Publié le 9 Septembre 2010

BD - Editions Gallimard - 106 pages - 15.50 €

 

 

Résumé : La suite des aventures de Aya et de ses 2 copines Bintou et Adjoua, 3 jeunes filles vivant à Yopougon, un quartier d'Abijan, en Côte d'Ivoire, à la fin des années 70.

 

Dessinateur : Clément Oubrerie

Scénariste : Marguerite Abouet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon humble avis :   Quel plaisir de retrouver ces 3 jeunes filles, même si Aya, la gentille et sérieuse est un peu reléguée au second plan, au profit de Bintou et Adjoua, ses copines plutôt coureuses, intéressées et très naïves.

Adjoua a mis son enfant au monde. Problème, celui-ci ne ressemble pas du tout au père supposé et épousé !

Cette fois ci, j'ai mis moins de temps à entrer dans cette BD qui pourtant me captive. Je suis maintenant habituée au parlé Africain et à ses expressions. Et, j'ai enfin réussi à différencier les trois héroïnes... par leurs coiffures, qui m'avaient échappée dans le premier tome.

Bien sûr, dans le 2ème tome, l'effet de surprise et de nouveauté de son prédécesseur n'est plus, mais le plaisir grandit encore. On retrouve tout les membres de ce quartier, dont on a peu à peu l'impression de faire partie. Certains personnages sont attachants, comme Hervé, le courageux mais analphabète cousin de Bintou. D'autres sont horripilants mais tellement drôles, comme Moussa, aussi glandeur et bête que son père n'est intelligent, travailleur et richissime. Ici les jeunes filles rêvent de s'affranchir de leur  condition et de la surveillance et de l'autorité paternelle ancestrale... Comment échapper à un mariage avec ce bon à rien de Moussa ? Et puis il y a bien sûr l'adultère, qui porte aussi le nom de polygamie...

Le tout est traîté avec humour et vivement mené, alors, pourquoi se privé d'une telle lecture ? Toujours aussi distrayante et instructive avec un bonus final qui cette fois ci, vous initie à mettre vos enfants au dos, comme le veut la coutume africaine. Encore un sympatique voyage en Afrique, sans oublier l'étape incontournable sous l'arbre à palabre !

 

 

"... On va le chercher dans le quartier"

"Et Aya, c'est comme chercher une machette dans un champ de manioc"

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 7 Septembre 2010

Le dernier dimanche d'août, dans un lieu emprunt de magie et bucolique à souhait...

 

aout-2010-144.JPG aout 2010 184

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

...se tenait ....

 

 

 

title.jpg

 

 

 

Ce lieu très reculé s'appelle Chanceaux, près de Loches en Indre et loire. Verdure, petit lac, allée boisée, pelouse près d'un château, petite chapelle... Bref, un endroit où pourraient se dérouler de nombreux romans... C'est là que ce dressait la Forêt des Livres, véritable salon du livre en plein air, sous un ciel... globalement clément. Bref, une sympathique ambiance de garden party.

J'y étais ! Et pas seule ! Cet événement fut l'occasion de donner RDV à mes copines blogueuses Keisha et AGFE. D'ailleurs, plus qu'un RDV, c'est un véritable week end que nous avons passé ensemble... Visite et rapport !

 

Une première allée vous mène dans le pré des bouquinistes...

Faux vieux, réellement ancien, presque neuf, à 1 € ou à plusieurs centaines d'Euro,classique ou SF,  pour lecteurpassionné, occasionnel ou collectionneur, il y en a pour toutes les bourses...

 

aout-2010-130.JPG

aout 2010 131 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 11 heures du matin, l'allée principale n'est pas encore tout à fait envahie, mais des affiches auprès des tables présagent l'arrivée de "poids lourds". Pour l'instant, éditeurs locaux et auteurs régionaux (d'indre et loire, de bretagne et de navarre) sont là. Nous déambulons, parlons, rencontrons, palpons, lisons les 4èmes de couv et procédons aux premiers achats... Enfin, je procède pour être honnête....

 

Dans ce type de salon, il y a donc des auteurs méconnus et des auteurs ultra célèbres, les peoples, que l'on connait surtout pour leur trombine à la télé. Ils viennent ici défendre un livre, se montrer, rencontrer leurs fanset surtout... attirer du monde. Car, en toute logique, pas de stars = pas beaucoup de visiteurs = pas de salon.  Les gros vendeurs dont la réputation n'est plus à faire permette la présence de nouveaux auteurs. Ils éclairent donc, dans un premier temps, les inconnus... Mais une fois sur place, personne n'aimerait être l'auteur assis à côté de PPDA et plutôt ignoré par la foule en attente d'un autographe de leur idole. C'est la dure loi du marché... Mais pour les lecteurs plus curieux ou ceux qui ne focalisent pas sur la "peopolisation" des personnages, il y a des pépites d'or à découvrir, des auteurs lus ou non à rencontrer... Nous sommes dehors, en province, il fait beau. Chacun est détendu, souriant, dispo...

 

En avant pour un meltingpot tombinoscope !

 

aout 2010 137

Voici Gordon Zola... Un auteur qui pastiche, parodie, se moque des travers des uns et des autres !

Echange sympatique,premier achat pour moi, adresse mail...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aout-2010-173.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fabrice Santoro présente un livre sur le tennis... Ces mémoires ? Ye ne sais pas. Je ne suis pas fan de tennis, mais n'ai absolument rien contre les beaux mecs bien bronzés et au sourire ravageur. Cela ne fait jamais de mal !

 

 

aout 2010 158

 

 

 

 

 

 

 

Jean Jacques Debout assis à dédicacer (je sais, c'est facile ).... "Non non non non, tu n'as pas chanché"... C'est vrai, je lui connais la même tête depuis ma fanitude de sa femme, il y a 30 ans... Mais d'ailleurs, oh, mais où est Chantal, où se cache donc Marie Rose ? Sans doute à Morte Fontaine en train de réanimer Le Lapin (mais oui, ce matin, un lapin, a tué un chasseur ouh ouh...)

 

aout-2010-187.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean D'ormesson, président du jour, déclenche toujours l'émeute. La classe personnifiée. Et puis, for your  eyes only, only for you....

 

 

aout-2010-172.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques Pradel ne nous a franchement pas aidées à retrouver Keisha, que nous avions presque perdue....

 

 

aout-2010-176.JPG

 

 

 

 

 

Le cri du coeur de David Abikeret, mon 2ème achat ( à ce propos, comment être raisonnable sur un salon du livre.... réponse  ; oublier son carnet de chèque dans la voiture - et comme nous sommes dans la pampa, pas de TPE donc pas de CB. Premier distributeur à 8 km !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aout-2010-163.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PPD, the voice (alias Yves Lecoq !)

 

aout-2010-171.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

PPDA, the body ! Non, ce n'est pas moi qui tient le micro, je suis déjà bien occupée comme cela avec l'appareil photo.

Bon les filles, calmez vous... PPDA et moi, c'est fini. Au tiroir ! Mais je me suis vite consolée, un scoop à la fin de ce billet of course !

 

 

aout-2010-166.JPG

 

 

 

 

TF1 était grandement représentée par ses anciens journalistes. Ici, un ex collègue de PPDA : Jean Claude Narcy qui arbore sa légion d'honneur. Il a du faire plein de choses... Je ne le connais pas plus que cela, ma télécommande me menant plus sur le service public...

 

 

 

 

 

aout-2010-185.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre légion d'honneur, un réel monument : Charles Aznavour. Mais que de monde devant et autour de lui. Invité d'honneur non mais ! Vive le zoom !

 

 

 

aout-2010-159.JPG

 

 

 

THE rencontre of the saloon, en tous cas, MA rencontre inoubliable : Pascal Fioretto, le célèbre pasticheur, auteur notamment de "Et si c'était niais", chroniqué sur ce blog. Véritable dialogue, échange de plaisanteries et 3ème et dernier achat pour moi :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aout-2010-174.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Didier Van Cauwelaert.... Beaucoup trop de monde pour moi qui aime l'intimité !!! Et puis... pas de poche. C'est le gros reproche que je ferais à ce salon. Les auteurs ne présentent que leur dernière oeuvre (à quelques exceptions près). Donc pas de livre de poche, que des grands formats. Aucune pitié pour les petits budjets. Dommage, j'aurais acheté plus...

 

 

 

aout-2010-162.JPG

 

 

 

 

 

Je termine cette galerie de portraits (faute de temps, pas de stock !!!!) avec la Star toutes catégories confondues de la queue... de cheval . Mi corsaire, mi cow boy, le chanteur sait séduire ces dames ! Trève de plaisanterie, Francis Lalanne (sans ses bottes) a fait une sacrée ombre à Joseph Joffo. Si, si, je vous le jure...

 

mais keskilafait ???

Souvenez vous...

"Promets moi, si tu me survis,

D'être plus fort fort que jamais

Je serais toujours dans ta vie

Près de toi-aaaa- je te promets éééé

Et si la mort te programme  - ame..

sur son grand ordinateur... eur !

De ne pas en faire un drame,

de ne pas en avoir peur ... eur !"

 

 

Etaient aussi annoncés par la presse ou par des emplacements prénommés pour dédicaces :

 

 

 

 

 

Florian Zeller, Marc Levy, Bernard Werber...  Pas vus, pas pris, pas là....

Marc s'est excusé tellement à l'avance que les organisateurs ont eu le temps d'afficher cette excuse :

 

aout-2010-164.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous ne parvenez pas à lire... Voici en bref... Désolée, je dois rester au Quebec dixit mon éditeur... Pas sympa Robert Laffont !

 

 

 

 

Bon, sinon, il y avait aussi la foule : 

aout-2010-154.JPG

 

 

Keisha nous prédisait... 50 000 personnes. Bon, evidemment, quand on habite la 4ème ville du Loire et Cher, 1 personne en vaut dix !!! Mais la presse dit tout de même "entre 20 000 et 50 000 ! Pas de panique, quand on est à l'air libre, cela paraît beaucoup moins condensé que le salon du livre de la porte de Versaille !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ATTENTION SCOOP ---------

 

 

AGFE et moi avons été interviewées par un journaliste de  la Renaissance Lochoise, hebdomadaire de la Touraine de la  Sud. Normalement, parution de l'article aujourd'hui (le 31/08).... Pas trouvé sur le net... A confirmer, ma soeur, lochoise, doit vérifier cela et acheter X exemplaires du journal le cas échéant !

 

 

ATTENTION, EXCLU SCOOPEUSE-----------------------------

 

 

Les filles, je vous promettais du croustillant, je vous disais que j'avais relégué Patrick au placard.... je gardais donc le meilleure pour la fin.... Mon idylle de 35 secondes avec l'atout charme de ce salon... L'acteur Vincent Perez, présent ici en qualité de scénariste BD.... Bon, cela reste entre nous, je ne voudrais pas avoir de problèmes avec Mme Perez !

 

 aout-2010-180.JPG

 

 Voyez, même en plein interview, il n'a d'yeux que pour moi !!!

 

 

aout-2010-181.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon pas forcément très littéraire tout ça !

Mais tant qu'il y a du plaisir !

 

aout-2010-182.JPG

 

 

Le rapport d'AGFE

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Spectacles concerts théâtre salons

Repost0

Publié le 5 Septembre 2010

Allez, réchauffons un peu l'atmosphère (car c'est vrai que mon billet précédent n'était pas forcément bien gai).

Voici une chanson que j'adore, qui met de bonne humeur, qui vous entraîne et vous donne envie de saluer tout le monde. "Je veux" de Zaz pourrait presque être mon hymne (sans tout prendre au pied de la lettre of course !)

J'ai acheté l'album de cette jeune artiste, véritable révélation de l'été. Et je ne saurais que trop vous le recommander. C'est un régal ! Et je n'hésite pas à surnommer ZAZ la Piaf du 21ème siècle !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #musique - chanson

Repost0

Publié le 4 Septembre 2010

 

Synopsis : C'est l'histoire d'un homme qui reçoit la visite de son cancer. " Bonjour, lui dit le cancer, je suis votre cancer. Je me suis dit que ça serait peut-être pas mal de faire un petit peu connaissance... "

 

 

 

Comédie avec Albert Dupontel, Jean Dujardin et Anne Alvaro...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

  -toile2.jpg      

   

Mon humble avis : Un film surprenant. Et tellement surprenant qu'on ne sait pas quel bout le prendre, l'"apprécier", l'aimer ou le détester.D'un côté, la bande annonce réunit les moments les plus drôles et semble promettre un film léger, et ultra grinçant, bref, du Dupontel. D'un autre côté, l'affiche prévient : c'est un film mortel... Et je confirme, l'ensemble est assez plombant et laisse un goût amer dans la bouche, accompagné d'une sensation de malaise. Certes, les bons mots et les réparties que l'on attend d'un tel duo d'acteurs ne manquent pas, avec des scènes qui prêteraient bien à sourire si l'ensemble n'était pas aussi tragique. D'ailleurs, une séquence est particulièrement malsaine, qui voir une femme de la cinquante bien tassée avoir une relation sexuelle avec un gamin de 16 ans. Ce passage n'a rien à faire dans le film et n'apporte rien à l'histoire. Comme s'il fallait choquer pour réveiller l'attention du spectateur. Car je dois avouer que je me suis souvent ennuyée dans ce film, même si certaines réflexions sur la vie, la mort et la maladie sont justes et bien menée. Et de ce fait, ce film sera tout à fait déconseiller aux personnes atteints de ces maladies aux sales noms, au même à leur entourage. 

Que de longueurs et de répétitions, dans les situations et les dialogues. Encore un film où, si je n'avais été accompagnée, j'aurais sans doute quitté la salle. Et l'interprétation dans tout cela ? Très inégale, à moins que cela soit un choix du réalisateur : on passe sans transition d'un ton théâtral, limite caricatural, aux émotions intenses et un jeu d'acteur digne et réaliste... Par contre, je ne doute pas que Dujardin et Dupontel ont du partager de sacrées crises de fous rires en tournant ce film. Quant à la fin, elle me semble plutôt bâclée, sauf si elle est mise en scène pour laisser place à l'interprétation de chacun. Résultat : déception globale, dommage, c'était mon dernier ciné avant un petit bout de temps.

  

   

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 3 Septembre 2010

Voilà bien longtemps que je n'ai pas communiqué sur mon état de santé, depuis septembre 2009.

 

Certains ici ne l'ignorent... En janvier 2008, j'ai fait un AVC, heureusement sans séquelles physiques (explication dans la page sur la droite intitulée AVC et suite...)

 

A compter de juin 2008, j'ai commencé à partir "en vrille" sous l'oeil aveugle des médecins. Ce n'est qu'à l'automne de cette même année, suite à une hospitalisation volontaire en clinique psy, que le diagnostique est tombé : Syndrome de Stress Post Traumatique. 90 % des personnes ayant un AVC, un infarctus (etc) trop jeunes (j'ai moins de 40 ans) se retrouvent assortis de cette pathologie dans les mois qui suivent l'accident, où la presque rencontre avec la mort. Le stress post traumatique se retrouve aussi chez les survivants de tremblements de terre, d'attentats ou toute personne ayant vécu un grand traumatise corporel et/ou psychologique.

Bien entendu, aucun médecin ni hopital ne vous prévient de cette conséquence possible et assez courante, histoire que vous ne vous soignez pas trop tôt et que vous preniez les premiers symptômes pour un  état de fatigue passager... bref... sans commentaire.

 

Le syndrôme de stress post traumatique se traduit par un état anxio dépressif majeur, lui même pouvant se traduire différemment suivant les patients.

De mon côté, c'est le stress, la nervosité, les crises de panique, les crises convulsives, l'angoisse, acouphene permanent, la peur de refaire un AVC, la peur de faire ce que je faisais sans peur et sans reproche par le passé, une hyper émotivité (bon, pas forcément nouvelle celle ci...). Je suis toujours restée volontaire, active, à sortir, à "vivre" ou plutôt survivre, à lire, à écrire, à bouger, à rencontrer et surtout à me battre contre cette foutue maladie. Et puis je suis experte en Yoyo. Je passe de l'euphorie et l'excitation au sentiment de panique totale sur mon état et mon avenir. Voici un petit aperçu de mon parcours médical, bien résumé évidemment...

 

Depuis septembre 2008....

6 semaines en clinique psy

4 mois de gros troubles du langages

séance de thérapie hebdo

9 mois d'arrêt maladie complet (et pas de bébé en récompense !)

une année scolaire de mi-temps thérapeutique au boulot, suivit par une mise en invalidité partielle

17 kg supplémentaires

Des tonnes de médicaments avalés docilement, 4 traitements différents

Depuis décembre un 2ème psy qui prescrit les médicaments

 

J'ai aussi testé pour vous, hors sécurité sociale, des médecines alternatives ...

- La kiné de recentrage énergétique (environ 40 € la séance)

- la magnétiseuse ( environ 30 € la séance)

et l'EMDR (entre 35 et 60 € la séance, suivant que vous fassiez cela chez une psychologue ou un psychiatre)

- Et l'hypnose aussi.

 

Résultat :                                                            

 

 Dans les symptômes que je subis actuellement, je ne sais plus ceux qui sont dus à la maladie, à mon caractère, à mon traitement et ses effets secondaires (énorme fatigue, maux de têtes attroces et réguliers, les kilos qui s'accumulent, une constipation chronique depuis 2 ans, devenue obsessionnelle...)

 

Je voudrais juste qu'on me rende ma vie d'avant. Alors voilà, à compter de ce vendredi, je suis hospitalisée à nouveau, à ma demande, en clinique psy, pour une durée de 15 jours à 3 semaines (j'espère pas plus).

L'objectif de cette hospitalisation est un sevrage médicamenteux.Je demande à arrêter tout traitement psy pour voir si... je ne ne me sens pas mieux sans, si je reperds mon poid, si je n'ai plus mal à la tête et surtout, si je ne suis plus fatiguée le matin au point que mes journées ne commencent qu'à midi.

Ce sevrage médicamenteux devrait ressembler à tout autre sevrage (alcool ou drogue ??). Ce ne sera donc pas une partie de plaisir mais j'espère que c'est pour la bonne cause.

Et même si mes souffrances psy ne cessent pas, au moins, ce seront mes propres souffrances et non des effets secondaires d'interaction inter-médicaments.

J'ai juste hâte que tout cela se termine, même si j'ai les chocottes. Et j'espère de tout coeur avoir pris la bonne décision. A suivre...

 

Je précisen pour les personnes qui seraient dans le même cas que moi, que l'arrêt des médicaments ne se fait jamais brutalement ni sans accord médical, voire entourage médical. Loin d'être un coup de tête, ma décision est mûrement réfléchie et a obtenu l'aval de 3 médecins psychiatres. Donc pas de bêtise hein camarades ?! (si vous avez des questions, contactez moi par le lien contact, en haut à gauche de ce blog), je vous répondrais dans la mesure du possible à mon retour de clinique.

 

Enfin, lecteurs habituels, blogueurs, blogueuses, abonnés, visiteurs occasionnels... Ce blog marche bien en ce moment. Mon référencement google est assez bon et ce, grâce à vous. Pendant mon absence, je continue à publier, mes billets (plus ou moins littéraires) sont tous programmés (car bien sûr, pas d'accès internet en clinique !). Donc merci de rester fidèle à ce blog, de le visiter et de le commenter, histoire qu'il soit en aussi bonne forme que moi à mon retour !

Quant à mes visites bloguesques, elles vont forcément s'interrompre un peu. Mais I'll be back !

 

aout-2010-078.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #apparté santé

Repost0

Publié le 1 Septembre 2010

Roman - Livre de Poche (Sonatine Editions) - 602 pages - 7,50 €

 

 

 

Résumé : Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps d’une fillette assassinée. Une des premières victimes d’une longue série de crimes.
Des années plus tard, alors que l’affaire semble enfin élucidée, Joseph s’installe à New York. Mais, de nouveau, les meurtres d’enfants se multiplient…
Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante.

 

 

 

 

 

Inspirateur : blogs et pourquoi pas !

Fournisseur : Salon de St Malo et présence de l'auteur. 

 

 

 

 

     

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Whaou, effectivement, voici un livre que je ne suis pas prête d'oublier. Et pourtant, pas de grandiloquence, ni d'effets spéciaux, ni de tapages nocturnes ou autre dans ces pages. Juste une histoire en Amérique profonde qui couvre plus d'un demi siècle (avec bien sûr, des sauts de puces, voire de géants, dans le temps). En 1939, à 12 ans, Joseph est orphelin de père, la guerre éclate en Europe et les crimes atroces de fillettes commencent dans son village. Joseph découvre lui même un des cadavres, il en sera traumatisé et obsédé à vie. Surtout que le sort s'acharne sur lui et qu'aux yeux du monde, il faut un coupable...

 

Moi qui suis récalcitrante à lire des pavés, j'avoue que celui ci m'a bluffée et engloutie alors que je le dévorais. Ce roman distille un mystérieux magnétisme qui rend tout abandon ou lassitude impossible. Les meutres sont présents, quelques uns décrits de façon raisonnable pour être crédible mais supportable. Mais en même temps, ils ne semblent pas le centre du livre. Le plus important est dans le récit du narrateur Joseph, dans l'atmosphère, le presque huit clos villageois dans la première partie, les conséquences de la 2ème guerre mondiale jusque dans un village isolé de Géorgie, l'évolution ou le surplace de la mentalité du sud des USA, la rigidité du système judiciaire, la manipulation individuelle ou globale. Et puis, il y a aussi la naissance d'un écrivain. Joseph écrit pour lui même, puis pour son institutrice, puis pour un concours local... Y-at-il ici un aspect autobiographique ??? En tout cas, les paragraphes liés à cette chrysalide entre l'enfant/auteur et l'adulte écrivain sont magnifiques, d'une justesse incroyable. Ils donnent lieu à des passages ou des dialogues que l'on ne peut que surligner. Les relations entre les personnages sont finement analysées. Le destin tragique de Joseph ne peut laisser personne indifférent. Ce livre est sombre certes, mais pas plombant. L'écriture est sobre et mélancolique. Le suspens est présent jusqu'à la fin. Mais ici tout est différent. Nous avons ici un livre hors normes !

 

Faute de classer véritablement ce livre dans la catégorie thriller, je n'hésite pas à lui attribuer la médaille de chef d'oeuvre. R.J Ellory fait preuve ici d'un tel talent qu'on en vient même à douter de notre position de lecteur. On ne lit pas un livre, on écoute une histoire, comme si une voix résonnait dans notre tête. On écoute ce qu'Ellory a à nous dire et dans ce cas là, Seul le silence s'impose. Et le silence est souvent signe de respect et d'admiration. C'est le cas ici. Oh oui.  A lire, d'urgence.

 

L'avis de Stéphie et Ys

 

 

                                                  challenge ABC

                                                               E

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 31 Août 2010

31 août... Cette date sonne le glas de vacances.... Dès demain, c'est septembre, une nouvelle année scolaire, un nouveau départ. Les choses sérieuses reprennent, et les bonnes décisions aussi. Depuis une dizaine de jours, la rentrée littéraire bat son plein. Entre le 12 août et fin octobre, environ 700 nouveaux livres vont investir les librairie and co. Si vous êtes sensibles à ce sujet, vous remarquerez aussi que les médias vont se déchainer (télé, presse écrite...) La blogo n'est pas en reste, puisque comme l'an dernier, nombre de blog se lance dans le challenge du 1% littéraire 2010...Il est repris cette année par Schlabaya.

 

C'est l'occasion de m'inscrire à ce challenge que j'avais "boudé" à tort en 2009.... Le 1% littéraire... Puisqu'au final, je l'aurais largement atteint.... Et aussi de faire le point sur mes autres challenges en cours...

 

 

                                                                                                         

 

Pour ce challenge, il s'agit de lire 1% des nouveautés de cette rentrée littéraire, soit 7 livres, d'auteurs confirmés ou non, choisi parmi  les 701 livres de fiction de cette rentrée (485 français, 204 étrangers, et 85 premiers romans)

 

 

Mon choix se porte sur :  L'effet Larsen de Delphine Bertholon

                                             

                                   Peau de caniche de Dominique Zehrfuss

 

                                   Mes alliances, d'Elizabeth Gilbert

 

                                   Des cadavres trop bavards, de David Baldacci

 

                                   Séparable, de Corine Blue

 

                                    A la folle jeunesse, d'Ann Scott

 

                                    L'amour est une île, de Claudie Gallay

 

                                             La voie Marion, de Jean Philippe Mégnin

 

                                    Une forme de Vie, d'Amélie Nothomb 

 

                                                       Prière de laisser ses armes à la réception, de Daniel Fohr

 

                                                            Le coeur régulier, d'Olivier Adam

 

                                    Traine pas trop sous la pluie, de Richard Bohringer

 

                                                             Fugue, d'Anne Delaflotte Mehdevi

 

                                    Nagasaki, d'Eric Faye

 

                                                           

                                               

 

 

                                                                                                      

L'année dernière, je m'étais engagée dans le challenge d'Antigone, Objectif PAL...

Le but était de tout faire pour diminuer notre PAL (Pile de livres A Lire) (ceux qui prennent la poussière chez nous depuis plus ou moins longtemps...)

 

L'année dernière, je partais avec un handicap de 88 livres...  Objectif pas atteint du tout....

Puisque je pars cette année avec 94 livres. Bon en même temps, ce n'est pas catastrophique, c'est plus le status quo. Et puis, comme je le dis souvent, heureusement que les livres sont des denrées non périssables !

Je rempile donc pour cet "Objectif PAL", 2ème !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le challenge 2 € de Cynthia... Il s'agit de lire et chroniquer des livres à 2 €, vendu par Folio le plus souvent.

J'avais annoncé :

 

Apolinaire Guillaume : Les exploits d'un jeune don Juan
Austen Jane : lady Susan   LU
Balzac Honoré (de) : Les dangers de l'inconduite
Balzac Honoré (de) : Le chef d'oeuvre inconnu
Miller Henri : Lire aux cabinets
Mishima Yuko : Papillon
Néruda Pablo : La solitude lumineuse
Sade (Marquis de): Ernestine
Voltaire : L'affaire du chevalier de La Barre  LU
Yourcenar Marguerite : Le coup de Grâce

Et là, catastrophe, je n'en ai lu que 2, Jane Austen et Voltaire.  Bon, il me semble que ce challenge n'est pas limité dans le temps, donc rien n'est perdu !

 

 

 

 Les coups de coeur de la Blogosphère de Théoma

 

Ou choisir quelques lectures parmis les titres coups de coeurs des blogueuses, listés par Théoma.

 

 

Mes choix :

-L'attrape coeur de JD Salinger

- Découvrir l'auteur Olivier Adam

-Agatha Christie

- Relire au moins un de mes livres de Barjavel

- Le petit prince





So far, je n'ai découvert qu'Olivier Adam, mais en doublant le tire, avec A l'abri de rien et Des vents contraires. Pour le reste, pas de panique, j'ai jusqu'à juin 2011.







Et enfin, the last but not the least....

 

  Il faut, pour celui ci, lire juste un livre d'un auteur dont le nom commence par l'une des 26lettres de l'alphabet, soit 26 livres...

Voici où j'en suis :

 

A Adam Olivier : Les vents contraires LU
B Benameur Jeanne : Les mains libres LU
C Carrière Emmanuel : L'adversaire LU

D Darrieusecq Marie : Truisme LU
E Ellory R.J : Seul le silence (LU)

F Fitzek Sebastian : Thérapie LU
G Galvada Anna : L'échappée belle LU
H Huxlay Aldous : Le jeune Archimède LU
I Indriadison Arnaldure : La cité des Jarres LU
J Jardin Alexandre : Chaque femme est un roman
K Khadra Yasmina : L'attentat LU
L Lethielleux Maud : Dis oui Ninon LU
M : Musso Guillaume : La fille de papier LU
N Nothomb Amélie : Le fait du prince LU
O Ollivier Mikaël : Noces de glace LU
P Paladini Gipsy : Sang pour sang LU
Q Queneau Raymond : Zazie dans le Métro
R Rambaud Patrick : Chronique du règne de Nicolas 1er LU
S Schnebert Bruno : L'agrégé LU
T Thu Huong Duong: Itinéraire d'enfance LU
U Upfield Arthur : La loi de la tribu LU
V Voltaire : L'affaire du chevalier de la barre LU
W Werber Bernard : Le papillon des étoiles

X ?
Y Yourcenar Marguerite : le coup de grâce LU

Z : Zuiker : Level 26. LU

 

 

Je tiens le bon bout pour celui ci, qui s'achèvera fin décembre, et pour lequel je rempilerai certainement l'année prochaine, vu le nombre de livres restant dans mes étagères !




Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 30 Août 2010

Non, l'été n'est pas terminé ! Rien de tel qu'une musique bien ensoleillée pour le prolonger...

 

Rappelez vous, c'était il y a vingt ans... La France entière se déhanchait sur "Maldon" de Zouk Machine. Cette chanson donne toujours la pêche, passe régulièrement sur les radios, bref, elle n'a rien perdu de son allant malgré les années et le changement de siècle.

Fan des îles comme je suis, je ne compte pas les disques de Zouk dans ma discothèque...Et à chaque fois, la magie opère, je ne peux m'empêcher de danser, même si je suis seule. Vous avez le droit de rire ou de vous laisser aller à quelques pas de danse !

 

 

Vous pouvez aussi tenter de chanter, en cweole bien sûr !
La musique dans la peau !

Ka sa yé misyé bobo
Fo pa'w kon-prann bibi sé on kouyon
Si tout lé mwen o founo
Fo' wa tann vou on jou ké ni maldon
Nétwayé, baléyé, astiké
Kaz la toujou penpan
Ba'w manjé, baw lanmou
E pou vou an kafey an chantan, Ha

{Refrain:}
Pa mé lé mwen kon saké ni maldon Ha
Pa fé mwen Pa fé mwen
Wo ho si'wvié ké pou nou dé sa kontinué
Ban fil pou mwen pé boujé
Ya ya ya ya yé Ya ya ya ya yé
Ya ya ya ya yé Ya ya ya ya yé
La musique dans la peau !

Ka sa yé misyé bobo
Pa mandé bibi rété kon madon
Menn si an fé on ti solo
On sav ké sé toujou vou ka kontrol
Byen dé fwa, an té vié, enprovizé
E fé on ti boujé
An kaz la, ka rété
Ka santi mwen kon si an prizonyé

{au Refrain}

Ka sa yé misié bobo
Hum, bibi enmé mizik ki chébran
Lazé, k7 vidéo
Ka méné mwen iwen pou on ti moman
Nétwayé, baléyé, astiké
Kaz la toujou pendan
Ba'w manjé, ba'w lanmou
E pou vous an ka fey an chantant

Ou en Français
Eh ben "monsieur bobo"
Ne prends pas "bibi" pour une imbécile
Si je suis tout le temps aux fourneaux
Attends-toi à ce qu'il y ait maldonne un jour
Nettoyer, balayer, astiquer
La maison est toujours propre
Je te fais à manger, je te donne de l'amour
Et pour toi je le fais en chantant
Eh ben "monsieur bobo"
Ne demande pas à "bibi" de rester comme une madonne
Même si je fais un petit solo
Tu sais bien que c'est toujours toi qui gardes le contrôle
Souvent, j'ai voulu improviser
Et sortir un peu
Je reste à la maison
Et je me sens emprisonnée
Ne me bloque pas comme ça ou sinon il y aura maldonne
Ne me la fais pas x2
Si tu veux que ça continue entre nous
Relâche la corde pour que je puisse bouger
Eh ben "monsieur bobo"
Bibi aime la musique "branché"
Les lasers, les cassettes vidéo
Me permettent de m'évader pendant quelques instants
Nettoyer, balayer, astiquer
La maison est toujours propre
Je te fais à manger, je te donne de l'amour
Et pour toi je le fais en chantant

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #musique - chanson

Repost0

Publié le 29 Août 2010

Synopsis : Dans le décor aseptisé des bureaux d’une puissante multinationale, deux femmes s’affrontent… La jeune Isabelle travaille sous les ordres de Christine, une femme de pouvoir qu’elle admire sans réserve.
Convaincue de son ascendant sur sa protégée, Christine entraîne Isabelle dans un jeu trouble et pervers de séduction et de domination.
Ce jeu dangereux va trop loin… jusqu’au point de non retour.

 

 

 

Thriller avec Ludivine Sagnier, Kristin Scott Thomas, Patrick Mille

 

 

 

Une sincère pensée pour Alain Corneau, le réalisateur, qui vient de décéder...

 

 

           -toile4.jpg

 

Mon humble avis : Whaou... Quel film ! Je ne m'attendais pas à cela, à une telle évolution dans le scénario ! Il faut dire que la bande annonce, déjà alléchante, garde bien des secrets. Ce thriller est calme, car même les protagonistes parlent posément, se regardent, se jaugent, se jugent, se défient. Mais la pression monte, votre rythme cardiaque résonne dans vos tempes. Cette histoire traite de la manipulation avec un immense brio, puisque le premier manipulé se trouve le spectateur. Confortablement installé dans son fauteuil, il se doute qu'un drame se prépare, mais n'imagine pas un instant un tel retournement de situation à la moitié de la pellicule.

Un grand bravo aux deux actrices, vraiment brillantes. Leur duo fonctionne parfaitement. Kristin Scott Thomas (que je surnomme depuis peu Kristin Sauce Tomate, très fière de cette consonance que j'ai trouvée et qui va bientôt ne faire rire que moi ) est magistrale et sa grâce naturelle sert à merveille son rôle, inquiétant, ambivalent, détestable mais tellement inatteignable... Machiavel avec un sourire de sirène... Mais méfiez vous de l'eau qui dort.  Car personne n'est manichéen dans ce film...

Alain Corneau confirme la maîtrise qu'il a de la caméra et de la mise en scène. Celle ci est minimaliste et donne une atmosphère de plus en plus inquiétante. Rien à reprocher à ce film, si ce n'est que je m'interroge un peu sur son titre... Crime d'Amour.... Crime de fascination, crime de jalousie oui, mais crime d'amour ??? Cela n'est pas flagrant à l'écran... A moins qu'il s'agisse d'amour propre ?

En tout cas, j'en connais une qui ne renierait pas une telle intrigue... C'est vrai, Agatha Christie n'a-t-elle pas cherché au fil de ses romans la recette du crime parfait ?? Le crime parfait existe-t-il ? Réponse dans la toute dernière minute, avant que l'image ne disparaisse et lne aisse place au générique.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 27 Août 2010

Récit - Editions Mercure de France -  102 pages - 10.50 €

     

Rentrée littéraire

 

Parution : 2 septembre 2010

 

 

Résumé : On m’a attribué un rôle que je prends très au sérieux, n’en connaissant pas d’autre… Chien savant… Je dirais même caniche savant… Les rares fois où je suis en compagnie de mes parents, ce n’est jamais dans une situation d’enfant, mais toujours entourée d’adultes, et jouant moi-même le rôle d’une adulte miniature. C’est là que je désapprends à être ce que je suis : une enfant. J’apprends à dissimuler ce que je pense et à endosser mon costume de caniche : souriante, aux aguets, silencieuse, mais prête à répondre à toutes les questions que l’on me pose… Sachant aussi simuler une attention aiguë, pour faire oublier que ma place n’est pas là où je me trouve.

 

   

                                                                                                           -toile4.jpg

 

 

Mon humble avis : Un titre accrocheur.... Voilà ce qui m'a attirée dans une des longues listes proposées par U.Like cet été. Une rapide lecture de la 4ème de couv' confirme mon choix. Quelques jours plus tard, ce livre atterrit dans ma boîte aux lettres.

Les premières pages m'inquiètent un peu. De toutes parts surgissent des personnages que je ne situe plus. Puis la plupart d'entre eux disparaissent et laissent place au vif du sujet : une femme se souvient avec amertume de son enfance. Ses parents sont des espèces de bobos, capricieux, manquant cruellement de maturité et de fibre parentale. L'enfant de 3 ans accompagnent ces parents aussi bien dans les restaurants gastronomiques, que dans leurs voyages incessants ou dans le bureau du président Tunisien de l'époque. Le sourire figé des uns, l'argent qui coule à flot et la mise en scène permanente laissent à penser que la fillette vit dans le meilleurs des mondes. Hélas, ses parents la délaissent complètement, la confie à des nurses successives et l' exhibent comme un caniche qui doit être docile, souriant, bien dressé. Bref, l'image d'Epinal.

Je ne m'attendais pas du tout à ce type de récit. Avec un tel titre, je pensais lire un roman très caustique, drôle , cynique et sarcastique. C'est en fait l'autobiographie tragique d'une enfant mal traitée. Pas comme les médias ou autres livres l'entendent. Ici, le petite fille vit dans l'opulence, n'est pas battue et mange à sa faim. Mais elle manque cruellement d'affection de la part de ses parents et est souvent considérée comme une adulte. Les cicatrices d'un tel traitement seront aussi très douloureuses. Le cynisme est là  mais ne fait pas rire. Le portrait que  l'auteur  brosse de ses parents est sans complaisance et ahurissant. Comment des parents peuvent ils être aussi peu... parents. Cela fait froid dans le dos.

Les mots sont justes, le style parfait et nous ne sommes pas noyés dans des détails inutiles. Certaines phrases vous atteignent comme des flèches et pénètrent votre chair. Et pourtant, l'auteur ne multiplie pas les formules percutantes toutes faites, mais des mots qui lui viennent du coeur et du fin fond de la mémoire, celle qui est toujours là pourvu qu'on sache l'entendre : l'enfance.

Comme quoi, une lecture peut être très plaisante, touchante et marquante même lorsqu'on se "trompe de bouquin". Parfaite illustration de la magie des livres.... surprise et séduction, pourvu que le lecteur soit prêt à recevoir ce qu'un auteur a à lui dire, à découvrir... 

 

Quelques phrases :

 

Celle-ci démontre bien la criante non éducation sexuelle des jeunes femmes à une certaine époque...

... mariée, ma mère a "20 ans. Elle est malheureuse, et s'étonne de ne pas avoir d'enfant. Elle va voir un médecin qui lui apprend qu'elle est vierge".

 

"Quant à ma mère, je suppose qu'elle ne me pardonne pas d'être dans le camp ennemi. Aveuglée par la rage, elle me déclare un jour : "Je te souhaite d'être aussi malheureuse que moi".

 

" A ma mère, le rôle de divinité. Mon père et moi sommes ses adorateurs. Elle n'a d'autres tâches dans la vie que de se faire vénérer"

 

 

Ce livre a été chroniqué dans le cadre d'un partenariat avec http://chroniquesdelarentreelitteraire.com/ ... Dont l'objectif est de chroniquer, à grand renfort de blogs, les 700 livres de cette rentrée littéraire de septembre !

Merci aussi à U.like et son équipe SelectionUlike.jpg

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0