Publié le 11 Janvier 2011

Road Book, Editions JC Lattès - 14 €

 

 

Parution en novembre 2010

 

Road book d'une tournée d'Indochine

 

4ème de couv : « Pour sans doute m'occuper à ne pas trop réfléchir, j'écrirai tous les jours, toutes les nuits, des petites notes et je prendrai des photos de tout et de rien. Mais oui, cette tournée part, elle va survoler, éclater partout, faire passion commune à une vitesse folle comme un météore.

C'est bien, c'est risqué et ça me va... 

.

 

 

Tentateur : ma "fanitude" inaltérable pour le groupe INDOCHINE

Fournisseur :  

 

 

 

 

Mon humble avis : L'année 2011 sera aussi Indochine ! Et oui, cette année, le groupe de rock fête ses 30 ans et la fin d'une tournée gigantesque, historique : Le météor Tour !  800 000 spectateurs en 2009 et 2010, des concerts joués à guichets fermés, des dates, parfois plusieurs, dans toutes les villes de France et en Belgique. Et une apothéose : un concert au stade de france, devant 80 000 fans, en juin dernier. J'ai du me contenter du concert de Rennes, mais quel concert, une ambiance du tonnerre et de la musique qui pulse !!! Qui a dit qu'Indochine s'était has been  ? Ouvrez vos oreilles ! 30 ans donc... Un livre officiel paru en novembre (on en reparlera ici plus tard, quand j'aurais fini de lire cette grosse bible du groupe), des CD, DVD, blue ray and co de la tournée et du stade de france (Putain de stade) sortent ces jours ci... On en reparlera aussi... Et ces petites notes du Météor Tour.

Quand les lumières d'un concert s'éteignent, quand le groupe rejoint les loges et nous notre voiture... on se demande ce qui se passe après... Réponse dans ce livre. Une centaine de photos prises sur le vif par Nicola Sirkis avec son téléphone sur scène, à l’hôtel, dans l’intimité, avec ses fans, dans les coulisses, en train de composer, de répéter… et commentées par le leader d’Indochine. On découvre ce qui se passe avant, pendant, après un concert. Entre deux concerts aussi. On découvre le stress d'un chanteur, les blessures physiques qu'il faut soigner ou oublier. On découvre qu'être Indochine en tournée, c'est aussi préparer un stade de France, négocier, tourner des clips, gérer des aléas financiers, climatiques, humains. C'est aussi un rythme effrénant, hallucinant, une hygiène de vie, une vie de saltimbanque loin de sa famille, et des milliers des kilomètres avalés. C'est des milliers de visages différents et heureux chaque soir. C'est des salles adaptées ou non à des concerts. C'est des souvenirs d'une tournée précédente... C'est des décisions à prendre (annuler ou pas un concert). C'est surtout monter sur scène et prendre son pied à chaque fois ! De l'émotion pure

Tout ça, c'est dans ce livre. Alors certes, les photos sont prises d'un portable donc qualité pas toujours tip top. Mais c'est toujours sur le vif, même si je me suis dis que Nicola Sirkis est bien meilleur  auteur compositeur chanteur que photographe, je me suis régalée avec ce livre qui m'a emmenée comme dans un rêve, dans les coulisses et dans la vie d'un groupe que j'admire et suis depuis ... 24 ans pour moi !

Ce livre ravira tous les fans d'Indochine. Si vous en connaissez qui n'en sont pas encore équipés, n'hésitez pas à leur faire plaisir !

 

Le stade de france, ça donne ça : Géant non ! Quelle émotion, un stade entier qui prend le relais et chante !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Livres autres - divers

Repost0

Publié le 9 Janvier 2011

Roman - Editions Points (de l'Olivier) - 181 pages -  €

 

 

Présentation de l'éditeur : Theo Griepenkerl est un universitaire sans envergure à l’ego démesuré. Dans les décombres d’un musée à Bagdad, il découvre un trésor inestimable : les mémoires de Malchus, témoin des derniers jours de Jésus. Il ramène secrètement les neuf rouleaux de papyrus au Canada et s’empresse de les traduire. Publié par une obscure maison d’édition, son Cinquième Évangile est un immense succès. Mais Theo est dépassé par le scandale que provoquent les révélations de Malchus…

Drôle, irrévérencieux, palpitant, Le Cinquième Évangile tourne en dérision cette mode des textes anciens, censés révéler au monde « la » vérité. Ce roman à la loufoquerie très british est aussi une satire cinglante des mœurs de l’édition et de la culture de masse.

 

 

Tentateur : Pourquoi pas, la 4ème à la F..C !

Fournisseur : Ma CB à la F..C !

 

 

 

  

étoile2.5

 

 

Mon humble avis : A droite à gauche, je lis sur ce livre " cinglant, burlesque, corrosif et irrévérencieux". Je confirme le dernier adjectif. Aussi, ceux qui se sont révoltés d'être bousculés dans leurs croyances catholiques dans le Da Vinci Code se passeront de cette lecture. Je suis athée et pourtant, ici, des passages m'ont mise mal à l'aise, notamment dans les descriptions sur la crucifixion. Vous voilà prévenus, n'allez donc pas vous faire du mal et réclamer ensuite !

Et sinon ?

Voici un livre, qui même s'il se moque des grands, veut jouer aux grands sans en avoir l'envergure.

Un personnage dit "Je crois qu'on peut dépasser le Da Vinci Code. Avec le temps".

Avec un bon bout de temps alors. Et puis en ayant pris un peu plus de temps pour l'écriture aussi. Cela aurait évité les raccourcis qui rendent cette histoire peu crédible. Cela tombe bien me dira-t-on, puisque ce livre se veut une farce ? Et alors, cela n'empêche pas la crédibilité, cela aurait même rendu ce livre plus intéressant. En effet, Théo découvre ces fameux rouleaux qui contiennent un nouvel Evangile.... Cela devient un best seller et on ne s'intéresse pas à la valeur historique de ses fameux rouleaux. Alors que leur place serait dans un musée, ils restent dans l'appartement du jeune homme qui prend juste garde à ne pas renverser de café dessus... Peut-être encore est-ce le côté farce ? Mais cela ne doit pas tout excuser, comme cette fin qui est pour le moins baclée. Il y avait là un bon potentiel... qui n'a pas été exploité.

Mais il y a du bon tout de même dans ce livre. Le style est efficace, la lecture est facile et rapide. Et le parcours fulgurant de l'illustre inconnu qui devient du jour au lendemain un auteur de best seller  est jouissif. Les travers du monde éditorial et de la célébrité sont passés à la moulinette sans doute bien réaliste et font bien rire... mais moins que la réaction des lecteurs qui ont parfois du mal à saisir qu'il ne s'agit que d'un livre... Pas la peine de se mettre en colère et de crier au blasphème. L'auteur est il responsable des réactions de ses lecteurs ? Bonne question évoquée dans ces pages. D'ailleurs, notre héro ne semble pas bien comprendre que le sort de la Palestine pourrait être entre ses mains ! Voici l'once de burlesque vendu en 4ème de couv' qui est presque aux abonnés absents.

De bons passages dans ce livre, une dose non négligeable de distraction, mais pas de génie dans ce roman, farce ou pas ! C'est rare que je le dise, mais une bonne centaine de pages supplémentaires n'aurait pas nuit à la qualité du livre, bien au contraire. Il y aurait eu de la profondeur là où il n'y a que du survol.

 

 

" Pourtant, il était conscient que les nouveautés sont souvent lancées dans le brouillard d'un battage assourdissant qui, une fois dissipé, révèle de nombreuses déconvenues. Les rayons de solderie ou les caisses d'invendus sont pleins de "succès assurés" et de "prochains gros coup".

 

"Si vous voulez lire ce livre, lisez le mais ne risquez pas votre vie pour cela. Rappelez vous, ce n'est qu'un livre".

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost0

Publié le 7 Janvier 2011

Roman jeunesse - EditioN Folio Junior - 216 pages - 6 €

 

 

 

 

L'histoire : Pour avoir aidé le directeur du chantier archéologique de Sakkara à retrouver le trésor d'Hor Hotep volé par un dangereux trafiquant, Rami et Hammouda vont étudier ans un prestigieux collège du Caire.
Mais le bandit est évadé et réclame vengeance. Le directeur prend Rami sous sa protection. Ensemble ils tentent de déchiffrer des papyrus aux étranges pouvoirs. Quels mystérieux secrets vont-ils livrer ?

 

 

 

 

Pour la littérature Jeunesse, j'embauche mes nièces. Aujourd'hui, c'est Camélia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'avis de Camélia, 14 ans : Ce livre est le deuxième tome de la série sortilège du Nil.
L'histoire tourne autour d'un trésors retrouvé près des rives du Nil et très convoité par les collectionneurs. Mais il appartient avant tout au musée du célèbre archéologue français Alain Dupré travaillant au Caire. Depuis que le trésors d'Hor Hotep est entre ses mains le professeur essaye de décrypter les papyrus qui se trouvaient avec. Il prend avec lui le jeune Rami, qui l'a beaucoup aidé dans son aventure précédente, afin de l'initier dans ce domaine. Lorsqu'ils déplient les papyrus un gaz provenant sûrement du précédent millénaire se répand autour d'eux. Les deux héros sont comme en transe, projetés dans l'étrange monde qu'est l'Egypte ancienne... Rami est demandé par les dieux pour sauver une ville tourmentée par les forces du mal.
 
Pendant ce temps la, le trésors est volé par un trafiquant très perfectionné. Le musée doit ouvrir dans une semaine et la pièce principale se retrouvera vide... Heureusement, un jeune garçon d'un prestigieux collège trouve l'entrée d'un souterrain dont la superficie est à peu près la même que celle du Caire. Les bandit s'y étant réfugiés, il met en pratique les nombreuses prises de judo qu'il connaît ! Après de maint retournements de situation, le trésor sera à sa place pour l'ouverture du musée et Alain Dupré et Rami revenu de leur péripétie dans le temps.
 
Ce livre est très bien pour découvrir l'Egypte aussi bien ancienne qu'actuelle, de plus il contient un lexique très complet sur le vocabulaire égyptien utilisé dans le texte.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 5 Janvier 2011

Roman - Edition Flammarion - 509 pages - 10 €

 

 

Parution en novembre 2010

 

 

Résumé  : Trois adolescents sont envoyés dans un "lieu de vie", "le bout du monde" chez Marlène, une éducatrice dont la méthode consiste à leur faire écrire une page par jour. Il y a Malo, 11 ans, qui est encore un enfant. Djoule, l'anorexique, qui a 17 ans et Solam, le révolté, à peu près du même âge.

 

Tentation : Ma sympathie et mon admiration pour l'auteure

Fournisseur : Flammarion Jeunesseet Brigitte Gautrand, merci pour l'envoi

 

 

 

 

 

étoile3etdemi

 

Mon humble avis :  Trois témoignages, 3 écritures, 3 polices de caractère qui se succèdent en alternance. Comme ces jeunes, il m'a fallu du temps pour m'adapter à ce nouvel environnement, une centaine de pages. Sans doute parce que le lisais à droite à gauche, sans pouvoir vraiment  m'installer. Et puis Solam a tout d'abord des mots très durs et violents qui me heurtaient. Mais, au fil des pages, les personnages évoluent, se redressent à leur façon, font tomber les barrières. Il y a leur réalité derrière les apparences. Un voile se lève sur leur secret, la raison de leur présence "au bout du monde" au fure et à mesure, discrètement. Je me suis alors sentie très bien, presque au chaud dans un cocon. Je me suis attachée très fort à à ces personnages abîmés Malo, Djoule, Solam et Marlène, qui même si elle ne s'exprime pas,  se découvre dans les mots des autres. Je me serais bien installée avec eux au bord de la table pour écrire sur un cahier. C'est l'évolution de Solam qui m'a le plus touchée alors que j'étais plutôt réfractaire à son égard. L'émotion est montée très fort en moi jusqu'aux larmes, alors que je n'ai pas la larme facile en lecture.

 

Même si le fond de ce livre est dur mais optimiste, j'en sors émerveillée une nouvelle fois devant tant de talent. Maud Lethielleux est vraiment douée pour créer un lieu qui semble autant tenir de l'imaginaire que de la réalité, un univers que l'on retrouve par touches au file de ses romans (Ne croise-t-on pas ici la jeune SDF Moon en train de vendre ses sourires). Il y a tant de justesse dans ces pages que l'on se demande si l'auteure n'aurait pas vécu tout cela. Non, bien sûr, nous sommes dans un roman et ça ferait beaucoup pour une seule âme.  Je suis admirative aussi devant la maestria avec laquelle Maud Lethielleux se glisse dans la plume, le style, le corps de 3 personnages si différents. Comme elle connaît, comme elle aime ses personnages ! Enfin, ce qui m'épate le plus, en dehors de l'imagination incroyable de l'auteure,  c'est l'harmonie qui ressort de ce mélange de délicatesse, de poésie, d'innocence, d'humour et de violence qui déborde d'amour. La maîtrise et l'originalité des symboles utilisés sont remarquables et touchants. La construction du roman est très judicieuse. Subtile idée que de ne dévoiler qu'au fur et à mesure, par petite touche, par des non-dits et des suggestions les épreuves de la vie qu'ont traversées les personnages. Mais tout n'est pas expliqué, j'avoue, j'aurais aimé en savoir un peu plus sur les personnages qui n'apparaissent pas dans le livre... J'espère qu'il  y aura une suite...

 

Respect aussi pour la capacité de l'auteure à faire de grandes choses avec des petits riens, à colorer le noir,  à réchauffer le froid, à mettre tout dans un détail en gardant une simplicité malgré un gigantesque sens de l'observation, de l'attention à l'autre. L'attention à l'autre, voilà sans doute le message principal de ce roman, en tout cas, c'est ainsi que je l'ai perçu.

Je relis mes mots et les trouvent bien pauvres et ternes pour parler de "Tout près le bout du monde". Sans doute parce que c'est un livre qu'il faut lire, entendre, recevoir en soit et surtout ressentir. Vraiment pas facile de retranscrire autant d'émotions dans un roman hors normes, trop riche pour être réellement décrit. Merci Maud, et encore une fois, bravo !

 

 

L'avis de Keisha, de Saxaoul qui le fait voyager et Clara

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 3 Janvier 2011

Fin 2010, un cocktail de sales virus m'a mise KO et incapable de faire un petit bilan de cette année. Mais j'ai pris plaisir à lire celui des copines blogueuses, alors, un peu retappée, je m'attèle donc à ce bilan, en espérant qu'il vous rappellera plein de bons souvenirs !

 

Commençons par le cinéma tiens !

 

2010, c'est pile poile 52 films que j'ai vu au cinéma et j'ai pas fait exprès ! Voici un top 10, 5 films étrangers, 5 films français...

 

Mon best of dans le cinéma étranger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon best of des 5 films français 2010 ... Là le choix fut plus dur, bien d'autres films auraient mérité d'être dans cette sélection ! C'est le souvenir de mes émotions ou de mes éclats de rire qui ont le plus influencé mon choix, mais un trhiller, c'est pas mal non plus !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Hors catégorie, impossible de ne pas citer :

 

Et si je recommence ce bilan demain, il se peut qu'il soit différent !!!

 

 

 

Passons maintenant aux livres... 73 au total cet année... Et oui, je suis petite joueuse par rapport à mes collègues de la blogo. Mais je lis tellement lentement...

 

Les auteurs...

 

5 auteurs auront particulièrement marqué mon année...

....Parce que je les ai découverts, que j'ai lu et adoré plusieurs et lu plusieurs de leurs livres et que je n'ai pas l'intention de m'arrêter là...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olivier Adam....                Maud Lethielleux que j'ai rencontrée par deux fois et avec qui chaque échange de mail est plaisir et émotion.

 

 

.... Parce que ce matin là, je reçus un coup de fil d'un genre nouveau ...

 

 

 

 

Amélie Nothomb, ce qui a donné lieu à cette interview magique

 

 

 

 

 

 

.... Parce que malgré les millions de livre vendus de part le monde, cet auteur Anglais a répondu avec enthousiasme, naturel et un admirable soin à mon interview.... 

                                   R.J Ellory, auteur, entre autre, de Seul le silence.

 

 

 

Et, une toute première pour moi, l'interview par téléphone de Richard Bohringer :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bien d'autres auteurs m'ont aussi accordé leur temps et leur confiance, qu'ils en soient remerciés !

 

 

Sinon, dans la catégorie thriller et polar, les 5 gagnants sont ....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la catégorie romans étrangers, mon top 3 est.... (oui, que 3, car je lis beaucoup plus de littérature francophone !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, dans la catégorie romans français, mon top 5 vraiment non exhaustif est :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces sélections sont celle de l'instant "maintenant". Certains livres ont été lus il y a près d'un an... Je l'ai ai mis ici en fonction de la force du souvenir ou de la surprise qu'ils ont laissé en moi !

 

Grand pas pour moi, je me suis inscrite à la bibliothèque pour la première fois de ma vie !

 

Sinon, en 2010, je me suis mise aussi à la BD.  Et j'ai fait, entre autre la connaissance d'un sacré bout de femme

 

 

 

En 2010, il y a aussi eu pas mal de livres voyageurs, des challenges ( yo yo pour l'ABC 2010 et le presque 2% de la rentrée littéraire, hum hum pour les coups de coeur de la blogo et le challenge des 2 €..... Et "y'a quelqu'un" pour l'objectif PAL !!!

 

3 salons du livres, celui de Rennes, de St Malo et de Loches ont été l'occasion de rencontrer ou de revoir des blogueuses ou des auteurs, avec qui les échanges sont toujours aussi riches, qu'ils soient pas commentaire, par téléphone, par mail....

 

 

Alors quand je lève les yeux sur ces billets, je suis contente car je vois plein de couleurs, de diversité, de bons souvenirs, d'émotions, de découvertes. Ca brillerait presque. Ce n'est peut-être pas de l'or, mais c'est un véritable trésor que je viens de redécouvrir en écrivant ce billet, même si j'y ai passé un certain temps et que...

 

 

 

Nous sommes en 2011. Quid de 2011, les grandes résolutions....

 

Passer moins de temps sur mon blog et sur la blogosphère pour lire plus, écrire plus et aussi regarder plus mes séries TV policières qui me manquent et qui sont source d'évasion et de repos aussi !

 

Ne plus m'inscrire à des challenges histoire de retrouver une liberté de lecture totale, avec un minimum de contraintes.

 

Ecrire des billets plus courts.... hum hum, on peut toujours espérer.

 

Finir mon L'heure fixe,mon fameux roman dans lequel je me suis replongée cet hiver suite aux conseils encourageants d'une attachée de presse. Depuis début mars, j'ai tout réécrit. Le problème, c'est que plus je me relis, moins je suis satisfaite. Donc je suis repartie pour une relecture totale pour couper un max ! Je retiens une leçon d'écriture de R.J Ellory lors de son interview : " Dire un maximum de chose avec un minimum de mots"...

 

Acheter moins de livres et vraiment bien entamer ma fameuse PAL

 

Bref, y'a du travail !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 1 Janvier 2011

Je vous souhaite à toutes et à tous une

 

 

Que 2011 soit meilleure que 2010 pour certains ou toute aussi bonne pour d'autres.

 

Et surtout, bonnes lectures !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0

Publié le 31 Décembre 2010

Il existe un Guadeloupe une petit ville qui s'appelle Bouillante, sur la côte sous le vent, la côte ouest, la côte caraïbe. Ce fut le lieu de mon premier séjour en Guadeloupe : le club de l'UCPA. Voici la vue depuis le bar, une vie qui a toujours été synonyme d'apaisement pour moi. Et j'ai eu la chance, en vivant là-bas ensuite, de pouvoir continuer a aller profité de cette vue magnifique grâce à un ami qui travaillait là !

Ce fut l'un de mes premiers tableaux. D'ailleurs, ce n'est pas sur une toile sur chassis, mais sur du carton toilé. Et c'est de la peinture à l'huile.

 

null

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Mes couleurs du monde

Repost0

Publié le 30 Décembre 2010

 CHALLENGE TERMINE !!!!!

 

 

 

 

 

 

 Il fallait, pour celui ci, lire juste un livre d'un auteur dont le nom commence par l'une des 26lettres de l'alphabet, soit 26 livres...

Juste un peu de triche... je n'ai pas lu de X mais à la place, j'ai lu 3 Z !!!

 

 

 

A Adam Olivier : Les vents contraires LU
B Benameur Jeanne : Les mains libres LU
C Carrière Emmanuel : L'adversaire LU

D Darrieusecq Marie : Truisme LU
E Ellory R.J : Seul le silence (LU)

F Fitzek Sebastian : Thérapie LU
G Galvada Anna : L'échappée belle LU
H Huxlay Aldous : Le jeune Archimède LU
I Indriadison Arnaldure : La cité des Jarres LU
J Jardin Alexandre : Chaque femme est un roman
K Khadra Yasmina : L'attentat LU
L Lethielleux Maud : Dis oui Ninon LU
M : Musso Guillaume : La fille de papier LU
N Nothomb Amélie : Le fait du prince LU
O Ollivier Mikaël : Noces de glace LU
P Paladini Gipsy : Sang pour sang LU
Q Queneau Raymond : Zazie dans le Métro
R Rambaud Patrick : Chronique du règne de Nicolas 1er LU
S Schnebert Bruno : L'agrégé LU
T Thu Huong Duong: Itinéraire d'enfance LU
U Upfield Arthur : La loi de la tribu LU
V Voltaire : L'affaire du chevalier de la barre LU
W Werber Bernard : Le papillon des étoiles

X ? Z bis : Zehrfuss Dominique : Peau de caniche LU
Y Yourcenar Marguerite : le coup de grâce LU

Z : Zuiker : Level 26. LU

 

 

 

Et voilà ! Je ne rempile pas pour cette année. D'ailleurs, 2011 sera pour moi une année sans challenge de lecture, histoire de garder toute ma liberté. Et puis, il me reste encore 2 challenges à finir. Hum Hum...

Bien sûr, le challenge Ojectif PAL 2 d'Antigone est tout de même plus ou moins d'actualité !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 29 Décembre 2010

Roman - Edition Folio - 122 pages - 2 €

 

 

L'histoire : En 1919, dans les pays Baltes ravagés par la guerre, la révolution et le désespoir, trois jeunes gens, Eric, Conrad et Sophie, jouent au jeu dangereux de l'amour. Attirance, rejet, faux-semblants, conflits, mensonges et érotisme les pousseront aux confins de la folie. Marguerite Yourcenar renouvelle le thème du triangle amoureux dans cette somptueuse et tragique histoire d'amour.

 

 

 

 

Tentateur : Une curiosité culturelle

Fournisseur : Ma PAL

 

 

 

 

 

  

-toile1.jpg

 

 

Mon humble avis :Est-ce par stoïcisme ou par entêtement que je suis allée jusqu'au bout de ce livre ? Ni l'un ni l'autre. C'est sans doute l'envie de comprendre ou l'espoir vain d'une révélation dans tous les sens du terme... Bref, ma lecture fut laborieuse, lente, entrecoupée et pesante. Même si je savais bien lire une grande oeuvre (ou en partie en tout cas), même si j'avais conscience de la qualité littéraire de ce texte, il n'a apporté chez moi qu'étouffement et impatience d'en finir. Mais comme je ne suis pas entrée dans l'histoire, j'ai même relu certaines phrases à plusieurs reprises, ce qui a ralenti encore ma lecture. Je suis passée complètement à côté de Ce coup de grâce qui n'a provoqué en moi aucune émotion délicieuse, aucune empathie pour les personnages, aucune compréhension de l'intensité émotionnelle du drame qui se déroule sous nos yeux. Peut-être parce que la narrateur décrit des faits sans s'y investir vraiment ? Pas seulement... Si l'on reprend la 4ème de couv... 3 jeunes gens... Eric, Conrad et Sophie... jeux dangereux de l'amour... Eric, je n'ai pas saisi où était le jeu pour lui, ni quels étaient ses sentiments pour Sophie. Conrad ne fait office que de figurant. Seul Sophie laisse transparaître cette fameuse passion, ce côté "prête à tout".

L'arrière plan historique est aussi trop lointain, trop isolé, trop centré sur une époque, un lieu et un événement si éloigné de ma petite culture qu'il ne m'a pas intéressé, que je n'ai pas pu vraiment me le représenter ni en comprendre les conséquences. Tout comme les mouvements militaires qui m'ont passablement ennuyés.

Certes, j'ai relevé quelques "jolies vraies phrases", certes les 3 dernières pages (et seulement celles ci) m'ont fait froid dans le dos.... A part cela, c'est pour moi un rendez vous complètement manqué avec cette grande dame de lettre qu'est, de l'avis de tous, Marguerite Yourcenar...

J'avoue que mes deux dernières lectures, des classiques du 20ème siècle, (ce livre ci et Zazie dans le métro) porteraient presque le coup de grâce à mon envie de lire. Et je m'interroge.... Dois-je, au nom d'une certaine curiosité culturelle, m'imposer de tels sévices de lecture ? Dois-je m'entêter à lire des livres dont le niveaux  ne semble pas compatibles avec mes capacités intellectuelles et finalement, mes besoins et envies, mon plaisir ?

 

 

PS : S'il passe ici un professeur de lettres ou un spécialiste de Marguerite Yourcenar qui pourrait m'expliquer ce à côté de quoi je suis passée, ce sera avec plaisir et réel intérêt.

 

 

                                                                                                           Y

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 28 Décembre 2010

En cette période de fête, d'abondance, de retrouvailles, de dépenses, de cadeaux, de petits plats dans les grands, de journées de salaire des uns dépensées en quelques bouchées chez les autres...

 

Même si les pensées ne remplaceront jamais les actes,

Avec cette chanson, j'ai envie de penser à ceux qui sont loin de chez eux...

Dans l'hémisphère Nord pour travailler et renvoyer quelques dollars dans un pays sans eau

Parce que le vent souffle et vous mène ailleurs et que marcher contre le vent épuise.

Au bout du monde pour défendre les droits des uns et la liberté de tous

A l'autre bout de la ville ou du département, dans un hôpital avec un pied de perf' en guise de sapin de Noël et de la morphine en guise de champagne.

De l'autre côté du fleuve parce que la guerre, l'origine ethnique ou la politique a drôlement découpé le pays.

Derrière des barreaux parce qu'un jour ils ont fait une connerie, petite ou grosse et que chez eux, c'est pas pour demain.

On ne sait pas trop où, un peu partout sur la planète, retenus prisonniers par des cinglés depuis des mois, alors qu'ils n'ont rien fait, juste être loin de chez eux au mauvais moment.

Sur le trottoir, en bas de l'ancien chez eux, si près et si loin de l'ancienne vie.

Au droite à gauche, ceux qui sont partis et n'osent pas revenir.

Nulle part : ceux qui n'ont jamais eu de chez eux où qui n'ont jamais su où c'était, chez eux.

Et comme le monde tourne pas toujours rond, il y a ceux qui voudraient être partout sauf chez eux...

 

Et puis, y'a ceux aussi qui sont partis et ne reviendront jamais, comme ce grand et indémodable artiste : Michel Berger

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #musique - chanson

Repost0