Publié le 18 Décembre 2009

DSC04264.JPGAujourd'hui, c'est écrivain voyageur que nous rencontrons. A 25 ans, Clément BOSSON a fait le tour du monde sur une année. A son retour, il a amarres.jpgécrit  Larguer les amarres, magnifique témoignage de la route et des rencontres.
Nous en parlons ensemble :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Larguer les amarres" est le récit de votre voyage autour du monde. A votre départ, saviez vous déjà que ce livre allait exister ? L'avez vous écrit au fur et à mesure de votre périple ou plus tard ?
CB : Non, je ne savais pas que j’allais écrire un livre. C’est la route, les rencontres, qui m’ont donné envie d’écrire. Tout s’est fait naturellement, j’ai pris beaucoup de notes au fil du voyage. Au retour, le livre s’est imposé comme une évidence. Le besoin de raconter, de faire partager mes émotions. Le début d’un nouveau voyage avec les lecteurs.

A la fin de votre périple d'une année comment s'est passé votre retour dans la vie "normale", parisienne, rythmée, faite d'obligations etc ? La réadaption fut elle difficile ? Renoncer à cette totale liberté n'a pas du être facile tous les jours ? Mais y avez vous vraiment renoncé ?
CB : Pas facile en effet. Vous passez d’une vie à la Indiana Jones au fauteuil du salon et la télécommande. La routine n’existe quasiment pas sur la route, on peut parler d’une routine dans l’extraordinaire. Le changement de rythme est étrange une fois rentré.  J’ai eu la chance de repartir assez vite au Nigéria et dans le Golfe Persique dans le cadre de mon travail et j’ai pu retrouver l’émotion du voyage. Toutefois, ce n’est pas une vie de vouloir toujours partir, à moins d’avoir à chaque fois une belle idée et un beau projet. Rien ne sert de partir pour fuir. On peut trouver de la beauté et de la poésie dans le quotidien, c’est un état d’esprit. Construire une vie, trouver un accomplissement dans son travail et sa vie amoureuse, c’est aussi une vraie aventure !

Quand à 25 ans on a fait le tour du monde, que peut on encore espérer dans sa vie de voyageur ? Avez vous encore un rêve dans ce domaine ? N'avez vous pas parfois l'impression d'avoir commencé par le top du top ?
CB : Il reste de beaux voyages à accomplir et de belles rencontres pour l’avenir. Ce n’est que le début. Plus je voyage moins je suis blasé. Après tout la destination importe peu, c’est le sentiment de découverte qui est excitant. J’étais à Toulon il y a peu pour un salon du livre et j’étais très heureux de découvrir une ville que je ne connaissais pas.

Un tel voyage n'est pas à la portée de tous. Certaines personnes n'ont pas envie de voyager, d'autres sont rassurés mais néanmoins ravis de voyager dans les sentiers battus. Si je vous dis que dans le voyage et le tourisme il y en a et il en faut pour tous les goûts, que l'essentiel est que chacun soit conscient de la richesse des différences de chacun et sensibilisé à la fragilité du patrimoine mondial, serez vous d'accord un peu, beaucoup, pas du tout avec moi ?
CB : Je suis d’accord avec vous. Chacun fait comme il veut. Je suis peut-être un peu sévère dans le livre. Je ne souhaite pas stigmatiser des voyageurs. Dans quelques années, j’irai peut-être passer mes vacances au club Med avec mes enfants parce que c’est un endroit reposant et pratique… Toutefois, j’encourage les voyageurs qui suivent les guides à la lettre et qui se connectent tous les jours à facebook de faire le test une journée d’un voyage plus imprévu, tourné vers les autres. Ils ne seront pas déçus.  

Si vous pouviez revivre un moment précis de votre voyage, lequel serait-ce ?
CB :  La traversée en bateau de Mombassa à Zanzibar.

De même, si vous pouviez en effacer un, lequel gommeriez vous ?
CB :  Je n’effacerai rien je pense. Tout a eu un sens même les moments où je me suis perdu en route.

De toutes ces personnes que vous avez rencontrées de part le monde pendant un an, quelle est celle qui vous a le plus marqué et pour quelle raison ?
CB : Sans doute Rachel l’Israélienne. Une globetrotteuse un peu paumée, mélancolique, aguicheuse, profondément humaine. Il y aussi la belle Medlova, Jonas le Danois et d’autres. Difficile de choisir. Je pense souvent à eux. Les rencontres en voyage sont éphémères mais très intenses.

Quel sera votre prochain voyage ? Dans quelles conditions ? Dans quel but ?
CB :  J’y réfléchis. C’est une bonne question. L’Afrique ou l’Océanie probablement. Je ne partirai pas pour partir mais pour aller au bout d’un projet qui pourrait être un film.

Je vous ai senti très à l'aise avec la plume. Avez vous d'autres projets de publication ou d'écriture ? Un roman serait il envisageable ?
CB : Je suis touché par votre remarque. Ecrire c’est partager, créer un dialogue. J’ai commencé un roman il y a un mois qui sera très fantaisiste. On manque de fantaisie et de joie de vivre il me semble, surtout à Paris. Je veux écrire un livre qui fasse travailler l’imaginaire mais qui fasse rire également. Le style sera sans doute un peu différent. Une chose est sûre, on voyagera à nouveau.

Quel lecteur êtes vous ? Quels sont vos 3 derniers coups de coeur littéraires ?
CB : Un lecteur curieux. J’ai relu il y a peu l’écume des jours, un vrai bijou. Dans la rentrée littéraire, j’aime la délicatesse de David Foenkinos, très plaisant, drôle et touchant. Je lis en ce moment un livre amusant sur le tennis qui s’apelle Balles Trappes. Je suis ouvert à tout. En tout cas, en guise de conclusion je souhaitais vous remercier pour vos questions et vous féliciter pour la qualité de votre blog. Merci.



                                       merci

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Interviews exclusives !

Repost0

Publié le 16 Décembre 2009

Visuel de l’exposition Crim’expo Crédits : Cité des sciences et de l’industrie

















PARIS DEC 2009 049   Toute ma vie j'ai rêvé.... non pas d'être hôtesse de l'air mais d'entrer dans la police.... Je n'y suis pas bien entendu mais j'exploite un maximum les moyens qui me sont donnés de vivre cette vie par procuration !   Séries télé en tout genre, conférence et tout récemment, exposition sur la police scientifique à La Cité des Sciences et de l'Industrie à la Villette. 


Une expo interractive, pédagogique et ludique où l'expert, c'est vous. Pas à pas, vous menez votre propre enquête !


Un directeur de musée a été retrouvé mort dans son bureau. Aucune trace du coupable, que sait il passé ? A nous de démasquer le coupable !

LES EXPERTS LAS VEGAS COMME SI VOUS Y ETIEZ !

PARIS-DEC-2009-052-copie-1.JPGLe visiteur  se munit d’un carnet d’enquête et d'un crayon et se rend sur la scène de crime. Sur place, il constate que les techniciens de la police scientifique ont déjà fait leur travail : l’espace est balisé, les indices sont relevés et les contours de la silhouette du directeur sont dessinés sur le sol. L’ensemble du matériel récolté : douilles, traces de sang, fibres, micro-fibres, empreintes digitales et traces de pas a été mis sous scellés et transmis à différents laboratoires... Il servira tout au long du parcours pour vérifier les interrogatoires des principaux suspects et instruire l’affaire.

Huit laboratoires scientifiques à disposition

Le travail des techniciens de la police scientifique commence. Cette seconde partie de l’exposition se compose de huit laboratoires.
Chacun d’entre eux est consacré à l’une des disciplines de la criminalistique, un univers passionnant qui fait appel à des techniques pointues en chimie, biologie et physique.
Endossant alors tour à tour le rôle des différents intervenants : médecin légiste, enquêteur, dentiste légal, entomologiste, expert en balistique… le visiteur observe, expérimente et acquiert une foule d’informations précieuses qui l’aideront progressivement à se forger une opinion.
Vient alors l’enquête, ultime étape du parcours. Portrait robot, reconstitution du crime, interrogatoires… Le moment est venu d’exposer le mobile et de désigner un coupable dans une galerie de 6 suspects proposés.


PARIS-DEC-2009-055.JPGLe visiteur se balade donc dans ces laboratoires et compare les balles, les fibres textiles, les empreintes digitales, empreintes dentaires, empreintes de pas. Chaque laboratoire propose un peu de lecture sur ses murs :  fonctionnement, moyens techniques et scientifique, objectifs, toutes les explications sont données. C'est passionnant et amusant à la fois. L'esprit de déduction est mis à l'épreuve. A mon avis, cette expo ravit grands et ados. On est pas encore Grissom et on est pas encore à Las végas, mais on s'en approche !

Attention, prévoyez plutôt deux heures qu'une heure comme c'est annoncé sur le site. Pensez à réserver et à vous presser car cette expo se terminera à la fin des vacances de Noël. Si vous êtes de la région parisienne, voici une bonne journée de découverte seule, entre amis ou en famille.


Informations et réservations ici :
 
http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/expositions/crimexpo/



                                            

 



Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Spectacles concerts théâtre salons

Repost0

Publié le 15 Décembre 2009

Synopsis : Arthur vit des jours tranquilles entre Florence, sa compagne depuis cinq ans, et son magasin de sport spécialisé. Tout va parfaitement bien jusqu'au jour où Florence lui annonce sans préavis qu'elle le quitte pour un autre homme, qu'elle va même se marier, qu'elle part vivre désormais à l'étranger. Sous le choc, Arthur est pourtant convaincu que Florence ne sait plus trop ce qu'elle fait. Il n'aura de cesse de la retrouver, même lorsqu'il apprend que le mariage a lieu dans quelques jours à Miami. Il n'est certes pas invité, mais sa décision est prise : il ira à ce mariage.
Au même moment, Emilie Vergano réalise d'une main de maître un vol de tableau dans un célèbre musée parisien pour le compte d'un commanditaire vivant lui aussi à Miami. Arthur et Emilie vont alors se croiser à l'aéroport de Paris en partance pour le continent américain et ne vont plus vraiment se quitter pour une raison assez simple : recherchée par la police, Emilie a placé la toile volée dans le sac d'Arthur. Ce dernier va alors être embarqué dans une aventure qu'il n'avait pas, mais pas du tout, prévu... à l'occasion de ses quelques jours de RTT.


Comédie avec Kad Merad, Mélanie Doutey, Manu Payet

                                         
                                            -toile2.jpg





Mon humble avis : Si le cinéma a pour objectif de ne pas faire de mal et de divertir, alors RTT remplit son rôle. Par contre, si l'on attend d'une comédie de rire à gorge déployée, RTT peine à atteindre son but. On sourit par moments, on ne s'ennuie pas et notre cerveau se repose. Voilà un film gentil  qui ne restera pas dans les annales. A noter tout de même qu'un peu de soleil est bien agréable alors que nous vivons actuellement sous des températures polaires. Oui, les trois quarts du film se déroulent en Floride : dans les Everglades et à Miami. C'est l'occasion d'un peu de tourisme et de très belles images pour le plaisir des yeux. En parlant de plaisir, les hommes trouveront leur compte dans l'atout charme du film : Mélanie Doutey. Les femmes, quant à elles, seront plutôt énervées par cette actrice magnifique, voire parfaite ! Que dire de plus : un film qui se regarde mais qui ne casse pas trois pattes à un canard !





Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 14 Décembre 2009

Pièce de théâtre de Dominique COUBES et Nathalie VIERNE


sp 27731 gSynopsis : Nous sommes en pleines Élections Présidentielles... L’action de cette comédie se situe de nos jours dans un immeuble Parisien où cohabitent joyeusement treize personnages d’horizons différents : un couple de riches bobos, un couple d’ouvriers et leur enfant, un couple de cadres, un homme au foyer, une dentiste, une jeune artiste au chômage et une vieille retraitée indigne. A la veille du premier jour des Élections Présidentielles, tout ce beau monde débat... Un événement inattendu va non seulement anéantir l’éternel clivage gauche-droite, mais aussi les relations entre les hommes et les femmes de l’immeuble... L’entre-deux tour devient une parenthèse cocasse où intimité et choix politique se mêlent et se heurtent dans une guerre des sexes sans merci !


Avec : Pierre AUCAIGNE, Jean Pierre LOUSTEAU, Lucie JEANNE, Doc Gynéco...





                                     -toile3.jpg
                                                                           
                 
Mon humble avis :Il n'y a pas que le cinéma et les livres dans la vie, il y a aussi le théâtre ! Surtout lorsqu'on est de passage à Paris qui offre un choix ô combien infini dans le domaine. Mes pas m'ont donc conduit sur les Grands Boulevards, jusqu'au théâtre du Gymnase pour "Le siècle sera féminin ou ne sera pas". Trois coups portés au sol et voici que se lève le rideau rouge sur des comédiens bien en forme. Cette comédie de voisinage, qui met un peu de temps à s'installer, semble classique au premier abord. Et puis le rythme s'accélère, les bonnes réparties se multiplient, les jeux de mots mémorables atteignent leur cible et les rires fusent. Le public est conquis et la détente est totale. Les débats politiques animent la vie des habitants d'un immeuble entre deux tours d'élections présidentielles  qui ne se passent pas comme prévu : contre toute attente, une femme est au deuxième tour. Les clivages gauche/droite et homme/femme sont revisités dans la joie et la bonne humeur. Et bien sûr, les femmes réservent bien des surprises et ont plus d'un tour dans leur sac. Ensemble, elles se révoltent contre la domination masculine et prennent la main !
Quand on va au théâtre, on vient voir aussi les comédiens ! 13 acteurs ! Autant dire que ça bouge, ça rentre, ça sort, ça se croise. L'interprétation est impeccable. Mention spéciale pour le très "toqué" Lionel ( Pierre Aucaigne) et sa femme Nicole (Isabelle Ferron). Lucie Jeanne (que l'on voit dans Central Nuit F2) est toujours éblouissante et possède une présence indéniable. On ne peut pas en dire autant de Doc Gynéco qui est... inexistant. Et oui, acteur est un métier, qui n'est manifestement celui de l'apathique Doc. Celui ci ne joue que l'ombre de lui même mais n'est pas assez présent dans la pièce pour gâcher notre immense plaisir d' y assister et de débattre sur la féminité du siècle. Alors si vous avez la chance (pour ce côté là !), d'habiter en région Parisienne, ne boudez pas le vôtre et garantissez vous un siècle féminin ou du moins, une très bonne soirée !


PS : Attention, distribution en alternance. Et n'hésitez pas à prendre de bonnes places pour bien voir la scène, ce qui n'est hélas pas toujours le cas dans un théâtre.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Spectacles concerts théâtre salons

Repost0

Publié le 13 Décembre 2009

Roman - Editions Points - 200 pages - 6 €

Résumé : Avant d'hériter de la maison familiale, Paul Tanner menait une existence paisible. Mais depuis qu'il a décidé de la restaurer, rien ne va plus! Maçons déments, couvreurs délinquants, électriciens fous, tous semblent s'être donné le mot pour lui rendre la vie impossible. Chronique d'un douloureux combat, galerie de portraits terriblement humains : le récit véridique d'un chantier infernal, coloré d'une bonne dose d'humour...noir ! 








                                
                                                              
                                        

Mon humble avis :Jubilatoire ! Hilarant ! 
Après mes deux précédentes lectures plutôt graves et sérieuses, un bon moment de détente s'imposait. Un peu de légèreté ne nuit pas dans ce triste monde ! Et dans ma bibliothèque côté PAL, Le Livre pour La circonstance, "Vous plaisantez Monsieur Tanner". Comme j'ai ri, au dépend bien sûr de ce pauvre Monsieur Tanner ! Celui-ci collectionne les catastrophes lors des travaux démentiels qu'il entreprend sur son héritage : une vieille demeure quasiment désaffectée. Le chantier tourne en enfer tant Monsieur Tanner a le chic pour s'entourer (à l'insu de son plein gré) de bras cassés, de guignols ou de roublards hors catégorie dans les artisans qu'il recrute. Du couvreur au poseur de moquette, il n'y en a pas un pour racheter l'autre ! Et chacun se retrouve alors héros malgré lui d'un ou plusieurs chapitres drôlissimes. Par respect et par énorme compassion pour la pauvre victime, on hésite entre la désespérance et le fou rire : entre soudeur qui oublie de souder, les inondations et l'électricien qui célèbre la messe entre deux interrupteurs, Tanner s'arrache les cheveux. Et le lecteur murmure : Une telle accumulation n'est pas possible, à moins de porter la poisse.... Et la poisse, Tanner en porte une sacrée benne car tout est vrai. ! Devinez qui se cache derrière Tanner ? L'auteur lui même par-dit ! Et oui, Jean Paul Dubois nous conte ici avec humilité, humour et autodérision ses moult déboires lors de la rénovation de sa maison : ou comment une aventure devient une mésaventure. Seule entorse à la réalité, le livre se déroule sur un an alors cette galère s'étala sur plusieurs années. L'écriture est directe, décapante, appropiée au sujet. Jean Paul Dubois dresse le portrait tantôt cynique, tantôt touchant de ses hommes qu'il a observés, subis ou appréciés malgré leurs maladresses ou leur mauvaise volonté flagrantes. L'Homme dans toute sa splendeur, oups dans tous ses travers ! Hum, hum. Certes, la corporation des artisans en prend pour son grade mais il semble que ce soit de bonne guerre. D'ailleurs, lorsque vous lirez ce livre, je suis sûre que vous vous retrouverez dans certaines situations. Si ce n'est pas encore le cas, vous n'aurez d'autre choix que d'y réfléchir à deux fois avant d'entreprendre des travaux dans votre home, sweet home ! En attendant, bonne lecture !


"Après plus d'un mois de chantier, je me retrouvais propriétaire d'une ruine"

"Souvent, je me suis posé la question de savoir s'il n'y avait pas quelque chose qui clochait chez moi. Il n'était pas normal d'attirer à ce point les ennuis et les canailles."

"N’importe qui doté d’un peu de raison aurait vu entre ces murs un paquebot de soucis, un porte-avions d’emmerdes."....
Voilà qui donne le ton !



                                                



L'avis de Reno, de Grominou, et Biblioblog

DAL PAL 86 - 10









                                                                                                         

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 9 Décembre 2009

Me voilà à Paname pour quelques jours, jusqu'à dimanche en fait !

                                                        tour eiffel

Mercredi, je rencontre Silvana Bergonzi, attachée de presse chez Michel Lafon. Et par son intermédiaire, j'assiste à la remise d'un prix littéraire au Procope : Le Prix Jean Zay. Le soir, resto avec une copine !
Jeudi, direction La Villette pour une expo que je veux absolument voir et qui se termine bientôt. Le sujet : la police scientifique... qui me fascine.
Le soir, je retrouve ma copine
A girl From Earth pour dîner. Ensemble nous allons tester "La fourmie ailée", cette ancienne librairie reconvertie en restaurant (qui nous aime nous suive ! )
Vendredi, je pense que je vais filer visiter les entrailles de la BNF, Bibliothèque Nationale de France, encore appelée Bibliothèque François Mittérand.
Et puis, je termine le week end chez mon frère. Sans doute irons nous voir vitrines et illuminations de Noël avant de nous assoir dans les fauteuils en velours d'un théâtre.
Programme culturel donc, limite livresque ! A dimanche ! J'espère ramener de Paris quelques sujets prétextes à deux ou trois billets !
En attendant, voici une vidéo et une musique de circonstance !


Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 8 Décembre 2009

Si vous entrez en Jordanie depuis la Syrie, vous commencerez par visiter la ville de Jerash, à une cinquantaine de kilomètres au nord d'Amman.

Pénétrons donc dans cette ville antique qui fut tour à tour grecque, romaine et byzantine. Il y a à l'entrée l'Arc de Triomphe d'Hadrien, en travaux lors de mon passage, donc pas photographié. La légende dit que c'est Alexandre le Grand qui aurait construit cette ville au IVème siècle avant Jésus Christ.

 















Ce site romain a été entièrement construit dans un calcaire rosé qui prend toute sa splendeur sous les rayons du soleil levant et couchant. Ci dessus, le théâtre sud, de style corinthien, qui bénéficie d'une acoustique exceptionnelle. Il pouvait accueillir, à l'origine, 5000 personnes.












L'hippodrome, en restauration et remis en activité pour des spectacles. Il mesurait 245 mètres de long et 51 de larges et pouvait contenir 15 000 personnes. Les archéologues   ont rapporté la preuve qu'au 7ème siècle, on y jouait au... polo !

 

Le Cardo Maximu, une impressionnante artère de 800 mètres qui dessert les principaux sites de la ville. 200 colonnes corinthiennes et ioniques la longent.












Le Forum, la plus belle image que l'on garde de Jerash. Il devait occuper une fonction à la fois culturelle et religieuse liée au temple de Zeus non loin de là. Il est dalé, de forme oval et entouré portiques à colonnes ioniques. L'apogée de Jerash, qui s'est aussi appelé Antioche, date des 2ème et 3ème siècles.



D'AUTRES SITES...

La Jordanie n'est pas que Pétra. La visite de ce petit pays passe par différents sites que voici (liste bien entendu non exhaustive) !











Le mont Nébo culmine à 840 mètres. Par beau temps, on peut apercevoir la Mer Morte, le Jourdain, l'oasis de Jéricho et les monts de Judée. Site présumé de la tombe de Moïse, il est devenu un lieu de pèlerinage universel à partir du début de l'ère chrétienne. C'est au sommet que Moïse 
contempla pour la première et la dernière fois la Terre Promise. C'est donc un lieu saint chrétien. D'ailleurs, le Pape Jean Paul II y vint en pèlerinage pour le bimillénaire. Une statue a été érigée en ce souvenir.
A quelques kilomètres de route de là, nous attendait également un paysage à couper le souffle. Dommage que le ciel n'ait été plus bleu.
Mais tout de même, voici un petit extrait vidéo !




Le château de Kerak, l'une des plus belles et impressionnantes citadelles des croisées date de 1 142. Doté de spectaculaires sous terrains dans lesquels les croisés trouvaient toujours un peu de fraîcheur, même en été. Ces pièces ont résisté à tous les séismes.

















Depuis la citadelle, nous jouissons d'une vue magnifique sur les environs.



















Nous voici sur le site de l'ancienne Gadara à Umm-Qais. A proximité de des frontières Israeliennes et Syriennes, on y voit très bien le lac de Tibériade et la vallée du Jourdain. D'après St Matthieu, Jésus passa par ici. Cette ville fut Macédonienne, Séleucide,  Nabatéenne, Romaine, Islamique. Son intérêt archéologique est indéniable.

La Mer Morte !  Ca y'est je me suis baignée dans la mythique mer où l'on ne peut se noyer, tant son taux de sel est important. Contente de l'avoir fait mais en même temps, je ne pense pas que je le referais. On ne peut pas dire que ce soit une baignade agréable. Déjà, ne surtout pas recevoir d'éclaboussure dans les yeux. Ensuite, l'eau est si sale et si huileuse que l'on a vraiment pas envie d'y tremper les cheveux. Et de se fait, la position les 4 fers en l'air devient très vite inconfortable et douloureuse au niveau de la ceinture abdominale.
Quelques chiffres tout de même : La Mer Morte se trouve à 420 mètres en dessous du "niveau de la mer". Elle mesure 630 km² alors qu'elle en faisait 950 au milieu de XXième siècle. Sa profondeur est de 400 mètres. Taux de salinité 10 fois supérieur à n'importe quel océan de la planète. Aucune espèce ne peut y survivre. La diminution de sa superficie est alarmante. Selon les experts, la Mer Morte aurait disparu d'ici à 2 050...

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Voyages au Moyen Orient

Repost0

Publié le 7 Décembre 2009

Roman - Editions Arléa - 90 pages - 13 €


Le mot de l'éditeur : Elle part. Elle fuit après avoir appris l'inacceptable.
Elle n'a pas peur, non, mais elle veut mettre de l'ordre dans sa vie.
C'est une lettre qu'elle choisit d'écrire, une seule lettre. Les mots coulent comme un torrent, emportant sur leur passage la vie d'avant, les secrets, les mensonges, les blessures non refermées.
Elle écrit et se délivre, fait place nette, se retrouve enfin et peut, apaisée, aller vers son destin.

Anne Révah a quarante et un ans. Elle vit à Paris. Manhattan est son premier roman.











                                      


Mon humble avis :  Une tâche à priori insignifiante, en forme de l'île de Manhattan, sur l'avant bras... Quelques examens médicaux et le couperet tombe : des tâches dans le cerveau, une très grave maladie. Dès lors, une seule issue s'impose à la narratrice. Fuir. Partir de chez elle, direction un hôtel parisien. Elle ne laisse même pas un mot qui rassurerait son mari et ses enfants. Puis,  le lendemain, au hasard des horaires de vols, elle décide de s'embarquer pour Madras. Sauf qu'au dernier moment, elle se ravise. Il lui reste à mettre de l'ordre dans sa vie, à avouer la mascarade que fut sa vie suite à une enfance bafouée. Elle écrit alors une lettre à sa mère qu'elle tient pour responsable de sa détresse, une lettre pour tourner la page. Elle s'enferme alors dans un appartement loué pour écrire cette lettre, cette lèvre qui doit la délivrer, lui permettre d'en finir.

Voici un magnifique premier roman. Bouleversant,  il m'a touchée en plein coeur et a trouvé une forte résonance en moi qui ai été récemment bousculée par une lourde maladie.  Ce livre est intimiste, il nous emmène très vite dans un tête à tête avec la narratrice. Au premier abord, sa réaction paraît égoïste et puis... Oui la maladie bouleverse les choses, l'idée de mort nécessite sûrement un ménage urgent de la vie. Même si celui ci est douloureux et déterre des secrets enfouis à jamais. Comme un tremblement de terre, le traumatisme de la maladie en réveille un plus ancien. Alors tout s'effondre : une vie bâti sur une ruine reste fragile. La narratrice s'est  construite sur l'horreur, sur une énorme dissimulation. Elle s'est inventé un personnage, elle s'est mariée, a eu des enfants, a réussi professionnellement. Aux yeux de tous, elle a mené une vie brillante. Mais elle portait un masque, le masque que la société attendait d'elle. Même envers sa famille, qu'elle aime sans plus. Maintenant que ce masque tombe, elle se sent vide et elle le dit.
Anne Revah nous écrit avec une sensibilité exacerbée les sentiments qui traversent la narratrice. Les réflexions sur le mensonge, la sensation de vacuité intérieure, la souffrance, les dégâts d'un traumatisme enfoui, le bouleversement de la maladie sont intelligemment introduites et menées. La double personnalité du personnage, celle qu'elle montre, celle qu'elle est réellement et le pourquoi de cela sont décrits et expliqués avec beaucoup de justesse. L'écriture est, limpide et fluide, presque distante. Elle ne s'immisce pas entre le lecteur et l'émotion. De très belles phrases m'ont fait mettre de nombreuses croix dans la marge. Manhattan est un livre poignant et subtil, émouvant sans être larmoyant. Et son auteur, Anne Révah, est à suivre assurément.


"Ce que j'ai construit était impeccable, un empaquetage pour me cacher. Il a fallu convaincre, me convaincre, j'y suis parvenue. J'ai pris la pose.... Je me suis déguisée. Les autres n'ont que peu compté dans l'affaire.... je me suis imposée à eux pour ne pas tomber dans le vide offensif en mon creux... Je me suis attachée à aménager une sorte de paroi. On en verrait pas derrière cette paroi. La façade était enviable, assurément efficace. Je m'installais sous le regard des autres. Mon aisance n'était pas feinte, elle était magistralement accomplie.....Le théâtre était impeccable, convaincant, vous y avez tous cru.... J'ai seulement réussi à arborer un mirage de moi même."

Les avis de
Leiloona , de Karine ; d'Antigone, d'Hélène et de Sylire


Merci à Anne Révah

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 6 Décembre 2009

Dans notre découverte de la blogosphère littéraire, c'est aujourd'hui le blog Liratouva2 que nous visitons et son auteur MANGO dont nous faisons ici connaissance !















Bonjour Géraldine !
Voici donc mes réponses à tes questions


 
Mango, quelle est la signification de ton pseudo ?
M : Mango, c’est tout simplement le nom de mon fruit préféré et celui de mon chat  qui me suit partout et aime aussi  sucer un peu de mangue! A l’origine, il a été déposé chez moi le temps d’un déménagement et il n’a plus voulu  repartir ensuite !
 
                                                               


 
Quand es-tu tombée dans la potion magique de lecture ? Est-ce une découverte que tu as fait seule ou fais-tu partie d'une famille de lecteurs ? Quelle place la lecture tient-elle dans chacune de tes journées ?
M : Dès six ans, j’avais toujours un livre près de moi. C’était le cadeau que j’attendais avec le plus d’impatience avec les sorties au cinéma ! Mes parents n’avaient pas beaucoup de temps pour lire si ce n’est des hebdomadaires ! J’ai commencé à lire dans le livre de cuisine de ma mère.  Je l’ai toujours ! Il est un peu déchiré et très griffonné par endroits mais il me sert encore certains jours !  C’est devenu un livre fétiche!
 
Depuis quand "sévis-tu" sur la blogosphère ? Qu'est-ce qui t'a décidé à tenir un blog ?
M : J’ai ouvert mon premier blog  liratouva en janvier de cette année 2009 mais j’ai dû le fermer très vite  pour des raisons techniques. Je n’ai ouvert l'actuel  qu’en avril,  en reprenant les anciens billets mais en perdant les commentaires.
C’est en tombant sur un petit livret, à la bibliothèque,  qui expliquait de manière très détaillée comment ouvrir un blog  que je me suis décidée à tenter l’expérience

Comment présenterais tu ton blog en quelques phrases ?
M : Mon blog est uniquement consacré à mes lectures. A l’origine, je voulais seulement résumer les livres lus pour ne pas les oublier. J’ai vite réalisé qu’on pouvait aller plus loin grâce aux  échanges avec les autres blogs. J’ai  découvert les listes multiples,  les challenges,  les Tags, les jeux de toutes sortes, l’utilisation des photos et des images en général,  tout ce qui rend si vivante et amusante la blogosphère
 
Quel est ton meilleur souvenir de blogueuse ?
M : Des bons souvenirs de blogueuse, des excellents même, j’en ai plein ! Mais le premier, juste  avant même l’ouverture du blog,  c’était le jeu auquel j’ai participé chez Amanda. Je ne me souviens plus de la date et je ne l’ai plus retrouvé sur son blog  quand je l’ai cherché ; Je n’avais pas gagné mais j’étais quand même très émue de cette première participation  C’était une première fois, quoi ! 
 
As-tu rencontré beaucoup de blogueuses ? Quel souvenir en gardes-tu ? Les personnes rencontrées correspondent-elles aux personnes fréquentées par blogs interposés?
M : Non, je n’ai pas encore rencontré de blogueuses. Les circonstances ne me l’ont pas permis pour l’instant ! 
 
Noël approche... Cette fête va -t-elle être l'occasion de te faire offrir quantité de livres ou au contraire, d'en offrire toi-même ?
M : Je m’offre des livres toute l’année, comme d’autres s’achètent des vêtements.  Ensuite je les échange avec mes amies qui sont toutes aussi de grandes lectrices  mais curieusement je n’en offre jamais  à ma famille. Chacun s’achète ses propres livres, politiques, historiques ou  techniques et je  n’y touche pas ! 
 Justement, l'auteur que tu admires le plus en ce moment sera seul pour fêter Noël... Tu décides de l'inviter. Qui sera donc à table avec toi pour partager la dinde aux marrons ?
M : Sans hésiter, j’inviterais Roberto Saviano, l'Italien menacé de mort par la Camorra, pour son livre "Gomorra". Vivre en permanence avec une escorte policière ne doit pas être drôle tous les jours! . Il a tellement de choses encore à raconter sur la situation actuelle dans son pays!  Et je le trouve si courageux ! Et puis, ayant vécu  quelque temps là-bas, je ne serais pas trop embarrassée pour lui concocter un bon repas, sans dinde aux marrons surtout !
 
A part la lecture, quels sont tes autres centres d'intérêt, tes autres passions ?
M : En ce moment, à part lire et bloguer, je n’ai plus le temps pour grand chose ! J’ai  donc laissé tomber la peinture et la généalogie qui me passionnent aussi mais qui sont également chronophages!
 
Quels sont tes 3 derniers coups de coeur littéraires ?
M : Et voici la question la plus facile ! J’ai aimé le  "Vera Candida" de Véronique Ovaldé,  "Oh, Boy " de Marie-Aude Murail, et  "Matilda" de Roald Dahl que j’ai découvert bien tard mais que pourtant j’ai adoré !
 Mais s'il ne fallait en désigner qu'un seul, je ne voudrais surtout pas oublier le plus étonnant de tous les livres lus cette année,  un livre d’une telle vitalité, si bourré  d’énergie, de folie, d’émotion, d’amour, de misère, de rêve, de réalisme, bref, un concentré de tout ce que j’aime dans la littérature,  un livre qui m’a complètement bluffée et dont je n’entends pas beaucoup parler parce que, s’il est une littérature florissante en ce moment et trop oubliée en France, je trouve, c’est bien la littérature chinoise ! Ce livre, je l’ai choisi pour le challenge « Coup de cœur » de Theoma c’est "Brothers" de Yu Hua, (traduit en français, bien sûr, malgré le titre !)  Un pur chef d'œuvre, choquant et éblouissant à la fois! J'ai vu que Restling  a choisi de le lire bientôt dans le cadre de ce même challenge et j'en suis très contente!  Découvrir les coups de cœur des autres blogueuses, c'est vraiment une bonne idée,  puisqu'aussi bien il faut faire des choix, que ce soit au moins des livres sûrs, déjà choisis par d'autres. Dénicher des bons livres,  c'est aussi une de mes bonnes  raisons de bloguer!
Voilà , Géraldine, j'en ai terminé! 
Je te remercie pour ce focus! 




                                                                                  Merci       


Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Focus sur un blog !

Repost0

Publié le 5 Décembre 2009

librairie?


C'est ce qu'on s'est prévu, ma cop' A girl From Earth et moi, le jeudi 10 décembre, et puis on s'est dit, s'il y a quelques blogueurs/lecteurs parisiens (ou autres, mais forcément dans le coin) disponibles ce soir-là et à qui ça dirait de partager notre repas, why not?, et je dirais même plus, avec plaisir!

Le rendez-vous est fixé à 19h30, c'est à Paris dans le 5è arrondissement, pas loin de Notre-Dame, et comme tout est sous réserve de changement de dernière minute, et qu'en plus, selon le nombre de personnes, il faudra peut-être penser à réserver, je propose que les intéressés se manifestent par un commentaire ET par email (
a_girl_from_earth@hotmail.com) afin qu'on se cale tout bien.

Les détails du lieu suivront, en tout cas, pour les curieux, il s'agit d'un restaurant/salon de thé dans une ancienne librairie classée monument historique. Je connaissais pas, le cadre a l'air sympa, le menu aussi, à tester donc!

Au programme, pas de programme! Dîner, convivialité, papotages, à l'impro, juste une opportunité de se retrouver entre blogueurs/lecteurs à l'occasion de mo, passage coup de vent dans la capitale!



Tiens, aujourd'hui, c'est la Ste Géraldine, vous avez le droit de me souhaiter bonne fête !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0