Publié le 29 Janvier 2010

Roman - Editions Stock - 245 pages - 17,50 €

 

   

 

Le mot de l'éditeur : « – T’as passé une bonne semaine ? 
Je ne sais pas quoi dire. Si je dis oui, il va être triste, ça voudrait dire que je me passe bien de lui et que l’Autre n’est pas si mal. Si je dis non, il sera très en colère contre Zélie et l’Autre parce que je suis malheureuse à cause d’eux. 
Je dis : – Moyen. »

Du haut de ses neuf ans, Ninon observe le monde. Un monde où les adultes ne s’aiment plus, où les mots n’ont pas de sens, où les mensonges sont rancuniers, où tous les gens l’appellent « Mon dieu ! » en faisant de grands yeux. Parce qu’elle ne le comprend pas, Ninon décide de s’en détourner et de vivre avec son père qui n’a plus rien. Rien, sauf elle. 
Ensemble, ils refont leur monde, construisent une maison à partir de rien, traient les chèvres, vendent sur les marchés, oublient l’école et les bonnes manières, sans se soucier des bien-pensants, ni de Mme Kaffe, l’assistante sociale.



 venant de Sylire et terminant son voyage chez moi !







                                                                               
       

                                                                                          
                                           -toile4.jpg


Mon humble avis :  Ce magnifique premier roman est sorti il y a près d'un an, a été un vif succès de librairie, a fait le tour de la blogosphère et est enfin arrivé entre mes mains !
Dès les premières pages, la jeune héroïne Ninon, du haut de ses 9 ans nous emmène dans son univers... des parents plutôt immatures qui se séparent et vivent sans le sous. Mais Ninon n'est pas Cosette, loin de là ! Ninon ne subit pas sa vie, elle la choisit. Elle mène une vie dure mais ne s'en soucie pas, même si elle vit mal la séparation de ses parents.
Ninon est heureuse dans son monde et nous le fait savoir. Son plaisir à elle, c'est de manquer l'école, de vivre pieds nus, de traire les chèvres et de vivre dans une cabane de fortune avec son père. Bien sûr, Ninon n'est pas comme les autres, mais se pose les questions des enfants de son âges et craint Mme Kaff. Elles ne comprend pas le monde des adultes et se crée pleins d'images et d'expressions bien à elle, que Maud Lethielleux traduit par de bons mots d'enfant succulents. Il en résulte un livre d'une fraîcheur et d'une spontanéité naturelles rares qui donnent le sourire. Une lecture émouvante et touchante, grâce à un personnage plus attachant et espiègle que jamais. Ninon nous fait comprendre que le monde des adultes n'est pas logique et que le bonheur d'un enfant peut être simple, loin des jeux vidéos et autres méfaits d'une société ultra consommatrice. Mais surtout elle nous chuchote que les règles strictes de la société rigide en mesures sociales et éducationnelles ne conviennent pas à tout le monde, que cette société met des barrières à notre épanouissement et ce, parfois, dès notre petite enfance. C'est un long débat...A oui, j'allais oublier de préciser, c'est surtout un livre sur l'amour, celui d'une petite fille pour son père, sa soeur, la nature, les animaux....Et n'oubliez pas que la vérité sort de la bouche des enfants !


                                                        

                                                                          L


L'avis d'Aifelle, de Sylire, de Soie, de Sylvie, de Florinette, de Keisha, d'Anne, de Stéphie



Et le prochain roman de Maud, "d'où je suis je vois la lune" sortira chez Stock le 9 mars !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 28 Janvier 2010

Synopsis : Dans un futur proche, l'Amérique n'est plus qu'une terre désolée dont les villes sont des ruines et les routes autant de pièges infestés de bandes criminelles. Depuis des années, Eli voyage seul, se protégeant des attaques et se battant pour trouver de quoi survivre.
Il porte avec lui un livre unique, le dernier, qu'il lit tous les jours. Sa mission est de le porter le plus à l'ouest possible, là où il sera en sécurité... Là où ce livre sera utile pour rebatir le monde et sauver l'humanité.

 

 

Film d'aventure, d'action, d'anticipation avec Denzel Washington, Gary Oldman, et Mila Kunis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                         -toile2.jpg

Mon humble avis : Habitués de ce blog, vous vous demandez certainement ce qui m'a menée à aller voir un tel film, on ne peut plus inhabituel dans ma "Filmologie !". J'avais envie d'aller au cinéma, des amis y allaient, j'ai suivi.
Nous voici dans un univers post apocalyptique, la grande explosion a eu lieu depuis 30. La terre n'a plus grand chose d'humaine, d'ailleurs, la plupart des acteurs ont bien la "gueule" de l'emploi. Les décors sont pas mal rendu mais en même temps, n'ont pas du donner trop de mal aux décorateurs : des déserts et une ville quasi fantôme genre western. Ambiance très Mad Max. Et là dedans, Denzel Washington (Elie), marche vers l'ouest depuis 30 ans, protecteur d'un livre qui le protège. Car bien sûr, il doit faire face à des bandits de grands chemins sans fois ni loi, mais Denzel est trop fort, il tue tout le monde ! Et puis, il va rencontrer...une jeune fille.
Dans ce monde où même le shampoing n'existe plus, les femmes sont étonnamment bien coiffées avec des cheveux dignes d'une pub "Je l'vô ben !".
Bon, je ne vais pas m'étendre plus longtemps, il y a une histoire qui tient la route, de bons acteurs, même si Denzel Washington est inattendu dans ce genre de production, de la violence, des explosions, mais plein de bonnes intentions. Et surtout, une  morale à l'américaine. Car on comprend vite que le fameux livre qui doit sauver le monde, convoité par le méchant et protégé par le bon est la Bible et que seule la foi sauvera le monde !!!
Ca se regarde, c'est distrayant, même si de temps en temps on fait "Berk" devant quelques scènes de violence. Maintenant,  les fans d'anticipation, (dont certains m'accompagnaient) jugeaient ce film excellent.


PS : Et un petit clin d'oeil au 5ème élément de Besson pour qui le verra !




LE LIVRE D'ELI - BANDE-ANNONCE VF - Denzel Washington...
envoyé par baryla. - Regardez des web séries et des films.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 26 Janvier 2010

http://www.lexpress.fr/images/jaquettes/63/9782879296463.gifRoman - Editions de l'Olivier - 255 pages - 20 €

Résumé : Paul Anderen vit seul avec ses deux enfants, Manon et Clément, depuis un an, depuis que Sarah, leur mère, a mystérieusement disparu sans leur donner le moindre signe de vie. Le roman s’ouvre sur un déménagement. Renonçant à habiter plus longtemps leur maison en banlieue parisienne, symbole d’une vie de famille autrefois vivante et unie, Paul part, avec ses deux enfants, à St Malo, sa terre natale. C’est là, près de la mer, qu’il espère donner un second souffle à sa vie.Devenu moniteur dans l’auto-école familiale reprise par son frère, il est le passager privilégié des vies d’Elise, Justine, Bréhel, des élèves avec lesquels il se lie. D’autres rencontres suivront, avec le « Grand » par exemple, avec Combe, des personnages banalement extraordinaires, comme le sont si souvent ceux d’Olivier Adam, et qui aident Paul à réinventer un quotidien, imaginer le meilleur et essayer d’y croire, malgré l’absence mordante de Sarah.








                                 -toile4.jpg



Mon humble avis : Sarah, la femme de Paul, a disparu sans explication il y a un an. Avec Manon et Clément, ses deux jeunes enfants, Paul retourne sur la terre de son enfance, Saint Malo, dans l'espoir de reprendre pied dans la vie.

Voici un livre bouleversant, d'une justesse incroyable, à tel point que l'on pourrait le croire autobiographique. C'est une histoire triste avec quelques notes d'optimisme, comme le sourire de Manon ou la joie que Clément prend à partager une partie de foot avec son père. L'amour que porte ce père à ses enfants vous fend le coeur, et son désarroi devant l'absence de sa femme vous glace le sang. On ressent parfaitement la dualité à laquelle Paul doit faire face : rester digne et s'occuper du mieux qu'il peut de ses enfants et l'envie de se laisser couler, de se noyer entre autre dans le whisky. Tous les sentiments sont extremement bien décrits, comme ceux des personnages que croisent Paul dans sa nouvelle vie et auxquels on s'attache bien vite. Ces personnages ont tous une blessure personnelle à soigner et, malgré sa détresse, Paul va, à sa façon, aider ces gens à surmonter leur faiblesse. Des gens blaissés par la vie, qui se soignent mutuellement. A leur tour, ces personnages pourront, si l'on imagine une suite, aider Paul et ses enfants à se reconstruire.

L'absence de Sarah est présente tout au long de ce roman, même si le sujet est tabou, que personne n'ose réellement l'évoquer, sauf les enfants dans leurs cauchemars. Le lecteur se demande si les dernières pages lui expliqueront cette disparition, lui offriront une réapparition.... Le lecteur, comme le personnage de Paul, ne préfère peut-être ne même pas savoir. Qu'est-ce qui est le plus dur à supporter : l'incertitude qui va avec l'espoir vain, ou la vérité, qui peut-être douloureuse. Faut il savoir ou ne pas savoir pour reprendre la vie ?
L'écriture est précise est varie entre franchise et lyrisme. En effet, Olivier Adam n'a pas son pareil pour décrire les paysages marins de Bretagne et leur atmosphère. Les couleurs, les odeurs, les sons, le mouvement des marées, les plages de St Malo, de St Lunaire (me semble-t-il). Mon seul petit reproche serait que ces passages de descriptions picturales soient un peu trop redondants. Mais peut-être est-ce là pour ajouter encore un peu plus de mélancolie à ce récit. La mer, quand on sait la regarder, peut souvent apporter ce genre de sensation.
Des vents contraires, un livre fin, intelligent, sur l'humanité de la désespérance. A lire, mais pas forcément avec le coeur à marée basse.


Ceci est une lecture commune avec Stéphie. Pour lire son avis, c'est par
ICI

 
                                                                                             http://a32.idata.over-blog.com/200x117/3/28/40/18/challenge-ABC.jpg
                                                                                                                     A

                                                                                            
                                                                                                     coeur_vs3.jpg                





L'avis d'Edelwe

Du même auteur sur ce blog :A l'abri de rien

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 25 Janvier 2010

Il y a une dizaines de jour, je publiais le tag de la fausse affirmation parmi 6 autres vraies. Vous avez été 29 à parier ou à donner votre avis, mais avec beaucoup de doutes. Roulement de tambour, voici les réponses !

                                                                                                  
                                                        gif blog tambour


                                                                                       

1/ Je suis allée à St Barth plusieurs fois, dont une fois sur la journée avec des amis, juste pour faire bronzette et déjeuner au resto branché "la plage";
C'est vrai. A l'époque, je vivais en Guadeloupe et j'avais un ami qui était pilote privé. Il devait passer sa "qualif" spéciale pour l'aéroport de St Barth puisque lla piste celui ci, très spéciale vient juste après une montage et termine dans la mer... Régulièrement des avions terminent d'ailleurs les roues dans l'eau. Pendant ce temps, un autre ami et moi avons passé la journée sur la plage et mangé au resto "la plage" entourés de quelques célébrités.

                                                           

2/ Dans le métro New Yorkais, je me suis prise une claque, sans raison, par quelqu'un.
C'est vrai, et je n'ai jamais compris pourquoi. Peut-être l'ai-je mal regardé ? Mais une amie, bien costaude, à attrapé cet homme par le colbac et l'a remis en place aux son de de "you son of a b..."

3/ J'ai fait une "voix" pour un publicité diffusée sur NRJ et Chérie FM
C'est vrai aussi malheureusement. A l'époque, je travaillais pour la ces radio à Lille. J'ai fait une voix pour une pub d'un grand constructeur automobile. Le résultat était catastrophique mais à priori voulu puisqu'il fallait une voix de mégère. Et je me suis entendue à longueur de journée à la radio au travail. C'était un cauchemard !!!!

4/ J'ai écrit 3 livres qui n'ont bien sûr jamais été édités...
C'est faux ! Je n'en n'ai écrit que deux, qui n'ont bien sûr pas été publiés. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé. Mais ces temps ci, une attachée de presse spécialisée dans l'édito est en train d'en relire un pour me dire une bonne fois pour toute si "c'est nul" ou "s'il y a quelque chose à en tirer ! Donc à suivre. Peut-être repartirais-je à l'assaut des éditeurs ??!!!

5/ J'ai monté les marches du Palais le soir du cinquantième anniversaire du Festival de Cannes
C'est vrai. En 1997, j'ai réussi à décrocher un poste d'hôtesse d'accueil au 50ème festival de canne, au service presse écrite. Cela m'a permis de voir un film presque chaque soir, d'assister à des conférences de presse et surtout, de monter deux fois les marches, superbement vêtue d'un mélange de camaïeu et de Promode au milieu des stars en Dior et Chanel. Donc bien sûr, sur la photo, ce n'est pas moi !!!!






6/ J'ai pris des cours de pilotage d'avion
gif blog avions tourismeC'est vrai aussi. C'était à l'époque où je vivais en Guadeloupe et les escapades que je faisais d'îles en îles avec mon ami pilote m'a donné envie de tenter ma chance dans le pilotage. Malheureusement, je n'ai aucune logique mathématique et suis très lente dans l'apprentissage comme dans la lecture. Sous peine de devoir rallonger éternellement les finances pour arriver à mon objectif, j'ai préféré renoncer au projet pour ne pas devoir renconcer à toutes mes autres passions, dont le voyage.


7/ J'ai fêté mes 25 ans (il y a longtemps), à la même table de restaurant que Thierry Lermitte et Marie Anne Chazel
C'est vrai également. Bon bien sûr, ce ne fut pas un tête à tête mais tout de même !
A l'époque, je travaillais à Chérie FM et NRJ Lille et j'étais responsable des avant-premières cinéma. Donc en constante relation avec le directeur de l'UGC de l'époque. Thierry Lhermitte et Marie Anne Chazel, ainsi que le réalisateur, devait venir présenter leur dernier film (j'avoue, pas le film du siècle). J'ai demandé au responsable de l'UGC si, comme d'habitude, il allait au resto 'le pierrot' après la projection avec les acteurs pour un repas presse. "Bien sûr m'a-t-il dit". Heu... Ce jour là Monsieur, c'est mon anniversaire, cela vous dérange si je viens avec vous ? "Absolument pas, je vous invite avec plaisir ! Et voilà la fin de l'histoire... Ah oui, j'ai eu droit à une bise de l'acteur pour mon anniv ! Malheureusement, je ne sais plus où j'ai rangé la photo !











Bravo à Diane et Théoma qui ont trouvé, pas forcément pour la bonne raison, mais qui ont trouvé tout de même !!!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0

Publié le 23 Janvier 2010

 
Bonjour chers promeneurs amateurs ou randonneurs confirmés de la blogosphère littéraire. Aujourd'hui, nous prenons la direction du grand sud est, derrière la montagne, puisqu'il m semble que Théoma est... Suisse. Et c'est son blog "Audouchoc" que nous visitons aujourd'hui



audouchoc.jpg

Théoma et Audouchoc, deux noms qui méritent des explications non ???!!!

T : Oh ! Rien de très mystérieux ! J'avais envie de parler de mes lectures mais aussi de mes balades au gré du vent. Je voulais un titre qui me ressemble. J'ai alors décidé de noter ce que j'aime à part lire. Un mot : audace. Des fleurs : les tournesols. Une drogue : le chocolat. Quant au pseudo, je désirais associer mon mari (qui est l'auteur des trois quart des photos publiées sur Audouchoc) et mes enfants car ils participent, qu'ils le veulent ou non, à nourrir ce blog. Theoma est donc un condensé de nos quatre prénoms.

 

La lecture, tu es tombée dedans quand tu étais petite ? As-tu eu des périodes de... Creux ? Si oui, quel livre t'a remis en selle ?

T : Aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours eu le nez dans un livre. J'ai eu des périodes plus fastes que d'autres mais je n'ai jamais autant lu depuis que je connais la blogosphère littéraire.

 

Quand as tu crée ton blog et pourquoi ?

T : Il y a quelques années, j'ai créé un blog familial accessible uniquement par mot de passe afin de donner de nos nouvelles lorsque nous sommes en vadrouille. Nous nous sommes pris au jeu. Les enfants y publient leurs dessins, leurs photos, leurs souvenirs et impressions de voyage. Petit à petit, j'ai eu envie de garder une trace de mes lectures et de les partager mais j'ai très vite été frustrée de ne pas pouvoir en parler davantage et surtout d'avoir l'image d'une autiste finie auprès de certains de nos amis. Plusieurs d'entre eux semblaient même m'en vouloir de lire autant. « Comment fais-tu ? Je ne comprends pas ! Moi, je n'arrive pas ! »

Je me suis surprise à trouver dans la blogosphère un véritable hobby qui me nourrit et qui me détend tout à la fois. Fin février 2009, j'ai donc ouvert un blog de lecture public ce qui m'a, entre autres, permis d'échanger, sans tabou ni complexes, avec les redoutables et incroyables blogo-lectrices.

 

Pensais tu qu'il prendrait une telle ampleur ? Quel temps y consacres tu ?
T : Je ne pensais pas que j'y consacrerais autant de temps, c'est certain. Si non, je ne me serais pas lancée ! Rédiger les billets, les mettre en page, répondre aux commentaires, rendre visite aux autres lectrices, poster des commentaires, aller voir leurs réponses, participer aux swaps, concours, challenges... Quelle folie ! Mais J'ADORE ! J'ai un petit chez moi virtuel qui me ressemble. J'ai fait des belles rencontres et découvert des pépites de lectures. Je suis à chaque fois admirative devant certains billets des lectrices et lecteurs tant ils sont brillants, pertinents et percutants. Ce sont eux qui me donnent envie de lire à mon tour des titres dont je n'aurais jamais entendu parler par les canaux standards.

Oui, la blogosphère est chronophage et je dois parfois me discipliner pour éteindre mon écran. Je réponds à chaque commentaire tous les deux jours en moyenne afin de limiter ma consommation...

 

Si tu ne devais choisir qu'un genre littéraire, quel serait il ?

T : Géraldine, c'est une question diaboliquement sadique ! Je crois que mes goûts sont très hétéroclites. J'aime les romans étrangers et français, les polars, les classiques, la fantasy et la littérature jeunesse. Je suis trop curieuse pour pouvoir choisir. J'ai un besoin essentiel, vital de découvrir différents styles. Si je choisis les romans étrangers puis-je y inclure les classiques étrangers (Austen, Brontë, Wilde au minimum), quelques romans jeunesse étrangers et quelques polars étrangers ? ;-)

C'est vrai, tu t'en tires par une belle pirouette !
 

Avec quel auteur aimerais tu partir te promener par les chemins enneigés avec un thermos de thé ?

T : Avec les femmes qui m'ont touchée en 2009 : Frédérique Deghelt, Marie-Aude Murail, Carole Martinez, Myriam Chirousse, Sarah Waters, Benoîte Groult et Eve Ensler. Je sais, j'ai triché, j'ai vraiment un problème pour choisir mais avoue que ce serait plus que sympa !

 

Si tu dois choisir entre un bon livre et une excellente plaque de chocolat, que choisis tu ?

T : Ah ! Là, c'est facile ! Sans hésiter un bon livre car j'ai toujours quatre kilos à perdre depuis ma dernière grossesse. Et puis, le bon livre dure plus longtemps, quoi que le chocolat aussi mais sur les hanches...

 

Quel est ton meilleur souvenir de blogueuse ? Et quels souvenirs espères tu emmagaziner en cette année 2010 ?

T : Mon blog n'a pas tout à fait un an, j'apprends, je découvre... J'ai été très touchée au tout début de recevoir des messages de bienvenue et d'encouragements. Florinette m'a envoyé un livre et ce geste m'a émue car elle fait partie des lectrices que je suivais depuis plusieurs années. J'ai participé à deux swaps et je n'en suis toujours pas revenue de tant d'attentions et de générosité. Je me sens parfois portée par autant de bienveillance.

Pour 2010, je me suis inscrite à un nombre indécent de challenge. J'aimerais faire de belles découvertes et affiner mes échanges avec les blogueuses que j'apprécie. La blogosphère a déjà eu un impact important sur moi puisque je suis en train de réfléchir à une reconversion professionnelle en lien avec la lecture. Je ne sais pas si je réaliserais ce projet qui n'en est qu'à ses balbutiements mais je m'autorise pour l'instant à rêver.

 

La chanson de Bénabar... "J'veux pas y aller à ce diner, l'as tu déjà fredonné en chantant, j'veux pas y aller, j'ai un bouquin à terminer...

T : Oh oui ! Si le livre est bien, je me discipline pour le lâcher au profit des gens que j'aime. Par contre, si le livre est bien et que le dîner fait partie de ceux que l'on doit endurer, je prends mon livre avec et m'éclipse discrètement un moment pour y échapper ;-)


Quel est le dernier livre qui t'ait vraiment estomaqué dans le bon sens et celui que tu as hâte de lire ?

T : Je dirais Le garçon dans la lune de Kate O'Riardan. Il y a des livres qui révèlent des parties de son propre corps que l'on n'imaginait pas. Des endroits en soi insoupçonnés qui se mettent à vibrer ou à saigner. Oui, Le garçon dans la lune est de ceux-là.

J'ai hâte de lire les classiques anglais que j'ai choisi pour le challenge de Karine. Il s'agit pour certains titres de relectures puisque je les ai lu adolescente. Je me réjouis de les aborder avec mon regard dit d'adulte. J'ai hâte également de découvrir deux titres de fantasy dont Laetitia la liseuse m'a parlé ainsi que les deux derniers Murail qui sont également dans ma PAL.

 

Qu'est-ce qui, selon toi, fait la réussite d'un blog ? Quels sont les blogs que tu préfères visiter (sans les noms évidemment !)

T : Des éléments très subjectifs comme le style de la blogueuse : sa plume, sa franchise, son honnêteté, ses goûts... Je suis abonnée à plus d'une centaine de blog de lecture. Avec le challenge que j'organise, il m'est malheureusement devenu difficile de pouvoir les visiter autant que je le voudrais.

Je suis personnellement sensible au visuel, j'ai besoin d'images pour lire un billet comme par exemple la couverture d'un livre pour pouvoir l'identifier. La diversité est importante comme une activité régulière. Quand une lectrice a eu un coup de coeur et qu'elle nous transmet l'envie de le découvrir ou les émotions qu'elle a pu ressentir, c'est pour moi gagné. Certaines ont un véritable talent de comique ou d'auteure. Je suis vraiment à chaque fois épatée par la qualité et l'intégrité de leur billet.

Ce qui fait la force des blogs littéraires est que chaque livre est abordé équitablement. Qu'il provienne d'une grande maison d'édition ou non, qu'il soit écrit par un auteur connu ou non, qu'il soit récent ou non. Je suis souvent navrée de constater qu'une nouveauté dure trois mois en librairie et que la presse ne semble connaître que dix auteurs en tout.

 

Tu as lancé le challenge des coups de coeur de la blogo. Sincèrement, combien d'heures y as tu passé ?

T : Aïe ! Beaucoup de temps c'est certain. Je n'ai pas compté mais je n'aurais pas pu le réaliser et en tout cas pas de cette manière si je n'avais pas eu des ennuis de santé dans le second semestre 2009. J'ai donc dû diminuer mon temps de travail et comme il m'est impossible de rester inactive, j'ai eu besoin d'en faire quelque chose de productif.

J'étais déçue de constater qu'autant de titres méconnus qui semblaient être formidables allaient se perdre dans les méandres des archives bloguesques. L'idée d'en faire un challenge m'est alors venue mais jamais je n'aurais imaginé réunir 132 participants. J'ai été infiniment touchée par les nombreux messages d'encouragements et de reconnaissance. Sans oublier que je m'amuse ! C'est hallucinant pour beaucoup mais oui, ça m'éclate ! ;-)

 

 


                                                                                          

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Focus sur un blog !

Repost0

Publié le 22 Janvier 2010

Synopsis :  Jean-Pierre, récemment retraité, est hypocondriaque...
Anne, sa femme, le trompe avec un ancien collègue de bureau...
Sa fille Cathie, divorcée et mère d'un petit garçon de cinq ans, vie avec Philippe, un " brave " garçon, que Mathieu, le frère homo de Cathie, appelle " Bac moins six "...
Quand JP découvre une petite tâche sur sa peau au niveau de sa hanche droite, que Cathie lui annonce qu'elle épouse " Bac moins six ", que Mathieuse fait larguer parce qu'il hésite à inviter son amant au mariage de sa soeur et que JP apprend fortuitement que sa femme le trompe, l'équilibre familial implose.
Disputes, règlements de comptes, insultes ... JP, Anne, Cathie, Mathieu et Philippe ne s'épargnent rien !
Et traversent, ensemble, une petite zone de turbulence...


Comédie avec Michel Blanc, Miou Miou, Amélie Doutey, Gilles Lellouche, Cyril Descours...












                                                                    -toile3.jpg

Mon humble avis :  Ce soir là, je suis partie au cinéma pas très convaincue à l'avance du film que j'allais voir. Mais le 18 janvier évoquant pour moi un triste anniversaire, il me fallait une distraction, alors pourquoi pas Une petite zone de turbulences ? Ce film est l'adaptation cinématographique du livre" une situation légèrement délicate" de Mark Haddon, que je n'ai pas lu.
Le démarrage est un peu lent et puis l'on finit par s'attacher à tous ces personnages. Au premier abord, ils ne sont pas tous débordants de sympathie, plutôt cyniques, voire égoïste. Et puis, au fil du film, leurs coquilles se brisent et laissent entrevoir les blessures et les peurs de chacun : l'usure du couple, la tromperie, la peur de l'engagement amoureux, la peur du qu'en dira-t-on, la peur de la différence et surtout, pour un Michel Blanc hypocondriaque, la peur de la mort et de la maladie. Personne semble supporter l'autre dans cette famille et chacun multiplie les gaffes et les mauvais mots.Une zone de turbulences s'annonce : la préparation et le mariage la la fille Cathy avec un... beauf dira-t-on. Mais tout ce remue ménage qui donne lieu a des répliques succulentes aura un effet secondaire : chacun osera exprimer ses peurs et ses (re)sentiments. Ainsi, on réalise que c'est une famille qui déborde d'amour mais qui ne sait pas se le dire. Une turbulence qui rapproche donc et qui émeut le spectateur.
Un film sur la difficulté de vivre en famille tout en étant différent les uns des autres, en respectant le choix de chacun. Une comédie sympathique, qui est en fait plus dramatique qu'elle n'y paraît. Car bien sur on rit, mais le film repose sur des sujets sérieux et fait se poser quelques questions bien utiles. Enfin, chacun des acteurs finissent de rendre ce film bien plaisant, notamment Miou Miou, très touchante et trop rare sur nos écrans.




UNE PETITE ZONE DE TURBULENCES - BANDE-ANNONCE

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 20 Janvier 2010

http://yspaddaden.files.wordpress.com/2009/12/fitzek.jpgThriller - Livre de poche - 312 pages - 6.50 €

Résumé : Josy, douze ans, la fille du célèbre psychiatre berlinois Viktor Larenz, est atteinte d'une maladie qu'aucun médecin ne parvient à diagnostiquer. Un jour, après que son père l'a accompagnée chez l'un de ses confrères, elle disparaît. Quatre ans ont passé. Larenz est toujours sans nouvelles de sa fille quand une inconnue frappe à sa porte. Anna Spiegel, romancière, prétend souffrir d'une forme rare de schizophrénie : les personnages de ses récits prennent vie sous ses yeux. Or, le dernier roman d'Anna a pour héroïne une fillette qui souffre d'un mal étrange et qui s'évanouit sans laisser de traces... Le psychiatre n'a dès lors plus qu'un seul but, obsessionnel : connaître la suite de son histoire. 















                                    -toile4.jpg

Mon humble avis : Un thriller, un vrai, un bon, un pur ! Un thriller qui vous fait vite rentrer du travail et abandonner toute activité. Un thriller psychologique sur fond de psychothérapie et schyzophrénie, d'hallucination, de maladies mentales. Du suspens à chaque page, à la fin de chaque court chapitre. Pourtant, dès le début, on connaît une partie de la fin. Lorenz, psychanalyste réputé, ne s'est pas remis de la disparition de sa fille Josy quatre ans plus tôt. Et là, nous le retrouvons lui même les quatres membres entravés sur un lit d'hôpital psychiatrique. Comment en est il arrivé là ? Quelques années plus tôt....Nous partons alors avec lui sur une petite île allemande où même les voitures sont interdites. Il y possède une maison de vacances et souhaite s'y retrouver, dans le calme. Apparaît alors le personage d'Anna, très inquiétant. C'est une schysophrène qui prétend connaître l'histoire de Josy. Commence alors un huit clos de plus en plus oppressant, surtout qu'une terrible tempête s'abbat sur l'île et empêche quiconque de la quitter. La situation pour Lorenz est de plus en plus angoissante et paraît parfois n'avoir ni queue ni tête. Ce que lui raconte Anna à force de mystères ne peut-être le fruit du hasard, trop de vraissemblances. Et pourtant, des événements étranges vont se produire autour de Lorenz qui en deviendrait presque fou, malade et mort de peur. Tout comme le lecteur d'ailleurs, qui retournerait bien quelques pages en arrière pour ce dire : non, je n'ai pas rêvé, il s'est bien passé cela.... Alors pourquoi le contraire maintenant ?  Autant de noeuds dans l'esprit de Lorenz que dans le cerveau du lecteurs. Les indices et les fausses pistes s'amoncellent jusqu'à un dénouement.... totalement imprévisible. Je ne me souviens pas avoir déjà été autant bluffée par la fin d'un thriller. A moins qu'à force d'en lire, on oublie... Quoiqu'il en soit, j'aurais presque préféré une autre fin, mais elle aurait fait preuve de moins d'ingénuosité de la part de ce jeune auteur qui signe là son premier roman. Quel avenir prometteur. Et puis, cela ne m'a pas empêché de dévorer ce livre, d'être captivée et d'adorer ce roman.  Si vous aimez être mener en bateau jusqu'aux toutes dernières pages, payez vous donc cette thérapie, à 6.50 € la lecture au lieu de 41 € (hors dépassement d'honoraires)la demi-heure de séance. Vous ne serez pas destressée, mais bien divertis en tous cas !


                                                  challenge ABC
                                                                F
Lecture commune avec Calypso



L'avis de MyaRosa, d'Ys, de Virginie

DAL PAL : 96 - 16
42823900_p.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #thrillers polars étrangers

Repost0

Publié le 19 Janvier 2010

Je me suis inscrite à ce challenge organisé par  Miss Giny et ANKYA





Le but de ce challenge est de lire, dans l'année, 26 livres. Ces livres sont choisis selon l'initiale du nom de leur auteur. Un auteur commençant par A, un autre par B, ... jusqu'à Z !

Pour réaliser cette liste j'ai pioché dans ma PAL (livres en ma possession); Certaines lettres seront donc orpheline. On verra au fil de l'année. Soit je doublerais d'autres lettres, soit j'achèterais de coups de coeur qui tomberont à pique pour la lettre X par exemple.
Je pense y arriver sans trop de difficulté,  je vais tout faire pour arriver au bout de ce challenge qui me plaît bien, mais je ne mettrais pas la pression non plus. La pression, c'est bon, je l'ai eu l'an dernier avec le Prix des lecteurs Livres de Poche ! Et puis il faut laisser libres cours aux imprévus et aux coups de coeur !

A Adam Olivier : Les vents contraires LU
B Benameur Jeanne : Les mains libres LU
C Carrière Emmanuel : L'adversaire LU

D Darrieusecq Marie : Truisme
E Ellory R.J : Seul le silence (LU)

F Fitzek Sebastian : Thérapie LU
G Galvada Anna : L'échappée belle LU
H Huxlay Aldous : Le jeune Archimède LU
I Indriadison Arnaldure : La cité des Jarres LU
J Jardin Alexandre : Chaque femme est un roman
K Khadra Yasmina : L'attentat LU
L Lethielleux Maud : Dis oui Ninon LU
M : Musso Guillaume : La fille de papier LU
N Nothomb Amélie : Le fait du prince LU
O Ollivier Mikaël : Noces de glace LU
P Paladini Gipsy : Sang pour sang LU
Q Queneau Raymond : Zazie dans le Métro
R Rambaud Patrick : Chronique du règne de Nicolas 1er LU
S Schnebert Bruno : L'agrégé LU
T Thu Huong Duong: Itinéraire d'enfance LU
U Upfield Arthur : La loi de la tribu LU
V Voltaire : L'affaire du chevalier de la barre LU
W Werber Bernard : Le papillon des étoiles
X ?
Y Yourcenar Marguerite : le coup de grâce
Z : Zuiker : Level 26. LU


Si vous avez des idées pour les lettres orphelines, n'hésitez pas, si ce ne sont pas des idées tristounettes. J'ai plus envie de thriller mais pas de pavés non plus !

Et voilà, il n'y a plus qu'à s'y mettre !

                                                                
                                                           

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 17 Janvier 2010

 

Synopsis : En 1994, l'élection de Nelson Mandela consacre la fin de l'Apartheid, mais l'Afrique du Sud reste une nation profondément divisée sur le plan racial et économique. Pour unifier le pays et donner à chaque citoyen un motif de fierté, Mandela mise sur le sport, et fait cause commune avec le capitaine de la modeste équipe de rugby sud-africaine. Leur pari : se présenter au Championnat du Monde 1995...









Film historique avec Morgan Freeman, Matt Damon






                                   
                              


         


                                                                                                                                                -toile4.jpg
 
                                                     
Mon humble avis :Il fut une époque où Clint Eastwood montait à cheval, cigare aux lèvres et dégainait plus vite que sont ombre. Ensuite, il s'est mis, à donner des coups de poings sur tout ce qui bougeait. Et enfin, il est passé derrière la caméra. Depuis, ce n'est que du bonheur, de l'intelligence, de la finesse. Rappelez vous "Sur la route de Madison", Million dollars Baby, Gran Torino. J'en oublie certainement . Mais j'ajoute aujourd'hui à cette liste Invictus et là on se dit : c'est tout de même bien qu'Hollywood ait de grands moyens".
L'apartheid est aboli, Nelson Mandelaest président de la république après 30 ans de prison. Lors d'un match de Rugby, Nelson Mandela réalise que le public blanc applaudit l'équipe des Spring Boks d'Afrique du Sud, alors que les noirs encouragent l'équipe adverse. Le pays est donc encore bien divisé. Mandela va faire le paris de mener cette équipe traditionnellement perdante en finale de coupe du monde et de réunir tout le pays autour d'elle. Au fil du film, l'euphorie gagne le pays entier, et la salle obscure aussi bien entendu, sentiment que nous partageons avec une émotion intense. C'est une partie de l'histoire de l'Afrique du Sud qui paraît anecdotique et dont personne n'a capté l'importance. Et pourtant... Blancs et noirs applaudissent la même équipe, se serrent la main, dansent ensemble, même si c'est tout d'abord avec hésitation et pudeur. Puis la joie entière d'un peuple enfin réuni autour d'un leader, Mandela, et d'un héros, le capitaine de l'équipe de Rugby.
On retrouve Morgan Freeman dans la peau d'un Mandela plus vraie que nature. Exceptionnel Morgan Freeman. Quant à Matt Damon, il tient bien sa place et n'a de toutes façons plus grand chose à prouver. Tout est magistralement mis en scène et filmé, depuis la fausse placidité de Mandela et ces joies qui paraissent si simples,  à la liesse de stades et surtout, aux Matchs de Rugby qui me paraît vraiment un sport éprouvant, pour ne pas dire violent.
Un film qui permet aussi et surtout de faire plus ample connaissance avec ce grand homme qu'est Nelson Mandela, dont on parle moins maintenant qu'il a quitté la scène politique. Il ne faudrait pas qu'on l'oublie non plus. On redécouvre un homme d'un respect, d'une gentillesse, d'un courage, d'une force de travail, d'une intelligence, d'un humour et surtout d'une sagesse hors du commun. Mandela, où l'homme du pardon et de la dignité.
Vous l'aurez compris, un film à voir sans hésitation.
(Vous pourrez aussi revoir le film
Good by Bafana qui parle de sa captivité.)



Petites infos : Le titre Invictus" signifie "Invincible" et provient du poème favori de Nelson Mandela.


Nelson Mandela ayant affirmé qu'il ne voyait personne d'autre que Morgan Freeman pour l'interpréter, le comédien fut le premier engagé sur le film.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 16 Janvier 2010

http://images-booknode.com/book_cover_l_echappee_belle_45331_250_400Roman - 125 pages - Editions France Loisir / Dilettantes - 9.50 €



Résumé : Simon, Garance et Lola, trois frères et sœurs devenus grands (vieux ?), s’enfuient d’un mariage de famille qui s’annonce particulièrement éprouvant pour aller rejoindre Vincent, le petit dernier, devenu guide saisonnier dans un château perdu au fin fond de la campagne tourangelle. Oubliant pour quelques heures marmaille, conjoint, divorce, soucis et mondanités, ils vont s’offrir une dernière vraie belle journée d’enfance volée à leur vie d’adulte.














                                                 -toile2.jpg

Mon humble avis :  Et oui, ma couverture n'est pas la même que la vôtre, puisque mon livre, je l'ai déniché en septembre sur une brocante au doux prix de 0.50 € !!!
Ce n'est pas le livre du siècle mais quel agréable divertissement, dévoré en quelques heures. Un véritable rafraîchissement ! De la légèreté, de l'humour qui cachent tout de même des réflexions un peu plus sérieuses, notamment sur l'affection que peut se porter une fratrie. Comment chacun y perçoit l'évolution des autres et s'inquiète du bonheur ou du malheur de ses frères et soeurs. Et puis bien sûr, certains n'osent avouer leur crainte : que vais-je devenir sans mes frangins et ma soeurette maintenant que chacun a fait sa vie ? Et beau milieu de cette fine équipe, une belle soeur, cible privilégiée plus ou moins involontaire de Lola et Garance, qui donne l'occasion de répliques bien diaboliques et qui subit leur sarcasme tant elle est... pénible, et gnian gnian. D'ailleurs, elle se retrouve abandonnée au mariage. Car sur un coup de folie, Garance, Simon et Lola décident de s'échapperd'un mariage protocolaire pour aller rejoindre le quatrième élément de la fratrie, Vincent. Ils prennent une perm', font le mur, s'échappent, se font la belle.... Vincent, qui vit et restaure le château de famille. Tous les quatre, ils vont avoir deux jours pour vivre comme avant, jouir d'une liberté, retrouver un goût d'enfance perdue. On partage avec eu ce bien être de campagne, fait de pique nique et de baignade dans la rivière. Le récit est court, il aurait mérité quelques approfondissements. Mais quoi qu'il en soit, pour moi qui sortait de la sombre histoire de "A l'abri de rien" d'Olivier Adam", ce petit roman fut une belle échappée !


" Ce que nous vivions là, et nous en étions conscients tous les quatres, c'était un peu de rab, un sursis, une parenthèse, un moment de grâce. Quelques heures volées aux autres.... Encore combien d'année avant d'être encore vieux ?"



L'avis de Gambadou, Cuné

DAL PAL : 96 - 15
42823900_p.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0