Publié le 4 Mai 2016

Afficher l'image d'origineBD - Editions Rue de Sèvres - 98 pages - 18 €

 

Parution le 20 avril 2016

 

Le sujet : C est l'histoire des meilleurs moments de l'amour : ils se rencontrent, se regardent, se parlent des nuits entières, s aiment sans cesse... il la peint, elle s amuse à être peinte...et après ?Véritable portrait d un couple contemporain, cet album traverse les questions éternelles de l'amour et les éternelles questions de son auteur : l'art, la religion, l'amitié...

 

 

Tentation : Ma curiosité

Fournisseur : Gilles Paris, merci pour l'envoi.

 

 

Mon humble avis  : Oui, il existe encore des personnes qui n'ont jamais rien lu du prolifique et réputé Joan Sfar : moi. Du coup, ma curiosité m'a poussée vers sa dernière BD parue il y a quelques jours. Donc totale découverte pour moi d'un univers... qui hélas ne semble pas fait pour moi. Cette BD ne m'a pas plu, ne m'a pas touchée, ne m'a pas captée en fait. En premier lieu d'abord je pense parce que je suis insensible à ce genre de dessins, dessins plutôt "grossiers", irréguliers, biscornus, bref, "pas propres".

Cette histoire est surtout constituée d'une succession de saynètes qui m'a plutôt déroutée. Comme s'il manquait un fil conducteur pour m'accrocher. Certes, certains passages et sujet abordés sont intéressants (l'amour, le couple, l'art, la religion, l'amitié) mais le plus souvent de manière assez superficielle, pas assez creusée pour me donner envie de prendre part à ses réflexions et pour me marquer. Normalement, le sujet principal de cette BD est le cheminement de pensée d'un artiste, et bien cela ne m'a pas sauté aux yeux. En fait, ce que je reprocherais le plus à cet album, c'est de tout survoler, même si parfois, c'est le format BD et bulles qui empêche évidemment un plus ample développement.

Bref, le génie reconnu de Joann Sfar ne s'est pas manifesté ici pour moi. Il faudra sans doute que je lise autre chose de l'auteur pour que celui-ci (le génie), se révèle !

 

Je vous invite à lire la critique sans doute bien plus éclairée et complète que la mienne de Nelfe

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0

Publié le 2 Mai 2016

Captain America: Civil War : Affiche

Film d'Anthony et Joe Russo

Avec Chris Evans, Robert Downey Jr, Scarlett Johansson

 

 

Synopsis : Steve Rogers est désormais à la tête des Avengers, dont la mission est de protéger l'humanité. À la suite d'une de leurs interventions qui a causé d'importants dégâts collatéraux, le gouvernement décide de mettre en place un organisme de commandement et de supervision. 
Cette nouvelle donne provoque une scission au sein de l'équipe : Steve Rogers reste attaché à sa liberté de s'engager sans ingérence gouvernementale, tandis que d'autres se rangent derrière Tony Stark, qui contre toute attente, décide de se soumettre au gouvernement...

 

 

Mon humble avis : Oh, encore un Marvel génialissime, tip top extra ! Que du bonheur, pour qui est fan de cette enseigne évidemment !

Ce film aurait presque pu être titré Avengers, tant sont nombreux les avengers qui y participent. Mais les héros principaux sont tout de même Captain America et Iron Man, même si celui-ci dans cet opus, d'approche presque de l'anti-héros aux yeux du spectateur. Et ça change !

D'ailleurs, ce qui est génial dans cette histoire, c'est que Marvel nous surprend et se renouvelle encore. Quelle bonne idée que de se faire affronter les Avengers entre eux ! Et d'y intégrer de nouvelles recrues avec Aunt Man, Black Panther et Spider Man. Même si les fans reprocheront la jeunesse du Spider Man et de sa fameuse tante May. Pourquoi n'ont-ils pas embaucher l'acteur récurrent de la franchise Spider Man ? Bonne question, à laquelle je n'ai pas de réponse.

Comme d'habitude, humour et autodérision sont toujours présents. Mais cette fois-ci, les sujets de fond du film sont plus profonds, plus présent. Civil War s'attache plus à l'aspect humain de ces demi-dieux de super-héros. Il est aussi énormément question de l'indépendance et/ou de l'encadrement de la justice et des dérives que cela apporte.

Et surtout, la base de l'intrigue repose sur les dégâts collatéraux des précédentes actions des Avengers et des conséquences individuelles sur les victimes. Avec l'éternel débat : que faire ? Sacrifier 10 vies pour en sauver 1000 ou pas ? Car la victime se fout bien des potentielles mille autres victimes.

Le tout est bien évidemment servi par de spectaculaires effets spéciaux et des scènes de bagarres magistralement chorégraphiées !

Du pur bonheur pour moi en tout cas, vivement le prochain - prévu pour 2018- (oui oui, comme d'hab avec les Marvel, restez pour le générique de fin, car il y a une surprise dedans, enfin, un indice pour la suite !)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 30 Avril 2016

Afficher l'image d'origineThriller - Editions Ombres Noires - 351 pages - 21 €

 

Parution le 2 septembre 2015 - Rentrée Littéraire !

 

L'histoire :...Ou plutôt, les ingrédients ! Une femme alcoolique, suicidaire et sous protection du FBI en Orégon. Une famille déjantée sur la côte Est. Une sortie de prison et une envie de vengeance. Deux enfants abandonnés il y a 20 ans de cela, depuis un meutre de flic. Une église de moins en moins catholique. Et, au beau milieu, un amérindien. C'est avec tout cela que Jax Miller a composé un thriller génial.

 

Tentation : AGFE

Fournisseur : AGFE, merci pour le kdo !

 

 

 

 

 

Mon humble avis : Si j'ai mis du temps à lire ce bouquin, c'est parce que je suis crevée par mon boulot, que je dors ou choisis la facilité de la petite lucarne le soir. Sinon, une fois les premiers chapitres passés, "Les Infâmes" ont tout pour vous embarquer dans une sacrée histoire qui vous met hors d'haleine, et aussi hors de vous !

Oui car ce roman commence par un prologue, que l'on imagine bien comme une fin. Puis des chapitres précédés de la mention 2 semaines plus tôt, 3 jours plus tôt, aujourd'hui, 2 jours plus tôt. Bref, pas d'ordre chronologique, donc difficile de se repérer. Mais l'on réalise bien vite que ce n'est pas si important, et puis ça ne dure pas non plus. Ensuite, tout s'enchaine en 3 parties, composées de courts chapitres.

Ce thriller ce déroule dans une certaine Amérique dans toute sa splendeur : entre les bars de bickers où les conflits se règlent à coups de tessons de bouteilles, une fratrie qui se partage 4 neurones et 3 tonnes d'amertumes et de violence, des fous de Dieu qui embobinent.

Et parmi tout cela, 2 intrigues pour le lecteur. Que s'est-il passé il y a 20 ans, que va-t-il se passer dans un futur proche ? Les réponses à la première question sont disséminées au fil des pages, celles de la deuxième arrivent en presque toute fin.

Quoiqu'il en soit, le doute envers Freedom, le personnage principale, s'incruste sacrément puisque l'auteure prend plaisir à manipuler ses lecteurs. Coupable, innocente, entre les 2 ? Et pourquoi cette protection du FBI ? Cette Freedom, même si dans les premiers temps on voudrait soit lui foutre des claques, soit lui balancer un seau d'eau glacée au visage, on s'y attache sacrément en la découvrant au fur et à mesure de notre lecture. Je dirai même que c'est un personnage marquant, qui je pense me restera longtemps en mémoire.

Quand Freedom apprend que sa fille, abandonnée 20 ans plus tôt après 2mn et 17 secondes de "vie commune", elle entre dans une rage et une détermination folle qui lui feront traverser l'Amérique, faire face à ses ennemis, renoncer à sa protection.  Elle nous emmène avec elle, pour le meilleur et pour le pire, dans une aventure incroyable et saisissante, qui font de bouquin un très très bon premier roman !

 

Résultat de recherche d'images pour "challenge rentrée littéraire 2015"

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 19 Avril 2016

 

Demolition : Affiche

Film de Jean-Marc Vallée

Avec Jacke Gyllenhaal, Naomi Watts, Chris Cooper

 

Synopsis : Davis Mitchell, un jeune investisseur aussi riche que brillant, tente de comprendre le manque d'émotions que suscite la mort de sa femme après un accident de la route. Dans sa quête de réponses, il rencontre Karen Moreno, une mère célibataire, et devient étrangement fasciné par la destruction

 

 

Mon humble avis : Demolition est un film sur le deuil qui, étonnement, n'est pas deprimant, en tout cas pas au premier degré, puisque le veuf lui même n'est pas déprimé. Davis ne semble pas atteint par la mort brutale de son épouse. Il va s'en étonner, se questionner. Son mariage était il solide ? Aimait il sa femme pour paraître si peu la regretter ? Alors, Davis va quelque part faire l'autopsie de son couple, de sa vie. Quand quelque chose ne fonctionne pas, il faut tout détruire pour mieux reconstruire. Voici la maxime du film. Davis détruit donc son couple et tout ce qui a construit sa vie et figuré sa réussite. Détruire : au sens figuré comme au sens propre... Ce qui donne certaines scènes de démolition qui ont dû être ultra jouissives à jouer pour Gyllenhaal. En tout cas, moi, ça m'amuserait bien de pouvoir me déchainer ainsi !

Bien entendu, le spectateur n'est pas dupe de l'apparente insensibilité de Davis face au décès de sa femme. Forcément, le spectateur est extérieur à la situation et profite des quelques indices donnés par le réalisateur.

L'impassibilité inaccoutumée de Davis donne évidemment lieu à des scènes assez drôles et décalées, ce qui allège le sujet et fait que ce drame n'est pas plombant non plus.

Et puis, vient la rencontre avec Karen et son fils, qui participera à la reconstruction ou à la construction de chacun des protagonistes en empruntant le chemin de la destruction. Ces relations sont belles, touchantes, lumineuses, vraies.

Avec Demolition, vous avez un film original sur un sujet qui pourrait être banal et rebattu au premier abord, mais qui ne l'est pas. Original aussi dans sa mise en scène et somptueuse dans son interprétation. A voir !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 15 Avril 2016

Tout pour être heureux : Affiche

Film de Cyril Gelblat

Avec Manu Payet, Audrey Lamy, Laure Atika

 

Synopsis : Antoine, bientôt quarantenaire, dilettante, égoïste et insatisfait ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans.Infantilisé par sa femme Alice, Antoine n’arrive pas à trouver sa place dans son foyer et décide subitement de la quitter pour une histoire sans lendemain.Lorsqu’Alice lui confie leurs filles quelques jours par surprise, Antoine va se retrouver sur un continent inconnu. Et alors qu’il était incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir une véritable « mère juive ».Après avoir quitté sa femme par nostalgie de sa liberté d’antan, le nouvel Antoine va se retrouver confronté à une nouvelle nostalgie, celle de sa vie de famille…

 

 

Mon humble avis : "Tout pour être heureux" parle de ces bonheurs que l'on a au creux des mains sans s'en apercevoir et que l'on gâche, évidemment. Ici, c'est la vie de famille, les enfants, la paternité.

Pour évoquer cela, Cyril Gelblat met en scène un adulescent presque quadragénaire. Adulescent, car irresponsable, qui vit comme un gamin en donnant la priorité à ses potes et à sa poursuite d'un hypothétique succès dans son job de producteur musical. Sauf qu'à la maison, il a femme et enfants. Femme qui ne supporte plus l'irresponsabilité de son délitant de mari. Comme je la comprends. Le personnage incarné (certes à la perfection mais tout de même) par Manu Payet, on a franchement envie de lui donner des coups de pieds aux fesses : insupportable ! Heureusement, il va se réveiller et s'éveiller à la présence imposée de ses enfants pendant deux semaines et là, on commence à l'apprécier cet Antoine, qui nous offre de belles émotions et de superbes scènes d'échanges filiaux, pimentées par des réflexions et questions enfantines délicieuses.  D'ailleurs, les deux gamines (dont l'une est jouée par la fille du réalisateur) sont des rayons de soleil. L'évolution de la relation entre ce père qui se révèle et ses filles qui le découvrent est vraiment touchante, comme l'est aussi celle entre Antoine et sa soeur (Aure Atika). J'ai beaucoup apprécié aussi cette relation fraternelle.

Ce film n'est pas une grosse comédie, mais une observation sociétal sur ces adultes qui oublient de grandir. Rien n'est caricaturé, ni manichéen, depuis le début jusqu'au dénouement qui ne cède pas à a facilité.

Autre atout du film à ne point bouder, de superbes scènes d'enregistrements musicaux en studio et la découverte, pour moi, d'une chanteuse géniale, talentueuse et touchante : Joe Bel, qui joue pour la première fois au cinéma. Donc inutile de préciser que la bande originale est très présente tout au long du film, et très pénétrante ! Un pur bonheur musical !

Je ne pense pas que ce film me marquera à long terme mais quoiqu'il en soit, il permet de passer un agréable moment dans un fauteuil en velours !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 12 Avril 2016

Afficher l'image d'origineEssai /autobio - Editions Albin Michel - 240 pages - 18 €

 

Parution le 27 janvier 2016

 

4ème de couv : « Ce livre est le vaisseau spécial que j'ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d'amour aussi. Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n'ai rien eu à inventer. Si ce n'est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon coeur. »
 

 

Tentation : Auteur et sujet

Fournisseur : Ma CB

 

 

 

Mon humble avis : Comment allier cauchemar et féérie ? Je pense qu'il faut être Mathias Malzieu pour y parvenir !

Ce livre est le récit, le témoignage d'une renaissance ! Ah, pas d'une dépression profonde comme sait nous en abreuver la littérature ! Non, une véritable résurrection médicale, corporelle, depuis les quelques jours précédents le diagnostic qui aurait dû être fatal jusqu'à l'annonce d'une inversion des courbes des analyses et donc la promesse d'une guérison approchante !

Il y a deux ans et demi, Mathias Malzieu (alias aussi le chanteur du groupe Dionysos), apprend que sa moelle osseuse ne fonctionne plus. Il lui manque l'essentiel pour vivre : des globules blancs, rouges etc. Plus de système immunitaire non plus, il est à la merci du moindre microbe. Il devient donc un vampire, à savoir que plusieurs transfusions hebdomadaires lui sont nécessaires pour survive, dans l'attente d'un traitement de cheval éventuel et d'une greffe de moelle hypothétique. Le vampire hebdomadaire deviendra vampire en pyjama lors de séjours en chambre stérile où les équipes médicales et la science vont complètement rebooter son corps, pour le faire repartir à zéro. 

C'est cette chevauchée médicale et humaine au coeur de l'enfer que Mathias Malzieu raconte ici. D'ailleurs, ce livre, il l'a principalement écrit en chambre stérile. Ce qui sauvera notre héros, de toute façon, c'est l'imagination, la créativité, la musique, la création et un moral d'acier ! Bien sûr, on sent parfois le découragement du héro ou sa peur que sa vie s'arrête là, mais dans ces pages, pas une ligne de pathos et de misérabilisme. De l'humour, de l'amour, de la passion, de la joie de vivre, de l'envie de vivre, de l'émotion, de l'auto-dérision, de la compassion, de la reconnaissance, du courage, ça oui, à chaque page !

On retrouve l'univers doux, féérique, poétique à souhait de l'auteur, mêlé à des explications médicales métaphoriques on ne peut plus limpides. Donc sans avoir fait médecine, on comprend parfaitement ce qui lui arrive, ce qu'il subit comme soins etc... Pour la poésie par exemple, les infirmières deviennent des nymfirmières, Malzieu devient le capitaine d'un chalutier, la mort qui le poursuit est présenté sous la forme de Dame Oclès (car épée de Damoclès...)

Pourquoi pas 5 pattes de chat ? Juste parce que j'ai trouvé quelques passages  ou propos redondants, mais c'est sans doute aussi la maladie qui veut cela.

Dans le livre résonne aussi un vibrant hommage au personnel médical, tant pour ses prouesses, que son soutien psychologique. Et là, je me dis que Malzieu a eu de la chance car de toutes mes épreuves médicales "récentes" en CHU, je ne garde pas un tel souvenir. J'ai vraiment senti le soutien de toute une équipe uniquement lorsque j'ai été hospitalisée à 18 ans pour une énorme phlébite de toute la jambe droite. Mais j'étais alors, dans cet hôpital, la nièce du grand professeur DC et ma jeunesse avait fait de moi la mascotte du service.

Lisez ce livre, c'est une ôde à la vie, au courage, à la créativité, à l'espoir, servi par une plume unique, à l'image de son auteur !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 5 Avril 2016

 

Good Luck Algeria : Affiche

Film de Farid Bentouni

Avec Sami Bouajila, Chiara Mastroiani, Franck Gastambide

 

 

Synopsis : Sam et Stéphane, deux amis d’enfance fabriquent avec succès des skis haut de gamme jusqu’au jour où leur entreprise est menacée. Pour la sauver, ils se lancent dans un pari fou : qualifier Sam aux Jeux Olympiques pour l’Algérie, le pays de son père. Au-delà de l’exploit sportif, ce défi improbable va pousser Sam à renouer avec une partie de ses racines.

 

 

Mon humble avis : Dommage que titre et affiche soient ce qu'ils sont car ils risquent de n'attirer que le spectateur en demande de grosse comédie. Déjà, ceux-ci seront déçus car même si certaines scènes sont drôles, ce film est bien plus qu'une grosse comédie, je dirais même que le fond est sacrément sérieux. Ce film est bien mieux qu'une grosse comédie.

Certes, il lui manque le "petit quelque chose" pour en faire un grand film et j'ai ressenti quelques longueurs.

Il n'empêche, ce film est à voir car il représente une formidable leçon  de courage ! N'hésitez pas à emmener au ciné les membres de votre entourage qui attendent que tout leur tombe du ciel ou simplement, qui traverse une crise de découragement !

Surtout que ce film est inspiré d'une histoire vraie, à savoir celle du frère du réalisateur. Donc, ce n'est pas que du cinéma !

En fait, j'aime beaucoup une phrase du Dauphiné Libéré qui dit : ""un film qui bascule de la fantaisie cocasse d’une situation comique à un questionnement progressif et sensible sur l’identité."

C'est tout à fait cela ! Car le personnage de Sam (forcément bien interprété, voire même génialement interprété par Sami Bouajila, ne cessera de se questionner tout au long du film : Sur son entreprise, sur la viabilité de celle-ci, sur le réalisme de ce projet fou qu'est son inscription pour les J.O, sur sa capacité physique et psychologique à aller au bout de ce challenge. Mais aussi sur ses liens à sa famille, à ses racines algériennes qu'ils semblent avoir tant négligées. A travers les personnages de Sam, de son père algérien, de sa mère française, Good Luck Algéria offre aussi une belle réflexion sur la bi-nationalité, le déracinement, l'intégration et les différences culturelles qui séparent la famille restée au bled et celle qui a émigré.

Le père de Sami est très touchant, accroché qu'il est à ses racines, mais tourné vers l'avenir de ses enfants en France comme il a toujours été, et comme il sera toujours : que ses enfants est la chance de... le choix de...

Good Luck Algeria est donc un film qui fait du bien, profondément humain, universel,et qui offre, par-dessus le marché, pour la "modique" somme d'une place de ciné, un magnifique voyage dans nos montagnes enneigées et dans une Algérie qui nous est plutôt inconnue. Et je le répète, une formidable leçon de courage !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 3 Avril 2016

Je vous propose un dimanche en noir et blanc, avec des photos diverses et variées, prises de-ci, delà !

UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
Soan en concert !

Soan en concert !

Soan, un grand 8 et dans le métro parisien.

Soan, un grand 8 et dans le métro parisien.

UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !
UN DIMANCHE EN NOIR ET BLANC !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Mes couleurs du monde

Repost0

Publié le 30 Mars 2016

Afficher l'image d'origineEssai - Editions Flammarion - 233 pages - 19 €

 

Parution le 2 mars 2016 (Nouveauté)

 

4ème de couv : Il nous a fait redécouvrir La Fontaine, Rimbaud et Céline. Il incarne l'esprit et le panache de la langue française.

En prose, en vers et même en verlan, il a donné sa voix à d'immenses auteurs, auxquels il sait faire respirer l'air de notre temps - en racontant la fureur du Misanthrope à l'ère du téléphone portable, ou la sensualité de "La Laitière et le pot au lait" sur l'air d'une publicité pour Dim.

Il a quitté l'école à quatorze ans pour devenir apprenti coiffeur. Il est aujourd'hui l'un de nos plus grands comédiens, célébré pour ses lectures-spectacles, couronné par la Mostra de Venise pour son rôle dans son dernier film, L'Hermine.

Dans son autobiographie, Fabrice Luchini livre le récit d'une vie placée sous le signe de la littérature, à la recherche de la note parfaite.

 

Tentation : Ben Luchini, tout de même !

Fournisseur : L'éditeur, merci pour l'envoi !

 

 

 

Mon humble avis : Le nom de Luchini sur une affiche suffit à m'aspirer dans une salle de cinéma. La présence de Luchini dans la petite lucarne me change immédiatement en statue de sel, mais toute oreille bien à l'écoute ! J'adore cet acteur, qu'il soit "juste" acteur ou "bon client" dans une émission télé. J'aime le peu que l'on connaît de cet homme. Son hystérie connue et reconnue, elle me fascine car elle se transforme en envolée poétique, culturelle ou rageuse, alors que la mienne (connue mais pas reconnue) me mène au ridicule non maîtrisé !

Alors le premier livre de Luchini, c'est dire si je l'attendais ! Il ne va pas être aisé de l'évoquer, déjà parce ce qu'il oscille entre deux exercices littéraires : l'essai et la biographie. Et sans doute à cause de cette double face, ce livre me laisse perplexe. Je n'ai pas adoré, je n'ai pas détesté. Mais autant je me suis plongée dedans avec délectation, autant l'oxygène a fini par me manquer, sans doute parce que je n'ai pas trouvé dans ses pages l'ivresse des profondeurs.

Bien sûr, de nombreux passages sont savoureux et dignes de l'homme public que l'on pense connaitre. Mais l'impression globale que me laisse cette lecture se résume par le mot "décousu".

Car de l'homme et de l'acteur, on n'en apprend finalement assez peu, par des fragments de-ci-delà et notamment, de courts chapitres, au présent, narrant quelques situations vécues à l'heure H et les réflexions qu'elles inspirent à notre acteur. Bien sûr, il évoque son égo, son besoin viscéral d'être reconnu, ses angoisses intérieures et face au monde actuel, son hystérie passée et présente. Son hystérie a évolué avec le temps et la psychanalyse, puisque "Maintenant, l'hystérie arrive quand elle est payée".

J'aurais aimé suivre l'ascension fulgurante de Luchini dans l'univers du cinéma de façon plus limpide et plus chronologique. Les débuts sont assez développés, mais ensuite c'est nébuleux.

Par contre, et le contraire eut été étonnant, Luchini nous parle haut et fort de son amour des mots, des phrases, du rythme, de la musicalité, de sa recherche de la note parfaite. De la langue Française et de quelques-uns de ses grands hommes de lettres : Céline, Rimbaud, Nietzche, La Fontaine, Barthes, Molière etc. Des extraits de romans ou des poèmes entiers sont ici reproduits et Luchini de nous expliquer sa version du génie de ces hommes qu'il admire tant et qui l'on tant façonné, lui autant acteur de cinéma que de théâtre, que de lecteur au théâtre. De ce fait, on peut presque dire que "Comédie française, ça a débuté comme ça" est presque pour moitié  fondé sur des explications de texte. C'est loin d'être inintéressant, mais pour moi, c'est devenu lassant. Par contre, je garde précieusement ce livre pour le jour où j'aurais le courage d'affronter Céline. Les explications de Luchini me seront certainement très utiles pour apprécier Céline à sa juste valeur.

Le style n'a rien de grandiloquant ni de très littéraires. Il semble que Luchini transpose son style oral dans l'écrit, ce qui ne produit pas le même effet.

Quoiqu'il en soit, pour moi, Luchini reste bien plus captivant dans l'oralité qu'il maîtrise à merveille, dans l'interprétation de personnages, que dans l'exercice de l'écriture.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Livres autres - divers

Repost0

Publié le 28 Mars 2016

 

Rosalie Blum : Affiche

Film de Julien Rappeneau

Avec Noémie Lvovsky, Kyan Khojandi, Alice Isaaz, Anémone

 

Synopis : Vincent Machot connaît sa vie par cœur. Il la partage entre son salon de coiffure, son cousin, son chat, et sa mère bien trop envahissante. Mais la vie réserve parfois des surprises, même aux plus prudents... Il croise par hasard Rosalie Blum, une femme mystérieuse et solitaire, qu'il est convaincu d'avoir déjà rencontrée. Mais où ? Intrigué, il se décide à la suivre partout, dans l'espoir d'en savoir plus. Il ne se doute pas que cette filature va l’entraîner dans une aventure pleine d’imprévus où il découvrira des personnages aussi fantasques qu’attachants. Une chose est sûre : la vie de Vincent Machot va changer…

 

 

Mon humble avis : Ah Rosalie Blum, une comédie fraiche et profonde à la fois, touchante, émouvante et forcément subtilement drôle. Même si la trame du film est assez tragique, puisque nous avons affaire à des personnages qui vivent chacun de leur côté dans une profonde solitude.

Mais comme ce film fait du bien, comme il est doux à regarder, avec le sourire et une profonde affection pour chacun des protagonistes, sauf pour la mère ignoble, caractérielle et castratrice de Vincent, interprétée par Anémone. Ceux-ci ont chacun les blessures secrètes ou criantes, leur fantaisie... Le personnage de Rosalie, joué par la sublime Noémie Lvovski, est intrigant, touchant, mystérieux. On s'interroge sur la pesanteur de son passé qui la maintient dans un état de lassitude, de mélancolie, de nostalgie... Jusqu'à l'apparition de ce Vincent dans sa vie, qui va donner un autre éclat à son regard pour la mener à l'émerveillement.

Adaptation d'un roman graphique éponyme, que je n'ai pas lu mais qui avait connu un succès retentissant sur la blogo à l'époque, l'histoire de Rosalie est une réelle invitation au bonheur simple, à l'ouverture à l'autre.

La réalisation est soignée et originale, même si l'on ne prend conscience de cette singularité qu'à la moitié du film. On sent vraiment l'amour de Julien Rappeneau pour ses personnages, pour ces gens de l'ombre qu'il met dans la lumière, pour ces personnes qui paraissent ternes au premier abord mais que le réalisateur grandit en révélant la belle et unique personne qui sommeille en elles. Des personnes qui éclosent au contact des autres, du rêve, du possible.

Rosalie Blum est un film profondément humain, qui donne envie de gentillesse, qui évoque aussi la deuxième chance de chacun, la première chance à saisir aussi, le poids insupportable d'une mère possessive et envahissante.

Une première fin inattendue, et une deuxième fin qui explique en 30 secondes la genèse de l'histoire.

En tout cas, j'ai vraiment adoré cette jolie histoire. Rosalie Blum est un film absolument charmant, qui fait du bien, qu'il faut voir, bien sûr ! Et puis, dès la première minute, il y a un super matou !!!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0