Publié le 2 Septembre 2009

Policier gastronomique - Livre de Poche - 345 pages - 6.50 €

Résumé : Paris, 6 janvier 1393. Messire Jehan est retrouvé la gorge tranchée dans des étuves mal famées de la rue Tirechappe. Constance n'a plus qu'une idée: venger son mari. Elle se fait embaucher comme cuisinière par Isabelle la Maquerelle, la patronne des étuves. Elle doit affronter l'irascible Guillaume-cuisinier à la cour du roi-, qui arrondit ses fins de mois au service d'Isabelle. Leurs joutes culinaires deviennent vite l'attraction majeure du quartier de la Grande Boucherie. Malgré les embûches, la jeune femme mène l'enquête. C'est à Bruges, sur la piste des assassins de son mari, qu'elle rencontrera l'amour! Mais pourra-t-elle échapper au piège mortel qui lui est tendu et confondre ses ennemis? Après Meurtres à la pomme d'or, Souper mortel aux étuves est le deuxième roman historique et gastronomique de Michèle Barrière.




                                            

Mon humble avis :  Voici une lecture aussi inhabituelle chez moi qu'agréable. En effet, je suis peu friande des romans dits historiques, et celui ci en est un à n'en point douter. D'ailleurs, ce livre est plus historique et gastronomique que policier. L'intrigue est en second plan, prétexte de l'auteur pour nous emmener dans les bas fonds d'un Paris moyenâgeux méconnu. Mais on y approche aussi la cours de Charles VI, le roi fou, si j'ai bien compris. Tout cela m'a passionné et cumulé à une récente émission vue à la télévision, me donne fichtrement envie de me remplonger dans l'histoire de France. ( d'ailleurs, à la fin du roman, on découvre une bio des personnages ayant vraiment existé). On y apprend moult faits et anecdotes historiques avérés. Ainsi, la puissance financière et commerciale de la ville de Brugges à cette époque m'a étonnée. L'existence des prémices d'une brigade de la répression des fraudes sur les marchés m'a amusée.
C'est un livre que je verais bien transmis en film ou téléfilm tant il est divertissant et culturel à la fois.

L'écriture est fine mais point présomptueuse, et enjouée. Et même si l'on traîne dans le milieu dépravé des étuves (maisons closes de l'époque), il règne une certaine fraîcheur dans ce roman. Celle ci provient sans doute de ses personnages principaux... Agnès la servante dévote, le petit Mattias garçon à tout faire, Isabelle la Putain... Et surtout, Constance la jeune veuve prude qui se révèle bien intrépide, et son ennemi Guillaume. Ils sont tous très attachants et les deux derniers se livrent à un tournoi culinaire sans merci pour obtenir la place de cusinier(ère) dans les étuves. Pour Constance, ce serait l'occasion d'enquêter sur la mort de son mari, voire de la venger.

Le tournoi gastronomique est au centre de ce sympathique roman atypique, romanesque et romantique. Mets choisis, épices et aromates sont au coeur de l'action pour le plus grand plaisir de l'imagination de nos papilles gustatives. L'auteur nous sert, pour le plaisir des sens, plats après plats tous plus délicieux  et alléchants les uns que les autres. Michèle Barrière nous livre ainsi les clés de la cuisine médiévale. (d'ailleurs, certaines recettes se trouvent en fin de livre, si vous voulez vous y essayer !). Allez, je vous invite : Hypocras en apéritif, .... Passons à table et festoyons, ripaillons !

Pourquoi 3 * malgré un tel engouement... Et bien parce que j'aurais aimé que le meutre du mari de Constance passe moins à la trappe. Il semble presque oublié... Mais c'est là mon avis personnel. Et je le confirme : sortir d'un livre en se sentant plus cultivée, quelle savoureuse sensation !


DAL PAL
86-4





Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 1 Septembre 2009

LES TERRES ROUGES DE MADAGASCAR

Honnêtement, la ville même de Morondava offre un intérêt limité. En fait, elle sert surtout de point de départ pour Belo Sur Mer, l'Allée des Baobabs, les Tsingys, la forêt de Kirindy, les tombeaux Sakalavas...
Nous décidons de faire de nouveau appel aux services de Guy et de son 4X4 pour partir à la découverte d'autres plages au nord de Morondav'.... Plages aux intérêts tout aussi Nordique ! Par contre, le bonheur fut de retrouver et de rouler sur ses pistes de terre rouge. Entre le bleu du ciel, le vert de la végétation et le rouge de la terre, cela donne des paysages au couleurs splendides, décors très africains dans l'idée que l'on s'en fait. Le dépaysement est encore là alors que demain, nous prenons l'avion pour Tana... Jugez par vous même !

  

  



Voilà, ainsi s'achève notre voyage en terre Malgache. Pour nous il a duré deux jours de plus pour visiter Tana la capitale. Mais là, pour des raisons de sécurité, j'ai préféré me passer de mon appareil photo. Je n'aurai peut être pas dû mais bon, ce qui est fait est fait !

Dès la semaine prochaine, c'est dans le Hoggar Algérien que je vous emmène !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages en Afrique

Repost0

Publié le 30 Août 2009

Synopsis :  A travers l'incroyable voyage d'une tortue de mer, Voyage sous les mers 3D nous entraine dans une fabuleuse odyssée sous-marine à la découverte d'un monde féerique en péril, peuplé de créatures fascinantes, drôle ou parfois inquiétante. La magiede l'expérience 3D - Relief vous fera vivre une véritable plongée, comme si vous y étiez, de la grande barrière de corail jusqu'à la plage où notre tortue intrépide est née. Un documentaire d'un genre nouveau, à vos masques !

Parrainé par Jean-Michel Cousteau

Avec la voix de Marion Cotillard. 




                                           
Mon humble avis : Ce film, qui n'est presque que visuel, nous demande juste de nous laisser flotter, oups pardon, de nous laisser plonger dans les profondeurs de l'océan ! 200 heures de rushes prises aux 4 coins de la planète pour deux heures de film, deux heures de pur bonheur où nous sommes en apesanteur. Les poissons viennent vers nous pour disparaître juste au moment où l'on pense pouvoir les saisir. Quelle magie cette 3D ! L'épopée de cette dame Tortue est fascinante et n'est que ravissement pour les yeux.

Déjà, c'est un plaisir rare que de voir évoluer ainsi une tortue dans son milieu naturel. En 29 plongées bouteilles, je n'ai eu la chance de voir que trois tortues ! Dans ce film, c'est comme si nous étions en plongée bouteille, la caméra nous promène de par les canyons, les coraux, les grands fonds,  les récifs, jusqu'à parfois frôler les reliefs multicolores. Mon émerveillement a été intacte durant ces deux heures d'odyssée sous marine. Oui, on est fasciné par tant de beauté naturelle, même si certaines images nous rappellent que derrière l'harmonie apparente, il règne sous l'eau la dure loi de la vie : manger ou être mangé.

J'ai revu nombre de mes poissons déjà croisés dans mes mers tropicales : carangues, chirurgiens, mérou, murènes, poissons coffres, cheval de mer, poissons sergents majors, poissons anges, raies, papillons, j'en passe et des meilleurs. Au fil de ce voyage, j'ai rencontré aussi d'autres espèces jamais croisées, soit pour leur rareté (lamantin), soit par manque de chance (dauphins), soit encore par soulagement : orques, rorqual, requin baleine, requin blanc, marteau and co. Quoique j'ai déjà vu des requins pointe noire, devant lesquels je n'en menais pas large !

Les commentaires, narrés par Marion Cotillard, sont la voix de la tortue tout au long de son périple. Et aussi, une mine d'information sur la vie et le comportement de toutes ces espèces sous marine, espèce souvent en danger, voire en voie de disparition.

Deux petits regrets : J'ai eu la sensation que les images ne respectaient pas forcément les proportions entre poissons, certains requins paraissant plutôt petits à côté de la tortue qui elle même semblait varier de taille ! Enfin, j'aurais aimé que les commentaires situent géographiquement chaque prise de vue, afin de me rendre mieux compte de la spécificité naturelle de chaque région du monde.

Mais dans l'absolu, voyages sous les mers 3D est un documentaire génial couplé d'un spectacle magnifique, le tout à vocation écologique. Et j'insiste, celui ci peut ravir petits et grands, n'hésitez pas à y emmener vos enfants (dès 5 ans...). Ce n'est pas tous les jours que vous pourrez plonger en famille, pour le prix du place de cinéma 3D, sans vous mouiller ni manquer d'air !!!

Regardez déjà cette bande annonce et vous verrez que j'ai raison. Je suis sûre que vous aurez le sourire en la regardant !


Voyage sous les Mers 3D - Film Annonce
.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 29 Août 2009

Roman jeunesse (dès 12 ans) - Livre de Poche (hachette jeunesse) - 6.50 €

Résumé : Quand Maia apprend que ses lointains parents, installés au Brésil, veulent l'adopter, elle a le sentiment de devenir une héroïne. Mais toutes ses camarades de collège ne l'envient pas. Quitter Londres pour se retrouver dans la jungle demande un sacré tempérament ! D'autant qu'une fois sur place, les rêves de Maia se brisent : les Carter, criblés de dettes, ont recueilli la jeune fille pour s'emparer de son héritage. Heureusement, celle-ci va rencontrer Finn, qui lui révélera l'univers mystérieux du fleuve Amazone...

Pour l'avis des ados et la littérature jeunesse, j'embauche mes nièces. Aujourd'hui, c'est Camélia.



L'avis de Camélia, 13 ans :  Maia, l'héroïne, une jeune orpheline vivant dans une pension en Angleterrre apprend que de lointains parents veulent l'adopter.
La jeune fille est heureuse à l'idée d'avoir un foyer et de partir à "l'aventure" au Brésil ou sont installé les Carter.
Quelle déception lorsque elle arrive en Amazonie accompagné de sa nouvelle gouvernante,de découvrir que les Carter,couvert de dettes l'ont recueillie afin de recevoir de l'argent chaque mois de la part de son tuteur (somme bien trop élevée pour le peuqu"ils offrent à Maia)
Maia aidera un jeune garçons héritier recherché par son grand père à lui échapper en mettant à sa place un acteur désireux de retourné en Angleterre.
Suite à l'incendie de la villa des Carter qui retournent en Angleterre poursuivis par le tribunal à cause de leurs dettes, Maia part pour un long voyage à travers la forêt Amazonienne.
 
Ce livre m'a plus car il y a de nombreux retournements de situation. On y découvre l'ambiance Amazonienne, la vie que menaient les Indiens loin des villes, et aussi les nombreux paysages magnifiques.
 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 27 Août 2009

Nouvelle -Folio - 66 pages - 2,00 €

Résumé : Lors d'un repas dans la bonne société, un convive est invité à distraire la compagnie en racontant une anecdote. De sa mémoire, il raconte l'histoire d'un homme injustement condamné à mort pour meurtre. Mais le vrai meurtrier ne serait-il pas autour de la table ?







                                      
Mon humble avis :Quel bon moyen que la collection Folio à 2 € pour relire certains auteurs classiques incontournables mais souvent peu attractifs voire rébarbatifs, en tout cas pour moi. Balzac est de ceux là, qui me traumatisa avec Le Père Goriot, ma seule incursion dans son univers. Ma récente visite du château de Saché a été l'occasion de faire quelques emplettes, dont la nouvelle de l'Auberge Rouge.
J'avoue, il m'a fallu quelques pages pour trouver rythme et repères personnels et surtout, pour m'habituer au forcément excellent français de Balzac. Certaines phrases, pour être bien assimilée, m'ont nécessité une relecture. Et puis on retrouve bien sûr les longs descriptifs chers à l'auteur mais fort heureusement proportionnels au nombre de pages de l'ouvrage.

Mais je me suis replongée avec plaisir dans l'ambiance du 19ème siècle, j'ai apprécié le suspens que Balzac instaure dans cette courte histoire et surtout, l'injustice qu'il y dénonce. Enfin, le dilemme que pose Balzac m'a amusée et mène le lecteur à s'interroger : faut il choisir l'honneur, en épousant pas sa mie fille d'un assassin, qui dispose donc à son insu d'une fortune acquise par le sang, ou choisir l'amour qui triomphe de tout ! D'ailleurs la toute dernière phrase m'a bien fait sourire !

Conclusion : un bon entre deux, vite lu, agréable. De la culture classique aisément acquise !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 26 Août 2009

Je n'ai pas pour habitude de relayer ici ce genre d'information. Mais là, cela m'a paru assez ahurissant pour en parler ici.
Parfois, on se demande ce qu'il se passe dans le monde pendant que... l'on lit un billet sur un blog, que l'on se brosse les dents ou pendant... que l'on dort, bref, pendant que le temps passe !

Et bien la réponse ici
http://www.worldometers.info/fr/ 

Cliquez donc sur ce lien et vous saurez le nombre de naissance et de décès de la journée, les dépenses mondiales pour la santé, le nombre de titres paru dans l'édition dans l'année, le nombre de voitures construites, les hectares de forêt détruite, le nombre de cigarettes fumées dans la journée, j'en passe et des meilleurs.

Des sujets et des chiffres surtout sérieux, et quelques uns cocasses. Qui vous glacent le sang ou qui vous font un peu sourire. En tous cas, de bonnes prises de conscience en chiffres qui montent, qui montent...

                                                 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #A propos de...

Repost0

Publié le 25 Août 2009

Résumé : Gacel Sayah est un Imouharh, un touareg. Son domaine : le désert infini. Sa richesse : le seul puits connu à des lieues à la ronde...
En accueillent deux fugitifs dans la khaima, Gacel n'a fait qu'obéir aux lois ancestrales et sacrées de l'hospitalité. Il ignore que l'un des étrangers est un leader indépendantiste dont le nouveau régime, à plus de mille kilomètres de là, a mis la tête à prix.

Aussi, un matin, lorsque l'homme est enlevé, Gacel n'obéit qu'à son devoir. Pour libérer son hôte, il va entreprendre le plus téméraire des périples : la traversée de la "terre vide" le grand erg du Sahara.

Roman d'aventure, Touareg est l'hommage d'un auteur à un peuple hors du temps et de la modernité. Un peuple qu'il connaît bien : celui des seigneurs du désert...







                                   


Mon humble avis :  Wouahou !!!! Quel bouquin, quelle aventure, quel héros ce Gacel ! Le début est magnifique. On suit avec fascination Gacel dans son périple saharien. La description de la vie des nomades est d'un réalisme tel que l'on s'y croirait. D'ailleurs, on y est ! On a chaud, on a soif, on espère l'ombre. Ce livre m'a enseveli comme le ferait une dune de sable. Il m'a happée, m'a hyptnotisée comme un mirage. Le suspens se poursuit derrière chaque dune jusqu'à la dernière page, même si, honnêtement, j'ai trouvé un peu  la fin est un peu bâclée.
Et puis... et puis... mon périple à moi c'est aussi terminé dans le désert puisque, quelques semaines après cette lecture, je suis partie en voyage dans le Hoggar Algerien... Je vous laisse rêver...



Je remets ce billet à jour car, alors que je croyais ce livre épuisé, j'ai découvert qu'il venait de sortir en format poche !:


Edition Ecolibris, 7,13 €

Plus aucune excuse de ne pas lire ce roman magnifique et de pénétrer la culture touareg et les mystères du désert !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #récits ou romans de voyages

Repost0

Publié le 23 Août 2009

Un peu d'ordre dans ma tête et dans ma PAL ne peut faire de mal. C'est ce que je me suis dit la semaine dernière... avant de réaliser, effarée, que ma PAL s'écroulait avec 86 livres en attente de lecture. Alors voilà, je publie ma PAL ici.
Certains blogueurs pourront ainsi satisfaire leur curiosité et sans doute augmenter leur LAL.
Si vous êtes un visiteur de passage, vous devez vous dire : mais qu'est-ce que PAL et LAL veulent dire ???!!

PAL signifie Pile A Lire, ce sont les livres qui sont déjà chez nous, dont la hauteur augmente constamment. Certains livres y sont depuis des années et prennent la poussière. D'autres ont à peine le temps d'intégrer la PAL qu'ils sont déjà dévorés.

La LAL est la Liste A Lire.... Celle ci augmentent aussi au rythme de nos visites chez les blogs voisins, des émissions littéraires etc... Bref, un titre nous attire, le résumé nous tente, l'avis du blogueur est enthousiaste... Le livre rejoint la liste des livres à acheter et à lire... un jour !!!


 
                                                                                              



Voici donc ma PAL :

A 8
Abécassis Eliette : Le tréso du temple
Abécassis Eliette : La dernière tribu
Adam Olivier : A l'abri de rien
A.D.G : Kangourou Movie
Alain Fournier : Le Grand Maulne
Apolinaire Guillaume : Les exploits d'un jeune don Juan
Armand Marie Paul : Un bouquet de dentelle
Austen Jane : lady Susan
B 10
Balasko Josiane : Cliente
Balzac Honoré (de) : L'auberge rouge  LU
Balzac Honoré (de) : Les dangers de l'inconduite
Balzac Honoré (de) : Le chef d'oeuvre inconnu
Barrière Michèle : Soupe mortelle aux étuves
Barley Nigel : Un anthropologue en déroute
Beigbeider Fréderic : 99 francs
Benameur Jeanne : Les Mains libres
Bensaid et Leloup : Qui aime quand j'aime ?
Bouvier Nicolas : L'usage du monde
C 8
Charles Roux Edmonde : Oublier Palerme
Christie Agatha : La mort dans les nuages
Coben Harlan : Dans le bois  LU
Coelho Paulo : Manuel du guerrier de la lumière
Collins Michael : La vie secrète de E. Robert Pendleton
Cortes et Flichy : Paris-Saigon
Cusset : La haine de la famille
Cusset Catherine : Un brillant avenir
D 6
Decoin Didier : Jésus, le dieu qui riait
Desai Kiran : La perte en héritage
Des Mazery Patrice et Bénédicte : L'Opus Dei
Dollinger Mary : Au secours Mrs Dalloway
Dubois Jean Paul : Vous aurez de mes nouvelles
Dubois Jean Paul : Vous plaisantez Monsieur tanner (trouvé chez Blabla bibli le 31/01)
E 2
Erdrich Louise : Dernier rapport sur les miracles de Little No Horse
Evenou Danièle : Rire pour ne pas pleurer
F 3
Faye Eric : Le syndicat des pauvres types
Fournier Jean Louis : Il n'a jamais tué personne, mon papa
Fournier Jean Louis : Satané dieu
G 4
Gide André : Paludes
Grisham John : The last juror
Groult Benoîte : Ainsi soit elle.
Gruen Sara : De l'eau pour les éléphants
J 3
Jacq Christian : L'affaire Toutankhamon
Jardin Alexandre : Chaque femme est un roman
Jardin Alexandre : le Zubial
K 6
Khadra Yasmina : L'attentat
Khadra Yasmina : L'écrivain
Kafka Franz : Le procès
Kafka Franz : La métamorphose
Kessel Joseph : L'équipage
Kennedy Douglas : La femme du Vème
L 4
Le Clézio JMG : L'africain
Lenoir & Cabesos : La promesse de l'Ange.
Loti Pierre : Aziyadé suivi de "Fantôme d'Orient
Ludlum Robert : Le secret Halidon
M 6
Maalouf Amin : Samarcande
Martinez Carole : Le coeur cousu
Maupassant : Notre coeur
Miller Henri : Lire aux cabinets
Moreau J.P : Histoires de Pirates
Mishima Yuko : Papillon
N 1
Néruda Pablo : La solitude lumineuse
P 2
Poussin Alexandre : On a roulé sur la Terre
Poussin Alexandre : Afrika Trek 2
R 5
Rambaud Patrick : Chronique du règne de Nicolas 1er (trouvé chez Tioufout le 29/01)
Rawicz Slavomir : A marche forcée
Ronay Tatiana (de) : Le coeur d'une autre
Rong Jiang : Le totem du loup
Roux Fréféric : l'hiver indien
S 4
Sade (Marquis de): Ernestine
Sagan Françoise : Un chateau en Suède
Sartre Jean Paul : Le Mur
Sa Sainteté le Dalai Lama : Samsara
T 2
Tourre Anne : Je ferai comme toi, je ne mourrai pas
Thu Huong : Itinéraire d'enfance
U 1
Upfield Arthur : La loi de la tribu
V 5
Van Couwelaert  Didier : Un aller simple
Van Couwelaert Didier ; Le père adopté  LU
Vatsyayana : Les kama Sutra
Vecchioni Roberto : Le libraire de Sélinonte
Voltaire : L'affaire du chevalier de La Barre
W 3
Werber Bernard : Le papillon des étoiles
Wiesel Elie : Le mendiant de Jérusalem
Wood Barbara : L'étoile de Babylone
Y 1
Yourcenar Marguerite : Le coup de Grâce
Z 2
Zorn Fritz : Mars
Zweig Stefan : Marie Stuart


Si certains titres vous inspirent ou vous rappellent de bons moments de lecture, n'hésitez pas à partager cela avec moi en commentaire, cela pourrait influencer la place de certains livres dans ma PAL.

Pour venir à bout de cette PAL, je viens de trouver sur la Blogosphère est défi qui tombe à pic et tout à fait à ma mesure. Il s'agit
d'Objectif PAL, créé par Antigone.
Bien sur que je vais y participer !

                                                                              

En voici le règlement, extrait de chez Antigone :


Etat d'esprit des vacances oblige, m'est venue l'idée de me lançer à moi-même un petit défi personnel qui correspond à une envie profonde...réduire enfin cette PAL (Pile A Lire) qui végète et m'empêche d'aller gaiement de l'avant vers de nouveaux livres et de nouveaux achats !

Je rajouterai ce petit logo en bas des lectures prochaines qui entrent dans cette catégorie, en gros celle des livres rangés dans une PAL oubliée depuis de nombreux mois (quelques vieilleries donc, un petit rangement physique s'étant avéré nécessaire pour cette opération de grande envergure, comme vous pouvez l'imaginer...je plaisante)
...hors prêts, emprunts de bibliothèques, nouveautés et livres-voyageurs, bien entendu.

Je ferai donc un décompte à chaque lecture (du style 1/50)...ainsi l'évolution du défi sera visible ;o) !! Les livres acquis entre temps ne seront pas pris en compte... Organisation organisation !!

Le principe étant, je pense, d'identifier une pile précise, à taille humaine, non modifiable, pour réellement se rendre compte de l'évolution des lectures...


J'assaisonne ce défi de lecture à ma sauce... Il est peu probable que je vienne à bout de ma PAL sur une année, sans compter qu'il y aura certainement quelques petits nouveaux dans l'année. Donc mon objectif perso est de diviser par deux ma PAL d'ici septembre 2010 !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 22 Août 2009

COUCHER DE SOLEIL A BELO SUR MER

Un article sans commentaire. Puisque les couchers de soleil n'en n'ont jamais besoin. Des photos, juste pour le plaisir et la beauté de l'instant !











EN BOUTRE SUR UN ILOT DESERT


Au large de Belo sur Mer, il y a quelques ilôts déserts, des landes que compose un mélange de sable ultra blanc et du corail mort, donc tout aussi blanc et aveuglant avec les reflets du soleil. Nous louons deux boutres pour nous rendre sur l'un de ses ilets. L'interêt de cette excursion réside plus dans la balade en mer que dans l'îlet en lui même. Le trajet en mer prend pour moi l'allure de l'enfer, tant je suis malade. Je crois mourir, je suis sûre d'avoir attrapé une véritable cochonnerie bactériologique ! Un autre français, habitué de Mada me "rassure" sur mon cas. Il me dit : "C'est ton Lariam qui fait ça". J'ai saisi ma notice et j'ai compris mon malheur.


Nous avons accosté sur un îlet pour le temps d'un pique nique et d'une sieste méritée. Organisés, nos mousses malgaches nous construise un abri "pare soleil" de fortune avec les voiles de nos boutres. "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" jusqu'au bout du monde !





Quelques heures, nous retrouvons la terre ferme. Il est temps de quitter Belo sur Mer pour rejoindre Marondava. Cinq heures de piste nous attendent. Petit extrait d'un paysage dont je ne me lasse pas !





DE RETOUR A MORONDAVA

Le voyage touche à sa fin. Il nous reste 3 nuits 2 jours avant de rejoindre Tana. Pour nous remettre de nos ennuis de santé, nous nous offrons un hôtel mimi comme tout, confortable, avec de vrais sanitaires et la clim' (Le Masoandro, ex chez Maggie). Christian et Manue, qui n'ont pas fini du tout leur périple, choisissent l'hôtel "repère de routard". Le lendemain matin, nous découvrons la plage...

... qui ressemble très fort aux plages du Nord Pas de Calais où j'ai grandit : Interminables, sable fin, battues par les vents !


Mais à la place des portes containers, une goélette !


Le soir, nous rejoignons Christian et Manue une dernière fois. La zone touristico - balnéaire de Morondava regorge de resto plus ou moins à la mode. En chemin, et en levant la tête, nous somme étonnées et amusée par cette astuce  de recyclage :







Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages en Afrique

Repost0

Publié le 21 Août 2009

Roman - Livre de Poche - 248 pages - 6.00 €

Résumé : Quels drames et quels enjeux faut-il pour qu'un enfant décide de gagner sa vie comme écrivain, à l'âge où l'on perd ses dents de lait ? En révélant ses rapports avec son père, Didier van Cauwelaert nous donne les clés de son oeuvre, et nous offre son plus beau personnage de roman. Un père à l'énergie démesurée, à l'humour sans bornes et aux détresses insondables, qui a passé sa vie à mourir et renaître sans cesse. Un père redresseur de torts et fauteur de troubles, qui réenchanta le monde par l'incroyable force de son destin, de ses talents et de ses folies au service des autres. Drôle, bouleversant, généreux et tonique, Le Père adopté est à la fois un merveilleux récit des origines et un irrésistible appel à inventer sa vie en travaillant ses rêves.

                                  

Mon humble avis :  Troisième rencontre avec cet auteur, et rencontre enfin réussie, même très réussie. Dès les premières pages, j'ai su que ce livre allait me plaire, qu'il me donnerait de savoureux moments de lecture dès que je m'y plongerais. On assiste ici à la naissance de la vocation d'écrivain de Didier van Cauwelaert. Si tôt, que cela en est touchant et pourrait paraître improbable. Et pourtant, des années plus tard, van Cauwelaert est un des auteurs les plus prolifiques de sa génération, qui plus est couronné de multiples prix littéraires, dont le Goncourt.

Le père adopté est avant tout un vibrant hommage pour le père défunt de l'auteur. C'est un dialogue à une voix. Van Cauwelaert s'adresse à son père et construit ce roman en suivant l'enchaînement de ses émotions de romancier et du fils qu'il était. Ce fils qui, mythomane, rêvait sa vie et s'en inventait d'autres, qui aimait et admirait son père par dessus tout au point de ne jamais vouloir le décevoir, quitte à inventer encore et toujours. Quelle belle genèse de vocation ! On sourit beaucoup à la lecture de cette magnifique et infaillible complicité entre un père et son fils ! Didier van Cauwelaert nous parle aussi de l'histoire de sa famille, cette histoire qui fait qu'il est ainsi, lui, fils, petits fils et arrière petit fils. Il se promène ainsi dans son arbre généalogique et nous rapporte nombre d'anecdotes tantôt tendres, touchantes,  comiques, bouleversantes mais toujours justes. Au fil de pages, se dresse les portraits de ses aïeux, personnes ordinaires au destin rendu encore plus extraordinaire par la plume intimiste, pudique et humoristique de l'auteur. J'ai perdu mon père il y a plus de quinze ans et lors de ma lecture, je me suis pris à remplacer des anecdotes de l'auteur par d'autres personnelles. Oui, c'est certain, Didier van Cauwelaert dit ici ce que l'on aimerait savoir dire et formuler à notre propre père ou que l'on aimerait avoir dit avant qu'il ne soit trop tard. Il crie haut et fort "mon père, ce héro" !

"Je ne suis pas dupe, je sais pourquoi tu as encouragé ma vocation de romancier, dès l’enfance : si tu as été mon maître à rêver, c’était aussi pour que je devienne ta machine à écrire." (DVC)

" La vraie générosité se nourrit toujours d'une part d'exaltation égoïste, sinon, elle n'est qu'abnégation - un élan obligé, beaucoup moins efficace." (DVC)




                                                       livre lu dans le contexte 
                                                              
                                                                

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0