Articles avec #litterature francaise tag

Publié le 15 Juillet 2010

Roman - Babel Editeur - 108 pages - 6.18 €

 

Résumé : Rien ne prédestinait Céline Rabouillot à devenir Garde-barrière. Elle lit des livres, parle trois langues, comprend les enfants comme personne. Elle accompagne un homme âgé qui a aimé les abeilles, la bonne chère et les grands crus de Bourgogne. Mais elle est grosse, trop grosse pour les "autres" que dérangent ses manières et ses habitudes. Et la voilà - elle qui porte le poids de l'absence, le chagrin d'un enfant mort - vouée à la haine sournoise de ceux qui n'acceptent la différence sous aucune de ses magnifestations.
Dans cet récit tragique, aux pages tour à tour fiévreuse et révoltées, Françoise Lefèvre, en même temps qu'elle évoque cette cruauté par phrases impotayables, s'attache à révéler la somme de grâce et de tendresse qui fait de Céline Rabouillot un être de passion, une Marie Madeleine d'aujourd'hui

 

 

 

 

                                          Voyageur, ce livre, après un long périple depuis chez Florinette, est arrivé chez moi ! Il repart donc pour d'autres aventures.

 

 

 

                                    -toile3.jpg

 

Mon humble avis : Céline est grosse, tellement qu'elle n'entre dans aucune norme. A tel point qu'elle s'est créé son propre monde, tant le vrai monde lui refuse sa place... parce qu'elle n'est pas "comme les autres". Heureusement, il a son voisin et deux enfants qui lui permette d'exprimer sa grandeur, sa force, sa beauté et tout l'amour qu'elle renferme depuis qu'elle a perdu l'enfant.

L'écriture de Françoise Lefevre est juste et empreinte d'une rare finesse. Avec elle, les phrases deviennent une vérité que vous faites vôtres, que vous soulignez, que vous notez dans un carnet. Les thèmes forts du livre, le refus des différences, la solitude, l'absence de l'autre, la perte d'un enfant, sont traité avec grâce. Alors, oui, c'est un livre que je pourrais conseiller. Pourtant, un passage malsain m'a dérangée et j'ai trouvé ce roman déprimant dans l'ensemble, depuis sa couverture, jusqu'à la fin, même si Céline, notre héroïne mal aimée, célèbre tout, même l'infiniment infime...

En fait, cette histoire est peut-être à éviter si l'on se sent trop concerné par ses sujets. Car à ce moment là, on peut avoir l'impression de lire un autoportrait, écrit par une auteure de talent certes, mais cela fait toujours aussi mal.

 

 

"C'est inouï le nombre de gens qu'il faut chasser de sa routepour qu'ils ne viennent pas piétiner les joies minuscules d'une journée."

 

"Et l'on sait que l'absence grossit dans la poitrine, fait le coeur énorme et qu'on la porte en plus de son propre poids. Elle est partout, remplit tout..."

 

" De retour à la maison elle griffonne les mots d'amour qu'elle aimerait recevoir. Elles les écrit pour elle même, c'est à dire personne."

 

" Avant toute chose, il y a le coeur gros. Ce coeur qu'il faudrait presque tenir à deux mains tant il est lourd."

 

" Elle écrase son chagrin contre la vitre. La tentation est grande d'imaginer que c'est un front qu'elle a contre le sien. Un front pour y appuyer sa peine". 

 

 

  

 

 

Les avis d'Aifelle, de Marie, de Leiloona

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 1 Juillet 2010

Roman - Editions Phébus - 283 pages - 20 €

 

 

Résumé : Son père est une ombre solitaire. sa maison bruisse de silences et les murs de pierre suintent le mystère... La narratrice grandit clans une atmosphère lourde de non-dits. Pourquoi celui qu'elle appelle le Menuisier est-il si lointain ? Pourquoi sa famille semble-t-elle perpétuellement en deuil ? Elle aimerait poser des questions. ruais on est taiseux dans le Finistère. Livrée à ses doutes et à ses intuitions., elle écoute les murmures, rassemble les bribes. Tisse patiemment une histoire. Des années lui seront nécessaires pour percer le secret de son ascendance. mesurer l'invisible fardeau dont elle a hérité. D'une plume à la fois vibrante et pudique. Marie Le Gall décrypte l'échec d'une relation père-fille et touche au coeur.

 

 

 

 

 

 

  

 

                                      -toile3.jpg

 

Mon humble avis :  Un livre qui a remporté le prix du roman Breton, souvent chroniqué avec enthousiasme sur la blogosphère et enfin, une auteure présente au salon des Etonnants Voyageurs de St Malo... Donc 3 bonnes raisons de l'acheter et de le lire dans les plus brefs délais !

Ce livre est un véritable chef d'oeuvre ! L'écriture y est magnifique, maîtrisée, soutenue sans être inaccessible. Douce, envoûtante, mélancolique, intimiste. Les mots semblent choisis avec précision pour décrire les sentiments qui lient, même dans le silence, des êtres proches que tout sépare. L'humour n'est pas absent non plus, lorsque l'auteur évoque "ses encadrés" (les innombrables défuns encadrés en sépia). C'est toute une époque de la Bretagne qui se déroule sous nos yeux, la Bretagne, la vraie, celle que je connais très peu, voire pas du tout. La Bretagne des paysans du Finistère. Outre la qualité littéraire de "la peine du menuisier", l'attrait culturel de ce texte est indéniable. Enfin, c'est un livre qui touche profondément, surtout lorsqu'il évoque la "folie" de la grande soeur", la relation manquée entre un père et sa fille et surtout, ces non-dits, vicieux, qui rongent petit à petit votre vie... et vous empêche de vous épanouir.

Alors, pourquoi 3 étoiles ( et non 4 ) attribuées comme ce livre le mériterait ? Parce que j'ai ouvert ce roman comme si j'ouvrais un écrin, sûre d'y trouver un bijou. Le bijou était bien là, mais il m'a fallu une bonne centaine de pages pour le voir briller. Il était comme trop précieux pour que je puisse l'apprécier pleinement, pour que je sache comment le tenir, comment le porter sans l'abîmer... Une rivière de diamants peut être "lourde" à porter et  ne pas convenir à tout le monde...  Même s'il traite de la paysannerie, ce livre était un peu trop noble pour moi. Un livre peut-il être trop bien ??? Peut-être pas. C'est sans doute moi qui ne suis pas assez...

Alors, j'adresse toute mon admiration à Marie Le Gall. Un premier roman aussi remarquable, cela force le respect.

 

 

Les avis de Sylire, d'Aifelle, de Gambadou

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 23 Juin 2010

Roman - Editions Astour - 246 pages - 8.5 €

 

Première parution en 1850

Roman de la collection Les grands romans de Bretagne.

 

Résumé : C’est dans les parages magiques de la baie du Mont-Saint-Michel où chacun craint de périr dans les sables mouvants et où planent des fantômes vengeurs, que se déroule cet envoûtant roman moyenâgeux où se mêlent ésotérisme et traditions, vengeance et amour, crimes et châtiments…

 

 

 

 

 

 

Séquence l'avis des ados.... donc ma nièce Camélia 

 

 

 

  

   

L'humble avis de Camélia :

 

L’histoire se passe en Bretagne en 1450, alors qu’elle était encore un duché.  

Tout commence lorsque le duc François de Bretagne qui rend hommage à la sépulture de son frère dans l’abbatiale du mont Saint Michel, est accusé de fratricide par le seigneur Hugues de Maurever. Déclaration faite, celui ci profite de la surprise de l’assemblée pour s’évaporer dans les sombres recoins du Mont...

Offusqué, le duc demande à deux de ses portes bannières, de poursuivre cet « imposteur » afin de le lui ramener mort ou vif. Le premier, Aubry de Kergariou, refuse de servir le duc accusé d’un tel crime, en lui jetant ses armes. Le second, Méloir,  accepte. Ainsi, il est récompensé par le duc qui le fait chevalier...

 Pendant plusieurs nuits, Reine traverse les grèves en bravant tous ces dangers pour porter discrètement à manger à Aubry, enfermé dans les prisons du Mont St Michel puis à son Père réfugier secrètement sur l'île de Tombelène. Ainsi les habitants du petit village côtier « Saint Jean de Grèves »,  croient avoir affaire a une fée. Ils l’appellent « la fée des grèves »…

 

Un livre très bien écrit où les décors de la Bretagne et ses paysages côtiers sont bien posés. L’esprit chevaleresque et le pouvoir du duc montre bien ce qu’était ce duché avant d’être français. Les histoires d'amour et de trahison sont captivantes. Par contre, il faut "bien suivre" car les personnages sont nombreux. Mais c'est un roman historique passionnant et très instructif.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 7 Juin 2010

Nouvelles - Jordan Editions - 167 pages - 11.90 €

 

Parution en 2006

 

Résumé : Uniquement distribué dans le Nord-Pas-de-Calais et par la FNAC, ce recueil de nouvelles décline le monde de l’entreprise. Les employés sont toujours un peu serviles, et les big boss très souvent des outres un peu vides, on veut leur plaire à tout prix ; confits dans leur suffisance candide, on aime à leur jouer des tours... Un filou malin fait semblant de nous reconnaître en copain d’armée, un représentant s’abime dans la préhistoire, un directeur-adjoint reste extérieur à l’esprit cohésion d’équipe, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

                                -toile4.jpg

 

 

Mon humble avis : Pourtant pas friande de nouvelles, j'avoue qu'ici, je me suis régalée. Imaginez une douzaine d'huitres, dans laquelle chacun des coquillages renferme une perle, et toutes les perles réunies formant un magnifique bijou, éclatant.

 

Après quelques lectures décevantes, quel plaisir de se retrouver enfin portée par des mots et des histoires qui sonnent si juste. Dans ce recueil, il n'est pas une nouvelle moins bonne qu'une autre. Elles sont toutes aussi ironiques, cruelles, drôles et tendre aussi parfois. L'auteur nous montre ici avec maestria l'univers impitoyable de l'entreprise, où chacun est prêt à marcher sur les autres pour atteindre son but, où une carrière se fait et se défait sur un malentendu, sur une vengeance, sur un coup de chance, de malchance ou même, sur un mauvais jeu de mot.

Je suis épatée qu'un auteur puisse créer tout un univers, décors, atmosphère et personnages, aussi détaillé en si peu de pages, alors que d'autres ne racontent rien en un roman entier. A chaque fois, je suis vraiment entrée dans l'histoire, me demandant comment le héros se sortirait - ou pas- de sa situation. Et chose rare, chaque chute est compréhensible et jubilatoire. Je ne me suis jamais dit, comme c'est souvent le cas lorsque je lis des nouvelles "ah, tout ça pour ça" ou "j'ai du passer complètement à côté".

Lisez donc ce recueil. Vous rirez, vous sourirez, vous trouverez sans doute le portrait de quelques collègues croisés au cours de votre carrière, vous verrez ce qu'il faut faire et ne pas faire dans le monde de l'entreprise. Et surtout, vous vous direz :"le pire, c'est que tout cela est si vrai" tout au long d'une lecture que vous trouverez certainement délicieuse, jubilatoire, comique mais pas méchante.

 

 

Ce livre a reçu le prix littéraire 2006 "A la découverte d'un écrivain du Nord-Pas-de-Calais décerné par le Furet du Nord en partenariat avec La Voix du Nord, toute ma jeunesse !

 

Les avis de Cuné; Fattorius

  

                                                                                                          

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 26 Mai 2010

 

Roman - Livre de poche - 145 pages - 6.00 €

 

Résumé :  Le fait du prince » Un homme vole l’identité d’un inconnu. « Il y a un instant , entre la 15ème et la 16eme gorgée de champagne où tout homme est un aristocrate ».

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                           -toile1.jpg

 

Mon humble avis :Comme je suis une fidèle et une convertie au Nothombisme, je risque de ne plus être objective dans ce billet. Alors, je vais me tourner vers nos quatre amis les jurés de la Nouvelle Star et leur demander leur avis (toute imitation de personnages existants ne serait que pure coïncidence !!!) -Philippe Manoeuvre - Alain Manoukian - Lio et Marco Prince

 

 

 

                                                                                                             

 

 

 1 * : Héhé les mecs, non mais quelle déception ! Ce livre où coule tant de champagne ne vaut même pas une bouteille de champony. Amélie devait être en grève lors de l'écriture de ce roman. Car comme le souhaite Sarkozi, elle n'a fourni que le service minimun !

 

 

 

 

 

 1* : Non mais le problème, enfin moi je me souviens d'un grand peintre, il s'appelait Edgars Degas. Il disait " La peinture c'est très facile quand vous ne savez pas comment faire. Quand vous le savez, c'est très difficile" Il est là son problème à Amelie. Elle nous a pondu des supers bouquins sans savoir comment. Maintenant qu'elle est une référence, elle ne sais plus comment s'y prendre. Et puis, j'sais pas moi, mais elle aurait peut être du boire autant de bulles que ses personnages, alors peut-être là, elle nous aurait menés dans une autre dimension tridimentionnelle : une barge qui écrit une histoire de barge dans une situation barge.....

Oui, merci DD, on a compris.

 

 

 

 

 1* Amélie, tu sais que je t'adore, en plus nous partageons la même Belgitude. J'ai lu tous tes livres mais depuis quelques temps, tu me déçois à chaque fois. Et là, c'est plus possible. Je suis restée sur le quai, tu ne m'as pas du tout emmenée dans ton univers. Je n'y ai pas retrouvé tes prénoms improbables, tes mots connus que de toi et du petit Robert, ton sens de la formule. Non Amélie, c'est pas ça. Il faut faire comme moi, tu dois absolument te réveiller, te renouveler pour étonner ton publique et le conserver ! Je ne te mets qu'une étoile, car je sais que tu es capable de plus, de bien plus !

 

 

 

 

 

1*++ : Amélie, elle fait des choses très difficiles parce que très originales. Et là, cela devient dur de plaire à tout le monde. Bon là, j'avoue j'ai été déçu. Je me suis ennuyé profondément pendant les 110 premières pages. Ce n'est que dans les 30 dernières pages que j'ai retrouvé l'auteur que j'apprécie et le plaisir de lire. Mais c'était trop tard, la magie était passée. Mais comme Lio, je suis d'accord pour dire qu'elle est capable de beaucoup mieux. Mais on attend, depuis un peu trop longtemps. Faut lui foutre un peu la pression et la trouille pour qu'elle se remette vraiment au travail c'est tout. Tout le monde ne peut pas faire du Nothomb systématiquement, elle la première !

 

 

 

 

 

1*+ : Et moi dans tout ça.... " Non, mais tout a été bien dit là par mes collègues. J'ai juste un message à adresser à Amélie : j'espère que vous avez de l'humour et surtout, faites en sorte de ne plus me décevoir. ""Je ne veux pas me lasser de toi !"

 

 

 

                                                    challenge ABC

                                                                    N                                 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 7 Mai 2010

9782234062610-G.jpg

Roman - Editions Stocks - 304 pages - 18.50 €

 

Nouveauté

 

Résumé : Moon a choisi la rue parce qu’elle a décidé d’être « elle-même dans ce monde où les gens sont devenus des autres ». Elle ne fait pas la manche, elle vend des sourires, et observe avec malice le manège des gens pressés.
 « Je dis : Avec cinquante centimes d'euros, qu'est-ce qu'on achète à notre époque ? J'insiste, il accélère, petite pirouette : Non sans déc’, à ce prix, franchement, tu trouves des trucs intéressants à acheter ? Le type finit par s'arrêter, il se demande où je veux en venir, et c'est là que je sors le grand jeu, tutti et compagnie, je dis : Un sourire à ce prix-là, c’est pas cher payé ! Et j'attends pas qu'il accepte, je lui refourgue un petit sourire façon majorette à dentelles, épaules en arrière et tête haute. Le type soupire, il pense qu'il se fait avoir. Il n'a que dix centimes mais je lui fais quand même le sourire en entier. Je suis pas une radine.»

Autour d’elle, il y a Michou et Suzie avec leur Caddie, Boule, son crâne rasé et sa boule de billard à dégainer en cas de baston, les kepons migrateurs avec leurs crêtes de toutes les couleurs, et surtout, il y a Fidji et ses projets sur Paname. Pour lui, elle a décidé d’écrire un roman, un vrai. 
Et il y a Slam qui sort de prison, Slam qui aime les mots de Moon et a une certitude : un jour, elle décrochera la lune…

 

 

                                    -toile4.jpg

 

 

 

Mon humble avis :Salut, c'est Moon. Géraldine me file sa place ce soir car elle est encore bouleversée par mon histoire. Faut voir, elle s'est encore pris un grand coup dans le ventre, dans le coeur, et c'est même remonté jusqu'au fin fond de son âme.

Faut dire, ma mère, Maud Lethielleux, sait y faire pour remuer les gens de la tête aux pieds, enfin, surtout dans la caboche. Sa recette ? J'l'ai observée quand elle m'a créée, autant avec ses tripes qu'avec son coeur, normal, pour mettre autant d'amour dans un livre. C'est que même si je suis SDF, j'suis vachement aimée par ma mère biologique, du coup, je crois bien que tout le monde finit par m'aimer aussi, ça fait du bien de savoir qu'à droite à gauche, des lecteurs s'attachent autant à moi. Ouais, bon, je vous parlais de sa recette... Et bien y'en a pas na ! C'est ce qu'on appelle du talent et en plus, le sien n'est pas conventionnel. Oui, parce que la petite Maud, elle écrit comme je parle, à moins que je ne parle comme elle écrit. Pas de chichis entre nous. Et puis, ca évite des froides distance entre nous. C'est sûr, au début, faut s'habituer mais au bout de quelques pages, vous restez assis près de moi sur le bitume et vous partagez mon quotidien, pour le meilleur et pour le pire jusqu'à la dernière page. C'est cool d'avoir Maud comme mère car avec elle, je suis pas obligée d'écrire des mots classes qui ne servent à rien, on se prend pas la tête avec la conjugaison et tout le reste. On parle normalement, comme ça, t'as l'impression d'être avec moi, de discuter, de me comprendre, de devenir mon pote. Mais ça n'empêche que Maud elle me met plein de belles phrases dans la tête ou dans la bouche, des phrases qui sont tristes ou drôles, mais toujours vraies, qui touchent en plein dans le mille. Et puis avec elle, des mots tout bêtes, que certains trouveraient peut-être même moches, deviennent des guirlandes de Noël ou des colliers de fleurs, suivant la saison. Géraldine avait déjà adoré le livre précédent de Maud "Dis oui Ninon". Mais elle a l'impression d'être encore plus touchée par mon personnage, peut-être parce qu'on partage certains points communs et puis que je suis un peu plus vieille que Ninon. D'ailleurs, pour ceux qui la connaisse, et bien vous la retrouverez en peu dans ce livre. Ninon fait des apparitions, avec son père. Géraldine m'a avoué tout à l'heure qu'elle adorait les personnages de Delphine De Vigan, pour qui il faut garder une place dans le coeur tellement ils sont touchants. Ben, pour elle, y'aura toujours une p'tite place pour moi dans son coeur, pareil. C'est cool, j'suis plus SFD alors. Fini le bitume !

 

 

 

"J'attendais quelqu'un, ce n'est pas donné à tout le monde ce genre de privilège".

 

'J'en ai marre d'être lucide et de me comporter comme une vieille qui regarde la vie depuis son balcon."

 

"Les fringues, c'est une façon déguisée de se trimballer à poils"

 

"J'avais bien raison d'être moi mêmen dans ce monde où les gens sont devenus des autres".

 

" Je dis : sortir de quoi, je suis jamais entrée dans rien"

 

"Les compliments, c'est jamais gratuit, c'est une sorte de crédit pour survivre et quand tu en as bien profité, tu paies encore."

 

"La vraie vie est emballée dans du papier cadeau. Quand tu l'ouvres, tu trouves une boîte, c'est comme les poupées russes, chaque boîte en contient une plus petite, l'espoir diminue au fur et à mesure quand tu les ouvres mais tu continues à espérer, tu revois tes projets et tes ambitions à la baisse."........................ et je pourrais continuer sur des pages, presque recopier le livre entier.

 

                                                                                                                   

                                                    0-20-68-.gif11.gif

                                                                                                                

 

De la même auteur sur ce blog :Dis oui, Ninon et une interview exclusive

 

Je fais voyager ce livre. Si vous voulez partager un moment de la vie de Moon et que ce livre vienne chez vous, inscrivez vous par un commentaire. (conditions : tenir un blog que je connais ou que mes copines blogueuses connaissent !)

 

                                                                                      

 

Ce livre est déjà passé chez :  Karine. Il part chez Saxaoul ; Sylvie ; Lyiah, Pascale ; Alex ; Thais ; Marie ; Stéphie

 

 

 

 

Les avis de : Keisha, Sylire, Karine

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 14 Avril 2010

Récit - Collection Folio - 220 pages - 5.60 €

 

Résumé : C'est l'histoire d'un incroyable mensonge qui finit dans le sang. Pendant dix-huit ans, Jean-Claude Romand a fait croire à tout le monde, même à ses proches, qu'il avait réussi ses examens de médecine, passé l'internat et qu'il était devenu chercheur à l'OMS. En réalité, il passait toutes ses journées, silencieux et clandestin, sur le bord des autoroutes. En janvier 1993, le faux médecin assassinait sa femme, ses enfants et ses parents.

Emmanuel Carrère reprend ce véritable fait divers, reconstitue l'affaire Romand, la décortique, l'explore. L'auteur a rencontré les amis et l'avocat de Romand, suivi son procès puis il a établi une correspondance avec lui.

 

                                    -toile3.jpg

 

Mon humble avis : J’ai lu ce livre dans le cadre d'un challenge/ lecture commune "découvrir un auteur" organisé par Pimprenelle. Ce mois, ci, nos billets portent sur Emmanuel Carrère. Un auteur que je ne connaissais que par son nom et sa bonne réputation. J'ai donc choisi "L'adversaire", livre dont j'avais lu des billets intrigants. Hélas, je pense que mon choix n'était pas idéal pour découvrir un écrivain car il s'agit ici d'un récit, celui de la vie de Jean Claude Roman, qui vécut 18 ans dans le mensonge en ce faisant passer pour médecin chercheur pour l'OMS et qui finira par assassiner ses parents, sa femme et ses enfants. Ce fait divers avait ébranlé la France dans les années 90. Certes, Emmanuel Carrère se révèle ici un excellent narrateur de cette affaire, tout aussi bon "metteur en scène" de cette triste tragédie pour la transposer dans un livre, non sans un certain suspens, même si la fin est connue de tous. C'est sans doute le plus grand talent développé dans cette œuvre : tenir le lecteur en haleine avec une histoire dont tout le monde connaît la fin, en gardant une certaine distance et objectivité et surtout sans voyeurisme malsain. Mais ce n'est pas avec ce type de récit que l'on peut prétendre connaître un auteur. Car ce que j'admire le plus dans le travail des romanciers, c'est justement l'aspect créatif de l'histoire....

Néanmoins, l'écriture est plaisante et j'ai apprécié l'évocation des démarches de l'auteur pour parvenir à transcrire ce drame. Emmanuel Carrère partage avec le lecteur ses doutes et ses hésitations. Et comme lui, je dirais que l'on a du mal à se forger une opinion précise à propos de Jean Claude Roman : Etait-il malade, fou, terriblement malheureux ou simplement mais terriblement machiavélique. A t-il dupé tout le monde jusqu'au bout ou était il victime d'une maladie psychiatrique.... je suis d'ailleurs étonnée qu'un tel personnage n'ait pas été déclaré non responsable de ses actes lors du procès.... Mais dans le doute... Oui, il subsiste à la fin de se livre un terrible doute que l'auteur laisse délibérément, par plaisir sadique ou parce que lui même n'a pas la réponse ? Je penche pour la deuxième hypothèse.

Un petit bémol tout de même, j'aurais aimé qu'Emmanuel Carrère approfondisse un peu plus la solitude quotidienne et psychologique qu'à du vivre Jean Claude Roman durant toutes ces années. Que faisait-il de ses journées ? N'est-ce pas cette solitude qui aurait fini par le rendre fou ?....

Un livre intéressant, mais qui ne me suffit donc pas à me faire une idée sur l'œuvre d'Emmanuel Carrère.... Une autre lecture est donc à prévoir !!!

 

 

 

                                            challenge ABC

                                                           C

 

Nous sommes 23 participantes à cette découverte, donc sur chacun de ces blogs aujourd'hui, un billet sur un livre d'Emmanuel Carrère.

Moka - Stephie - Clara - Zorane - Evertkhorus - Vanounyme - Lili - Penny Lane - Calypso - Mirontaine - Lou - Cynthia - Caro - MrsPepys - Marie L - Géraldine - Lasardine - Aurore - Cacahuète - Djak - Lancellau - Maggie - Pimprenelle .

  

DAL PAL 103 - 25

42823900_p.jpg

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 7 Avril 2010

51-hNApfqbL__SS500_.jpgRoman jeunesse/ Série - Edition du Triomphe - 219 pages -8.55 €


Résumé : Sujet : ...Ou comment devenir un agent secret! Le jeune Langelot ne se doute pas, en effectuant ses trois jours d'orientation en vue du service militaire, que l'on va lui proposer d'appartenir au fameux S.N.I.F. : le Service National d'Information Fonctionnelle. Les épreuves vont être variées car il faut révéler toutes ses capacités morales, physiques et psychiques pour devenir un espion compétent. Une mission délicate va très vite lui être confiée.

 

 

 

 

 

Pour les livres jeunesse, comme d'habitude sur ce blog, ce sont les jeunes qui si collent ! Ma filleule qui a pris un an de plus le même jour que moi !

 

 

 

 

 

 

 

L'avis de Camélia (14 ans) : Langelot, un jeune blondinet de 18 ans est choisi pour être agent du S.N.I.F (Service d'Information National Fonctionnel) ! Il suit donc un stage d'entraînement, sur un bateau normalement connu uniquement du Ministre de la défense, ou règne un atmosphère tendue car la formation d'agent secret nécessite une habitude de la solitude. Aussi chaque participant portera durant tout le stage d'environ 6 mois le lourd secret de sa personne en la masquant par une fausse identité. Une formation pratique qui aura était, pour Langelot et Corinne, sa nouvelle amie, comme une première mission après la découverte de la principale occupation du Colonel, accusé d'être agent ennemi : détruire le navire.
L'auteur, dont l'identité est nouvellement dévoilé, ayant travaillé pour la Défense National et connaissant bien le monde des service secrets sait le ton à donner au roman d'action pour les rendre haletants et vrais. J'ai bien aimé ce livre car il peint bien l'ambiance des services secrets et pose bien le décor pour les nombreuses autres missions de Langelot !


Je ne sais pas vous, mais moi, je découvrirais bien ce Langelot !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 31 Mars 2010

Roman - Editions Flammarion - 377 pages - 21 €


Résumé : Parce que la vie dépend des chemins que l'on prend ou des portes que l'on ouvre, comment Alice, jeune femme pas du tout à la mode, va-t-elle survivre à un bizutage sexuel, piège tendu par son amie Hilda dans un somptueux appartement parisien? Son désir de vengeance pourra-t-il être assouvi? Et pourquoi Elly Schlossberg, tante d'Alice et milliardaire grâce à ses produits de beauté, est-elle si tourmentée par cette affaire? Parce qu'elle veut défendre sa nièce ou protéger du scandale son ami, propriétaire de l'appartement où l'agression a eu lieu et ambassadeur qui veut s'engager dans la course à l'élection présidentielle de 2012? Quel rôle trouble joue encore l'Hôpital Central, établissement où nombre de médecins et d'étudiants étrangers apprennent leur métier en s'exerçant sur des patients vulnérables et fragiles?






                                     -toile3.jpg

Mon humble avis :Alice est la nièce d'une milliardaire. Elle subit un viol collectif, chez la nièce d'un candidat aux présidentielles, qui la laisse pour morte. Sa tante la prend sous son aile et lui adjoint Johnatan, un privé qu'elle engage à prix d'or, comme homme de compagnie ou garde du corps pendant la convalescence qui durera plus d'un an. Les égards de cette femme  viennent ils du coeur ou sont ils pour cacher le scandale en éloignant sa nièce, qui ensuite, n'aura de cesse que de ce venger. Car les milliards de la richissime tente soutienne un ambassadeur qui pourrait devenir présidentiable....
Voici un livre qui ne vous laissera pas une minute d'ennui. Il mêle différents ingrédients et genres, roman classique en premier plan avec la reconstruction de la pauvre Alice, violée. L'horreur de ce type d'agression, la convalescence et les dégâts physiques et psychologiques sont très bien décrits. Alice est très attachante, tantôt fragile, tantôt volontaire et déterminée. Puis, en second plan, ce livre prend l'apparence d'un thriller.... Avec la vengeance d'Alice, avec cette tante qui semble prête à TOUT pour parvenir à ses fins, avec du trafic de drogue, du blanchiment d'argent, et un hôpital aux pratiques plus que douteuses. Le danger rode, on ne sait de qui il va venir. On tourne les pages sans s'en rendre compte, on veut savoir. Enfin, une bonne dose de romanesque apporte un peu de légèreté au sujet plutôt grave. Mon seul petit reproche serait que par moment, apparaissent des personnages qui disparaissent aussitôt, sans que l'on sache ce qu'il en advient (je pense notamment au journaliste qui paraît abandonné en chemin par la romancière).

La vie, d'une manière ou d'une autre... Un titre fort que chacun est libre d'interpréter comme il le souhaite, avant ou après la lecture du livre. Car il est certain que dans la vie, on fait certains choix déterminant pour la suite,  on ouvre les bonnes ou les mauvaises portes, et parfois sans s'en rendre compte. Le choix que je vous propose est moins capital, mais il vous assurera au moins un bon moment de lecture : procurez vous ce livre, et plongez vous dans cette histoire passionnante, aux multiples rebondissements.


Je remercie
Gilles Paris et les Éditions Flammarion pour cette lecture

De la même auteure sur ce blog, l'excellent : "Une rentrée Littéraire"

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 7 Mars 2010

http://www.librairiepantoute.com/img/couvertures_300/famille-au-petit-oignon.jpgRoman Junior - Gallimard Jeunesse- 330 pages - 12.83 €

 

 

Résumé : Quand on est une famille de six garçons, impossible de s'ennuyer un seul instant. Surtout avec Jean-A. qui veut toujours être le chef, le club des agents secrets de Jean-B., Jean-C. qui ne comprend jamais rien, Jean-D. alias Jean-Dégâts, les poissons rouges de Jean-E. et le bébé Jean-F. qui n'arrête pas de pleurer... sans parler du déménagement, des bagarres avec la bande des Castors et des cousins Fougasse aux oreilles décollées... Heureusement que papa est un as du bricolage et que maman est très organisée !
Prenez beaucoup d'humour et un peu d'autobiographie et vous obtiendrez les savoureuses aventures des Jean-Quelque-chose. Petite cerise sur le gâteau : une histoire inédite aussi amusante que les autres. À déguster avec délice et sans modération !




Pour la littérature jeunesse, je vous rappelle que ce sont mes nièces qui s'y collent ! Aujourd'hui, c'est Camélia... Un livre qui lui correspond à merveille, puisque celle-ci a aussi six frères et deux soeurs...



L'avis de Camélia, 13 ans :  Ce livre raconte l'histoire d'une famille de six garçons qui portent tous le prénom Jean suivi d'une lettre de l'alphabet : Jean A., Jean B., Jean C.,.....
L'arrivée d'un nouveau bébé, un déménagement, des vacances chez Papy Jean et Mamie Jeannette, une journée avec les cousins Fougasses aux oreilles décollés, ou même l'arrivée d'un cirque en ville, avec la famille Jean QUELQUECHOSE, tout prend une allure comique.
Mais le pire qui puisseleur arriver, c'est lorsque Papa rentre tôt du travail, avec une allure joviale.C'est qu'il a alors une surprise à leur annoncer : comme un séjour à la montagne, pour profiter de l'air vivifiant (air plutôt glacial) qui les entraîne tous au fond de leur lit avec 40 de fièvre, ou encore des vacances dans la villa Bretonne de Mr Archampault, villa... ? peut-être ruine... ? De quoi mettre Maman dans tout ses états...
Un livre a donner des fous-rire face à des  gags parfois quotidiens... mais que l'on a parfois plus de plaisir à lire qu'à vivre ! ...

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0