Publié le 6 Décembre 2015

Allez, une dimanche félin, rien de tel pour oublier la brutalité de notre monde !

Aya et Tsingy se portent à merveille. Leur complicité est toujours source de bonheur pour moi et souvent, de bons éclats de rire !

Courant octobre, nous avons accueilli, en tant que famille d'accueil, une jolie minette blanche nommée Elsa. Hélas, cela ne s'est pas très bien passé entre les félins, Elsa n'étant pas "OK chats" comme on dit dans notre jargon. Belliqueuse et maladroite avec mes chats, cela a provoqué de sacrées bagarres qui se sont terminées par un gros abcès à l'oreille pour Elsa (j'ai donc du "jouer" l'infirmière), et une petite cicatrice sur le bout du nez de Tsingy. Au bout de 2 semaines, nous avons trouvé une autre famille d'accueil (sans chat) pour Elsa, qui d'ailleurs a été adoptée hier !!! Tout est bien qui finit bien pour Elsa !

Sinon avec Tsingy, nous avons fêté courant novembre son premier anniversaire d'adoption. Cela fait donc un an que mon petit loup est arrivé à la maison ! Inutile de dire qu'il a bien grandi, mais il garde une silhouette athlétique. 

Comme l'hiver est presque là, les températures baissent... Donc souvent, la nuit, je me retrouve un peu coincée dans mon lit avec un chat à gauche (Tsingy) et un chat à droite (Aya). Et oui, toujours à la même place.

J'ai renoncé à mes fonctions trop prenantes auprès de Félin Possible, pour qui je rends encore de menus services et pour qui encore je refairai famille d'accueil chaton au printemps prochain.

Pour compenser, je suis dorénavant bénévole à la SPA de Chateaubourg (20 km de Rennes). J'essaie d'y aller un aprem par semaine. J'y promène des chiens et passe beaucoup de temps dans les chatterie à caresser, brosser les chats, et à jouer avec eux. Je suis récompensée par de sacrées séances de ronrons, car ces chats sont diablement en manque d'affection (la plupart arrive à la SPA après une longue errance et un passage par la fourrière). Ce sont tous des chats abandonnés et non sauvages, car tous assez proches de l'humain.

Enfin, en ce jour du 6 décembre, Aya et Tsingy souhaitent un joyeux anniversaire à leur Mamie !

Afficher l'image d'origine

Photos maintenant !

Aya qui a été ravie de pouvoir rentrer dans le congélateur lors de son grand nettoyage !

Aya qui a été ravie de pouvoir rentrer dans le congélateur lors de son grand nettoyage !

Les beaux yeux de Tsingy et Tsingy avec la pomme en "splash colors"

Les beaux yeux de Tsingy et Tsingy avec la pomme en "splash colors"

Aya qui a déjà reçu son cadeau de Noël, un superbe coussin fait sur mesure (pour son étagère préférée) par Mamie !

Aya qui a déjà reçu son cadeau de Noël, un superbe coussin fait sur mesure (pour son étagère préférée) par Mamie !

Tsingy et les cartons, toute une histoire !

Tsingy et les cartons, toute une histoire !

Mes deux top models !

Mes deux top models !

Pour Aya et Tsingy, plus c'est haut, mieux c'est. Et puis la tendresse, c'est bien aussi !

Pour Aya et Tsingy, plus c'est haut, mieux c'est. Et puis la tendresse, c'est bien aussi !

Aya ou la classe incarnée !

Aya ou la classe incarnée !

Tsingy sous toutes ses coutures !

Tsingy sous toutes ses coutures !

Pour Aya, le top du plaisir, c'est d'avoir un carton à déchiqueter (donc coup de balais récurrent à la maison)

Pour Aya, le top du plaisir, c'est d'avoir un carton à déchiqueter (donc coup de balais récurrent à la maison)

Tsingy est un bon modèle pour le Noir et Blanc !

Tsingy est un bon modèle pour le Noir et Blanc !

UN DIMANCHE FELIN !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Un monde de chat

Repost0

Publié le 4 Décembre 2015

21 nuits avec Pattie : Affiche

Film d'Arnaud et Jean-Marie Larrieu

Avec Isabelle Carré, Karine Viard, André Dussolier

 

Synopsis Au cœur de l’été, Caroline, parisienne et mère de famille d’une quarantaine d’années, débarque dans un petit village du sud de la France. Elle doit organiser dans l’urgence les funérailles de sa mère, avocate volage, qu’elle ne voyait plus guère. Elle est accueillie par Pattie qui aime raconter à qui veut bien l’écouter ses aventures amoureuses avec les hommes du coin. Alors que toute la vallée se prépare pour les fameux bals du 15 août, le corps de la défunte disparait mystérieusement.

 

 

21 NUITS AVEC PATTIE, film des frères LARRIEU

 

Mon humble avis : La presse a plutôt tendance à encenser ce film et là, j'avoue que cela m'étonne, à moins que le message du film, si tant est qu'il y en ait un, me soit passé complètement au dessus de la tête.

Le pitch me laissait croire à une comédie désopilante. Et bien à mes yeux, ce film n'a rien d'une comédie et est surtout désolant. Certes, à la fin, on rit avec nos compagnons de séances, mais ce sont des rires nerveux, de lassitude, de ce n'est pas possible, vivement que cela se termine.

En fait, le seul aspect plaisant du film, c'est le lieu de tournage, avec cette superbe maison isolée au fond d'une vallée, où l'on se verrait bien passer quelques jours de repos total, loin de tout, et surtout, de tout réseau, à bouquiner, se baigner dans les rivières...

A part cela, l'atmosphère du film devient de plus en plus malsaine, les dialogues, (ou plutôt les monologues de Karine Viard) plus que redondants, sont d'une vulgarité rarement atteinte, même répugnante. Et le pire, c'est qu'ils ne font rire personne.

Quant à l'histoire du cadavre vagabond, et bien elle parait bien improbable (ok, peut-être que je regarde trop de séries où on évoque toujours la rigidité cadavérique). Elle ne mène que vers du macabre mal mené (et finalement pas assez éxploité) par les cinéastes, pour aboutir à une histoire qui n'apporte rien, qui n'enrichit en rien et qui ne fait même pas passer le temps tant celui-ci semble long tout du long !

Cela fait deux films de suite que je vois avec une Karine Viard obsédée par le sexe et qui ne connait que le mot B-I-T-E. Peut-être qu'elle s'éclate à jouer cela, mais en tant que spectatrice, je la préfère nettement dans des rôles plus subtiles, plus fins, plus délicat, où son talent peut exploser à l'écran, et avec la classe qui lui va si bien. Là, dans ces 21 nuits avec Pattie, on a juste l'impression de voir une actrice de série B. J'attends de Karine Viard, dont je vois presque tous les films, qu'elle m'émeuve, qu'elle me boulevers ou qu'elle me fasse rien, mais pas qu'elle me dérange par des dialogues au ras des pâquerettes.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 30 Novembre 2015

Afficher l'image d'origineCe blog se veut culturel, littéraire, divertissant et évite en général les sujets dramatiques dont nous abreuvent les médias.

Mais c'est aussi mon espace personnel et des fois, j'ai envie de dire, enfin de hurler, de crier, de m'indigner, me révolter !

Je ne mets jamais ou rarement ici des infos trouvées sur Facebook, considérant que chacun ou presque y a accès, mais exception aujourd'hui...

Toujours suite aux attentats du 13 novembre, où l'intégrisme religieux et la radicalisation ont fait 130 victimes et des centaines de blessés, en visant la jeunesse de notre pays et son art de vivre, mais le symbole absolu de la France ; la liberté.

L'intégrisme et la radicalisation, le danger et la haine de l'autre que cela représente ne sont pas l'apanache de l'islmanisme. Notre "bonne vieille religion catholique" n'est pas en reste. Même si sans armes de métal, mais par des mots. La radicalisation n'a pas de religion. Pour preuve, les propos outrageux, ignobles et méprisant du "Père" Benoit de Lyon, qui ont fait scandale ces derniers jours.

 

Extraits des différents articles de presse relégués par les réseaux sociaux :

(rue89) : Le père Hervé Benoît exerce des fonctions de prêtre à la basilique de Fourvière. Au sein du plus important symbole de Lyon lorsque la ville est qualifiée de « très catholique ». Le religieux s’est fendu d’une longue et hallucinante tribune sur le site catho très conservateur « Riposte catholique ».

 

Voici une partie de la tribune de ce "prêtre" :

 

« Tant pis pour les lecteurs sensibles »

Intitulé « Les Aigles (déplumés) de la mort aiment le diable », avec un point d’exclamation, l’édito du prêtre revient notamment sur les paroles d’une des chansons des Eagles of Death Metal, le groupe qui jouait ce soir-là au Bataclan :

« Ne me dites pas que ce ne sont que des mots. Que c’est pour rire. À force de ne rien prendre au sérieux, tout fini par devenir tragique. »

Une entrée en matière lui permettant d’écrire ensuite :

« Je vais allez plus loin. Tant pis pour les lecteurs sensibles. Regardez les photos des spectateurs quelques instants avant le drame. Ces pauvres enfants de la génération bobo, en transe extatique, « jeunes, festifs, ouverts, cosmopolites… » comme dit le “quotidien de révérence” (sic). Mais ce sont des morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis-haschishin, sont leurs frères siamois. Mais comment ne pas le voir ? C’est tellement évident ! Même déracinement, même amnésie, même infantilisme, même inculture… »

Hervé Benoit n’a pas fini de régler ses comptes, il égratigne une presse jugée charognarde, un monde postmoderne empli de smartphones que les victimes du Bataclan ne manquaient pas, selon lui, de tenir dans leurs mains juste avant le carnage.

Sans s’en rendre compte, ce prêtre lyonnais déroule l’exact même discours que celui des djihadistes terroristes qui se voient comme les bras armés d’une prétendue exigence divine. Pour Hervé Benoit, c’est bel et bien la punition divine qui s’est abattue sur une jeunesse a minima perdue, au pire dépravée (« le drame de l’humanisme athée, qui aime le diable, la mort, la violence, et qui le dit… et qui en meurt ! »).

Le chapelain lyonnais montre volontiers à quel extrême il appartient, en poussant loin sa démonstration grotesque :

« 130 morts, c’est affreux ! Et 600 morts, c’est quoi ? C’est le chiffre des avortements en France le même jour. »

Prévoyant et méprisant déjà les réactions offusquées, Hervé Benoit gratifie enfin son texte d’un post-scriptum -qu’il voulait sans doute drôle  :

« P. S. : Les formulaires de dénonciations à quelque autorité qu’on voudra sont à la disposition du public. »

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une pétition, qui a reçu des dizaines de milliers de signatures en quelques heures, visant à destituer cet homme a circulé.

Il n'y a pas que des Imams dangereux, qu'il faut destituer. Si des jeunes un peu perdus vont chercher réconfort et conseils auprès d'un homme pareil, s'ils ne recoivent que ces mots méprisants et haineux, cela ne risque pas de leur apprendre l'amour.

 

(Le monde) : 

Mgr Philippe Barbarin, l’archevêque de Lyon, a relevé de ses fonctions le père Hervé Benoît, qui avait comparé dans une tribune les personnes tuées au Bataclan et leurs bourreaux.

Dans un texte intitulé « Pleurez avec ceux qui pleurent », publié vendredi 27 novembre, il écrit :

« A la suite de la publication d’une tribune signée par le père Hervé Benoît, et après avoir pris le temps de le rencontrer et de l’écouter, j’ai décidé, en accord avec son évêque Mgr Armand Maillard [évêque de Bourges], de le relever de ses différentes charges pastorales dans le diocèse de Lyon. 
Dans le contexte qui est le nôtre, il n’est pas acceptable que des chrétiens, à plus forte raison des prêtres, ne s’appliquent pas toujours et le plus possible à maintenir entre les hommes la paix et la concorde fondée sur la justice.
A l’issue des obsèques de Caroline Prénat, une jeune fille lyonnaise décédée au Bataclan, j’ai dit combien le texte du père Benoît était consternant et blessant. »

Il demande aussi au père Benoît, qui exerçait comme chapelain à la Basilique de Fourvière, « de se retirer immédiatement dans une abbaye pour prendre un temps de prière et de réflexion ».

Après cette sanction lyonnaise, il appartiendra au diocèse de Bourges, dont le prêtre est originaire, de décider des suites à donner, avait fait savoir une source proche du dossier jeudi soir.

« Le ton de cette tribune ne traduit pas l’attitude d’un pasteur qui rencontre, écoute, accompagne les personnes dans la souffrance, dans une attitude de miséricorde », avait déclaré cette semaine Mgr Maillard, cité dans le communiqué du cardinal Barbarin.

----------------------------------------------------------------------------------------------

Personnellement, je suis d'éducation catholique... Mais, selon la "classification" très juste d'Eric Emmanuel Schmitt, voilà plus de 20 ans que je suis devenue une agnostique indifférente puisque je ne peux prouver l'existence ou la non existence d'un Dieu quelconque. Mais depuis que j'ai "l'âge de réfléchir" par moi même, je n'ai jamais trouvé dans ma religion de naissance les valeurs qui me sont chères : la tolérance, le respect de l'autre et de ses différences. Au contraire, j'ai subi et subi encore la culpabilité si chère à la religion catholique, la menace de la punition divine etc.

Je respecte néanmoins les religions et leurs croyants, tant que c'est dans l'amour et l'ouverture d'esprit, et que ce n'est imposé à personne. La religion, la croyance, la pratique ne doit relever que d'un choix personnel.


 

Voir les commentaires