Publié le 1 Août 2010

 

 Quelques minutes pour mes pieds, mais un grand pas dans ma vie !!!

 

Ou "Il y a une première fois à tout"

 

 

Ou "tout peut arriver"

 

Ou enfin, chacun sa route, chacun son chemin !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a un mois, je déménageais de 3 km... Je quittais la partie "campagne" de ma commune pour sa partie bourg. Vous me direz, pas de quoi fouetter un chat ! Sauf que...

Je me retrouve de ce fait à 500 mètres de la médiathèque, petite distance agréable à faire à pieds avec un livre sous le bras, ou encore passant devant pour aller travailler, pas de détour à faire pour prendre ou déposer une cargaison !

 

Alors, voilà, il m'a fallu plus de 38 ans pour m'inscrire dans une bibliothèque ! Mais ça y'est, je l'ai fait !!! Finalement, c'est facile, sauf que depuis, rien ne va plus....pour ma PAL !!!

 

 

Pourquoi cette inscription ?

 

- Pour avoir un petit objectif de promenade et de contacts humains !

- Pour avoir plus facilement accès à des nouveautés

- pour assouvir ma curiosité et élargir ma culture

- pour des raisons financières (en une virée, investissement rentabilisé !)

et surtout, oui surtout pour pour partir à la découverte du monde infini de la BD et autres albums.

 

Oui, à force de lire des billets sur telle BD ou telles autres et en m'imposant des oeillères par manque de ...???, je réalise que je passe vraiment à côté d'un univers autant passionnant et divertissant que les romans dont je m'abreuve depuis si longtemps !

 

J'étais donc sensée aller à la bib uniquement pour me fournir en BD, sans dévier tant que ma PAL débordait... Et ce qui devait arriver arriva. Dès ma première visite, je suis sortie de la bib' avec autant de romans que de BD dans les mains. Même pas de la faute de ma bibliothécaire personnelle, la blogueuse Modila. Quoique, c'est entre autre elle qui remplit le présentoir à nouveautés.... 

 

Là, j'ai un peu de répit, en cette période de fermeture estivale annuelle de ma bib'. Mais tout de même. Je n'ose imaginer l'avenir.... Car je sais que dès que je pénètre dans ce bâtiment, je me comporte comme lorsque je suis dans une librairie ou un salon : en acheteuse convulsive. Sauf que là, c'est gratuit et du coup, sans limitation de raison financière !!!

 

Alors, s'il vous plaît, pour ma PAL, pas de fleurs, pas de couronnes, pas de livres, mais des prières à la sainte patronne des littéro-blogueurs : Ste Lison !!!

 

 

 

                                      inde3.gif

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 30 Juillet 2010

Tiens, un Tag, y'avait longtemps ! Je remercie Cynthia, d'avoir pensé à moi même si sur le moment, je me suis dit "diable, Cynthia, me tend un piège". Il y a tant de musiques et chansons que j'adore tant elles me ressemblent ou m'émeuvent que... embouteillage cérébral plus une ne pénètre dans mes hémisphères (gauche ou droit... qui sait ?).

Alors, pour me détendre et réfléchir, je suis allée prendre un bain. Détail peut-être anecdotique pour certains mais historique pour moi. Je n'ai pas pris de bain depuis des années. Je vous rassure, la cause en est juste à la seule cabine de douche dont je disposais jusqu'à maintenant... (en même temps, mes petites convictions écologiques de base m'interdisent le luxe du bain). Déménagement, bainoire... Eau chaude, mousse, musique douce, bougie parfumée, un verre de vin moelleux (la maison n'a pas les moyens de s'offrir le champagne) et mon magazine "Lire" à la main.

Résultat, cela n'a pas duré bien longtemps, j'avais oublié à quel point il fait chaud dans un bain... chaud !

Mais j'ai tout de même quelques titres à vous avouer... même si ma recherche n'a pas pris bien longtemps... En effet, pour coller aux questions, je me contente de la signication du titre de la chanson ou de son refrain, quand je pense l'avoir compris !

  

  

- Si quelqu'un vous dit "est-ce que c'est bien" ?, vous dites :

  

I don' care, de Bleach, c'est vrai, qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse. L'essentiel est d'aimer et de prendre plaisir dans ce que l'on voit, lit, écoute...

  

 

- Comment vous décririez vous ?

 

English man in New York, de Sting, pour le refrain : I'm an alien, I'm a legal alien.... (Alien = E.T) et j'essaie de faire "be yoursel, no matter what they say", mais c'est vraiment pas facile.

 

 

- Qu'est- ce que vous aimez chez un garçon ?

 

Ton absence d'Yves Duteil, lol , rhooo, pour quoi je vais passer moi ?!! Bon en même temps, si vous allez écouter les paroles de cette chanson sur You Tube, vous ne rirez plus, vous risquez de pleurer pour moi !

 

 

- Comment vous sentez vous maintenant ?

 

Clean, de Depêche Mode... puisque je sors du bain (voir plus haut !!!)

 

 

- Quel est le but de votre vie ?

 

Stayin' alive, des Bee Gees, parce que c'est vrai, pas facile tout les jours et que c'est presque un métier... On est doué ou pas  !

 

 

- Que pensent vos amis de vous ?

 

Euh, je ne sais pas...

Peut-être "Crazy" d'Aerosmith ?

Ou "Funny"  de Boney. M ? oups, ça ne marche pas, le vrai titre, c'est "Sunny !"

Bon, je pense qu'ils ne pensent pas trop sinon, ils partiraient en courant "Runaway" de Bon Jovi

Enfin, après une demi heure sur You.Tube, ca y'est, j'ai trouvé !

Comme je suis fidèle en amitié, la chanon top pour cette question, c'est....

Never gonna give you up, de Rick Ashley , mais si, rappelez vous, dans les années 80 !!! Bon, pour vous rafraîchir la mémoire, je vous mettrai le clip en fin de billet !

 

 

- Que pensent vos parents (famille) de vous ?

Forcément, depuis deux ans et demi et hélas encore pour quelques temps, "Malade", de Serge Lama

 

 

- A quoi pensez vous souvent ?

version méli : Girl, just want to have fun, de Cindy lauper

Version mélo : Highway to hell, d'ACDC

Mais quoiqu'il en soit, faut pas se leurrer, "Le monde est stone"

 

 

- Qu'est-ce que 1 +1 ?

 

Mes emmerdes, de charles Aznavour, car 1 + 1, c'est déjà des maths, que j'ai toujours été nulle en maths et, même si "j'ai travaillé des années, sans répit, jours et nuits", je n'ai jamais vu Thales ni Pitagore dans un problème... Et franchement, tout ça pour ça...

 

 

- Que pensez vous de votre meilleure amie ?

 

Je n'ai pas de meilleure amie, je n'aime pas le terme "meilleure", j'ai de bonnes amies, toutes différentes et avec qui on se donne mutuellement le meilleurs de nous même, ce dont l'autre à besoin et ce que l'autre recheche. Du moins, je l'espère. Et puis il y a celles et ceux qui ont traversé ma vie, par ce que la vie n'est pas un point fixe, en tout cas, pas la mienne.

Alors je choisis cette chanson, à condition de pouvoir le décliner au singulier, au pluriel, au féminin, au masculin : Chère amie, de Marc Lavoine.

Et puis, il y a aussi et surtout "Tu es de ma famille", de Jean Jacques Goldman.

 

 

- Quelle est l'histoire de votre vie ?

 

Allez prenons "What's up " de Four non blondes. Et en prenant un disque au hasard dans ma discothèque, je trouve ces titres : "J'ai déjà donné" et "Et moi et moi et moi", de Dutronc. Mais ça pourrais être... C'est un long roman... Et incontournable dans mon mode de vie : "Voyage voyage", de Désireless

 

 

- Que pensez vous en lorsque vous voyez la personne que vous aimez ?

 Euh... "I can't see nobody", des Bee Gees, merci You.Tube (chanson ennuyeuse à mourir, mais le titre correspond). Sans commentaire of course !

 

 

- Quelle est votre plus grande peur ?

 

The final countdown de Europe (le dernier décompte). Ah, je suis fière, fallait la trouver celle là !

 

 

- Que jouera-t-on a vos funérailles ?

 

"Allumer le feu" de Johnny Hallyday. Je sais, c'est d'un très mauvais goût comme réponse... Pour faire encore plus grincer, je pourrais ajouter "Le vent nous portera" de Noir Désir

Pour répondre honnêtement, les albums de Yannick Noah, d'Indochine, de Goldman...bref, tous les albums que j'ai et que j'ai écouté en boucle à un moment ou un autre de ma vie.... Mais ce sera trop long, tout le monde se serra barré. D'ailleurs, c'est la fin de ce tag, vous êtes encore là ???

 

 

Je remercie encore Cynthia pour ce tag sponsorisé par You.Tube !!!. J'ai mis deux heures à y répondre... Et j'y ai pris grand plaisir avec de bons trips musicaux à la clé. J'ai aussi mis plus de moi dans ces réponses que je ne l'imaginais tout à l'heure dans mon fameux bain.

 

A mon tour de tagguer.... And the winner is : AGFE (ça faisait longtemps non ?!) et Clara

 

 

Et voici la vidéo récompense, comme annoncé plus haut. Là que je sois pendue si vous ne riez pas ! Zut, l'accès à la version originale est désactivée... Sans doute parce que Rick Ashley est trop connu et que son unique tube et clip (de 1985) en liberté l'empêcherait de vendre des disques... Plus de 20 ans après... P'tête qu'il ne veut pas qu'on se souvienne de lui ? Trop tard, j'ai trouvé la version live !

 

 

 

Et puis dans le mémorable aussi, je ne résiste pas à l'envie de vous montrer ce défilé de mode cité dans ce tag :  vous aimerez certainement le pantalon blanc ...

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Quizz - tags et vrac !

Repost0

Publié le 28 Juillet 2010

Synopsis : Dom Cobb est un voleur expérimenté – le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait. Et pourtant, aussi méthodiques et doués soient-ils, rien n’aurait pu préparer Cobb et ses partenaires à un ennemi redoutable qui semble avoir systématiquement un coup d’avance sur eux. Un ennemi dont seul Cobb aurait pu soupçonner l’existence.

 

Thriller SF, anticipation avec Leonardo Dicaprio, Marion Cotillard et Ellen Page.

 

 

     

                      

  

                                                                                                     -toile1.jpg

 

                                                                                                         

 

 

Mon humble avis (heu... très minoritaire manifestement) : Inception: dans le film, ce terme désigne l'art de pénétrer dans l'esprit d'une personne pour y introduire une idée, par l'intermédiaire de ses rêves. Et par delà, prouver que les idées sont les pires des parasites.

A propos d'idée, celle de ce film a germé pendant 10 ans dans l'esprit du réalisateur. Assez originale et intrigante je l'avoue. Nous sommes assez habitués aux personnes qui s'introduisent dans votre esprit pour voler vos rêves ou une information vitale. Mais pour y déposer quelque chose.... Dans ma petite culture, ce serait presque inédit comme concept.

Oui mais voilà... Le film est long, très long : deux heures trente. A mi parcours, je commençais à hésiter entre les termes génialissime et grotesque. La dernière demi heure m'a fait choisir "grotesque" et ma sortie de la salle a confirmé : je n'ai rien compris ou presque, puisque mes amis m'ont démontré que je n'avais rien appréhendé de la fin (là où normalement, on comprend tout !!!).

Les personnages s'immiscent dans un troisième niveau de rêve : à savoir qu'ils pénètrent dans le rêve de leur cible pour lui faire croire qu'il fait un autre rêve mais qui doit paraître vrai donc on lui fait croire encore à un autre rêve, en passant par un nième étage : les limbes éternelles.... et par une demi-heure dans une film et décors de James Bond, sans James ni Bond, de près comme de loin. Vous êtes perdus ? Je l'ai été la moitié du film, autant que ce cher Léo qui doute lui même de la réalité ou du rêve dans lequel il pense se trouver. Bref, tout est en trompe-l'oeil et en manipulation. C'est épuisant à suivre, une véritable gymnastique cérébrale (en vain, voir plus haut !!!). Si vous allez voir ce film, privilégiez le lundi où vous sortez tout frais de votre week end plutôt qu'une fin de semaine harassante ! La musique est assourdissante, je me suis même surprise à me boucher les oreilles.

Inception traite donc du pouvoir de l'imagination et des rêves, de  l'interprétation que chacun se fait de sa propre réalité et des dangers de toute manipulation. Il y a certainement des messages à chacune des étapes du film, (c'est vrai quoi, un film américain sans message ça n'existe pas !!!), mais le côté brouillon de la mise en scène ne nous laisse pas le temps de les apprécier. Un film sur les rêves sans une seconde pour rêver, même pas à Léo !!! Pour une fois, un film aurait mérité à être plus simpliste pour gagner en profondeur. Peut-être un livre sortira-t-il ou est il sorti ??? Avec le temps qu'offre la lecture, l'idée judicieuse doit paraître peut-être un peu moins tirée par les cheveux et par delà, remuer le lecteur par une certaine remise en question, un voyage intérieur.

Bon, un petit mot sur les acteurs.... Di caprio, excellent comme d'habitude (ouf !!!), Ellen Page se défend dans un rôle qui manque cruellement d'intensité et qui ressemble plus à alibis jeunesse déplacé.

Enfin, notre Oscarisée Nationale, Marion Cotillard qui dans ses rôles made in USA semble figée dans un numéro de charme, même coiffure, même sourire, même mélo, comme si les réalisateurs se la recommandaient en appuyant juste sur la touche bis. Marion, à quand un rôle comique pour voir une autre expression sur votre visage ???

 

Allez, je l'avoue, je suis dure.... En plus, nous étions 17 à voir ce film ensemble... et 2 à ne pas l'aimer. Quand je vous dis que mon avis est minoritaire. Et puis depuis quand mon humble petit avis-nuirait il à un blockbuster américain ???!!!

 

Pour, la route, je persiste et signe : Inception, déception, trèsception !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 26 Juillet 2010

Roman - Editions J.C Lattès - 363 pages - 18 €

  

 

Sortie fin août 2010

 

RENTREE LITTERAIRE SEPTEMBRE 2010

 

 

Résumé : 1998. Paris. Il fait 37 °. LesBleus sont champions du monde. Nola a dix-huit ans et vient de perdre son père, Jacques. Sauvée de la solitude par un job d’été dans un bistrot où les hurluberlus imbibés se succèdent plus vite que les petits ballons de rouge, la jeune fille gère avec les moyens du bord le chagrin de Mira, sa mère, et sa propre colère. Contraintes d’emménager dans l’« immeuble-mutant », reflet architectural de leurs vies décrochées, les deux femmes espèrent se reconstruire. Mais, à peine un pied posé dans le nouvel appartement, Mira présente d’étranges symptômes.

 

 

  

  

                                                                                                                    -toile4.jpg

 

 

Mon humble avis :  J'ignore si ce livre est arrivé au bon moment dans ma boîte aux lettres, mais cette histoire m'a émue, même bouleversée. Alors certes, la vie ne m'a épargnée d'aucun (ou presque) des sujets développés dans ces pages:  Le deuil d'un parent parti trop jeune. Qui est trop jeune ? Tout le monde, le défunt comme ceux qui restent. Les enfants qui deviennent quelques temps  la mère de leur mère veuve, parce qu'il faut tenir, pour ne pas la perdre elle aussi... quitte à emballer leurs propres douleurs dans un coeur en carton, carton qui finit toujours par ramollir. La dépression, l'hyperacousie, les acouphènes, la fuite, la survie, la reconstruction. Alors oui, ce livre, je le connaissais par coeur avant de le lire et pourtant... Je l'ai dévoré. L'écriture est fluide, jeune mais pas dépravée, imagée et soignée sans être assommante. Pas de pathétisme entretenu, cultivé, ou arrosé. De la vérité, des émotions, une analyse clairvoyante des épreuves difficiles, le tout porté par la jeunesse de l'héroïne Nola, qui ne baisse pas les bras, même si le décès violent de son père dans une fusillade en pleine rue la transpose sans palier de l'adolescence inscouciante à l'âge adulte.

Et puis, on pourrait croire l'histoire de "l'effet Larsen" assez linéaire. Point n'en est. L'auteure la dynamise avec respect, malgré la gravité de sa matière. Elle surprend également dans le dénouement, auquel on ne s'attend pas du tout.  Celui -ci donne une part des "pourquoi". Mais il n'a pas répondu à la question que je me posais depuis mes premiers instants de lecture : ce récit est- il autobiographique ? Qu'est-ce qui justifie une telle question : la justesse des mots. Ces mots que je n'ai jamais su dire, que peu de personnes concernées parviennent à prononcer, ni même à exhumer des cendres de leur âmes. Faut il avoir vécu tout cela pour le décrire avec autant de puissance, je ne sais pas. Peut-être, sans doute. A moins que là soit le talent d'un écrivain : imaginer les situations et les mots qui les suivent, ces mots que certains cherchent en vain, mais trouvent enfin dans un livre... Qui a dit que l'art était inutile ???!!!

 

 

" Réclamer de l'amour à une âme si cassée, c'est comme faire l'aumône auprès d'un sans-abri."

 

"La maladie de Maman était un non-sens et les non-sens, rien à faire, on ne sait jamais par quel bout les prendre".

 

" Il n'y a pas de nuances de noir. Le noir, c'est noir, c'est tout. Personne ne peut affirmer que ta souffrance est plus noire que la mienne."

 

"Seulement voilà : il avait bien fallu que je me ressuscite. ... Le coeur redémarra comme il le fait toujours - qu'on soit d'accord où non."

 

" ... Et je me demandais soudain si j'aurais, moi, un jour, des enfants, s'il n'y avait pas dans la reproduction de soi une responsabilité incompatible avec ma propre histoire."

 

"J'ai l'impression d'être assise au bord d'un trottoir à regarder passer ma vie en même temps que les bagnoles...."

 

 

Ce livre est une pépite, ma première lecture de cette rentrée littéraire. Un bon présage. Lisez ce livre... en librairie fin août. Vous êtes blogueuses, ce livre part en voyage aux conditions habituelles. Il va d'abord partir chez Keisha, qui accepte de le faire voyager pour moi qui risque de devoir me mettre en retrait dans quelques temps. VOus pouvez vous inscrire ici, je transmettrais à Keisha...

Quant à moi, je remercie Maud Letthielleux de me l'avoir envoyé.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 24 Juillet 2010

  Samoens st Lu 065

 

  Marie La Gall... Son premier roman, " La peine du menuisier" est paru il y a quelques mois. Il a reçu le prix  du Roman Breton 2010, a été beaucoup chroniqué sur la blogosphère littéraire, le plus souvent en terme élogieux. Vous retrouverez mon billet sur ce livre ICI. J'ai eu la chance de rencontrer Marie Le Gall lors du festival de St Malo fin mai et d'obtenir le sésame incontournable pour toute interview (pour moi en tout cas ), son adresse mail.... Voici le résultat de cet échange :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes l'auteur de "La peine du menuisier", roman salué par les critiques, couronné du prix du roman Breton et très apprécié par les blogo lecteurs. Êtes vous soulagée, fière ou juste contente d'un tel accueil pour un premier livre ?

MLG : Juste très contente, sincèrement. Soulagée, non. J'ai trop besoin d'écrire encore, les émotions qui m'envahissent sont toujours là. Fière ?.... J'espère que je le serai, un jour, un peu.

 

 

Avant "la peine du menuisier", aviez vous testé et éprouvé votre écriture si élégante et minutieuse sur d'autres écrits restés au fond d'un tiroir ? Ces écrits pourraient ils sortir au grand jour ?

MLG : J'ai un autre récit à la troisième personne au fond d'un tiroir. Je l'avais expédié à cinq éditeurs qui l'ont lu et m'ont renvoyer des lettres encourageantes. Puis je l'ai laissé. "Le Menuisier" (titre initial) s'est imposé à moi. J'espère reprendre l'autre récit plus tard.

 

 

Qu'est-ce qui vous a décidé à vous lancer dans l'écriture du récit de votre enfance ? Au début, le faisiez vous pour vous où aviez vous déjà l'idée, où l'envie que ce livre aboutirait sur la table de nuit de nombreux lecteurs ?

MLG : Il fallait écrire cette histoire entre le menuisier et sa fille. C'était une urgence, une lente maturation. Un jour, c'est devenu vital. Je l'ai écrite pour moi mais je souhaitais en même temps m'adresser à "l'autre", le lecteur, même si je ne savais pas si le manuscrit deviendrait livre.

 

 

Comment avez vous écrit ce livre... Par notes de ci de là, par période, quasi d'une traite ? L'avez vous commencer il y a longtemps ?

MLG : Par période, avec de longues plages de silence, des mois parfois mais il était en gestation permanente, chaque jour. J'écrivais dans ma tête tous les jours, je vivais avec le manuscrit tout le temps... 4 ans.

 

 

L'écriture de ce livre fut elle pour vous libération, douleur, plaisir d'écriture, mélancolie de votre enfance ? Certains disent de cette oeuvre que c'est un roman "thérapie". Qu'en pensez vous ?

MLG : Plaisir d'écriture quelque fois oui, recherche du mot juste, de la phrase, sa musique, son rythme, sa longueur, sa place dans le paragraphe. Douleur et soulagement à la fois au moment, au moment de l'écriture sur la mort du petit frère de Louise en 1992, de celle de l'un des frères du menuisier François, mort en Guinée et enfin, violence et soulagement de la dernière page. Il n'y a pas de thérapie. La narratrice dit : "Ecrire ne guérit de rien". De nouveau, les émotions, les mots encore incertains, les images floues m'envahissent. J'ai ouvert la porte de l'écriture, je ne peux plus la refermer. Et je ne sais pas ce que cela va donner.

 

 

La peine du menuisier conte l'échec de votre relation filiale avec votre père, votre incapacité à tout les deux à dialoguer ? Que  (qui ?) seriez vous devenue avec un père chaleureux et complice ?

MLG : Je serais devenue une femme heureuse.

 

 

Pensez vous que l'écriture puisse remplacer la parole ?

MLG : Ma parole est infirme, l'écriture la remplace. Elle "dit" plus que ce que je ne peux dire de vive voix.... Et le "dit" autrement.

 

 

Dans le roman, Jeanne, votre soeur est atteinte d'une maladie psychiatrique pas nommée, outre par le mot employé à l'époque "la folie". Aujourd'hui, appellerait-on cette affection "la spasmophilie" ? Si elle était née maintenant, votre soeur aurait elle eu la même vie, les mêmes soins ?

MLG : J'espère que le lecteur n'est pas trop naïf à ce sujet (que je ne développe pas... encore). Jeanne avait des crises de démence, donc de folie, elle perdait la raison. Dans le langage psychiatrique, on parlerait de psychose. Sa vie fut un martyr. Aujourd'hui, on pourrait sans doute la soigner avec des médicaments et un suivi thérapeutique.

 

 

Toute vérité est elle bonne à dire ? Une terrible vérité est elle pire ou non que le plus enfoui des mensonges ?

MLG : Doit on tout dire ? Je ne sais pas. Mais il y a des choses que l'on ne doit pas taire car les non-dits s'insinuent et font de terribles ravages, peuvent détruire des vies.

 

 

Quelle lectrice êtes vous ? Quels sont vos trois derniers coups de coeur littéraire ? Quel livre emporterez vous à la plage cet été ?

MLG : Je lis beaucoup, plus que je n'écris. J'ai une culture classique mais j'aime aussi les contemporains. Mes derniers coups de coeur : "Personne" de Gwenaëlle Aubry, le dernier livre de Véronique.  Olmi et "un soir de décembre" de Delphine de Vigan. Sur la plage, en ce moment, le premier roman de Claude Crozon : "D'un autre monde".

 

 

 

                                                                                                     merci-anime-par-gi-20.gif 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Interviews exclusives !

Repost0

Publié le 22 Juillet 2010

Synopsis :  Victor Maynard , un assassin vieux et solitaire, vit pour satisfaire sa formidable mère Louisa. Sa routine professionnelle est interrompue quand il se trouve attiré par l'une de ses prochaines victimes, Rose. Il épargne sa vie et obtient inopinément un jeune apprenti dans le processus, Tony.

 

 

 

Comédie avec Bill Nighty, Rupert Grint, Emily Blunt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                              -toile3.jpg

                                                                

Mon humble avis : Le scénario n'a rien d'exceptionnel ni original, mais quelle plaisante séance de cinéma ! Une comédie policière filmée avec une nonchalance, que dis-je un flegme tout britannique. Alors bien sûr, il faut aimer ce style, l'humour noir et anglais, le burlesque, le ton décalé et cynique à souhait,  l'action lente. Qu'est-ce que de l'action lente ? Par exemple, un tueur qui flingue une cible en prenant tout son temps, puis qui essuie tranquillement ses verres de lunettes de soleil avant de penser à très vite quitter la scène ! L'alchimie fonctionne magnifiquement entre les 3 acteurs principaux. Chacun brille à sa manière, notamment le jeune Rupert Grint, qui est assez grand et talentueux pour voler sans son balais de sorcier de Poulevaerde. Ici, il joue le rôle d'un jeune paumé, si maladroit qu'il réussit tout par hasard ! Cela donne une bonne dose de rires. Autre plaisir à ne point bouder, on parcourt avec joie Londres à bicyclette, puis dans une minie rouge poursuivie par des méchants. Le Big Ben n'est jamais loin sauf lorsque l'on se retrouve dans une vieille demeure de la campagne Anglaise. Les réparties sont excellentes et je vous conseille bien sûr de voir ce film en VO et de ne pas trop vous attacher aux sous-titres car les traductions ne sont pas toujours judicieuses à mon goût. Mais l'ensemble reste charming, so charming ! It 's worth do be seen !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 19 Juillet 2010

Policier - Editions Acte Sud - 189 pages - 16 €

 

 

Parution : Février 2010

 

Résumé : Un banal cambriolage amène les citoyens du lotissement des Fleurs à s'organiser en patrouilles de vigilance pour venir "en aide à la police". Chaque soir, à bord de leur véhicule, Henri et Robert surveillent des rues où il ne se passe rien. Jusqu'au soir où un cadavre perturbe la tournée des vigiles amateurs. Pour ne pas troubler la tranquillité du quartier, les deux hommes se débarrassent du gêneur. Le lendemain, un patrouilleur est porté disparu. Puis, c'est au tour de Robert de se volatiliser. Henri va devoir chercher une explication :

"Si ce gars était là sans raison, c'est qu'il était là pour de mauvaises raisons."

 

 

 

 

  

 

   

    

                                   étoile2.5

 

 

Mon humble avis :  Un livre dont je me suis emparée pour faire connaissance avec la collection Actes Noirs, qui a vu naître la fameuse trilogie Millénium.

J'ai entamé la lecture de ce polar sur le mode TGV. Captivée, je tournais les pages avec facilité et plaisir. Le sarcasme était là, et la mise en place de l'intrigue originale et habile. Un quartier tranquille, où tout le monde semble vivre en harmonie. Il y a des meneurs et des suiveurs, tel l'insignifiant Henri que nous accompagnons tout au long du roman.  Puis un meurtre est commis, qui en cache un autre etc... Les façades se fissurent, et les dissonnances émergent entremêlées de mystères, de secrets, de cachoteries, de chantages...

Il y a comme un air de Wisteria Lane me direz vous, pour celles et ceux qui fréquentent nos fameuses Desperates Housewives. Oui, mais juste un air... Le ryhtme ralentit, l'asmosphère n'est ni légère ni pesante. Le temps passe, c'est tout, et notre anti-héro qui est sensé s'affranchir ne déterre pas grand chose.  J'aurais apprécié une ambiance stressante, glaçante, palpitante que je n'ai pas ressentie. Sujets et personnages auraient mérité une plus profonde exploration et un développement plus pointu. Quand à l'excentricité des rapports de voisinage, je n'y ai pas cru tant que cela et elle ne m'a pas fait rire non plus. Mon impression est que ce roman ne trouve pas tout à fait son style. Alors, malgré une écriture agréable, débutée en mode TGV, ma lecture s'est terminée sur le rythme d'un train corail.

 

 

L'avis de JeanJean

 

 

 

                                                                                                 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Thrillers - polars français

Repost0

Publié le 17 Juillet 2010

Synopsis : Dino Fabrizzi est le vendeur numéro un de la concession Maserati de Nice. A 42 ans, il arrive à un tournant de sa vie, le poste de directeur lui est ouvertement proposé et sa compagne depuis un an, Hélène, a la ferme intention de l'épouser. Pour Dino, la vie est belle, sauf que cette vie parfaite s'est construite sur un mensonge. Dino s'appelle en fait Mourad Ben Saoud. Ni son patron, ni Hélène et encore moins ses parents ne sont au courant de cette fausse identité... Dans dix jours débute le ramadan et Mourad qui passe outre tous les ans devra cette fois assumer la promesse faite à son père malade. Faire le ramadan à sa place... Pour Dino, l'italien, cela ne va pas être simple.

 

 

Comédie avec Kad Mérad, Valérie Benguigui et Roland Giraud

 

 

 

 

 

    

 

                            -toile4.jpg

 

Mon humble avis : Déjà en voyant la bande annonce, je me doutais que ce film n'était pas aussi léger que casting et réalisateur pouvaient le présager. Mais à ce point  là.... Ce film est la vraiment la bonne surprise de l'été ! Après quelques bons rôles noyés dans quelques navets, Kad Mérad renoue enfin des scénarii qui mettent en avant son un talent  irréfutable dans des rôle qui lui va comme un gant. Un gant a plusieur doigts, alors il n'enferme pas un acteur, au contraire de la mouffle ! Kad Merad décline ici à la perfection toute une palette de sentiments, dans des scènes très intenses qui se passent parfois de mots, ou alors là, où les mots prennent une dimension que chacun décidera dans son intimité. Je pense notamment aux têtes à têtes avec le père de Dino/Mourad, avec sa mère ou avec l'iman.

Les sujets de la honte identitaire, de l'intégration, du racisme sont traités avec un réel tact, émotion et humour. C'est l'humour qui vient en aide à la cause et non la cause qui sert l'humour. Donc aucune lourdeur dans ce film, juste de l'émotion, de la tendresse, des sourires et un peu de rires qui permettent de mieux passer le message qu'un documentaire lancinant et répétitif. Le duo Kad et O a tout compris et tout réussi avec ce film. La religion musulmane est filmée avec respect, fascination, silences. Loin des clichés habituels de la violence, du sectarisme et des imans recruteurs de fous de Dieu.

Le sujet principal du fim est aussi le mensonge, celui qu'utilisent ceux qui refusent à avouer leurs faiblesses, ceux qui ne veulent pas décevoir, ceux qui pensent que leurs simples qualités ne suffisent pas à les rendres aimables, ceux qui s'imaginent que devenir un autre suffit à effacer la réalité... Bref, ceux qui jouent un rôle en public et se retrouvent prisonnier de ce personnage crée de toutes pièces.

Alors, L'italien, bercé par une BO très Italienne est vraiment un film à voir.... Ne serait-ce que pour quelques scènes très fortes... Lesquelles ? Allez un exemple où deux...

La mère qui dit à son fils : Quand on est arrivé d'Alger avec ton père, on a compris qu'on ne nous demandait pas de nous intégrer, mais de ne pas déranger...

Ou encore, Kad dans sa cellule de prison qui fait ses ablutions pour se préparer à la prière... Cette scène est magistrale, je la vois encore au fond de mes yeux.

 

 

 

    

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 15 Juillet 2010

Roman - Babel Editeur - 108 pages - 6.18 €

 

Résumé : Rien ne prédestinait Céline Rabouillot à devenir Garde-barrière. Elle lit des livres, parle trois langues, comprend les enfants comme personne. Elle accompagne un homme âgé qui a aimé les abeilles, la bonne chère et les grands crus de Bourgogne. Mais elle est grosse, trop grosse pour les "autres" que dérangent ses manières et ses habitudes. Et la voilà - elle qui porte le poids de l'absence, le chagrin d'un enfant mort - vouée à la haine sournoise de ceux qui n'acceptent la différence sous aucune de ses magnifestations.
Dans cet récit tragique, aux pages tour à tour fiévreuse et révoltées, Françoise Lefèvre, en même temps qu'elle évoque cette cruauté par phrases impotayables, s'attache à révéler la somme de grâce et de tendresse qui fait de Céline Rabouillot un être de passion, une Marie Madeleine d'aujourd'hui

 

 

 

 

                                          Voyageur, ce livre, après un long périple depuis chez Florinette, est arrivé chez moi ! Il repart donc pour d'autres aventures.

 

 

 

                                    -toile3.jpg

 

Mon humble avis : Céline est grosse, tellement qu'elle n'entre dans aucune norme. A tel point qu'elle s'est créé son propre monde, tant le vrai monde lui refuse sa place... parce qu'elle n'est pas "comme les autres". Heureusement, il a son voisin et deux enfants qui lui permette d'exprimer sa grandeur, sa force, sa beauté et tout l'amour qu'elle renferme depuis qu'elle a perdu l'enfant.

L'écriture de Françoise Lefevre est juste et empreinte d'une rare finesse. Avec elle, les phrases deviennent une vérité que vous faites vôtres, que vous soulignez, que vous notez dans un carnet. Les thèmes forts du livre, le refus des différences, la solitude, l'absence de l'autre, la perte d'un enfant, sont traité avec grâce. Alors, oui, c'est un livre que je pourrais conseiller. Pourtant, un passage malsain m'a dérangée et j'ai trouvé ce roman déprimant dans l'ensemble, depuis sa couverture, jusqu'à la fin, même si Céline, notre héroïne mal aimée, célèbre tout, même l'infiniment infime...

En fait, cette histoire est peut-être à éviter si l'on se sent trop concerné par ses sujets. Car à ce moment là, on peut avoir l'impression de lire un autoportrait, écrit par une auteure de talent certes, mais cela fait toujours aussi mal.

 

 

"C'est inouï le nombre de gens qu'il faut chasser de sa routepour qu'ils ne viennent pas piétiner les joies minuscules d'une journée."

 

"Et l'on sait que l'absence grossit dans la poitrine, fait le coeur énorme et qu'on la porte en plus de son propre poids. Elle est partout, remplit tout..."

 

" De retour à la maison elle griffonne les mots d'amour qu'elle aimerait recevoir. Elles les écrit pour elle même, c'est à dire personne."

 

" Avant toute chose, il y a le coeur gros. Ce coeur qu'il faudrait presque tenir à deux mains tant il est lourd."

 

" Elle écrase son chagrin contre la vitre. La tentation est grande d'imaginer que c'est un front qu'elle a contre le sien. Un front pour y appuyer sa peine". 

 

 

  

 

 

Les avis d'Aifelle, de Marie, de Leiloona

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 13 Juillet 2010

Voici une peinture à l'huile, l'une de mes premières d'ailleurs, réalisée à partir d'une photo prise sur l'île de Marie Galante, en Guadeloupe.

Si vous cherchez la solitude, le calme et la sensation de bout du monde il y a 30 ans, c'est là-bas qu'il vous faut aller. Les plages y sont magnifiques et par moment, vous pourrez vous y trouver seuls ! Evitez juste les week end de Pâques, du 15 août et de la Toussaint !

 

Et si vous voulez vous laisser bercer par la magnifique chanson de Laurent Voulzy, Belle Iles en Mer, Marie Galante, vous n'avez qu'à cliquer !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                          

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Mes couleurs du monde

Repost0