Publié le 5 Juillet 2021

Cinéma, film, la fine fleur, catherine frot, avis, chronique

Film de Pierre Pinaud

Avec Catherine Frot, Melan Omerta, Fatsah Bouyahmed

Synopsis ; Eve Vernet a été la plus grande créatrice de roses. Aujourd'hui, elle est au bord de la faillite, sur le point d'être rachetée par un concurrent puissant. Véra, sa fidèle secrétaire, croit trouver une solution en engageant trois employés en insertion sans aucune compétence horticole... Alors que quasiment tout les sépare, ils se lancent ensemble dans une aventure des plus singulières pour sauver la petite exploitation.

Mon humble avis : Et bien les amis, plus jamais je ne regarderai les roses, ni ne les sentirai de la même façon. Je n'imaginais pas qu'il existait tant de variétés, qu'elles nécessitaient tant de soins et de travail, que tant d'hybridations étaient possibles, ni qu'il régnait une telle compétition dans le milieu de la rose, avec d'aussi importantes conséquences pour chacun. Bref, j'ai découvert, grâce çà ce film, cet univers sur lequel je ne m'étais encore jamais penchée.

Bon, un film avec Catherine Frot, je ne me pose pas de question, j'y vais... et rentre rarement, voire jamais déçue. Avec La Fine Fleur, j'ai failli l'être, car j'ai constaté quelques flottements dans le film, d'autant que de prime abord, le personnage d'Eve Verner ne déborde pas de franche sympathie. 

Et puis le charme agit vraiment, les personnages évoluent, s'influencent mutuellement, font tous un pas vers l'autre. Cela donne un film frais, positif, tendre, tranquille aussi. Un peu d'émotions, quelques sourires, mais pas de franche rigolade, nous ne sommes pas dans une comédie.

Ce film rend hommage au travail méticuleux des créateurs de roses, mais aussi, plus largement, à ceux qui travaillent la terre avec passion et dévotion, avec les aléas que l'on connaît hélas. C'est aussi un film d'apprentissage, qui montre l'importance du partage et de la transmission du savoir et des compétences. Il y a un aspect comédie sociales avec deux mondes qui se percutent avant de se rencontrer... Catherine Frot, isolée sur son trône fragilisé et trois personnages bien différents, en réinsertion, qui nous montrent que chacun mérite une deuxième chance, et que la solution aux problèmes émane parfois de notre opposé. Le film nous montre aussi que le travail que l'on fait est aussi important que ceux avec qui on le réalise.

Bref, un chouette film, coloré de roses qui fait autant de bien aux yeux qu'au coeur. A voir !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 3 Juillet 2021

Mini série 8 épisodes - 2021 - Terminée

Créée par Paul Orio

Avec Mario Casas, Aura Garrido, Alexandra Jiménez

Synopsis : En s'interposant dans une bagarre, Mat a tué un homme. Sorti de prison, il refait sa vie, mais voilà qu'un appel vient tout détruire. 

Mon humble avis : Cette fois ci, c'est l'Espagne qui s'y colle pour adapter le roman éponyme d'Harlan Coben pour Netflix. Coben qui d'ailleurs, figure au générique à de multiple reprise...

C'est donc du Coben, donc du thriller... Super bien ficelé ! Et qui nous accroche au canapé ! Durant les 3 premiers épisodes, qui s'intéressent à des personnages différents, on a du mal à imaginer qu'on regarde bien la même série. Et puis, tout se met en place. Enfin, se mettre en place est vite dit, c'est plutôt la débandade pour notre héros, et un terrible voyage autant dans le doute que dans l'horreur humaine. D'ailleurs, quelques scènes sont difficiles... Pour le téléspectateur, c'est oppressant à souhait ! Evidemment au fil du temps, on se perd un peu dans la bobine que l'on serait bien incapable de ré-enrouler, mais c'est fait pour nous dans les scènes finales. Alors innocent ou pas ? Vous le saurez dans les dernières minutes, et ce sera à vous de juger. Qu'est-ce qui compte le plus, l'acte ou le mensonge ?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Titre français : la vie en couleurs

Documentaire BBC (Angleterre /Australie) : 3 épisodes

Avec David Attenborough

Grâce à une technologie innovante, ce docu-série explore la nature sous un angle nouveau et montre comment les animaux utilisent la couleur pour survivre et prospérer.

Mon humble avis : Documentaire magnifique, réellement passionnant, même fascinant, et accessible. De superbes images animalières qui nous permettent de mieux comprendre la vie, les réactions etc des animaux dans leur milieu naturel. Cela va du tigre du bengal aux minuscules grenouilles du Costa Rica, en passant par de nombreux oiseaux. Les animaux ne voient pas les couleurs comme nous. Nombre d'entre eux adoptent le mimétisme avec leur environnement ou l'imitation d'autres animaux, pour tromper le prédateur. Changements de couleurs en fonction du climat, des périodes de l'années (nuptiale) ou autre. Le documentaire explique le fonctionnement de la polarisation de la lumière et des couleurs, qui fait que les animaux voient également dans la nature des choses qui nous sont invisibles. Et fait assez drôle, j'ai regardé ce documentaire un dimanche soir, en rentrant d'une sortie LPO... Le guide ornithologique nous avait justement expliqué, le matin même, la polarisation de la lumière et ses effets. Ce docu m'a donc permis d'approfondir la question et déjà, de réviser pour mieux mémoriser !

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Film Netflix / Mai 2021 / Thriller

De Tracy Letts et A.J Finn

Avec Amy Adams, Anthony Mackie, Fred Hechinger

Synopsis : Anna Fox, une psychologue pour enfants agoraphobe vivant cloîtrée dans sa demeure new-yorkaise, se met à espionner par la fenêtre la famille d'allure parfaite qui s'est installée de l'autre côté de la rue. Sa vie bascule quand elle assiste par hasard à un crime épouvantable.

Mon humble avis ; Un thriller psychologique-gothico- parano ! Le suspense est là, donc nous sommes ferrés. Le jeu d'Amy Adams est impeccable, qui aide à nous balader dans cette intrigue où l'on a du mal à distinguer le vrai du faux.  Cela se regarde donc facilement, mais étrangement, j'avais l'impression d'être devant un film de série B... qui joue sur les poncifs du genre, mais qui nous piège bien tout de même... même si on l'oublie bien vite. Il ne fait pas partie de ces films qui vous hante longtemps après, ce que la bande annonce semble promettre. De plus, on ne croit pas vraiment aux décors démesuré et outranciers de ce huis clos... Le décor est là pour l'ambiance, mais il alourdit l'ensemble.

 

Bon, maintenant que les salles de cinéma nous ouvrent de nouveau bras et portes, je pense que mes chroniques Netflix vont s'espacer un peu plus. Et si dans quelque temps, je constate que je ne profite plus de mon abonnement, je le résilierai ! A suivre !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Netflix et VOD

Repost0

Publié le 1 Juillet 2021

Roman, Le baby-sitter, Jean-Philippe Blondel, avis, chronique, blog

Roman - Editions Pocket -  256 pages - 6.95 €

Parution d'origine : Buchet / Chastel en 2010

 

L'histoire : A 19 ans, Alex, étudiant en fac d'anglais, a bien du mal à joindre les deux bouts, bien avant la fin du mois. Il dépose donc, à la boulangerie de son quartier, une annonce qui propose ses services de baby-sitter, histoire de gagner quelque argent. Un baby-sitter, voilà qui en étonne plus d'un. Mais Alex va devenir le baby-sitter régulier de quelques familles... Est-ce le hasard ou la présence d'Alex , mais dans chacune d'entre elles, la vie va changer, voire même être bouleversée.

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

Mon humble avis : Jean-Philippe Blondel est un romancier dont j'ai vivement apprécié toutes mes lectures, sauf la dernière : La grande escapade.

Ces derniers temps, j'ai été plutôt malchanceuse dans mes choix de livres qui se sont souvent révélés laborieux à achever.  Aussi, ce roman de Blondel semblait adéquat pour sortir de cette spirale, d'autant que la 4ème de couv indique "un roman plein d'humanité et de tendresse".

Et c'est vrai... Mais cette humanité dépeinte dans ce roman est assez cruelle, en tout cas, difficile... Dans cette histoire, chaque personnage va vivre une épreuve ponctuelle ou durable, en tout cas, un chamboulement dans la vie... dont il est parfois difficile, voire impossible de se remettre. Le drame va en effet très loin, même s'il est entouré d'une révélation surprenante par la suite, il est tout de même bien bouleversant.

Avec Alex, on entre donc dans l'intimité de plusieurs familles, intimités fort bien dépeintes par Jean-Philippe Blondel. L'une sur-couve l'enfant unique né après des années de mariage, une autre se sépare, une autre subit l'éloignement géographique pour le travail (et ses conséquences), dans une autre, on semble fuir un fantôme mystérieux etc. Blondel nous parle intelligemment de personnes lambdas, comme vous et moi... Que rien ne semble distinguer des autres et pourtant... Chacun a son histoire, ses difficultés, sa légende, sa détresse, ses faiblesses et sa force. Car oui, entre baby-sitter et confident, il n'y a qu'un pas.

J'avoue, j'ai eu du mal à apprécier Alex. Je l'ai trouvé mou, manquant de caractère, d'ambition, de suite dans les idées. J'ai été surprise de constater, à travers ce roman, que nombre d'étudiants considèrent leur arrivée à la fac comme l'accès à l'indépendance... également financières. Pour moi, celle-ci est la suite logique des études, mais elle n'est pas concomitante... En tout cas, elle n'est pas un but, même si elle est parfois une obligation par manque de moyens pécuniers familiaux.

Je suis entrée dans ce roman, qui démarre presque sur les chapeaux de roues, avec allégresse, les pages se tournaient toutes seules, l'écriture est évidemment agréable... Et puis le rythme a faibli et certaines situations sont devenues redondantes à mes yeux. Le sujet principal reste la parentalité, sous toutes ses formes et avec toutes ses conséquences, même les plus discrètes, même les moins spectaculaires, même les plus inattendues, même les plus dramatiques. Mais aussi le passage à l'âge adulte et la rencontre de deux générations.

Mais cette histoire à une belle fin, symboliquement réussie !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 21 Juin 2021

Une petite pause de 8 - 10 jours pour cause départ en vacances... tant attendues ! Avec le Covid, mes dernières vacances remontent à une éternité il me semble... Septembre 2019. Bon, je ne suis pas à plaindre étant donné mon lieu de vie qui donne facilement l'impression d'être en vacances et de voir de splendides paysages. Mais tout de même !

Direction la Haute Vienne ! Je pars camper dans ce camping en bordure de lac. Une semaine de plein air, de nature, de balade, de repos,  de calme, de découverte, de photos, de déconnexion ! Le tout en solo !

Je suis déjà allée là-bas juste en étape de 24h il y a 3 ans, je m'étais depuis promis d'y retourner tant j'avais adoré le lieu, ou du moins l'approche que j'en ai faite. 

A bientôt (avec de belles photos !) et à tous et à toutes, je vous souhaite un bel été qui commence ce jour !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Les livres - mon blog et moi

Repost0

Publié le 19 Juin 2021

Film de Zoé Zhao

Avec  Frances Mc Dormand, David Strathairn, Linda May, Charlène Swankie

Synopsis : Après l’effondrement économique de la cité ouvrière du Nevada où elle vivait, Fern décide de prendre la route à bord de son van aménagé et d’adopter une vie de nomade des temps modernes, en rupture avec les standards de la société actuelle. De vrais nomades incarnent les camarades et mentors de Fern et l’accompagnent dans sa découverte des vastes étendues de l’Ouest américain.

 

Mon humble avis : Simple, vraie, magnifique, bouleversante Frances Mc Dormand ! Une fois de plus, elle crève l'écran. Sa présence dans le casting justifie à elle seule de voir ce film. Certes, il y a 3 oscars, mais à ce niveau-là cela relève du détail.

La réalisatrice Chloé Zhao met la lumière, et quelle lumière, sur les oubliés de l'Amérique, les seniors précaires. Ces gens qui suite à la crise financière de 2008, ont dû partir... Car leur ville cessait officiellement d'exister après la fermeture de l'unique usine du coin... Car le crédit pour leur maison devenait irremboursable... Car malgré leur âge avancé, il leur fallait retravailler... Et aller chercher ce travail de par les Etats-Unis. D'autres aussi prennent la route suite à une maladie, le décès d'un proche. Quelques-uns, pour réaliser un rêve. Pour la plupart d'entre eux, ce n'est pas un choix, mais cela devient un mode de vie, voire un idéal de vie. Désormais partie intégrante d'une tribu, ils ne sont plus les oubliés, les isolés, les invisibles. Ils vivent donc dans un van, une caravane, un petit-camping car bricolé, et roulent, d'Etat en Etat, au fil des jobs saisonniers, depuis Amazon jusqu'à la récolte des betteraves, même si certains ont plus de 80 ans... Tous ils font face à l'adversité avec courage et dignité, font preuve d'une volonté de survivre et se retrouve des rêves !

Pour filmer ses destins brisés qui gardent la tête haute, Chloé Zhao mélange différents codes cinématographiques et livre un film a l'esthétique magnifique : il y a un peu de western, de film de cowboys , il y a du reportage, témoignage... D'ailleurs, certains personnages de nomades sont réels, interprétés par eux-mêmes.

Et nous, spectateurs, nous suivons un an de la vie de Fern, alias Frances Mc Dormond, qui ne se dit pas SDF, mais sans maison. Car elle a un "chez elle", son van, qui constitue et porte toute sa vie... Une vie qui oscille entre solitude et belles rencontres, amitiés profondes. Des difficultés terribles, mais une sensation de liberté, celle notamment de vivre dans des endroits grandioses, loin des tumultes du monde.

Et pourtant, malgré le sujet difficile, Nomadland est un film lumineux, qui, comme me l'a dit l'amie qui m'a accompagnée au cinéma, reconsidère positivement la solitude. Un hymne à la vie, à demain !

Un film à voir absolument !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma d'ailleurs

Repost0

Publié le 17 Juin 2021

Film de Bernard Stora

Avec Niels Arestrup, Patrick Bruel, Irène Jacob

Synopsis : Avocat célèbre, Luc Germon pense atteindre la consécration lorsque Gilles Fontaine, l'un des patrons les plus puissants de France, lui demande de prendre sa défense. L’homme d’affaires est soupçonné d'avoir acquis dans des conditions douteuses une magnifique propriété sur la Côte d'Azur, la Villa Caprice. Humilié et furieux de s'être laissé piéger, Fontaine compte sur l'habileté de Germon pour le tirer de ce mauvais pas. Mais une étrange relation de pouvoir s'installe bientôt entre les deux hommes, en principe alliés. Qui prendra l'avantage ?

Mon humble avis ; un film qui se suit avec peine durant le premier quart d'heure (beaucoup de noms sont cités), puis avec un certain plaisir par la suite. L'hypnotique Niels Arestrup n'est pas étranger à ce plaisir ! Et puis, il y a l'énigmatique Patrick Bruel, qui joue un rôle qui semble conçu pour lui, et qui donc ne surprend pas. Mais les deux hommes échangent des dialogues subtils et avec des formules élégantes, on se régale de leur face à face. Les histoires de trafic d'influence, de pot de vin, de politique ne sont jamais évidentes à suivre. La manipulation, puisque c'est le sujet du film, mise en place par Patrick Bruel ne se révèle dans son ampleur qu'en toute fin, et fait froid dans le dos.  C'est aussi un film sur le pouvoir, notamment celui de l'argent... Et une fois de plus, l'adage "l'argent ne fait pas le bonheur" se démontre bien... Tous ces gens pleins de pognons, de superbes baraques et de serviteurs ne font vraiment pas envie. Quelles tristes vies.

La fin survient brutalement, vraiment inattendue et laisse sans voix et surtout mal à l'aise. Car on se dit que l'on vient de voir un film qui n'a pas de morale, malgré son élégance et ses magnifiques décors.

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Cinéma Français

Repost0

Publié le 15 Juin 2021

Roman - Editions Audiolib - 6h13 d'écoute - 19.45 €

Parution Gallimard 2019, Audiolib 2020

L'histoire : Dans une région reculée du monde, à la lisière d'une forêt menacée de destruction, grandit Nita, qui rêve d'ailleurs. Jusqu'au jour où elle croise Lucy, une jeune fille venue de la ville. Solitaire, aimantant malgré elle les garçons du lycée, celle-ci s'aventure dans les bois et y découvre des choses, des choses dangereuses... Hors, Lucy disparaît deux jours, puis est retrouvée presque laissée pour morte... Il semblerait que ce ne soit pas un cas isolé.

 

 

Tentation : Couv et pitch

Fournisseur : Bib de Rennes

Mon humble avis : J'ai pris ce roman à la bib au hasard parce que la couv et le pitch me tentait... Chez moi, il a rejoint ma PAL livres audio. Au moment de l'en sortir, j'ai lu des avis élogieux donc c'est confiante que j'ai entamé sa lecture. 

Hélas, ma confiance a assez vite tourné au vinaigre... Encore un livre dont je suis passé à côté, qui ne semble pas pour moi, ou que je n'ai pas su apprécier à sa juste valeur. Peut-être à cause du format audio... en voiture... sur d'assez courts trajets.

Toujours est-il que même si j'ai apprécié la langue, le style qui sont tous deux magnifiques, notamment lors de descriptions de milieux naturels, je n'y ai trouvé aucune autre aspérité à laquelle m'accrocher. Je n'ai pas su vraiment saisir ni les liens réels entre les personnages, ni s'ils partageaient une réelle affection ou amitié. L'ensemble m'a paru décousu et peut-être trop implicite. Difficile de de vraiment cerner de quoi il retourne.

Nita vit dans une réserve indienne quelque part près d'une forêt presque magique. Mais cette réserve et l'identité amérindienne m'ont paru si peu développées qu'elles semblent anecdotiques.  La destruction de la forêt est perpétrée jour après jour par une exploitation forestière. Il s'y passe pourtant de jolies choses dans cette forêt, mais aussi les plus atroces, avec des disparitions de jeunes filles, ou des viols... que la justice n'élucide et ne punit jamais... Et puis, on retrouve aussi des hommes mutilés et battus... Une autre justice est rendue, par qui ? Une justice sans procès.... La vengeance.

D'après ce que j'ai pu lire, ce roman porte sur le passage à l'adolescence, avec ses rites, les transformations qu'elle apporte, mais aussi la découverte des contradictions du monde et de sa violence. Mais je suis passée à côté de tout cela et me suis ennuyée. Dommage, car la plume est vraiment belle. J'ai vaguement saisi le sens du roman, mais son essence ne m'a pas pénétrée.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs, #Livres audio, lectures audio

Repost0

Publié le 13 Juin 2021

Le temps passe et je réalise que mes loulous n'ont pas encore révélé ici toute leur année 2020 ! Donc avant de passer à 2021, terminons en avec l'année dernière !

C'était donc dans mon ancien appartement, puisque j'ai déménagé sur Dinard en mars.

Depuis notre installation dans un appartement plus grand, avec deux balcons, Aya a eu 8 ans, Praslin 5 ans et cet été, Tsingy aura 7 ans ! Des chats qui ne sont plus de prime jeunesse mais qui garde une belle énergie !

Ils se régalent sur les balcons sécurisés, et se régaleront encore plus en commérages maintenant que le couvre feu est à 23h ! Il se passera plus de chose dans la rue le soir, alors que c'était morne plaine ces derniers mois...

Même si je considère que l'entente entre mes chats a toujours été globalement bonne, celle-ci s'est améliorée depuis le déménagement. Aya ne se défile plus à l'approche de Tsingy comme elle le faisait souvent. Et les trois  chats se font beaucoup plus de parties de courses poursuites pour s'amuser à trois ! 

Ceci car plus d'espace, et ils sont arrivés en même temps dans le nouvel appart, aussi, je ne note plus de dispute territoriale ni de domination de l'un ou de l'autre. De même, les balcons offrant beaucoup plus de place pour prendre l'air que ne le faisaient avant mes deux fenêtres sécurisées, les sessions balcons se font dans une belle harmonie !

Aya est devenue presque pot de colle avec moi, se mettant souvent contre moi. Tsingy a tout de même eu droit à un dodo sur l'étagère dans le cagibi, cagibi qui reste donc ouvert, même si j'avais dit "Stop aux placards ouverts". Mais Tsingy se rendait tout de même dès que possible dans le cagibi s'y installait tant bien que mal. Donc une planche de l'étagère lui n est dédiée avec un dodo confortable. Il a besoin de son coin et de sa tranquillité ce loulou ! Bref, todo va bene !

La prochaine fois, photos dans les cartons, puis sur le balcon, sur le nouvel arbre à chat etc :)

UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS
UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS
UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS
UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS
UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS
UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS
UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS
UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS
UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS
UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS
UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS
UN DIMANCHE L'AN DERNIER AVEC MES LOULOUS

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Un monde de chat

Repost0

Publié le 11 Juin 2021

Roman, littérature israélite, L'amour soudain, Aharon Appelfeld, avis, chronique

Roman - Editions Point - 206 pages - 6.50 €

Parution Point 2006, L'olivier 2004

L'histoire : En Israël. Ernest est à l'automne de sa vie. Iréna est sa jeune dame de compagnie. Depuis toujours, Ernest s'essaie à l'écriture, sans être ravi du résultat. Sa relation avec Iréna se transforme en un amour aussi fulgurant qu'improbable. C'est cet amour qui va ouvrir les portes de la genèse de l'écriture, toutes ces portes sur le passé qu'Ernest avait fermées, ce passé qu'il avait enfoui.

Tentation : Ma PAL

Fournisseur : Ma PAL

 

 

 

Mon humble avis : Comme je suis déçue par cette lecture, qui fut pour moi d'un mortel ennui, ce genre d'ennui qui se transforme souvent en agacement, qui vous presse d'en finir mais ne vous en donne pas l'énergie. Même les dix dernières pages ont provoqué chez moi un "on verra demain".  

Comme ma déception me déçoit de moi-même, qui n'ai su apprécier ce roman aux avis élogieux, écrit par un auteur réputé pour ses chefs d'oeuvre... Mais non, je prends pas plaisir à ce style de littérature, même si j'y trouve quelques moments lumineux, une certaine originalité, quelques passages forts et un style soigné. C'est "trop haut" pour moi sans doute, je ne vois pas le chef d'oeuvre.

Ce sont les incessantes répétitions qui ont principalement provoqué mon ennui mortel... La répétition du quotidien, des actes (combien de bougies allumées ?), des comportements, des réflexions intérieures, des récits dans le récit.... Puisqu'Ernest finit par lire à voix haute, pour Iréna, les feuillets qu'il écrit chaque jour. Dans ses mots, son histoire et donc l'Histoire... Les Carpates, ses parents et grands-parents, sa participation aux "Jeunesses communistes" qui pratiquaient nombre d'exactions sur les juifs riches de l'époque... Ernest le juif lui-même, en première ligne. Puis survient la seconde Guerre Mondiale, à laquelle Ernest participera dans le camp de l'Armée Rouge. 

Ce qui aurait pu être intéressant n'est pas développé, le reste l'est de façon trop implicite pour moi, comme s'il fallait trop lire entre les lignes, les non-dits, les silences. Il est question de la foi, de la perte d'identité juive, du fait que ce peuple ne s'aime pas assez lui-même. Les rites religieux et les fêtes hébraïques sont très présents, cités et répétés, mais sans être expliqués. Et comme je n'y connais pas grand-chose dans le domaine, je ne me suis pas enrichie d'un frémissement de culture. Il est aussi grandement question de l'écriture, de la genèse de l'écriture, et non pas de l'écriture de la Genèse (haha !), même si Ernest se réfère à la Bible pour la perfection de son écriture. Epurée, des faits, pas de broderie inutile.

Quant à la relation amoureuse entre Ernest et Iréna, même si elle est du domaine de l'absolu, elle est faite de silence, de dialogues très parcimonieux (qui sont proches du radotage) et du dévouement béat et sans borne d'Iréna envers son employeur... Elle n'a provoqué en moi aucune émotion. Je n'ai pas vécu ce roman.

Bref, vite des lectures plus captivantes, plus vivantes, plus légères !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #Littérature d'ailleurs

Repost0

Publié le 8 Juin 2021

BD - Editions Dargaud - 56 pages - 6.90 €

Parution en 2004

L'histoire :  Elle s'appelle Nina. Ses charmantes collègues la surnomment "Grande Gueule". C'est vrai que son caractère exalté pourrait bien la pousser vers la porte des Transports Doublet ("Transports Doublet, la passion de la route"). La route, il en mange tous les jours : il est chauffeur chez Doublet. On l'appelle Castor. Castor a fait du zèle. À cause de ça, il devra laisser son volant. Le monde est mal fait. Seulement voilà. Pas plus Nina que Castor ne peuvent envisager une seconde de se retrouver à la rue. Ils sont prêts à aller très loin pour éviter ça. Et qui va devoir résoudre ce problème ? Samuel Faure, directeur des ressources humaines. Un métier pas facile.

Tentation : Le nom "Davodeau"

Fournisseur : La bib'

Mon humble avis : Cette BD ne date pas d'hier ! Mais, comme j'aime bien Davodeau, quand je trouve une de ces oeuvres que je n'ai pas encore lue, je prends !

On sent que cet album n'est pas récent, car depuis, Etienne Davodeau a fait mille fois mieux, et plus abouti !

L'intention est bonne : une satire sociale du monde du travail et de sa précarité, à travers le personnage principal de Nina... Qui se prétend autre auprès de sa famille pour ne pas la décevoir. On s'attache à cette femme, ainsi qu'à son père et sa petite fille. 

Puis le personnage de Castor prend plus de place... Et l'histoire devient bancale, pas très réaliste et le comportement des protagonistes pas crédibles du tout... La question que pose Davodeau est : jusqu'où peut-on être prêt pour garder ou obtenir un travail ? Je ne pense pas que quiconque puisse aller jusqu'à l'enlèvement d'enfant ou la séquestration, sachant la peine encourue, pour un poste qui, en cherchant, peut se trouver ailleurs.

Mais dans ces pérégrinations, si l'on regarde de plus près, c'est une somme de solitudes que l'on voit, des solitudes et des détresses qui découlent de raisons diamétralement opposées. On se dit que quelque chose de beau peut émaner de cette union de solitudes, mais non... La fin survient abruptement, sans être très limpide... une queue de poisson quoi ! Dommage, le sujet aurait pu donner un album plus intéressant, plus constructif.

Cette lecture reste divertissante et rapide, surtout après un roman éprouvant. Je suis contente de découvrir encore des titres de cet auteur que j'apprécie, même si ce ne sont pas ces meilleurs !

Voir les commentaires

Rédigé par Géraldine

Publié dans #BD...

Repost0