Articles avec #litterature francaise tag

Publié le 3 Septembre 2008

Résumé : La mère, La Varienne, c'est l'idiote du village. La petite, c'est Luce. Quelque chose en elle s'est arrêté. Pourtant, à deux, elles forment un bloc d'amour. Invicible.

L'école menace cette fusion. L'institutrice, Mademoiselle Solange, veut arracher l'enfant à l'ignorance, car le savoir est obligatoire. Mais peut-on franchir indemne le seuil de ce monde ?


L'art de l'épure, quintessence d'émotion, tel est le secret des Demeurées.
Jeanne Benameur, en dentellière, pose les mots avec une infinie pudeur et ceux-ci viennent se nouer dans la gorge.





                                



                                                                    
Mon humble avis : Cet après midi, j'ai lu "Les demeurées", presque d'une traite. C'est un petit livre qui cache une grande et belle histoire. Des émotions profondes et non réellement indentifiées planent encore sur moi, me pénètrent. Ce roman est d'une pureté magnifique. Le sujet de l'amour inconditionnel entre une mère simplette et sa fille est traité avec originalité et pudeur. Le style de Jeanne Benameur est poétique à souhait, il adoucit nos pensées, nous caresse, glisse sur nous. C'est un livre où les silences parlent d'eux même. Ici, le symbole de liberté et d'évasion des mots et du savoir est célébré à sa juste valeur, dignement.
Digne... Tiens, voici le mot que je choisis pour résumé ce livre : DIGNITE



L'avis d'Aifelle sur ce livre

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 7 Août 2008

JOURNAL D'HIRONDELLE, d'Amelie NOTHOMB

Résumé : Un homme devient tueur en série à la suite d’un chagrin d’amour…
 









                     


Mon humble avis : Chers lecteurs,
Vous l'ignorez sans doute encore, mais vous êtes ici dans l'antre d'une fan absolue d'Amélie Nothomb !  Cette femme me fascine et ses écrits me captivent. Je n'ai encore présenté ici aucune de ses oeuvres car ma dernière lecture remontait à plus d'un an et mes souvenirs en restent trop flou. Je compte donc les relire un de ces quatre !
Il n'empêche qu'en juin, je guettais depuis quelques mois la sortie en format poche de Journal d'Hirondelle. Soudain, en attendant mon train pour partir en vacances, je "tombe dessus" dans un Relais et l'achète de suite. Une exaltation m'envahit, mes mains tremblent presque d'impatience. Dans la gare de Rennes, je me cherche un siège.. Je relègue au second plan un autre roman déjà entamé pour commencer immédiatement "mon nouveau Nothomb". L'excitation s'arrête là. Amélie, je suis très en colère. Je n'ai trouvé aucun intérêt dans ce livre malsain, qui est long à lire malgré ses 96 pages, qui me semble bâclé et qui m'a mi mal à l'aise. Je n'ai même pas retrouvé votre verve si percutante et vos si belles phrases auxquelles vous nous avez habitués. Rien, tant d'attente pour ça !???


                                                                  


L'EVANGILE DE JIMMY de Didier VAN CAUWELAERT
Résumé : « Je m’appelle Jimmy, j’ai 32 ans et je répare les piscines dans le Connecticut. Trois envoyés de la Maison-Blanche viennent de m’annoncer que je suis le clone du Christ ».


Mon humble avis : IDEE DE DEPART GENIALE / STOP/ HUMOUR OK / STOP / FOUTOIR DANS LES PERSONNAGES / STOP / LONGUEURS / STOP / LECTURE LABORIEUSE STOP / EVOLUTION GORE INSUPPORTABLE STOP / STOP / STOP !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 30 Juillet 2008

 Résumé : Bruxelles est une ville en plastique, comme le reste de la planète : on y voit courir des petits bonshommes dérisoires, emportés dans le courant de leur vie comme des bouteilles vides à la surface du canal. On rit, on se bat, on se débat, puis on se laisse aller et on se retrouve noyé dans la vase, sans avoir rien remarqué. À moins qu'un soubresaut ne change le cours des choses...
Dans ce recueil de nouvelles, il suffit de presque rien : une tache de sauce, un appareil photo, une agrafeuse, un abri de jardin ou un paquet de cigarettes pour qu'une vie banale bascule dans la grande aventure, pour que l'absurde redonne des couleurs à une existence terne.



                                              

Mon humble avis : Le titre est alléchant, attirant comme un titre de couverture de magazine de presse people. On s'attend à du sarcasme, du scandale, de la bousculade. Mais à l'intérieur, c'est un autre menu...
Pourtant, les deux premières nouvelles, comme des mises en bouche, sont prometteuses. Par contre, le coeur du livre est trop cuit, on du mal à l'avaler, on traîne... jusqu'au dessert. Une dernière histoire dont on reprendrait tout de même une petite part. Ce schéma de bons débuts et fins mais de mauvais centre confirmerait il la rumeur... Quelle rumeur ? Les éditeurs ne liraient que les premières et dernières pages des manuscrits pour s'en faire une idée... Ah bon ? Mais alors, c'est pour cela que ce recueil de nouvelles a été publié alors ??? La question reste ouverte.  
Le titre et le résumé des éditeurs restent un mystère. Nulle part dans ce livre il n'est question de playmobiles, ni de concept de ville en plastique... Y aurait-il ici de la publicité mensongère ?
En tout cas, l'avantage avec les nouvelles, c'est que si déception il y a, la page est vite tournée. Sujet suivant !

Sur ce blog,
Nicolas Ancion a posté son droit de réponse !

Egalement ici, interview exclusive de Nicolas Ancion !

L'avis bien plus détaillé de Fattorius
ICI

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 28 Juillet 2008

« Le seul moyen de savoir ce qui s'est passé dans le restaurant situé au 107e étage de la Tour Nord du World Trade Center, le 11 septembre 2001, entre 8 h 30 et 10 h 29, c’est de l'inventer. » FB

Résumé : Beigbeder retrace à la minute près le petit déjeuner au "Windows on the World" (d'où le titre du livre), restaurant du 107e étage de la tour Nord du World Trade Center, entre un père divorcé et ses deux fils. Pour se mettre en situation, l'auteur est monté au restaurant du 56e étage de la tour Montparnasse, "Le Ciel de Paris". De là vont se mêler le destin tragique de cette famille américaine (inventé, réinventé) et l'itinéraire affectif, familial et culturel de l'auteur.

                                     
Mon humble avis :  Et bien il est partagé !
C'est mon premier livre de Beigbeder. Le style est efficace et moderne. Il jongle entre émotions et sarcasmes. J'apprécie cela. Comme le culot de tirer de l'événement géopolitique le plus tragique des X dernières années un roman on ne peut plus réaliste. D'ailleurs, on a parfois l'impression de ne plus être dans un roman mais au plus profond de l'horreur de la réalité. L'atrocité vécue par les victimes du 11 septembre, on l'a certainement tous imaginée d'une façon ou d'une autre. Beigbeder y met des mots, et pas n'importe lesquels : des mots justes. C'est dur à lire. Mais nous lisons cela confortablement installé dans un canapé et on l'espère, à l'abri d'une telle folie meurtrière... Alors...
Par contre, les vas et viens entre le héros dans le World Trade Center et  l'auteur  au sommet de Montparnasse sont laborieux et à mon sens déplacés. Le roman en devient long. L'histoire de ce père et de ces deux enfants prisonniers de l'enfer aurait suffi à faire un roman prenant. Et je me demande : pourquoi mélanger une traumatisme mondial avec les petits problèmes de Frédéric himself ? Par provocation, pour remplir, par narcissisme.... A moins que quelque chose me soit passer par dessus la tête...J'ai fermé ce livre avec un certain scepticisme même si je le reconnais, l'écriture est percutante.


Les attentats du 11 septembre m'ont bouleversée comme vous tous j'imagine. Je m'attendais à ce que les artistes soient nombreux à évoquer ou à developper ce thème obsédant. Certes, les séries américaines y font quelques allusions au cours d'épisodes, des reportages sont diffusés régulièrement, Oliver Stone a réalisé un film. A ma connaissance, c'est à peu près tout. Sauf, sauf cette chanson duo Renaud / Axelle Red

MANHATTAN / KABOUL

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 20 Juillet 2008


DIX HEURES ET DEMIE DU SOIR EN ETE, de Marguerite DURAS

Un très mauvais souvenir de lecture. On se force à aller jusqu'au bout au cas où... peine perdue. A cette heure là dans ce livre, on compte déjà les moutons. Pourtant, j'avais adoré l'Amant de la Chine du Nord.

                                    
                                             J'avais tant aimé "L'or" de Cendrars... Soucieuse de me faire  une idée plus complète sur l'auteur, je me suis plongée dans "Le  lotissement du ciel". Et me suis noyée d'ennui dans cette énumération des Saints qui auraient lévité. C'est donc uN livre qu'il vaut mieux éviter !




                                                   


Inutile de présenter ce livre, qui ne connait pas le Père Goriot de Balzac ?!!!
Ce livre fut imposé comme lecture collective dans ma classe de 4ème.... Obligée de lire un tel pavé indigeste à l'âge de 13 ans ! A l'époque, je me délectais encore de la bibliothèque verte ou de "Cornichons au Chocolat". Résultat des courses : la classe a fini ce livre bien plus vite que moi qui n'ai plus ouvert de bouquin pendant des mois.
La littérature Française n'est elle pas assez riche pour imposer  uniquement des romans que des "mômes de 13 ans" sont incapables d'apprécier ???

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 19 Juillet 2008

Résumé : Yéchoua, au Jardin des Oliviers, supplie Dieu de pousser les hommes à rester sans pitié, mais aussi à faire vite. Il revient surtout sur sa vie passée. Sur sa jeunesse contestataire, sa quête qui a pris un visage nouveau lorsque Yohanân le Plongeur a affirmé voir en lui le Messie. Pilate, lui, écrit à Titus ce qu'il voit et vit depuis cette Pâque où il a dû se résoudre à faire crucifier un homme qui avait sauvé son épouse. En plus de ses problèmes de conscience, le préfet romain doit affronter les troubles engendrés par une prétendue résurrection. Il s'interroge et mène l'enquête. Alliant l'humour à la réflexion, la vie de Jésus et les mois qui ont suivi sa mort revisités avec maestria par un des plus grands auteurs dramatiques français contemporains
  

                               


Mon humble avis : J'aimerai que ce livre ne soit pas qu' un roman. Si ce livre était vrai... Un Evangile selon Pilate, bien plus humain, bien plus réaliste et sans conteste interpelant... C'est une autre vision des Ecritures :  Athées, vous apprécierez cette histoire originale et captivante, superbement écrite. Votre intérêt pour l'Hitoire et la religion s'éveillera, s'étonnera, s'interrogera en toute liberté...
Croyants, vous trouverez un autre point de vue sur la vie du Christ, loin des dogmes rigides et pesants mais si près de l'Homme, de l'Amour, de la foi, de ce que devrait être la religion. Quel mal y a t-il a remettre quelques idées en question, temps que le respect n'est pas bafoué et que la tolérance redevient le maître mot ?
Lecteurs : lisez ce roman sans attendre et préparez vous à une nuit blanche... à moins de commencer de bon matin. Ce livre se lit d'une traite, vous captive  et vous donnerait presque envie de redevenir Chrétien selon Pilate ! En tout cas, je crois en cette littérature apostolique et Shmittique ! Si les écrivains tels Shmitt écrivaient les religions, nous serions tous pratiquant et le monde... bien plus beau...


Du même auteur sur ce blog :
Oscar et la dame rose

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 17 Juillet 2008

Résumé :Fils de Gervaise Macquart et de son amant Lantier, le jeune Etienne Lantier s'est fait renvoyer de son travail pour avoir donné une gifle à son employeur. Chômeur, il part, en pleine crise industrielle, dans le Nord de la France, à la recherche d’un nouveau emploi. Il se fait embaucher aux mines de Montsou et connaît des conditions de travail effroyables (pour écrire ce roman, Emile Zola s'est beaucoup documenté sur le travail dans les mines)
Il fait la connaissance d'une famille de mineurs, les Maheu et tombe amoureux de la jeune Catherine. Mais celle-ci est la maîtresse d'un ouvrier brutal, Chaval, et bien qu'elle ne soit pas insensible à Etienne, elle a à son égard une attitude étrange.
Etienne s'intègre vite parmi le peuple des mineurs. Il est révolté par l'injustice qu'il découvre et par les conditions de vie des mineurs. Il propage assez rapidement des idées révolutionnaires.
 

Publié en 1885, Germinal fait partie de la série Rougon-Macquart. Il est la treizième œuvre de cette série de vingt. Roman de la lutte des classes et de la révolte sociale, Germinalest un vibrant plaidoyer en faveur des déshérités et des exploités. Portée par un puissant souffle lyrique, cette œuvre épique et poignante exprime le rêve de Zola   " d'un seul peuple fraternel faisant du monde une cité unique de paix, de vérité et de justice".

                                   

Mon humble avis :J'ai une affection particulière pour ce roman, et ceci, pour deux raisons. La première, c'est qu'il traite d'une époque historique du Nord, ma région d'origine. Et la deuxième... et bien va certainement vous surprendre. Ce livre m'a sauvée d'une certaine ignorance, d'une oisiveté sans doute annoncée ! En effet, il y a environ 22 ans, un auteur "concurrent" de Zola et imposé à l'école m'a dégoûtée de la lecture. Je ne pouvais plus ouvrir un livre, ce qui relevait de l'inconcevable pour mon père. Celui-ci m'a alors "saisie par la peau du dos" pour me planter devant la bibliothèque familiale et m'a dit : " tu choisis celui que tu veux, mais tu te débrouilles, je veux une fiche de lecture dans 3 semaines". J'ignore encore pourquoi, mais mes mains ont attrapé Germinal de Zola et mes yeux ont dévoré ses lignes. Je n'ai pas eu besoin des 3 semaines ni d'autres ultimatum de ce genre ! La passion des livres était de nouveau en moi et ne m'a plus quittée. Inutile de préciser que j'ai adoré Germinal. Et puis, ne boudons pas nos classiques !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 3 Juillet 2008

Résumé : Elliot, médecin réputé, père comblé, ne s'est jamais consolé de la disparition d'Ilena, la femme qu'il aimait, morte il y a 30 ans.

Un jour, par une circonstance extraordinaire, il est ramené dans le passé et rencontre  le jeune homme qu'il était alors.

Les années 1970 battent leur plein à San Francisco, Elliot est un jeune médecin passionné et plein d'ambition. Fera-t-il cette fois le geste décisif qui pourrait sauver Ilena ? Saura-t-il modifier son implacable destin ?






                                            

Mon humble avis :J'ai bien aimé "Et après...", j'ai adoré "Sauve moi" et j'ai beaucoup apprécié "Seras-tu là ?". Il me paraît inimaginable de ne pas évoquer Guillaume MUSSO sur ce blog. Parce que l'on attend ces livres, on les achète les yeux fermés et l'on passe de bons moments à les lire. C'est l'un des rares Français à écrire des Best Sellers. Et c'est aussi l'un des seuls que j'ai brièvement rencontré lors d'une séance de dédicace sur Rennes. Guillaume Musso s'est révélé charmant, prenant le temps de converser avec chacun. Il m'a donc dédicacé "Seras-tu là ?. Ceci est une bonne raison pour présenter ici cette oeuvre plutôt qu'une autre !
Roman à nouveau très agréable à lire, captivant comme les autres. Sauf que là, les questions peuvent se poser à tout le monde. Souhaiteriez vous revenir dans votre passé pour modifier l'avenir. Grand sujet dont personne n'a vraiment la réponse. Car en modifiant certaines choses, on mets en route d'autres cataclysmes parfois bien plus effrayants. Donc très bon livre, mais pas surprenant de la part de Musso. C'est qui est dommage d'ailleurs. Très bon livre, mais sans réelle surprise pour qui a déjà lu Musso !  J'espérais être emmenée plus haut ! 

Du même auteur 
sur ce blog :                                                                                                     

"Parce que je t'aime"                                                                                  


   














La séance de dédicaces à France Loisir Rennes et .....


                           un souvenir indélébile de cette brève rencontre....

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 2 Juillet 2008

 Mot de l'éditeur : « Jeannot, Tu leur diras de raconter notre histoire, dans leur monde libre. Que nous nous sommes battus pour eux. Tu leur apprendras que rien ne compte plus sur cette terre que cette putain de liberté capable de se soumettre au plus offrant. Tu leur diras aussi que cette grande salope aime l'amour des hommes, et que toujours elle échappera à ceux qui veulent l'emprisonner, qu'elle ira toujours donner la victoire à celui qui la respecte sans jamais espérer la garder dans son lit. Dis-leur Jeannot, dis-leur de raconter tout cela de ma part, avec leurs mots à eux, ceux de leur époque. Les miens ne sont faits que des accents de mon pays, du sang que j'ai dans la bouche et sur les mains. »

Résumé : L'Histoire vraie des ados résistants pendant la seconde Guerre Mondiale.


                                


Mon humble avis :Vous avez aimé tous les livres de Marc Levy, attention surprise totale dans celui ci ! Vous ne connaissait pas Marc Levy, arrêtez vous, cela vaut la peine...  Si d'aventure improbable ce livre vous déçoit, lisez les autres puisque celui ci n'a...... rien à voir avec le style Levy habituel ! La fan de Levy que je suis s'est retrouvée ici bousculée dans ces repères. Et tant mieux, j'aime que l'on me surprenne !
Mais la surprise n'était pas gratuite... En effet, j'ai été sacrément remuée de l'intérieur par cette oeuvre. Le style Levy, facile à lire, allège le contenu, très dur.
Je ne vais pas naturellement vers les romans traitant de l'Histoire. En ouvrant ce livre, suis allée vers un auteur que j'apprécie et j'ai découvert, avec beaucoup d'émotion, une partie tragique de l'Histoire dont j'ignorais tant...  Merci Monsieur Levy. Je me souviendrais de votre livre pour très longtemps. Sans hésitez, votre livre met "le devoir de mémoire"à la portée de tous, sans excuse.

Autre livre du même auteur sur ce blog :
Mes amis, mes amours , toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 29 Juin 2008

résumé : Judith, jeune adolescente, pourrait être la petite sœur d'Alice, l'héroïne de Lewis Carroll, précipitée dans un monde où les repères familiers sont bouleversés. Avec son frère aîné, Sébastien, elle voyage beaucoup : leurs parents sont séparés et vivent chacun d'un côté de l'Atlantique. Un jour, leur bateau fait naufrage et, seuls rescapés, ils échouent miraculeusement sur une île inconnue. Accueillis par Monsieur Henri, un musicien poète et charmeur, ils découvriront un territoire magique où les mots mènent leur vie : ils se déguisent, se maquillent, se marient.

C'est une promenade dans la ville des mots, pleine d'humour et de poésie, où les règles s'énoncent avec légèreté. Les tribus de verbes et d'adjectifs, les horloges du présent et du passé s'apprivoisent peu à peu, au rythme des chansons douces de Monsieur Henri.

 
 

                                                 

Mon humble avis
: Ce livre m'a été conseillé par Liza, blogeuse plus qu'émérite de Bibliza... que je ne remercierai jamais assez ! Erik Orsenna, de l'Accadémie Française. J'avais vu cet auteur lors d'émissions littéraires, mais je ne l'avais jamais lu... Comportement impardonnable ! Que vous ayez quelques problèmes avec eux ou que vous les vénériez, les mots s'expriment dans ce livre pour le plus grand plaisir des petits et des grands. C'est un roman, c'est une fable, c'est un mythe... où l'on retrouve, plus ou moins déguisé, feu Monsieur Henri Salvador.
Bref, ce livre ce déguste comme une Barbe à Papa ou une glace ! C'est doux, c'est sucré, c'est fantaisiste, c'est tendre, c'est tellement vrai mais beaucoup trop court !  Incontournable ! Dépêchez vous, ça fond !!!

La suite de ce livre sont :
Les Chevaliers du Subjonctif ! et la Révolte des accents

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0