Articles avec #cinema francais tag

Publié le 14 Octobre 2019

Film de Nicolas Vanier

Avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vasquez

 

Synopsis :  Christian, scientifique visionnaire, étudie les oies sauvages. Pour son fils, ado obnubilé par les jeux vidéos, l’idée de passer des vacances avec son père en pleine nature est un cauchemar. Pourtant, père et fils vont se rapprocher autour d’un projet fou : sauver une espèce en voie de disparition.

 

 

Mon humble avis : Ce film est un bijou, une rivière de diamants ! Magnifique à tous points de vue ! C'est un film qui, évidemment, s'adresse à toute la famille !

Les visuels sont simplement époustouflants de beauté : que ce soit au niveau des paysages ou des volatiles, les prises de vue sont exceptionnelles et offrent un sacré bon bol d'air.

L'histoire, inspirée en partie d'une histoire vraie, est très touchante et pédagogique. Elle montre l'importance de préserver la biodiversité... quelques soient les moyens ! Le tout est de s'investir, de s'engager, de connaître, d'avoir des idées et d'y croire, aussi incongrues que ces idées puissent être. Et oui, qui ne tente rien n'a rien. Mais, il faudrait surtout que la lourdeur administrative française s'allège un peu...

Les relations humaines sont très importantes dans le film. On voit un gamin geek se transformer au contact de son père fantasque, qui parvient à l'intéresser à sa passion et à lui transmettre. Le rapprochement père fils qui s'opère devant nos yeux fait vraiment du bien, autant qu'aux personnages qui rayonnent de plus en plus au fil de la croissance des oies et de l'avancée du projet fou et titanesque. Donne-moi des ailes montre donc aussi une belle reconstruction familiale. Une fois de plus, Jean-Paul Rouve m'a bouleversée. Il est si juste dans ce genre de rôle. Les autres comédiens sont bien sûr tout aussi excellents, et menton spéciale au jeune Louis Vasquez. Mais ce Jean-Paul Rouve en sauveur d'oie du fin fond de sa Camargue et qui devient enfin père, c'est juste magistral !

Donne-moi des ailes, film sur l'environnement et la transmission émerveille, émeut et fait rire, car certaines situations sont bien cocasses mais on reste toujours dans le "mignon", le frais, le naturel. Bref, Donne-moi des ailes nous donne des ailes pendant presque deux heures, nous permet d'y croire encore, et fait de nous des oiseaux. Oui, on vole.... avec les oiseaux au dessus de la moitié de l'Europe.

A voir absolument, à revoir même... A montrer au grand d'aujourd'hui et de demain (donc les petits actuels !).... pour que notre planète reste toujours aussi belle et peuplée d'une belle diversité animale !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 10 Octobre 2019

Film de Géraldine Nakache

Avec Géraldine Nakache, Leïla Bekhti, Patrick Timsit

 

Synopsis :  Vali et Mina sont deux sœurs que tout oppose. L’une est chanteuse, rêveuse et émotive. L’autre est thérapeute, distante et rationnelle. Leur père finit par trouver l’occasion rêvée pour peut-être les réconcilier : Vali a décroché une audition à Paris et c’est Mina qui va devoir l’y emmener.

 

Mon humble avis : Un coup de coeur pour moi ! Cela ne veut pas forcément dire que c'est le film du siècle, mais juste qu'il m'a beaucoup "parlé" et touchée.

Une comédie... où l'on rit... dramatique... qui nous émeut, sans doute en fonction de la sensibilité propre à chacun, de l'histoire personnelle aussi.

Que les allergiques à Céline Dion (et oui, il en existe), se rassurent ou ne  se ferment pas une belle porte, "J'irai où tu iras" n'est pas un film sur la vedette et sa musique (celle du titre) n'est entendue qu'une fois ou deux.

En fait, le film porte sur l'intime, sur le fonctionnement familial après un deuil, celui d'un des deux parents... Et la difficile communication entre tous en fonction de personnalité de chacun, de sa façon de vivre le deuil, de l'exprimer. Et de s'en relever, d'une façon ou d'une autre.

J'irai où tu iras montre magnifiquement les voies et voix que les uns et les autres peuvent choisir, parfois inconsciemment. Il y a celle qui ne vit que par et pour son travail très altruiste, celle qui a retrouvé la voix et une certaine forme de bonheur et de vie grâce à la chanson. Et enfin le père qui ne pense qu'à alléger ses filles par ses blagues, son excentricité et ses petites habitudes (tocs ?) qui créent un lien de reconnaissance familiale et affectueuse. L'humour comme bouclier, avec des moments mémorables !

Et dans tout cela, la personne qui semble la plus "handicapée" des sentiments ou de la vie n'est pas forcément celle que l'on pense. Encore que ? Et de toute façon qui sommes- nous pour juger la façon dont chacun exprime ses sentiments, qu'ils soient enthousiastes et mélancoliques ? Pour mépriser la façon que chacun à de se relever, quelque soit la béquille utilisée ? Plutôt que de juger, mieux vaut sans doute faire un pas vers l'autre et commencer à comprendre, prendre conscience de cette différence de fonctionnement intime.

Tout ceci est parfaitement mis en scène par Géraldine Nakache, dans un film rythmé et piquant, drôle et émouvant, mais sans pathos. Le tout en misant sur sa complice de toujours pour interpréter sa soeur : Leila Behkti. Elles sont toutes les deux au diapason dans leur antipode. Et, et, Patrick Timsit succulent dans ses bizarreries et son coeur qui déborde pour ses filles.

Vraiment j'ai adoré ce film aussi bien senti que mené.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 8 Octobre 2019

Film de Nicolas Pariser

Avec Fabrice Luchini, Anaïs Demoustier, Nora Hamzawi

 

Synopsis :  Le maire de Lyon, Paul Théraneau, va mal. Il n’a plus une seule idée. Après trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle leurs certitudes.

 

 

Mon humble avis : Ce film est résolument brillant... Même parfois un peu trop, je plaisante. Mais en fait, il est tellement dense en pensées et dialogues à la lisière de la philosophie que l'on aimerait parfois pouvoir appuyer sur le bouton "pause" pour assimiler vraiment ce qui y est dit, et pouvoir méditer sur notre propre avis sur les questions et sujets qui y sont débattus.

Dans ce film, le rôle de Fabrice Lucchini lui impose d'être relativement abattu, donc point ou peu d'envolée "Lucchinienne"... Mais au contact d'Alice, l'étincelle revient dans les yeux de ce maire déprimé et alors là, c'est délicieux, toute l'évolution se fait par petites étincelles discrètes et délicates.

Les grands débats de ce film portent sur les "Idées", l'action et la réalité du terrain. Les grands intellectuels et/ou politiques qui planent à cent lieues au-dessus de la mer sans être conscient qu'ils parlent chinois au peuple dont ils se disent très près et préoccupés.

Il est évidemment question de vanité et de modestie, assez rare dans le milieu politique, fût-il qu'"au niveau" d'une grande cité comme Lyon. D'ailleurs, ce fameux milieux (et toute sa cour) et gentiment égratigné et moqué par Nicolas Pariser, le réalisateur, qui donne ici un film qui devient de plus en plus une valse à mille temps, mais compté en minutes. Du genre : "dans 3 mn, le maire vous reçoit 2 mn". Pour la simple citoyenne que je suis, tout ce ballet de couloir, d'escalier, d'entre-porte et de convoi humain parait tellement ridicule, risible et disproportionné... Bref, il flotte comme une marée de sérieux avec des vagues de vanité... C'est comique... Et encore, nous ne sommes pas à l'Elysée ! Ce film offre un beau face à face entre l'ancien monde de la culture, de la philosophie et de la littérature comme mode de pensée au nouveau, formé par les technocrates et les communiquants.

Bref, Nicolas Pariser montre de l'intérieur ce milieu politique auquel plus grand monde ne croit. Et dans cette ruche, il y a une magie qui s'installe, avec l'arrivée d'Alice, dont le rôle est de donner conseils et idées au maire. La présentation de son poste est hilarante ! Le duo que forment Fabrice Lucchini et Anaïs Demoustier est aussi subtil que délicieux !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 2 Octobre 2019

Film de Nicolas Boukhkrief

Avec Sandrine Bonnaire, Charles Berling, Pablo Pauly, Jérémy Senez

 

Synopsis :  1999 - Olloy - Les Ardennes belges.
Un enfant vient de disparaître. La suspicion qui touche tour à tour plusieurs villageois porte rapidement la communauté à incandescence. Mais un événement inattendu et dévastateur va soudain venir redistribuer les cartes du destin…

 

 

Mon humble avis : L'adaptation du roman éponyme de Pierre Lemaitre est bien réussie, et très fidèle à son atmosphère et à la tension qui s'y installe au fur et à mesure que le piège se referme sur le personnage d'Antoine.

La réalisation est sobre et oppressante, mais sans exagération. Pierre Lemaitre fait une apparition surprise et rapide dans le personnage du procureur.

J'avais "audiolu" ce roman il y a quelques mois, juste après une opération chirurgicale, donc autant dire, un peu beaucoup dans les vapes et la douleur. Le film m'a donc permis de rafraîchir ma mémoire et de décelé peut-être certaines subtilités perdues dans mes brumes post-opératoires. L'aspect thriller psychologique m'a plus sautée aux qu'aux oreilles lors de mon audiolecture.

Ce polar social reste bien glaçant et laisse libre le spectateur de juger ou non ce coupable innocent, dont le crime du mensonge est bien plus grave que le geste commis et qui aura des répercutions bien plus lourdes que la potentielle justice et qui le gardera à jamais prisonnier d'une vie qu'il n'a pas choisi, face à ses victimes.

Une histoire très prenante, au début classique mais au développement très subtile, brillamment interprétée. A voir donc !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 13 Septembre 2019

Film de Cédric Klapisch

Avec François Civil, Ana Girardot, François Berléand, Camille Cottin

 

Synopsis :  Rémy et Mélanie ont trente ans et vivent dans le même quartier à Paris. Elle multiplie les rendez-vous ratés sur les réseaux sociaux pendant qu'il peine à faire une rencontre. Tous les deux victimes de cette solitude des grandes villes, à l’époque hyper connectée où l’on pense pourtant que se rencontrer devrait être plus simple… Deux individus, deux parcours. Sans le savoir, ils empruntent deux routes qui les mèneront dans une même direction… celle d’une histoire amour ?

 

 

Mon humble avis : Deux moi est un très joli film, entre ombre et lumière, ou plutôt de l'ombre vers la lumière. Un film doux sur les duretés de la vie et le chemin pour les surmonter. Un film sur le deuil, sur les deuils, puisque la vie nous en impose de nombreux, depuis la perte d'un être cher, jusqu'aux changements qui paraissent anodins, en passant par les séparations. Ces événements qui vécus différemment par chacun, à son rythme, mais parfois ne peuvent être digérés à cause du comportement de l'entourage. Et tout cela peut exploser et mener à la dépression....

Dans ce film, le chemin vers la lumière passe par la psychothérapie. Et ainsi, Cédric Klapisch tord judicieusement et subtilement le bras de ceux qui pensent que les psychothérapeutes sont des charlatans, ou que seuls les timbrés du ciboulot sont concernés par les "psy". Klapisch prouve que l'image encore trop bien ancrée dans la pensée collective est erronée.

Le film est donc un chemin vers la rencontre de soi-même, qui va permettre la rencontre de l'autre, la VRAIE rencontre, qui ne sera basée sur aucun mensonge, par action ou par omission. Car il faut d'abord être deux vrais "moi" pour pouvoir être nous. Evidemment l'on devine bien que nos deux héros qui ne font que se croiser, se suivre sans se voir ni se rejoindre, comme deux parallèles dans leur quotidien sont destinés l'un à l'autre pour l'infini. Mais quand ? Des petits signes, mignons, montre que leurs chemins se rapprochent (telle une fumée de cigarette, une musique entendue, un chat qui entre dans leur vie), mais il faut que ce soit le bon moment...

Deux moi est magnifiquement réalisé et interprété (par Ana Girardot et François Civil, qui ont déjà tourné avec Cédric Klaspisch dans "Ce qui nous lie", superbe film également). Mon petit bémol est que j'y ai trouvé quelques petites longueurs... Mais en même temps, Rome ne s'est pas faite en un jour, donc ses petites longueurs sont en adéquation avec le scénario et l'objectif du film. Un bel objectif, maîtrisé et parfaitement atteint.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 9 Septembre 2019

Film de Julien Rappeneau

Avec François Damiens, André Dussolier, Maleaune Paquin

 

Synopsis : Le jeune Théo, surnommé « Fourmi », aimerait redonner de l’espoir à son père, Laurent, un grand gaillard solitaire et désabusé par la vie. L’occasion se présente quand Théo est sur le point d’être recruté par un grand club de foot anglais.

 

 

Mon humble avis : Ah ! Enfin une pépite ! Enfin un film qui fait du bien, dont on sort avec la banane et le coeur apaisé. Un film où l'espoir renaît, grâce à un petit garçon tout mignon et bon joueur (en tant qu'acteur, en tant que footballeur, et dans la vie) soit dit en passant.

Certes ce film est peut-être plein de bons sentiments mais rien n'est gratuit et surtout, il n'écarte pas les grosses difficultés, celles des parents qui se répercutent sur les enfants. Ce film peut sans problème être vu en famille.

François Damien livre une excellente prestation de père alcoolique qui va enfin se ressaisir et grandir grâce à son fils qui lui donne un but dans la vie.

Le petit Théo invente un mensonge qui paraît gros comme un nuage, mais ce mensonge emmène toute la commune sur ce nuage. Les gens se reparlent, sont de nouveaux joyeux et fiers de leur commune. Un jeune garçon agoraphobe et geek, qui vit enfermé, va même remettre le nez dehors. Tout le monde s'unit derrière le petit Théo et les conséquences de ce mensonge dépassent Théo. Oui, mais celui-ci est découvert...  Et bien l'on se dit que le bien qu'il a provoqué n'est pas vain, loin de là. Et puis, sait-on jamais ? A force de mettre toute sa force, son imagination pour faire croire à ce mensonge, la vie pourrait peut-être apporter quelque surprise non ?

Et Fourmi, pourquoi un tel titre ? C'est le surnom que la meilleure amie de Théo lui donne. Mais les fourmis sont aussi l'espèce animale où il y a le plus d'entraide communautaire.

Même si ce film ne révolutionne pas le cinéma, Fourmi est une tendre et émouvante comédie familiale qui fait du bien, qui fait du bien, qui fait du bien ! Alors, pourquoi s'en priver ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 30 Août 2019

Film de Ira SACHS

Avec Isabelle Hupper, Brendan Gleeson, Marisa Tomeï

 

Synopsis :  Frankie, célèbre actrice française, se sait gravement malade. Elle décide de passer ses dernières vacances entourée de ses proches, à Sintra au Portugal.

 

 

Mon humble avis : Comme je me suis.... ennuyée ! Mes "coséanseurs" ont un peu plus apprécié que moi, mais aucun enthousiasme débordant dans notre équipe.

Il faut beaucoup de temps pour comprendre le lien réel entre les personnages, à savoir leur degré de familiarité entre eux et avec Frankie. Du coup, impossible dans les premiers temps de saisir l'éventuelle subtilité de leurs rapports.

Les personnages ne font que se croiser et s'éparpiller, donc le film est comme une succession de saynètes dont le puzzle tarde à se former, et lorsqu'il est achevé, on se demande vraiment dans quel sens il faut le regarder.

On passe beaucoup de temps à voir les acteurs arriver sur un lieu, puis à les voir repartir du lieu. Et dans les dialogues souvent courts, voire inachevé, les personnages sont si distants entre eux qu'ils peinent vraiment à faire passer des émotions alors que le synopsis laisser penser que le film pourrait être vraiment émouvant.

Il semble que toute l'action se déroule sur une journée... Etonnant tout ce que les gens ont le temps de faire dans une journée, tout en ne faisant rien... Impression d'errements ne menant à pas grand-chose.

Et puis, comme je m'ennuyais, j'ai noté des fautes de raccord, des manques de crédibilité...  J'ai vu le film en VO, sachant que les personnages s'expriment tantôt en Anglais, tantôt en français, suivant leur nationalité et leur lieu de vie. Et comme par hasard, le peu de Portugais rencontrés au cours du film parle un Anglais très fluide, sans aucune hésitation de vocabulaire etc... Même un ado qui n'a pas eu le temps de vivre 10 vies s'exprime parfaitement dans la langue de Shakespeare !

Cette chronique d'un deuil annoncé est donc très déroutante, et si qualités il y a, elles doivent être discrètes... Donc si vous aimez les films discrets et mornes, allez-y. Mais de mon côté, je n'ai vraiment pas aimé et je me languis de voir un film qui me réjouisse pleinement, il me semble que ces derniers temps, le cinéma ne m'a pas emportée plus que ça. Mais de très bons films sont annoncés dans les semaines à venir, donc ça ne saurait tarder ! 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 16 Août 2019

cinéma, je promets d'être sage, film, avis, chronique, Léa drucker, Pio Marmaï

Film de Ronan Le Page

Avec Pio Marmaï, Léa Drucker, Mélodie Richard, Gilles Privat

 

Synopsis :  Après des années de galère dans le théâtre, à bout de nerfs, Franck plaque tout !  Il aspire à une vie qui se tienne enfin et accepte un poste de gardien de musée loin de Paris, au calme. C’était sans compter sur Sibylle, une agent de surveillance caractérielle qui va lui mener la vie dure et tout faire pour le décourager. Ils vont pourtant être amenés à s’allier pour monter une petite escroquerie. Une chance peut-être de reprendre leurs vies en main… 

Mon humble avis : Et bien c'est la loi des séries... Il y a deux jours, je publiais mon billet sur Envoyée Spéciale de Jean Echenoz, roman auquel je n'attribuais qu'une papatte de chat. Idem aujourd'hui avec ce film...

Je me demande ce qui conduit des acteurs reconnus et non disparus de la circulation à s'aventurer dans de un tel film ! Ont-ils tant d'impôts à payer où ne reçoivent-ils des scénarii encore pire que celui-ci ? Bref, c'est intriguant cela.

Je me suis effectivement ennuyée royalement durant la projection de "Je promets d'être sage", malgré une bande annonce alléchante et une affiche qui l'est aussi. Et je réalise que les affiches sont aussi de plus en plus mensongères. Il n'est pas rare de ne jamais retrouver dans un film la photo/le moment qui illustre l'affiche... Mais ici, que vient faire cette batte de base ball qui promet pas mal de choses qui ne viennent pas. Ennui donc pour mes 7 "coséanceurs" et moi. Le film n'est ni drôle, ni dramatique, ni émouvant. Un film sans insipide, sans odeur et sans saveur à mes yeux. La presse évoque des fulgurances comiques. Tenez-vous prêts pour ne pas les manquer car celles-ci sont vraiment fulgurantes  et disparaissent aussitôt lancées.

L'ensemble semble même plutôt confus et même le duo de supers acteurs Léa Drucker /Pio Marmaï ne nous sauve pas de cet ennui qui m'aurait bien fait quitter la salle si j'avais été seule, devinant déjà qu'aucun rebondissement ne viendrait relancer l'ensemble.

A éviter donc !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 13 Juillet 2019

Anna, luc besson, cinéma, chronique, avis

Film de Luc Besson

Avec Sasha Luss, Helen Mirren, Luke Evans, Cillian Murphy

 

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Les Matriochka sont des poupées russes qui s’emboîtent les unes dans les autres. Chaque poupée en cache une autre. Anna est une jolie femme de 24 ans, mais qui est-elle vraiment et combien de femmes se cachent en elle ? Est-ce une simple vendeuse de poupées sur le marché de Moscou ? Un top model qui défile à Paris ? Une tueuse qui ensanglante Milan ? Un flic corrompu ? Un agent double ? Ou tout simplement une redoutable joueuse d’échecs ? Il faudra attendre la fin de la partie pour savoir qui est vraiment ANNA et qui est “échec et mat”.
 

Mon humble avis : Voilà 30 ans que je cours au cinéma à chaque sortie d'un "Luc Besson". Quel que soit le style cinématographique du film, jamais je n'ai été déçue, jusqu'à Anna. Oh cet opus possède moult arguments pour rester un film sympa, distrayant et dynamique, au scénario plutôt bien ficelé... Avec comme d'habitude, une superbe femme dans le rôle principale, femme qui ne démérite pas et qui a dû bien transpirer pour assumer ce thriller d'espionnage.

Alors pourquoi ce sentiment de déception. Anna est un film à tiroirs, qui ouvrent sur d'autres tiroirs et ainsi de suite... Un peu aussi comme les poupées russes. A l'écran, cela se transforme par énormément de flash-back avec sur l'écran, les mots suivant qui s'inscrivent : 5 ans plus tôt, 3 ans plus tôt, 6  mois plus tôt, 3 mois plus tôt, puis de nouveau 6 mois plus tôt... Même si ces flash-back éclairent l'action présente, il n'empêche qu'on s'y mêle les pinceaux, que cela ralentit le rythme du film et qu'à un moment, je me suis dit : "mais ça ne finira jamais"... Comme si je commençais à trouver le temps longs.

Et puis Luc Besson abuse un peu des poncifs frôlent avec l'incrédibilité, même si, au cinoch, on devrait se foutre un peu de cette fameuse crédibilité... Mais les russes ont tous des bonnes tronches de russes... Et Anna dégomme vraiment tout le monde comme avec une facilité déconcertante. Une scène interminable m'a d'ailleurs agacée. La jeune espionne du KGB est envoyer dans un resto, avec une cible à éliminer. Elle ignore le nombre de gardes du corps de la dite cible et tout ne se déroule pas comme prévu... Eh bien voilà, dans une chorégraphie de combat tip top mais franchement longuettes et ultra violente, elle met à plat au moins une trentaine de gars, à croire que tous les gens attablés étaient des gardes du corps. On est loin de l'attachante Nikita que Besson semble vouloir ici remettre au goût du jour.

Bon je suis un peu dur, mais c'est mon ressenti. La réalisation du film, les images etc sont évidemment parfaitement maîtrisés et spectaculaires et le scénario ne déçoit pas, il garde des surprises régulières jusqu'à la dernière minute. Quant à cette Anna diablement efficace avec sa petite gueule d'ange, perso, je préfère ne jamais croiser sa route !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 3 Juin 2019

Film d'Ivan CALBERAC

Avec Valérie Bonneton, Benoît Poelvoorde, Hélie Thonnat, Eugène Marcuse

 

Synopsis :  La famille Chamodot est fantasque et inclassable. Bernard, le père, un peu doux-dingue, fait vivre tout le monde dans une caravane, et la mère, Annie teint les cheveux de son fils Émile en blond, parce que, paraît-il, il est plus beau comme ça !!! Quand Pauline, la fille du lycée dont Émile est amoureux, l’invite à Venise pour les vacances, l’adolescent est fou de joie. Seul problème, et de taille, les parents décident de l’accompagner avec leur caravane, pour un voyage aussi rocambolesque qu’initiatique.

 

 

Mon humble avis : Ce film est l'adaptation d'un roman éponyme paru en 2015, et dont l'auteur n'est autre que le réalisateur ! Et l'histoire est en partie autobiographique. 

C'est une comédie qui oscille entre burlesque et récit initiatique, où c'est toute une famille qui évolue, et chacun des protagonistes qui fait pas vers l'autre. C'est aussi l'écart des générations et des façons de penser, de vivre qui sont mis en scène. Le thème central en est évidemment "on ne choisit pas sa famille"... mais voir ce qui se passe ailleurs permet parfois de relativiser.

Venise n'est pas en Italie respire les vacances et le soleil, en road-movie, avec, vu le style du film, quelques imprévus bien drôles pour les spectateurs un peu moins pour les personnages. Mais il ressort de tout cela beaucoup de tendresse, de bonté et de sacrifices. Il prouve que rien n'est impossible quand on s'en donne les moyens, même si on en possède très peu.

On passe donc un bon moment dans la salle obscure, une déconnexion qui fait du bien, même si le film n'est pas inoubliable en lui-même. Sympatoche quoi ! Qui donne tout de même envie d'aller à Venise !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0