Publié le 1 Janvier 2011

Je vous souhaite à toutes et à tous une

 

 

Que 2011 soit meilleure que 2010 pour certains ou toute aussi bonne pour d'autres.

 

Et surtout, bonnes lectures !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0

Publié le 31 Décembre 2010

Il existe un Guadeloupe une petit ville qui s'appelle Bouillante, sur la côte sous le vent, la côte ouest, la côte caraïbe. Ce fut le lieu de mon premier séjour en Guadeloupe : le club de l'UCPA. Voici la vue depuis le bar, une vie qui a toujours été synonyme d'apaisement pour moi. Et j'ai eu la chance, en vivant là-bas ensuite, de pouvoir continuer a aller profité de cette vue magnifique grâce à un ami qui travaillait là !

Ce fut l'un de mes premiers tableaux. D'ailleurs, ce n'est pas sur une toile sur chassis, mais sur du carton toilé. Et c'est de la peinture à l'huile.

 

null

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Mes couleurs du monde

Repost0

Publié le 30 Décembre 2010

 CHALLENGE TERMINE !!!!!

 

 

 

 

 

 

 Il fallait, pour celui ci, lire juste un livre d'un auteur dont le nom commence par l'une des 26lettres de l'alphabet, soit 26 livres...

Juste un peu de triche... je n'ai pas lu de X mais à la place, j'ai lu 3 Z !!!

 

 

 

A Adam Olivier : Les vents contraires LU
B Benameur Jeanne : Les mains libres LU
C Carrière Emmanuel : L'adversaire LU

D Darrieusecq Marie : Truisme LU
E Ellory R.J : Seul le silence (LU)

F Fitzek Sebastian : Thérapie LU
G Galvada Anna : L'échappée belle LU
H Huxlay Aldous : Le jeune Archimède LU
I Indriadison Arnaldure : La cité des Jarres LU
J Jardin Alexandre : Chaque femme est un roman
K Khadra Yasmina : L'attentat LU
L Lethielleux Maud : Dis oui Ninon LU
M : Musso Guillaume : La fille de papier LU
N Nothomb Amélie : Le fait du prince LU
O Ollivier Mikaël : Noces de glace LU
P Paladini Gipsy : Sang pour sang LU
Q Queneau Raymond : Zazie dans le Métro
R Rambaud Patrick : Chronique du règne de Nicolas 1er LU
S Schnebert Bruno : L'agrégé LU
T Thu Huong Duong: Itinéraire d'enfance LU
U Upfield Arthur : La loi de la tribu LU
V Voltaire : L'affaire du chevalier de la barre LU
W Werber Bernard : Le papillon des étoiles

X ? Z bis : Zehrfuss Dominique : Peau de caniche LU
Y Yourcenar Marguerite : le coup de grâce LU

Z : Zuiker : Level 26. LU

 

 

 

Et voilà ! Je ne rempile pas pour cette année. D'ailleurs, 2011 sera pour moi une année sans challenge de lecture, histoire de garder toute ma liberté. Et puis, il me reste encore 2 challenges à finir. Hum Hum...

Bien sûr, le challenge Ojectif PAL 2 d'Antigone est tout de même plus ou moins d'actualité !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 29 Décembre 2010

Roman - Edition Folio - 122 pages - 2 €

 

 

L'histoire : En 1919, dans les pays Baltes ravagés par la guerre, la révolution et le désespoir, trois jeunes gens, Eric, Conrad et Sophie, jouent au jeu dangereux de l'amour. Attirance, rejet, faux-semblants, conflits, mensonges et érotisme les pousseront aux confins de la folie. Marguerite Yourcenar renouvelle le thème du triangle amoureux dans cette somptueuse et tragique histoire d'amour.

 

 

 

 

Tentateur : Une curiosité culturelle

Fournisseur : Ma PAL

 

 

 

 

 

  

-toile1.jpg

 

 

Mon humble avis :Est-ce par stoïcisme ou par entêtement que je suis allée jusqu'au bout de ce livre ? Ni l'un ni l'autre. C'est sans doute l'envie de comprendre ou l'espoir vain d'une révélation dans tous les sens du terme... Bref, ma lecture fut laborieuse, lente, entrecoupée et pesante. Même si je savais bien lire une grande oeuvre (ou en partie en tout cas), même si j'avais conscience de la qualité littéraire de ce texte, il n'a apporté chez moi qu'étouffement et impatience d'en finir. Mais comme je ne suis pas entrée dans l'histoire, j'ai même relu certaines phrases à plusieurs reprises, ce qui a ralenti encore ma lecture. Je suis passée complètement à côté de Ce coup de grâce qui n'a provoqué en moi aucune émotion délicieuse, aucune empathie pour les personnages, aucune compréhension de l'intensité émotionnelle du drame qui se déroule sous nos yeux. Peut-être parce que la narrateur décrit des faits sans s'y investir vraiment ? Pas seulement... Si l'on reprend la 4ème de couv... 3 jeunes gens... Eric, Conrad et Sophie... jeux dangereux de l'amour... Eric, je n'ai pas saisi où était le jeu pour lui, ni quels étaient ses sentiments pour Sophie. Conrad ne fait office que de figurant. Seul Sophie laisse transparaître cette fameuse passion, ce côté "prête à tout".

L'arrière plan historique est aussi trop lointain, trop isolé, trop centré sur une époque, un lieu et un événement si éloigné de ma petite culture qu'il ne m'a pas intéressé, que je n'ai pas pu vraiment me le représenter ni en comprendre les conséquences. Tout comme les mouvements militaires qui m'ont passablement ennuyés.

Certes, j'ai relevé quelques "jolies vraies phrases", certes les 3 dernières pages (et seulement celles ci) m'ont fait froid dans le dos.... A part cela, c'est pour moi un rendez vous complètement manqué avec cette grande dame de lettre qu'est, de l'avis de tous, Marguerite Yourcenar...

J'avoue que mes deux dernières lectures, des classiques du 20ème siècle, (ce livre ci et Zazie dans le métro) porteraient presque le coup de grâce à mon envie de lire. Et je m'interroge.... Dois-je, au nom d'une certaine curiosité culturelle, m'imposer de tels sévices de lecture ? Dois-je m'entêter à lire des livres dont le niveaux  ne semble pas compatibles avec mes capacités intellectuelles et finalement, mes besoins et envies, mon plaisir ?

 

 

PS : S'il passe ici un professeur de lettres ou un spécialiste de Marguerite Yourcenar qui pourrait m'expliquer ce à côté de quoi je suis passée, ce sera avec plaisir et réel intérêt.

 

 

                                                                                                           Y

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 28 Décembre 2010

En cette période de fête, d'abondance, de retrouvailles, de dépenses, de cadeaux, de petits plats dans les grands, de journées de salaire des uns dépensées en quelques bouchées chez les autres...

 

Même si les pensées ne remplaceront jamais les actes,

Avec cette chanson, j'ai envie de penser à ceux qui sont loin de chez eux...

Dans l'hémisphère Nord pour travailler et renvoyer quelques dollars dans un pays sans eau

Parce que le vent souffle et vous mène ailleurs et que marcher contre le vent épuise.

Au bout du monde pour défendre les droits des uns et la liberté de tous

A l'autre bout de la ville ou du département, dans un hôpital avec un pied de perf' en guise de sapin de Noël et de la morphine en guise de champagne.

De l'autre côté du fleuve parce que la guerre, l'origine ethnique ou la politique a drôlement découpé le pays.

Derrière des barreaux parce qu'un jour ils ont fait une connerie, petite ou grosse et que chez eux, c'est pas pour demain.

On ne sait pas trop où, un peu partout sur la planète, retenus prisonniers par des cinglés depuis des mois, alors qu'ils n'ont rien fait, juste être loin de chez eux au mauvais moment.

Sur le trottoir, en bas de l'ancien chez eux, si près et si loin de l'ancienne vie.

Au droite à gauche, ceux qui sont partis et n'osent pas revenir.

Nulle part : ceux qui n'ont jamais eu de chez eux où qui n'ont jamais su où c'était, chez eux.

Et comme le monde tourne pas toujours rond, il y a ceux qui voudraient être partout sauf chez eux...

 

Et puis, y'a ceux aussi qui sont partis et ne reviendront jamais, comme ce grand et indémodable artiste : Michel Berger

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #musique - chanson

Repost0

Publié le 27 Décembre 2010

  

Synopsis : Un beau matin de printemps, Emilie reçoit une lettre d’amour, belle, inspirée mais anonyme. Elle la jette d’abord à la poubelle, avant d’y voir le moyen de sauver sa mère, isolée et triste depuis le départ de son mari. Sans trop réfléchir, elle la lui adresse aussitôt. Mais Émilie ne sait pas encore que c’est Jean, son employé timide, qui en est l’auteur. Elle n’imagine surtout pas que son geste les projettera dans une suite de quiproquos et de malentendus qui vont vite tous les dépasser…

 

 

 

Comédie avec Audrey Tautou,  Nathalie Baye, Sami Bouajila

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

étoile3etdemi

 

 

Mon humble avis : En ces temps de grand froid, rien de tel pour se réchauffer qu'une bonne séance de fous rires dans une salle de cinéma. Objectif atteint avec "De vrais mensonges". Beaucoup de tendresse dans cette comédie, des dialogues savoureux et des quiproquos qui suivent non stop les malentendus, ne vous laissant presque aucun répis. On tremble pour les personnages : comment vont ils se sortir de cette situation périlleuse et presque burlesque ? Nathalie Baye est savoureuse, autant en femme désespérée qu'en femme amoureuse. Sami Bouajila est pour moi la révélation du film. Quand à Audrey Tautou, elle est fidèle à elle même. Pétillante certes, mais, et ce sera là mon principal bémol, quand je la regarde, je vois Audrey Tautou et non le personnage lui même... Enfin, quelques petites répétitions dans les situations frôlent la longueur. Mais l'ensemble reste très agréable, distrayant et fort amusant. Ce film ne sera pas culte mais il vaut vraiment le détour pour la bonne humeur qu'il génère !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 25 Décembre 2010

L'année dernière, je n'avais rien demandé de spécifique au Père Noël, pensant qu'il devinerait un peu ce qui me ferait plaisir...

Hors, figurez vous que le Père Noël n'est pas téléphate, qu'il est plutôt sourd et que si on ne lui dit pas noir sur blanc ce que l'on veut, et bien il ne se passe rien.

 

Donc, là, je suis prête, devant ma cheminée, j'attends...

J'ai tout de même mis un beau sapin pour que tout le monde se sente welcome !

 

 

 

 

Bon, en même temps, même si ce matin, la livraison n'est pas encore confirmée, j'imagine que c'est parce que la récolte ne se fait pas en deux minutes....

 

traineau  Je crois que le Père Noël est en route. En même temps, je ne lui mets pas la pression, je lui laisse un an pour assumer.

 

 

 

 

  

 

Alors, voilà ma liste. Un petit bout de chaque me suffira...

 

 

 

 

 

 

Un peu de Georges Clooney

 

 

 

Un peu de Romain Duris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                              

                                           Une grand once de Lilian Thuram

 

 

simon-baker-dans-mentalist-saison-2-8501426radjc_1819.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Simon Baker (en entier pourquoi pas !) Mentalist

 

 

 

 

 

 

 

 

Mike Delfino, juste pour ses compétences de plombier de Desperate Housewives

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yannick Noah, assis ou debout !

 

 

 

 

 

 

 

 

Johnny Deep, euh, sans Vanessa il va sans dire ! Je prends même la moustache s'il le faut !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guillamue Canet, bon, aussi sans Marion !

 

 

 

 

 

 

Shemar Moore, alias Morgan Derek dans "Esprit criminel", avec ou sans T.Shirt ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brad Pitt, même si la chemise a séché depuis le temps.... Tant qu'Angélina me le prête 5 mn

 

 

 

 

 

                               Mel Gibson à condition qu'il soit désimbibé !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bradley Cooper, épilé ou pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Matt Damon, même en noir et blanc !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et Nicola Sirkis pour un concert privé chez moi !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous remarquerez que je n'ai aucun idéal physique puisque cette liste comporte des blonds, des bruns, des jeunes, des plus âgés, des noirs, des blancs, des rasés de près, des relâchés... Et je suis sûre que si on mélange tous ces ingrédients, on obtient un homme tout à fait normal, dans la moyenne !

 

Bon, je ne me fais pas d'illusion et ne crois pas au Père Noël ! Non, les filles, je voulais juste vous faire un cadeau visuel, juste pour le plaisir ! Alors 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et si vous êtes un homme et que cette galerie vous laisse de glace...

 

 

 

Je vous propose Eva Longoria, qui le vaut bien et qui se libère, d'après les médias...

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0

Publié le 23 Décembre 2010

Roman - Editions Folioplus Classiques - 193 pages - 4.50 €

 

 

Parution en 1959

 

 

L'histoire : Zazie, une enfant de douze ans aux manières délurées, arrive de sa province, impatiente de connaître le métro parisien.  Son oncle Gabriel l'attend à la gare et, à la grande déception de Zazie, lui annonce que le métro est fermé pour cause de grève et la jette directement dans un taxi conduit par son ami Charles : direction le café Turandot, au-dessus duquel il vit. Là, Zazie fait la connaissance de Marceline, la femme de Gabriel, et de divers personnages du café : Turandot, le tenancier, Mado P'tits-Pieds, la serveuse... Le lendemain, Zazie s'enfuit avec l'intention de découvrir le métro et découvre le marché aux puces, en compagnie d'un étrange personnage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-toile1.jpg

 

 Mon humble avis : La veille d'ouvrir ce livre, j'étais si impatiente de rencontrer cette fameuse Zazie, que j'imaginais chipie et malicieuse, et de la suivre dans sa découverte d'un nouveau monde ! 

 Erreur et horreur magistrales. La chute est violente et ma lecture devient un cauchemard et une corvée que je m'emploie stoïquement à achever, histoire de comprendre, et si jamais il y a finalement quelque chose à comprendre...

Zazie se révèle effrontée (pourquoi pas), vulgaire et limitée dans ses propos ("mon cul") et plutôt détestable. Un personnage qui se révèle presque secondaire, donc pas du tout fouillé, entouré par une multitude d'autres qui apparaissent, disparaissent sans que l'on comprenne et retienne qui est qui...  L'histoire n'est qu'une succession de scènes tellement farfelues qu'on baigne dans un non sens qui ne m'a même pas fait rire. Les descriptions sont entrecoupées par d'interminables dialogues qui n'ont ni queue ni tête, aucune logique apparente, qui passent du coq à l'âne et qui finissent en eau de boudin. 

Et que dire du style de l'auteur.... Là aussi, quelque chose m'échappe. Queneau écrit pratiquement phonétiquement,  c'est épuisant à lire.

Ex : Apprends-nous cexé (pour apprends-nous ce que s'est)... Tu le fais esprès... c'est hun cacocalo que j'veux et pas autt chose... un homme lui esplique...dacor, on ne sait jamais, sans xa en ait l'air...

 

Queneau n'hésite pas non plus à inventer des mots par le mélanges d'autres mots, et il use sans modération d'expressions pseudo argotiques qu'il met à sa sauce. Innombrables sont les astérisques qui, en bas de page, donnent la traduction et l'origine de l'invention de l'auteur. De guerre las, j'ai fini par ne plus les lire, me disant que j'arriverais ainsi plus vite au bout de mon calvaire de 19 stations, oups chapitres !

Et là, je suis perplexe. Peut-être n'ai je pas la culture pour apprécier cette oeuvre et d'éventuelles allusions qui s'y cacheraient ? En tout cas, je suis passée complètement à côté de ce livre et m'interroge vraiment sur la légitimité d'une telle renommée qui fait que ce livre est édité dans la collection Folioplus classiques... Si quelqu'un veut (ou peut) m'expliquer ou me démontrer le génie de "zazie dans le métro"... n'hésitez pas, juste en dessous du billet, cliquez et postez votre commentaire, vos explications ou impressions.

 

 

 

ABC

                                                                                                            Q

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 21 Décembre 2010

BD Album - Editions Dargaud - 64 pages - 19 €

 

Parution en novembre 2009

 

 

L'histoire : Capucine vient d'avoir 8 ans. C'est une petite fille comme les autres. A une seule toute petite différence près : Capucine est porteuse de trisomie 21. Le pire pour elle, c'est qu'elle n'en a que très peu les caractéristiques physiques : les braves gens ne comprennent donc pas pourquoi elle est " si bizarre ". Ce printemps est un tournant dans le vie de Capucine, car elle va voir fleurir soudainement de nombreux problèmes qui n'étaient alors que des germes. Entre une école de la République qui la pousse vers la sortie, une tante gravement malade, une famille inquiète et des parents sur le point de craquer, Capucine va devoir apprendre à " gérer " ses problèmes, mais aussi ceux des autres. Dans la tourmente, elle n'aura souvent que son amour à offrir, et sa façon " extra-ordinaire " de voir les choses.

 

Auteurs Jean David Morvan et Jiro Taniquchi

 

 

 

Tentateur : La blogosphère

Fournisseur : Midola, merci pour le (long) prêt !

 

 

 

Mon humble avis : Aujourd'hui, c'est l'hiver. Quelle bonne raison de faire un bon dans le temps et de vous parler du printemps d'une petite fille, Capucine. De l'année de Capucine, seul le printemps est paru, nous attendons donc l'été, l'automne et l'hiver !

Même si physiquement rien ne semble l'indiquer, Capucine n'est pas une enfant comme les autres, elle est atteint de la trisomie 21. Cet album nous propose donc de voir le monde, la famille, l'école, l'amour, à travers les yeux de cette petite fille qui ne comprend pas pourquoi ses parents sont tristes, pourquoi ils s'évertuent à la stimuler, pourquoi ils se rouspettent, et souvent à son sujet. Nous sommes dans l'univers de Capucine.

Mais nous n'échappons pas à la vie quotidienne, aux préoccupations et aux inquiétudes de ses parents. Ils se sentent démunis devant l'état de leur fille, ne s'y résignent pas, souhaite pour elle le meilleur, un système scolaire normal... Ils la stimulent à toute occasion. Il faut absolument que Capucine progresse.... quitte à ce que cela devienne sujet de stress, de pleurs, d'angoisse, d'inquiétude pour la fillette.

Loin de moi l'idée de juger le comportement des parents avec le si peu d'informations en ma possession. Cet album aborde les tenants et les aboutissants de la trisomie 21. Et surtout, je pense qu'il a le mérite de nous interroger nous même : comment agirions nous, serions nous capable de mener ce combat incessant et éternel pour préparer notre enfant pas comme les autres à grandir dans ce monde. Capable ? Je ne sais pas ? Faire de son mieux, certainement et quand on fait de son mieux, on échappe pas aux erreurs et aux maladresses.

Cet album est très beau, les dessins délicats, détaillés et les couleurs sont douces. Un bémol, peut-être lié à ma "novicité" en matière de BD... La position des bulles par rapport aux dessins m'a parfois égarée... J'ai des fois eu du mal à distinguer le personnage émetteur de chaque bulle.  La petite Capucine est très mignonne et on l'aime tout de suite. Il se dégage de ces pages énormément d'émotions, de tendresse, d'interrogation et de détresse, celle des parents. Et quand ses parents sont tristes, alors c'est Capucine qui devient triste alors...

Un sujet sensible et grave qui me semble traité avec beaucoup de justesse. En tout cas, cet album m'a extrêmement touchée.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 19 Décembre 2010

Roman - Editions Grasset - 297 pages - 19,80 €

Existe aussi en Poche 6.50 €

 

 

Parution en avril 2008

 

 

4ème de couv' : Parfois, il me semble que les femmes sont des tremplins vers le fabuleux. Écrivaines pour la plupart non pratiquantes, elles produisent de la prose intérieure destinée à tromper leurs déceptions et à soigner leurs rêves. Changent-elles de métier, d'amant ou d'opinion ? C'est d'abord une césure, un rebond de style, un chapitre qui se tourne. Adressent-elles une oeillade à un passant ? C'est un best-seller qui débute. Depuis mon plus jeune âge, je sais que chaque femme est un roman. Voici en quelque sorte mes études littéraires, blondes et brunes.

 

 

 

Tentation : Ma PAL (depuis plus de 2 ans )

Fournisseur : Ma PAL suite à un don de Bibliza  (merci !)

 

 

 

-toile4.jpg

 

 Mon humble avis : Quel point commun réunit la 9ème Symphonie de Beethoven et "Chaque femme est un roman" ? (je sais, je vais faire grincer des dents avec cette comparaison, mais c'est le fun qui compte !!!)

Un sous titre commun éventuel : L'hymne à la joie ! C'est en tout cas l'impression qui fut mienne durant ma lecture. Alors si le coeur vous en dit, lisez ce billet en musique en cliquant !

 

 

 Voici un  livre initiatique à la mode Jardin ! Un livre très drôle qui vous incite à ouvrir ou à fermer les yeux selon l'envie, un livre qui vous donne envie de sortir de vos carcans, d'ouvrir les portes à la fantaisie, de vous alléger des lourdeurs de la vie, des bienséances inutiles. Métamorphosez vous en observant les autres ! Interrogez la légitimité de votre propre fonctionnement ou de celui de votre entourage !Appliquez quelques consignes et vous verrez, la vie changera de couleur !  Bref, Alexandre Jardin vous propose un programme pour que l'allegresse soit de moins en moins invitée occasionnelle dans votre vie... et de plus en plus résidente permantente.

 

Pour cela, Alexandre Jardin dresse une savoureuse galerie de portraits hors du commun. Ces personnages hauts en couleurs et forts en caractère, des femmes qu'il a croisées ou avec qui il a partagé des moments de vie, ont, par leurs comportements, poussé l'auteur à s'interroger, à se façonner, à devenir ce qu'il est... n'est pas... où aimerait être... Ces femmes sont toutes trucculentes à leur façon. Les situations dans lesquelles elles sont entrées dans la vie de l'auteur et l'ont influencée sont souvent cocasses, parfois réalistes ou tragiques, amusantes ou sérieuses. Toutes sont mises en scène avec un brillantissime romanesque, digne de cet auteur à l'imaginaire débridé, à l'enthousiasme et à "l'utopisme" contagieux... Alexandre Jardin maîtrise toujours parfaitement l'art de rendre la vrai improbable et le faux probablement vrai. Il manipule son lecteur avec une telle dextérité que celui ci ne sait plus ce qu'il doit croire ! et prendre pour vérité !. Peu importe, le lecteur a envie d'y croire et accepte l'invitation de l'auteur : entrer dans une réalité où l'on choisit ce que l'on devient, même si le crédo est : no limite, rien d'impossible !

 

Le tout est servi par une écriture jubilatoire, soignée, exaltante, facétieuse. Tout au long de ma lecture, j'étais ébahie devant ces envolées littéraires et légères et je me disais : comme le français est délicieux, drôle, enivrant, chantant, théâtral quand il est manié avec tant de grandiloquence et d'audace... et de talent ! 

 

Ma concentration s'est légèrement érodée sur les dernières pages. C'est que l'on n'est plus habitué à autant de dynamisme et d'optimisme dans un livre et un tel afflux de ces qualités fatigue un peu, comme un grand bol d'air !

 

Ce livre euphorisant est donc à lire, of course ! Même s'il ne change pas la vie, il vous ouvre un 3ème oeil, celui qui permet de considérer la vie d'un autre angle et d'y croire, au moins le temps d'un livre !

 

 

ABC

                                                                J

 

 

Jules n'a pas du tout aimé, Canel pas beaucoup plus, et Amanda Meyre partage totalement mon enthousiasme !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0