Publié le 11 Mai 2014

C'était par un superbe dimanche de janvier. Après avoir arptenter le quartier de St Servan (port, plage et terrasse au soleil), c'est vers St Malo intra-muros que je me suis dirigée et mes pas mon forcément menée sur les plages. Un moment délicieux, calme et un coucher de soleil magistral. Presque un avant goût de printemps ! La preuve en image et vidéo !

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Mes couleurs du monde, #Voyage en Bretagne

Repost0

Publié le 9 Mai 2014

 Synopsis : Ce n’est un secret pour personne que le combat le plus rude de Spider-Man est celui qu’il mène contre lui-même en tentant de concilier la vie quotidienne de Peter Parker et les lourdes responsabilités de Spider-Man. Mais Peter Parker va se rendre compte qu’il fait face à un conflit de bien plus grande ampleur. Être Spider-Man, quoi de plus grisant ? Peter Parker trouve son bonheur entre sa vie de héros, bondissant d’un gratte-ciel à l’autre, et les doux moments passés aux côté de Gwen. Mais être Spider-Man a un prix : il est le seul à pouvoir protéger ses concitoyens new-yorkais des abominables méchants qui menacent la ville. Face à Electro, Peter devra affronter un ennemi nettement plus puissant que lui. Au retour de son vieil ami Harry Osborn, il se rend compte que tous ses ennemis ont un point commun : OsCorp.
 

Avec : Andrew Garfield , Emma Stone, Jaimie Foxx

 

-toile3.jpg

Mon humble avis : C'est toujours distrayant et de plus en plus amusant car l'humour s'invite vraiment dans cette série, qui bénéficie désormais d'un acteur/personnage au capital sympathie + + + !

Les effets spéciaux dépassent toujours ceux de l'opus précédents et sont vraiment spectaculaires ! D'ailleurs, ce n'est plus de la 3D, mais du 4K, la nouvelle génération de 3D si j'ai bien compris.

Si vous allez voir ce film, vous serez estomacqués par la ressemblance entre l'acteur jouant Harry Osborn et le Léonardo Di Caprio d'il y a 15 ans. Même physique, même mimiques et il me semble, même doublage vocal.

Mais, car il y a un mais.... Même si je suis une inconditionnelle des marvels au ciné, j'avoue que The Amazing Spiderman 2 commence à nous faire tourner en rond. Les scénario successifs se ressemblent tant qu'ils ne réservent plus de grande suprise. Mon humble avis est qu'il serait temps que les studios hollywodiens s'écartent un peu du canevas Marvel pour  ainsi faire évoluer son héros et que celui ci ne reste pas un éternel étudiant. Pourquoi ne pas le plonger dans le monde du travail, lui donner femme et enfants et surtout, lui créer de nouveaux ennemis qui ne proviendraient pas systématiquement de l'univers Osborn. Cela redonnerait du souffle à cette série et maintiendrait l'affection des spectateurs pour ce super héro !

A noter : le générique de fin laisse entrevoir un éventuel cross over avec les X.MEN, à moins  que le court extrait ne soit qu'une méga pub pour nos mutants préférés !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 7 Mai 2014

 Synopsis :Simon, un cambrioleur en liberté surveillée, accepte de monter sur le plus gros coup de sa vie: Le vol du "Florentin", un diamant mythique mis en vente aux enchères par ses propriétaires. Pour réussir, il devra approcher Julia, l'experte diamantaire, pour qui la vente constitue un enjeu personnel et familial considérable. Au-delà d'un casse particulièrement osé, Simon entrainera Julia vers un destin qu'elle n'aurait pas pu imaginer.

 

Avec Yvan Attal, Bérénice Béjo, Jean François Stévenin

 

 

 

 

-toile2.jpg

 

Mon humble avis : Il est toujours fascinant d'assister de l'intérieur à la préparation de ces grands casses, que ce soit d'un casino ou ici, d'un diamant d'une valeur inestimable.... estimée à 40 millions d'Euros. Et l'on se dit que "truand", c'est vraiment un "métier", presque un "art" ! Dans ce sens, Le dernier Diamant pourrait ressembler au film Ocean Eleven et ses suites. Mais ne vous emballez pas, la comparaison est minime. Puisque la bande qui prépare ce casse n'a rien de sympathique, mis à part les personnages joués par Yvan Attal et Jean François Stevenin. Et encore, Simon est plus captivant et quelque part séduisant de mystère que réellement attachant. Bref, ces hommes élèvent le vol au rang d'art. Les trois comédiens principaux jouent à merveille, le charme agit, notamment avec la l'élégance et la fragilité cachée de Bérénice Béjot.

Mais... que ce film traine en longueur ! Que de fois l'on se dit : "et comme par hasard !". Le scénario devient un "savoureux" mélange d'originalité et de déjà vu. Etrange impression. Et puis l'on finit par s'emmêler, à ne plus savoir où sont les bonnes clés nécessaires à l'ouverture de la vitrine d'exposition du diamant. A force d'échanges et de manipulations diverses, j'en étais perdue. Autre lassitude pour moi, pourquoi les "vrais" méchants ont toujours des têtes d'abrutis finis, des têtes que l'on repère à cent lieues et à qui l'on ne donnerait pas le bon Dieu sans confession. Des têtes d'abrutis qui enlèvent beaucoup de suprises potentielles scénaristiques.

Bref, malgré de bons arguments notamment dans sa distribution, ce film ne me marquera que par l'impression de longueur interminable. Dommage, la bande annonce laissait croire à un film plus pêchu, plus dynamique.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 5 Mai 2014

 Roman - Editions Léo Scheer - 299 pages - 19 €

 

Parution le 8 janvier 2014

 

L'histoire : Aimer et attendre un homme marié... Alice jure que plus jamais on ne l'y reprendra. Pourtant, quelque temps plus tard, elle jette son dévolu sur un célèbre chirurgien esthétique, pas plus libre que ces précédents amants. Mais lui l'aime, la couvre de fleurs, l'innonde de textos. Cette relation prend des proportions telles que Camille, meilleure amie et exact contraire d'Alice, s'en inquiète. A-t-elle raison ? Ne risque t-elle pas ainsi de mettre en péril son propre équilibre familial ? Car l'amour serait une maladie, qui serait contagieuse...

 

 

Tentation : J'aime Nathalie Rheims

Fournisseur : Gilles Paris, merci pour l'envoi

 

-toile3.jpg

 

Mon humble avis : Ce roman qui, au premier abord, semble ne se pencher que sur la passion amoureuse nous entraine dans les confins de l'obsession, quand celle ci devient pathlogique et se nomme : érotomanie. On le savait déjà, Nathalie Rheims possède un certain talent pour disséquer les coeurs. Souvent, c'est le sien qu'elle "autopsie". Cette fois ci, ce sont ceux de ces deux héroïnes aussi amies que différentes : Alice, célibataire au coeur tendre, comédienne en "devenir". Et Camille, bourgeoise, mère de famille aimante et aimée. Alors oui, l'amitié aussi est analysée dans ce roman. Dans une amitié à priori improbable, les protagonistes se nourissent elles des différences de l'autre, de leur vie qu'elles n'ont pas, ou auraient aimé avoir... Quelles sont les limites entre protection amicales et jalousie ?  Jusqu'où une amie peut-elle s'immiscer dans votre vie sous prétexte de l'inquiétude. Ce sujet m'a touchée car il ne m'est pas étranger. Il m'a d'ailleurs coûté une amitié jusqu'alors pourtant sincère.

Mais le sujet principal de ce roman reste la folie amoureuse. Quand le fantasme devient il pathologique ? Comment distinguer la réalité du mensonge ? Les personnages de cette histoire s'y perdent, qu'ils soient directement concernés ou non. Très vite, des incohérences dans le comportement d'Alice nous amènent à soupçonner un problème, qui au fil des pages, devient une pathologie. Extrêment bien décrite par l'auteure, cette érotomanie a vraiment quelque chose d'effrayant, tant pour l'être de tous les désirs, que pour l'entourage du malade.La souffrance du malade nous est insupportable. Comment être sûr, comment agir ? Et là, Nathalie Rheims a la bonne idée de laisser toujours le lecteur dans le doute : délire ou pas ? Responsable mais pas coupable, coupable mais pas responsable ? Victime innocente ou tombeur de ces dames ? Le doute reste et demeure, même pour Camille qui perd quelques plumes dans cette histoire qui prend la tournure d'un thriller sentimental très plaisant à lire. Nathalie Rheims montre ainsi que même les êtres vivants sur les bases les plus solides en apparences ne sont pas à l'abri de quelques ébranlements.

Le style est fluide, mais pour moi cette fois ci trop parsemé de verbes auxiliaires qui seraient évitables par un vocabulaire plus recherché. Et puis, j'aurais aimé que Nathalie Rheims aille plus loin dans les explications médicales, que ce basculement dans la folie et ses raisons soient plus expliqués et détaillés. Je pense que je préfère Nathalie Rheims dans ses romans plus intimistes, même si je suis sûre que celle-ci se cache de ci de là dans cette Maladie d'Amour.

Il en reste que les romans sur les maladies psychiques / psychiatriques exercent toujours intérêt, voire fascination sur moi et que je ne boude jamais mon plaisir, ni n'emêche ma curiosité de se satisfaire et mes connaissances de s'élargir.

 

challengeamoureux_4

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 3 Mai 2014

Synopsis : Pour ses 50 ans, Antoine a reçu un cadeau original : un infarctus. A partir de maintenant, il va devoir "faire attention". Or, Antoine a passé sa vie entière à faire attention : attention à sa santé, à ce qu'il mangeait, attention à sa famille, à accepter les travers de ses amis, et à avaler de trop nombreuses couleuvres… Désormais, il va adopter un nouveau régime. Mais en voulant changer sa vie, on change forcément celle des autres…

 

Avec Lambert Wilson, Florence Foresti, Franck Dubosc

 

 

 

 

 

-toile3.jpg

Mon humble avis : Que donnerait une vie que l'on déciderait d'un seul coup sans contraintes ? Barbecue nous en donne un savoureux aperçu.

C'est un film sur une bande de potes, pas forcéments assortis. Mais quand l'amitié et la routine sont là, on finit par ne plus savoir ce que l'on apprécie chez l'autre et ce que l'on subit, alors on s'installe dans une hypocrite indifférence. C'est ainsi que vivait Antoine, jusqu'au jour où sa vie est bouleversée par un infarctus. Il décide de se débarasser des contraintes qu'il s'est imposé jusqu'alors. Donc fini la langue de bois, même avec ses amis. La vérité fuse de toute part via des réparties drôles, cyniques ou même parfois amères, pour la plus grand plaisir des spectateurs qui ne se privent pas de rire devant ses vérités dont ils ne sont pourtant pas forcément à l'abris. C'est ça une comédie au ciné : on rit de soi même sans ce reconnaitre.

Ce film montre qu'il est bon parfois de faire table rase, afin de repartir d'un bon pied en toute franchise, sur une route débarassée des non-dits, des exaspérations, des cachoteries... Tout le monde en sort finalement grandi et l'amitié renforcée, plaisante à voir !

Barbecue est un très bon divertissement, servi par de bons comédiens à l'unisson. Il donne sacrément envie de louer une superbe demeure dans les Cévennes et de profiter des paysages lors de petits déjeuners si possible.... au calme ;)

Ce film décortique le fonctionnement de l'amitié et est, à mon humble avis, plus profond que la bande annonce ne le suggère. Ne boudons pas notre plaisir !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 1 Mai 2014

http://fr.web.img6.acsta.net/pictures/14/03/06/13/18/456482.jpgSynopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
 
Elle est entrée dans une boutique de téléphonie sur le boulevard Voltaire. Elle a fait mine de s’intéresser aux nouveaux portables, a obtenu le numéro du vendeur et s’en est allée. Elle l’a rappelé dès le lendemain, lui a dit qu’elle voulait le revoir. Ilan ne s’est pas méfié. Il avait vingt-trois ans, la vie devant lui…
Comment pouvait-il se douter qu’en rejoignant cette jolie fille dans un café de la porte d’Orléans, il avait rendez-vous avec la mort ?
Le vendredi 20 janvier 2006, Ilan Halimi, choisi par le gang des Barbares parce qu’il était juif, est enlevé et conduit dans un appartement de Bagneux. Il y sera séquestré et torturé pendant trois semaines avant d’être jeté dans un bois par ses bourreaux. Retrouvé gisant nu le long d’une voie de chemin de fer à Sainte-Geneviève-des-Bois, il ne survivra pas à son calvaire.
Dans ce film, Ruth Halimi revient sur ces 24 jours de cauchemar. 24 jours au cours desquels elle aura reçu, elle et son mari, Didier, plus de six cents appels, des demandes de rançon dont le montant ne cessera de changer, des insultes, des menaces, des photos de son fils supplicié… 24 jours d’angoisse de toute une famille, contrainte de garder le silence pour laisser travailler la police criminelle.
Mais le 36 Quai des Orfèvres ne sait pas à quels individus il a affaire. Personne ne mesure la haine antisémite qui habite les ravisseurs, et ne s’imagine qu’Ilan allait perdre la vie...
 
 
Avec : Zabou Breitman , Pascal Elbé, Jacques Gamblin, Sylvie Testud
 
 
 -toile4.jpg
  
 

 

 
Mon humble avis : J'ai vu ce film il y a presque deux mois, en avant première et en présence d'Alexandre Arcady venu répondre à nos questions en fin de séance. Et bien je peux vous dire qu'à l'issue du générique final, il régnait dans la salle un silence terrible. Un silence d'effroi.
C'est une histoire hélas vraie, dont on se souvient tous plus ou moins. Mais l'on ne sait plus y mettre de date, de visages, de noms. Et bien ce film me fait dire qu'heureusement que l'art existe, dont le septième. Car seul l'art reste gravé à tout jamais. En fin de séance, j'avais ainsi remercié maladroitement le réalisateur pour ce film. Les pyramides du Caire sont toujours là, mais la civilisation d'Egypte Antique a disparu. Et bien 24 jours permettra que ce "fait divers" (quelle horrible expression) ne tombe jamais dans l'oubli. Ce qui pour moi n'avait été que quelques minutes de ci delà à la télé ou la radio, ce fut là presque deux heures d'immersion dans ce drame. Avec ce film, nous cottoyons au quotidien la famille d'Ilan Halami, ainsi que celui des policiers responsables de l'enquête.
Il y a eu des erreurs dans cette enquête. La première a été de ne pas considérer ce rapt comme un acte raciste. Parce qu'à l'époque, méfiance. Nous sommes quelques mois après l'histoire de la fameuse "fille du RER". Et puis le manque de personnel, de moyens. Il faut savoir que c'est suite à la mort d'Ilan que sera créé en France "l'alerte enlèvement". Et que le meutre de d'Ilan ne sera reconnu comme crime raciste que bien plus tard, suite au combat de sa mère.
Ce film est extrêmement bien réalisé et bien sûr, interprêté. Seule une scène m'a parue ridicule, archi cliché. C'est celle de la mise en place des policiers en planque. Pour le reste, rien à redire. Alexandre Arcady a fait le choix (judicieux afin de ne pas rebuter) de ne pas montrer la torture, même si celle-ci est est allusive.
Reste la violence psychologique énorme et inhumaine de ce film, inhumaine parce que vraie. Cela ne peut que nous révolter, nous écoeurer. C'est aussi l'effroi qui s'installe en nous devant ce fameux gang des barbares. C'est hallucinant que des "hommes" aient autant de violence gratuite en eux avec si peu de neurones dans le cerveau. C'est terrible, car dès le début, on sent que ces monstres sont complètement ingérables, sanguins. Inconscients de la gravité et de l'horreur de leurs gestes, mais pas reconnus comme deficients mentaux. Bref, rien à en tirer. Et pourtant, ils avaient une vie entre leurs mains.
A savoir que nombre de protagonistes de ce drame sont déjà sortis de prison.
Un film à voir, comme un devoir de mémoire. Pour que... plus jamais ça.
 
 
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 29 Avril 2014

 Roman - Editions Belfond - 285 pages - 19 €

 

Parution le 3 avril 2014

 

L'histoire : William Baker fut une star d'Hollywood, avec une carrière récompensé par 3 oscars. Mais un stupide accident, le laissant claudiquant, l'a remisé au statut de souvenir.

Voulant s'éloigner de Los Angeles, William achète une superbe villa sur la petite île de Martha's Vineyard, au large de Boston.

A peine arrivé sur l'île, William rencontre Lisa Hamilton, une jeune new-yorkaise. Leur histoire ne fait elle vraiment que commencer ?

 

Tentation : Le pitch, une île !

Fournisseur : Les éditions Belfond, merci pour l'envoi.

 

étoile1etdemi

 

Mon humble avis : Ce roman est plein de bonnes intentions, mais hélas, rarement atteintes, à mon humble avis !

Le pitch me tentait vraiment, mais son développement m'a déçue, bref, la rencontre n'a pas eu lieu. Pourtant, j'ai aimé l'insularité de l'histoire, m'imaginer sur les plages, sur le port, à vélo dans les allées arborées. Les rencontres et les amitiés qui se fait William m'ont rappelé ma propre histoire, puisqu'il y a bientôt 15 ans, je m'installais aussi sur une île où je ne connaissais personne. Ces petits plaisirs n'ont cependant pas compensé d'autres désagréments de lecture.

J'ai trouvé les personnages stérotypés et les dialogues caricaturaux. Les propos et ressentis exprimés ou non des personnages sont pour moi bien trop redondants. Enfin, le style manque cruellement d'harmonie. Je ne supporte pas le mélange d'envolées lyriques et poétiques avec du vocabulaire ou des expressions on ne peut plus famililères ou incorrectes. Ex : Sortir jouer dehors... ou des termes comme godasses et bagnole n'ont pour moi pas leur place dans des phrases aux tournures plutôt apprêtées. N'est pas Renaud qui veut !

Le fond de l'histoire n'est pas désagréable, l'aspect surnaturel des choses ne m'a pas dérangée, au contraire, j'avais hâte qu'il advienne afin de réinsuffler du rythme dans l'ensemble. Par contre, le comportement final d'un des protagonistes, qui participe ainsi au dénouement, m'a paru hautement improbable, démeusuré, mal conçu.

Mais heureusement, j'étais sur une île...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 27 Avril 2014

Synospis : Antoine est musicien. A quarante ans, il décide brusquement de mettre fin à sa carrière. Après quelques jours d'errance, il se fait embaucher comme gardien d'immeuble. Jeune retraitée, Mathilde découvre une inquiétante fissure sur le mur de son salon. Peu à peu, son angoisse grandit pour se transformer en panique : et si l'immeuble s'effondrait... Tout doucement, Antoine se prend d'amitié pour cette femme qu'il craint de voir sombrer vers la folie. Entre dérapages et inquiétudes, tous deux forment un tandem maladroit, drolatique et solidaire qui les aidera, peut-être, à traverser cette mauvaise passe.

 

Avec Catherine Deneuve, Gustave Kervern, Féodor Atkine

 

étoile3etdemi

 

Mon humble avis : Dans la cour est un film qui a tout pour être parfait sauf qu'il n'est pas très joyeux, bref, il ne remonte pas le moral !

Il s'agit pratiquement d'un huit clos dans un immeuble parisien et dans sa cour. Nous rencontrons ainsi différents personnages qui, au premier abord tous on ne peut plus classique, se révèlent, au fil du film, comme recelant fêlures, obsessions, névroses au fond d'eux. Chacun compte sur l'autre pour l'épauler, le seconder ou se "débarasser" de ses blessures, sans se rendre compte que le "recepteur" est sans doute encore bien plus fragile. Le message serait donc : êtes vous sûr que votre béquille est plus solide que vous, une béquille doit elle vous ressembler pour vous aider et vous comprendre, et n'y a-t-il pas danger à trop d'empathie envers l'autre.

Les deux personnages principaux se ressemblent bien plus que les apparences ne le laissent supposer. L'un tente de sortir la tête de l'eau pour respirer un peu, l'autre respire très bien et ne se rend pas compte de la noyade qui l'attend. Chacun pense que la détresse de l'autre pourrait, sans doute, comme le distraire de sa propre détresse, sans voir le risque exponentiel de deux détresses qui se cotoient. Quoiqu'il en soit, la relation que nouent Antoine et Mathilde est très belle, sobre et touchante... Et bien sûr, magistralement interprêtée. Depuis quelques films, j'apprécie de plus en plus Catherine Deneuve, dans des rôles qui lui permettent d'exprimer de belles émotions, à l'opposé de la femme froide à laquelle nous avons été habitués. Quant à Gustave Kerven, il mériterait bien un César.

Ce film est à voir si l'on est en forme ! Et puis, il démontre avec tendresse et subtilité cet adage bien connu, même si pas très poétique : "trop bon, trop con" !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 25 Avril 2014

Essai - Editions Léo Scheer - 105 pages - 15 €

 

Parution le 2 avril 2014

 

Le sujet : Le chat et son mystère... Sa position au travers des siècles et des civilisations... Et son omniprésence dans les arts, dont la littérature...

 

Tentation : Le sujet !

Fournisseur : Gilles Paris, merci pour l'envoi !

 

 

 

 

 

 

                             -toile4.jpg

 

Mon humble avis : Déjà, depuis quelques mois, je ne vois plus les chats de la même façon, puisque j'ai accueilli un "catus" chez moi. Je les regarde et les observe, et me trouve forcément confrontée à leur mystère...

Avec cet essai très riche, bien documenté et instruit, mon attention se renforcera encore tant j'ignorais moult choses... que je ne soupçonnais même pas.

Je n'avais pas prêté attention à l'évolution de la position du chat dans nos sociétés. D'animal déifié dans l'Egypte antique, au compagnon maudit des sorcières moyen-âgeuses, à l'employé chasseur de souris, le chat est devenu le roi de nos salons. Le chat est l'animal le plus aimé sur terre, même si en compétition avec le chien.

Le chat serait le miroir de l'homme parfait, l'homme dans son rêve...qui jouirait d'une parfaite tranquillité, occupant sa journée à manger, dormir, jouer un peu. Le chat est le seul être sur terre à voir croitre sa respectabilité en fonction de son surpoids, là où, dans tout autre domaine, nos sociétés font l'éloge de l'ultra minceur.

A des époques où le chat était honni, des personnages célèbres en ont fait leurs alliés, allant jusqu'à copier leur caractère et comportement dans leur stratégie pour s'imposer. Il en est ainsi notamment de Richelieu et Mazarin.

Enfin, le chat est très présent dans les arts, et toujours fort en symbôle... Au point de devenir les personnages principaux ou les trouble-fête dans une histoire, un roman, un tableau. A y bien y faire attention, on réalise que le chat ne s'est pas contenté d'investir nos coeurs et nos intérieurs, il s'est aussi invité largement dans la littérature. Baudelaire, Colette, Rabelais, Balzac, George Orwell, Amélie Nothomb, Marcel Aymé, Maupassant, Natsume Sôseki et bien d'autres encore ont écrit sur ces compagnons si discrets qu'on ne les entend pas. Et souvent, ces auteurs ont remarqué que le chat devenait souvant "l'amant" ou la "maitresse" dans les couples distordus ou encore le colocataire idéal pour les déçus de l'amour.

Mon billet est bien sûr non exhaustif sur les richesses déployées dans cet essai et qui font bien l'éloge du chat !

 

Alors, je ne résiste pas à ajouter une petite photo de ma minette qui n'a pas apprécié que je rédige ce billet, et qui aurait préféré que je sois tout à elle à lui lancer des souris !

                    

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Livres autres - divers

Repost0

Publié le 22 Avril 2014

Synopsis : Claude et Marie Verneuil, issus de la grande bourgeoisie catholique provinciale sont des parents plutôt "vieille France". Mais ils se sont toujours obligés à faire preuve d'ouverture d'esprit...Les pilules furent cependant bien difficiles à avaler quand leur première fille épousa un musulman, leur seconde un juif et leur troisième un chinois.
Leurs espoirs de voir enfin l'une d'elles se marier à l'église se cristallisent donc sur la cadette, qui, alléluia, vient de rencontrer un bon catholique.

 

Comédie avec Chantal Lauby, Christian Clavier, Elodie Fontan

 

 

-toile4.jpg

 

Mon humble avis : Hilarant ! Drôlissime ! Et jamais "lourdaing", ce que je craignais un peu, malgré une bande annonce alléchante !

La salle entière riait, se frappait sur les cuisses, ou tapait des pieds sur le sol tant il fallait exprimer ce débordement de bonheur !

C'est un film très humain sur les différences et les à priori qu'elles génèrent. Depuis les lieux communs sur les différentes communautés raciales ou religieuses qui composent notre belle France, jusqu'à la rigidité d'une certaine vieille France (comme on dit), ce sont tous des personnages qui vont faire un pas, puis deux, puis trois vers l'autre. Tout le monde s'amuse des clichés qui sont ainsi bien mis à mal ! Le rythme du film ne faiblit jamais, les personnages sont approfondis et subtils, les raparties fracassantes et mémorables, et les gags tout simplement géniaux !

Un film qui fait du bien, généreux, qui réunit tout le monde. Un film plus que bienvenu dans notre époque morose. Un film qui fait aimer les gens avec leurs défauts et leurs qualités ! A ne pas manquer, à voir, voire à revoir ! Du bonheur !!!

Ce film mérite amplement de devenir cultissime !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0