place dans un passé imaginaire.

Claire, après s'être habituée, ou remise de sa surprise face au style brute de pomme, écrit parlé de "Je vais bien ne t'en fais pas"d'Olivier Adam, a passé un bon moment de lecture. Elle m'a bien intriguée avec "Malavista" de Tonino Benacquista. C'est l'histoire d'une famille américaine qui fuit l'Amérique pour s'installer dans un bled en Normandie. Le père, qui trouve une vieille machine à écrire, se présente comme écrivain sur le Débarquement. Alors qu'il écrit sur sa fuite de la mafia...

Quant à moi, j'ai présenté "
Mort aux cons", L'Eglise des pas perduset La condition

Voilà comment passer une bonne soirée, sans prise de tête, sans se ruiner, en se cultivant dans la joie et la bonne humeur.... et aussi voilà comment alourdir sa PAL ! 
Tentez avec avec vos amis. Si vous n'en avez pas assez, clicquez sur le site que je vous propose plus haut et vous rencontrerez des gens qui partagent vos centres d'intérêt !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost0

Publié le 23 Mars 2009

Pourquoi cette chanson ici... Parce que j'adore Jean Louis Aubert, qui semble être le guitariste le plus heureux du monde quand il joue, tant il semble s'éclater. Et puis cette chanson, je l'ai toujours trouvée très forte. Pourquoi aujourd'hui... Parce qu'hier, j'ai publié un billet sur le film Welcome. Et bien malgré les apparences, le sujet de chanson ressemble étrangement à celui du film.


Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #musique - chanson

Repost0

Publié le 22 Mars 2009



Synopsis : Pour impressionner et reconquérir sa femme, Simon, maître nageur à la piscine de Calais, prend le risque d'aider en secret Bilal, un jeune réfugié kurde de 17 ans qui veut traverser la Manche à la nage pour retrouver à Londres la fille qu'il aime. Il ne l'a pas vu depuis trois ans, a mis 4 mois pour parcourir plus de 4000  km depuis l'Irak pour parvenir à Calais. Après un premier essai infructueux de passage en Angleterre caché dans un camion, il décide de s'entraîner à la nage. C'est ainsi qu'il rencontre Simon, à la piscine.

Avec Vincent Lindon, Firat Ayverdi, Audrey Dana

Pour info, l'écrivain Olivier Adam a participé à l'élaboration du scénario et figure donc au générique de ce film.






                                         


Mon humble avis :  C'est un film très fort, bouleversant que je viens de voir. Les dix premières minutes ressemblent à un reportage où le journaliste, infiltré parmi les réfugiés filmerait "un passage". Puis le film trouve ses allures de... film, avec des personnages qui se choquent, se rencontrent, s'entrechoquent, se fuient eux mêmes ou les autres, se dénoncent, s'entraident, ne parviennent pas à s'oublier. Chaque relation, chaque comportement évoluent tout au long du film. Il en est de même pour Simon qui, indifférent au sort des réfugiés, s'investit à sa façon pour leur cause. Pour reconquérir sa femme dit le synopsis. Pas seulement... Au début peut-être puis son incompréhension face à des lois et la bêtise, voire la connerie humaine le pousse à se donner entièrement. L'évolution de sa relation avec le jeune Bilal, d'une émotion rare, souvent dans les non-dits, est magistralement filmée. D'ailleurs, aucun reproche à faire à se film. On ne peut que féliciter toute l'équipe et tous les talents réunis ici, avec bien sûr une mention spéciale pour Vincent Lindon qui, tout en naturel, en émotions contenues, en "faiblesse", en pudeur, en sobriété, joue un personnage très humain. 

Du début à la fin, en tant que spectatrice, j'ai été partagée entre deux sentiments. La honte : de mon silence, face à de telles situations même si je suis prête à  crier mon indignation sur tous les toits. Honte aussi de l'inaction de nos dirigeants politiques qui vont donner des leçons de droits de l'homme en Chine sans trouver une solution pour l'ignominie qui se déroule en France, une solution qui comprendrait au moins ces deux mots : humanité et dignité, car j'imagine bien que cette situation ne peut se régler d'un coup de baguette magique, hélas.

Je vous disais deux sentiments. Le deuxième, c'est la fierté de vivre dans un pays où des hommes et des femmes s'engagent en bénévoles. Un pays où le courage et la synergie d'une équipe donne naissance à un  tel film. Un pays qui fait encore un cinéma engagé qui dénonce, qui dérange, qui interpelle, qui bouleverse, qui révolte et rassemble... A la veille du Printemps du Cinéma la salle était tout de même comble. Alors, on se prend a espérer que ce film poignant pourrait faire bouger les choses et que les hommes politiques prendront des responsabilités et décisions humaines qui s'imposent.

Aifelle a vu ce film est l'avis d'Ys est Ici.



Pour info : Le long métrage "Welcome" de Philippe Lioret a été projeté aux députés PS afin d'illustrer la proposition de loi du parti visant à supprimer le "délit de solidarité" avec les étrangers en situation irrégulière.


Demain, je publierai une chanson qui semble être à l'opposé de ce film mais qui en est en vérité si proche. D'une île paradisiaque ou d'Irak, le pauvre ou l'opprimé voit imagine l'Europe comme un Eldorado.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 21 Mars 2009

Résumé : Contrairement à l'idée répandue, les cons ne sont pas réformables ; les campagnes de prévention ou les actions pédagogiques n'ont pas de prise sur eux. Une seule chose peut les amener non pas à changer, mais du moins à se tenir tranquille : la peur. Je veux qu'ils sachent que je les surveille et que le temps de l'impunité est révolu. Je compte à mon actif cent quarante meurtres de cons. Afin qu'ils ne soient pas morts pour rien, je vous enjoins de lire ce manifeste. Il explique le sens véritable de mon combat. » Qui n'a jamais rêvé de tuer son voisin le dimanche matin quand il vous réveille à coups de perceuse? Ou d'envoyer dans le décor l'automobiliste qui vous serre de trop près? Le héros de cette histoire, lui, a décidé un jour de passer à l'action.




                               


Mon humble avis : Dernière lecture dans la sélection de Mars du Prix des lecteurs Livres de Poche.
Le titre est percutant, et le contenu l'étant autant, ne déçoit pas. Cette histoire est rondement mené, même si, sur la fin, j'ai trouvé quelques passages longuets ou répétitifs. C'est un roman divertissant qui se lit avec facilité. L'écriture est simple mais truculente. En effet, les pages sont parsemées de citations sur les cons et la connerie. Citations toujours très justes, parfois hilarantes, mais qui peuvent aussi faire froid dans le dos au fur et à mesure que l'on avance dans notre lecture de l'élaboration d'une grande théorie presque philosophique, voire d'un manifeste sur les cons. Et cette théorie est appliquée par l'anti-héros qui se lance dans l'éradication des cons( quel boulot me direz vous !)

Bien entendu, "Mort aux cons" est à prendre à plusieurs degrés. Un premier et un deuxième et pourquoi pas un troisième. Maintenant, l'ordre dans lequel se classent ces fameux degrés d'interprétation du livre peut dépendre du lecteur !
Au premier degré, le livre est d'une immoralité tellement flagrante qu'on la sait voulue, donc pas choquante. D'autant plus l'écriture tend à le rendre léger, même comique par moment. Le tout sans qu'aucune situation ou vulgarité linguistique ne mettent le lecteur mal à l'aise. Ensuite, qu'autant de meutres pourraient être commis par une seule et même personne sans être élucidés ou punis refroidit un peu. Et pourtant, ce qui rend la situation presque hilarante, c'est qu'au début de ses méfaits, le narrateur est persuadé d'agir pour le bien fait de l'humanité, pour le rapprochement des êtres...

Au deuxième degré, on s'éclate ! On est soulagé. On se sent moins seul. Oui, nous sommes entourés de cons mais nous ne sommes pas les seuls au courant ! Et notre narrateur qui zigouille tout con qui croise son chemin et lui pourrit la vie semble parfois exécuter (ah le jeu de mots), nos rêves et fantasmes les plus enfouis ! Car, qui oserait nier qu'il n'ait rêvé un jour d'empoisonner le chien de son voisin qui aboie toute la sainte journée, de torde le coup à l'agent administratif qui reste sourd à vos emmerdements etc, etc... Bien sûr on est dans le romanesque donc tout est possible. Malgré cela, le lecteur peut se dire : le pire, c'est qu'il a raison. Et il y a un autre pire, c'est que je ne peux pas vous raconter la fin mais tout de même le narrateur...

Le troisième degré serait terrifiant ! Car tout le monde connaît la théorie de base qui stipule que nous sommes tous le con de quelqu'un ! Hors,  comme le dit Marc Levy  "Et si c'était vrai" ?! Va falloir faire gaffe ! On serait alors tous en danger de mort !?
Conclusion : Lisez ce livre cynique et drôle à la fois. Vous réfléchirez un peu sur votre connerie ou celle des autres et vous amuserez beaucoup. Car jusqu'à maintenant, la lecture reste un plaisir qui ne tue pas !

                                                                                    Livre lu dans le contexte
                                                                                         


Les avis enchantés de
Belledenuits, d'A Girl From Earth
(Si vous avez lu ce livre, donnez moi votre lien via un comm' pour que je puisse l'ajouter !
Comme je le disais, dernière lecture de la sélection mars du PDL, ne reste qu'à voter. Alors, réflexion !


                                                             
                                   

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 20 Mars 2009




Pour celles et ceux qui n'ont pas pu aller au salon du livre, qui n'ont jamais eu de dédicace ou qui aiment les comparer, qui souhaitent connaître l'écriture de leur écrivain préféré, pour les graphologues aussi qui passeront des nuits à décortiquer l'âme de ces auteurs, bref je partage ci dessous avec vous toutes les dédicaces recueillies durant ce salon. Certaines sont plus ou moins courtes, plus ou moins personnalisées. Les auteurs n'en sont pas à blâmer. Par contre, leur renommée oui, qui amène le lecteur à plus d'une heure de queue pour finalement une petite signature, mais qui fait tant plaisir. En résumé, plus longue l'attente, plus courte est la dédicace ! Quel paradoxe... Mais me direz vous, c'est pareil chez Mickey.... Trois quart d'heure d'attente pour 3 mn de manège vite oubliées. Alors que mes livres dédicacés, c'est toute ma vie que je vais les garder, si d'éventuels déménageurs à venir n'égarent pas un carton !
































       Ici, il s'agit de Jean Paul Dubois et de Mr Tanner ! ... Et là, de la pétillante et généreuse Danièle Evenou   

 
































                                        Jean Louis Fournier ...    et "Les mains libres" de Jeanne Benameur



































Le Best Seller Américain Harlan Coben à côté de.... Olivier Adam, auteur Breton et grand vendeur de livres !
































            Admiration et respect devant Mme Benoîte Groult et oh, tiens, Jean Louis Fournier, deuxième !


































Yasmina Khadra, en arabe et en Français... Et dans l'excitation, le stress et la joie du moment, je n'ai même pas pensé à lui demander ce qu'il avait écrit en arabe. Si l'un de vous peut me traduire ma dédicace, par un petit commentaire, ce n'est pas de refus !



































Bernard Werber... Sans voisin, puisque l'auteur du dernier livre acheté (Chronique du règne de Nicolas 1er), n'était pas là ce jour là

Et voilà ! Ainsi s'achève mon rapport sur le salon du livre. Pour les frustrés, qui se disent déjà ou qui hurlent "encore", un peu de patience ! Dimanche, se déroule le Salon du Livre de... Rennes. Je compte bien aller y faire un petit tour avec des amis, toujours armée de mes cartes de visite, à l'affût d'une interview, d'un témoignage de professionnels... Mais cette fois ci, pas d'achat ! Je vous prends toutes et tous à témoins !!!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 19 Mars 2009

Après les achats, vint le parcours sportif et minuté pour faire dédicacer mes achats, rencontrer, féliciter, remercier et négocier quelques adresses E.Mail et quelques futures interviews maison. Etant donné mes problèmes de santé actuels (je souffre de trouble d'un trouble du langage post traumatique), j'ai fait avec mes moyens du bords, visant avant tout mon plaisir et l'avenir de mon blog. Alors, il faut circuler, s'y retrouver dans les allées JKL et les contre-allées 33-44 etc.... Puis s'armer de patience aussi pour faire certaines queues de plus d'une heure.
Heureusement, je n'étais pas seule. Et ça, c'est le bon plan. Être accompagnée de personnes qui viennent pour te faire plaisir et qui sont donc dispo et de très bonne composition. Il faut aussi être équipé de téléphone portable... Ainsi, j'ai planté ma mère dans les queues pour Werber et Coben, plus d'une heure pour chaque. Pendant se temps, avec une copine, je faisais la queue ailleurs. Quand son (mon) tour approchait, ma mère me prévenait par téléphone. Et hop, j'arrivais juste à temps pour me glisser dans la queue, sans avoir doublé !!!
Ensuite, pendant que mère ou amie font la queue, j'ai pu me déplacer pour prendre les photos et ainsi, être plus rapide quand mon tour de rencontre arrivait et moins obsédée par "the photo". Dur dur tout de même... Les écrivains, ça bouge, ça lève et baisse la tête... Et les lecteurs ne sont pas immobiles non plus... On a vite un coude, une mèche de cheveux sur notre objectif à la place de l'écrivain que l'on admire !  Voici le résultat....



Yasmina Khadra, l'écrivain d'origine Algérienne qui monte qui monte qui monte ! Si ma mémoire est bonne il était sur la liste du Goncourt cette année. Je l'ai salué en Arabe. Nous avons un peu discuté de l'Algérie. Je tenais en main deux de ses livres. J'ai donc eu droit à une dédicace en Français, l'autre en Arabe.
Puis, je lui ai rapidement et efficacement (comme à chaque fois) de mon blog en lui glissant une petite carte de visite que j'ai fait faire à l'effigie de mon blog. Résultat, j'ai son adresse mail et un accord de principe pour une interview maison par mail !





A ses côtés, se tenait un Jean Teule très sollicité aussi. Et je me suis dit que des mains d'écrivain (même si je n'ai pas aimé Les lois de la Gravité) méritaient une photo !
















Danièle Evenou. J'ai acheté son livre "rire pour ne pas pleurer". Cette petite grande dame s'est révélée ADORABLE ! En effet, nous partageons la même maladie dont elle témoigne dans son livre (la spasmophilie). Très touchée par mon état, elle n'a pas lésiné dans l'effort pour m'écrire une ordonnance la plus naturelle possible, m'a donné les médicaments qu'elle avait sur elle. Je lui ai glissé la carte de visite de mon blog. Danièle Evenou est censée m'appeler pour me communiqué son adresse mail... dans le but d'une interview maison.

 

 



Benard Werber. Yes, après presque une heure et demie de queue faite par ma mère pendant que j'attendais devant Yasmina Khadra. Forcément, même si notre attente devrait être récompensée par une heure de face à face perso avec l'écrivain ! Mais comme il y a du monde derrière, on range notre égoïsme et on fait un peu vite. Mais idem, j'ai glissé ma carte de visite, obtenu l'adresse mail personnelle de l'auteur et un accord de principe pour une interview par mail ! yes !!








HARLAN COBEEEN !!! Une bonne heure de queue aussi, faite par ma mère... pendant que j'attendais auprès de Jean Louis Fournier.
Bon, je reviens à Coben. Adorable, souriant, patient. J'avais préparé une note écrite en Anglais pour lui demander son Email  "for a personal small email interview for my own web site".
Et bien devinez quoi ? J'ai eu une dédicace, une photo en compagnie d'Harlan et l'email personnelle du grand maître du thriller américain actuel ! Yeeeeeeeeeessssssssss!!!






Un Jean Louis Fournier sous fond d'Orchidée !
Un Jean Louis Fournier un peu dissipé qui m'a gentiement dédicacé "Satané Dieu" et "Il a jamais tué personne, mon Papa. Il m'a glissé que si je voulais lire toute son oeuvre, j'avais du travail puisque celle ci comporte plus de trente livres ! Mr Fournier n'ayant pas en tête son adresse mail, je lui ai donné la carte de visite de mon blog (qui contient bien sur mon email). J'attends donc que Jean Louis Fournier m'envoie par mail sa propre adresse, ayant obtenu aussi un accord de principe pour une de mes interviews personnalisée !



Charmant Jean Paul Dubois ! Il devrait faire du cinéma avec un tel charme... Oui, j'avoue...
Une dédicace de "Vous plaisantez monsieur Tanner". "Vous savez, j'en ai lu tellement de bien sur les blogs littéraires". A propos de blogs, blablabla... ma carte et...Yes, email obtenue et une nouvelle fois accord de principe pour quelques questions via messageries !







A côté de Jean Paul Dubois, Olivier Adam s'activait à dédicacer sans fatigue apparente !
Je ne connais cet auteur que de réputation. Aussi, quand je lirai mon exemplaire "A l'abri de rien", sur lequel Olivier Adam a laissé sa trace écrite, ce sera pour moi une entière découverte.
Avec Mr Adam... Gros point commun incontournable... Il habite St Malo à quelques kilomètres de la maison familiale et  de toute façon à 70 km de chez moi... Vous voyez où je veux en venir...
Je n'ai pas caché mon lieu de vie et ma proximité géographique, notée aussi sur ma carte de visite. Résultat... Une adresse mail, donc certainement une future interview et pourquoi pas, un café à St Malo lorsque je serai guérie !





Recontrer une telle Grande Dame que Madame Benoîte Groult ne laisse pas indifférent. Hélas, la communication est difficile. Je m'exprime mal et il y a beaucoup de bruit alentour. Je parviens tout de même à lui avoue mon engouement pour "La touche étoile" et l'effet captivant qu'elle avait sur moi à chacun de ses passages TV. Benoîte Groult est une dame passionnante à écouter, un peu comme Jean D'ormesson (en tout cas, selon mon goût). Cette fois ci, c'est "Ainsi soit elle" que je lirais, signé par cette auteure chevalier de la légion d'honneur !







Jeanne Benameur ! Un bel échange ou nous avons évoqué les personnages du roman "Les demeurées" pour lequel je n'ai pas caché mon enthousiasme. Moins de monde dans la queue, donc on ose prendre plus son temps et les auteurs sont aussi plus disponibles.
Jeanne Benameur m'a avoué avoir achevé dans un autre livre, à son insu durant l'écriture, ce qu'elle pensait avoir commencé avec "Les demeurées".
J'ai quitté son stand avec avec un exemplaire de "Les mains libres" dédicacé, une adresse mail, un accord pour une interview et délestée d'une de mes cartes de visite de blogueuse.

Dominique Lapierre... Je ne connais de lui que son nom et l'adaptation cinématographique de son best Seller, "La cité de la joie". Ma mère se laisse tenter par son dernier roman. J'en profite pour glisser une dernière carte et obtenir une ultime adresse mail et promesse d'interview !
Mon aventure au salon se terminait. Résultat : objectif atteint, comme une célèbre marque de cosmétique ! J'ai approché des auteurs très divers que j'apprécie ou découvrirai avec plaisir. J'ai obtenu des emails avec des accords de principes pour mes chères interviews. Maintenant, je ne me fais pas forcément d'illusion. Sur le nombre, peut être deux ou trois interviews aboutiront réellement. Car je me doute bien que tous ces auteurs sont ultra sollicités durant les quelques jours de salons et aussi, mine de rien, dans leur vie de tous les jours. Des "oui" se transformeront peut-être "je n'ai pas le temps, je suis débordée" ou "en longues plages de silence, dans cet autre Finistère "! Qui vivra verra !!

Les photos suivantes, je les ai prise au détour de mes passage près de certains stands, au détour d'une allée... Elles seront complétées plus tard, par celles qui se trouvent dans mon téléphone portable !

Françoise Hardy...



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et bien sûr, la Dame au chapeau, Amélie Nothomb !

Personnellement, je suis fan. Mais j'ai déjà un livre dédicacé et la queue ma dissuadée. Là, c'est donc une Amélie entre-aperçue, photographiée avec mon téléphone portable tant bien que mal !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0